Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

Continuer la lecture

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []

Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

Non à la répression policière à Sciences Po Lyon

Communiqué des enseignant⸱es et enseignant⸱es chercheur⸱es de Sciences Po Lyon du 7 mai 2024

Nous, universitaires de Sciences Po Lyon, tenons à exprimer notre profonde indignation face à l’évacuation de l’amphithéâtre Pacaut par la police ce vendredi 3 mai. Les images de nos étudiant·es aligné·es contre un mur et contrôlé·es par les forces de l’ordre sont choquantes. Elles nous rappellent s’il était besoin le sens des franchises universitaires. Cette évacuation a eu lieu alors qu’aucun signe de trouble à l’ordre public ne se manifestait et après une nuit d’occupation sans incident. Nous dénonçons avec force la répression et la criminalisation des mouvements sociaux.

Nous sommes solidaires de nos étudiant·es ainsi traité·es alors qu’ils et elles protestent pacifiquement contre des massacres de civil·es et se soulèvent pour le respect des droits humains les plus élémentaires. Quelles que soient nos divergences d’opinion et d’analyse sur la guerre en Palestine et en Israël, nous sommes uni·es pour condamner ce climat délétère où il semble aussi inaudible de condamner les massacres du Hamas et ceux perpétrés par l’armée israélienne. L’indispensable solidarité vis-à-vis des victimes gazaouies n’empêche en rien notre réprobation sans ambiguïté de toute forme d’antisémitisme.

Continuer la lecture

Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués

Plusieurs collectifs se sont exprimés en faveur de la mobilisation et de la liberté d’expression des étudiant·es. Nous les recensons ci-dessous.

Communiqué du medialab, 25 avril 2024

Dans la nuit du mercredi 24 avril, la direction de Sciences Po a fait intervenir les forces de police pour déloger les étudiant·es rassemblé·es en solidarité avec la Palestine. L’intrusion de la police, ainsi que le recours croissant aux convocations d’étudiant·es dans le cadre de commissions disciplinaires, marquent de dangereux précédents dans la vie de notre institution. Répondre par la force à une mobilisation pacifique de nos étudiant·es est en dissonance avec les valeurs universitaires, et fait courir des risques disproportionnés à l’intégrité de nos étudiant·es.

Continuer la lecture

Menaces sur la liberté académique et la liberté d’expression dans l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR). Communiqué du SNTRS-CGT

Communiqué

Chère collègue, cher collègue, 

Le SNTRS-CGT s’alarme du climat de restriction de la liberté scientifique et de la liberté d’expression qui s’est installé dans le paysage de l’ESR depuis la reprise d’un conflit de haute intensité au Proche-Orient, le 7 octobre dernier.

La plupart des événements scientifiques touchant de près ou de loin à la question palestinienne ont été annulés ou reportés sine die. Nombre de spécialistes du Proche-Orient se sentent aujourd’hui dans l’impossibilité de s’exprimer librement à propos de leurs propres objets de recherche, redoutant des sanctions. Les journalistes reconnaissent une difficulté inédite à trouver des chercheurs et des chercheuses pour intervenir dans leurs émissions.

Ces peurs de censure sont fondées : une véritable police de la pensée s’est installée dès les premiers jours suivant le 7 octobre, avec des effets immédiats.

Le 20 octobre, la présidence de l’Université de Savoie Mont-Blanc a décidé d’interdire à la section syndicale CGT FERC-Sup d’accéder à la liste de diffusion des personnels, à la suite de l’envoi d’un communiqué sur la situation à Gaza intitulé « Halte aux crimes de guerre ! »

Au même moment, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), une véritable vague de haine et d’insultes a visé une anthropologue reconnue, spécialiste de la Palestine, pour avoir relayé le communiqué d’un syndicat étudiant sur la liste de discussion politique et syndicale interne à l’École. En réponse à ce qui ne peut être qualifié autrement que de délation calomnieuse, la direction du CNRS a initié une procédure disciplinaire accélérée contre notre collègue, pour des motifs aussi graves et choquants qu’« apologie du terrorisme » et « incitation à la haine raciale » ! Lors de cette procédure, la défense précise assurée par le SNTRS-CGT a permis de démontrer l’absurdité de ce qui était reproché à notre collègue, et de rappeler les grands principes et la jurisprudence sur la liberté d’expression, en particulier dans le monde universitaire. La direction du CNRS s’est ainsi contentée de prononcer une sanction minime – un avertissement – mais, a toutefois décidé de la publier au Bulletin Officiel, contre l’avis de la CAP.

Continuer la lecture

“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

Liberté académique en Allemagne: Déclaration de l’Association allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA)

Stellungnahme des Vorstands zur Wissenschaftsfreiheit in Deutschland

12 février 2024

En tant que comité exécutif de la Société allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA), nous souhaitons vous faire part de notre profonde inquiétude quant au fait que les chercheur·es travaillant en Allemagne voient leurs droits fondamentaux à la liberté académique et à la liberté d’expression de plus en plus restreints. La recherche et les échanges universitaires internationaux risquent d’être compromis si des chercheur·ses renommé·es qui travaillent à l’échelle internationale et qui viennent en Allemagne avec leurs engagements et des convictions politiques sont empêché·s de poursuivre librement leurs travaux ou de faire des déclarations publiques en Allemagne.

Nous insistons sur la nécessité absolue de combattre l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie en Allemagne et dans le monde. Toutefois, cet objectif ne peut être atteint par la surveillance des universitaires, de leur travail universitaire ou des déclarations qu’iels font en tant que personnes privées, comme cela a été porté à notre attention dans plusieurs cas en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Nous sommes préoccupé·es par le fait que des universitaires, en particulier celleux qui viennent en Allemagne de contextes où les discussions politiques sont menées différemment, et/ou celleux qui ont un emploi non-permanent, doivent craindre pour leur réputation ou se sentent limité·es dans leur liberté d’expression lorsqu’iels commentent le conflit israélo-palestinien. Les différends relatifs à ce conflit ne peuvent être compris exclusivement au prisme des théories critiques de l’antisémitisme. Il est nécessaire et légitime de prendre en compte les dimensions historiques, politiques, religieuses, culturelles, économiques, ethniques et nationalistes du conflit. La marginalisation des universitaires qui exercent leur liberté académique et leur liberté d’opinion, telles qu’elles sont inscrites dans la loi fondamentale allemande, ne doit pas devenir le véhicule par lequel les débats sont façonnés dans ce pays ; au contraire, ces actes de marginalisation empêchent les débats nécessaires.

Continuer la lecture

Libertés académiques : Valérie Masson-Delmotte s’alarme

Continuer la lecture

Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2

Le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon a fait parvenir à la rédaction d’Académia l’article ci-dessous, suite à la double interdiction – l’une décidée par la présidente de l’université Lyon 2, l’autre par la préfète du Rhône – de la conférence que ce syndicat entendait organiser avec le collectif Palestine69 dans les locaux de l’université, puis à la Bourse du travail.

Outre les enjeux importants en termes de libertés universitaires que le communiqué retranscrit bien, on notera la formule particulièrement inquiétante pour la liberté d’expression employée par la préfète dans son arrêté, pour qui “la conférence ‘Gaza. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide ? Israël au tribunal !’ organisée le 1er février 2024 à la Bourse du Travail à Lyon 03 constitue, par son objet même, un trouble à l’ordre public“.

Le 1er février 2024, le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon et le collectif Palestine69 organisaient une conférence visant à informer la communauté universitaire de Lyon sur les décisions juridictionnelles rendues en droit international concernant la situation actuelle en Palestine. Celle-ci devait se tenir à l’Université Lumière – Lyon 2. Cette conférence devait être animée par Maitre Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon et spécialiste du droit international, qui a déposé la plainte contre Israël pour génocide et crimes de guerre devant la Cour Pénale Internationale avec plus de 500 avocat-es.

Malgré de nombreux échanges entre le syndicat et l’Université en amont de la conférence, cette dernière a été annulée par la présidence le 30 janvier dernier « pour des raisons de sécurité ».

Cette annulation, en réalité une interdiction, a été faite à la demande de la préfecture, suite à une campagne de dénigrement menée par le CRIF, d’interventions du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rassemblement national de la jeunesse (RNJ) du Rhône. 

A l’heure où la Cour Internationale de Justice, devant un risque sérieux de crime de génocide, demande à l’État d’Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à et contre Gaza », cette interdiction est une nouvelle atteinte aux libertés universitaires. Qu’une université cède au chantage de personnalités politiques et de la préfecture est très préoccupant.

Les universités sont des lieux de production de savoirs et doivent demeurer des lieux de libre expression sur tous les sujets, y compris la situation au Proche-Orient. Il ne revient ni aux élu-es politiques, ni à l’autorité préfectorale de définir, directement ou par le biais d’interdictions, ce qui peut ou non être débattu, exposé ou enseigné, dans le respect de la loi, dans les enceintes universitaires ou par les universitaires.

Ces pressions ne sont pas nouvelles, l’offensive de Laurent Wauquiez qui affirme que «  le maintien de cette conférence dans l’enceinte de votre établissement aurait tout d’une provocation » s’inscrit dans une longue lignée d’attaques des libertés universitaires de la part du président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, telles que la suspension des financements de l’IEP Grenoble en 2021, et n’est pas sans rappeler la campagne contre « l’islamo-gauchisme » de Frédérique Vidal. 

Aujourd’hui, ce sont les libertés d’expression sur la Palestine qui sont le fruit de nombreuses attaques (lire notamment le manifeste du Comité pour la liberté d’expression scientifique et d’action de solidarité académique avec la Palestine), mais ce ne sont ni les premières ni les dernières, en réalité, c’est l’indépendance même de l’Université qui est attaquée.

C’est pourquoi nous avons décidé de contester la décision au tribunal administratif en déposant un référé auprès du Tribunal administratif de Lyon le 30 janvier 2024.

Continuer la lecture

Lettre de soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’European Association of Social Anthropologistssur la situation à Gaza

English below

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à signer cette lettre ouverte en soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza, qui a été critiquée par certains membres de l’EASA.

En plus de soutenir la déclaration, nous exprimons également nos inquiétudes quant aux restrictions faites aux libertés académiques en Europe et demandons la création d’un groupe de travail chargé

  1. d’examiner cette question,
  2. d’offrir un soutien aux collègues qui subissent des représailles pour avoir partagé publiquement leurs analyses de la situation en Israël/Palestine et
  3. de suggérer des moyens d’aborder la situation des universitaires et des étudiants palestiniens en Europe et au Moyen-Orient.

Certains d’entre nous, en particulier ceux qui occupent des emplois précaires, ne seront peut-être pas en mesure de signer cette lettre. Nous demandons donc à chacun de rejoindre l’Assemblée générale de l’EASA le 21 décembre (en ligne, de 14h à 16h CET) et de voter anonymement en faveur de la création du Groupe de travail sur les libertés académiques et les droits humains. Tous les membres de l’EASA recevront le lien vers la réunion deux jours avant l’AGA. Si vous n’êtes pas membre de l’EASA, vous pouvez envisager de le devenir pour ce vote important.

Dernier campus de Gaza, Al-Azhar University détruite par l’armée israelienne le 4 novembre 2023

Déclaration du comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza

Le comité exécutif de l’Association européenne des anthropologues sociaux exprime sa solidarité à celles et ceux qui pleurent la perte de leurs proches, tant en Palestine qu’en Israël.

Nous condamnons fermement la violence perpétrée par l’État israélien contre les civils de Gaza. Cela concerne toutes les formes de violence infligées aux Palestiniens : les frappes aériennes qui tuent sans distinction une population composée pour moitié d’enfants ; la destruction massive des moyens de subsistance et des infrastructures — y compris les hôpitaux, les écoles, les mosquées, les églises et l’Université islamique de Gaza ; l’affamement de la population en coupant son accès à l’eau, à l’électricité, au carburant, à la nourriture, aux fournitures médicales et à l’aide humanitaire.

En tant qu’anthropologues spécialistes de la violence d’État, des droits humains, de la paix, des conflits et de la sécurité, nous mettons en garde contre les récits décontextualisés de conflits et de « terrorisme ». La présentation génocidaire des Palestiniens comme des coupables, des « animaux humains » et comme méritant une punition collective a déjà incité à la haine meurtrière contre les musulman·es et les Arabes dans d’autres parties du monde, et risque de soumettre encore davantage les Palestinien·nes de Gaza et de Cisjordanie à la violence des colons, en ajoutant à la violence d’État dont iels sont déjà victimes.

En tant qu’anthropologues basés en Europe, nous condamnons également fermement le soutien de l’UE et des gouvernements européens à des actes assimilables à des crimes de guerre au regard du droit international. Nous demandons instamment aux gouvernements de respecter les dispositions du droit international qui protègent les civils et de comprendre que leurs actes et leurs paroles ont de lourdes conséquences susceptibles de se traduire par une violence généralisée à l’encontre des Arabes, des musulmans, des Palestinien·nes et de ceux qui soutiennent leur sort — y compris les nombreuses voix dissidentes en Israël et ailleurs.Nous sommes profondément préoccupé·es par les mesures répressives prises dans certaines universités, en Europe et ailleurs, à l’encontre de celles et de ceux qui ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens et qui ont été suspendu·es ou harcelé·es.Cette réduction au silence totalitaire de la dissidence face à la violence et à la guerre est inacceptable et en totale contradiction avec la mission de l’enseignement supérieur qui est de nourrir l’esprit critique des étudiants et du public. Nous condamnons également la répression violente des manifestations pacifiques en Europe et ailleurs.

Nous répondons à l’appel de nos collègues de l’Université de Birzeit à s’élever contre la violence génocidaire, l’occupation et la violation flagrante des droits de l’homme à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et nous demandons à la communauté universitaire de remplir sa mission de critique des structures oppressives, de mise en garde contre les effets de la violence et de l’occupation, et de dire la vérité au pouvoir.

Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et à une aide humanitaire immédiate pour la population de Gaza, ainsi qu’à un engagement d’Israël et de tous les gouvernements en faveur d’un processus de paix qui s’attaque aux inégalités historiques, à l’injustice et à la violence structurelle dans la région.

Ana Ivasiuc, présidente de l’EASA
Au nom du comité exécutif de l’EASA

Continuer la lecture

Menaces sur les libertés académiques à HEC

En passant

Ayant exprimé plusieurs fois son opinion sur les choix européens sur le conflit qui cible Gaza, Alberto Alemanno a fait l’objet d’une virulente campagne de la part d’étudiant·es déterminé·es, soit par des pressions sur la direction d’HEC, soit par une tribune des anciens d’HEC :

Alberto Alemanno

À HEC Paris, un professeur de droit, juriste, Alberto Alemanno, répand sur les réseaux sociaux un activisme virulent. Au dépens des valeurs même de l’établissement qui lui sert de carte de visite.

Depuis le 7 octobre, date du massacre de plus de 1200 civils, pogrom ayant conduit à une prise d’otages de 240 civils en Israël, ses prises de position publiques semblent chercher une posture provocatrice, empreinte de haine envers Israël. Il n’hésite pas à qualifier ce pays d’état “apartheid’ et coupable de “génocide” sans aucun fondement rigoureux, et invoque une “résistance” dont chacun sait qu’elle est l’alibi d’un projet d’élimination pure et simple des Juifs, et d’Israël.

Iels ajoutent :

D’innombrables mails ont été adressés à la direction, qui n’a toujours pas répondu. Ce silence vaudrait-il approbation ? Indifférence ? Mépris ? Ou tout simplement capitulation devant des professeurs militants en roue libre ?

Par son silence, HEC Paris cautionne la désinformation, la diffusion d’une idéologie exterminatrice, l’absence de nuances entre cause palestinienne légitime et prurit idéologique du Hamas ?

Continuer la lecture

Du Québec. Déclaration sur la liberté académique dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Déclaration de la Fédération Québécois des professeurs et des professeures d’université sur la liberté académique
dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Oct 27, 2023

Le Conseil fédéral de la FQPPU rappelle l’importance fondamentale de la liberté académique en milieu universitaire. Cette liberté comprend le droit de mener des recherches et des réflexions critiques dans une quête honnête de la connaissance, à l’abri de la censure institutionnelle, y compris celle du gouvernement.

Le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît qu’échapper à la censure politique et institutionnelle est d’une importance cruciale en temps de guerre et de conflit, alors que les écrits et propos des chercheurs·euses peuvent contribuer à rectifier ce que véhiculent les campagnes de désinformation.

Le Conseil fédéral de la FQPPU soutient les initiatives antiracistes et décoloniales dans les établissements d’enseignement et s’oppose à l’antisémitisme, à l’islamophobie et au racisme anti-palestinien, ainsi qu’à toutes les autres formes de racisme et de haine.

Il s’oppose fermement à ce que le corps professoral soit exposé au sectarisme ou à la haine dans les salles de classe et sur les campus. Il exige que les administrations des universités garantissent la sécurité de toutes et de tous les universitaires pris·es pour cible en raison de leurs recherches, de leurs enseignements ou de leur engagement politique; et qu’elles mettent en œuvre les mesures nécessaires pour assurer leur protection.

Considérant l’actualité récente, le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît que les pressions exercées, notamment par des élu·es ou des administrateurs·trices, contre les universitaires qui soutiennent la cause palestinienne ont un effet dissuasif sur les libertés universitaires du corps professoral dans son ensemble, tant dans les salles de classe, les recherches que dans les politiques institutionnelles. Toutes les formes de répression à l’endroit des universitaires qui se positionnent sur la question palestinienne, quelle que soit leur position, doivent être activement combattues, et les chercheurs·euses et enseignant·es universitaires ne doivent en aucun cas subir du harcèlement, des menaces ou de l’intimidation en raison de la nature de leur travail.


Sur Academia

La CGT FercSup dénonce l’instrumentalisation de la tragédie Israël-Palestine

Communiqué de presse

En réponse au tweet de la ministre Sylvie Retailleau (ESR)
sur la tragédie en cours en Israël et en Palestine

Montreuil, le 11 octobre 2023

“Dans un tweet du 9 octobre 2023, Sylvie Retailleau, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, laisse entendre que la guerre et les horreurs au Moyen-Orient auraient des répercussions dans les universités françaises. Elle écrit : “Nous avons parfois assisté ces dernières heures à des actions et des propos d’une particulière indécence”, sans citer un seul fait ou évènement à l’appui de son affirmation. Elle invite ensuite les Présidents d’Université, dans un courrier, à faire des signalements au procureur de la République au titre de l’article 40 de procédure pénale.

Continuer la lecture