La Présidente de l’UT2J Toulouse, porte-parole de la mobilisation ?

En passant

Lundi 3 février, 17h24

Cher·ère·s collègues,
Cher·ère·s étudiant·e·s,

    Le texte du projet de Loi de programmation pluriannuelle de programmation de la recherche, annoncée par le gouvernement, n’est pas encore connu, mais les rapports préparatoires ont déjà été publiés, soulevant des interrogations et des inquiétudes fortes chez l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche au niveau national. Au sein de notre université, des réactions nombreuses se sont exprimées, dans différents cadres, unanimes dans leur rejet d’un grand nombre de propositions contenues dans les rapports.

     En tant que présidence, nous réaffirmons que la vision de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous portons et que nous déployons au sein des instances de l’UT2J ne correspond pas aux perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi.

    Notre vision de la recherche ne cherche pas à accélérer la concurrence entre unités de recherche ou entre chercheur·e·s ; elle n’a pas pour objectif d’allouer les ressources sur la base d’une évaluation surplombante et discriminante ; elle ne vise pas à affaiblir le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s et à accentuer la précarité. Dans un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint, nous cherchons à préserver et soutenir les collectifs de recherche que sont les unités de recherche qui constituent le terreau des activités scientifiques, à leur apporter des moyens (dotations récurrentes, services mutualisés développés par la DAR, personnels d’appui, accompagnement des études doctorales, etc.), à veiller, autant que possible, à l’équilibre entre les aspirations et projets individuels et la nécessaire implication dans la formation et les responsabilités administratives collectives. Nous partageons le refus exprimé par les communautés scientifiques de dispositions qui viendraient aggraver la précarisation et l’insécurisation, remettre en question le statut des enseignant·e·s chercheur·e·s, accentuer la mise en concurrence par une allocation des ressources financières faisant prévaloir la logique des appels à projets au détriment des dotations pérennes.

    Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir, particulièrement l’amélioration du processus de traitement des rémunérations. Nous entendons poursuivre cet effort pour sécuriser davantage les conditions de vie et de travail des personnels concernés. Cela suppose que nous engagions aussi une réflexion avec l’ensemble des parties prenantes pour réfléchir à nos pratiques et à nos modes d’organisation et pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités.

    Dans l’attente que soit rendu public le texte de loi, nous relaierons, tant auprès du ministère que de la CPU, les différentes prises de position afin que soient entendues les craintes exprimées, mais aussi l’attachement de notre communauté aux principes qui fondent le service public d’enseignement et de recherche. Par ailleurs, notre université prendra part, selon des modalités qui restent à définir, à la journée « L’université et la recherche s’arrêtent » prévue le 5 mars prochain.

      Cordialement,

     Pour la Présidence,
     Emmanuelle Garnier

Update (14 février 2020)
Continuer la lecture

Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – « Présidente » (sic « directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, « Femmes et sciences » et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Continuer la lecture

Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que « toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie ».

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Continuer la lecture