Mise en place du Comité des Financeurs de l’Inria et rappel des libertés académiques. Communiqué du SNTRS/SNCS-FSU, 23 mars 2021

23 mars 2021
Dans la droite ligne du COP, la création d’un « comité des financeurs » a été soumise au vote du conseil d’administration de l’Inria le jeudi 11 mars. Ce comité devra contrôler l’utilisation des moyens incitatifs vers l’implémentation de la politique scientifique du COP1, ces moyens étant octroyés par les différents financeurs publics de l’institut. Dans la note associée à cette création, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État ». Ce document étant le seul de ce CA marqué « Confidentiel », nous ne pouvons pas le partager avec l’ensemble des personnels de l’institut.
Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT au CA s’opposent à cette vision réductrice des missions de l’Inria et ont voté contre la mise en place de ce comité. Ils ont présenté la motion ci-dessous lors du conseil d’administration.

Motion présentée au Conseil d’Administration

Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT souhaitent interpeller l’ensemble du Conseil d’Administration sur la mise en place du comité des financeurs (Point 9 de l’ordre du jour du CA). En effet, dans ce point il est écrit : « À ce titre, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État » « . Les élu·e·s rappellent que l’Inria est un institut de recherche publique, et que les missions de ses personnels sont définies par le code de la recherche. Ces missions comprennent en particulier le développement des connaissances, leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société, l’information des citoyens et la diffusion de la culture scientifique et technique dans toute la population. Le code de la recherche précise également que les statuts des personnels de recherche doivent garantir l’autonomie de leur démarche scientifique pour l’accomplissement de ces missions.
La charte européenne du chercheur, signée par l’Inria, indique :
« Les chercheurs devraient centrer leurs travaux de recherche sur le bien de l’humanité et l’extension des frontières de la connaissance scientifique, tout en jouissant de la liberté de pensée et d’expression, ainsi que de la liberté de déterminer les méthodes qui permettent la résolution des problèmes, selon les pratiques et principes éthiques qui sont reconnus. »
Il est donc très réducteur d’écrire que l’Inria « n’est qu’un instrument au service de l’État » et cette formulation pourrait induire une volonté de revenir sur la liberté académique.
Comme le document l’indique, la création du comité des financeurs s’inscrit dans la droite ligne du COP auquel nous nous opposons depuis sa première présentation. Il aura pour conséquence l’augmentation des financements sur projets au détriment des financements pérennes et la précarisation des chercheurs par l’augmentation des contrats à durée déterminée et la dégradation de la qualité du travail scientifique. La formulation peut-être maladroitement trop franche du document d’aujourd’hui est une excellente illustration du caractère délétère du COP.

  1. ce comité est également supposé vérifier que les différentes tutelles fournissent bien les financements auxquels elles se sont engagées, toutefois au vu de la composition de ce comité (représentants des tutelles, et pas de représentants syndicaux), on se rend bien compte de l’asymétrie du procédé. []

Quand les syndicats professionnels de l’INRAE soutiennent les étudiantEs !

Sur le front des luttes sociales et étudiantes dans l’ESR, professionnel(le)s et étudiant(e)s font maintenant bloc comme en témoigne l’INRAE !

Alors que la direction de l’établissement cherche à décrédibiliser les étudiant(e)s en les accusant d’une action violente, les personnels de l’INRAE s’insurgent et s’unissent pour rappeler le pacifisme de l’engagement étudiant ; dénonçant par là-même la tendance de la direction du site de Grignon à déplacer le curseur de la violence. La vraie violence n’est-elle pas de mettre en vente une partie du site d’AgroParisTech sans impliquer ni les étudiant(e)s, ni les personnels ?

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit

L’urgence des très nombreuses luttes en cours – contre le sort réservé aux étudiant·es, contre le sexisme et les harcèlements, contre la précarité, contre les attaques en islamogauchisme, contre la loi de programmation de la recherche, contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, etc., la liste est malheureusement longue – ne doit pas faire oublier que l’on connaît précisément ceux qui sont les principaux responsables, depuis deux décennies, de la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Petit retour en arrière sous forme de portraits, pour le lancement d’une nouvelle série d’articles sur Academia.

La TNT offre parfois de surprenantes programmations, telle cette série mi-documentaire, mi-télé-réalité intitulée « les démolisseurs de l’extrême » qui met en scène des opérations de destruction de grandes structures « hors normes » par une équipe de démolisseurs professionnels, prise généralement par le temps et devant faire face aux contraintes techniques les plus diverses. On imagine la difficulté des producteurs à dénicher, saison après saison, des sujets à la fois spectaculaires et insolites. Academia relève le défi et s’apprête à proposer une nouvelle saison et une programmation tout à fait inédite des « démolisseurs de l’extrême », avec pour toile de fond l’actualité de l’ESR en France. Cette semaine, nous nous intéresserons à deux figures stars de la discipline qui ont fait parler d’elles récemment : Bernard Larrouturou et Antoine Petit. Rassurez-vous, Thierry Coulhon n’est pas loin dans cette histoire ; à un tel niveau de la compétition, les vrais talents sont rares.

Divulgâchons. Vous verrez comment, par un renversement de l’histoire et un invraisemblable conflit d’intérêts à venir, celui qui a dirigé le CNRS s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES pour le compte de son « ami de vingt ans », PDG de l’organisme.

Retour en pointillés sur deux décennies d’histoire du CNRS…

Nous sommes en juillet 2003. Bernard Larrouturou est nommé Directeur général du CNRS par la ministre de la recherche de l’époque, la stratosphérique Claudie Haigneré. Ce brillant cerveau, estampillé X-Pont, occupait jusqu’alors les fonctions de PDG de l’Inria depuis 1996 ; organisme où il a gravi à grandes enjambées tous les échelons depuis son entrée en 1983 comme chargé de recherche.

À son arrivée rue Michel-Ange, Bernard Larrouturou affiche des ambitions réformatrices qu’il souhaite mener tambour battant : réorganiser le navire amiral de la recherche française de fond en comble, rien que ça. Ce sera sa grande œuvre, son opus dei. L’homme est pressé mais cette « réorg » va rapidement tourner vinaigre et se trouver sous le feu de critiques internes à la maison. Et pour cause. Il ne s’agit pas d’une restructuration commandée par la science mais plutôt d’un micmac bureaucratique conçu par celui à qui, dans les couloirs du CNRS, va vite coller à la peau la célèbre définition de Coluche :

« un technocrate, c’est un mec que si tu lui donnes le Sahara, dans cinq ans, il va acheter du sable ailleurs ».

Le « projet Larrouturou » prévoit ainsi un bizarre redécoupage des contours des départements scientifiques qui va, dans un premier temps, tourner au couac puis à l’accident industriel.

Il faut dire que le grand architecte de la science française a une idée lumineuse : il décide de regrouper les mathématiques, l’informatique, la physique et les sciences de l’univers dans un seul et unique département de taille démesurée. Ce sera feu le département MIPPU, création « larrouturesque » typique qui explosera en vol rapidement, « ne serait-ce qu’à cause d’un acronyme à la con» d’après un ancien membre du comité de direction de l’époque. Le projet introduit également une surcouche administrative supplémentaire avec la création des fameux « directeurs inter-régionaux », l’œil de Moscou auprès des satrapes provinciaux, dont un délégué régional connu pour son fort accent du sud-ouest et sa verve légendaire dira à leur création : « Les directeurs interrrrrégionaux ne servent pas à grrrrand-chose, à part foutrrrrre la merrrrrrrde ! ».

The Cerda family’s house is demolished for ABC’s “Extreme Makeover: Home Edition” filming in Las Vegas this week.

Un projet d’hommes et d’organigrammes

On l’aura compris : au-delà des coupes budgétaires et de la mise à l’arrêt de nombreux programmes-supports internes initiés du temps de Geneviève Berger, le « projet Larrouturou » apparait surtout comme un projet d’hommes et d’organigrammes. Son but : installer une garde rapprochée qui devra jurer solennellement « fidélité et loyauté » à son DG bien aimé en comité de direction1. Elle en dit long sur les méthodes de management que Bernard Larrouturou essayera d’imposer pendant son mandat de démolisseur. D’une certaine façon, avec le recul, on peut y déceler un précurseur de la macronie ayant une bonne décennie d’avance sur les pratiques devenues monnaie courante dans le monde de l’ESR. Chapeau bas l’artiste ! L’intéressé dira lui-même, après son départ2 :

« Le CNRS a été mis sous pression. Mais la recherche a surtout de la peine à admettre l’intérêt du management » (sic).

Autre perle rapportée dans une interview célèbre de l’Usine Nouvelle : « Ces années ont fait de moi un dirigeant, et plus seulement un chercheur. » (resic). Fermez le ban !

Mais revenons à ce qui nous occupe aujourd’hui.

Continuer la lecture

  1. L’anecdote est authentique, nous y reviendrons dans un prochain billet. []
  2. « Bernard Larrouturou, tête chercheuse« , L’Usine Nouvelle, 16 novembre 2006. []

Pendant la crise sanitaire, à l’Inria, la destruction continue

Réuni en congrès les 10 et 11 décembre, le SNCS/FSU a adopté la motion ci dessous:
La section nationale Inria SNCS-FSU alerte sur l’accélération d’un processus de transformation radicale de l’Inria.
Bien avant la crise sanitaire, bien avant le vote de la LPR (loi de programmation de la recherche), le contrat d’objectifs et de performance (COP) annonçait dès octobre 2019 la disparition de l’Inria, destiné à se découper en « centres Inria de l’université XXX ». La précarisation des statuts a commencé par un recrutement massif en juin 2020 de 24 chercheurs et chercheuses en CDI – autant que de chargé-es de recherche. Ces personnes recrutées en CDI doivent s’engager à enseigner dans lesdites universités. Leur contrat stipule que « l’intéressé qui souhaite effectuer une publication doit solliciter de manière expresse, de l’autorité hiérarchique, l’autorisation de publier », en contradiction avec la liberté académique de la recherche scientifique.
À l’automne, alors que l’institut se reconfine, et que le travail à distance généralisé dégrade à nouveau les conditions d’un travail de qualité, la direction annonce :
  • la création de postes de chercheu-ses en CDD, où les personnes recrutées doivent s’engager à postuler deux fois à un projet ERC, avec la promesse d’avoir un poste pérenne en cas de succès; cela est en convergence avec les pressions à candidature ERC rapportées dans un des concours CNRS de 2019 ;
  • avant même la discussion sur le protocole LPR, la proposition que les primes au mérite soient décidées par les « managers » ;
  • la mise en œuvre d’une « ambition commune » entre le centre Inria Saclay–Île-de-France et l’Institut Polytechnique de Paris, avec l’engagement que 75% des chercheur-ses permanent-es des équipes concernées assurent au moins 40 heures d’enseignement en 2023.

Ces annonces se font sans la consultation des instances statutaires. Le conseil scientifique n’est plus réuni et valide  par e-mail les nominations des directeurs de centre (consultation statutaire obligatoire). Le conseil d’administration est retardé, le comité technique est retardé, le CNHSCT d’octobre est annulé. Les réunions DRH/Syndicats ne se tiennent plus et sont remplacées par des groupes de travail qui travaillent dans l’urgence de la deadline (télétravail, parité). De ce fait, les services concernés, par exemple les services et direction de « ressources humaines » vivent une pression insupportable.

Le SNCS-FSU demande que la direction de l’Inria stoppe cette stratégie du choc qui balaie le fonctionnement démocratique, qu’elle cesse de prendre des initiatives de manière autoritaire et qu’elle réhabilite les conditions d’un fonctionnement serein en cette période difficile pour tous et toutes.
Le SNCS-FSU continuera à s’opposer à toutes les mesures qui déconstruisent l’Inria en tant qu’Établissement Public à caractère Scientifique et Technologique.

Motion adoptée par leCongrès du SNCS-FSU le 11 décembre 2020 par 67voix pour, 0contre, 2abstentions, 0refus de vote.


Au président de l’INRIA, les élu·es du Conseil d’aministration reconnaissant·es (oups)

Le Contrat d’objectifs et de performance (COP) de l’Inria sera signé ce soir mardi 18 février à 18h00, lors d’une cérémonie à la Gaîté Lyrique. Les élu-e-s au conseil d’administration (CA) ont rédigé une lettre ouverte au président, s’étonnant de ne pas avoir eu d’informations à ce sujet1. Elles et ils rappellent leurs prises de position sur le COP au Conseil d’administration d’octobre 2019, ainsi que sur les recrutements de chercheurs en CDI par les élu·es au comité technique paritaire (CTI) de février 2020. ·
Frédérique Vidal vient d’intégrer ce rendez-vous à son agenda.

Gaîté lyrique (Crédit: QuintoPiano)

 Lettre ouverte des élu·es au Conseil d’administration à l’occasion de la cérémonie de signature du COP, envoyée le18 février 2020, à 10h30
Monsieur le Président-directeur général,
Représentant·es élu·es du personnel au Conseil d’administration, nous avons appris par divers concours de circonstances qu’une cérémonie de signature du Contrat d’objectifs et de performance (COP) de l’Inria allait se tenir mardi 18 février à 18h à la Gaîté Lyrique, devant un parterre d’invités triés sur le volet. Nous nous étonnons de ne pas avoir été informé·es officiellement de cet événement. Si nous y avions été convié·es, afin de montrer notre désaccord avec certaines des mesures-phares qui figurent dans ce contrat, peut-être aurions-nous décidé de ne pas nous y rendre, ou peut-être aurions-nous apprécié de pouvoir exposer devant les représentants de l’État nos inquiétudes, partagées par une grande partie des personnels de l’institut.
Rappelons que cet événement s’inscrit aussi dans le contexte de tensions actuel. Nul n’ignore plus que le projet de loi de réforme des retraites présenté ces jours-ci à l’Assemblée nationale est particulièrement défavorable aux personnels de l’Enseignement supérieur et de la recherche, notamment aux chercheurs et chercheuses. Dans le même temps, le projet de loi de  programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) censé redonner des moyens à notre secteur, même s’il n’est pas encore publié, semble tendre d’une part vers le renforcement du financement sur appels à projets, au détriment du financement récurrent des établissements et des équipes de recherche, seul à même de permettre une véritable recherche « à risque » ; d’autre part, vers une confortation de la précarité de nombreux jeunes chercheurs et chercheuses, au lieu de l’augmentation du nombre de postes statutaires et de la revalorisation des carrières réclamées par l’ensemble des organisations syndicales.
  1. Le président de l’Inria a répondu qu’il y a eu une erreur dans l’envoi des invitations des administrateurs, internes et externes, et que des invitations viennent d’être envoyées. []

Madame La Ministre, quand allez-vous écouter les travailleurs scientifiques !

En passant

Communiqué du SNTRS Inserm
Le Premier Ministre avait annoncé le 1er février 2019 sa volonté de proposer une loi pluriannuelle ambitieuse pour développer la recherche. Le moins que l’on puisse dire est que ce qui se dessine est tout le contraire.

Loin de tenir compte de l’expression de la communauté scientifique, il apparaît que la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) aggravera les raisons du mécontentement que ne cessent d’exprimer les travailleurs scientifiques.

La LPPR s’inscrit dans la continuité de toutes les lois précédentes qui ont visé, depuis 2006, à réorganiser l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) et à faire selon les mots du PDG du CNRS du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation exclusif de nos professions.

Ainsi les inégalités sont érigées comme un instrument revendiqué de régulation de l’ESR. Les propos d’A. Petit sur une recherche tirée par des stars ne font que décliner dans l’ESR les principes d’une société ouvertement inégalitaire, énoncés par le président de la République, avec ses multiples petites phrases comme celles sur « les premiers de cordée ».

Dans l’ESR, il s’agit de concentrer les financements sur une dizaine de sites « dits d’excellence » regroupant les actuelles universités, les laboratoires d’organismes nationaux de recherche et les écoles d’ingénieurs. Dès 2021, ces regroupements expérimentaux appelés « universités de recherche » pourront demander le statut de « grands établissements » qui leur permettra de déroger au code de l’éducation (ordonnance du 12 décembre 2018). Ces grands établissements seront autant d’ilots de dérégulation en compétition les uns contre les autres pour monter dans le sacro-saint classement de Shanghai.

L’avenir des organismes nationaux de recherche

Le changement de finalité de la recherche modifie la nature des organismes de recherche et met en cause leur existence. Le gouvernement prétend considérer la recherche comme un investissement d’avenir. Mais il la traite exclusivement comme une source de dépenses à optimiser. La recherche publique doit avant tout être au service de la compétitivité des entreprises d’où des financements à… trois ans. Elle est gérée comme une entreprise privée avec des critères managériaux définis par des indicateurs.

Dans ces conditions, quels besoins d’avoir des organismes nationaux de recherche ? Quoi de mieux que des laboratoires pilotés par des établissements de sites qui lanceront leurs appels d’offre en fonction de leurs priorités scientifiques.

L’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), organisme national de recherche (1300 fonctionnaires) présent en France sur 9 sites, a été fusionné au 1er janvier de cette année à la nouvelle université Gustave Eiffel, fruit de la fusion de l’université de Marne la Vallée et de 3 écoles d’ingénieurs.

Le PDG de l’Inria (2200 fonctionnaires) a proposé que les centres Inria deviennent des centres Inria de l’université X, de l’université Y.

L’Institut des Sciences Biologiques (InSB) du CNRS envisage, compte tenu de ses moyens financiers limités, de désumériser un certain nombre de ses laboratoires.
De son côté l’Inserm (5500 fonctionnaires) cède la gestion de certaines de ses unités à l’université comme à Nantes où sur les 8 UMR, 5 passent en gestion universitaire, pour les 5 prochaines années. À l’issue de ces 5 ans, il y a fort à parier que ces 5 unités passeront sous tutelle universitaire.

Le président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) ne s’en cache pas « Ce qui change peut-être c’est qu’on ne cache plus notre volonté de voir les universités être pilotes de la recherche » (interview News Tank 3 février).

Les organismes nationaux de recherche sont de plus en plus réduits à de simples coordinateurs des programmes du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). De toutes les manières, ils n’ont plus les moyens financiers de structurer une quelconque politique de recherche.

Plan stratégique Inserm 2021-2025

Le Plan stratégique ne propose que des mesures visant à soutenir l’obtention de contrats de recherche sur projet et à aggraver la précarité. Actuellement, les financements issus des ressources propres de l’Inserm ne constituent que 20% en moyenne des crédits octroyés aux laboratoires et couvrent de manière très incomplète, les coûts de fonctionnement de base de nos structures. Les collègues doivent passer une bonne partie de leur temps à la recherche de financements sur projets pour pouvoir travailler. Le plan stratégique ne fait que renforcer ces pratiques.

Concernant l’emploi, notre organisme est l’un des EPST dont le taux de précarité est le plus élevé avec 39% des salariés (chercheurs, ingénieurs et techniciens) de l’Inserm qui sont sur contrats à durée déterminée ou vacations. Cette situation perdure depuis plus d’une dizaine d’années et, en l’absence de perspectives de recrutements sur postes statutaires, c’est l’avenir de notre institut qui est remis en cause. Au lieu de demander une relance de l’emploi statutaire et d’envisager de réduire la précarité, source de risques psychosociaux, le Plan Stratégique propose de nouvelles formes de contrats précaires, par exemple avec une filière selon le modèle des « tenure track » pour les chercheurs et ingénieurs-docteurs. Ils ne permettent ni de mener dans la durée des recherches originales, ni d’innover et de prendre des risques, ni de garantir la transmission des savoir-faire indispensables à la recherche biomédicale française.

L’avenir de leurs personnels

Le statut de fonctionnaire assure à son titulaire l’indépendance à l’égard du pouvoir politique en lui conférant une série de droits dont ne bénéficient pas les CDI et encore moins les CDD. Ce statut de titulaire est en contradiction avec une recherche quasi exclusivement financée par les contrats. Le chercheur à temps plein fonctionnaire fait partie du monde ancien dont le Président de la République veut se débarrasser.

La loi de la Transformation de la Fonction Publique, votée en août 2019, fait du contrat la norme de travail de la Fonction Publique. La LPPR s’inscrit dans cette loi, en instituant les CDI de projet (oxymore associant contrat à durée indéterminée à un projet qui par définition est à durée définie). Les « tenure tracks » remettent en cause le corps de Chargés de Recherche. L’Inria n’a pas attendu la LPPR pour recruter 24 chargés de recherche en CDI autant que de chargés de recherche sur statut de fonctionnaire. Ces CDI co-recrutés avec les universités ont une obligation d’enseignement. Si un organisme de recherche recrute des enseignants chercheurs, où est la différence avec les universités ? Déjà dans plusieurs projets Idex et Isites, les chercheurs bénéficiant de contrats gérés par les Idex et Isites devront consacrer une partie de leur temps à l’enseignement !

Quant aux ingénieurs et techniciens, leur gestion sera de plus en plus mutualisée avec « les partenaires » des sites.

Salaires

Les rémunérations des personnels de recherche sont scandaleuses et indignes des niveaux des qualifications et de l’engagement professionnel. Les premières annonces de la Ministre ne sont pas brillantes : elle parle de 92 millions d’euros pour revaloriser les primes, soit 37 euros brut par agents. Quant aux salaires cela se réduit à un doublement du 1e échelon de CRCN mais compte tenu du nombre d’années de post-doc personne n’est recruté au premier échelon, cette augmentation n’est en fait que de 1,4 fois le SMIC. Cela reste très en dessous des rémunérations des collègues étrangers. Et pour toutes les autres catégories de personnels … rien !

Retraites

LPPR et loi sur la retraite sont intimement liées. En baissant de 74,8% à 17,8% la cotisation employeur pour le financement des retraites des fonctionnaires, le gouvernement va creuser un trou de 41 milliards d’euros qui ne pourra être comblé que par la baisse des pensions. L’argent que l’État va ainsi récupérer ira pour partie servir à financer les mesures qu’il inscrira dans la loi de programmation, mais pour partie seulement. Le gouvernement entendait introduire dans la loi de réforme des retraites une revalorisation des rémunérations des enseignants chercheurs et des chercheurs en la reportant dans la LPPR. Mais l’avis du Conseil d’État qualifiant de non-constitutionnelle cette disposition, et critiquant sur de nombreux autres points l’étude d’impact qui lui a été remise, devrait obliger le gouvernement à revoir sa copie. Les calculs montrent que ce système de retraite à points va entrainer une chute des pensions pour la plupart des retraités de l’ESR.

Madame La Ministre,
où menez-vous la recherche publique avec votre politique ?

Nous n’en pouvons plus de la précarité. Nous n’en pouvons plus de passer notre temps à courir après les contrats. Nous en avons assez des discours lénifiants ressassés chaque année.

Nous voulons une augmentation conséquente des crédits récurrents condition indispensable de la liberté de recherche. Nous voulons des recrutements sur statut pour tous les personnels, gage indispensable de l’autonomie de la démarche scientifique. Nous voulons des rémunérations dignes de nos professions et des carrières attractives. Nous voulons des retraites décentes dignes de nos engagements professionnels.