La LPR va faire plonger la recherche pour les 10 ans à venir

Le 24 novembre 2020, après que la LPR a été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, le conseil scientifique (CS) du comité national du CNRS (CoNRS) adopte des recommandations très critiques. Il considère ainsi que la LPR fera plonger la recherche scientifique, « [actant] ainsi son déclassement », alors même que le but premier de cette loi aurait dû être de la remettre sur les rails. Le CS déplore ainsi que cet objectif ne sera jamais atteint en l’état et appelle à ce que le débat se poursuive.

Grève dans l’ESR : un coin dans le CNESER

 

Bien que la LPR a finalement été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière, la mobilisation et les mouvements de grève dans l’ESR ne faiblissent pas (ex. : appel à la mobilisation par la CGT FercSup). Aujourd’hui, le mardi 24 novembre, le CNESER doit siéger. Cependant, certains syndicats, comme la CGT ont décidé de ne pas y assister et donc enfoncent un « coin » dans le CNESER. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/damienpollet/6597320885/in/photolist-b3YZDP-on8nA-99MBaN-2hLhjsg-4uJnLY-5PVfhj-6pWxVe-DAAR9-dw87CL-5aDvP1-9VRABj-8AvFiR-f7KgGu-xfbiuL-9VwPZ8-Gv7HEA-Cysegk-8AydXw-ehfejV-8Avdyg-bYXb2f-App6sU-qcm24b-CXkX5x-uifPdh-zuEr7Q-ehtrx4-App91Q-Aqv5Qu-9VwPMF-A4PG6a-3eDkc2-ArGnFZ-YV2aeW-qes5NB-AsFS78-AsFRur-ArGjJg-edByRV-AquY43-zuExNL-Aqv5F1-App5V1-AsFQFn-Aa6aG9-Aqv6id-Aa6bbA-Aqv2xN-Aqv2jb-4HBuMQ

Wedge, chipbreaker, iron (bottom sides). Credit: Damien Pollet, 2011

Dans le même temps, Denis Roynard, président du SAGES, a fait un discours sur l’instrumentalisation de l’avis du CNESER par le gouvernement après l’exament de la LPR. Denis Roynard a ensuite, comme la CGT et Sud Recherche, quitté le CNESER.

Le décompte des votes de la LPR au Sénat : un scrutin sans surprise

La fabrique de la loi #78

← Article précédent

Article suivant­ →

Mise à jour du 29 novembre : prise en compte de l’inscription sur le registre des déports de la sénatrice LR Sophie Primas (qui avait voté « pour ») et du souhait de voter « contre » de la part de trois sénateur·rice·s RDSE ayant voté « pour » (Maryse Carrère, Guylène Pantel et Jean-Yves Roux).

Tout comme pour le vote de l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, les sénateurs et sénatrices qui ont voté·e·s pour la loi de programmation de la recherche ont été étonnamment discret·ète·s sur l’adoption au Sénat le 20 novembre 2020. Ainsi, aucun tweet de la part de Jean-François Rapin ou bien de Laure Darcos, qui était pourtant la rapporteure de la loi pour le Sénat. Julien Bargeton n’a lui fait que retweeter les auto-congratulations de la ministre Frédérique Vidal. Si Stéphane Piednoir s’est bien fendu d’un tweet personnel, il rappelle tout de même une certaine déception de ce texte. Cela n’aura pas empêché de voter un prétendu « compromis ».

Notons aussi que si Les Républicains ont voté unanimement contre à l’Assemblée Nationale, ils ont voté pour au Sénat. Doit-on y voir un soutien à la rapporteure Laure Darcos, plus qu’une réelle envie de voter la loi ?

Destroyed, by Renata Mascarello, 2018.
— Casa abandonada, posteriormente incendiada e demolida em 2017, localizada nas escadarias do Parque Getúlio Vargas (Macaquinhos).

Tableau des votes par groupe

Groupe Pour Contre Abstention/Ne votaient pas
LR 146 0 3
SER 0 65 0
UC 51 1 2
RDPI 23 0 0
CRCE 0 15 0
RDSE 11 (8)1 2 (5)1 2
LI–RT 13 0 0
E–ST 0 12 0
Sans groupe 0 0 3

1En prenant en compte ceux et celles qui auraient souhaité voter « contre »

Détail des votes

Continuer la lecture

Le sénateur et doctorant déchu derrière la suppression de la qualification

La fabrique de la loi #75

← Article précédent

Article suivant­ →

https://www.flickr.com/photos/26073928@N03/2452304492/in/photolist-4JGGFW-5K7CPe-f8AX73-qyVWnr-5Z7D2p-aTxsFr-arKe57-arGy8v-arKe7N-arGy54-arGyEz-arKemy-arGxWK-8wYPWn-aUh7bp-arGyba-arKcRw-arKd5f-arKd21-arKdPu-arGyqk-arKehs-arGxCH-3Ebh7R-arKdFq-arKecN-arGxZZ-arKcXy-arKeaf-arKdLo-arGyL2-arGye6-64Dis-arKe2N-5KbUTG-arGz4X-arGyNg-arKcU3-4vzSbP-aXZpKB-37cuN-ayQw4D-7L1u8-arGyHV-arGyiH-arGygk-JVcXZ-4eN96N-4UCj2r-W4co5T

The team, by Uitleg & tekst, 2008 – Study for a website (www.woerdensestratenmaker.nl)

Le sénateur Jean Hingray est maintenant bien connu du monde universitaire mobilisé contre la LPR depuis qu’il a déposé, en catimini pendant ce qu’Academia a appelé la « nuit noire sur le Sénat », un amendement de suppression de la qualification. Cet amendement lui a valu le feu des projecteurs des universitaires qui n’ont pas tardé·e·s à remarquer qu’il était un ancien doctorant en sciences de gestion, dont la réinscription en 7e année et une césure ont été refusées. Aujourd’hui, il se vante d’avoir fait adopter des amendements aussi dangereux que celui pénalisant les mobilisations et se défend d’une vendetta personnelle concernant la qualification. Et pourtant, l’article paru dans Vosges Matin se termine sur des paroles qui montreraient qu’il garde une certaine rancoeur vis-à-vis du fonctionnement de l’institution universitaire. Alors, sans rancune, réellement ?

Image À la une: playmobil 3121, par kazuma jp, 2015

Les sections CNU 1 à 4 demandent l’intervention du Président et du Premier ministre

Suite au vote de la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, le goupe 1 des sections « Droit, économie et gestion » du CNU demande l’intervention du Président de la République et du Premier ministre concernant l’article 3 bis qui met à l’écart le CNU pour le recrutement des enseignant·e·s-chercheur·e·s.

Le groupe pointe en particulier l’absence d’écoute et de débat possible avec la ministre Frédérique Vidal, et s’indigne de sa façon de faire.

Les biologistes du CNU se positionnent : motion de la section 67

Motion votée le 17 novembre 2020 par la section 67 (Biologie des populations et écologie) du CNU

  • 60 votants sur 71
  • 54 oui
  • 1 non
  • 5 ne se prononcent pas

Conseil National des Universités
Motion de la 67ème section

Le sabordage du travail parlementaire par une lecture accélérée et la surdité du gouvernement face à une mobilisation universitaire confinée ont accouché, le 9 novembre dernier, d’une loi de programmation de la recherche (LPR) qui nuira pour longtemps à l’enseignement supérieur et à la recherche en France.

Ce texte a été critiqué par l’ensemble des organisations syndicales, a fait l’objet de nombreuses motions, notamment de la part de la commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), des présidents de section du comité national de la recherche scientifique, ou encore du conseil économique, social et environnemental. Malgré toutes ces protestations, ce texte contesté par l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche aura réussi à devenir encore pire que prévu initialement.

Non seulement le texte adopté consacre une programmation budgétaire indigente et une précarisation accrue à tous les niveaux, mais il prévoit désormais de dispenser de la qualification les futurs candidats aux postes d’enseignants-chercheurs. Cette disposition rétablira ainsi dans toute sa nuisance le localisme qui caractérisait autrefois les campus français et contre lequel nombre d’universitaires se sont battus pendant des années. Par ailleurs, il faut rappeler que la qualification par le conseil national des universités constitue un concours national de la fonction publique, permettant la sélection des candidats aux postes d’enseignants chercheurs. La suppression de la qualification par le CNU va à l’encontre du statut général des fonctionnaires d’Etat, dont font partie les enseignants-chercheurs, qui ne peuvent être nommés que sur la base d’un concours national. Nous nous interrogeons donc sur l’avenir du statut d’enseignant-chercheur et sur son existence à moyen terme. Cet amendement de dernière minute n’a pas donné lieu à concertation avec le CNU, pas plus qu’à un débat en commission et devant l’Assemblée nationale. Un texte d’une telle portée pour la qualité des recrutements, des enseignements et de la recherche ne peut être élaboré à la hâte, et entériné en commission mixte paritaire par une poignée de parlementaires.

Nous, membres de la 67ème section du CNU, sommes solidaires de l’ensemble des initiatives visant à contester la loi de programmation de la recherche et adhérons totalement aux motions et lettres émises à ce sujet par la CP-CNU. Nous continuerons à assurer le mandat qui nous a été confié dans le respect des candidats et des collègues qui nous ont fait confiance. Nous restons mobilisés et déterminés.

Nous refuserons désormais de siéger dans les instances d’évaluation où notre présence est requise, et en particulier lors de l’affectation des nouveaux bacheliers par Parcoursup, dans les jurys de concours de la fonction publique, jurys de grandes écoles, jurys de baccalauréat, et dans toutes les instances qui ne constituent pas le cœur de notre métier d’enseignants et de chercheurs.

Nous appelons les candidats actuellement en campagne dans le cadre des élections aux conseils centraux des universités ainsi que tous les élus actuels des conseils centraux à prendre clairement position contre la mise en œuvre de l’expérimentation impliquant le contournement de la procédure de qualification. Nous les appelons également à s’engager à limiter les conséquences néfastes de la loi par tous les moyens dont ils disposeront, en refusant plus généralement d’utiliser les dispositifs législatifs visant à précariser davantage encore nos jeunes collègues.

Nous demandons à nos collègues titulaires, membres des futurs comités de sélection de résister par tous les moyens à la mise en œuvre de la loi en exigeant dans les jurys de recrutement que seuls les candidats qualifiés puissent être auditionnés.

Nous réclamons que l’avis des instances scientifiques reposant sur la collégialité et l’élection par les pairs soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de la recherche.

Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique et qui lui permettent de remplir sa mission essentielle, trop souvent oubliée, celle d’un accès démocratique au savoir et à la connaissance pour toutes et tous.

Le décompte des votes de la LPR à l’Assemblée Nationale : stupeur et tremblements

Sur le site de l’Assemblée nationale, on trouve désormais le décompte des voix et le nom et le vote des participant·es. Surprise : si les 4 rapporteurs ont bien voté la loi, certain·es votant·es, parmi lesquel·les des membres éminent·es de la Commission des Affaires culturelles — qui avait voté en première lecture — ne figurent plus parmi les votant·es. Certains, comme Sacha Houlié, se sont abstenus ; d’autres ont voté contre : Cédric Villani et Mathieu Orphelin.

Playmobil échaudé craindrait-il l’eau froide ? Sur Twitter, très peu de LREM se sont félicités du vote de la loi. C’est le cas de Philippe Berta et de Valérie Gomes-Bassac, mais ni de Danièle Henin, ni de Pierre-Alain Raphan, le fringant député qui ne connaissait pas son sujet. Ce dernier s’est contenté de retwitter prudemment le message de sa collègue Céline Calvez. À l’instar desa collègue  Natalia Pouzyrreff, Céline Calvez — qui, en audition d’Olivier Laboux en juillet par la Commission des Affaires culturelles, semblait avoir échangé plusieurs fois avec les membres de la CPU — a publié un long fil sur les progrès que permet la LPR. Avant de se rétracter,au vu des nombreuses critiques soulevées par les twitt@s universitaires.

Tweet supprimé de Céline Calvez, 18 novembre 4h14

Le texte de la LPR qui avait été si peu discuté en commission et en hémicycle a donc été voté par des hommes et des femmes qui n’en avaient même pas connaissance. Voire que celleux qui avaient voté un premier texte, jugeant le second problématique n’ont pas davantage eu le courage de venir le dire. On passe ainsi du vote honteux au Sénat au vote en méconnaissance de cause.

Voici le décompte et le nom des votants.

Vote au scrutin public de la la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale, 2020

Continuer la lecture

Les directions de 800 laboratoires (re)prennent position contre la LPR

L’assemblée des directions de laboratoires (ADL), qui réunit plus de 800 directeurs et directrices de laboratoires de recherche dans toute la France, prend à nouveau position contre la LPR. L’ADL, comme une grande majorité de la communauté ESR, se désole de l’absence de communication et de concertation de la part du ministère, ainsi que des fausses informations que la ministre Frédérique Vidal véhiculent concernant une supposée adhésion de la communauté et des instances consultatives à la LPR.

L’ADL fait donc appel à l’article L111-6 du Code de la recherche et dénonce une loi frauduleuse car elle ne respecte pas les règles de la « concertation étroite avec la communauté scientifique ». La communication étant coupée avec le ministère, l’ADL en appelle aux parlementaires, les seuls à pouvoir encore retoquer cette loi. #ResistESR

Article L111-6 du Code de la recherche

 

Sylvie Bauer rétablit les faits. Entretien avec Olivier Monod, Libération, 16 novembre 2020

Après la tribune de la ministre Frédérique Vidal dans Le Monde, la présidente de la CP-CNU a souhaité faire paraître un Droit de réponse communiqué dimanche 15 octobre au Monde, et encore non publié. En attendant, Sylvie Bauer répond à LIbération, sans langue de bois. Elle  mâche pas ses mots : les paroles de la ministre sont, dans sa bouche, « des contre-vérités » et tiendraient du « procès d’intention».

Le gouvernement continue de se mettre le monde universitaire à dos. Le projet de loi pour une programmation de la recherche n’avait déjà pas beaucoup de soutien, mais les amendements passés au Sénat ont empiré la situation.

Deux articles sont particulièrement visés. L’un prévoit la pénalisation des manifestations sur les campus universitaires. L’autre modifie les règles de recrutement des enseignants-chercheurs. Tous deux ont été passés sans débat, alors que la communauté devait s’adapter aux règles du second confinement. La provocation de trop. Le dialogue semble rompu entre Frédérique Vidal, elle-même universitaire, et le milieu scientifique qui ne s’adresse plus à sa ministre de tutelle. La semaine dernière, la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) a écrit une lettre ouverte directement adressée au président de la République dans Libération demandant la démission de la ministre Frédérique Vidal.

La lettre ouverte «Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour agir en faveur de l’université»

Les syndicats du secteur demandent à être accueillis par le Premier ministre afin que celui-ci revienne sur ces deux dispositions lors des dernières discussions parlementaires prévues mardi à l’Assemblée nationale et vendredi au Sénat. Une grève des enseignements baptisée «écrans noirs» est en cours depuis vendredi et une manifestation est prévue ce mardi.

La ministre essaie de reprendre la main dans une tribune parue dans le Monde le 12 novembre où elle s’en prend vertement à la CP-CNU qualifiée d’«excessive» et «théâtrale». Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU répond à la ministre dans Libération.

Comment réagissez-vous à la tribune de Frédérique Vidal qui juge votre lettre ouverte «maladroite» et vous appelle à vous «ressaisir» ?

 

Cette tribune nous a choqués. Plusieurs éléments tiennent de la contre-vérité et du procès d’intention. Frédérique Vidal évoque des querelles internes au sein de la CP-CNU et parle d’une expression du bureau, mais c’est oublier que notre texte a été soumis au vote des 240 membres de la CP-CNU. Sur 69% de votants, nous avons obtenu 94% de bulletins favorables à l’envoi de cette lettre. Nous avons donc demandé un droit de réponse au journal le Monde qui a publié la tribune de la ministre.

Je conçois que notre lettre ouverte au président de la République ne lui ait pas fait plaisir mais cette situation est le fruit des difficultés que nous nous avons à rentrer en discussion avec le ministère. Depuis mon élection en janvier dernier, je n’ai vu la ministre qu’une seule fois et depuis le lancement des consultations sur ce projet de loi en février 2019, la CP-CNU n’a jamais été associée aux réflexions.

 

Justement, la ministre vous invite à accepter «l’exercice démocratique» qu’a représenté l’élaboration de cette loi. Que répondez-vous ?

Je me demande qui fait preuve de «déni de démocratie» pour reprendre ses termes. La ministre parle du vote positif du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) sur la loi, mais elle oublie de mentionner que celui-ci a eu lieu à 6h45 du matin après plus de vingt heures de débat, une nuit blanche et en l’absence de beaucoup d’organisations syndicales ayant boycotté la séance.

Cette loi a été passée en procédure accélérée au Parlement en pleine crise sanitaire. La communauté universitaire s’est largement exprimée contre, sans qu’aucune critique ne soit jamais prise en compte. Que penser du processus démocratique, quand des amendements sont passés en catimini, dans la nuit, sans débat, alors que les enseignants-chercheurs doivent organiser l’accueil des étudiants et la continuité pédagogique en période de pandémie ?

Continuer la lecture

Ultimatum du CNU : suspension d’activités jusqu’à nouvel ordre

Après les communiqués et lettres ouvertes de la CP-CNU et d’un certain nombre de sections CNU, c’est l’ensemble des sections qui se positionnent contre la suppression de la qualification (article 3 bis de la LPR).

Celles-ci suspendront toutes leurs activités tant que cet article ne sera pas retiré et qu’un véritable processus de concertation avec la communauté ESR — dans son ensemble — ne sera pas mis en place par la ministre.

L’ultimatum est lancé. #ResistESR

« Rééduquer l’éducation », Affiche, 2013

Travail d’archives (5). La CPU préparait le terrain pour Valérie Pécresse

La fabrique de la loi #74

← Article précédent

Article suivant­ →

Mai 2019. Valérie Pécresse s’assurait que la LPPR soit sur les bons rails. C’est que ce vient de mettre au jour Academia, à partir d’une archive. Si Academia avait au départ romancé la façon dont le Sénat avait écarté le CNU lors de l’examen de la LPR –via la suppression sous certaines conditions de la qualification– , il s’avère que la fiction devient de plus en plus proche de la réalité. En effet, un document déniché par Julien Gossa (le cahier spécial réalisé dans le cadre du colloque annuel 2019 de la CPU) montre que la CPU, l’ancienne ministre Valérie Pécresse et l’actuelle ministre Frédérique Vidal préparaient la possibilité de se passer du CNU pour recruter maîtres·ses de conférences et professeur·e·s des universités. Et tout ceci en lien avec la LPR qui n’était encore à l’époque qu’à l’état d’ébauche. En voici les éléments à l’appui.

Printing machine. Credit: Erich Ferdinand, 2006

Protagoniste n°1 : ce que voulait la CPU

« La future loi de programmation pluriannuelle de la recherche doit être un cadre d’expression des propositions issues du colloque 2019 pour que les universités, l’enseignement supérieur et la recherche publics deviennent enfin une des toutes premières priorités de l’État. C’est la volonté des présidentes et présidents d’université. »

Gilles Roussel, président de la CPU

Il est donc clair que les propositions issues de ce colloque annuel de la CPU, organisé à l’université Bretagne Sud les 21 et 22 mars 2019, ont pour but d’être retranscrites dans la LPR. Ce ne sont donc pas des paroles lancées en l’air, elles doivent avoir un écho auprès du gouvernement.

Gilles Roussel au colloque annuel de la CPU, 2019

« Parmi les mesures nécessaires pour une autonomie véritable, la CPU en identifie cinq à ses yeux, essentielles.

[…] La gestion des ressources humaines
3. Donner à l’Université l’autonomie à la fois de recrutement et de gestion des carrières de ses personnels, ce qui passe par:
– la suppression de la qualification, et la révision de l’ensemble
de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs ;
– des promotions décidées localement en s’appuyant sur un
processus d’évaluation transparent ;
– un assouplissement du cadre des missions des enseignants-chercheurs et de la comptabilisation de leurs activités, la règle des services de 192h TD équivalent présentiel, de plus en plus en décalage avec les nouvelles pratiques pédagogiques, devenant obsolète. »

La volonté de la CPU est limpide, il s’agit ici de « [supprimer] la qualification » et de « [réviser] l’ensemble de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs », donc de court-circuiter le CNU dans le cadre de la gestion des ressources humaines par les universités. On notera que la CPU désire aussi s’approprier les promotions, une autre prérogative du CNU, laissée encore intacte aujourd’hui.

Protagoniste n°2 : ce qu’en pensait la Cour des Comptes

Continuer la lecture

Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue

La fabrique de la loi #73

← Article précédent

Article suivant­ →

Analyse de la conversation ayant mené la commission mixte paritaire à maintenir la suppression –dans différentes situations– de la qualification pour devenir maîtres·ses de conférences et professeur·e·s des universités dans la loi de programmation de la recherche (article 3bis), et ce malgré les vives oppositions de la communauté.

M. Jean Hingray, sénateur. – Je rebondirai sur le chiffre donné par notre collègue Hetzel, en préambule, à savoir près de 30 000 signataires de la pétition. Je viens de le vérifier, ils ne sont que 10 000, alors même qu’en 2013, quand le Sénat avait proposé un amendement similaire, 20 000 personnes avaient signé une pétition contre un amendement de ce type. Nous notons donc un essoufflement.

Par ailleurs, si ces derniers jours j’ai reçu quelques e-mails désagréables, j’en ai aussi reçu d’enseignants qui m’ont fait part de leur soutien. Nous verrons dans quelques années ce que ce type de recrutement donnera, mais il me semble bon d’insuffler un souffle nouveau au recrutement.

D’après M. Jean Hingray, les pétitions ont moins de signatures, ce qui permet de dire que « Nous notons donc un essoufflement. »

M. Stéphane Piednoir, sénateur. – Je comprends l’émoi que cela peut provoquer dans la communauté universitaire. Nous sommes inondés de courriels depuis quelques jours, même si certains professeurs ou maîtres de conférences y voient un assouplissement intéressant. Nous avons prévu des garde-fous pour ne pas donner le sentiment d’agiter des chiffons rouges. L’article crée une possibilité, par dérogation, à titre expérimental, pour une période maximale de cinq ans. Les établissements doivent aussi obtenir l’accord de leur conseil d’administration pour déroger. Si ses membres y sont opposés, il n’y aura pas de dérogation. A contrario, si les universitaires y voient un facteur d’assouplissement, ils saisiront cette possibilité et nous en dresserons le bilan en 2024.

M. Stéphane Piednoir estime que « Les établissements doivent aussi obtenir l’accord de leur conseil d’administration pour déroger » est un garde-fous suffisant. C’est méconnaitre complètement le fonctionnement des conseils d’administration. Je me tiens à sa disposition pour en parler.

Mme Laure Darcos, sénatrice, rapporteur pour le Sénat. – […] J’ajoute que, d’une section à l’autre, les fonctionnements sont très différents. Depuis quelques années, le CNU s’est reposé sur ses lauriers, notamment sur le suivi individuel qui n’est plus assuré, ce qui a été souvent rapporté. L’objectivité voudrait que nous puissions rappeler au CNU ses devoirs et ses missions. J’espère sincèrement que cette concertation pourra remettre à plat ses missions.

Compte tenu de ces garanties, nous sommes défavorables à la suppression de cet article, telle que proposée par les propositions de rédaction déposées par Patrick Hetzel, ainsi que Sylvie Robert et Marie-Pierre Monier.

 

https://www.flickr.com/photos/vinwar75/48328662621/in/photolist-2gCD2DP-hqyFA-hqyQV-hqyHT-4McHcH-hqyLv-7GCtWJ-nRZPKU-mZVn5b-63imSc-9P6Y4A-w3zgZ-9P6XZ1-6hGjx1-dCcEE4-RCxn22-5RNok6-Kvkmt-NjxaRQ-5K7g8R-4uoKjN-bfAXSc-5TVray-9urwic-HJtH7b-7FUwJG-y8vdZp-57VvQc-5TVre3-bPhQNF-5DVvxX-86A9d8-9kAAmH-AigAW-8LgDmA-auW2bz-2hS1kdu-UZMe6B-57ZK5q-7c9RDN-axvvGz-cVKkTq-2Qqe3b-7vtXS9-HTU3B-8f6kdA-6u2Ach-54Tu5-amPfYe-4ojz78

Fog drill. Crédit: Vincent WR, 2009

Mme Laure Darcos justifie la mesure par « Depuis quelques années, le CNU s’est reposé sur ses lauriers » et souhaite « remettre à plat ses missions », confirmant ainsi qu’il s’agit d’une attaque dirigée contre le CNU et non d’une modification technique. Continuer la lecture

Patrick Lemaire interpelle Frédérique Vidal : ce que la LPR aurait pu être mais ce qu’elle sera

L’enseignement supérieur et la recherche réunissent une communauté d’individus et de groupes très diverse, et l’hétérogénéité des réactions qu’a suscitée la loi de programmation de la recherche en témoigne. Academia n’a par exemple pas toujours partagé le point de vue sur ce texte que portaient les sociétés académiques de France, et leur porte-parole, Patrick Lemaire, biologiste. Tant s’en faut. Nous avons contesté, en particulier, l’insuffisante attention portée à la nécessité de protéger activement les milliers de jeunes chercheurs et chercheuses réduites à multiplier les contrats précaires, en leur garantissant postes et maintien du statut de la fonction publique. Lutter contre leur transformation en Lumpenproletariat (féminin) de la recherche, comme certains champs disciplinaires de la recherche le pratiquent, est selon nous un combat prioritaire entre tous : le premier de tous les combats à mener.

Ceci étant rappelé, nous avons lu Patrick Lemaire ce matin dans Le Monde, et hier, sur Twitter, et nous sommes entièrement d’accord avec lui : la loi de programmation de la recherche 2021-2030 est une véritable catastrophe à tous les points de vue. Frédérique Vidal en est responsable1. Comme l’a demandé la commission permanente du Conseil national des Universités, Frédérique Vidal doit maintenant partir.

Merci, Patrick Lemaire, pour ce texte, précis, à l’acuïté terriblement mordante.

#ResistESR


  • Par Patrick Lemaire, Biologiste du développement à Montpellier, directeur de recherches CNRS.

Chère Mme la ministre, chère Frédérique Vidal, chère collègue, quelques réflexions personnelles sur cette loi « de programmation » dont vous vous félicitez tant, telle qu’elle aurait pu être et telle qu’elle sera en fait.

Cette loi, la LPPR, était grandement attendue par toute la communauté de la recherche. Cela aurait pu être une grande loi, qui vous aurait placée dans les pas d’Hubert Curien.

La LPPR aurait dû redonner les moyens financiers nécessaires à notre recherche pour la remettre sur un pied d’égalité avec les autres pays et honorer notre engagements international d’investir 1% du PIB dans la recherche publique.

La LPPR aurait dû assurer le nécessaire équilibre entre financements récurrents, qui permettent d’explorer librement, et financements sur projets, pour accélérer sur les pistes prometteuses.

La LPPR aurait dû être suffisamment précise dans sa programmation budgétaire pour que les gouvernements successifs aient du mal à justifier de ne pas la respecter.

La LPPR aurait dû redonner confiance et une perspective professionnelle aux jeunes (de plus en plus rares) qui se dirigent vers les carrières scientifiques.

La LPPR aurait dû ramener les salaires des scientifiques au niveau de ceux des corps de rang égal des autres ministères. Parce qu’ils/elles le valent bien.

La LPPR aurait dû s’attaquer au mille-feuille administratif qui gangrène la recherche publique et les structures de valorisation à l’interface recherche publique/entreprises.

La LPPR était enfin –et peut-être surtout– une occasion à saisir de porter une réflexion politique sur la place des chercheurs toutes disciplines confondues dans la société, dans les administrations et dans le processus de décision politique.

Mais la LPPR ne l’a pas fait, et vous en êtes responsable, Mme la Ministre, chère collègue.

Continuer la lecture

  1. NDLR; Thierry Coulhon en est tout aussi responsable comme manigaceur de l’ombre. []

Je milite. Je me qualifie

Malgré les nombreuses alertes d’universitaires, de chercheuses et de chercheurs, de collectifs, de syndicats ou encore de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) et de sections CNU (ici et ici), la commission mixte paritaire a entériné la suppression de la qualification —pour un certain nombre de cas— en validant son inscription dans la loi de programmation de la recherche (LPR).

Bien entendu, il y a toujours eu — et il y a encore — des débats sur les avantages et les inconvénients de la procédure de qualification. Mais selon moi, ce n’est pas le principal sujet ici. Le problème majeur vient bien plus de la façon par laquelle la loi a été amendée et votée, c’est-à-dire en catimini et sans consultation.

En tant que très jeune docteur, je n’ai aucune expérience de la procédure de qualification.Jusqu’à très récemment, je ne la connaissais que via les « on dit » et autres retours d’expériences d’enseignant·e·s-chercheur·e·s. Je voyais ainsi la qualification comme une lourdeur administrative supplémentaire. Ne devrais-je pas me réjouir de cette suppression/dérogation de la qualification ? Ne va-t-elle pas me faciliter la vie et me permettre d’obtenir un poste d’enseignant-chercheur permanent plus rapidement ?

La réponse est clairement non. C’est pourquoi je crois que poursuivre la qualification en cette période est aussi un acte militant.

Premièrement et de manière factuelle, la loi ne supprime pas la qualification pour les concours de maîtres·ses de conférences (MCF) mais permet seulement des dérogations (expérimentales) au bon vouloir des établissements et de leurs instances. Il y a donc rupture de l’égalité des chances entre les candidats, ainsi qu’un risque accru de mandarinat ou de localisme, ce qui ne me satisfait pas.

Deuxièmement, plus que vouloir régler un supposé problème d’attractivité de la France à l’internationale, ces dérogations à la qualification ont pour finalité d’affaiblir le CNU, qui est pourtant l’organe élu représentatif des universitaires à l’échelle nationale, tout en accroissant le pouvoir des présidences d’universités. Cela ne peut pas non plus me satisfaire.

Troisièmement, j’aime à croire que la qualification possède des vertus et permet de donner au recrutement des MCF un certain caractère national auquel je suis attaché. L’abandonner purement et simplement à la suite d’une unique nuit au Sénat ne peut pas me satisfaire.

Continuer la lecture

Faire barrage. Newsletter du 12 au 18 octobre 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

L’effet Emmanuelle Charpentier a fait long feu. La prix Nobel — qui avait dénoncé assez crûment le sous-financement et le sexisme de l’université française qu’elle avait quitté sans regret, sinon pour ses collègues — n’a pas entraîné l’électrochoc qu’on aurait souhaité.

Dans cette rentrée de « grosse tension entre cours à distance et clusters à virus » selon RFI, la réalité des conditions de vie et de travail s’est au contraire brutalement rappelée à nous avec la mort d’une étudiante, faute de défibrillateur sur le campus de l’université François-Rabelais (Tours), a rapidement rappelé la misère qui y règne ; avec, à côté du sexisme ordinaire, l’ampleur des violences sexistes et sexuelles subies par les étudiant∙es, dévoilée par l’OVSS ; avec la cruelle précarité des docteurs sans postes, usés par la quête d’un emploi. En dépit de la farouche opposition de la CGT Ferc-sup, de FO ESR et de Sud éducation-Sud recherche, l’opération Protokol fut un succès à 50,9% pour le Ministère, grâce aux signatures du SGEN, du SNPTES, de l’UNSA – qui sacrifient sans vergogne toute une génération de jeunes chercheurs et chercheuses pour un plat de lentilles. Si réaction il y a eu, elle a porté sur la défense des libertés et des responsabilités académiques dans l’affaire Mardirossian.

Le sursaut attendu du Sénat n’a pas eu lieu, en dépit d’une belle mobilisation du 13 octobre à Paris, où les organisations syndicales ont boycotté le CNESER, à Marseille et en ligne – qui nous a valu la réconfortante réponse de Pierre Ouzoulias. À mesure qu’approchait l’échéance du vote de la loi, les motions se sont multipliées : Ens (Paris), Institut national des sciences de l’univers (INSU). Un cap a même été franchi pour la section CNU 72 Histoire et épistémologie des sciences et des techniques, pour qui la « discipline se trouve désormais en danger », en raison de la démoralisation et de la désaffection qui touche titulaires et aspirant∙es à la titularisation. L’inquiétude de la section a trouvé confirmation dans les dernières analyses de Guilaume Miquelard-Garnier : la chute du nombre de postes ouverts à la titularisation est vertigineuse : alors qu’il y a dix ans, un∙e docteur sur 5 devenait maître∙sse de conférences, aujourd’hui, seuls 7% peuvent en caresser l’espoir.

https://www.flickr.com/photos/krishnacolor/32335488503/in/photolist-RgnQbt-587aKZ-qCP1N8-HGfFem-GPz712-6tSr1r-8AVMuB-B8DKbx-6gkkLL-9oNGJD-VSpY7w-Z45WQ3-5ZCvDK-doyHt6-5WrSqj-Q1gT3t-5JTrTn-9pKPbM-e87LCH-ejhwzJ-2jWmmDm-587nkP-zBNUVJ-9pNQA3-21eb5NG-8t9sRU-8t9sJJ-8t6qxD-8t6s9a-8t9rLW-8t9rsS-9pNQhq-9pKPrr-BFZRRN-id7AG1-SgAPEy-7iZe9u-6vHqcq-id7MDu-5CYRSu-dpLbZ-W1qw1s-pRZ6E5-v3Byka-5ZGHFu-23tkYvs-SUxsf2-imUeU-2hFUies-2jqLQ72

Prakasam Barrage, Vijayawada (c) Hari K Patibanda, 2016

Continuer la lecture