L’érosion du nombre de postes aux concours d’enseignant·e–chercheur·e se poursuit

Tweet original de Manuel Tunon de Lara.

Il y a des jours où il aurait mieux valu tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le 24 mars 2021 était un de ces jours pour le président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ce dernier s’est félicité de sa rencontre avec Richard Ferrand et en a profité pour mettre en avant l’ambition d’une Université française constructive.

C’était sans compter sur une information parue plus tôt dans la matinée : le nombre de postes maximal qui pourront être ouverts aux concours MCF et PR pour l’année 2021. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Université. On apprend ainsi dans le Journal Officiel qu’un maximum de 1 189 postes de MCF pourront être ouverts, alors que les PR devront se contenter de 746 postes. Allons plus loin dans l’analyse en quantifiant la dynamique du nombre de postes proposés aux concours.

Evolution du nombre maximal de postes proposés aux concours MCF (courbe orange) et PR (courbe bleue) entre 2010 et 2021. Source : Journal Officiel, legifrance.gouv.fr

Le constat est sans appel. Entre 2012 et 2021, le nombre de postes maximal de MCF est passé de 2099 à 1189, soit une diminution de 910 postes représentant une baisse de 43 %. Un peu moins de la moitié des nouveaux postes ont donc été supprimés en à peine 10 ans. Pour les PR, ce sont 710 postes proposés en moins, soit une baisse de 49 %.

Pour remettre ces chiffres dans le contexte plus général de l’état de l’Université, rappelons que le nombre d’étudiant·es ne fait qu’augmenter sur la même période alors que le nombre d’enseignant·es ne fait lui que diminuer. Alors même que de nombreux·ses jeunes (et moins jeunes) docteur·es souhaitent ardemment devenir enseignant·e–chercheur·es, et donc que le vivier de candidat·es n’est pas le problème, nos dirigeant·es continuent de couper les vannes d’accès au statut d’EC. Pourtant, la Loi de programmation de la recherche, appliquée depuis le 24 décembre 2020, était censée donner des moyens conséquents à l’Université et à la recherche. Il faut croire que ce ne sera pas pour cette année.

Graphique à retrouver dans un tweet de Julien Gossa.

Continuer la lecture

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture

Réponse en règle à la missive de la ministre Vidal

Le 2 décembre 2020, en même temps que paraissait au Journal Officiel le nombre de postes CR classe normale au CNRS (242, soit à peine 3 de plus que l’année dernière), (une petite partie) de la communauté ESR recevait une lettre de la ministre Frédérique Vidal, qui y fait le service après-vente de sa loi de programmation de la recherche.

Les contenus de la lettre envoyée par Frédérique Vidal et de la réponse de Julien Gossa ont été brillamment résumés sur le compte Twitter de « Sauvons l’Université ».

Pour une lecture plus agréable de ce débunk en bonne et due forme, Academia vous en propose une version éditorialisée. Bonne lecture.

  • Par Julien Gossa, université de Strasbourg, membre de la rédaction d’Academia

En-tête et premiers mots de la lettre envoyée par la ministre Frédérique Vidal

« Je tenais à m’adresser à vous personnellement afin de vous dire ce que ce texte va améliorer dans votre quotidien »

Le courrier de Frédérique Vidal qui fait le SAV de la Loi Recherche en infantilisant les chercheurs.

TL;DR : beaucoup de prudence sur les effets immédiats, et beaucoup de promesses pour 2023 (les présidentielles sont en 2022).

Continuer la lecture