La direction du CNRS, missionnée par le ministère, envisage de réduire la proportion de membres élu·e·s dans les sections du Comité national. Communiqué intersyndical, 30 mars 2021

Communiqué des organisations syndicales représentatives du CNRS du 30 mars 2021

Les organisations syndicales représentatives du personnel du CNRS ont été informées des intentions très graves de la direction du CNRS concernant un projet de réforme du Comité national de la recherche scientifique, lors d’une rencontre le 19 mars 2021 avec A. Schuhl, Directeur général délégué à la Science. À la demande de la ministre, la direction du CNRS est missionnée pour rendre, d’ici le début de l’été, des propositions de modifications de la composition et des missions des sections du Comité national. À cette occasion, la direction du CNRS souhaite réduire la proportion à moitié de membres élu-e-s dans les sections au lieu de deux tiers actuellement, en diminuant la part des enseignant·e·s-chercheur·euse·s élu·e·s.

Le Comité national est une instance qui représente l’ensemble de la communauté scientifique académique. Sa composition et son mode de fonctionnement visent à garantir l’indépendance de la recherche par rapport aux intérêts politiques et économiques, ce qui suppose de s’assurer de sa diversité et de sa qualité, mais aussi de son organisation démocratique. En particulier, le Comité national est, et doit rester, indépendant de la direction du CNRS. C’est pourquoi les sections du comité national sont composées d’un tiers de membres nommé-e-s et de deux tiers de membres élu-e-s issu-e-s de l’ensemble de la communauté scientifique : chercheur·euse·s du CNRS, mais aussi d’autres organismes nationaux de recherche, enseignant·e·s-chercheur·euse·s des établissements d’enseignement supérieur, ingénieur·e·s et technicien·ne·s. La proportion de deux tiers de membres élu·e·s est essentielle pour garantir la diversité et la représentativité de la communauté scientifique et l’indépendance et le rôle du Comité national.

Les organisations syndicales signataires s’opposeront à toute diminution du nombre et de la proportion de membres élu·e·s.

SNCS-FSU, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST, SNPTES

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Mis en avant

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Frédérique Vidal n’est déjà plus notre ministre

Le jeudi 25 mars, nous nous rassemblerons devant Matignon, à midi, pour déposer la pétition du 22 février.
Étudiant·es et personnels, titulaires et précaires, soyons aussi nombreux·ses que possible. Le gouvernement n’a que trop tardé. La catastrophe est déjà là.

Le rendez-vous est donné à l’angle du boulevard Raspail et de la rue du Bac (sorties de métro : Sèvres Babylone ou Rue du Bac). L’événement se tiendra dans le respect des gestes barrières. Une attestation de déplacement dérogatoire, à compléter pour chaque rassemblement ou manifestation, est disponible à l’Url suivant : Attestation de déplacement dérogatoire

Continuer la lecture

Soutien à notre collègue Rachele Borghi. Communiqué de la Commission de Géographie Féministe du CNFG, 22 mars 2021

Depuis plusieurs semaines, les propos répétés de Frédérique Vidal, qui prétend que l’université et la recherche publiques françaises sont « gangrénées » par un supposé « islamo-gauchisme », ont déclenché de nombreuses attaques, individuelles et collectives, contre des collègues et leurs travaux. Ces attaques, qui devraient se limiter à des débats d’idées, dérivent dangereusement vers des dénonciations calomnieuses de la part de certain·es personnalités universitaires qui se servent des privilèges que leur accordent à la fois leur statut dans le monde académique et leur notoriété liée à la multiplication de prises de parole dans la sphère, pour simuler un débat scientifique alors que dévoyant toute rigueur scientifique.

Dans ce contexte de remise en cause des libertés académiques et d’assauts (politiciens et médiatiques) contre les sciences sociales et celles et ceux qui les font, la commission de géographie féministe du CNFG souhaite réagir aux attaques portées par Nathalie Heinich à deux reprises contre notre collègue Rachele Borghi : une première fois dans l’émission « le temps du débat » diffusée le 22 février dernier sur France Culture, puis dans un article publié le 4 mars sur le site de  l’observatoire du « décolonialisme » (sic) intitulé « La militantisation de la recherche, et ses ravages ».

En critiquant les travaux portant sur les pratiques de l’espace de la plage par les lesbiennes — publiés notamment dans L’Espace Politique, une revue à comité de lecture dont les articles sont donc évalués anonymement par des scientifiques — elle tente de disqualifier sans autre forme de procès la géographie des sexualités comme un domaine de recherche légitime. Nier que les sexualités se déploient dans l’espace c’est faire comme si l’intime, le privé n’étaient pas politiques, ce qui renforce la répression des sexualités dissidentes à la norme et les politiques sexuelles réactionnaires. Chercher à museler les recherches dans ce domaine revient à se mettre au service d’un projet politique précis et qui ne va pas dans le sens d’une plus grande liberté.

À la volonté de discréditer les travaux de Rachele Borghi, s’ajoute la remise en cause de la pertinence de son recrutement à l’université, au seul motif que celle-ci revendique un positionnement politique queer et féministe. Or, on peut s’étonner que Nathalie Heinich parle d’une « activiste » qui « vient d’être recrutée pour enseigner à la Sorbonne » alors que Rachele Borghi a été recrutée en 2013. Ces termes rappellent en effet directement ceux des différents sites qui ont violemment attaqué la chercheuse après son élection, tels que l’observatoire (encore un) « de la théorie du genre » animé par le syndicat étudiant d’extrême-droite UNI, les sites conspirationnistes Diatala ou Fawkes news, les sites catholiques réactionnaires Gloria TV ou le Salon beige, ou encore le site d’Égalité & Réconciliation. Alors qui sont les idéologues ? Et qui sont les militant·es ? La rigueur scientifique ne peut être atteinte que lorsque le ou la chercheuse précise son positionnement politique, plutôt que de prétendre qu’elle n’en a pas ou qu’elle opère une distinction étanche entre son militantisme et sa recherche.

Continuer la lecture

Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Continuer la lecture

Exit la démocratie, bienvenue dans l’autoritarisme : contrôle de l’État, maintien de l’ordre et surveillance dans les universités grecques

Academia a pris l’habitude d’assurer une veille sur les libertés académiques dans le monde, cet ailleurs qui ne ressemble guère à notre expérience française. Du moins, qui ne rassemblait guère.

L’article d’Eleni Dimou qui explicite les enjeux sur la loi sur les universités votée en Grèce le 11 février 2021 résonne bien douloureusement avec notre actualité française dans l’enseignement supérieur et la recherche : mensonges proférés par les ministres, diffamation des universitaires, brutalité à l’encontre des étudiantes, définancement des universités — tout en déversant des fonds publics ailleurs, en Grèce sur la « police universitaire », en France sur différents « plans » —, dévalorisation de la diplomation publique pour que l’enseignement privé tire une belle épingle financière du jeu, au détriment des citoyen·nes, succession ininterrompue de lois scélérates (loi de programmation de la recherche, loi sur la sécurité globale, loi sur les principes républicains, …) : n’en jetez plus. Les universités grecques ne sont pas situées « ailleurs dans le monde » : elles sont en Europe ; elles sont françaises.

Bonne lecture.

  • par Dr. Eleni Dimou, Lecturer in Criminology, Open University (Royaume-Uni). Originellement publié sur CrimeTalk, 15 mars 2021

Un projet de loi concernant la « sécurité » et le maintien de l’ordre dans les universités grecques, entre autres, a été voté le 11 février 2021, par 166 députés de Nouvelle Démocratie, le parti de droite au pouvoir, et de Solution grecque, parti d’extrême droite, malgré l’opposition unanime des partis de gauche (132 députés), de la communauté universitaire et étudiante grecque et des syndicats de police. Cette décision est intervenue dans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui a sans doute été une situation extrêmement difficile, douloureuse, insécurisante, traumatisante et éprouvante, qui a affecté la vie de chacun et de chacune, y compris les systèmes économiques, sanitaires et culturels du monde entier. Ce contexte s’accompagne d’un avenir extrêmement incertain, obscur et flou qui accentue l’insécurité au niveau mondial et local. Le système éducatif a été particulièrement touché : les universités sont fermées depuis plus d’un an, l’enseignement ne se tient qu’à distance —avec des effets néfastes sur la santé mentale du personnel enseignant et des étudiant·es — et, en raison des règles de distanciation sociale, il est extrêmement difficile pour la communauté éducative de se réunir, de discuter et d’échanger des points de vue sur des questions urgentes concernant l’avenir de l’enseignement supérieur.

Quel est le contenu de la loi ?

Le projet de loi « Admission dans l’enseignement supérieur, protection de la liberté académique, amélioration de l’environnement académique et autres dispositions », qui est devenu une loi (4477/2021) le 17 février 2021, exige de tous les établissements d’enseignement supérieur la mise en œuvre de systèmes de sécurité tels que : la surveillance et l’enregistrement d’images et de sons (vidéosurveillance, microphones, etc.) dans les espaces ouverts et fermés de l’université ; la contrôle inquisitorial des mouvements et les systèmes d’alarme ; la restriction de l’accès aux espaces universitaires aux seuls personnels et aux étudiants de l’université, voire des contrôles biométriques aux entrées ; des systèmes de détection électronique de substances et d’objets illégaux ; et la mise en place de centres de contrôle des signaux et des images dans les locaux universitaires.

La loi prévoit également la création d’unités et de comités pour la « sécurité et la protection », ainsi que de conseils de discipline pour les étudiant·es, avec une liste de diverses infractions disciplinaires. Les premiers sont désormais responsables de l’élaboration, de la mise en œuvre, de l’évaluation et de la gestion des programmes et des exigences en matière de sécurité pour chaque université, tandis que les seconds vont mener des « interrogatoires disciplinaires » et rempliront des fonctions telles que l’autopsie1, contre-interrogatoire des témoins, interrogatoire des « persécutés » et rédaction de rapports d’expertise. Le Conseil de discipline aura le pouvoir d’imposer des amendes et même d’expulser les étudiant·es qui ont commis des infractions disciplinaires. Les unités et les comités de sécurité et de protection, ainsi que les conseils de discipline, seront composés de membres du personnel d’enseignement et de recherche de l’université, passant ainsi d’enseignants et de chercheurs à des flics et des gestionnaires de sécurité.

Les universités fermées en raison de la pandémie de COVID-19 seront également placées sous haute surveillance et sous surveillance policière en vertu de la nouvelle loi.

Continuer la lecture

  1. NDLR. D’après l’autrice, il s’agit du terme exact de la législation, qui n’a pas davantage de sens en grec qu’en français dans ce contexte. Peut-être entendre « constats liminaires. []

En Guyane, la violence contre les libertés académiques et syndicales

«  la notoriété ne suffit pas pour gérer une composante universitaire : il faut aussi des compétences et un sens des responsabilités auquel vous avez totalement failli ».

À l’INSPE Guyane, les nouvelles du conflit qui parviennent à Academia depuis une semaine sont très alarmantes : alors que le conflit s’envenime avec la directrice de l’INSPE, les agrégatifs d’anglais ont vu leur épreuve perturbée par des contre-manifestants. Un communiqué intersyndical très ferme sur les responsabilités de la directrice est aussitôt paru ; le traitement médiatique du conflit laissant tellement à désirer qu’un droit de réponse a été demandé. Nous choisissons de publier aujourd’hui la « Lettre ouverte » que les enseignants ont publié.

Continuer la lecture

Attaques contre des universitaires : le SNESUP-FSU écrit à la ministre F. Vidal

Academia reproduit ici la lettre du SNESUP-FSU à Frédérique Vidal, publiée initialement sur leur site.

Madame la Ministre,

Le SNESUP-FSU, attaché aux libertés académiques indispensables pour faire avancer les débats scientifiques suivant des démarches partagées, comme aux institutions garantissant ces libertés, déplore leur mise en cause dans des interventions médiatiques politiques qui ont abouti à fragiliser l’Université et à attiser les tensions de toutes parts.Vous avez exprimé récemment votre attachement sans faille à la protection de l’ensemble des enseignants-chercheurs et des agents du ministère.

À notre connaissance, vos déclarations ont été très vite suivies de l’attribution de la protection fonctionnelle à des enseignants de l’IEP de Grenoble dont les noms ont été diffusés sur internet accompagnés de propos injurieux ou accusatoires.En parallèle un grand nombre d’enseignants du supérieur sont exposés de façon similaire depuis une quinzaine de jours sur un site web qui les accuse d’être « complices de l’Islam radicale » (sic) et de « pourrir l’université et la France ». Certains de nos collègues craignent en conséquence pour leur intégrité. Les organismes et les établissements disposent des éléments sur cette attaque calomnieuse. Un certain nombre ont informé leurs agents concernés de leur soutien et des démarches à suivre pour bénéficier de la protection prévue par l’article 11 de la loi 83-634, notamment pour la prise en charge de frais d’avocat ou pour des mesures spécifiques suite à des menaces. Mais les autres n’ont pas alerté leurs agents. Le retrait de la page diffamant les agents aurait été demandé à son auteur et à son hébergeur mais à ce jour les propos diffamatoires sont toujours visibles.

Fin novembre un tweet du député Julien Aubert toujours accessible en ligne désignait déjà nommément sept collègues « coupables » d’« islamo-gauchisme ». D’après la question écrite n° 21254 d’un sénateur1 une maitresse de conférences ainsi visée a essuyé un refus d’octroi de la protection fonctionnelle de la part de la présidence de son établissement sur la base d’une consultation de vos services.

Face à ces discordances, le SNESUP-FSU rappelle que le droit des agents à être défendu par l’administration n’est pas à géométrie variable. La loi prévoit l’obligation de les défendre indépendamment de l’origine des attaques. La circulaire du 2 novembre 2020 sur le renforcement de la protection des agents publics rappelle que la PF est une obligation pour l’employeur public pour ne pas laisser l’agent sans défense dans une situation pouvant se traduire par une atteinte grave à son intégrité. Elle indique qu’« en cas de diffamation, de menace ou d’injure véhiculée sur les réseaux sociaux visant nominativement un fonctionnaire ou un agent public, il est demandé à l’employeur d’y répondre de manière systématique », et elle poursuit par des actions concrètes à entreprendre.

La circulaire enjoint chaque administration à communiquer largement à ses agents sur les dispositions prises – ce qui reste donc à concrétiser – et à mettre en place un dispositif permettant de recenser les attaques, les protections fonctionnelles accordées et refusées, et les mesures de protection mises en œuvre. Par conséquent le SNESUP-FSU souhaiterait avoir connaissance du dispositif mis en place, et du bilan des actions entreprises qui devait être transmis début 2021 au ministère chargé de la FP.

La circulaire demande aux ministres de garantir la mobilisation à tous les niveaux de l’administration en ajoutant « nous vous demandons de vous assurer que les agents concernés bénéficient d’un soutien renforcé et systématique de leur employeur ». C’est pourquoi le SNESUP-FSU vous demande donc de vous assurer que c’est bien le cas pour les agents du ministère victimes des attaques précitées, qu’un bilan des mesures prises et des éventuels refus de protection soit établi et lui soit communiqué (ou diffusé).

Nous attirons enfin votre attention sur la situation des étudiants, notamment les doctorants, qui se retrouveraient attaqués ou menacés dans le cadre de leur participation à des travaux de recherche ou de formation sous la responsabilité d’une administration. Il importe qu’ils sachent compter sur le soutien de celle-ci même en l’absence de lien contractuel. À cet effet, nous souhaiterions savoir la nature de la protection sur laquelle ils peuvent compter et les modalités pour en bénéficier.

Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de notre haute considération.
Anne ROGER – Christophe VOILLIOT
Co-secrétaires généraux du SNESUP-FSUPhilippe AUBRY
Secrétaire général adjoint du SNESUP-FSU
__________________________
1 JO du 4 mars, https://www.senat.fr/questions/base/2021/qSEQ210321254.html

Islamo-gauchisme : « Nous ne pouvons manquer de souligner la résonance avec les plus sombres moments de l’histoire française »

Academia republie cette tribune, initialement publiée le 4 mars 2021 dans le quotidien Le Monde, dans laquelle près de deux cents universitaires anglo-saxons, dont Arjun Appadurai, Judith Butler, Frederick Cooper et Ann Stoler, et plusieurs organisations universitaires dénoncent la « chasse aux sorcières » menée par la ministre Frédérique Vidal contre les études postcoloniales au sein des universités françaises.

Tribune. Nous écrivons pour exprimer notre profonde consternation devant la récente requête de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, demandant au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de diligenter une enquête sur les agissements « islamo-gauchistes » dans les universités françaises.

Nous regrettons qu’après le passage par le gouvernement français d’une loi sur le « séparatisme » ayant déjà accentué la stigmatisation de musulmans en France, ce soit désormais aux universitaires d’être accusés de polariser les débats publics. L’idée que l’on puisse surveiller des enseignants-chercheurs sous prétexte du « dévoiement militant de la recherche » est dans les faits une menace directe de censure qui nous inquiète à plus d’un titre.

Tout d’abord, l’État n’a ni le droit ni la compétence pour censurer les travaux d’universitaires qui s’appuient sur leur expertise pour contribuer à l’avancée du savoir dans nos sociétés. C’est un précédent dangereux qui ne saurait être toléré dans une société démocratique.

Fanon, Sartre, Bourdieu…

L’argument selon lequel des universitaires, soi-disant « islamo-gauchistes », risquent de diviser la société est dans les faits un effort visant à diffamer nos collègues. Cette attaque est de surcroît justifiée au nom de la protection de la République face à l’alliance supposée entre une partie de la gauche et un groupe religieux.

Nous ne pouvons manquer de souligner la résonance avec les plus sombres moments de l’histoire française, et notamment avec un discours attaquant les « judéo-bolcheviques » qui déjà servait à créer l’amalgame entre engagements politiques et religieux.

Continuer la lecture

L’université Bordeaux-Montaigne répond à notre ministre … et dénonce les attaques de l’État à l’encontre des SHS

Le flot des critiques à l’encontre de Frédérique Vidal se poursuit avec cette fois-ci une prise de position de l’Université Bordeaux-Montaigne, qui par la voix de son président Lionel Larré, dénonce les attaques de l’État à l’encontre des sciences humaines et sociales.

Au-delà de rappeler l’indigence des accusations de la Ministre et de son absence totale de respect pour les libertés académiques, l’Université de Bordeaux-Montaigne l’invite aussi fermement à agir contre l’explosion de la précarité étudiante.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité ». Jean Macé, Noël 1848

Noël 1848. Paris, salle Valentino. Lors du banquet des femmes socialistes, Mme Granet porte un toast à un autre Noël:

« Noël à Saint-Simon, à Fourier ! Noël à tous les peuples, qu’ils soient unis entre eux ! Noël à tous les exilés qui souffrent ! À la fraternité donc ! »

Puis Jean Macé prend la parole.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité, de celle qui s’appelle égalité quand elle a, à sa gauche, la liberté veillant sur les facultés et, à sa droite, la fraternité veillant sur les besoins »

#ResistESR

« Islamo-gauchisme, le jeu dangereux de la macronie ». André Gunthert, sur Le Média, 23 février 2021

  • par Théophile Kouamou, Intérêt public, Le Media, 23 février 2021

Ça y est. La Macronie s’en va-t-en-guerre. Elle a décidé de lancer la bataille contre un concept à la fois fumeux et ambigu, l’islamogauchisme. Une bataille qui se mène sur un front particulier : nos universités publiques, qui seraient (et je caricature à peine) des foyers de sédition voués aux idées de Mao Tsé Toung et de l’ayatollah Khomeini. Mais au fait, c’est quoi ce mot, “islamogauchisme” ? D’où provient-il ? Pourquoi Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, prend le risque d’une confrontation avec le monde universitaire en le dégainant, et en annonçant une sorte d’audit idéologique des amphithéâtres ?

Pour répondre à ces questions, j’ai invité André Gunthert, historien des cultures visuelles, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. André Gunthert a publié il y a peu sur son site imagesociale.fr, un article très instructif dont le titre est “Islamogauchisme : un épouvantail en retard d’une crise”.

Note de solidarité à l’intention des chercheuses et chercheurs en poste en France

deutsche Fassung unten
Nous, chercheurs et chercheuses en poste en Allemagne, suivons avec inquiétude les derniers développements de la polémique en France autour du prétendu « islamo-gauchisme » dans les universités françaises ainsi que les attaques répétées faites aux recherches intersectionnelles et postcoloniales. Nous y voyons un effort ciblé pour réduire au silence certains champs de recherche qui, par leurs résultats scientifiques, remettent en question des privilèges et inégalités structurellement ancrés.

Ce débat a des effets dévastateurs sur nos collègues dont on essaie de délégitimer le travail. Nous rejetons résolument les insinuations destinées à semer le doute sur leur intégrité scientifique. Nous voyons dans ces reproches un empiètement inacceptable sur la liberté de recherche et de l’enseignement académique. L’évaluation de la qualité académique d’une approche scientifique n’incombe pas aux ministres ou aux parlementaires, c’est une compétence primordiale de la communauté scientifique. Or, tout comme chercheuses et chercheurs font valoir les fruits de leurs recherches sur la scène publique sous forme d’un transfert des connaissances, leur travail régulier consiste également en l’évaluation des travaux de leurs pairs.

Nous déplorons que cette polémique ait vu certains membres du gouvernement et de la majorité présidentielle apporter leur soutien à des positions et des stratégies rhétoriques jusqu’ici réservées à l’extrême droite. Nous constatons avec inquiétude ces évolutions, qui ouvrent la voie à une profonde remise en question des principes qui sous-tendent jusqu’à présent l’enseignement supérieur et la recherche.

Le débat dépasse le seul cadre de la sphère académique française : il a une dimension européenne et mondiale. Il touche également aux valeurs communes de la coopération scientifique franco-allemande et internationale. Afin de pouvoir continuer notre travail au-delà des frontières tant disciplinaires que nationales, il est essentiel que nos collègues en France puissent poursuivre leurs recherches sans aucune intervention politique dans le choix de leurs approches théoriques, méthodologiques et empiriques. Notre échange d’idées ne saurait se faire si nos travaux étaient soumis à une conditionnalité politique.

C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité et notre soutien à nos collègues de toutes les disciplines qui refusent de telles tentatives d’intimidation. Nous lançons un appel solennel à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et à toutes les personnalités de l’échiquier politique qui alimentent cette polémique : nous vous demandons instamment de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France.

[Nous suivons de très près les développements actuels de ce débat en France. La collecte des signatures est ouverte jusqu’au 25 février inclus. Si nous arrivons à atteindre un nombre significatif de signatures, nous transmettrons cette note aux médias français et allemands le 26 février.]

*** Solidaritätserklärung mit Forschenden in Frankreich ***

Wir, in Deutschland beschäftigte Forschende, verfolgen mit Sorge die andauernde Debatte in Frankreich um angebliche „islamisch-linke“ Strömungen an den französischen Universitäten und die wiederholten Angriffe auf intersektionale und postkoloniale Forschungsrichtungen. Wir sehen darin einen gezielten Versuch, bestimmte Forschungsfelder zum Verstummen zu bringen, welche auf Basis ihrer wissenschaftlichen Erkenntnisse zahlreiche lange bestehende Privilegien und strukturelle Ungleichheiten offenlegen.