Défendre les droits de tous et toutes les enseignant∙es du supérieur en matière disciplinaire, contractuel∙les, PRAG et PRCE inclus∙es. Sur une réclamation adressée au Comité européen des droits sociaux (CDES)

Denis Roynard, président de la SAGES, participe de longue date à la réflexion menée par Academia sur les libertés académiques en France et leur extension. Si d’aucuns voudraient les voir limitées aux seul·es professeur·es d’université, les libertés académiques ou libertés universaires ont été étendues aux maîtres et maîtresses de conférences, notamment dans leurs prérogatives disciplinaires. Faut-il pour autant exclure les autres membres de la communauté universitaire — enseignant∙es contractuel∙les, professeur·es agrégé∙es et certifié∙es — des droits attachés aux libertés academiques, en particulier ceux de la justice universitaire ? C’est cette question du SAGES que va devoir traiter le Comité européen des droits sociaux (CEDS) au regard de la Charte Sociale européenne révisée, selon une procédure autonome ne nécessitant pas d’épuiser les voies de recours internes.

Cette réclamation — qui peut être lue complètement en accédant à la Pièce n°1 du site — invite à dire pour droit qu’en pratique les libertés universitaires s’appliquent à tous les enseignants universitaires, y compris les contractuel·les, et que la législation française méconnaît la Charte sur ce point. Reste à exercer une action en faveur de la liberté académique des étudiants, que les textes internationaux lui reconnaissent aussi. Il est fort dommage que les organisations étudiantes n’aient pas contesté la partie de la loi de transformation de la fonction publique qui a transformé les litiges disciplinaires les concernant en litiges administratifs de droit commun, les privant de la représentation au CNESER disciplinaire et de la juridiction de ce dernier en appel.

Résumé et enjeux de la réclamation N°211/2022 du SAGES
adressée au CEDS
(Comité Européen des Droits Sociaux)

Contexte général de l’enseignement universitaire français

Les établissements universitaires français ont pour enseignants :

  • des professeurs d’université et assimilés (professors), qui sont regroupés dans un collège électoral à part, le « Collège A », pour les différentes élections universitaires
  • les enseignants·es du « Collège B », qui regroupe :
    • les maîtres de conférence (assistant professors), qui en France sont des fonctionnaires titulaires permanents (tenured)
    • des enseignants contractuels,
    • d’autres enseignants titulaires permanents, notamment les « professeurs agrégés » (PRAG), qui appartiennent à un corps de fonctionnaires dont la majorité des agents n’enseigne pas dans le supérieur mais dans le second degré (scolaire).

Pour toutes les élections universitaires locales et nationales, à l’exception d’une seule ((Et de celles qui n’ont trait qu’à l’activité de recherche.)) (qui est en cause, cf. ci-dessous), aucune distinction n’est faite entre enseignants du Collège B, que ce soit en qualité d’électeurs ou d’éligibles. Par ailleurs en droit comme en fait, les missions d’enseignement des enseignants du Collège B ne diffèrent pas d’une catégorie à l’autre, à une exception près, la formation à la recherche, confiée aux seuls maîtres de conférence.

Ce qui est en cause au principal

Ce qui est en cause concerne le régime disciplinaire. Selon les textes en vigueur, la hiérarchie des normes, la primauté de la loi spéciale sur la loi générale, et ce qui est inhérent à la qualité d’enseignant·e universitaire et à l’autonomie des établissements universitaires, un enseignant universitaire ne peut être jugé disciplinairement que par ses pairs, et prend part, par l’élection, à la désignation des pairs destinés à le juger.

Ces principes sont totalement respectés pour les professeurs d’université et pour les maîtres de conférences, mais pas pour les autres enseignants du Collège B :

  • Seuls les maîtres de conférences sont électeurs et éligibles à la juridiction disciplinaire nationale (le « CNESER disciplinaire »), juge d’appel des décisions disciplinaires locales, ou juge de premier et dernier ressort dans certains cas ; alors que tous les enseignants du Collège B sont électeurs et éligibles aux juridictions disciplinaires des établissements universitaires locaux
  • le droit national a récemment été modifié pour permettre à l’administration de soustraire les enseignants du Collège B qui ne sont pas maîtres·ses de conférences des juridictions disciplinaires universitaires, et leur infliger des sanctions selon les procédures de droit commun en vigueur pour les contractuels et les fonctionnaires qui ne sont pas enseignants dans le supérieur.

Ce sont ces deux différences de traitement au sein du Collège B qui sont en cause dans notre réclamation.

https://www.flickr.com/photos/heroesbed/4010875401/in/photolist-77qMwa-59fGnp-bvtJQ1-rA839-cgKRe-EpxpG-jcKAj1-SeG5bo-3wREJ-Mox2W-g3U18-e8ts8-ikXXWU-23B6bcL-oyP9SB-cL1JvG-c7ZuRq-Kez2CR-3jNU8P-93CHwk-29mt3j-8n4wkc-6ohaC-6G9LCk-97RYUW-gMAKGX-aaWpFg-5U11X-dMnEXt-4hqA2f-fN7zd8-rskzpz-244WFe2-PSbXq1-23vUbbN-dcCgAr-7nkX4n-6FRwNv-cd832b-5U13S-9fRCDP-mBTCNn-51fQNN-7npRvb-qi4oQv-5opfvN-F9fPfZ-4zGi1J-8BvQ8b-pEa9tp

Crédit: Heroesbed, 2009

Continuer la lecture

IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne

En passant

Islamophobie à l’IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne,

Extraits.

C’est un rebondissement varois dans l’affaire de l’IEP de Grenoble, avec l’interpellation de deux personnes ce mardi à Toulon et la Crau. En toile de fond de cette affaire, un conflit autour de la signification du terme islamophobie opposant un professeur notamment de l’IEP de Grenoble en début d’année dernière et cette enseignante du laboratoire de sciences sociales [dont il a jeté le nom en pâture].

Sciences-po Grenoble (Isère), le 9 mars. Des étudiants manifestent devant l’école contre l’islamophobie, quelques jours après les accusations contre deux professeurs. AFP/Philippe Desmazes

Continuer la lecture

Soutien à la résistance de Bogazici University, Turquie

Liberté au monde académique,
à nos murs, à nos amis
– Signé: Des collectifs.
Mur d’Istanbul, 2022


→ Signez la pétition en françaisen anglais


Comme vous le savez peut-être, le gouvernement Erdogan viole l’autonomie institutionnelle de l’Université Bogazici depuis le 1er janvier 2021, dans une tentative de faire taire le dernier bastion de la liberté académique dans le pays.

Le traitement infligé à l’Université de Bogazici est similaire à celui qui a conduit soit à la destruction de nombreuses institutions et unités administratives séculaires en Turquie, soit au remplacement des cadres par des individus fidèles au gouvernement. Remplacer les autorités légitimes par des acolytes est une arme des pouvoirs autoritaires à notre époque, malheureusement. Bogazici n’est pas le premier à souffrir de cette stratégie. Mais les professeurs, étudiants et anciens de Bogazici sont les premiers en Turquie à s’élever contre la violation drastique des libertés académiques et de l’autonomie institutionnelle perpétrée depuis 2016. Depuis plus d’un an maintenant, nous menons une lutte non seulement pour Boğaziçi, mais pour toutes les universités publiques en Turquie.

La Magna Charta Universitatum et Scholars at Risk ont ​​récemment publié des lettres de préoccupation adressées au président Recep Tayyip Erdogan, à Erol Özvar, le président du Conseil turc de l’enseignement supérieur, et à Naci Inci, le recteur nommé par le gouvernement de l’Université de Bogazici.

En tant que réseau d’anciens universitaires, nous avons également préparé la pétition suivante en coopération avec des universitaires de l’Université de Bogazici.

Nous recueillons maintenant des signatures d’institutions, syndicats et organisations académiques et des universitaires individuels (doctorants, auxiliaires, enseignants, chercheurs) ainsi que d’autres membres du personnel universitaire.

Nous espérons que vous envisagerez de signer la pétition et/ou d’écrire une lettre exprimant votre soutien aux universitaires de Bogazici qui résistent aux violations.

Cordialement,

Continuer la lecture

Cyberattaques masculinistes. Ou comment les contrer

Trois semaines auparavant, c’est un séminaire « Santé, inégalités sociales et rapports de domination »(SIRD) qui avait été l’objet d’une cyberattaque.

Continuer la lecture

Censure à la Revue d’Histoire Littéraire de la France

  • par Élise Rajchenbach, maîtresse de conférences en littérature de la Renaissance, Université Jean-Monnet Saint-Étienne, Laboratoire IHRIM – UMR 5317,Membre junior de l’Institut Universitaire de France

Au mois d’octobre 2021, j’ai été contactée par la Revue d’Histoire Littéraire de la France pour effectuer le compte rendu de l’édition des Œuvres de Louise Labé fraîchement publiée dans la collection de La Pléiade. Cette édition est l’aboutissement d’une polémique initiée par la publication d’un ouvrage par Mireille Huchon en 2006, Louise Labé, un créature de papier, dans lequel la chercheuse, reconnue pour ses travaux de référence sur Rabelais, désattribue les Œuvres de Louise Labé1. Un nouvel opus, publié fin 2019, Le Labérynthe 2, prolonge la thèse selon laquelle Louise Labé ne serait qu’une prostituée moquée par un groupe de poètes, essentiellement lyonnais, unis par le goût des « folâtries » homosexuelles3.

Vitrail par Lucien Bégule (1848-1935) de Louise Labé, 1899. Crédit: Patrick Janicek, 2013

Je suis spécialiste de la poésie lyonnaise, de l’imprimerie lyonnaise, des femmes, des réseaux et de Charles Fontaine, qui est au cœur de la démonstration du livre de 2019. Par ailleurs, je suis l’éditrice des Rymes de Pernette du Guillet, une autre poétesse lyonnaise dont le recueil est publié de manière posthume en 1545. J’ai donc toute compétence pour lire cette édition dans le détail. Déjà sollicitée par la RHLF en janvier 2020, j’ai refusé à cette époque de rédiger un compte rendu du Labérynthe. Si j’ai toujours évité de prendre officiellement part à cette polémique jusqu’à ce jour, je n’ai toutefois jamais fait mystère, à l’oral, de ma position sur la question.

J’ai longuement hésité, cette fois-ci car peu de collègues pouvaient se charger de l’édition proposée par la prestigieuse collection de la Pléiade : parmi les quelques spécialistes de Labé, deux chercheurs, Michèle Clément et Michel Jourde, préparent une édition qui doit paraître au mois de mars 2022 chez GF – ils ne pouvaient donc se charger du compte rendu de l’édition concurrente. J’ai fait état de mes hésitations et j’ai prévenu mon interlocutrice que, dans le cas où je le rédigerais, mon compte rendu ne serait probablement pas élogieux. Si cela posait le moindre problème, je préférais que la revue s’adresse à quelqu’un d’autre.

Continuer la lecture

  1. Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, Droz, 2006. []
  2. Mireille Huchon, Le Labérynthe, Genève, Droz, 2019. []
  3. Pour un résumé de la polémique et des réactions et discussions suscitées par ces publications, en particulier le première, voir l’état finalement publié de mon compte rendu, donné ci-dessous. Par ailleurs, une partie de la bibliographie née de la polémique est accessible via le site de la SIEFAR. []

Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ?

Au Sénat, 15 décembre 2021

Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’université est au coeur de notre société : la première n’est pas étanche aux courants qui traversent la seconde. Du reste, la controverse fait avancer la connaissance.
Néanmoins, depuis trop longtemps, des établissements sont perturbés sur des fondements partisans, idéologiques, voire extrémistes. Des enseignants-chercheurs et doctorants sont empêchés de mener leurs travaux.
Plusieurs voix à droite Et donc ?
Mme Frédérique Vidal, ministre. – Le Sénat ne s’y est pas trompé, puisque la mission d’information présidée par Étienne Blanc et dont le rapporteur était André Gattolin1 a enquêté sur les influences extra-européennes qui menacent les libertés académiques.
Nous avons refondu le cadre réglementaire de l’intégrité scientifique. Ma main n’a jamais tremblé quand il s’est agi d’envoyer une inspection ou de faire évacuer des perturbateurs. Et cela faisait trop longtemps que les mains tremblaient…
L’inspection générale a créé une mission d’appui aux établissements pour intervenir lorsque la liberté académique n’est pas respectée. (M. François Patriat applaudit.)

À l’occasion de la parution de L’islamogauchisme ne m’a pas tué, Academia revient sur la séquence des événements tels que les documente l’Inspection générale, missionnée par Frédérique Vidal, dans le rapport remis à la Ministre le 8 mai2.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34457303052/in/photolist-UuSFHW-ZLscAu-FUB4gV-YLs2Yu-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-9iHUJP-9iHRjM-2eBntvU-QVCh3K-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC

Grenoble. Paula Funnel, 2017

À l’origine de l’affaire Sciences Po Grenoble — qu’on appellera désormais « affaire Kinzler », il y a l’organisation annuelle d’une « semaine de l’égalité et contre les discriminations » à l’IEP de Grenoble, qui se tient chaque année. Dans le cadre de la préparation de cette semaine, un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » réunit des étudiant∙es et des enseignant∙es. Dans ce groupe qui comporte dix membres, on trouve 8 étudiant∙es et 2 enseignan∙tes : Claire M. (CM) et Klaus Kinzler (KK).

Allumer la mèche

Il se trouve que KK a publié sur son site internet, de sa propre initiative, les échanges de courriels qu’il a eu avec ce groupe de travail. Tous ces échanges de mails se font avec les membres du groupe en copie, y compris les étudiant∙es. Ainsi est-ce bien KK qui lance les hostilités

Continuer la lecture

  1. Mieux protéger notre patrimoine scientifique et nos libertés académiques. Rapport d’information de M. André GATTOLIN, fait au nom de la MI Influences étatiques extra-européennes n° 873 (2020-2021) – 29 septembre 2021. []
  2. Nous nous appuyons très lourdement sur l’analyse de Sartorius,que nous remercions de nous avoir autorisé·es à le faire. []

Pour les libertés académiques, contre Blanquer et Coulhon. Motion de la section 17, 9 février 2022

En passant

Motion de la 17e section (Philosophie) du CNU

Adoptée à l’unanimité moins un bulletin blanc

En ces temps où l’intolérance et la violence, absolument condamnables d’où qu’elles viennent, menacent le débat démocratique et la liberté académique, nous souhaitons rappeler des principes constitutifs de notre mission de service public dans l’enseignement et la recherche.

Les attaques médiatiques venues d’une fraction du monde intellectuel, mais aussi du monde politique contre l’autonomie de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales témoignent d’une intrusion inquiétante – et inédite – du pouvoir politique dans le monde universitaire de la formation et de la recherche.

Il est inacceptable que le ministre de l’éducation nationale et le président du HCERES, instance en charge de l’évaluation des formations et des laboratoires de recherche, prennent ouvertement position en participant à des « rencontres » en Sorbonne auxquelles les organisateurs donnent le nom usurpé de colloque « scientifique ». De fait, cet étonnant paradoxe n’a échappé à personne : plusieurs des membres de ce colloque qui prétendait défendre une véritable approche scientifique étaient des essayistes et éditorialistes qui ne connaissent ni de près ni de très loin le monde académique. Il est également inacceptable, pour la section 17 du CNU, quelles que soient les approches et thématiques très diverses que ses membres développent, que des courants philosophiques historiques et importants soient calomniés et accusés auprès du public des pires maux, et leurs représentants parfois littéralement insultés. La section 17 du CNU dénonce les brutalisations qui s’immiscent dans le contexte académique d’où qu’elles viennent et demeure résolument attachée au respect de l’autonomie des institutions de formation et de recherche. Cette garantie d’autonomie et de liberté est la seule manière de préserver, dans un climat de respect mutuel, l’intégrité des débats et des controverses scientifiques qui participent au progrès des connaissances et de la réflexivité.

À Paris, le 9 février 2022


Autre motion (votée le 7 février 2022)

McCarthyisme, ou pogrom ?

WOID XXII-19

I.

Commençons par une faute d’orthographe et d’interprétation : le mot s’épelle « McCarthyisme » et non pas « MacCarthyisme ». Par convention aux USA les noms en « Mac- » suggèrent une parenté écossaise, les noms en « Mc- » une parenté irlandaise catholique et donc une position sociale inférieure à celle des immigrants écossais protestants ; le sénateur Joseph (ou plutôt « Joe » ) McCarthy tirait sa popularité du fait qu’il se présentait comme un intrus issu des classes populaires, un trouble-fête dans les bastions élitistes, anglo-saxons en prédominance, que constituaient les dirigeants au gouvernement et dans les universités. En fin de compte, les opinions politiques de Joe McCarthy comptaient moins que les ressentiments de cette classe qui, à travers lui, s’imaginait en contestation ouverte avec les dominants culturels et politiques.

Louis Budenz’s article, “Do Colleges Have to Hire Red Professors?” was published in November 1951. Soon after this article was published, the Americanism Committee of the American Legion began targeting Sarah Lawrence faculty members. November, 1951. (Harold Taylor Papers, Sarah Lawrence Archives)

C’est pourquoi, dans les universités américaines et dans les centres culturels, la résistance au McCarthyisme se fondait moins sur des différends idéologiques que sur des questions de préséance et de pouvoir. En 1950, quand la Régence de l’Université de Californie tenta d’imposer un serment de loyauté1 au professorat, la proposition déclencha un mouvement de protestation parmi des centaines de professeurs ; selon un éminent biochimiste,

« Les méthodes de filtrage propres à la faculté sont plus efficaces que n’importe quel serment de loyauté. Les compagnons de route, bien plus dangereux que les Communistes avoués, sont tenus à l’écart ou mis à la porte par ce filtrage. »

Les universitaires revendiquaient pour eux-mêmes le droit de mener la chasse aux rouges parmi leurs collègues : être Communiste, ou même penser comme un communiste, revenait à un manque de d’objectivisme scientifique que les experts seuls avaient la compétence de juger. Le mccarthyisme professoral se poursuit encore aujourd’hui aux USA, plus ou moins en sourdine : le droit à la parole (freedom of speech) garanti par le Premier Amendement à la Constitution étatsunienne ne s’applique qu’à une petite élite de professeurs attitrés.

Continuer la lecture

  1. Sur les origines du serment de loyauté imposé aux universitaires, voir le serment dans l’Italie fasciste in Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat. []

Soutien aux personnels de Sciences Po Grenoble

Nous dénonçons fermement la décision du Président de Région Laurent Wauquiez de suspendre tous les financements à Sciences Po Grenoble, et la surenchère politique qui s’en est suivie, notamment avec l’intervention du ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer. Ces décisions unilatérales et cette surenchère, encourageant les préjugés de l’idéologie d’extrême droite sur une prétendue diffusion de « cancel culture » ou de « wokisme » ou encore d’« islamo-gauchisme » à l’Université, posent un grave problème remettant en cause l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et la liberté académique, garante d’un service public d’ESR de qualité.

Pour toutes ces raisons, ces décisions et cette instrumentalisation politico-médiatique doivent faire l’objet d’une réaction publique forte du Président de l’UGA pour permettre aux collègues de Sciences Po de travailler dans des conditions acceptables, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les collègues vivent une pression et une violence forte, c’est inacceptable. Cette prise de position de la Présidence a été demandée à plusieurs reprises, notamment lors du Conseil Académique du 14 octobre 2021.

La CGT Université de Grenoble réaffirme toute sa solidarité envers les collègues de Sciences Po Grenoble qui travaillent aujourd’hui sous une pression particulièrement forte : outre cette pression médiatico-politique et les entraves aux libertés académiques qui les empêchent de travailler dans des conditions sereines, l’ensemble des personnels de Sciences Po, enseignant.es, enseignant.es-chercheurs.ses et personnels administratifs et techniques, subissent des conditions de travail particulièrement dures depuis des mois déjà, ayant conduit à de nombreuses alertes dont une alerte pour Danger Grave et Imminent, restées à ce jour sans réelle réponse.

Motion du conseil académique de l’UGA du 14 octobre 2021

Adoptée à l’unanimité

Le conseil académique de l’UGA apporte son soutien aux collègues du laboratoire Pacte soumis cette année à des menaces particulièrement violentes dans l’exercice de leur activité de recherche.

Dans un contexte où certaines disciplines, notamment en sciences humaines et sociales, font face à des attaques médiatiques, politiques, ministérielles, qui mettent en danger la liberté académique, le conseil académique confirme la légitimité entière de ces disciplines et des collègues qui y inscrivent leurs travaux.

Il appelle la présidence de l’UGA à s’associer publiquement à ce soutien et à la défense de la liberté académique contre tous ceux qui tentent de la remettre en cause.

Le conseil académique réaffirme son attachement à l’article L141-6 du code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique. »

Continuer la lecture

Réincarcération de Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI (Sciences Po)

Communiqué du 12 janvier 2022 – 18h

English below Italiano sotto

Nous apprenons avec stupeur et indignation la réincarcération dans la prison d’Evin de Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI Sciences Po, prix Irène Joliot Curie de la Femme scientifique de l’année 2020, arrêtée à Téhéran le 5 juin 2019, condamnée à cinq années de prison sur la base d’accusations fallacieuses et en dehors de tout procès digne de ce nom, et assignée à résidence à son domicile depuis octobre 2020.

Le gouvernement iranien utilise cyniquement notre collègue selon des fins extérieures ou intérieures qui demeurent opaques, mais ne concernent en rien ses activités. Fariba Adelkhah est une chercheuse rigoureuse et indépendante, et elle est donc prisonnière scientifique depuis plus de deux ans et demi.

Alors que la pandémie de Covid continue de battre son plein le gouvernement iranien met délibérément en danger la santé et même la vie de Fariba Adelkhah – la mort en détention du poète et réalisateur Baktash Abtin, samedi dernier, ayant démontré son incapacité ou son mauvais vouloir à garantir la sécurité de ses détenus.

Nous appelons les autorités françaises, les élus de la République française, et au-delà les gouvernements et les élus européens à se mobiliser pour obtenir la libération immédiate et inconditionnelle de leurs ressortissants arbitrairement mis en détention par l’Iran.

Le comité de soutien de Fariba Adelkhah

Continuer la lecture

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

Libertés académiques en librairie

Deux ouvrages ont paru dans les derniers mois au sujet des libertés universitaires ou liberté(s) académique(s), qui méritent d’être débattus au sein de la communauté universitaire. Ailleurs en Europe, Robert Quinn, Executive Director of the Scholars at Risk Network a écrit “What is academic freedom?” à l’occasion des 50 ans de la Philipp Schwartz Initiative in 2021.

Libertés académiques sous surveillance à l’INSPE Nice

En passant

Des caméras installées dans des salles de cours à Nice

  • par Mathilde Fresnois

À l’Institut national supérieur du professorat, les profs ont eu la surprise de découvrir à la rentrée un système de vidéosurveillance installé durant les vacances, filmant les étudiant·es et l’enseignant·e de dos. Ce nouvel équipement1 est installé « dans le cadre du plan d’équipement de sûreté développé par l’établissement » (sic). Les bandes (sic) ne pourront être fournies que par le directeur administratif. Une plainte a été déposée auprès de la Cnil.

Update 25/11/2021: caméras de surveillance retirées selon Libération.

Dans un communiqué, l’Université pointe que «l’objectif n’a jamais été de pointer sur les salles de cours mais de pointer uniquement sur les portes d’accès. Faisant suite aux retours des membres de la communauté, nous avons donc tout simplement décidé de retirer ces 2 caméras, chose que nous aurions faite de la même manière et avec la même célérité si la demande nous était arrivée par des remontées internes traditionnelles». Elle précise également que ces caméras «n’ont, pour le moment, jamais été mises en service».

La Cnil, gardienne de la vie privée des Français, a épinglé des établissements scolaires pour un usage abusif de la vidéosurveillance. Elle rappelait en décembre 2019 que «sauf circonstances exceptionnelles», un système de vidéosurveillance ne peut placer des élèves ou des salariés «sous une surveillance systématique et continue», et ne doit «filmer que les accès et les espaces de circulation».

Continuer la lecture

  1. Equipement: “faux plafond désuet, trois rangées de néons, une horloge, [un tableau blanc] et un vidéoprojecteur”. []