#BnFgate Les raisons de la colère

 

La fonction essentielle d’une bibliothèque est de favoriser la découverte de livres dont le lecteur ne soupçonnait pas l’existence et qui s’avèrent d’une importance capitale pour lui. » — Umberto Eco.

  En mars dernier, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission historique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au « Rez-de-Jardin », des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé. Désormais, depuis mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et directement consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant 3h30 les après-midis, de 13h30 à 17H30. 3 heures 30 sur 11heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. 3 heures 30 seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. 3 heures 30 seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire. Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué aux lectrices, lecteurs, chercheuses, chercheurs alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée et à la lecture qu’elles nécessitent la liberté de lire en commandant les livres dont elles ont besoin dans le moment où elles ont besoin ? Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales.*

https://www.flickr.com/photos/nellsjourney/33873554285/in/photolist-TBhPy2-2mrH6K7-2djd8km-PCyGog-8jKFn7-8jGrxt-uqggZ-2djd1tf-6oCFP2-Pmfawc-BCWbH-EmMkwe-7dJ3WK-2jVcMDA-TLNCQN-2aC7a2o-fgr2Bj-nocX7C-2jVcMEx-2kS7YsJ-2jAQbCn-AdkGaH-2mgKaac-5S4DcS-2mPL2xN-266vZb3-RfRxAj-2kMSMbd-2kMrMtf-2kMriCw-nqRNmf-2kMriD3-nocXnN-2jWKBah-25Pn55A-2mPQDhx-9zu7sJ-2kMWDWz-2kMWcZ3-Gd7C9g-2kMCAC6-B6hdQX-2kS9BbP-2kSag6A-8p9AnQ-2miZdxU-2k4Yf5j-fBcmfH-24W9wCE-ounXNZ

BNF, Paris. Crédit: Nell’s journey, 2016

Continuer la lecture

#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.