Censure à la Revue d’Histoire Littéraire de la France

  • par Élise Rajchenbach, maîtresse de conférences en littérature de la Renaissance, Université Jean-Monnet Saint-Étienne, Laboratoire IHRIM – UMR 5317,Membre junior de l’Institut Universitaire de France

Au mois d’octobre 2021, j’ai été contactée par la Revue d’Histoire Littéraire de la France pour effectuer le compte rendu de l’édition des Œuvres de Louise Labé fraîchement publiée dans la collection de La Pléiade. Cette édition est l’aboutissement d’une polémique initiée par la publication d’un ouvrage par Mireille Huchon en 2006, Louise Labé, un créature de papier, dans lequel la chercheuse, reconnue pour ses travaux de référence sur Rabelais, désattribue les Œuvres de Louise Labé1. Un nouvel opus, publié fin 2019, Le Labérynthe 2, prolonge la thèse selon laquelle Louise Labé ne serait qu’une prostituée moquée par un groupe de poètes, essentiellement lyonnais, unis par le goût des « folâtries » homosexuelles3.

Vitrail par Lucien Bégule (1848-1935) de Louise Labé, 1899. Crédit: Patrick Janicek, 2013

Je suis spécialiste de la poésie lyonnaise, de l’imprimerie lyonnaise, des femmes, des réseaux et de Charles Fontaine, qui est au cœur de la démonstration du livre de 2019. Par ailleurs, je suis l’éditrice des Rymes de Pernette du Guillet, une autre poétesse lyonnaise dont le recueil est publié de manière posthume en 1545. J’ai donc toute compétence pour lire cette édition dans le détail. Déjà sollicitée par la RHLF en janvier 2020, j’ai refusé à cette époque de rédiger un compte rendu du Labérynthe. Si j’ai toujours évité de prendre officiellement part à cette polémique jusqu’à ce jour, je n’ai toutefois jamais fait mystère, à l’oral, de ma position sur la question.

J’ai longuement hésité, cette fois-ci car peu de collègues pouvaient se charger de l’édition proposée par la prestigieuse collection de la Pléiade : parmi les quelques spécialistes de Labé, deux chercheurs, Michèle Clément et Michel Jourde, préparent une édition qui doit paraître au mois de mars 2022 chez GF – ils ne pouvaient donc se charger du compte rendu de l’édition concurrente. J’ai fait état de mes hésitations et j’ai prévenu mon interlocutrice que, dans le cas où je le rédigerais, mon compte rendu ne serait probablement pas élogieux. Si cela posait le moindre problème, je préférais que la revue s’adresse à quelqu’un d’autre.

Continuer la lecture

  1. Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, Droz, 2006. []
  2. Mireille Huchon, Le Labérynthe, Genève, Droz, 2019. []
  3. Pour un résumé de la polémique et des réactions et discussions suscitées par ces publications, en particulier le première, voir l’état finalement publié de mon compte rendu, donné ci-dessous. Par ailleurs, une partie de la bibliographie née de la polémique est accessible via le site de la SIEFAR. []

Toute honte bue: la thèse *subventionnée* à 700€/ mois

Il arrive quelque fois sur les réseaux sociaux des inquiétudes légitimes par rapport aux financements accessibles aux étudiant-e-s : tel “stage” payé 400€ par mois qui demande les compétences et le travail d’un-e Master.

Il existe désormais la thèse subventionnée, celle qui jette quelques miettes, sans contrat de travail, ni protections et charges sociales, pour un emploi qui suppose un bac +5 et exige trois ans de travail, le tout à 8400€/an, soit 1/3 du coût du contrat doctoral, qui inclut un salaire et des cotisations patronales.

 

L’Université doit-elle accepter cela?

Information disponible sur Fabula.org.

Proposition de thèse subventionnée : Cartographie du Web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes

 

PRESENTATION

L’équipe MARGE (E.A. 3712) de l’université Jean Moulin-Lyon 3 propose à un.e étudiant.e titulaire d’un Master 2 de Lettres, un doctorat sur le thème : « Cartographie dynamique du web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes  ».

Dans le cadre d’un programme de recherches destiné à identifier, dans l’ensemble des aires francophones, les productions littéraires nativement numériques (blogs, sites, réseaux sociaux), le doctorant/la doctorante sera chargé.e plus particulièrement d’explorer les réalisations de ce type dans les pays francophones.

Il s’agira d’identifier les acteurs du web littéraire, d’étudier la poétique de ces productions, ainsi que les dynamiques de réseaux, qui redessinent actuellement une francophonie décentrée.

Le doctorant/la doctorante aura une solide formation littéraire, et éventuellement en Humanités numériques. Il/elle sera également amené.e à maîtriser des outils de moissonnage et d’indexation des corpus, qui pourront si besoin faire l’objet d’une formation spécifique en cours de doctorat.

Continuer la lecture