Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE

Pétition

Une jeune chargée de recherche recrutée sur un poste de travailleur en situation de handicap vient d’être licenciée pour insuffisance professionnelle à l’issue de sa première année dans notre institut. Après enquête approfondie, entretiens et débat contradictoire, la Commission Administrative Paritaire des Chargé·es de Recherche (composée en nombre égal de représentants élus par le personnel et nommés par l’administration) a voté à la majorité contre ce licenciement en recommandant une nouvelle année probatoire dans une autre unité. La direction générale n’a pas tenu compte de ce vote, créant ainsi un précédent inacceptable. La possibilité d’une prolongation de période probatoire n’a pas été accordée à cette chercheuse alors même que les conditions de travail ne lui permettaient pas de faire preuve de ses compétences et de son intégration.

  • Le projet de recherche sur lequel elle avait été recrutée a dû être réorienté suite à une perte de financement intervenue juste avant la prise de fonction, et sans définition claire des nouvelles missions. Après un bilan tout à fait satisfaisant à 3 mois, un ensemble de reproches lui sont brutalement signifiés lors de l’entretien de mi-parcours retardé à 9 mois, soit deux mois avant l’entretien de fin d’année probatoire, un délai insuffisant pour répondre aux attentes.
  • Les aménagements de poste préconisés dès le recrutement ont été mis en place très tardivement. Cette situation a été aggravée par un accident de travail survenu au 5ème mois, contraignant la chercheuse à un télétravail prolongé qui a compliqué son intégration dans le collectif. Les difficultés à mettre en place les aménagements ont généré de nombreuses démarches administratives, chronophages et éprouvantes pour la chercheuse tout en impactant son collectif. Ces retards constituent une défaillance de l’institut (voir Encart 1).
  • L’évaluation des compétences de cette chercheuse est en décalage avec son dossier scientifique, aussi bien pour cette année probatoire (dépôt d’un projet de recherche, premiers résultats ayant conduit à une communication orale dans une conférence internationale 9 mois après son recrutement) que pour sa carrière antérieure, comme en attestent sa liste de publications et des lettres de recommandation de l’ensemble de ses anciens collectifs de travail.

Les élus des personnels ont multiplié les démarches pour faire entendre leur analyse de la situation et alerter la Direction Générale, sans être entendus.

La chercheuse demande l’annulation de son licenciement et la possibilité de faire ses preuves dans un nouveau collectif, par un recours gracieux.

Continuer la lecture