Enquêtes participatives. Cartographies des conditions d’emploi des vacataires par établissement

La situation des vacataires doit tou·te·s nous alarmer et nous amener à nous mobiliser. Il s’agit d’un statut indigne dont les établissements abusent largement. De plus, les injonctions à la « continuité pédagogique » et la communication hasardeuse du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur leur rémunération, depuis la fermeture des universités et le confinement, ont pu fragiliser la situation déjà précaire de nombreux·ses vacataires.
Le bureau de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP) souhaite travailler à une cartographie des conditions d’emploi des vacataires par établissement, notamment pour faire pression sur les établissements où la situation est inacceptable (ceci avant et/ou pendant l’épidémie actuelle). Il invite ainsi l’ensemble des persones ayant réalisé des vacations ce semestre ou cette année universitaire, et qui souhaiteraient l’aider à faire ce travail, à répondre au questionnaire au lien suivant  et à le diffusion largement. 
Par ailleurs, Academia a lancé il y a quelque temps une enquête visant à mesurer la part des heures complémentaires dans le temps de travail réalisé, à partir des bilans sociaux des Universités. N’hésitez pas nous aider dans cet effort, et a minima, trouver les bilans sociaux de votre universités et nous les envoyer.

Campagne participative : heures complémentaires

Plusieurs associations professionnelles et syndicats ont tenté de mesurer le nombre d’heures complémentaires utilisées par les universités françaises pour combler leur besoin d’enseignant·es-chercheur·es1. Les estimations varient entre 30% et 40%, voire 50% dans certains endroits. À ces heures complémentaires s’ajoutent des techniques de « contournement de la loi Sauvadet », pour citer un collègue, consistant à demander aux enseignant·es de monter leur auto-entreprise.

Afin d’affiner notre connaissance collective de la situation, nous vous proposons de contributer à un questionnaire. Il s’agit de repérer dans le dernier bilan social de votre Université, le nombre d’heures complémentaires versées et de les renseigner dans un formulaire que vous pouvez trouver en suivant le lien ci-dessous

Lien vers le formulaire : https://docs.google.com/forms/

NB: Nous publierons le noms des établissements déjà renseignés
au fur et à mesure, à partir du jeudi 20 février 2020, sur Academia.

  1. Par ex., citons un message qui a circulé sur une liste : cf. les propositions chiffrées du Comité National du CNRS, qui sont détaillées dans leur document de juillet 2019 élaboré pour la consultation LPPR. « Pour le seul CNRS, et s’il l’on veut seulement revenir aux effectifs de personnels scientifiques permanents de 2005, campagnes de recrutement de 400 chercheur·se·s et 700 ingénieur·e·s et technicien·ne·s par an pendant au moins trois ans. Pour les universités publiques, si l’on veut augmenter les effectifs d’enseignants-chercheurs dans la même proportion que les effectifs étudiants sur la même période (+ 16%), il faudra environ 3000 recrutements supplémentaires par an pendant (au moins) trois ans, auxquels il convient d’ajouter, en proportion, le recrutement de 2000 personnels BIATSS supplémentaires par ans » (p. 20). Soit, fourchette basse, au moins 6.100 postes par an, pendant au moins 3 ans. Le SNCS-FSU demande lui environ 6.000 postes par an sur 10 ans. Triplement du financement de base des activités de recherche : 1 500 M€ par an. []