Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

Universités assiégées en Iran, 2 octobre 2022

Projecteur sur la prestigieuse université Sharif, Téhéran, où la répression est violente.

Entendre les voix d’une révolution féministe en Iran. Une pétition d’universitaires féministes

Pour signer la pétition et accéder à la version anglaise →

Le 16 septembre, Mahsa (Zhina) Amini, femme kurdo-iranienne de 22 ans, a été brutalement assassinée par la police des mœurs de la République islamique d’Iran. Elle a été frappée à plusieurs reprises à la tête après son arrestation pour port de hijab soi-disant “incorrect”. Il s’agit de l’un des nombreux autres meurtres d’État commis de manière systématique et délibérée par le régime d’apartheid sexiste de l’Iran. Depuis ce meurtre d’État, des personnes ont manifesté dans de nombreuses villes d’Iran. Cette révolte nationale dénonce non seulement contre le meurtre brutal de Mahsa, mais aussi l’essence même du régime islamique. Les revendications sont majeures et claires : en finir avec un régime théocratique dont la violence multiforme contre les corps marginalisés se trouve son expression dans la mort de Mahsa. Face à la terreur et à la répression, nous assistons en Iran à une révolution féministe enflammée par la rage que suscite le meurtre de Mahsa (Zhina) Amini. Inspirés par le mouvement kurde, les manifestants scandent “femmes, vie, liberté”. Les soulèvements populaires, les corps dansants sans hijab et les manifestant·es brûlant symboliquement leur hijab ont fait l’objet d’une violente répression par les armées de trolls soutenues par l’État, les coupures d’Internet, les gaz lacrymogènes, les arrestations massives et les meurtres brutaux.

https://twitter.com/ilhem_goulli/status/1574003006210822147?s=20&t=Yl-TpOOyMpJXLt3WovfMGQ

Une jeune étudiante a enlevé son voile pour protester contre l’obligation de son port et l’assassinat de Mahsa Amini, frappée à mort e pour un voile ‘mal mis’, à l’Université Al Zahra de Téhéran, établissement le plus religieux et conservateur de la capitale iranienne. Crédit: GOULLI Farid Vahid et Rajesh Sharma, 25/9/2022

Pourtant, la communauté universitaire et militante du monde entier, pour l’essentiel, garde le silence sur ce qui se passe en Iran. La crise iranienne se trouve prise entre deux cadres réducteurs mais hégémoniques à l’œuvre dans les médias comme dans les milieux universitaires. D’une part, la longue histoire de l’oppression coloniale mêlée à la récente montée des discours xénophobes, racistes et antisexistes en Occident a réduit des problèmes complexes, telles que celle du hijab, à des “questions culturelles”. Cela a notamment empêché les voix progressistes du Nord d’adopter une position de solidarité totale avec les luttes des populations du Moyen-Orient et d’autres pays à majorité musulmane, par crainte de nourrir les idéologies antisexistes de l’Occident. D’autre part, une approche dite progressiste mais néo-orientaliste a ignoré les destins et les subjectivités de celleux vivant hors des contextes occidentaux, en particulier ceux du Moyen et Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. Ces cadres ont conduit à un rejet épistémique et politique des résistances féministes et queer iraniennes. Leur oppression et leurs luttes à plusieurs niveaux ne sont pas reconnues, et elles sont invisibilisées, si elles ne sont pas interprétées dans le cadre des débats occidentaux ou au travers ce regard néo-orientaliste.

Contre et au-delà de ces tendances réductrices, nous, collectif de militantes universitaires féministes, exhortons les communautés féministes internationales à se joindre à nous pour construire une solidarité transnationale avec les femmes et les corps marginalisés en Iran.

Continuer la lecture

Réincarcération de Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI (Sciences Po)

Communiqué du 12 janvier 2022 – 18h

English below Italiano sotto

Nous apprenons avec stupeur et indignation la réincarcération dans la prison d’Evin de Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI Sciences Po, prix Irène Joliot Curie de la Femme scientifique de l’année 2020, arrêtée à Téhéran le 5 juin 2019, condamnée à cinq années de prison sur la base d’accusations fallacieuses et en dehors de tout procès digne de ce nom, et assignée à résidence à son domicile depuis octobre 2020.

Le gouvernement iranien utilise cyniquement notre collègue selon des fins extérieures ou intérieures qui demeurent opaques, mais ne concernent en rien ses activités. Fariba Adelkhah est une chercheuse rigoureuse et indépendante, et elle est donc prisonnière scientifique depuis plus de deux ans et demi.

Alors que la pandémie de Covid continue de battre son plein le gouvernement iranien met délibérément en danger la santé et même la vie de Fariba Adelkhah – la mort en détention du poète et réalisateur Baktash Abtin, samedi dernier, ayant démontré son incapacité ou son mauvais vouloir à garantir la sécurité de ses détenus.

Nous appelons les autorités françaises, les élus de la République française, et au-delà les gouvernements et les élus européens à se mobiliser pour obtenir la libération immédiate et inconditionnelle de leurs ressortissants arbitrairement mis en détention par l’Iran.

Le comité de soutien de Fariba Adelkhah

Continuer la lecture

#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre

Kylie Moore Gilbert avait disparu pendant 6 jours. Elle vient de revenir à Téhéran – mais reste emprisonnée #FreeKylie

Pour signer la pétition demandant sa libération →

 

Fariba Adelkhah sortie de prison

Communiqué du comité de soutien
Au titre des mesures sanitaires et dans le cadre d’une permission pour cause médicale, Fariba [Adelkhah] est sortie de prison ce samedi 3 octobre 2020 et a regagné son domicile personnel où elle est assignée à résidence, sous contrôle d’un bracelet électronique.
 
Cela ne change rien au fond du problème. Fariba reste prisonnière scientifique, sous le coup d’une peine de prison de cinq ans, à l’issue d’un “procès” inique, sur la base d’accusations ineptes. Nous nous félicitons que le ministre des Affaires étrangères ait, ces derniers jours, réitéré la position de la France en réponse à une question parlementaire et, à nouveau, à l’Assemblée générale des Nations Unies.
Nous continuons donc à nous battre pour que l’innocence de notre collègue soit reconnue et qu’elle recouvre sa liberté de recherche et de mouvement. Mais nous pouvons désormais le faire avec un peu de baume au coeur.
Ainsi, le jeudi 15 octobre, nous nous retrouverons au CERI, 56 rue Jacob, à 13h30 pour un rassemblement masqué et distancié destiné à lui redire notre soutien, et, à 14h30, pour le séminaire “Fariba Adelkhah: sociologie et anthropologie sociale du politique. Penser en pensant à elle” ( pour lequel il faut vous inscrire; en présentiel pour ceux qui le peuvent, et en visio pour ceux qui ne pourraient être présents). Venez nombreux pour bien signifier que ni la pandémie ni l’été ni son assignation à résidence ne nous la font oublier.
*
*  *
Nous sommes sans nouvelle heureuse de Kylie Moore-Gilbert, déplacée à la fin de l’été vers la redoutable prison de Qarchak, après plus de deux ans à l’isolement dans les geôles de Téhéran. La chercheuse est en très mauvaise santé physique et mentale.
Il est scandaleux que ni le Royaume-Uni, ni l’Australie, dont l’anthropologu est ressortissante n’aient pas trouvé de solution diplomatique jusqu’à présent, mettant désormais ses jours en danger.

Appel de Fariba Adelkhah : la chercheuse reste en prison

Communiqué du comité du 30 juin 2020

 
Nous ne pouvons qu’exprimer notre indignation la plus forte à la suite de la confirmation en appel de la condamnation de Fariba Adelkhah à cinq ans de prison.
Cette décision inique ne nous surprend cependant en rien puisque la justice dite révolutionnaire de la République islamique d’Iran a démontré depuis le début de cette affaire qu’elle est complètement inféodée à l’agenda opaque des Gardiens de la Révolution, ce “pouvoir à l’envers” que dénonce notre collègue depuis le fond de sa geôle. A nouveau, le jugement reprend à l’identique le réquisitoire sans tenir aucun compte de la plaidoirie, comme si cette dernière n’avait pas existé. Il s’agit du procès strictement politique d’une prisonnière scientifique dont le “dossier” judiciaire ne comprend que ses travaux de recherche, puisque Fariba Adelkhah n’a jamais eu d’activité politique en Iran ou à propos de l’Iran.
Face à cette parodie de justice, nous continuons à demander la libération inconditionnelle et immédiate de notre collègue, et ce d’autant plus fermement que la reprise de l’épidémie de Covid-19 en Iran met en danger sa santé, et même sa vie, compte tenu de son affaiblissement à la suite de la grève de la faim de 49 jours qu’elle a suivie de décembre 2019 à février 2020.
Nous appelons le président de la République et le ministère des Affaires étrangères à continuer à tout mettre en oeuvre pour obtenir la libération de Fariba.
En tant que scientifiques, nous sommes abasourdis par l’indifférence dont fait preuve Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, depuis l’arrestation de Fariba Adelkhah le 5 juin 2019. Quand elle a été interrogée par la presse ou des parlementaires, elle s’est jusqu’à présent bornée à quelques déclarations mécaniques renvoyant au ministère des Affaires étrangères. Son silence est choquant et méprisant à l’encontre de notre profession de chercheur et d’enseignant. Il est d’autant plus stupéfiant que la République islamique d’Iran, en incarcérant de manière arbitraire un nombre croissant de chercheurs et d’universitaires étrangers, lance un défi manifeste à la communauté scientifique internationale. Il serait du devoir de Mme Frédérique Vidal de contribuer à l’élaboration d’une réflexion collective sur la réponse à apporter aux régimes qui attentent de manière aussi systématique aux libertés scientifiques fondamentales et aux principes mêmes de la coopération scientifique internationale.
Nous sommes également étonnés du silence des pays européens, dont certains voient ou ont vu quelques-uns de leurs ressortissants également emprisonnés, et de l’absence de toute coopération en Europe sur ce sujet.
Depuis le début de cette affaire nous demandons la suspension de la coopération scientifique internationale avec l’Iran tant que nos collègues universitaires seront détenus de manière inique, et en quelque sorte pris en otages par les Gardiens de la Révolution, et nous réclamons qu’une initiative soit prise à l’échelle de l’Europe.
Nous mettons aujourd’hui en demeure Mme Vidal de prendre position et de définir une stratégie répondant aux intérêts et à la sécurité de notre profession dont nous lui rappelons qu’elle en a la responsabilité politique et administrative.

Béatrice Hibou
Directrice de recherche CNRS
pour le comité de soutien à Fariba Adelkhah



L’Iran torture nos chercheurs, et Mme Vidal continue de se taire

L’AFP, dont le sérieux est unanimement reconnu, diffuse ce matin une dépêche comportant une nouvelle des plus préoccupantes relative à notre collègue Fariba Adelkhah. Nous savions déjà qu’elle avait été soumise à des formes de torture psychologique, notamment dans le courant du mois de novembre, grâce aux témoignages de co-détenues.

Nous apprenons désormais qu’elle a été maltraitée physiquement, grâce au témoignage d’un détenu britannique :

Dans l’un des messages envoyés depuis sa prison, M. Ashoori raconte que l’un de ses co-détenus a vu Mme Adelkhah arriver en prison, “frappée et tirée au sol par les cheveux”, agonie d’injures et de coups par la police secrète, relate la dépêche de l’AFP émise ce matin 22 juin à 6h45 par son bureau de Londres.

Article de la Libre Belgique
L’appel à l’aide d’un bi-national détenu en Iran à Boris Johnson

Nous exprimons notre indignation absolue face à ces agissements.Nous demandons à nouveau la libération immédiate et inconditionnelle de Fariba Adelkhah qui est innocente des prétendus crimes dont elle est accusée par une justice ne respectant aucun des droits élémentaires de la défense et naturellement pas la présomption d’innocence. Fariba Adelkhah est une prisonnière scientifique arrêtée, détenue arbitrairement depuis bientôt 400 jours et condamnée de manière inique à six ans de prison pour des raisons strictement politiques qui ne la concernent en rien, ni elle ni l’exercice légitime de son métier.

Nous demandons au gouvernement français d’intensifier ses efforts pour obtenir la libération de notre compatriote et de suspendre immédiatement toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran tant que celle-ci bafoue de manière aussi brutale les libertés académiques et met en danger les chercheurs.

Nous exprimons notre consternation et notre colère devant le silence de “notre” ministre, Mme Vidal, qui n’a jamais manifesté la moindre empathie à l’égard de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, lui aussi détenu arbitrairement du 5 juin 2019 au 20 mars 2020, et qui s’est toujours contenté de botter en touche lorsqu’elle était interrogée par les journalistes et les parlementaires sur cette affaire.

Nous vous demandons instamment de saisir vos institutions respectives pour qu’elles s’adressent au gouvernement et lui demandent de redoubler d’efforts pour obtenir la libération de notre collègue avant que l’irréparable ne survienne.

Nous vous en remercions par avance.

Jean-François Bayart, pour le Comité de soutien

Fariba Adelkhah est devenu le visage du déshonneur de la diplomatie française, selon Noémie

Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison


From: Béatrice HIBOU <beatrice.hibou@sciencespo.fr>
Subject: Condamnation de Fariba Adelkhah – 16 mai
Cher(e)s ami(e)s de Fariba,
Vous avez pu l’entendre dans les médias: nous avons appris ce matin la condamnation de Fariba à 5 ans d’emprisonnement. Comme nous n’avons cessé de le répéter, les accusations d’atteinte à la sûreté nationale et de propagande contre le régime sont absurdes, et la condamnation de ce matin strictement politique. Fariba n’a jamais fait que son métier de chercheur, en l’occurrence son métier d’anthropologue.
Son refus d’accepter une libération conditionnelle contre l’arrêt de ses recherches nous laissait prévoir un tel dénouement, même si le choc est grand ce matin à l’annonce de la plus lourde peine qu’elle encourait. Nous ne pouvons qu’être aux côtés de Fariba qui nous offre une magnifique leçon de force, de droiture et de courage. Son combat pour la reconnaissance de la liberté scientifique est le nôtre.
Tout n’est cependant pas terminé du côté judiciaire. D’ici une quinzaine de jours, son avocat fera appel de cette décision, l’appel devant advenir entre 3 et 4 mois plus tard. En Iran, les condamnations en appel ne peuvent être supérieures à celles décrétées en première instance; il faut donc espérer que la condamnation soit allégée, mais rien n’est moins sûr puisqu’il s’agit d’un procès kafkaien, au sens littéraire du terme: sans matière, sans procédure, sans temporalité. Fariba est une prisonnière scientifique dans les mains de politiques. Par ailleurs, la diplomatie française reste active, même si nous ne sommes pas au courant des négociations en cours.
Nous restons plus que jamais mobilisés, et nous allons vous recontacter dans les tout prochains jours pour que le 5 juin, date anniversaire de son arrestation, nous lui exprimions notre solidarité par diverses actions, et montrions aux autorités françaises et iraniennes notre engagement total à ses côtés. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande de suspension de toutes les coopérations  scientifiques institutionnelles avec l’Iran: comment continuer à travailler avec un Etat qui nie l’essence même de notre métier et qui, plus largement, viole les fondements les plus élémentaires de la liberté d’expression et de penser ?
Amicalement
Béatrice et Jean-François pour le comité de soutien

Manifester pour Fariba Adelkhah avant dimanche 19 avril

Communiqué du comité de soutien

Si Roland Marchal a été libéré le 20 mars (ou plutôt échangé par la République barbaresque d’Iran), Fariba Adelkhah, directrice de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, est toujours prisonnière scientifique à Téhéran.
Elle doit être “jugée” – les guillemets s’imposent car à aucun moment elle n’a pu bénéficier d’une véritable défense tant l’action de son avocat est entravée par ses geôliers – ce dimanche 19 avril.
Lors de la première audience de son “procès”, le 3 mars, – audience avortée car Fariba avait refusé de répondre en l’absence de son avocat – nous avions organisé des rassemblements de soutien et de protestation à Paris, Strasbourg et Genève. Ce ne sera évidemment pas possible dimanche.
Aussi avons-nous organisé une e-manifestation. Pour se joindre à nous, pour exprimer sa solidarité, pour concourir à “sauver les chercheurs, sauver la recherche pour sauver l’histoire”, comme nous l’a demandé Fariba du fond de la prison d’Evin dans un courrier du mois de janvier, il suffit de visionner la vidéo suivante. Les cliqueurs et cliqueuse seront comptabilisé·es comme manifestant·es.

#Free Fariba: vidéo de soutien

Fariba Adelkhah est prisonnière universitaire en Iran depuis plus de 300 jours. La violence d’État à laquelle elle a été soumise est d’autant plus intolérable qu’elle est maintenue en détention de façon injuste et arbitraire. Son procès va commencer ce dimanche 19 avril 2020. Il est temps de voir lever tous les chefs d’accusation qui pèsent sur elle. Donnons-lui une incroyable force et un incroyable courage pour que son innocence soit établie, pour qu’elle conserve intacts sa liberté de pensée et son combat pour la liberté académique. Faisons entendre son cri : « Sauvons les chercheur·es ; sauvons la recherche pour sauver l’histoire ! » #Free Fariba

Lien : site de soutien à Fariba et Roland

Secrets of surface. Voir un film sur l’engagement mathématique de Maryam Mirzakhani (1977-2017)

Source: http://www.zalafilms.com/secrets/

Filmé au Canada, en Iran et aux États-Unis, Secrets of the Surface: The Mathematical Vision of Maryam Mirzakhani relate la vie et le travail mathématique de Maryam Mirzakhani, Iranienne ayant émigré aux États-Unis  et qui est devenue une superstar dans son domaine. En 2014, elle a été à la fois la première femme et la première Iranienne à recevoir la prestigieuses Médaille Fields.

Les contributions de Mirzakhani sont expliquées dans le film par de grand·es mathématicien·nes1  et illustrées par de courtes animations. Ses collègues mathématicien·nes du monde entier, comme ses enseignants, ses ancien·nes camarades d’école et étudiant·es, font sentir la profonde influence de son œuvre. Le chemin suivi pendant son éducation, son succès au sein de l’équipe iranienne des Olympiades mathématiques, font de Mirzakhani un modèle pour les filles qui souhaiteraient faire carrière en science et en mathétmatiques

Le film est en anglais, mais une version avec des sous-titres français est disponible.
Pour voir gratuitement le film à la date que vous choisirez, entre maintenant et le 15 mai. il faut s’enregistrer à ce lien
et vous recevrez par mail un lien.
Il est demandé par les associations organisatrices qui ont négocié l’offre avec la société distributrice  de ne pas communiquer le lien reçu à d’autres, mais de les encourager à s’enregistrer directement à la même adresse.
  1. À l’heure où je traduis ce billet, je n’ai pas encore vu le film, donc j’espère qu’il y aura quelques mathématiciennes. []