Au Monde. “J’ai beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle”

Je vous écris parce que je suis scandalisée par votre choix de publier la tribune intitulée   « Le problème n’est pas tant l’“islamo-gauchisme” que le dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche », parue dans le journal daté du 22 février 2021. Cette tribune est un exemple lamentable de manipulation du langage, de l’information et des idées.

Ainsi, rappeler que le terme « islamo-gauchisme » a été forgé il y a une vingtaine d’années par un universitaire et prétendre que cela lui confère une légitimité scientifique, c’est ne pas tenir compte du contexte historique, alors que la société française a connu d’intenses bouleversements en vingt ans ; c’est ne pas non plus tenir compte des biais et préjugés politiques qui déjà pouvaient influencer l’inventeur de ce terme.

La suite de l’argumentaire est proprement scandaleuse et les signataires de l’article, qui doivent se sentir bien menacés par les avancées de la recherche universitaire pour avoir recours à des fils aussi gros, nous expliquent purement et simplement que travailler sur des sujets de politique contemporaine revient de fait à être militant.

J’en prends un exemple parmi d’autres :

« Nous en sommes au point où certains représentants de ces studies se révèlent incapables de faire la différence entre l’un et l’autre : telle cette enseignante se présentant sur Mediapart comme « universitaire féministe » tout en se plaignant que son enseignement soit discrédité comme militant… »

J’espère bien qu’à l’université, en France et au XXIe siècle, il est possible de se déclarer féministe sans voir aussitôt son enseignement discrédité.

Je comprends la nécessité, pour un journal comme le vôtre, du pluralisme, et de donner la place à différentes opinions, pour que le débat ait lieu.

J’ai en revanche beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle, en le présentant en plus comme légitime, l’en-tête précisant qu’il émane d’un collectif de 130 universitaires.

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas le fonctionnement de l’université, il peut apparaître comme l’expression légitime d’une grande minorité à l’université, ce qu’il n’est pas. D’ailleurs, n’apparaissent finalement à la fin de l’article qu’une poignée de signatures. La plupart des signataires qui s’attaquent au « dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche » sont d’ailleurs connus pour être tout aussi militants, simplement ce sont des militants de droite, et bien sûr, l’enseignement et la recherche sur leurs propres valeurs et sur leurs propres biais ne leur pose aucun problème1.

Je n’ai pas l’habitude de prendre la plume pour m’exprimer sur des questions d’actualité et de politique contemporaine, mais ce qu’il se passe en ce moment autour de l’université est extrêmement grave, et vos choix éditoriaux plus que légers participent selon moi à la mise en danger d’une institution déjà extrêmement fragilisée.

Cette alliance entre des universitaires âgés et dépassés, qui sentent leur pouvoir leur échapper, et des politiques qui voient dans ces accusations une opportunité de réélection, met en danger ce qui est pour moi un des fondements de notre société : une recherche libre et indépendante, à laquelle on laisse l’espace de poser des questions, même lorsqu’elles vont à l’encontre de l’agenda politique du moment. C’est ainsi que fonctionne une démocratie, et il serait bon de le rappeler.

En leur donnant la parole, à plusieurs reprises — vous aviez déjà publié leur première tribune, tout aussi problématique — vous contribuez à laisser penser au grand public qu’il y a un problème à l’université auquel il serait bon de s’intéresser. Il y a effectivement des problèmes à l’université, et ailleurs — qui n’attendent que vous.

J’espère ne plus avoir à rencontrer ce genre de textes — inintéressants, de mauvaise foi, et politiquement hautement problématiques — dans un journal que je lis justement pour sa capacité à garder un équilibre dans les sources d’information et les sujets abordés.

  1. NDLR. En matière de paresse intellectuelle, on lira avec profit l’article promu par Le Monde dans ce texte : A l’université, une guerre de tranchées autour des questions de race, de genre ou d’écriture inclusive, 16 mars 2021. []