Sakharov, physicien nucléaire et militant des droits de l’homme, à l’honneur à Paris, du 7 au 19 mai 2021

Il y a 100 ans, le 21 mai 1921 naissait à Moscou Andreï Sakharov. Grand savant, il est devenu un acteur de la paix, un avocat des droits humains, un dissident et la voix démocratique de la perestroïka. Ce physicien atomiste et prix Nobel de la paix en 1975, est un homme-symbole qui donna son nom au « Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit » remis chaque année depuis 1988 par le Parlement européen pour soutenir l’action des personnes ou des organisations engagées dans la défense des droits humains.

Une exposition organisée par Mémorial France avec la Mairie de Paris et le Parlement européen, en partenariat avec le Centre Sakharov et Memorial International (Moscou).

Pour plus d’information →

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Sécurité globale. De quel droit ? Un film de Karine Parrot et Stéphane Elmadjian

Sept juristes décryptent la loi Sécurité Globale

  • film réalisé par Karine Parrot et Stéphane Elmadjian, AGITI Films, 1e février 2021
Novembre 2020. L’état d’urgence sanitaire est en vigueur. La population française est confinée, nul ne peut sortir de chez soi, sauf dans quelques cas « dérogatoires » et moyennant une attestation. C’est précisément ce moment hors du commun que le gouvernement choisit pour faire adopter – suivant la procédure d’urgence – une loi sur « la sécurité globale » qui vient accroître les dispositifs de contrôle et de surveillance.

Que signifie cette idée de « sécurité globale » et d’où vient-elle ? Quels sont les nouveaux systèmes de surveillance envisagés ? Qu’est-ce que le continuum de sécurité ? Que révèle le processus parlementaire d’adoption de la loi ? Pourquoi la liberté d’opinion est-elle menacée ?

Ce film croise les points de vue de sept universitaires, chercheuses et chercheurs en droit, spécialistes du droit pénal, de politique criminelle, des données personnelles et de l’espace public. Interrogées sur cette proposition de loi « Sécurité globale », ils et elles décryptent les dispositifs techno-policiers prévus par le texte et, au-delà, le projet politique qu’il recèle.

 « Un dégoût profond pour cette République moribonde » , écrit un étudiant de sciences sociales      

Le message a circulé. Beaucoup.
Sur les listes de diffusion, sur les plateformes de messagerie. Le voici publié sur un site: Bas les masques. Il n’est pas inutile de le relire. Et de continuer à se demander que faire. De son côté, Academia continue : proposer des analyses, proposer des actions. #ResistESR.

Bonjour,

Je suis enseignant de sciences sociales en lycée en Bretagne et j’ai reçu le cri d’alarme d’un de mes ancien-ne-s élèves de première qui a participé à la manifestation parisienne contre la loi dite de sécurité globale le samedi 5 décembre dernier. Il a aujourd’hui 21 ans et il est étudiant.

Je me sens démuni pour répondre seul à ce cri d’alarme alors je le relaie en espérant qu’il sera diffusé et qu’il suscitera quelque chose. Une réaction collective à imaginer. Mais laquelle ?

Merci d’avance pour la diffusion et pour vos éventuelles réponses.

« Bonjour Monsieur,

Ce mail n’appelle pas nécessairement de réponse de votre part, je cherchais simplement à écrire mon désarroi. Ne sachant plus à qui faire part du profond mal-être qui m’habite c’est vous qui m’êtes venu à l’esprit. Même si cela remonte à longtemps, l’année que j’ai passée en cours avec vous a eu une influence déterminante sur les valeurs et les idéaux qui sont aujourd’hui miens et que je tente de défendre à tout prix, c’est pour cela que j’ai l’intime conviction que vous serez parmi les plus à même de comprendre ce que j’essaye d’exprimer.

Ces dernières semaines ont eu raison du peu d’espoir qu’il me restait. Comment pourrait-il en être autrement? Cette année était celle de mes 21 ans, c’est également celle qui a vu disparaître mon envie de me battre pour un monde meilleur. Chaque semaine je manifeste inlassablement avec mes amis et mes proches sans observer le moindre changement, je ne sais plus pourquoi je descends dans la rue, il est désormais devenu clair que rien ne changera. Je ne peux parler de mon mal-être à mes amis, je sais qu’il habite nombre d’entre eux également. Nos études n’ont désormais plus aucun sens, nous avons perdu de vue le sens de ce que nous apprenons et la raison pour laquelle nous l’apprenons car il nous est désormais impossible de nous projeter sans voir le triste futur qui nous attend. Chaque semaine une nouvelle décision du gouvernement vient assombrir le tableau de cette année. Les étudiants sont réduits au silence, privés de leurs traditionnels moyens d’expression. Bientôt un blocage d’université nous conduira à une amende de plusieurs milliers d’euros et à une peine de prison ferme. Bientôt les travaux universitaires seront soumis à des commissions d’enquêtes par un gouvernement qui se targue d’être le grand défenseur de la liberté d’expression. Qu’en est-il de ceux qui refuseront de rentrer dans le rang?

Je crois avoir ma réponse.

Continuer la lecture

Dérive liberticide pour la recherche, par Stéphane Foucard. Le Monde, 21 novembre 2020

En passant

« La recherche n’échappe pas à la dérive liberticide »

Dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », revient sur la loi de programmation de la recherche, dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Chronique. L’action du gouvernement est marquée par une dérive liberticide qui inquiète jusque dans les rangs de la majorité. Cette érosion des libertés, sans doute inédite en France à l’échelle des dernières décennies, va au-delà de quelques dispositions controversées du projet de loi dite « sécurité globale », examiné ces jours-ci par les députés, et sur lequel l’attention médiatique est focalisée.

De fait, il est surprenant que le gouvernement d’un pays démocratique manifeste, dans un même élan législatif, la volonté d’interdire de facto la diffusion d’images des forces de l’ordre par les journalistes et les particuliers, et celle de permettre la surveillance de la population par des drones, dans une étourdissante variété de situations (le recours à la reconnaissance faciale n’étant à ce stade pas exclu).

La recherche n’échappe pas à cette dérive liberticide. Adoptée par le Sénat le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche (LPR) est dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Continuer la lecture

Vers la fin de la liberté de manifester ? Le décret du 14 juin 2020 – et la décision du Conseil d’Etat du 6 juilet 2020

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #32
← Article précédent

UPDATE: Par sa décision du 6 juillet 2020, le Conseil d’Etat rétablit le droit de manifester sans autorisation.  Le juge des référés du Conseil d’Étata rétabli lundi 6 juillet le droit de manifester sans autorisation, dans la limite de 5000 personnes.

Décidément, le gouvernement a du mal avec la liberté de manifester.

Reprenons très brièvement les choses dans l’ordre, car il est devenu difficile d’y voir clair :

1° Depuis le 11 mai, tandis que le pays reprend progressivement ses activités, la liberté de manifester reste, elle, confinée. Les deux décrets du 11 mai ont, l’un puis l’autre, interdit « tout rassemblement, réunion ou activité à un titre autre que professionnel sur la voie publique ou dans un lieu public, mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes, […] sur l’ensemble du territoire de la République ». Le décret du 20 mai, puis celui du 31 mai – qui assouplissent pourtant les contraintes sanitaires – confirment chacun l’interdiction des manifestations sur la voie publique, tandis que les terrasses et les transports en commun, eux, se remplissent à toute vitesse. Que la liberté de manifester se trouve protégée par les plus hauts textes de notre édifice juridique – Constitution, Convention européenne des droits de l’homme, Pacte international sur les droits civils et politiques –, cela ne semble pas émouvoir outre mesure le sommet de l’État.

2° Nous nous sommes alors retrouvés dans la pire des situations au point de vue des libertés publiques : celle de la tolérance policière, que le gouvernement a assumée sans vergogne au nom de « l’émotion ». La tolérance policière n’est rien qu’une autre manière de désigner l’arbitraire policier : tandis que les manifestations se multiplient depuis quinze jours, le gouvernement fait le choix de ne pas les réprimer tout en les réprimant parfois, sans que l’on ne sache exactement quels critères objectifs justifient un traitement aussi inégalitaire des situations. Résultat : les participant.e.s à certaines manifestations sont contraint.e.s de régler l’amende de 135 euros prévue par le Code de la santé publique, quand d’autres, au contraire, y échappent.

3° Le 26 mai dernier, la Ligue des droits de l’homme saisit le juge des référés du Conseil d’État (référé-liberté), pour obtenir la suspension de l’interdiction générale et absolue de manifester. Le 3 juin, la CGT, la FSU, Solidaires, le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France embrayent dans le même sens. On ne peut s’empêcher de regretter la grande lenteur avec laquelle ce dernier recours a été formé, alors même que, comme le Conseil d’État le relèvera dans son ordonnance de samedi dernier, la liberté syndicale est directement remise en cause quand la liberté de manifester est atteinte (§10 de la décision). Mais de tous, c’est bien le Conseil d’État qui sera le plus lent : alors que la loi l’oblige à statuer en 48h lorsqu’il est saisi par la voie d’un référé-liberté, il en prendra 408, soit 17 jours.

La décision du juge des référés du Conseil d’État est finalement rendue samedi soir, quelques minutes après la fin de la grande manifestation sur les violences policières. L’interdiction des rassemblements mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes sur l’ensemble du territoire de la République porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression et de communication – dont la liberté de manifester ou de se réunir est une des formes d’exercice. Sa suspension est donc prononcée.

Cette décision est évidemment une bonne nouvelle. Gardons-nous de faire du Conseil d’État le champion de nos libertés, cependant, car il n’en est pas un : non seulement il a opportunément explosé le délai dans lequel il devait rendre son ordonnance ; mais en outre, il n’a pas remis en cause l’interdiction, jusqu’au 31 août 2020, de tout événement réunissant plus de 5 000 personnes, seuil parfaitement arbitraire mais prévu à l’article 3, V, du décret du 31 mai 2020.

On attendait en tout cas qu’après un désaveu aussi spectaculaire, le ministre de l’Intérieur, le ministre de la Santé et le préfet de police fassent profil bas. La réponse vient de tomber, au Journal officiel exceptionnel de ce lundi matin, 15 juin, avec la publication du décret du 14 juin modifiant celui du 31 mai.

Surprise : la liberté de manifester n’est pas exactement rétablie.

https://www.flickr.com/photos/luc_photographies/27850773996/in/photolist-Jr5uNy-7PU5mX-rDitf2-pGEFKT-aakqL5-e8qq1G-rQmFUS-s3iuET-nPjNit-ntHdno-czsxb9-edqoTj-qiEjUs-pEdsbY-c1i1ku-3UwvkW-dDcpFE-aGtukr-NdcBKj-j88cwk-yAPAc7-udG5i7-9npu5d-dsodNa-azTgyE-7ZUeYz-xR53mN-bC774y-8napzS-86RYW-rhsBfc-fzyQHu-abamye-bAcE2K-FEvBTj-7ZPm6W-q7bQ4U-wNsWgQ-dZPTf4-91gVdo-ookq5X-nbqV2k-5No1ZR-QhYxi2-eNu7gp-ciU9Fo-d5nygW-uyHbZ-FDa3z9-ggDitY

The Lighthouse, by Luc Helle, 2015

Continuer la lecture