Islamophobie et discriminations à l’université : enquête de l’association Étudiants musulmans de France

Pour répondre à l’enquête, c’est ici

Contact EMF: https://www.emf-asso.fr/

Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ?

Au Sénat, 15 décembre 2021

Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’université est au coeur de notre société : la première n’est pas étanche aux courants qui traversent la seconde. Du reste, la controverse fait avancer la connaissance.
Néanmoins, depuis trop longtemps, des établissements sont perturbés sur des fondements partisans, idéologiques, voire extrémistes. Des enseignants-chercheurs et doctorants sont empêchés de mener leurs travaux.
Plusieurs voix à droite Et donc ?
Mme Frédérique Vidal, ministre. – Le Sénat ne s’y est pas trompé, puisque la mission d’information présidée par Étienne Blanc et dont le rapporteur était André Gattolin1 a enquêté sur les influences extra-européennes qui menacent les libertés académiques.
Nous avons refondu le cadre réglementaire de l’intégrité scientifique. Ma main n’a jamais tremblé quand il s’est agi d’envoyer une inspection ou de faire évacuer des perturbateurs. Et cela faisait trop longtemps que les mains tremblaient…
L’inspection générale a créé une mission d’appui aux établissements pour intervenir lorsque la liberté académique n’est pas respectée. (M. François Patriat applaudit.)

À l’occasion de la parution de L’islamogauchisme ne m’a pas tué, Academia revient sur la séquence des événements tels que les documente l’Inspection générale, missionnée par Frédérique Vidal, dans le rapport remis à la Ministre le 8 mai2.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34457303052/in/photolist-UuSFHW-ZLscAu-FUB4gV-YLs2Yu-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-9iHUJP-9iHRjM-2eBntvU-QVCh3K-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC

Grenoble. Paula Funnel, 2017

À l’origine de l’affaire Sciences Po Grenoble — qu’on appellera désormais « affaire Kinzler », il y a l’organisation annuelle d’une « semaine de l’égalité et contre les discriminations » à l’IEP de Grenoble, qui se tient chaque année. Dans le cadre de la préparation de cette semaine, un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » réunit des étudiant∙es et des enseignant∙es. Dans ce groupe qui comporte dix membres, on trouve 8 étudiant∙es et 2 enseignan∙tes : Claire M. (CM) et Klaus Kinzler (KK).

Allumer la mèche

Il se trouve que KK a publié sur son site internet, de sa propre initiative, les échanges de courriels qu’il a eu avec ce groupe de travail. Tous ces échanges de mails se font avec les membres du groupe en copie, y compris les étudiant∙es. Ainsi est-ce bien KK qui lance les hostilités

Continuer la lecture

  1. Mieux protéger notre patrimoine scientifique et nos libertés académiques. Rapport d’information de M. André GATTOLIN, fait au nom de la MI Influences étatiques extra-européennes n° 873 (2020-2021) – 29 septembre 2021. []
  2. Nous nous appuyons très lourdement sur l’analyse de Sartorius,que nous remercions de nous avoir autorisé·es à le faire. []

Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble

En passant

Sciences Po Grenoble : relaxe pour les étudiants passés en conseil de discipline

La décision prise par le Conseil de discipline de l’Université de Clermont-Auvergne, où l’affaire avait été dépaysée sur la suggestion de l’Inspection va à l’encontre du souhait de la ministre de l’enseignement supérieur de voir sanctionnés les dix-sept étudiants poursuivis pour avoir participé à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs au début de 2021.

Extraits.

Continuer la lecture