En marche vers le sup’ à deux vitesses ? Sur le blog de Yann Bisiou

En passant

En pleine mobilisation contre la LPPR, la République En Marche éprouverait-elle des difficultés à assumer ses coups tordus ? Après les candidats LaRem « sans étiquette » aux municipales (ou aux élections universitaires), le 49.3 passé en douce un samedi après-midi, le gouvernement nous prépare-t-il en catimini la recomposition du SUP ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser à la lecture d’un discret paragraphe en annexe du nouvel arrêté relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master. On remerciera SLU Orléans d’avoir levé le lièvre.
Ce texte est, une nouvelle fois, bien mal nommé puisque sa finalité principale est de permettre aux établissements qui ne sont pas des universités, en particulier les établissements privés, de délivrer les grades de Licence et de master pour leurs « Bachelors » ou leurs diplômes « Grande École ». Et oui, la pseudo « excellence » à la française n’est pas reconnue dans le monde entier où seuls les diplômes d’universités publiques, Licence, Maîtrise ou maintenant Master, et Doctorat, sont légitimes. Avec le «grade » qui se superpose au « diplôme » le lobby des Écoles sauve son fonds de commerce.
Suite sur le blog de Yann Bisiou.

Continuer la lecture

UFR Théâtre, Paris-8, 2020

En passant

À l’Université de Paris-8, la licence d’informatique n’ouvrira pas à la rentrée 2020, faute d’enseignant·es titulaires. Qu’en sera-t-il en études théâtrales ? Aujourd’hui, pour 296h de cours/semaine assurées, 133 sont assurées par des EC titulaires (soit 44%), 15 par des ATER-moniteurs (soit 0,5%), et 148 par des vacataires (soit 50%), très inégalement répartis.

Continuer la lecture

Ouverture de la licence d’informatique : bluff de la présidence de Paris-8 ?

Communiqué de la présidence sur la licence 1 Informatique, 19 février 2020

La présidence de l’université Paris 8, en accord avec la direction de l’UFR dont dépend la licence informatique tient à informer que, contrairement à des informations qui peuvent circuler, la licence d’informatique est ouverte, comme on peut le vérifier sur Parcoursup avec une capacité de 90 places, et sera en mesure d’accueillir, comme prévu, les nouveaux bacheliers à la rentrée 2020. Celles et ceux qui feront le choix de cette formation peuvent être assurés que tous les moyens sont mis en œuvre, comme chaque année et comme pour toutes les autres formations, pour garantir l’accueil des étudiants et leur accès à l’ensemble des cours.

Continuer la lecture

Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes

PAR AFFORDANCEINFO

11 février 2020

Ne pas céder sur son désir. Depuis 7 ans je suis responsable pédagogique et administratif d’une licence professionnelle en Community Management. Je l’étais. Car à compter d’aujourd’hui, je démissionne. Rien ne permet d’indiquer aujourd’hui si celle licence pourra ouvrir l’année prochaine. Il faudra assurer son recrutement, le suivi des inscriptions et des négociations estivales d’étudiants en recherche de contrats ou simplement en demande d’information. Il faudra aussi recruter de nouveaux vacataires. Il faudra faire les emplois du temps en jonglant avec d’innombrables contraintes. Je ne le ferai pas. Je démissionne. Je démissionne de toutes mes fonctions administratives.

En 7 ans, je pense avoir exploré toutes les principales failles d’une université qui achève de se renier dans chacune de ses valeurs fondamentales et qui ne tient plus que par la curiosité et l’envie de ses étudiants et le dévouement, hélas souvent mortifère, d’une partie de son personnel enseignant, technique et administratif.

Quand j’ai voulu monter cette licence professionnelle je suis passé par toutes les phases au mieux ubuesques et au pire kafkaïennes. On m’a fait remplir d’innombrables dossiers et formulaires sans cesse recommencés, qui n’avaient aucun autre sens que celui de m’habituer à vivre dans un monde où chaque décision, chaque choix, chaque envie et chaque idée ne vaut que si elle peut être déclinée en autant de procédures cherchant l’épuisement de la (bonne) volonté. J’ai avalé toutes les couleuvres possibles, j’ai commencé, déjà, à m’asseoir sur un certain nombre de mes principes, parce que je pensais qu’il demeurerait une possibilité de les retrouver plus tard. Que ce renoncement n’était que provisoire. J’avais tort. Continuer la lecture