Bêtise, sadisme ou incurie ? Sur le dernier appel de l’Agence nationale de la recherche

Nous sommes fin juillet : derniers jours de réunions qui n’ont cessé de grignoter le mois de juillet. Le temps pour faire de la recherche, préparer ses cours et se reposer en famille ne cesse de disparaître au profit de plus de réunions, moins de temps.Reste le mois d’août, lui même déjà amputé par les premières réunions, en vue de préparer une rentrée toujours plus difficile faute des enseignant·es et des personnels BIATSS en nombre suffisant.

C’est ce temps-là que l’Agence nationale de la recherche décide d’amputer en lançant un énième appel à projet “Sciences avec et pour la société. Recherches participatives” le 29 juillet 2022, à remettre le 30 septembre 2022.

Sans doute est-ce pratique pour les employé·es de l’ANR ou les évaluateurices, mais quelle connaissance ont les concepteurices de l’appel du temps social des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche pour imaginer qu’il puisse s’agir d’un moment idoine pour imaginer un projet, établir des relations de travail, rédiger les dizaines de paragraphes nécessaires en synergie avec le personnel Biatss dédié. Entre le 29 juillet et le 30 septembre ?

À ce degré de maltraitance institutionnelle, il est désormais indispensable de se protéger. Comme nous enjoint Myriam Houssay-Holzschuch, professeure de géographie :

Au point où nous en sommes de l’effondrement de l’université, travailler à ne pas se mettre en burn-out les unEs les autres me parait une pratique essentielle de solidarité à mettre en place. C’est difficile, il y a de l’opposition, mais indispensable.

#ResistESR

“Une situation devenue ingérable et surtout menaçante tant pour ma santé physique et mon équilibre psychique que pour mon intégrité professionnelle”. Démission d’une responsable de diplôme à l’Université de Lille

Décrochage de l’exposition 100% APV, Galerie commune du pôle arts plastiques de Tourcoing, crédit photo: Delphine PK

Continuer la lecture

Bienvenue dans “l’enfer” du Crous de Nanterre. Reportage par Loopsider, 11 février 2021

Agressions, insalubrité, promiscuité, saleté… Voici comment on vit dans une résidence universitaire, en France, en 2021.