Loi « darwinienne »: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit, pdg

Mise à jour: 18 décembre 2019

À la suite de la tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS du 26 novembre 2019, et de son allocution le 8 décembre 2019 à l’occasion de la célébration des 80 ans du CNRS, les instances du CNRS et du CoNRS se sont unaniment alarmés et ils ont rappelé la nécessité d’augmenter l’emploi et les moyens, et de se préoccuper de la santé mentale des personnels placés sous sa responsabilité.

  1. Motion des présidents et présidentes du Conseil scientifique, des Conseils scientifiques des Institutions et des sections et commissions du CoCNRS
  2. Lettre du Secrétaire général du Comité consultatif d’hygiène, sécurité et conditions de travail, 17 décembre 2019

12 décembre 2019

Monsieur Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Copie à monsieur le directeur général délégué à la science et à mesdames les directrices et messieurs les directeurs des instituts du CNRS

 

Monsieur le Président-Directeur général,

Après avoir pris connaissance de votre tribune parue le 26 novembre dernier dans le quotidien Les Échos, nous — présidentes et présidents du Conseil scientifique du CNRS, des conseils scientifiques d’instituts et des sections et commissions  interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique — tenons à vous faire part de notre profonde désapprobation et de la vive inquiétude que ces propos suscitent au sein de la communauté scientifique.

Dans cette tribune, vous exposez en effet une vision de la recherche basée sur la compétition à tous les niveaux, comme en témoigne en particulier la citation suivante :

« Cette loi [de programmation pluriannuelle de la recherche] doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Nous avons pour notre part la ferme conviction que le CNRS n’a pas besoin de davantage de compétition en son sein alors même que, pour le recrutement de ses chercheurs et chercheuses par exemple, on compte jusqu’à 50 candidatures, le plus souvent de très haut niveau, pour un poste. Ce dont le CNRS a cruellement besoin, en revanche, pour « mobiliser les énergies », c’est d’un soutien beaucoup plus fort aux collectifs de travail (équipes, laboratoires) et aux coopérations qui s’y déploient.

Continuer la lecture