Racisme d’État : les « Sages » républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

Vidal au stade critique. Communiqué de Sauvons l’université !, 17 février 2021

Sauvons l’université ! avait été la première à monter au créneau lorsque Jean-Michel Blanquer, dans les pas d’Emmanuel Macron et de Marion Maréchal-Le Pen, avait tenu des propos diffamatoires devant les sénateurs et sénatrices. Academia reproduit le communiqué que l’association fait paraître ce jour sur leur site.


Ainsi, depuis des mois, par petites touches, se met en place un discours officiel anti-universitaire, sans que jamais la ministre de l’Enseignement supérieur qui devrait être le premier rempart des universitaires contre ces attaques n’ait eu un mot pour les défendre » disions-nous dans notre communiqué du 24 octobre pour dénoncer les propos de Jean-Michel Blanquer devant les sénateurs dans lesquels il dénonçait « des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits ».

Dans une tribune à L’Opinion deux jours plus tard la ministre de l’ESR semblait y répondre du bout des lèvres : « L’université n’est pas un lieu d’encouragement ou d’expression du fanatisme ». Bien.

Mais depuis, la petite musique est devenue fanfare assourdissante : ainsi, deux députés LR, Julien Aubert et Damien Abad demandaient en novembre une mission d’information de l’Assemblée Nationale sur « les dérives idéologiques dans les établissements d’enseignement supérieur » ; ce même Julien Aubert publiait le 26 novembre 2020 les noms et les comptes Twitter de sept enseignants-chercheurs, nommément ciblés et livrés à la vindicte publique ; cette dénonciation calomnieuse s’ajoutait aux propos tenus par la rédaction du journal Valeurs Actuelles à l’encontre du Président nouvellement élu de l’université Sorbonne Paris Nord ; le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin (le 1er février 2021 sur France-Inter) parlait d’idéologie racialiste ; la députée LR Annie Genevard dans le débat sur l’interdiction du voile à l’université dans le cadre de la loi sur le séparatisme (le 3 février 2021) synthétisait tout cela en affirmant que « L’université est traversée par des mouvements puissants et destructeurs […] le décolonialisme, le racialisme, l’indigénisme et l’intersectionnalité ».

Et le 14 février, la ministre Frédérique Vidal, muette sur l’abandon de l’université et de ses étudiants depuis le début de la pandémie, sonne l’hallali sur une chaîne ouvertement d’extrême droite :

« Ce qu’on observe à l’université, c’est que des gens peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou des idées militantes de l’islamo-gauchisme en regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi, etc… »

Et de répondre dans un rire à une question toute en nuance de l’interviewer

« Il y a une sorte d’alliance, si je puis dire, entre Mao Zedong et l’Ayatollah Khomeini ? » : « Mais vous avez raison ! »

Tant de bêtise pourrait prêter à rire.

Mais au milieu d’inepties qui ne témoignent que de sa confusion, Frédérique Vidal conclut, sans crainte de se contredire dans une même phrase :

« On ne peut pas interdire toute approche critique à l’université. Moi c’est ça que je vais évidemment défendre et c’est pour ça que je vais demander notamment au CNRS de faire une enquête sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université de manière à ce qu’on puisse distinguer de ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève justement du militantisme et de l’opinion ».

Voilà le CNRS transformé en IGPN (Inspection Générale de la Pensée Nationaliste).

La chasse aux sorcières est donc lancée, cette fois en haut lieu. Elle ne peut qu’encourager le harcèlement, déjà intense sur internet, et assorti à l’occasion de menaces de mort, envers des collègues accusés d’être des « islamogauchistes ». Elle s’inscrit dans une course à l’extrême-droite qui n’est pas isolée dans le gouvernement : il s’agit bien d’un choix politique concerté (voire d’une intervention sur commande ?).

Retenons, cependant, une phrase de la ministre :

« Il faut que le monde académique se réveille ».

Oui, il est grand temps de nous réveiller. Toutes les instances, tous les échelons que comptent l’enseignement supérieur et la recherche doivent désormais ouvertement se prononcer et clamer haut et fort : nous ne pouvons plus reconnaître Frédérique Vidal comme notre ministre, nous refuserons de mettre en place des directives contraires aux principes fondamentaux de l’université.

Après la LPPR, voici la LRPR : les universités sont-elles antirépublicaines ?

Vous aviez aimé l’amendement de Laure Darcos subordonnant les libertés académiques aux « valeurs de la République », lors des débats sur la loi de programmation de la recherche (LPR) ? Alors vous adorerez le projet de loi « confortant le respect des principes républicains » (LRPR).

Ce lundi 18 janvier 2021 à 17h, à l’Assemblée nationale, la « Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi confortant le respect des principes républicains » commence, en effet, l’examen de ce texte et des 1721 amendements qui ont d’ores et déjà été déposés.

Nombre des dispositions de ce projet de loi sont gravissimes, mais il est difficile d’en résumer la teneur en quelques mots, tant c’est un grand fourre-tout articulé autour de l’idée d’une lutte finale, qui serait actuellement en cours, entre la République, d’un côté, et « l’idéologie séparatiste », de l’autre côté.

« Un entrisme communautariste, insidieux mais puissant, gangrène lentement les fondements de notre société dans certains territoires », explique ainsi l’exposé des motifs de la loi, si bien qu’« il faut regarder les choses en face : la République n’a pas suffisamment de moyens d’agir contre ceux qui veulent la déstabiliser », alors qu’au contraire, « la République demande une adhésion de tous les citoyens qui en composent le corps ».

Clairement, devant l’ampleur de ce projet de loi, il est au-dessus des forces de la rédaction d’Academia d’assurer un suivi du travail parlementaire à venir du type de celui qu’elle a assuré pour la LPR. C’est pourquoi nous nous concentrerons, dans les semaines à venir, sur les seuls points qui concernent directement l’enseignement supérieur et la recherche. Mais même en nous en tenant à cela, il y aura de quoi faire : nous sommes plus qu’inquiets car les mois passés ont montré la propagation accélérée, dans les cercles de pouvoir, de la conviction de « dérives intellectuelles idéologiques » dans l’université et la recherche, qui produiraient non plus un « savoir », mais une « propagande » venant de l’étranger – allez… –, prenant les noms d’« indigénisme », de « décolonialisme » ou d’« intersectionnalité », et qui participerait, elle aussi, de cette étrange « idéologie séparatiste », dont « l’islamisme radical » ne serait donc qu’une des composantes. Inutile de préciser que Marion Maréchal jubile de voir ses idées ainsi reprises, et elle ne s’en cache d’ailleurs pas:

« en France, le combat a été gagné », fanfaronnait-t-elle il y a quelques semaines dans la presse

Les semaines à venir risquent donc d’être rudes. L’objectif des lignes qui suivent est de faire un premier point sur ce qui concerne l’ESR dans ce projet de loi, à la veille de son examen en commission.

Alain Bachellier, « Cruas », 2006

Qui pousse pour intégrer l’ESR au projet de loi confortant le respect des principes républicains ?

Depuis plusieurs semaines, Academia perçoit l’écho d’une importante lutte d’influence pour intégrer ou, au contraire, sortir l’enseignement supérieur et la recherche du champ du projet de loi confortant le respect des principes républicains. De manière encourageante, cependant, le gouvernement – peut-être échaudé par la contestation contre la loi Recherche qui battait alors son plein – décida en novembre dernier de maintenir, au moins provisoirement, l’ESR hors du texte alors en préparation, et c’est pourquoi le projet de loi examiné en conseil des ministres le 9 décembre dernier n’en soufflait mot.

Nous appréhendions néanmoins l’audition à l’Assemblée nationale, le 17 décembre, du ministre Blanquer.  À’évidence, celui-ci reçut consigne de ne pas remettre de l’huile sur le feu après ses propos de fin octobre sur « les complicités intellectuelles du terrorisme« . Plusieurs député·es des Républicains et de la majorité eurent beau lui tendre des perches, comme le député Ravier qui déplora qu’« il y manque [dans le projet de loi] des mesures sur l’université, alors qu’il s’agit d’un foyer potentiel de recrutement de terroristes ou de séparatisme », Blanquer resta de marbre. Et Vidal ne fut pas même auditionnée alors que tout le ban et l’arrière-ban du gouvernement l’étaient.

Évidemment, depuis lors, toute une partie de la droite voit dans ce choix de maintenir l’ESR hors du champ du projet de loi une capitulation. Quelques universitaires les y aident bien, d’ailleurs, avec un vrai sens du timing : le battage médiatique des tout derniers jours – la Une du Point sur « les nouveaux fanatiques », la publication de « l’appel de l’observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires » signé de 76 universitaires, le lancement du site decolonialisme.fr – marque la volonté de certain·es collègues d’imposer l’ESR dans les débats parlementaires en cours. Cela fait des semaines, même, qu’un collectif dénommé Vigilance Universités pousse fort pour que des articles concernant l’ESR soient intégrés au projet de loi. L’on apprend par exemple, au détour d’un amendement déposé par des député·es LR, qu’un représentant de ce collectif a été auditionné par les rapporteurs du projet de loi le 7 janvier dernier, pour dénoncer, semble-t-il, les « problématiques communautaires » et autres « lignes indigénistes » qui « menacent l’indépendance de l’enseignement et de la recherche, perturbent le travail des enseignants-chercheurs et entravent la formation d’une pensée autonome par l’acquisition d’un savoir objectif ».

Continuer la lecture

Protection fonctionnelle : cas d’école

UPDATE 9/3/2021 : Le MESRI et certaines présidences semblent continuellement ignorer une circulaire interministérielle du 2 novembre 2020 qui a pour objet « circulaire interministérielle MEFI-D20-09086 du 2 novembre 2020 qui a pour objet le souci de « Renforcer la protection des agents publics face aux attaques dont ils font l’objet dans le cadre de leur fonction ». À mobiliser donc.


« L’agent public bénéficie de la protection fonctionnelle s’il est victime d’une infraction à l’occasion ou en raison de ses fonctions. L’administration doit protéger l’agent, lui apporter une assistance juridique et réparer les préjudices qu’il a subi. La demande de protection fonctionnelle doit être formulée par écrit auprès de l’administration employeur à la date des faits en cause ».

La protection fonctionnelle des agents publics a connu une certaine publicité ces temps derniers. Les policiers qui avaient atrocement roué de coups Michel Zecler, évalués à 90 jours d’ITT, venaient de se voir accorder la protection fonctionnelle par Didier Lallement, préfet de police de Paris, pour leur permettre d’assurer leur défense. L’ancien adjoint marseillais Julien Ruas, directement mis en cause dans l’affaire des huit morts des effondrements de la rue d’Aubagne, se voit reprocher par la justice les chefs d’homicides et blessures involontaires et mise en danger délibéré de la vie d’autrui, en a également bénéficié après validation par le Conseil municipal de la ville de Marseille le 21 décembre 2020. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a aussi répondu favorablement à la demande de protection fonctionnelle de Fatiha Agag-Boudjahlat, qui l’a remercié sur Twitter. Dans l’enseignement supérieur également, la protection fonctionnelle a été mobilisée : au mois de novembre, Éric Fassin, professeur à l’Université de Paris-8, qui avait fait l’objet de menaces de mort, s’était vu accorder la protection fonctionnelle, sous la forme d’un courrier signé de la présidente.

Alors que les universitaires font l’objet d’attaques de plus en plus précises — menaces de mort, propos diffamatoires, etc. — il n’est pas inutile de se pencher sur ce dispositif qui concerne les agents publics.

Le cadre légal

La protection fonctionnelle (article 11 de la loi Anicet Le Pors du 13 juillet 1983) désigne les mesures de protection et d’assistance due par l’administration à tout agent victime d’une infraction dans l’exercice de ses fonctions ou en raison de ses fonctions.

 Loi n° 83-634 dite portant droits et obligations des fonctionnaires du 13 juillet 1983, dite Anicet Le Pors

Article 11

Les fonctionnaires bénéficient, à l’occasion de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité publique dont ils dépendent, conformément aux règles fixées par le code pénal et les lois spéciales.

Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service et que le conflit d’attribution n’a pas été élevé, la collectivité publique doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de l’exercice de ses fonctions n’est pas imputable à ce fonctionnaire, le couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui.

La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

La collectivité publique est subrogée aux droits de la victime pour obtenir des auteurs des menaces ou attaques la restitution des sommes versées au fonctionnaire intéressé. Elle dispose, en outre, aux mêmes fins, d’une action directe qu’elle peut exercer au besoin par voie de constitution de partie civile devant la juridiction pénale.

Selon le site Fonction publique, l’administration doit protéger ses agents lorsqu’ils sont victimes des attaques suivantes (sauf en cas de faute personnelle de l’agent) : Atteintes volontaires à l’intégrité de la personne ; Violences ; Actes de harcèlement ; Menaces ; Injures ; Diffamations ; Outrages (liste non limitative). L’administration doit réparer le préjudice.

L’administration leur accorde alors la protection fonctionnelle pour les actions civiles ou pénales qu’ils engagent. Les attaques peuvent être physiques ou morales, écrites ou verbales, adressées par courrier individuel à l’agent ou diffusées plus largement par des tracts syndicaux ou par les médias. Elles peuvent émaner de personnes privées, d’usagers du service public, d’autres agents publics ou d’autorités de toute nature. Elles peuvent avoir lieu pendant ou hors du temps de travail dès lors que le lien de causalité entre le dommage subi par l’agent (ou ses proches) et les fonctions qu’il exerce est établi. La protection peut par exemple être accordée à un enseignant agressé par un élève alors qu’il rentre chez lui.

S’ils le demandent, l’administration doit également accorder sa protection au conjoint de l’agent, à ses enfants et ses ascendants, s’ils sont victimes d’atteintes volontaires à l’intégrité de leur personne du fait des fonctions exercées par l’agent ou en cas d’atteintes volontaires à la vie de l’agent du fait de ses fonctions.

https://www.flickr.com/photos/beth19/8172755528/in/photolist-dscvu5-pLkyQ9-spYCu-Lytzi8-24j4CEK-iSygzw-ivfRiL-8H4vWF-8e87FH-nnAjH8-ee7KHM-CMPBGJ-RHfkNt-Mstprz-48VxxP-6ptLqC-fx8Luv-pN6fdt-qexWqB-dXzUpm-gc9fdT-K17UKV-5fRHZN-35iFUM-9BtQSV-phyHyw-9JPcHT-4TLkM-amJ7S9-BRm7sA-P8KMPA-atERwH-nGZnzq-LQvcFH-C9T4rx-Qa7BeR-28xGP1N-DndTfp-6HFHeV-82GWid-hs8C1p-oX7Awt-b2tv8i-8b6qLb-oEUhRK-Akiw4r-4sGTPA-oXmEn7-DjUEVJ-zpD7sX

Wistman’s wood. Crédit: Bethan, 2012

Continuer la lecture

Antiracisme : la guerre des facs n’aura pas lieu

  • par Magali Bessone, professeure de philosophie politique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
    Texte achevé en juillet 2020, et publié sur AOC le 8 septembre 2020.
    #ResistESR

Depuis la fin de l’automne 2018, par poussées de fièvre belliqueuse, surgissent périodiquement les tribunes, appels, articles qui mettent en garde contre un nouvel ennemi de la République : les « décoloniaux », qui « mènent la guerre des facs », écrit par exemple Étienne Girard dans Marianne, le 12 avril 2019. Des dizaines d’autres intellectuels, journalistes, personnalités publiques, ont pris la plume pour dénoncer « les obsédés de la race à la Sorbonne » (Charlie Hebdo 23 janvier 2019), les « énervés de la race » qui « martèlent leurs fameuses théories sur la race » (Le Canard Enchaîné, 24 juin 2020). Ils mettent en accusation la « stratégie hégémonique » du « décolonialisme » (Le Point, 28 novembre 2018) qui se lance « à l’assaut de l’université » (Le Nouvel Obs, 30 novembre 2018), qui « menace la liberté académique » (Le Monde, 12 avril 2019) et qui, « nouveau terrorisme intellectuel », « infiltre les universités » (La Revue des deux Mondes, 18 avril 2019) par une « grande offensive médiatique et institutionnelle » (L’Express, 26 décembre 2019), traduisant « une stratégie décoloniale de radicalité » (Le Monde, blog, 06 juillet 2020) en même temps qu’une « quête de respectabilité académique » (L’Express, 26 décembre 2019).

La rhétorique est guerrière – et l’ennemi, puissant, organisé, déterminé, mobilisant des méthodes de guérilla, voire de « terrorisme », est déjà en passe de l’emporter, au point qu’il faut « appeler les autorités publiques, les responsables d’institutions culturelles, universitaires, scientifiques et de recherche, mais aussi la magistrature, au ressaisissement » (Le Point, 28 novembre 2018) et « sanctionner la promotion de l’idéologie coloniale » (Marianne, 26 juin 2020).

Mais de quoi parle-t-on exactement ? Comme cela a déjà été souligné, si stratégie hégémonique il y a, elle est remarquablement peu efficace : aucun poste ni aucune chaire, dans aucun domaine de sciences humaines et sociales, n’a jamais été profilé « études postcoloniales ou décoloniales » à l’université ; pas de revue spécialisée, pas de maison d’édition ni même de collection de presses universitaires dans le domaine. Une analyse sociologique fine menée en termes de « correspondances multiples » sur plusieurs années et croisant plusieurs variables (publications, visibilité, lieux institutionnels, etc.) démontre que

« les travaux sur la question minoritaire, la racialisation ou le postcolonial demeurent des domaines de niche […] bénéficiant d’une faible audience dans le champ académique comme dans l’espace public »
— Inès Bouzelmat, « Le sous-champ de la question raciale dans les sciences sociales »,
Mouvements, 12 février 2019.

Si guerre il y a, les deux camps en présence témoignent d’un « rapport de forces inégal » où la puissance, sinon l’hégémonie, est bien du côté du savoir contesté par « la mouvance post ou décoloniale » (L’Obs, 11 janvier 2020), qui fait figure de David contre le Goliath de l’universalisme républicain.

De plus, il est remarquable que les combats de l’université, comme récemment contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, dont le projet a été rendu public le 7 juin et qui est sur le point d’être adoptée en dépit de l’opposition explicite, massive et continue de la communauté universitaire, troublent généralement bien peu les penseurs institutionnels et les personnalités publiques. On compte sur les doigts d’une main les journalistes qui ont relayé les inquiétudes des universitaires : la vraie guerre est ailleurs. Pour les gardiens du temple, les « décoloniaux » menacent bien davantage l’université que la remise en cause des statuts des enseignants-chercheurs, la précarisation des personnels, la diminution accrue de financement récurrent et la mise en concurrence généralisée des institutions, des laboratoires et des individus. Ce n’est pas la disparition programmée du service public qui doit appeler « à la plus grande mobilisation » de la communauté universitaire (Marianne, 26 juin 2020), c’est la diffusion de « l’idéologie décoloniale ».

C’est que cette guerre-là ne touche pas seulement l’université – sinon, qui s’en soucierait ? Comme l’a affirmé Emmanuel Macron dans des propos rapportés le 10 juin 2020 dans Le Monde, « le monde universitaire a été coupable », « il a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon » et une telle stratégie « revient à casser la République en deux ». Voilà le véritable enjeu : les décoloniaux, par opportunisme et sens du « postcolonial business » (L’Express, 26 dec. 2019) ou par désir de promouvoir la haine et la division de la communauté politique, ou peut-être enfin par incompréhension et ignorance des vraies fractures sociales – par cynisme, par gauchisme ou par bêtise -, sont accusés de chercher à provoquer une « guerre des races » qui brisera la République. Ils sont ceux qui guident « les jeunes » dans les manifestations contre le racisme et les violences policières, ceux qui suscitent le déboulonnage des statues et les changements de noms des rues et places qui rendent hommage aux héros du colonialisme, ceux qui plaident pour l’introduction de statistiques ethniques afin de visibiliser les phénomènes de discrimination… C’est pourquoi, dans ces lignes de front qui se tracent, c’est bien eux qu’on prend à partie via ce « vous » populaire qu’ils incarnent comme une avant-garde : « J’exige de vous le respect. Sinon ce sera la guerre » (Marianne, 9 juillet 2020).

Cette déclaration de guerre repose sur une confusion, un renversement et un double mensonge.

La confusion est évidente : sont rassemblés sous une étiquette mal taillée des chercheurs et chercheuses aux positions épistémologiques précises et parfois en désaccord, qui travaillent depuis des années sur des objets dont l’importance n’est pas encore vraiment reconnue. Leur recherche, selon les règles d’usage de la discussion académique, exige de se confronter lors de séminaires, colloques et conférences où entrent en conversation les tenants de positions différentes avec les outils académiques de l’argumentation logique, de la distinction conceptuelle et de l’érudition textuelle. La « mouvance post ou décoloniale » n’existe pas. Et pour cause : les études décoloniales sont d’abord menées par des chercheuses et chercheurs latino-américains, parfois caribéens, qui diffèrent des courants postcoloniaux indiens ou, surtout, étasuniens, selon trois critères désormais bien établis : géopolitique, disciplinaire et généalogique1. Décoloniaux et postcoloniaux ne partagent ni les mêmes influences intellectuelles ni les mêmes contextes socio-économiques et culturels ; ils et elles mobilisent des outils méthodologiques différents pour poser des problèmes théoriques ou normatifs différents. Les désaccords scientifiques traversent aussi les disciplines, y compris entre celles et ceux qui sont persuadés de l’importance de s’intéresser au passé colonial pour comprendre le présent : historiens de l’esclavage et de la colonisation s’affrontent sur les aires géographiques pertinentes, sur les méthodologies de l’histoire globale ou locale, sur les sources archivistiques ou leur absence, etc. Les universitaires échangent du savoir, de la connaissance, du raisonnement, avec humilité, rigueur et ténacité. Ils et elles travaillent et soumettent leurs hypothèses au test de l’évaluation par les pairs : ils font leur métier.

https://www.flickr.com/photos/friedwater/7997416942/in/photolist-dbGRr1-dRSmce-9ZuMfm-2jhY2Q4-5Na13M-7bPVF7-2jTVgcS-dKpQqx-dZnpn-9NpiS-MTM2U3-K4tNNV-mUDsGX-uAgXVZ-N7ybN1-2hmbu5c-Ec4exm-5QBTpN-P71HX2-QcFni4-8F5xdt-vBTjQ-9CHzsy-kPHEs8-9XhkcT-MwZvr7-6vLjqJ-2e7sZPr-QiVceU-8xJJWV-iDLbX-8raPmK-7G3eX-6uEw37-5ej7PR-QuKtJz-c1xHKw-7G7xoE-amjMfv-8xMPUY-dNL3aE-7Eqr5-4dSeER-5ctw3K-dNg3uo-AQ1fgs-9r6wTr-rDmw27-2vpLUD-4YFUyy

Baobab! Credit: Friedwater, 2012

Continuer la lecture

  1. Voir Capucine Boidin, « Études décoloniales et postcoloniales dans le débat français », Cahiers des Amériques Latines, n° 62, 2009, p. 129-40. []

Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

Continuer la lecture

Couples s’éloignant de ce qu’ils ont détruit sans se retourner… #régionales2021

Sur une idée de Julien Gossa, avec l’aide de @SpaceLada

Le « chant des mâles et des forts ». Olivier Long, sur lundi matin

Le retour des « mauvais maîtres »
L’inquiétante radicalisation de Jean-Michel Blanquer

  • Texte d’Olivier Long,  initialement publié sur lundi matin le 3 novembre 2020
La sidération suscitée par l’assassinat de Samuel Paty semble avoir autorisé le gouvernement, ainsi que son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, à sombrer dans une radicalisation express. Alors que le ministre annonce la mise au pas du monde de la recherche universitaire et des sciences humaines en reprenant à son compte et quasiment mot à mot les analyses les plus indigentes et stupides de l’extrême droite, Olivier Long, maître de conférence à la Sorbonne, nous rappelle ici que ce type de tournant fascisant connaît quelques précédents. Notamment la « querelle des mauvais maîtres » en 1940 qui vit l’extrême droite attribuer à Proust, Gide, Mauriac, Valery, Rimbaud et Cocteau mais aussi aux surréalistes, aux dadaïstes et jusqu’à Racine, la responsabilité intellectuelle d’une défaite militaire, et qui n’est pas sans rappeler les accusations de complicités actuelles avec l’islamisme radical.

C’est en surfant sur la vague de sidération produite par les dernières décapitations, que le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, développe ce syllogisme :

« …Moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. (…) ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages (…) Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ». Jean Michel Blanquer sur Europe 1 le 22 octobre 2020….

Au-delà de la cuistrerie assumée de ce type de sophisme, une question se pose : est-il énoncé simplement par bêtise, par intérêt ou par idéologie ?

Une radicalisation solitaire de Jean-Michel Blanquer ?

La démonstration a toutes les apparences d’une implacable logique. Mais qui pourrait croire sans rire qu’il existe une communication directe ou indirecte entre lieux de « culte » et lieux de « culture » ? Si l’on a bien une certitude sur les auteurs des récents attentats c’est qu’aucun des décapiteurs n’a fréquenté les bancs des facs. Ceux qui ânonnent et rabâchent péniblement quelques sourates du Coran pour réussir une carrière éclair de martyr, que savent-ils de ce qui s’enseigne ou se discute dans les amphithéâtres de nos universités ?

Sous une apparence logique, tout est volontairement confus dans la formulation de Jean-Michel Blanquer. L’« islamo-gauchisme », expression empruntée à l’extrême droite, mêle islam et islamisme dans une stigmatisation commune. Qui sont les « islamo » ? Les musulmans dans leur ensemble ou les islamistes, une secte ultra minoritaire de l’islam actuel ? Le terme d’« islamo-gauchisme » a l’avantage de concilier deux peurs ancestrales : celle du « révolutionnaire-judéo-bolchévique-à-couteau-entre-les-dents » et celle du « musulman-ex-colonisé-égorgeur-et-coupeur-de-tête ». Ce monstre subirait aujourd’hui l’influence occulte des recherches universitaires.

Dans cette chasse aux sorcières, le maccarthysme républicain de Jean-Michel Blanquer use donc d’emblée d’un concept botoxé d’une peur de petit blanc mêlée d’antibolchévisme des années 30. Ce méli-mélo lui permet de conclure devant les sénateurs que des « courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur commettent des dégâts sur les esprits ».

Jean-Michel Blanquer, hussard noir d’une laïcité rigoriste communique sur le fait qu’il existerait un rapport logique, direct, évident, entre l’université, ses bibliothèques ouatées, ses colloques déserts, ses pompes désuètes, et d’affreux coupeurs de tête. Le ministre de l’éducation nationale, ne s’embarrasse pas de pensée critique pour expliquer que les guerres de religion mondiales sont pilotées depuis quelques chaires obscures de l’université française. Si bien que l’on comprend vite que ces tours de passe-passe langagiers visent à faire exploser la langue, comme on use de bombes médiatiques. Un maximum de « dégâts sur les esprits » s’ensuit, car ces manigances relèvent d’une forme de terrorisme intellectuel qui vise à neutraliser toute résistance critique.

Jean-Michel Blanquer, a de toute évidence choisi la voie de la radicalisation pour assurer son salut politique mais est-il un loup solitaire ? Comment a-t-il pu commettre seul cet acte qui consiste à répandre de telles sornettes ? La vérité c’est qu’il n’est pas seul, c’est une organisation. Une organisation sur le déclin donc dangereuse. Jean-Michel Blanquer n’est que le ventriloque, l’âme damnée de son maître Emmanuel Macron. Celui-ci, afin d’imposer son projet de loi sur le « séparatisme » et faire oublier les violences policières, répète depuis le mois de juin que des universitaires ont « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux ».

« Assujetir l’hérétique », affiche, 2015

Continuer la lecture

Lettre ouverte : l’autoritarisme académique menace. Solidarité internationale avec les universitaires antiracistes en France

La menace de l’autoritarisme académique

Jeudi 22 octobre 2020, à deux reprises, sur Europe 1 et devant le Sénat, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a mis en cause l’Université : celle-ci serait « ravagée » par des « islamo-gauchistes » et « des théories indigénistes ». Il a confirmé ses propos dans le Journal du dimanche le 25 octobre. La Conférence des président d’Université a protesté dans un communiqué. En réaction, un groupe d’universitaires est intervenu en soutien au ministre dans un Manifeste sur « la persistance du déni », publié dans Le Monde le 2 novembre. Et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, défend si peu les universitaires que, « fait rarissime, la commission permanente du Conseil National des Universités appelle à la démission de Frédérique Vidal, “qui ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université” ».

L’université française est en train de subir des attaques majeures contre les libertés académiques : d’un côté, la nomination d’un conseiller du président de la République, entachée de conflits d’intérêts et contre l’avis du Parlement, à la tête d’un organisme supposé « indépendant », le Haut Conseil pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) ; de l’autre, lors de l’examen en procédure accélérée de la Loi de programmation pour la recherche 2021-2023, l’adoption de trois amendements très inquiétants : 147 (délit d’entrave), 150 (suppression du rôle de contrôle du Conseil national des universités) et 234 (soumission des libertés académiques aux « valeurs de la République »). La commission mixte paritaire se tiendra lundi 9 novembre 2020.

Par cette lettre ouverte d’abord publiée en anglais, des universitaires du monde entier manifestent leur solidarité avec leurs collègues en France dont les libertés académiques sont menacées en raison de leur antiracisme.

Le président de la République française Emmanuel Macron prononce un discours d’hommage devant le cercueil de Samuel Paty, dans l’enceinte de la Sorbonne, Paris, 21 octobre 2020. (c) Pool/PA

*
*   *

À l’heure où monte une vague de racisme, de suprématisme blanc, d’antisémitisme avec une radicalité violente d’extrême droite, les libertés académiques sont attaquées. La liberté d’enseigner et de mener des recherches sur les racines de la race et du racisme et sur leurs transformations historiques est accusée d’être à l’origine des phénomènes mêmes qu’elle permet de mieux comprendre. Tel est le raisonnement pervers du manifeste de 100 universitaires français, publié dans Le Monde daté du 2 novembre 2020. Ses signataires y déclarent leur accord avec le ministre français de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, selon lequel les idéologies « indigénistes, racistes et décoloniales », importées d’Amérique du Nord, seraient responsables du « conditionnement » de l’extrémiste violent qui a assassiné un enseignant, Samuel Paty, le 16 octobre 2020.

Cette affirmation est d’une grande mauvaise foi, et dans un contexte où les universitaires liés aux recherches décoloniales et aux travaux critiques sur la race ont récemment reçu des menaces de mort, elle est également profondément dangereuse. Les signataires ont délibérément sacrifié leur crédibilité en vue d’alimenter une confusion, à l’évidence fallacieuse, entre l’étude du racisme en France et une politique « islamiste » de « haine anti-Blancs ». Leur manifeste intervient dans un contexte où les libertés académiques en France subissent une ingérence politique patente, à la suite d’un amendement du Sénat qui en redéfinit les limites «  dans le respect des valeurs de la République ».

Le manifeste ne propose rien moins qu’une forme de maccarthysme, sous l’égide du Ministère français de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Pour éliminer des « courants islamistes » au sein des universités, il est question de prendre clairement position contre les « idéologies qui les sous-tendent » et d’« engager les universités dans une lutte pour la laïcité et la République » ; cela passe par la création d’une instance chargée des cas d’opposition aux « principes républicains et à la liberté académique ». L’étiquette « islamogauchiste » est désormais largement utilisée par les membres du gouvernement, par une grande partie des médias et par des universitaires hostiles. Elle rappelle l’accusation antisémite de « judéo-bolchevisme » des années 1930, qui imputait aux Juifs la responsabilité de la propagation du communisme. La notion d’« islamogauchisme » est particulièrement pernicieuse car elle confond volontairement l’islam (et les musulmans) avec les islamistes djihadistes. En d’autres termes, les universitaires qui dénoncent le racisme à l’encontre de la minorité musulmane en France sont considérés comme des alliés des terroristes islamistes, et donc comme des ennemis de la nation.

Continuer la lecture

Censurer au nom de la liberté d’expression

En passant

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

 

  • par Anonyme, Racismes, 4 novembre 2020

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Lire la suite sur Racismes.hypothèses.org →

Recensement de toutes les actions contre la censure, en faveur des savoirs émancipateurs et critques pour et par tous et toutes : Les sciences sociales contre la République ?

Contre la précarité, pour les libertés académiques. Tribune de jeunes chercheur·ses

Un collectif de jeunes chercheurs et chercheuses répond aux accusations infondées du Ministre de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, portant sur un prétendu « islamo-gauchisme » au sein de l’université française. Les signataires de cette tribune, parue dans « le blog des invités de Mediapart » le 4 novembre 2020, rappellent l’importance des libertés académiques, en particulier dans les sciences humaines et sociales, ainsi que le danger que représente la précarité des carrières universitaires et de la recherche.

L’assassinat de Samuel Paty a provoqué l’effroi parmi nous, jeunes chercheur·euses, enseignant·es et précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Nos condoléances vont à la famille de la victime, à ses élèves et ses collègues.

Cet événement tragique a déclenché une vague de commentaires et de mesures politiques visant tout particulièrement la communauté musulmane, poussant M. Darmanin à qualifier le collectif contre l’islamophobie en France comme une association « ennemie de la République ».

Parmi ces réactions, une en particulier nous interpelle : la dénonciation d’un prétendu « islamo-gauchisme » rampant au sein de l’université par le ministre J.-M. Blanquer.

Selon lui, une partie non-négligeable des sciences humaines et sociales serait le « terreau d’une fragmentation de notre société et d’une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ». Il y aurait au sein des universités une double dynamique à cette « gangrène », celles et ceux qui feraient cela consciemment et les « idiots utiles », face à des président·es impuissant·es.

La rhétorique qu’il utilise est proche du complotisme, évoquant comme une menace la provenance états-unienne des concepts (dont on sait qu’ils ont en partie été forgés en France puis importés aux États-Unis sous le nom de French Theory, ce qui invalide d’autant plus un argument déjà peu recevable) et demandant qu’on apporte des éléments capables de réfuter son argument, renversant ce qu’on appelle « la charge de la preuve ».

Cette description du monde académique, auquel nous appartenons, est très éloignée de notre réalité.

Nous rejetons entièrement l’analyse faite par le ministre, qui n’est appuyée par aucun élément empirique solide, contrairement aux revendications longtemps défendues et si peu entendues, notamment en ce qui concerne notre opposition soutenue à la LPPR. Nous sommes attaché·es à l’autonomie du champ scientifique, pour le progrès de la science et pour éviter des dérives autoritaires ainsi que des formes d’oppression contre les minorités et les précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Precarity by Beth Scupham, 2008, CC BY

Nous, jeunes chercheur·euses, force vive d’une grande partie du travail de recherche effectué, sommes bien plus préoccupé·es au quotidien par des conditions matérielles, rendues difficiles pour certain·es doctorant·es et post-doctorant·es par la crise sanitaire et, plus globalement, la raréfaction des postes. La précarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche pèse en effet bien plus sur les libertés académiques et sur le débat rationnel.

Or il nous semble que la compréhension du fait social qu’est le terrorisme (sous toutes ses formes) doit passer avant tout par la raison, et requiert l’établissement des conditions sociales et matérielles la rendant possible.

C’est aussi pourquoi, selon nous, les accusations portées par le ministre, en contribuant à délégitimer tout un pan de recherches en sciences sociales, sont en réalité largement contre-productives.

Soucieux·ses de la réalité des atteintes à la liberté de mener travaux et discussions scientifiques en toute transparence et dans l’intérêt commun, nous voulons ainsi alerter sur une tendance délétère, qui est illustrée par les propos de J.-M. Blanquer et par des tribunes d’universitaires le soutenant. Il nous semble important de rappeler que tous les sujets ne sont pas aussi facilement traités, certains rencontrant des résistances qui ne sont pas justifiées scientifiquement.

Ce sont finalement celles et ceux qui se plaignent de la prétendue « cancel culture » qui font planer une menace sur l’autonomie de la production scientifique, pourtant garante de sa qualité.

Que de telles attaques soient menées au nom du principe de liberté académique et de liberté d’expression ne réduit pas leur réalité. Ces mêmes attaques se sont d’ailleurs multipliées ces dernières années : annulations de colloques, appels à refuser que certaines thématiques soient abordées, pressions diverses sur nos collègues du fait de travaux décrits comme « militants », campagnes de presse ne donnant pas un réel droit de réponse aux enseignant·es et chercheur·euses, et désormais franches accusations d’« islamo-gauchisme » de la part d’un ministre hors de ses fonctions, et, pire encore, d’une part bien établie de l’université.

Le cas récent du renvoi d’Alice Coffin, enseignante vacataire comme beaucoup d’entre nous, ayant perdu son emploi non pas pour des raisons liées à la qualité de son travail, mais à la vindicte de la presse et des réseaux sociaux, éclaire la menace réelle qui pèse sur nos métiers, et pousse à la censure et à l’autocensure. Que cette affaire n’ait pas davantage alerté confirme le climat délétère contre lequel nous protestons.

Il est particulièrement alarmant qu’un groupe de « représentant·es » autoproclamé·es du monde de la recherche emploie les positions dominantes de ses membres, notamment garanties par des statuts de titulaires dont l’austérité nous prive, ainsi que l’autorité mandarinale que leur confère leur titre, pour obtenir un accès privilégié à la presse en vue de régler ses comptes face à des étudiant·es, doctorant·es et sans-postes, maintenant avec un soutien ministériel. En effet, la réaction de Mme Vidal, pourtant directement concernée, a été à notre sens particulièrement faible, semblant même parfois appuyer tacitement les accusations de M. Blanquer.

Dans un tel contexte, il est impossible de ne pas insister sur le fait que c’est lorsque sont abordés des sujets touchant aux minorités de genre et sexuelles (avec naguère la panique de la « théorie du genre ») et aujourd’hui aux minorités racisées (avec les attaques contre des « indigénisme », « décolonialisme », et « racialisme » qui sont autant de boîtes noires permettant de mettre en cause à peu de frais la légitimité de travaux scientifiques qui le sont), que de telles campagnes se déploient, aussi bien en-dehors de l’université qu’à l’intérieur de celle-ci.

Il est également impossible de ne pas constater que de telles campagnes font d’autant plus rage quand les accusé·es de « déviance » sont issu·es de ces mêmes minorités. Ces attaques, qui prennent les atours d’une bataille contre un supposé complot visant à « verrouiller » les universités, montrent aujourd’hui leur vrai visage : celui d’une science d’État, d’une science en service commandé, dont les débats n’ont plus à être tranchés par l’argumentation et la raison, mais par l’intervention politique et par voie de presse.

Le vote par le Sénat avec le soutien du gouvernement d’un amendement à la LPPR conditionnant au « respect des valeurs de la République » les libertés académiques va dans ce sens. La sénatrice porteuse de cet amendement a même explicité, pour qui ne saisirait pas le sous-texte, qu’il s’agissait de s’en prendre aux travaux se penchant sur le racisme, sous couvert de « laïcité ».

Une fois enclenchée une telle dynamique, on peine à voir ce qui découragera n’importe quel gouvernement d’employer le prétexte des « valeurs de la République » pour interdire tous les travaux n’allant pas dans le sens de sa communication, en sciences sociales comme en sciences naturelles.

La recherche scientifique ne doit pas devenir une mission de propagande qui étoufferait la recherche universitaire dès lors qu’elle bouscule l’ordre établi.

Par exemple, le fait qu’aujourd’hui le gouvernement se fasse le relais des forces conservatrices pour accuser les sciences sociales d’alimenter des idéologies radicalisantes est une stratégie politique assumée pour faire taire les innovations théoriques hétérodoxes souvent portées par les personnes les plus marginalisées de la recherche universitaire.

Cette tentative de canaliser les recherches sur le racisme en France est une manifestation de l’institutionnalisation même de ce racisme, qui démontre comment le monde universitaire, avec le soutien d’un certain nombre de titulaires et l’aval de l’État, peut contribuer à étouffer la voix des racisé·es, tant au sein de l’université qu’à l’extérieur.

Aujourd’hui, une telle mise au pas de la recherche en sciences sociales serait désastreuse, et créerait un précédent dangereux dont les forces au service du climatoscepticisme ou du créationnisme ne manqueraient pas de s’emparer demain.

Nous (ne) nous étonnons (pas) d’ailleurs de ne voir dans ces discours aucune référence de travaux universitaires sur la question. Les anathèmes sont jetés sur des concepts jamais définis, qui auraient des effets performatifs non-démontrés, comme si étudier les rapports sociaux de race créaient le racisme. Pourtant, la richesse critique et empirique de ces concepts, lorsqu’on les comprend et prend au sérieux, est indéniable. Nous faisons par exemple référence au récent numéro de la revue Travail, genre et sociétés.

Freedom! by -Curly-, 2013, CC BY-NC

Pour toutes ces raisons, nous, précaires de l’université, apportons notre soutien à nos collègues minorisé·es et aux groupes marginalisés en général, tirons la sonnette d’alarme sur la mise en péril des libertés académiques, directement et via la précarisation de nos métiers, dénonçons particulièrement la conduite de telles attaques au nom d’une conception hypocrite de la liberté de débattre, et en appelons au respect des principes de recherche et de débats autonomes à l’université, y compris sur des sujets mettant à mal la communication gouvernementale.

Nous rejetons en bloc les accusations indignes faites à l’université supposément de connivence avec le terrorisme, et les dénonçons pour ce qu’elles sont : la tentative pour une administration en échec de trouver un bouc émissaire, et de lutter de manière institutionnelle contre la recherche sur le racisme dans notre société.

Nous invitons tou·tes ceux et celles qui se reconnaissent dans ce discours à s’y joindre, à le diffuser, et à porter cette parole dans les organisations auxquelles ils et elles participent.

Pour signer la tribune : https://framaforms.org/tribune-des-precaires-de-lesr-contre-les-propos-de-j-m-blanquer-1604418639

Signataires :

Continuer la lecture

La grande pénalisation de l’enseignement supérieur : le nouveau délit d’entrave aux débats

La fabrique de la loi #63

← Article précédent

Article suivant­ →

Nous sommes inquiet·es de la faiblesse des contestations qui entourent le nouvel article 1er B du projet de loi de programmation de la recherche, tel qu’issu de l’amendement n° 147 déposé par le sénateur Lafon et adopté par le Sénat dans la nuit du 28 au 29 octobre. Cet article, en introduisant un nouvel article dans le code pénal, l’article 431-22-1, crée un délit spécifiquement applicable à l’enseignement supérieur :

Art. 431-22-1. – Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but d’entraver la tenue d’un débat organisé dans les locaux de celui-ci, est puni d’un an d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende.

À cet égard, Patrick Lemaire, président de la Société française de biologie du développement, tient des propos courageux au titre du collectif des sociétés savantes académiques de France : il dénonce sans ambiguïté cette disposition dans Le Monde du 3 novembre. Mais pour le reste, force est de constater que nombre des communiqués de presse qui s’accumulent ignorent délibérément cet article, pour mieux l’approuver, comme c’est le cas du communiqué de l’association Qualité de la science française. Ou, s’ils intègrent cet article dans la liste formelle des griefs adressés à la loi, ils le passent très largement sous silence, préférant concentrer leurs critiques sur les amendements 150 (court-circuitage du CNU) et 234 (subordination des libertés académiques à des valeurs d’ordre politique).

Clairement, une partie de la communauté de l’ESR, y compris chez les collègues mobilisé·es, n’est pas à l’aise pour lutter contre cet article 1er B. Comment, d’ailleurs, pourrait-on être contre une mesure destinée à nous protéger des entraves aux débats que nous organisons dans les locaux des établissements d’enseignement supérieur ? Comment pourrait-on être contre une disposition qui prétend lutter contre des perturbations du type de celles qui ont gravement perturbé le colloque international sur la « nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah » en février 2019 à l’EHESS ?

En présentant son amendement, le sénateur Lafon ne disait rien d’autre : avec cet amendement, c’est « la liberté d’expression et les conditions d’un débat contradictoire dans l’enceinte des établissements d’enseignement supérieur » qui se trouvent garanties, de manière à éviter que « les universités, lieux historiques de la diffusion des savoirs et de la discussion argumentée, [soient] ainsi détournées de leur vocation première ». C’est, autrement dit, le caractère de « sanctuaire » du savoir et du débat que représentent les universités qui est défendu, de sorte que cet amendement n° 147 ne saurait en aucun cas être perçu comme liberticide1. Il suffit de peu, même, pour que certain·es, dans une grande confusion, en fassent une déclinaison contemporaine des vieilles « franchises universitaires ».

Face à cela, quelques explications s’imposent donc.

Jeanne Menjoulet, « Old felt hat factory machine », 7 septembre 2019

D’où sort cet amendement ?

Il importe, en premier lieu, de rappeler d’où vient cet amendement. Nous pouvons identifier deux sources : la première est d’ordre technique ; la seconde, d’ordre idéologique.

Sur le plan technique, le nouvel article 431-22-1 est directement inspiré de l’article qui sera amené à le précéder dans le code pénal, l’article 431-22. Cet article, qui concerne les établissements scolaires – dont l’article 431-22-1 sera le « pendant » pour les établissements d’enseignement supérieur –, sanctionne :

le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement scolaire sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement.

Peut-être a-t-on déjà oublié, aujourd’hui, que cet article 431-22 est lui-même d’apparition récente. Il est l’une des dispositions d’une loi profondément liberticide du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la loi du 2 mars 2010 renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public, dont les porteurs principaux étaient Christian Estrosi et Eric Ciotti. À l’époque, cette loi avait suscité de très grandes protestations, d’abord et avant tout parce qu’elle créait un délit de participation à une « bande violente2 » qui reposait sur une suspicion d’intention ; mais aussi, donc, parce qu’elle réprimait de manière lourde l’intrusion ou le maintien de personnes non autorisées dans les établissements scolaires.

Il est donc important de rappeler, d’abord, que c’est cette disposition très contestée qui sert de modèle au nouvel article 431-22-1 du code pénal, et qu’il n’y a pas si longtemps — dix ans… –  une telle correctionnalisation du monde éducatif suscitait bien davantage de levées de boucliers.

On notera que depuis lors, des juristes et des chefs d’établissement réclament régulièrement l’extension de l’article 431-22 au champ universitaire, notamment pour pénaliser la tenue de blocages. Le choix qui a été fait par le Sénat la semaine dernière est néanmoins différent : là où le délit existant implique une pénétration dans l’établissement scolaire dans le « but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement », le nouveau délit suppose une entrée ou un maintien de l’auteur, dans l’établissement d’enseignement supérieur, « dans le but d’entraver la tenue d’un débat organisé ». La portée, autrement dit, du nouvel article est nettement plus réduite. Ce n’est pourtant pas pour nous rassurer car on sait très bien quelle est la dynamique de la législation pénale contemporaine : l’harmonisation du nouvel article 431-22-1 avec l’article 431-22 n’est qu’une question d’années, voire de mois. La LPR, autrement dit, n’est que la première étape d’un mouvement légistique qui en comprendra deux, dont les blocages seront les prochaines cibles.

La deuxième source d’inspiration du nouvel article 431-22-1 est d’ordre idéologique. Elle puise directement son origine dans les milieux qui ont inspiré les récents propos du ministre de l’Éducation nationale sur la « gangrène » des universités, la « complicité intellectuelle du terrorisme » et autres « thèses intersectionnelles » venues des « universités américaines » qui « veulent essentialiser » les communautés.

Il existe, du côté de Vigilance Universités, « le Réseau universitaire de veille contre le racisme et l’antisémitisme, contre le racialisme et le communautarisme et pour la défense de la laïcité », comme de l’association Qualité de la science française, des collègues qui sont intimement persuadés d’être confronté·es à une menace totalitaire qui viendraient

« des étudiants et aussi, hélas, des enseignants, qui prétendent régenter les programmes des cours, des séminaires, des conférences, des colloques, en fonction de leurs terrains de luttes préférés — qu’il s’agisse de l’anti-sexisme, de l’anti-racisme, de l’anti-islamisme, de l’anti-homophobie, et nous attendons avec impatience l’arrivée des luttes anti-mites ou antiseptiques pour parfaire notre bonheur »,

comme le disait Nathalie Heinich lors du colloque de Qualité de la science française sur les nouvelles formes de censures à l’Université le 1er février 2020.

Continuer la lecture

  1. Pour une réflexion comparative heuristique, voir Raphaël Kempf, Ennemis d’État, Paris, La Fabrique, 2019 : Kempf analyse notamment les analyses des juristes visant à pénaliser un délit de « complicité intellectuelle ». Se reporter notamment aux pages, lumineuses, 12-16 ; 66-69 ; 211 et suivantes. Merci à Céliane Svoboa pour avoir attirer notre attention sur cet ouvrage. []
  2. La disposition n’a pas empêché le doyen de la faculté de droit de Montpellier, Philippe Pétel, avec l’aide de l’ancien professeur d’histoire Jean-Luc Coronel de Boissezon  — et de la complicité active de sa compagne qui a contacté des sympathisants de la Ligue du Midi, groupuscule régionaliste d’extrême droite — d’organiser et de participer à une opération commando pour molester des étudiant·es, le visage caché, armés de lattes de bois. Pour ces faits gravissimes pour lesquels, après avoir été l’objet de lourdes sanctions disciplinaires, les enseignants-chercheurs viennent d’être renvoyés en correctionnelle (France Bleu Montpellier, 7 octobre 2020. []

Les sciences sociales contre la République ?

Le Ministre et la « Faculté »

Le ministre s’étant reposé tout l’été,
Se trouva fort dépourvu
Quand la vague fut venue.
S’en prenant dans la panique
Aux libertés académiques,
Il alla crier scandale
Sur la paillasse de Vidal
Priant les chercheurs de cesser
La République « gangréner ».
Face à cette ignorance abyssale
De ce que sont les sciences sociales
Nous envoyons au Père-Noël
Cette liste bien trop partielle
D’articles éclairants
Dont le ministre est ignorant
C’est là sa moindre iniquité
« Quelle guerre faites-vous à l’université ? »
Demandons-nous à l’éhonté
— Pour le plaisir de l’anathème
J’essentialise votre domaine.
— Vous essentialisez les SHS ?
Eh bien ! Lisez ! Vite, ça presse

#revuesenlutte d’après Jean de La Fontaine

Un collectif de revues de sciences humaines et sociales (SHS) met au défi le ministre de l’éducation nationale de trouver dans ses publications des textes permettant de dire que l’intersectionnalité inspire le terrorisme islamiste.

Tribune. Dans le JDD du 25 octobre, le ministre de l’éducation nationale déclarait qu’il y avait, dans les universités, un combat à mener. Contre l’appauvrissement de l’enseignement supérieur ? Contre la précarité étudiante ? Contre les difficultés croissantes que rencontrent tous les personnels, précaires et titulaires, enseignants et administratifs, à remplir leurs missions ? Contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui va amplifier ces difficultés ? Non : contre « une partie non négligeable des sciences sociales françaises ». Et le ministre, téméraire : face à cette « gangrène », il faut cesser la « lâcheté ».

On reste abasourdi qu’un ministre de l’éducation nationale s’en prenne ainsi à celles et ceux qui font fonctionner les universités. Mais pour aberrants qu’ils soient, ces propos n’étonnent pas tout à fait : déjà tenus, sur Europe 1 et au Sénat, ils prolongent ceux d’Emmanuel Macron, en juin 2020, dans Le Monde, qui accusait les universitaires d’ethniciser la question sociale et de « casser la République en deux ».

Plutôt que de se porter garant des libertés académiques, attaquées de toutes parts, notamment dans le cadre du débat parlementaire actuel, Jean-Michel Blanquer se saisit de l’assassinat d’un professeur d’histoire et géographie pour déclarer la guerre aux sciences sociales, qui défendraient des thèses autorisant les violences islamistes ! Sa conviction est faite : ce qui pourrit les universités françaises, ce sont les « thèses intersectionnelles », venues des « universités américaines » et qui « veulent essentialiser » les communautés.

Ignorance ministérielle

Le ministre « défie quiconque » de le contredire. Puisque les revues scientifiques sont, avec les laboratoires et les universités, les lieux d’élaboration des sciences sociales, de leurs controverses, de la diffusion de leurs résultats, c’est à ce titre que nous souhaitons mener cette contradiction, ses propos révélant son ignorance de nos disciplines, de leurs débats et de leurs méthodes.

La démarche scientifique vise à décrire, analyser, comprendre la société et non à décréter ce qu’elle doit être. Les méthodes des sciences sociales, depuis leur émergence avec Emile Durkheim dans le contexte républicain français, s’accordent à expliquer les faits sociaux par le social, précisément contre les explications par la nature ou l’essence des choses. A ce titre, elles amènent aussi à rendre visibles des divisions, des discriminations, des inégalités, même si elles contrarient.

Les approches intersectionnelles ne sont pas hégémoniques dans les sciences sociales : avec d’autres approches, que, dans leur précieuse liberté, les revues font dialoguer, elles sont précisément l’un des outils critiques de la désessentialisation du monde social. Néologisme proposé par la juriste états-unienne Kimberlé Crenshaw à la fin des années 1980, le terme « intersectionnalité » désigne en outre, dans le langage actuel des sciences sociales, un ensemble de démarches qui en réalité remontent au XIXe siècle : il s’agit d’analyser la réalité sociale en observant que les identités sociales se chevauchent et que les logiques de domination sont plurielles.

Dès 1866, Julie-Victoire Daubié, dans La Femme pauvre au XIXe siècle, montre la particularité de la situation des ouvrières, domestiques et prostituées obligées de travailler pour survivre, faisant des femmes pauvres une catégorie d’analyse pour le champ de la connaissance et de la politique, alors que lorsqu’on parlait des pauvres, on pensait surtout aux hommes ; et que lorsqu’on parlait des femmes, on pensait avant tout aux bourgeoises.

Une politique répressive de la pensée

Plus près de nous, l’équipe EpiCov (pour « Epidémiologie et conditions de vie »), coordonnée par la sociologue Nathalie Bajos et l’épidémiologue Josiane Warszawski, vient de publier des données concernant l’exposition au Covid-19 à partir de critères multiples parmi lesquels la classe sociale, le sexe, le lieu de naissance. Une première lecture de ces données indique que les classes populaires travaillant dans la maintenance (plutôt des hommes) et dans le soin (plutôt des femmes) ont été surexposées, et que, parmi elles, on compte une surreprésentation de personnes nées hors d’Europe.

Une analyse intersectionnelle cherchera à corréler ces données, entre elles et avec d’autres disponibles, pour mieux comprendre comment les discriminations s’entrelacent dans la vie des personnes. Où sont l’essentialisation, l’encouragement au communautarisme ? Pour les chercheurs et chercheuses en sciences sociales, il s’agit simplement, à partir de données vérifiées par des méthodes scientifiques, validées entre pairs et ouvertes à la discussion, de faire leur travail.

L’anathème que le ministre lance traduit une politique répressive de la pensée. Nous mettons M. Blanquer au défi de trouver un seul texte publié dans la bibliothèque ouverte et vivante de nos revues qui permette de dire que l’intersectionnalité inspire le terrorisme islamiste.

Se saisir d’un mot, « intersectionnalité », pour partir en guerre contre les sciences sociales et, plus généralement, contre la liberté de penser et de comprendre la société, est une manœuvre grossière. Si elle prend, nos universités devront troquer la liberté de chercher (qui est aussi la liberté de se tromper) pour rien moins qu’une science aux ordres, un obscurantisme ministériel. On voit mal comment la République pourrait en sortir grandie.

Le collectif des revues en lutte, constitué en janvier 2020 autour de l’opposition aux projets de LPPR et de réforme des retraites, rassemble aujourd’hui 157 revues francophones, pour l’essentiel issues des sciences humaines et sociales.

  • Lien Twitter pour l’éducation du (soi disant) Ministre de l’Éducation nationale