“Misère” et “salaires indignes” : l’Académie des sciences et la LPPR

Academia propose, dans le désordre, une lecture des textes ayant nourri la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Après la CPU et le groupe de travail sur l’Attractivité des emplois et des carrières scientifiques, voici un billet sur des propositions qui ne concernent que les sciences mathématiques et naturelles émanant de l’Académie des sciences.

Examinons le premier texte soumis par une instance consultative prestigieuse — l’Académie des sciences — qui fait paraître sa Contribution le 15 mai 20191. Pour suivre notre ligne éditoriale, nous considérerons prioritairement les éléments touchant à l’emploi dans l’ESR. Précisons que l’Académie met une limite de taille à sa proposition :

La situation particulière des sciences humaines et sociales requiert évidemment des analyses et propositions spécifiques qui ne sont pas traitées ici, ces domaines ne relevant pas du périmètre des compétences de l’Académie des sciences.

Il reste à savoir si une autre Académie a fait des propositions indispensables pour nos disciplines en sciences humaines et sociales, trop souvent ignorées par des responsables politiques qui n’en sont pas issus.

Présentation à l’Académie des sciences, extrait de La Grosse bête de Monsieur Racine, par Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, janvier 1972

Document de 13 pages et de 5 pages d’annexes, il est le résutat des travaux d’une  commission composée de 17 hommes membres et 2 femmes2. Structuré selon les demandes formulées par le Premier MInistre (1. Recherche sur projet, financement compétitif et financement des laboratoires ; 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; 3. Innovation et recherche partenariale), ce document intéresse Academia pour les aspects qui touchent l’emploi et ce que le gouvernement nomme “l’attractivité” – et qui pour l’essentiel touche aux conditions de travail et de rémunération.

Dans son introduction (p. 4), l’Académie insiste sur l’importance de cette question de l’emploi et des conditions de travail.

Une perte d’attractivité

Malgré ce contexte d’évolutions plutôt positives, il n’en reste pas moins que le système de recherche français souffre d’une perte continue d’attractivité aussi bien auprès de nos meilleurs étudiants que des étudiants étrangers et des chercheurs français et étrangers, juniors et seniors.

Continuer la lecture

  1. En espérant pouvoir approfondir la lecture dans un avenir proche. []
  2. Le sex ratio est très bas à l’Académie des sciences : https://www.academie-sciences.fr/fr/Table/Listes-par-ordre-alphabetique/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences . []

Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR

À l’occasion de la réflexion collective en préparation du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), l’équipe des Rédacteurs d’Academia est heureuse d’accueillir des femmes et des hommes ITA (personnels ingénieurs, administratifs, techniques) et BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) mobilisés pour leurs métiers. Dans ce blog consacré à l’emploi en sciences humaines et sociales, ces femmes et ces hommes représentent plus de la moitié des effectifs ; pour autant, ces personnels, injustement subalternes, sont peu audibles. Ces corps de l’enseignement supérieur et de la recherche ont pourtant connu d’inquiétantes mutations de leurs niveau et conditions d’emploi, qui pourraient préfigurer l’avenir de l’emploi de recherche et d’enseignement. ITA et BIATSS mobilisés pour leurs métiers inaugurent, avec ce billet, une réflexion pour que vraiment toutes et tous, ensemble, imaginions l’avenir de la recherche et le contenu de la LPPR.  

 

 

Le CDI de chantier : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017 le CDI de chantier ou contrat de chantier est une possibilité ouverte à  tous les corps de métier sous réserve d’accords de branche ou de convention collective (articles 30 et 31) ; il est donc possible de recruter des agentes et agents pour une durée indéterminée, pour une mission spécifique liée à une opération ou un projet à l’échéance non prévisible. Les agent·e·s seront ensuite licencié·e·s lorsque l’opération ou le projet seront considérés comme achevés, l’achèvement étant considéré alors comme une cause réelle et sérieuse de licenciement (article 31).

Continuer la lecture

“La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, “Attractivité des emplois et des carrières scientifiques“, dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. “Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture