Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

Continuer la lecture

Couples s’éloignant de ce qu’ils ont détruit sans se retourner… #régionales2021

Sur une idée de Julien Gossa, avec l’aide de @SpaceLada

Le « chant des mâles et des forts ». Olivier Long, sur lundi matin

Le retour des « mauvais maîtres »
L’inquiétante radicalisation de Jean-Michel Blanquer

  • Texte d’Olivier Long,  initialement publié sur lundi matin le 3 novembre 2020
La sidération suscitée par l’assassinat de Samuel Paty semble avoir autorisé le gouvernement, ainsi que son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, à sombrer dans une radicalisation express. Alors que le ministre annonce la mise au pas du monde de la recherche universitaire et des sciences humaines en reprenant à son compte et quasiment mot à mot les analyses les plus indigentes et stupides de l’extrême droite, Olivier Long, maître de conférence à la Sorbonne, nous rappelle ici que ce type de tournant fascisant connaît quelques précédents. Notamment la « querelle des mauvais maîtres » en 1940 qui vit l’extrême droite attribuer à Proust, Gide, Mauriac, Valery, Rimbaud et Cocteau mais aussi aux surréalistes, aux dadaïstes et jusqu’à Racine, la responsabilité intellectuelle d’une défaite militaire, et qui n’est pas sans rappeler les accusations de complicités actuelles avec l’islamisme radical.

C’est en surfant sur la vague de sidération produite par les dernières décapitations, que le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, développe ce syllogisme :

« …Moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. (…) ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages (…) Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ». Jean Michel Blanquer sur Europe 1 le 22 octobre 2020….

Au-delà de la cuistrerie assumée de ce type de sophisme, une question se pose : est-il énoncé simplement par bêtise, par intérêt ou par idéologie ?

Une radicalisation solitaire de Jean-Michel Blanquer ?

La démonstration a toutes les apparences d’une implacable logique. Mais qui pourrait croire sans rire qu’il existe une communication directe ou indirecte entre lieux de « culte » et lieux de « culture » ? Si l’on a bien une certitude sur les auteurs des récents attentats c’est qu’aucun des décapiteurs n’a fréquenté les bancs des facs. Ceux qui ânonnent et rabâchent péniblement quelques sourates du Coran pour réussir une carrière éclair de martyr, que savent-ils de ce qui s’enseigne ou se discute dans les amphithéâtres de nos universités ?

Sous une apparence logique, tout est volontairement confus dans la formulation de Jean-Michel Blanquer. L’« islamo-gauchisme », expression empruntée à l’extrême droite, mêle islam et islamisme dans une stigmatisation commune. Qui sont les « islamo » ? Les musulmans dans leur ensemble ou les islamistes, une secte ultra minoritaire de l’islam actuel ? Le terme d’« islamo-gauchisme » a l’avantage de concilier deux peurs ancestrales : celle du « révolutionnaire-judéo-bolchévique-à-couteau-entre-les-dents » et celle du « musulman-ex-colonisé-égorgeur-et-coupeur-de-tête ». Ce monstre subirait aujourd’hui l’influence occulte des recherches universitaires.

Dans cette chasse aux sorcières, le maccarthysme républicain de Jean-Michel Blanquer use donc d’emblée d’un concept botoxé d’une peur de petit blanc mêlée d’antibolchévisme des années 30. Ce méli-mélo lui permet de conclure devant les sénateurs que des « courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur commettent des dégâts sur les esprits ».

Jean-Michel Blanquer, hussard noir d’une laïcité rigoriste communique sur le fait qu’il existerait un rapport logique, direct, évident, entre l’université, ses bibliothèques ouatées, ses colloques déserts, ses pompes désuètes, et d’affreux coupeurs de tête. Le ministre de l’éducation nationale, ne s’embarrasse pas de pensée critique pour expliquer que les guerres de religion mondiales sont pilotées depuis quelques chaires obscures de l’université française. Si bien que l’on comprend vite que ces tours de passe-passe langagiers visent à faire exploser la langue, comme on use de bombes médiatiques. Un maximum de « dégâts sur les esprits » s’ensuit, car ces manigances relèvent d’une forme de terrorisme intellectuel qui vise à neutraliser toute résistance critique.

Jean-Michel Blanquer, a de toute évidence choisi la voie de la radicalisation pour assurer son salut politique mais est-il un loup solitaire ? Comment a-t-il pu commettre seul cet acte qui consiste à répandre de telles sornettes ? La vérité c’est qu’il n’est pas seul, c’est une organisation. Une organisation sur le déclin donc dangereuse. Jean-Michel Blanquer n’est que le ventriloque, l’âme damnée de son maître Emmanuel Macron. Celui-ci, afin d’imposer son projet de loi sur le « séparatisme » et faire oublier les violences policières, répète depuis le mois de juin que des universitaires ont « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux ».

« Assujetir l’hérétique », affiche, 2015

Continuer la lecture

Lettre ouverte : l’autoritarisme académique menace. Solidarité internationale avec les universitaires antiracistes en France

La menace de l’autoritarisme académique

Jeudi 22 octobre 2020, à deux reprises, sur Europe 1 et devant le Sénat, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a mis en cause l’Université : celle-ci serait « ravagée » par des « islamo-gauchistes » et « des théories indigénistes ». Il a confirmé ses propos dans le Journal du dimanche le 25 octobre. La Conférence des président d’Université a protesté dans un communiqué. En réaction, un groupe d’universitaires est intervenu en soutien au ministre dans un Manifeste sur « la persistance du déni », publié dans Le Monde le 2 novembre. Et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, défend si peu les universitaires que, « fait rarissime, la commission permanente du Conseil National des Universités appelle à la démission de Frédérique Vidal, “qui ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université” ».

L’université française est en train de subir des attaques majeures contre les libertés académiques : d’un côté, la nomination d’un conseiller du président de la République, entachée de conflits d’intérêts et contre l’avis du Parlement, à la tête d’un organisme supposé « indépendant », le Haut Conseil pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) ; de l’autre, lors de l’examen en procédure accélérée de la Loi de programmation pour la recherche 2021-2023, l’adoption de trois amendements très inquiétants : 147 (délit d’entrave), 150 (suppression du rôle de contrôle du Conseil national des universités) et 234 (soumission des libertés académiques aux « valeurs de la République »). La commission mixte paritaire se tiendra lundi 9 novembre 2020.

Par cette lettre ouverte d’abord publiée en anglais, des universitaires du monde entier manifestent leur solidarité avec leurs collègues en France dont les libertés académiques sont menacées en raison de leur antiracisme.

Le président de la République française Emmanuel Macron prononce un discours d’hommage devant le cercueil de Samuel Paty, dans l’enceinte de la Sorbonne, Paris, 21 octobre 2020. (c) Pool/PA

*
*   *

À l’heure où monte une vague de racisme, de suprématisme blanc, d’antisémitisme avec une radicalité violente d’extrême droite, les libertés académiques sont attaquées. La liberté d’enseigner et de mener des recherches sur les racines de la race et du racisme et sur leurs transformations historiques est accusée d’être à l’origine des phénomènes mêmes qu’elle permet de mieux comprendre. Tel est le raisonnement pervers du manifeste de 100 universitaires français, publié dans Le Monde daté du 2 novembre 2020. Ses signataires y déclarent leur accord avec le ministre français de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, selon lequel les idéologies « indigénistes, racistes et décoloniales », importées d’Amérique du Nord, seraient responsables du « conditionnement » de l’extrémiste violent qui a assassiné un enseignant, Samuel Paty, le 16 octobre 2020.

Cette affirmation est d’une grande mauvaise foi, et dans un contexte où les universitaires liés aux recherches décoloniales et aux travaux critiques sur la race ont récemment reçu des menaces de mort, elle est également profondément dangereuse. Les signataires ont délibérément sacrifié leur crédibilité en vue d’alimenter une confusion, à l’évidence fallacieuse, entre l’étude du racisme en France et une politique « islamiste » de « haine anti-Blancs ». Leur manifeste intervient dans un contexte où les libertés académiques en France subissent une ingérence politique patente, à la suite d’un amendement du Sénat qui en redéfinit les limites «  dans le respect des valeurs de la République ».

Le manifeste ne propose rien moins qu’une forme de maccarthysme, sous l’égide du Ministère français de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Pour éliminer des « courants islamistes » au sein des universités, il est question de prendre clairement position contre les « idéologies qui les sous-tendent » et d’« engager les universités dans une lutte pour la laïcité et la République » ; cela passe par la création d’une instance chargée des cas d’opposition aux « principes républicains et à la liberté académique ». L’étiquette « islamogauchiste » est désormais largement utilisée par les membres du gouvernement, par une grande partie des médias et par des universitaires hostiles. Elle rappelle l’accusation antisémite de « judéo-bolchevisme » des années 1930, qui imputait aux Juifs la responsabilité de la propagation du communisme. La notion d’« islamogauchisme » est particulièrement pernicieuse car elle confond volontairement l’islam (et les musulmans) avec les islamistes djihadistes. En d’autres termes, les universitaires qui dénoncent le racisme à l’encontre de la minorité musulmane en France sont considérés comme des alliés des terroristes islamistes, et donc comme des ennemis de la nation.

Continuer la lecture

Censurer au nom de la liberté d’expression

En passant

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

 

  • par Anonyme, Racismes, 4 novembre 2020

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Lire la suite sur Racismes.hypothèses.org →

Recensement de toutes les actions contre la censure, en faveur des savoirs émancipateurs et critques pour et par tous et toutes : Les sciences sociales contre la République ?

Contre la précarité, pour les libertés académiques. Tribune de jeunes chercheur·ses

Un collectif de jeunes chercheurs et chercheuses répond aux accusations infondées du Ministre de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, portant sur un prétendu « islamo-gauchisme » au sein de l’université française. Les signataires de cette tribune, parue dans « le blog des invités de Mediapart » le 4 novembre 2020, rappellent l’importance des libertés académiques, en particulier dans les sciences humaines et sociales, ainsi que le danger que représente la précarité des carrières universitaires et de la recherche.

L’assassinat de Samuel Paty a provoqué l’effroi parmi nous, jeunes chercheur·euses, enseignant·es et précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Nos condoléances vont à la famille de la victime, à ses élèves et ses collègues.

Cet événement tragique a déclenché une vague de commentaires et de mesures politiques visant tout particulièrement la communauté musulmane, poussant M. Darmanin à qualifier le collectif contre l’islamophobie en France comme une association « ennemie de la République ».

Parmi ces réactions, une en particulier nous interpelle : la dénonciation d’un prétendu « islamo-gauchisme » rampant au sein de l’université par le ministre J.-M. Blanquer.

Selon lui, une partie non-négligeable des sciences humaines et sociales serait le « terreau d’une fragmentation de notre société et d’une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ». Il y aurait au sein des universités une double dynamique à cette « gangrène », celles et ceux qui feraient cela consciemment et les « idiots utiles », face à des président·es impuissant·es.

La rhétorique qu’il utilise est proche du complotisme, évoquant comme une menace la provenance états-unienne des concepts (dont on sait qu’ils ont en partie été forgés en France puis importés aux États-Unis sous le nom de French Theory, ce qui invalide d’autant plus un argument déjà peu recevable) et demandant qu’on apporte des éléments capables de réfuter son argument, renversant ce qu’on appelle « la charge de la preuve ».

Cette description du monde académique, auquel nous appartenons, est très éloignée de notre réalité.

Nous rejetons entièrement l’analyse faite par le ministre, qui n’est appuyée par aucun élément empirique solide, contrairement aux revendications longtemps défendues et si peu entendues, notamment en ce qui concerne notre opposition soutenue à la LPPR. Nous sommes attaché·es à l’autonomie du champ scientifique, pour le progrès de la science et pour éviter des dérives autoritaires ainsi que des formes d’oppression contre les minorités et les précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Precarity by Beth Scupham, 2008, CC BY

Nous, jeunes chercheur·euses, force vive d’une grande partie du travail de recherche effectué, sommes bien plus préoccupé·es au quotidien par des conditions matérielles, rendues difficiles pour certain·es doctorant·es et post-doctorant·es par la crise sanitaire et, plus globalement, la raréfaction des postes. La précarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche pèse en effet bien plus sur les libertés académiques et sur le débat rationnel.

Or il nous semble que la compréhension du fait social qu’est le terrorisme (sous toutes ses formes) doit passer avant tout par la raison, et requiert l’établissement des conditions sociales et matérielles la rendant possible.

C’est aussi pourquoi, selon nous, les accusations portées par le ministre, en contribuant à délégitimer tout un pan de recherches en sciences sociales, sont en réalité largement contre-productives.

Soucieux·ses de la réalité des atteintes à la liberté de mener travaux et discussions scientifiques en toute transparence et dans l’intérêt commun, nous voulons ainsi alerter sur une tendance délétère, qui est illustrée par les propos de J.-M. Blanquer et par des tribunes d’universitaires le soutenant. Il nous semble important de rappeler que tous les sujets ne sont pas aussi facilement traités, certains rencontrant des résistances qui ne sont pas justifiées scientifiquement.

Ce sont finalement celles et ceux qui se plaignent de la prétendue « cancel culture » qui font planer une menace sur l’autonomie de la production scientifique, pourtant garante de sa qualité.

Que de telles attaques soient menées au nom du principe de liberté académique et de liberté d’expression ne réduit pas leur réalité. Ces mêmes attaques se sont d’ailleurs multipliées ces dernières années : annulations de colloques, appels à refuser que certaines thématiques soient abordées, pressions diverses sur nos collègues du fait de travaux décrits comme « militants », campagnes de presse ne donnant pas un réel droit de réponse aux enseignant·es et chercheur·euses, et désormais franches accusations d’« islamo-gauchisme » de la part d’un ministre hors de ses fonctions, et, pire encore, d’une part bien établie de l’université.

Le cas récent du renvoi d’Alice Coffin, enseignante vacataire comme beaucoup d’entre nous, ayant perdu son emploi non pas pour des raisons liées à la qualité de son travail, mais à la vindicte de la presse et des réseaux sociaux, éclaire la menace réelle qui pèse sur nos métiers, et pousse à la censure et à l’autocensure. Que cette affaire n’ait pas davantage alerté confirme le climat délétère contre lequel nous protestons.

Il est particulièrement alarmant qu’un groupe de « représentant·es » autoproclamé·es du monde de la recherche emploie les positions dominantes de ses membres, notamment garanties par des statuts de titulaires dont l’austérité nous prive, ainsi que l’autorité mandarinale que leur confère leur titre, pour obtenir un accès privilégié à la presse en vue de régler ses comptes face à des étudiant·es, doctorant·es et sans-postes, maintenant avec un soutien ministériel. En effet, la réaction de Mme Vidal, pourtant directement concernée, a été à notre sens particulièrement faible, semblant même parfois appuyer tacitement les accusations de M. Blanquer.

Dans un tel contexte, il est impossible de ne pas insister sur le fait que c’est lorsque sont abordés des sujets touchant aux minorités de genre et sexuelles (avec naguère la panique de la « théorie du genre ») et aujourd’hui aux minorités racisées (avec les attaques contre des « indigénisme », « décolonialisme », et « racialisme » qui sont autant de boîtes noires permettant de mettre en cause à peu de frais la légitimité de travaux scientifiques qui le sont), que de telles campagnes se déploient, aussi bien en-dehors de l’université qu’à l’intérieur de celle-ci.

Il est également impossible de ne pas constater que de telles campagnes font d’autant plus rage quand les accusé·es de « déviance » sont issu·es de ces mêmes minorités. Ces attaques, qui prennent les atours d’une bataille contre un supposé complot visant à « verrouiller » les universités, montrent aujourd’hui leur vrai visage : celui d’une science d’État, d’une science en service commandé, dont les débats n’ont plus à être tranchés par l’argumentation et la raison, mais par l’intervention politique et par voie de presse.

Le vote par le Sénat avec le soutien du gouvernement d’un amendement à la LPPR conditionnant au « respect des valeurs de la République » les libertés académiques va dans ce sens. La sénatrice porteuse de cet amendement a même explicité, pour qui ne saisirait pas le sous-texte, qu’il s’agissait de s’en prendre aux travaux se penchant sur le racisme, sous couvert de « laïcité ».

Une fois enclenchée une telle dynamique, on peine à voir ce qui découragera n’importe quel gouvernement d’employer le prétexte des « valeurs de la République » pour interdire tous les travaux n’allant pas dans le sens de sa communication, en sciences sociales comme en sciences naturelles.

La recherche scientifique ne doit pas devenir une mission de propagande qui étoufferait la recherche universitaire dès lors qu’elle bouscule l’ordre établi.

Par exemple, le fait qu’aujourd’hui le gouvernement se fasse le relais des forces conservatrices pour accuser les sciences sociales d’alimenter des idéologies radicalisantes est une stratégie politique assumée pour faire taire les innovations théoriques hétérodoxes souvent portées par les personnes les plus marginalisées de la recherche universitaire.

Cette tentative de canaliser les recherches sur le racisme en France est une manifestation de l’institutionnalisation même de ce racisme, qui démontre comment le monde universitaire, avec le soutien d’un certain nombre de titulaires et l’aval de l’État, peut contribuer à étouffer la voix des racisé·es, tant au sein de l’université qu’à l’extérieur.

Aujourd’hui, une telle mise au pas de la recherche en sciences sociales serait désastreuse, et créerait un précédent dangereux dont les forces au service du climatoscepticisme ou du créationnisme ne manqueraient pas de s’emparer demain.

Nous (ne) nous étonnons (pas) d’ailleurs de ne voir dans ces discours aucune référence de travaux universitaires sur la question. Les anathèmes sont jetés sur des concepts jamais définis, qui auraient des effets performatifs non-démontrés, comme si étudier les rapports sociaux de race créaient le racisme. Pourtant, la richesse critique et empirique de ces concepts, lorsqu’on les comprend et prend au sérieux, est indéniable. Nous faisons par exemple référence au récent numéro de la revue Travail, genre et sociétés.

Freedom! by -Curly-, 2013, CC BY-NC

Pour toutes ces raisons, nous, précaires de l’université, apportons notre soutien à nos collègues minorisé·es et aux groupes marginalisés en général, tirons la sonnette d’alarme sur la mise en péril des libertés académiques, directement et via la précarisation de nos métiers, dénonçons particulièrement la conduite de telles attaques au nom d’une conception hypocrite de la liberté de débattre, et en appelons au respect des principes de recherche et de débats autonomes à l’université, y compris sur des sujets mettant à mal la communication gouvernementale.

Nous rejetons en bloc les accusations indignes faites à l’université supposément de connivence avec le terrorisme, et les dénonçons pour ce qu’elles sont : la tentative pour une administration en échec de trouver un bouc émissaire, et de lutter de manière institutionnelle contre la recherche sur le racisme dans notre société.

Nous invitons tou·tes ceux et celles qui se reconnaissent dans ce discours à s’y joindre, à le diffuser, et à porter cette parole dans les organisations auxquelles ils et elles participent.

Pour signer la tribune : https://framaforms.org/tribune-des-precaires-de-lesr-contre-les-propos-de-j-m-blanquer-1604418639

Signataires :

Continuer la lecture

La grande pénalisation de l’enseignement supérieur : le nouveau délit d’entrave aux débats

La fabrique de la loi #63

← Article précédent

Article suivant­ →

Nous sommes inquiet·es de la faiblesse des contestations qui entourent le nouvel article 1er B du projet de loi de programmation de la recherche, tel qu’issu de l’amendement n° 147 déposé par le sénateur Lafon et adopté par le Sénat dans la nuit du 28 au 29 octobre. Cet article, en introduisant un nouvel article dans le code pénal, l’article 431-22-1, crée un délit spécifiquement applicable à l’enseignement supérieur :

Art. 431-22-1. – Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but d’entraver la tenue d’un débat organisé dans les locaux de celui-ci, est puni d’un an d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende.

À cet égard, Patrick Lemaire, président de la Société française de biologie du développement, tient des propos courageux au titre du collectif des sociétés savantes académiques de France : il dénonce sans ambiguïté cette disposition dans Le Monde du 3 novembre. Mais pour le reste, force est de constater que nombre des communiqués de presse qui s’accumulent ignorent délibérément cet article, pour mieux l’approuver, comme c’est le cas du communiqué de l’association Qualité de la science française. Ou, s’ils intègrent cet article dans la liste formelle des griefs adressés à la loi, ils le passent très largement sous silence, préférant concentrer leurs critiques sur les amendements 150 (court-circuitage du CNU) et 234 (subordination des libertés académiques à des valeurs d’ordre politique).

Clairement, une partie de la communauté de l’ESR, y compris chez les collègues mobilisé·es, n’est pas à l’aise pour lutter contre cet article 1er B. Comment, d’ailleurs, pourrait-on être contre une mesure destinée à nous protéger des entraves aux débats que nous organisons dans les locaux des établissements d’enseignement supérieur ? Comment pourrait-on être contre une disposition qui prétend lutter contre des perturbations du type de celles qui ont gravement perturbé le colloque international sur la « nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah » en février 2019 à l’EHESS ?

En présentant son amendement, le sénateur Lafon ne disait rien d’autre : avec cet amendement, c’est « la liberté d’expression et les conditions d’un débat contradictoire dans l’enceinte des établissements d’enseignement supérieur » qui se trouvent garanties, de manière à éviter que « les universités, lieux historiques de la diffusion des savoirs et de la discussion argumentée, [soient] ainsi détournées de leur vocation première ». C’est, autrement dit, le caractère de « sanctuaire » du savoir et du débat que représentent les universités qui est défendu, de sorte que cet amendement n° 147 ne saurait en aucun cas être perçu comme liberticide1. Il suffit de peu, même, pour que certain·es, dans une grande confusion, en fassent une déclinaison contemporaine des vieilles « franchises universitaires ».

Face à cela, quelques explications s’imposent donc.

Jeanne Menjoulet, « Old felt hat factory machine », 7 septembre 2019

D’où sort cet amendement ?

Il importe, en premier lieu, de rappeler d’où vient cet amendement. Nous pouvons identifier deux sources : la première est d’ordre technique ; la seconde, d’ordre idéologique.

Sur le plan technique, le nouvel article 431-22-1 est directement inspiré de l’article qui sera amené à le précéder dans le code pénal, l’article 431-22. Cet article, qui concerne les établissements scolaires – dont l’article 431-22-1 sera le « pendant » pour les établissements d’enseignement supérieur –, sanctionne :

le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement scolaire sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement.

Peut-être a-t-on déjà oublié, aujourd’hui, que cet article 431-22 est lui-même d’apparition récente. Il est l’une des dispositions d’une loi profondément liberticide du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la loi du 2 mars 2010 renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public, dont les porteurs principaux étaient Christian Estrosi et Eric Ciotti. À l’époque, cette loi avait suscité de très grandes protestations, d’abord et avant tout parce qu’elle créait un délit de participation à une « bande violente2 » qui reposait sur une suspicion d’intention ; mais aussi, donc, parce qu’elle réprimait de manière lourde l’intrusion ou le maintien de personnes non autorisées dans les établissements scolaires.

Il est donc important de rappeler, d’abord, que c’est cette disposition très contestée qui sert de modèle au nouvel article 431-22-1 du code pénal, et qu’il n’y a pas si longtemps — dix ans… –  une telle correctionnalisation du monde éducatif suscitait bien davantage de levées de boucliers.

On notera que depuis lors, des juristes et des chefs d’établissement réclament régulièrement l’extension de l’article 431-22 au champ universitaire, notamment pour pénaliser la tenue de blocages. Le choix qui a été fait par le Sénat la semaine dernière est néanmoins différent : là où le délit existant implique une pénétration dans l’établissement scolaire dans le « but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement », le nouveau délit suppose une entrée ou un maintien de l’auteur, dans l’établissement d’enseignement supérieur, « dans le but d’entraver la tenue d’un débat organisé ». La portée, autrement dit, du nouvel article est nettement plus réduite. Ce n’est pourtant pas pour nous rassurer car on sait très bien quelle est la dynamique de la législation pénale contemporaine : l’harmonisation du nouvel article 431-22-1 avec l’article 431-22 n’est qu’une question d’années, voire de mois. La LPR, autrement dit, n’est que la première étape d’un mouvement légistique qui en comprendra deux, dont les blocages seront les prochaines cibles.

La deuxième source d’inspiration du nouvel article 431-22-1 est d’ordre idéologique. Elle puise directement son origine dans les milieux qui ont inspiré les récents propos du ministre de l’Éducation nationale sur la « gangrène » des universités, la « complicité intellectuelle du terrorisme » et autres « thèses intersectionnelles » venues des « universités américaines » qui « veulent essentialiser » les communautés.

Il existe, du côté de Vigilance Universités, « le Réseau universitaire de veille contre le racisme et l’antisémitisme, contre le racialisme et le communautarisme et pour la défense de la laïcité », comme de l’association Qualité de la science française, des collègues qui sont intimement persuadés d’être confronté·es à une menace totalitaire qui viendraient

« des étudiants et aussi, hélas, des enseignants, qui prétendent régenter les programmes des cours, des séminaires, des conférences, des colloques, en fonction de leurs terrains de luttes préférés — qu’il s’agisse de l’anti-sexisme, de l’anti-racisme, de l’anti-islamisme, de l’anti-homophobie, et nous attendons avec impatience l’arrivée des luttes anti-mites ou antiseptiques pour parfaire notre bonheur »,

comme le disait Nathalie Heinich lors du colloque de Qualité de la science française sur les nouvelles formes de censures à l’Université le 1er février 2020.

Continuer la lecture

  1. Pour une réflexion comparative heuristique, voir Raphaël Kempf, Ennemis d’État, Paris, La Fabrique, 2019 : Kempf analyse notamment les analyses des juristes visant à pénaliser un délit de « complicité intellectuelle ». Se reporter notamment aux pages, lumineuses, 12-16 ; 66-69 ; 211 et suivantes. Merci à Céliane Svoboa pour avoir attirer notre attention sur cet ouvrage. []
  2. La disposition n’a pas empêché le doyen de la faculté de droit de Montpellier, Philippe Pétel, avec l’aide de l’ancien professeur d’histoire Jean-Luc Coronel de Boissezon  — et de la complicité active de sa compagne qui a contacté des sympathisants de la Ligue du Midi, groupuscule régionaliste d’extrême droite — d’organiser et de participer à une opération commando pour molester des étudiant·es, le visage caché, armés de lattes de bois. Pour ces faits gravissimes pour lesquels, après avoir été l’objet de lourdes sanctions disciplinaires, les enseignants-chercheurs viennent d’être renvoyés en correctionnelle (France Bleu Montpellier, 7 octobre 2020. []

Les sciences sociales contre la République ?

Le Ministre et la « Faculté »

Le ministre s’étant reposé tout l’été,
Se trouva fort dépourvu
Quand la vague fut venue.
S’en prenant dans la panique
Aux libertés académiques,
Il alla crier scandale
Sur la paillasse de Vidal
Priant les chercheurs de cesser
La République « gangréner ».
Face à cette ignorance abyssale
De ce que sont les sciences sociales
Nous envoyons au Père-Noël
Cette liste bien trop partielle
D’articles éclairants
Dont le ministre est ignorant
C’est là sa moindre iniquité
« Quelle guerre faites-vous à l’université ? »
Demandons-nous à l’éhonté
— Pour le plaisir de l’anathème
J’essentialise votre domaine.
— Vous essentialisez les SHS ?
Eh bien ! Lisez ! Vite, ça presse

#revuesenlutte d’après Jean de La Fontaine

Un collectif de revues de sciences humaines et sociales (SHS) met au défi le ministre de l’éducation nationale de trouver dans ses publications des textes permettant de dire que l’intersectionnalité inspire le terrorisme islamiste.

Tribune. Dans le JDD du 25 octobre, le ministre de l’éducation nationale déclarait qu’il y avait, dans les universités, un combat à mener. Contre l’appauvrissement de l’enseignement supérieur ? Contre la précarité étudiante ? Contre les difficultés croissantes que rencontrent tous les personnels, précaires et titulaires, enseignants et administratifs, à remplir leurs missions ? Contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui va amplifier ces difficultés ? Non : contre « une partie non négligeable des sciences sociales françaises ». Et le ministre, téméraire : face à cette « gangrène », il faut cesser la « lâcheté ».

On reste abasourdi qu’un ministre de l’éducation nationale s’en prenne ainsi à celles et ceux qui font fonctionner les universités. Mais pour aberrants qu’ils soient, ces propos n’étonnent pas tout à fait : déjà tenus, sur Europe 1 et au Sénat, ils prolongent ceux d’Emmanuel Macron, en juin 2020, dans Le Monde, qui accusait les universitaires d’ethniciser la question sociale et de « casser la République en deux ».

Plutôt que de se porter garant des libertés académiques, attaquées de toutes parts, notamment dans le cadre du débat parlementaire actuel, Jean-Michel Blanquer se saisit de l’assassinat d’un professeur d’histoire et géographie pour déclarer la guerre aux sciences sociales, qui défendraient des thèses autorisant les violences islamistes ! Sa conviction est faite : ce qui pourrit les universités françaises, ce sont les « thèses intersectionnelles », venues des « universités américaines » et qui « veulent essentialiser » les communautés.

Ignorance ministérielle

Le ministre « défie quiconque » de le contredire. Puisque les revues scientifiques sont, avec les laboratoires et les universités, les lieux d’élaboration des sciences sociales, de leurs controverses, de la diffusion de leurs résultats, c’est à ce titre que nous souhaitons mener cette contradiction, ses propos révélant son ignorance de nos disciplines, de leurs débats et de leurs méthodes.

La démarche scientifique vise à décrire, analyser, comprendre la société et non à décréter ce qu’elle doit être. Les méthodes des sciences sociales, depuis leur émergence avec Emile Durkheim dans le contexte républicain français, s’accordent à expliquer les faits sociaux par le social, précisément contre les explications par la nature ou l’essence des choses. A ce titre, elles amènent aussi à rendre visibles des divisions, des discriminations, des inégalités, même si elles contrarient.

Les approches intersectionnelles ne sont pas hégémoniques dans les sciences sociales : avec d’autres approches, que, dans leur précieuse liberté, les revues font dialoguer, elles sont précisément l’un des outils critiques de la désessentialisation du monde social. Néologisme proposé par la juriste états-unienne Kimberlé Crenshaw à la fin des années 1980, le terme « intersectionnalité » désigne en outre, dans le langage actuel des sciences sociales, un ensemble de démarches qui en réalité remontent au XIXe siècle : il s’agit d’analyser la réalité sociale en observant que les identités sociales se chevauchent et que les logiques de domination sont plurielles.

Dès 1866, Julie-Victoire Daubié, dans La Femme pauvre au XIXe siècle, montre la particularité de la situation des ouvrières, domestiques et prostituées obligées de travailler pour survivre, faisant des femmes pauvres une catégorie d’analyse pour le champ de la connaissance et de la politique, alors que lorsqu’on parlait des pauvres, on pensait surtout aux hommes ; et que lorsqu’on parlait des femmes, on pensait avant tout aux bourgeoises.

Une politique répressive de la pensée

Plus près de nous, l’équipe EpiCov (pour « Epidémiologie et conditions de vie »), coordonnée par la sociologue Nathalie Bajos et l’épidémiologue Josiane Warszawski, vient de publier des données concernant l’exposition au Covid-19 à partir de critères multiples parmi lesquels la classe sociale, le sexe, le lieu de naissance. Une première lecture de ces données indique que les classes populaires travaillant dans la maintenance (plutôt des hommes) et dans le soin (plutôt des femmes) ont été surexposées, et que, parmi elles, on compte une surreprésentation de personnes nées hors d’Europe.

Une analyse intersectionnelle cherchera à corréler ces données, entre elles et avec d’autres disponibles, pour mieux comprendre comment les discriminations s’entrelacent dans la vie des personnes. Où sont l’essentialisation, l’encouragement au communautarisme ? Pour les chercheurs et chercheuses en sciences sociales, il s’agit simplement, à partir de données vérifiées par des méthodes scientifiques, validées entre pairs et ouvertes à la discussion, de faire leur travail.

L’anathème que le ministre lance traduit une politique répressive de la pensée. Nous mettons M. Blanquer au défi de trouver un seul texte publié dans la bibliothèque ouverte et vivante de nos revues qui permette de dire que l’intersectionnalité inspire le terrorisme islamiste.

Se saisir d’un mot, « intersectionnalité », pour partir en guerre contre les sciences sociales et, plus généralement, contre la liberté de penser et de comprendre la société, est une manœuvre grossière. Si elle prend, nos universités devront troquer la liberté de chercher (qui est aussi la liberté de se tromper) pour rien moins qu’une science aux ordres, un obscurantisme ministériel. On voit mal comment la République pourrait en sortir grandie.

Le collectif des revues en lutte, constitué en janvier 2020 autour de l’opposition aux projets de LPPR et de réforme des retraites, rassemble aujourd’hui 157 revues francophones, pour l’essentiel issues des sciences humaines et sociales.

  • Lien Twitter pour l’éducation du (soi disant) Ministre de l’Éducation nationale

Libertés académiques : revue de presse internationale

 

 

Des pontes et des goules de la République : Xanax explique deux-trois choses aux macrono-droitards

Lien vers la tribune : « Cette attaque contre la liberté académique est une attaque contre l’Etat de droit démocratique », Le Monde, 2 novembre 2020

Jean-Michel Blanquer, le point d’indice et FO ESR

CTMESR du 26 octobre      2020
Déclaration liminaire FO ESR

La fédération FO de l’Education Nationale, la FNEC FP-FO, dont fait partie FO ESR, et sa confédération, a pris toute sa place dans les initiatives et rassemblements en soutien à la famille de Samuel Paty, à ses collègues, en défense des libertés individuelles, de la liberté d’instruire, de la liberté pédagogique.

Dans toute son atrocité, l’assassinat de ce professeur nous rappelle que les personnels sont de plus en plus exposés aux dangers qui traversent la société. Trop souvent, nombre de nos collègues se retrouvent isolés face à des pressions et à des menaces extérieures à l’Ecole, extérieures à l’Université.

C’est la raison pour laquelle FO ESR demande que l’administration, à tous les niveaux, appuie de manière systématique les demandes de protection fonctionnelle sollicitées par les agents. Pour cela le cadre réglementaire existe. Il porte un nom : c’est le statut de la Fonction publique et en particulier son article 11 qui prévoit que

« La collectivité publique est tenue de protéger le fonctionnaire contre les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne, les violences, les agissements constitutifs de harcèlement, les menaces, les injures, les diffamations ou les outrages dont il pourrait être victime sans qu’une faute personnelle puisse lui être imputée. Elle est tenue de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Avec la fédération FO de fonctionnaires, la FGF-FO, nous rappelons que le Statut général des fonctionnaires est le garant de la neutralité et de la laïcité dans la Fonction publique. Le gouvernement serait donc bien avisé de le respecter et d’accepter d’en améliorer les garanties, au lieu de chercher à le détruire pour promouvoir une fonction publique fondée sur le contrat. Cela passe par l’abrogation de la loi de Transformation de la Fonction publique. Cela passe par le maintien des CHSCT et le respect de ses prérogatives.

FO ESR réaffirme la place centrale de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, pilier de la République, que le président de la République entend aujourd’hui réviser au nom de la lutte contre les « séparatismes ».

FO ESR ne peut accepter aucune tentative d’utiliser le crime épouvantable dont Samuel Paty a été la victime pour imposer une parole officielle ou réduire les libertés fondamentales, comme celle du ministre J.-M. Blanquer qui, la semaine dernière, a accusé le syndicat étudiant UNEF d’être indirectement lié aux attentats terroristes.

Au delà de l’UNEF, c’est toute l’université que le ministre a attaquée en la qualifiant de lieu où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y  fait des ravages . Une fois n’est pas coutume, avec la CPU, FO ESR répond  La recherche n’est pas responsable des maux de la société, elle les analyse. L’université est, par essence, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique .

FO ESR demande à M. Blanquer de retirer ses propos.

Défendre l’Ecole et l’enseignement supérieur public, c’est défendre ses personnels, leurs statuts et leur autorité, et leur donner la considération et les moyens pour réaliser ses missions. C’est prendre en compte les revendications portées par les organisations syndicales.

Continuer la lecture

France. Solemn appeal for the protecting of academic freedom and the right to study

PRESS RELEASE

29 October 2020 – 12:00

On 29 October, a solemn appeal is launched to warn of the general deterioration of academic freedom and the right to study in France.

The Senate, tonight, during the discussions on the research programming law, confirmed in every respect the fears that had motivated the drafting of this appeal on Tuesday 27 October 2020. With the vote of the senators, the attacks on academic freedom are unprecedented, with, on the one hand, the exclusion of the elected and collegiate National Council of Universities ensuring the proper and authentic representation of teacher-researchers, in the recruitment of all the professeur∙es universities, and part of the maîtres∙ses conferences. In another outrageous provision, parliamentarians have — for the first time in the history of the French university — subjected academic freedom to political values, formulated in very vague terms. What happened tonight in the Senate is the worst thing that has happened to higher education and research for a very long time.

This confirms the importance of the appeal initiated by the editorial team of Academia, a monitoring blog on employment conditions in higher education and research, now carried by more than 72 academic journals, and a significant number of learned societies, associations and trade unions, whose support was gathered in less than forty-eight hours.

The signatories of this appeal denounce the wide variety of signals showing the accelerated erosion of academic freedom in France in recent weeks. They refer in particular to the law on research programming, of course, but also to the comments of the Minister of Education on the « intellectual complicity of terrorism », the appointment of an advisor to the President of the Republic at the head of the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education, not to mention the very precarious working conditions in educational and research institutions, which the epidemic has highlighted. They are also concerned about the content of the provisions on higher education and research that may be included in the draft law on separatism, as well as the resurgence of discourse questioning the right of men and women to study – regardless of dress – in French universities.

The adoption of measures seriously undermining academic freedom, unexpectedly, makes it indispensable and urgent that this appeal be disseminated as widely as possible.

Academia editorial team calls on senators, who are to meet again this Thursday 29 October and Friday 30 October to discuss the programming bill on research, to reconsider these disastrous decisions for higher education and research.

It also calls on all the signatories of the solemn appeal for the protection of academic freedom and the right to study to disseminate it as widely as possible, and to encourage as many people as possible to show their support for this call by signing the text collectively or individually.

Text of the call (French): https://academia.hypotheses.org/27287
First signatories: https://academia.hypotheses.org/27287#Soutiens
Press release (French): https://academia.hypotheses.org/27418
Contact: academia_redactionATgroupes.renater.fr – Twitter : @Academia_carnet

Update: on Nov. 1, 2020, Thierry Coulhon, Higher Education and Research advisor to Emmanuel Macron has been nominated as head of the French Agency of Higher Education and Research Assessment (Hcéres).

https://www.flickr.com/photos/watsonalan/23830365201/in/photolist-CiNRkx-JHnR3D-2fgqngL-2jQZECo-2gKtkSq-RNtdGc-6KQzN4-2j3kVuo-7nEKK6-7nEJx6-gUTMkD-UVqauf-6KUUm1-BTcooC-274GXjS-MkVcco-pUbQAx-2ju7bif-GQMMpP-NXUk94-Nexu9n-RasoUV-MZ3sVd-2jjVG1A-2jMYwn5-2jGAQh1-2jWXzem-2jNJvsc-2j8Gdzb-2jDtBCn-LPYDZe-2jJ3AKv-RsyMQA-2boDvfi-2jGQhx1-2hfPykN-2h15tEG-Bf7q34-2ikaNAF-Xp8nFB-UMirWk-2gQCa2A-rSPMYi-2eZ9JXE-2j9fmf1-B2UzVY-2jDbVPz-2jN8vPi-2dJUS67-qYGqnk

Dark figure, dark night (c) [Alan], 2015


Solemn call for the protecting of academic freedom and the right to study in France

To provide institutional or professional association support →
To provide individual support →

We, members of universities and public scientific research institutions, trade unions, learned societies, journals and higher education and research associations, sound the alarm against the general deterioration of the state of academic freedom and the right to study in France, of which the Programming Act for Research 2021-2030, which will be examined this week in the Senate, is only one facet.

In recent days, this degradation has been expressed in a clear manner.

It was explicitly expressed in the words of the Minister of National Education who, in line with the so-called « analyses » of the President of the Republic of 10 June 2020, accused academics of « intellectual complicity of terrorism », the result of an « Islamo-leftism » that « ravages » higher education. What did Mr. Blanquer mean when, on Thursday, October 22, 2020 before the Senate Laws Committee, he envisaged defining « an initial matrix, perfect, impeccably regulated » for the courses delivered at the university, considering that « it is a question of understanding what really happens in the courses that are taught »?

This deterioration also stems from the President of the Republic’s plan to appoint one of his closest advisers to head the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education (Hcéres), following a procedure tainted by serious conflicts of interest, and at a time when this authority is called upon to play a leading role in the years to come, insofar as an ever-increasing share of the resources of the ESR will be correlated with the evaluations made by this very High Council.

This deterioration also stems, of course, from the Programming Act for Research that is in the process of being adopted by Parliament, which multiplies the mechanisms of dependence and control within higher education and research institutions, both by weakening statutory protection and by the generalisation of targeted funding and individual premiums.

Finally, this deterioration is the result of the general casualisation of working conditions in higher education and research institutions, which is particularly evident in the health crisis and its chaotic management by the Ministry. Without doubt, this precariousness represents the most direct of all attacks on our academic freedoms, insofar as these presuppose, as Article L. 123-9 of the Education Code reminds us, « conditions of serenity indispensable for reflection and intellectual creation ».

These are some of the converging signals of the accelerated erosion of academic freedom in France.

Let there be no mistake about it: it is not only the professors and researchers who are under attack here, but the very modes of knowledge making, in their necessary plurality, and notably the making of critical academic discourses  that representatives, associations and citizens sometimes use — the wide dissemination of the results of our research is truly one of our most rewarding missions — to counter, through argued discourse, the fractures in society caused by simplifications of all kinds, particularly racist ones, and, more generally, to contribute to the formulation of responses – including political ones — to contemporary issues.

It is now time to collectively counter these developments. Not to counter each of these signals in isolation, but to counter the cluster that they all form together. It is urgent, indeed, to do so now, because the last days of October 2020 represent a pivotal moment.

On Thursday 29 and Friday 30 October, the final debates on the Programming Act for Research will be held in the Senate. Consequently, it is now or never that academic freedom must be reinscribed at the core of the bill.

It is also this week that the President of the Republic may again abandon his plan to appoint his own advisor to head the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education.

This very week, finally, Ms Vidal, Minister of Higher Education, Research and Innovation, must resolve to fully embrace the Bonn Declaration on the Freedom of Scientific Research, which the European Research Ministers adopted on 20 October 2020 and which states that the freedom of scientific research implies “the right to freely define research questions” and the right “to choose and develop any theory […] to question preconceived ideas”.

Decisions must be made now, as the next step looks even worse. We are very concerned and worried about the infringements of academic freedom that may be included in the attacks on academic freedom that are likely to be included in the bill on separatism, which is scheduled for consideration by the Council of Ministers on December 9. Indeed, what meaning should be given to Mr. Blanquer’s latest « releases/ words », again confirmed in Oct. 25 issue of the Journal du Dimanche, if not to be « trial balloons » for this bill? We also know already that during these same debates, the rights of men and women to study – regardless of their dress code – in French universities risks being called into question by discriminatory measures.

In spite of the fatigue of our colleagues who have been mobilised for months in defence of the public service of research and higher education; in spite of a university term that we have to manage in Dantesque epidemic conditions; in spite of other initiatives in progress, which we call on to join, we sound the general alarm about the state of academic freedom and the right to study in France.

We still hope that this alert will be heard.

Les mots de Blanquer et les yeux des manifestants : assaut étatique contre la liberté d’expression

Les mots de M. Blanquer, les mains et les yeux des manifestants: ce sont là les deux faces d’un même assaut étatique contre la liberté d’expression. La sortie de Blanquer, bête, peu informée et aveugle aux inégalités systémiques et au vrai séparatisme, n’est que le bras rhétorique des lacrymogènes, LBD et violences policières.

L’art dans le parc, Kaboul, Afghanistan (c) Canada en Afghanistan, 2014
En octobre 2014, l’ambassade canadienne en Afghanistan a organisé sa célébration annuelle de la liberté d’expression des femmes par l’art et la musique. ART IN THE PARK a présenté des performances d’étudiantes du célèbre Institut national afghan de musique.

Depuis l’affreux attentat de Conflans-Sainte Honorine, les sorties médiatiques de certains ministres montrent qu’il est loin le temps où le pouvoir macronien, ou en tout cas son leader éponyme, ne voulait pas verser dans la surenchère sur le « communautarisme », la laïcité » (mal) comprise comme interdiction des signes religieux dans l’espace public, « le problème musulman », etc. En quelques jours, M. Macron a montré son incapacité à cadrer ses troupes, dont certains membres importants chassent en toute quiétude sur les terres politiques de l’ex-Front National.

Blanquer et les philosophes du dimanche

Les propos de M. Blanquer sur « l’islamo-gauchisme » qui gangrènerait l’université sont en train de susciter un tollé légitime dans les facs de France. En reprenant une antienne sans le moindre début de fondement dans les sciences sociales, M. Blanquer a fait un clin d’œil complice à certains intellectuels du dimanche qui, en France, sont ubiquitaires dans les médias, mais invisibles dans les archives, les bibliothèques, et dans l’espace social au-delà, bien sûr, d’un périmètre feutré autour de Saint-Germain des Prés.

Beaucoup plus grave : M. Blanquer s’immisce sur un terrain qui n’est pas le sien. On attend toujours une réaction sans aucune équivoque de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, notre ministre. Continuer la lecture

Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

English version
Signataires (actualisés en temps réel)

Pour soutenir à titre collectif (mail, ou utiliser la fonction commentaire)  →
Pour soutenir à titre individuel

UPDATE  6/11/2020. La CP-CNU, au vu du comportement de la Ministre depuis de longs mois à l’endroit des universitaires et de leurs instances représentatives, interoge le Président de la République sur le bien-fondé du maintien en poste d’une Ministre qui « a provoqué une crise de confiance et un désordre sans précédent dans le monde de la recherche ».

UPDATE 1/10/2020. Thierry Coulhon, conseiller du président Macron, vient d’être nommé président du Hcéres au mépris de la légalité et de la déontologie. Rien n’arrête ce gouvernement.

UPDATE 31/10/2020. Les craintes formulées dans cet appel, rédigé le 27 octobre, ont malheureusement été confirmées en tout point lors de l’examen au Sénat du projet de loi de programmation pour la recherche, du 28 au 30 octobre.

Non seulement l’instance nationale élue et collégiale, le Conseil national des universités assurant la représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses, est mise à l’écart du recrutement de l’intégralité des professeur∙es des universités, et d’une partie des maîtres∙ses de conférences ; mais en outre, pour la première fois dans l’histoire de l’université française, les libertés académiques sont subordonnées à des valeurs politiques, formulées en termes très vagues. Il ne fait plus de doute : les libertés académiques sont gravement en danger en France aujourd’hui, n’en déplaisent à celles et ceux qui préfèrent agiter de vieux fantasmes venus d’un autre temps.

Cela confirme l’importance de l’appel initié par l’équipe de rédaction d’Academia, carnet de veille et d’analyse des conditions d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, désormais porté par plus de 74 revues de recherche, et un nombre important de sociétés savantes, de collectifs et de syndicats français et étrangers, dont les soutiens ont été réunis en moins de quarante-huit heures. Nous faisons donc le choix de le maintenir à la signature jusqu’au 8 novembre 2020, et appelons à sa diffusion la plus large.


Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

Nous, membres des universités et des établissements publics à caractère scientifique et technologique, syndicats, sociétés savantes, revues et collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), sonnons l’alerte contre la dégradation générale de l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France, dont le projet de loi de programmation de la recherche, qui sera examiné cette semaine au Sénat, n’est qu’une des facettes.

Ces derniers jours, cette dégradation s’est exprimée de manière patente.

Elle s’est explicitement manifestée dans les propos du ministre de l’Éducation nationale qui, dans la lignée des soi-disant « analyses » du président de la République du 10 juin 2020, a accusé les universitaires de « complicité intellectuelle du terrorisme », fruit d’un « islamo-gauchisme » qui « ravage » l’enseignement supérieur. Que voulait dire M. Blanquer lorsque, ce jeudi 22 octobre 2020 devant la commission des lois du Sénat, il envisageait de définir « une matrice initiale, parfaite, impeccablement réglée » pour les enseignements délivrés à l’université, considérant qu’« il s’agit de voir ce qui se passe, pour de vrai, dans les enseignements qui sont donnés » ?

Cette dégradation découle aussi du projet du président de la République de nommer l’un de ses plus proches conseillers à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, au terme d’une procédure entachée de graves conflits d’intérêts, et alors même que cette autorité est appelée à jouer, dans les années à venir, un rôle de premier plan, dans la mesure où une part toujours plus importante des ressources de l’ESR sera corrélée aux évaluations faites, précisément, par ce Haut Conseil.

Cette dégradation découle également, bien sûr, de la loi de programmation de la recherche en passe d’être adoptée par le Parlement, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, à la fois par l’affaiblissement des protections statutaires et la généralisation des primes et des financements orientés.

Cette dégradation découle, enfin, de la précarisation générale des conditions de travail dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, que la crise sanitaire et sa gestion chaotique par le ministère rendent tout particulièrement manifestes. Sans doute cette précarisation représente-t-elle même la plus directe de toutes les attaques contre nos libertés académiques, dans la mesure où celles-ci supposent, comme le rappelle l’article L. 123-9 du code de l’éducation, des « conditions de sérénité indispensables à la réflexion et à la création intellectuelle ».

Voilà quelques-uns des signaux convergents de l’érosion accélérée des libertés académiques en France.

Qu’on ne s’y trompe pas : ce ne sont pas seulement les agents de l’enseignement supérieur et de la recherche publics qui se trouvent ici attaqué·es, mais les modes mêmes d’élaboration des savoirs, dans leur nécessaire pluralité, et en particulier des savoirs critiques dont les élu·es, les associations et les citoyen·nes se saisissent parfois ― c’est vrai et la diffusion élargie des résultats de nos recherches fait partie de nos missions les plus gratifiantes ― pour contrer, par des discours argumentés, les fractures que font naître, dans le corps social, les simplifications en tous genres, racistes notamment, et, plus généralement, pour contribuer à la formulation des réponses ― y compris politiques ― aux problèmes contemporains.

Mais il est temps, maintenant, de contrer collectivement ces évolutions. Non pas contrer chacun de ces signaux pris isolément, mais contrer le faisceau qu’ils forment tous ensemble. Il est urgent, même, de le faire maintenant, car ces derniers jours d’octobre 2020 représentent un moment charnière.

Jeudi 29 et vendredi 30 octobre se tiendront les ultimes débats au Sénat sur le projet de loi de programmation de la recherche. C’est donc maintenant ou jamais que les libertés académiques doivent être remises au cœur du projet de loi.

C’est cette semaine aussi que le président de la République peut encore renoncer à son projet de nommer son propre conseiller à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

C’est cette semaine, enfin, que Madame Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, doit se résoudre à assumer pleinement la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique que les ministres européens de la recherche ont adoptée le 20 octobre 2020 et qui rappelle que la liberté de la recherche scientifique suppose « le droit de définir librement les questions de recherche » et le droit « de choisir et de développer toute théorie […] pour interroger les idées reçues ».

C’est maintenant que ces décisions doivent être prises, car la suite s’annonce pire encore. Nous sommes très inquiètes et inquiets des atteintes aux libertés académiques susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, dont l’examen en Conseil des ministres est programmé pour le 9 décembre prochain. Quelle signification accorder, en effet, aux dernières « sorties » de M.  Blanquer, encore confirmées dans le Journal du Dimanche du 25 octobre, sinon d’être des « ballons d’essai » pour ce projet de loi ? Nous savons d’ores et déjà aussi qu’à l’occasion de ces mêmes débats, le droit des hommes et des femmes à étudier – indépendamment de toute considération vestimentaire – dans les universités françaises risque d’être remis en question par des mesures discriminatoires.

http://jlggb.net/blog4/?tag=vincennes

6 juin 2015, Bois de Vincennes. Crédit : jlggbblog4

En dépit de la fatigue des collègues mobilisé·es depuis des mois pour la défense du service public de la recherche et de l’enseignement supérieur ; en dépit d’un semestre universitaire qu’il nous faut gérer dans des conditions dantesques ; en dépit des autres initiatives en cours, que nous appelons à rejoindre1, nous sonnons l’alerte générale sur l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France.

Nous avons encore espoir que cette alerte sera entendue.


Premiers signataires

Soit 6 laboratoires, réseaux et fédérations de recherche, 16 sociétés savantes, 11 fédérations ou organisations syndicales, 6 collectifs académiques, 93 revues savantes, en France et hors de France

En vert, les soutiens apportés à partir du 30 octobre 2020. En violet, à partir du 26 novembre 2020

Nous avons créé une plateforme de soutien ouverte à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui souhaiteraient soutenir notre appel à titre individuel.

Continuer la lecture

  1. Cf. la pétition collective « Suspendons la loi de programmation de la recherche : notre société exige beaucoup mieux ! » (https://rogueesr.fr/une_autre_lpr/) que nous appelons à signer de toute urgence. []