Un suicide dans les règles (5). Sur la sollicitude des philosophes et la sollicitude heideggerienne en particulier

Marie-Claude Lorne in memoriam (5)

    • par Yves Michaud, Traverses, 20 novembre 2008

Marie-Claude Lorne, Dessin par Litllemarquisart 2022

Il est beaucoup question en France depuis quelques années de l’éthique de la sollicitude. C’est ainsi que l’on traduit le terme anglais care qui veut dire “soin”, surtout dans l’expression “prendre soin de” (take care of).

Cette éthique du care est apparue au début des années 1980 à partir de la réflexion féministe. Elle s’oppose aux conceptions formalistes ou prescriptivistes de l’éthique.

Certaines philosophes féministes ont voulu à l’époque faire entendre une voix différente (Carol Gilligan, In a Different Voice, 1982, traduit en français sous le titre Une voix différente, pour une éthique du care), une voix qui ne serait pas celle des mâles et des maîtres, mais celle de l’attention aux êtres et aux choses à partir de la position féminine spécifique, celle du « soin ».

Ce que beaucoup de philosophes qui s’intéressent en France à l’éthique de la sollicitude ne savent pas ou ne veulent pas savoir, tout pressés qu’ils sont d’importer avec vingt ans de retard un produit américain chic et exotique, c’est qu’une approche casuistique, respectueuse des personnes et de leurs différences, très proche de l’éthique de la sollicitude, a été largement anticipée en France par le personnalisme, qu’il fût chrétien ou protestant, celui de Mounier, Lacroix ou Vialatoux, et plus tard Ricoeur. La grandeur de ces philosophes fut, cela vaut quand même la peine d’être signalé, d’être les premiers à dénoncer la torture en Algérie, avant-même le général de la Bollardière et les intellectuels de gauche (le livre La répression et la torture de Joseph Vialatoux date de 1957).

Je commence par cette mise au point sur l’éthique de la sollicitude pour deux raisons.

L’une de fond, l’autre polémique.

La raison de fond est qu’il me semble que, de manière exemplaire, dans l’affaire Lorne, comme dans beaucoup de cas de traitement administratif ou managérial des personnes, on n’a pas fait preuve de beaucoup de sollicitude.

Je reviens une dernière fois sur les faits qui sont à l’origine (je ne dis pas la cause) de ce drame et notamment le fonctionnement de la fameuse commission qui refusa la titularisation de madame Lorne.

Commençons par les absents de la commission.

Beaucoup d’entre eux aujourd’hui protestent, – mais ils auraient dû être là !

Continuer la lecture

“Islamo-gauchisme, le jeu dangereux de la macronie”. André Gunthert, sur Le Média, 23 février 2021

  • par Théophile Kouamou, Intérêt public, Le Media, 23 février 2021

Ça y est. La Macronie s’en va-t-en-guerre. Elle a décidé de lancer la bataille contre un concept à la fois fumeux et ambigu, l’islamogauchisme. Une bataille qui se mène sur un front particulier : nos universités publiques, qui seraient (et je caricature à peine) des foyers de sédition voués aux idées de Mao Tsé Toung et de l’ayatollah Khomeini. Mais au fait, c’est quoi ce mot, “islamogauchisme” ? D’où provient-il ? Pourquoi Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, prend le risque d’une confrontation avec le monde universitaire en le dégainant, et en annonçant une sorte d’audit idéologique des amphithéâtres ?

Pour répondre à ces questions, j’ai invité André Gunthert, historien des cultures visuelles, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. André Gunthert a publié il y a peu sur son site imagesociale.fr, un article très instructif dont le titre est “Islamogauchisme : un épouvantail en retard d’une crise”.