En marche vers le sup’ à deux vitesses ? Sur le blog de Yann Bisiou

En passant

En pleine mobilisation contre la LPPR, la République En Marche éprouverait-elle des difficultés à assumer ses coups tordus ? Après les candidats LaRem « sans étiquette » aux municipales (ou aux élections universitaires), le 49.3 passé en douce un samedi après-midi, le gouvernement nous prépare-t-il en catimini la recomposition du SUP ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser à la lecture d’un discret paragraphe en annexe du nouvel arrêté relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master. On remerciera SLU Orléans d’avoir levé le lièvre.
Ce texte est, une nouvelle fois, bien mal nommé puisque sa finalité principale est de permettre aux établissements qui ne sont pas des universités, en particulier les établissements privés, de délivrer les grades de Licence et de master pour leurs « Bachelors » ou leurs diplômes « Grande École ». Et oui, la pseudo « excellence » à la française n’est pas reconnue dans le monde entier où seuls les diplômes d’universités publiques, Licence, Maîtrise ou maintenant Master, et Doctorat, sont légitimes. Avec le «grade » qui se superpose au « diplôme » le lobby des Écoles sauve son fonds de commerce.
Suite sur le blog de Yann Bisiou.

Continuer la lecture

UFR Théâtre, Paris-8, 2020

En passant

À l’Université de Paris-8, la licence d’informatique n’ouvrira pas à la rentrée 2020, faute d’enseignant·es titulaires. Qu’en sera-t-il en études théâtrales ? Aujourd’hui, pour 296h de cours/semaine assurées, 133 sont assurées par des EC titulaires (soit 44%), 15 par des ATER-moniteurs (soit 0,5%), et 148 par des vacataires (soit 50%), très inégalement répartis.

Continuer la lecture