Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Continuer la lecture

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []

L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ?

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, Université de Versailles Saint-Quentin

Le 13 mai dernier, dans une note du blog de l’Institut Montaigne, Francis Vérillaud a livré un résumé de son « Tour de France virtuel d’universités » au temps du confinement et de la continuité pédagogique. La note s’ouvre sur la photographie d’une étudiante, assise à son bureau devant son ordinateur, travaillant un cours imprimé et stabiloté. Une belle image en ce temps de crise… Mais regardons de plus près : la jeune fille se trouve dans un bel intérieur, une cheminée en marbre surmontée d’un large miroir ouvragé, une bibliothèque de mangas à côté de son bureau. D’ailleurs elle a un espace de travail réservé, équipé de matériel informatique – en plus de son ordinateur, une imprimante puisqu’elle tient dans sa main des notes de cours imprimées. Quiconque a enseigné à l’université ces dernières années sait que cet intérieur ne correspond en rien à la réalité des conditions de travail de la plupart de nos étudiants…

Ce n’est qu’une illustration bien sûr. Cela ne serait pas bien grave si cette vision idyllique – voire franchement fantasmée – de la vie étudiante n’était pas au cœur des conclusions de la soi-disant enquête menée par Francis Vérillaud. Commençons ce voyage au cœur du monde merveilleux des universités au temps du Covid-19…

NB : ce texte ne parlera que des aspects touchant à l’enseignement, et non de la partie recherche de ce texte, qui mériterait un développement ultérieur.

Étape 1 – Nous sommes des gens formidables

Alors oui, merci. Merci de reconnaître à quel point tous les personnels de l’université ont été mobilisés pour les étudiants, pour faire en sorte que leur formation se poursuive, qu’ils puissent passer des examens quand cela a été la solution choisie, d’assurer la délivrance des diplômes. Nous avons été nombreux à considérer que continuer le suivi et la formation de nos étudiants était une priorité, même si cela se faisait dans des conditions difficiles. Mais à lire ce texte, on croirait que tout s’est fait sans heurt, sans difficultés…

Continuer la lecture