Le comité du Hcéres fait 12 recommandations au CNRS

Dans ses Observations, Antoine Petit commente les 12 recommendations du comité du Hcéres qui a publié son rapport et que la presse a déjà commenté. Nous nous dispenserons de commenter davantage le temps perdu à ces opérations Hcéres, qui nuit effectivement à la recherche — le temps de travail et l’intelligence des agent·es de l’organisme devant être mieux employé à résourdre les graves problèmes structurels dénoncés depuis longtemps par les instances, Conseil scientifique en tête.

  • Recommandation 1 : Mettre à jour le rôle et le positionnement du CNRS dans un écosystème français de la recherche en évolution.*
  • Recommandation 2 : Moderniser la gouvernance du CNRS et l’amener au niveau des autres institutions de recherche de classe mondiale.
  • Recommandation 3 : Déployer de nouvelles stratégies pour un financement pluriannuel diversifié et soutenable Le CNRS ne peut que se réjouir de cette recommandation qu’il fera tout pour rendre possible.
  • Recommandation 4 : Mettre en œuvre une stratégie ambitieuse pour attirer, soutenir et retenir les meilleurs talents.
  • Recommandation 5 : Développer une culture du mentorat et de l’inclusion à tous les niveaux.
  • Recommandation 6 : Approfondir le partenariat avec les universités, renforcer le co-management des UMR et l’implication des chercheurs CNRS dans l’enseignement.
  • Recommandation 7 : Lancer une “opération commando”

    Jeu Opération commando

    pour répondre de manière urgente et décisive à la nécessité de simplifier les processus administratifs et de réduire le fardeau bureaucratique qui pèse sur la communauté du CNRS.

  • Recommandation 8 : Renforcer la politique scientifique et la stratégie de partenariat, ainsi que la prise de risque, et mettre en œuvre régulièrement des évaluations et comparaisons internationales.

Continuer la lecture

« Merci à tous et à toutes ». Le message d’adieu de Thierry Coulhon

Academia apprend aujourd’hui le départ de Thierry Coulhon du Hcéres par décret présidentiel, courrier d’adieu et inquiétudes partagées dans Les Échos. Les présidences d’université, les directions d’UMR et de services apprécieront. Academia souhaite de nouveaux succès à Polytechnique n’est pas à vendre et continuera évidemment son travail d’information rigoureux sur les réseaux sociaux.
#ResistESR

Sujet :   [HCERES-CMS] Merci à toutes et
à tous
Date :    Tue, 26 Sep 2023 08:52:15 +0000
De :        HCERES – Présidence
Pour :    hceres-permanents@listes.hceres.frhceres-vacataires@listes.hceres.fr,hceres-cs@listes.hceres.fr, hceres-cms@listes.hceres.fr
Copie à :     Thierry Coulhon, STEPHANE LE BOULER, CAMILLE JANNIC
Chères et Chers collègues,
Un décret du Président de la République, publié ce jour au Journal officiel, a mis fin, à ma demande, à mes fonctions de Président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. De nouvelles fonctions m’attendent à la tête de l’Institut Polytechnique de Paris.
Je veux d’abord vous dire combien j’ai été fier d’avoir pu travailler à vos côtés au cours de ces bientôt trois années et surtout je souhaite vous remercier, toutes et tous, de votre engagement au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Ces trois années ont été marquées par des transformations importantes du Hcéres, dans son organisation, mais aussi dans sa manière de faire et de travailler. Ces évolutions ont pu parfois vous surprendre et être sources d’inconfort, mais je crois que le rayonnement nouveau du Hcéres, vis-à-vis de nos partenaires comme vis-à-vis de la société, illustre combien elles étaient nécessaires.
Elles étaient nécessaires parce qu’alors que l’évaluation doit désormais constituer la pierre angulaire de tout système d’enseignement supérieur et de recherche, capable de se regarder lucidement pour s’améliorer, le Hcéres souffrait d’une double difficulté. Malgré des forces indéniables, il était à la fois absent du débat public, avec un effet peu discernable sur le système, et en même temps vécu comme une contrainte plus que comme un bénéfice.
Je crois que ces deux difficultés ont été largement dépassées. Grâce à nos efforts et surtout grâce à votre mobilisation, nous avons construit une évaluation simplifiée, intégrée, plus franche et plus utile aux établissements et aux organismes. Parallèlement, nous avons largement renforcé le lien avec les pouvoirs publics, et en premier lieu le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour que nos travaux puissent alimenter sa relation avec les établissements, notamment dans le cadre du dialogue contractuel.

L’évaluation HCERES : la bureaucratie continue de nuire à la recherche. Communiqué ADL, 7 septembre 2023

Communiqué en .pdf

Après avoir alerté en 2021 sur les dérives bureaucratiques de l’évaluation HCERES (« La bureaucratie nuit gravement à la recherche », Le Monde, 10 janvier 2022), l’Assemblée des Directions de laboratoires (ADL) a organisé des échanges avec ses membres, en vague C (2022) et D (2023) pour faire un bilan des deux campagnes. Ces retours ont permis de dresser le constat suivant.

La simplification du référentiel entre la vague C et la vague D n’a pas changé l’esprit de l’évaluation qui reste fondamentalement bureaucratique, sans valeur scientifique et inutilement consommatrice de temps. L’évaluation HCERES est principalement une auto-évaluation administrative, portant sur des aspects réglementaires ou sur des éléments (environnement, ressources humaines, etc.) sur lesquels les directions d’unité n’ont quasiment aucun moyen d’agir. En revanche, l’évaluation proprement scientifique est minorée au profit de l’auto-mise en valeur de critères standardisés et faussement qualitatifs (« productions scientifiques », « internationalisation », « reconnaissance », etc.). Cette partie de l’évaluation est très consommatrice de temps et n’a aucun intérêt pour les directions d’unité : elle produit un récit très normé en fonction des critères attendus (domaines et références). Tout dans le processus HCERES, du format normatif des templates au fonctionnement aveugle de l’évaluation – car rien n’est jamais dit sur l’utilisation qui en sera faite – incite les directions d’unité, en responsabilité, à égrener une liste insipide de faits ponctuels considérés comme des indicateurs de succès, tout en évitant de soulever les problèmes et questions de fond, seule voie d’ouverture d’un dialogue réel avec les tutelles des laboratoires. Les Directions d’Unité (DU) souhaiteraient un dispositif qui leur permettent d’être écoutés et de discuter la façon dont leurs tutelles ont pris en compte leurs difficultés et demandes.

Le travail réalisé en interne au laboratoire pour présenter un projet du laboratoire, ancré dans un bilan du précédent projet (renommé « trajectoire » par le HCERES), constitue pour les directions l’intérêt principal de l’évaluation quinquennale. Il a un rôle externe en permettant au laboratoire, par un vrai travail scientifique collectif, de positionner ses travaux dans son écosystème scientifique et un rôle interne pour animer le collectif. Il est le point essentiel de la dynamique scientifique collective et du dialogue avec les tutelles et partenaires. L’ADL voit une amélioration dans le retour du projet dans l’évaluation pour la vague D, alors qu’il avait disparu pour la vague C.

La formation à la recherche et par la recherche a disparu du référentiel, alors même que de très nombreuses unités y sont engagées et que ce lien est au cœur de leur activité de recherche. Cette dimension ne peut être passée sous silence. Quel aveu de coupure avec le cœur de métier de l’université !

Continuer la lecture

French Research (death) Valley. Goguette

Totem de l’évaluation, tabou de la mesure

  • par Enka Blanchard, CNRS, et Zacharie Boubli, CNAM

Le renforcement du discours de l’urgence dans nos sociétés accroît la mise sous tension de la recherche. Elle fait l’objet d’attentes croissantes, parmi lesquelles se distingue une demande de productivité. Celle-ci postule d’une part la mesurabilité de la productivité scientifique et d’autre part la capacité des politiques publiques à moduler celle-ci de manière efficace et efficiente. Dans un article publié dans Questions de Communication 42 (2022), nous proposons une critique de ces postulats fondée sur des études empiriques provenant de multiples domaines et analysant l’organisation de la recherche dans des champs variés. Le constat d’une efficacité douteuse des politiques de recherche contemporaines nous amène à proposer l’explication d’un fondement culturel et idéologique à cet état de fait, tout en offrant des pistes pour en sortir. Afin de faciliter la diffusion de ces analyses au-delà d’un cercle restreint composé principalement de spécialistes, nous reproduisons ici nos principaux arguments en laissant de côté certaines considérations techniques présentes dans l’article original en accès ouvert...


L’urgence, ou plutôt sa perception bien ou mal fondée, créée des oeillères collectives qui privilégient la résolution immédiate d’une situation anormale, confondant parfois symptôme conjoncturel et cause structurelle. Dans le cas de la crise du Covid-19, nos sociétés technophiles ont attendu une solution aussi rapide que possible et la circonspection nécessaire à la recherche, déjà fragilisée par des scandales méthodologiques, est ainsi venue nourrir une défiance du public envers les chercheurs. Soupçonnés de vanité personnelle, de biais idéologique ou d’intérêt caché, les enseignant·es-chercheur·ses (EC) doivent justifier leurs recherches auprès de la société.

Demande citoyenne de transparence scientifique

Cette demande sociale légitime de transparence s’est traduite dans le renforcement des cadres de déontologie et d’intégrité scientifique. Mais une réflexion sur les cadres sociaux de la recherche scientifique ne peut ignorer une tendance bien plus lourde, celle du désengagement de la puissance publique des politiques de recherche. Scrutée au sujet de son intégrité, la recherche l’est aussi par la logique de l’évaluation. La réduction tendancielle des moyens de la recherche s’est en effet accompagnée de la création d’instruments raffinés d’évaluation de ses résultats, dans une démarche de rationalisation autojustifiante d’un système élitiste, qui limite sciemment le nombre de postes stables et engage les EC dans une compétition permanente considérée comme saine. Les EC occupent une part croissante de leur temps à satisfaire des indicateurs de productivité, mais cela ne serait que le prix à payer pour s’assurer que les moyens alloués à la recherche soient efficients.

Cet article se propose d’analyser les fondements de ces logiques organisationnelles à l’aune du but qu’elles sont supposées servir (la productivité qualitative et quantitative de la recherche). Il nous semble alors que le paradigme contemporain repose sur trois fondements :

  • La productivité des EC est mesurable.
  • Les politiques publiques de compétition peuvent augmenter la productivité scientifique.
  • Les gains de productivité permis par les politiques d’optimisation compensent le coût de ces politiques.

Le fétichisme des indicateurs

La productivité de la recherche est elle mesurable ?

Cette problématique est celle des objets, des méthodes et des échelles de l’évaluation de la production scientifique, puis celle de ses conséquences.

https://www.flickr.com/photos/wallsdontlie/25671143301/in/photolist-F7tjwZ-dHWQ8z-VeHCVz-7fmpmY-7fmnJA-7fhvbx-7fmoCE-7fmnMA-7fhuTz-Ewqms-c9h4Fh-2ime4XA-erPLKf-7fmsfh-F9aDao-2ndUW4b-2hRe5Dj-AfcGQs-AVRrCf-aFLS6B-JESUJH-2nUC6Un-9g8FG9-7fhxVV-2a6NGSY-qjr2uT-q6KBxo-pRRxZa-efrQWK-9u3BNU-pyu44M-ovQaTu-7fhoEt-6Wajen-2jSNDs-dVecPd-EivBq2-6ZgaSB-3kPzNM-22kAHjK-7fhw3p-7fmpyw-7fmozU-7fmspj-7fmoG9-7fhvjP-2kaDMCL-7fhvMZ-7fmpKw-7fmrxq

Crédit : wallsdontlie, 2016

Continuer la lecture

Thierry Coulhon aurait-il licencié un agent qui a dénoncé le racisme qu’il subissait au Hcéres ?

https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/618965

Thierry Coulhon lors de son discours devant l’HCERES, octobre 2020

Le député Hendrik Davi a fait paraître une question écrite demandant à la Ministre Sylvie Retailleau d’éclairer le public sur le licenciement d’un agent après un long parcours de dénonciation de faits racistes qu’il a subis de la part de ses supérieurs hiérarchiques à l’OFIS, au Département des Évaluations des Établissements et de Thierry Coulhon lui-même, faits répréhensibles pénalement. Alors même que l’IGESR avait été missionnée par Sylvie Retailleau sur l’affaire touchant pourtant à une Autorité Publique Indépendante (API), l’agent a reçu une lettre de licenciement non motivée. Hendrik Davi demande de faire la lumière sur l’affaire, de rétablir les instances paritaires.

Et bien sûr, de prendre toute sanction utile le cas échéant.

10 milliards consacrés à la recherche ou aux cadeaux pour les amis ? À propos d’une question écrite de Pierre Ouzoulias

Academia republie ici la question écrite du sénateur Pierre Ouzoulias et la réponse, pour le moins instructive de la Première ministre, concernant les 10 milliards consacrés à la recherche au sein du programme France 2030. Aucun moyen sérieux n’est prévu pour l’évaluation des projets finanés.

Question n°3400 à la Première ministre soumise le 27 octobre 2022

Moyens dédiés pour l’investissement des engagements de la France
en matière d’évaluation de la recherche.

M. Pierre Ouzoulias interroge Mme la Première ministre sur le respect par le secrétariat général pour l’investissement des engagements de la France en matière d’évaluation de la recherche.

Le secrétariat général pour l’investissement, placé sous son autorité, gère un plan d’investissement pour l’innovation de cinquante-quatre milliards d’euros dont notamment le programme « France 2030 ». Lors d’un entretien accordé à un média spécialisé le 13 septembre 2022, son secrétaire général a déclaré à propos de l’évaluation des projets qui lui sont soumis : « Dans un monde idéal, et grâce à [l’intelligence artificielle] et à des algorithmes, nous pourrions par exemple imaginer presque donner une première réponse immédiate aux porteurs. C’est pourquoi nous étudions les systèmes automatisés qui font de la recherche comparative en ligne en temps réel. Je suis certain que cela peut constituer une aide à la décision pour nos jurys ».

Le Conseil de l’Union européenne a adopté, le 10 juin 2022, des conclusions (n° 10126/22) sur l’évaluation de la recherche et la mise en œuvre de la science ouverte par lesquelles il reconnaît que

« les systèmes d’évaluation de la recherche sont actuellement […] trop axés sur l’utilisation de certains indicateurs quantitatifs fondés sur des revues et des publications et sur l’évaluation d’un éventail restreint de résultats de recherche »

et suggère une évolution des systèmes d’évaluation de la recherche fondée sur des critères qualitatifs. Ces recommandations s’inspirent de celles portées par l’Appel de Paris, du 5 février 2022, et défendues par la France lors de sa présidence du Conseil de l’Union européenne. Continuer la lecture

Hcéres : vers un accident industriel

Le Haut Conseil pour l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Hcéres), dinguerie bureaucratique française dirigée depuis fin 2020 par le très blanquero-macroniste Thierry Coulhon, serait-il en train de frôler l’accident industriel, façon armée russe, à l’occasion de la vague C d’évaluation des universités, écoles doctorales et unités de recherche, en cours actuellement dans un cinquième des établissements français ? C’est la question que se pose la Rédaction d’Academia, à la suite de très nombreuses « remontées de terrain » de nos valeureux collègues qui sont en train d’endurer, le mot n’est pas trop fort, cette vague scélérate.

Spoiler : le boycott des comités d’évaluation commencerait à porter ses fruits dans cette débâcle du HCERES constatée sur le terrain.

Avant de préciser l’étendue du désastre, un petit rappel de calendrier s’impose pour bien comprendre les enjeux de cette vague C. Arrivée en novembre 2020 à la tête du haut conseil après un rocambolesque processus de nomination, le très controversé conseiller élyséen avait dû ronger son frein et laisser passer la vague B (initiée par son prédécesseur et étalée sur deux saisons pour cause de covid, pardon de grippette d’après son grand copain Didier Raoult) avant de pouvoir déployer tout son génie créatif et bâtir une vague C à la hauteur de ses ambitions de grand architecte de l’ESR.

On a tous en mémoire le résultat concret du premier volet de cette éblouissante réforme : une levée de bouclier sans précédent, dès janvier 2021, de près de 700 directeurs de laboratoire dénonçant l’évolution délirante du référentiel d’évaluation de la recherche. Jacques Lacan et sa théorie de la jouissance avaient alors été convoqués en urgence par Academia pour tenter d’expliquer cette nouvelle forme de névrose bureaucratique obsessionnelle, mal dominant de l’ESR français depuis près de deux décennies et qui semble avoir trouvé au HCERES un terrain épidémique vierge de toute défense immunitaire. Audiard ne nous aurait pas contredit : contre la connerie, malheureusement, on n’a toujours pas inventé de vaccin !

Cette première alerte passée, la trêve estivale et une rentrée difficile dans les universités ont quelque peu détourné l’attention de la communauté des innovations coulhoniennes de la vague C. C’était sans compter sur les effets à retardement de la réforme et la mise en œuvre effective de ces nouvelles directives imposées « d’en haut ». Présidence verticale, évaluation jupitérienne1, le bonhomme a de qui tenir ! A moi les grands et beaux discours sur la « théorie de l’évaluation », au restant des troupes les problèmes bassement matériels de mise en œuvre et d’exécution ! On reste stupéfait d’un tel décalage entre le sommet et la base.

https://twitter.com/Hceres_/status/1589707620151357441?s=20&t=R6l7mWQar_JxqYugdxse8A

Autopromotion de T. Coulhon devant les recteurices d’académie sur Twitter, 7 novembre 2022

Continuer la lecture

  1. déclinée à souhait dans les « observations du président du HCERES » qui encadrent – recadrent – désormais tout rapport d’évaluation des établissements, voir un exemple ici []

Référentiel d’évaluation de la recherche : la délibération bidon du Collège du HCERES

Le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est un peu comme les Galeries Lafayette !

À tout instant, il se passe quelque chose. Dernière trouvaille en date de la rédaction d’Academia : la délibération bidon du Collège du HCERES.

Spoiler : le Collège du HCERES n’a jamais adopté le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche, considéré pourtant comme le document de référence pour la vague C en cours ! On vous raconte tout dans la suite de ce billet.

Continuer la lecture

HCERES : vague C, vague scélérate

Les marins connaissent bien les vagues scélérates. Longtemps confinées au folklore marin, ces vagues monstrueuses sont aujourd’hui une réalité parfaitement démontrée et documentée, à l’origine d’un certain nombre de catastrophes maritimes sur toutes les mers et océans du monde. Une vague scélérate est définie comme une vague dont la hauteur verticale, crête à creux, est supérieure à au moins deux fois la hauteur significative des vagues. Les vagues scélérates se forment sans raison évidente au milieu des autres vagues.

Pas besoin d’être un grand marin pour saisir le parallèle frappant qui existe entre une vague scélérate et la vague C d’évaluation du HCERES qui va s’abattre d’ici quelques mois sur un grand nombre de laboratoires français. Des unités de recherche comme autant de navires déjà secoués par la houle et les vents mauvais de la loi de programmation de la recherche (LPR) dont les effets d’usure et de destruction lente commencent à se faire ressentir, même sur les coques les plus solides.

S’accordant parfaitement avec la définition d’une vague scélérate, la vague C sera ainsi deux fois plus importante que toutes les vagues passées d’évaluation puisque l’on achemine, après plusieurs mois d’errements et de tergiversation, vers une évaluation totalement disjointe des bilans et des projets des laboratoires. Pour « faire simple », le HCERES ne s’intéressera qu’à l’évaluation ex post des labos (en gros, un bilan comptable passé au crible de 57 critères d’évaluation les plus invraisemblables) ; à charge aux établissements-tutelles d’évaluer leur projet via une procédure spécifique (à construire) pour fin 2022 – début 2023…

La Grande Vague de Kanagawa, de Hokusai, vers 1830. Metropolitan Museum of Art. 「冨嶽三十六景 神奈川沖浪裏」 [Fugaku Sanjūrokkei – Kanagawa oki nami ura, « Trente-six vues du mont Fuji – Sous la vague au large de Kanagawa »]. L’auteur a sans doute voulu représenter non un tsunami, mais une “vague scélérate”.

Continuer la lecture

Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales »

  • par Agnès Vandevelde

Un article/grand entretien vient de paraître dans la revue de l’Association internationale de sociologie Global Dialogue (n°12.1, avril 2022) sur l’évolution des universités australiennes depuis 30 ans : « Universités entrepreneuriales et injustices épistémiques. Entretien avec Jill Blackmore », par Johanna Grubner.

« Le monde universitaire et la science sont l’objet de profondes mutations liées à leur marchandisation ou quasi-marchandisation imposées par la gouvernance néolibérale »,

soulignent les rédacteurs en chef de la revue, Brigitte Aulenbacher et Klaus Dörre, ajoutant que

« Jill Blackmore décrit les profondes restructurations qu’ont connues les universités australiennes au cours des dernières décennies, ce qui les a motivées, et les effets qu’elles ont sur la production de connaissances et la justice épistémique. »

Un éclairage utile pour questionner ce qui se passe aussi ailleurs dans le monde…

https://www.flickr.com/photos/126483205@N08/45113448714/in/photolist-2bJwdzh-2ecuV6w-2CqGvN-XTJrJi-28uM2Mu-6fB1DY-dETx1W-2b1ZEgT-6fB3P7-o1bB6a-6fwTkH-6fB4GS-6fwS9t-6fwReg-6fB22J-atkGY2-2inPW6P-S52bU2-22xTr6H-2hud5ua-2miLTBP-6fwSuv-2d4Xgnk-6fB2Rq-6fwSjv-6fB2co-6fB3af-6fwSYV-4jzE5-6fB2wd-6fB4ky-4jAj7-4jzSn-6fB2Gu-oz6vYh-4jzST-6fwRPx-6fB3Z5-4jA9k-21gXehc-2iaEU1M-2hvjipe-2htHRko-2ikRFT6-2htMLfr-2huQF7N-2mDbq77-2htLRDt-4RnAGG-2htJgzB/

Graffiti Tunnel. University of Sydney,
Australia. Crédit: Martin Snicer, 2018

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (8): à propos d’une note d’observations du président du Hcéres au sujet de l’Université de Bordeaux

Le rapport d’évaluation de l’Université de Bordeaux (vague B 2020-2021) vient d’être publié sur le site internet du Hcéres1. Cette publication s’accompagne d’une note d’observations du président du Hcéres, Thierry Coulhon, publiée hors rapport. Cette initiative, sans précédent dans le processus de publication des rapports du Hcéres, est scandaleuse car elle déroge aux règles élémentaires et à l’éthique de l’évaluation par les pairs, fondement méthodologique du Hcéres.

Cette note d’observations apparait dans un premier temps comme un résumé du rapport d’évaluation, qui peut avoir son intérêt (communication rapide sur les analyses du comité d’évaluation) mais fait courir le risque de détourner le lecteur d’une étude plus approfondie du contenu du rapport. À noter toutefois une incise pour le moins désobligeante pour l’Université de Bordeaux et totalement inappropriée dans le cadre méthodologique du Hcéres :  la première phrase mentionne en effet que la sélection de l’Université de Bordeaux dans le cadre de l’Idex aurait été opérée « à la surprise du monde académique ». Ce type d’appréciation, relevant plus d’une brève de comptoir que d’une analyse étayée par des preuves objectives, constitue une prise de position du président du Hcéres inacceptable qui laisse entendre que l’Université de Bordeaux n’avait pas a priori le niveau pour une telle reconnaissance ! Ceci s’entend évidemment du point de vue du microcosme parisien de l’ESR dont fait partie Thierry Coulhon….

Mais bien plus grave encore, et motivant la présente brève,  la fin de la note va au-delà du résumé du rapport avec des prises de positions directes au nom du Hcéres.

Désobligeance de méthode

Le président du Hcéres « regrette que l’université n’ait pas souhaité utiliser la possibilité qui lui était donnée de répondre publiquement au rapport pour assumer sa position sur le sujet » des « synergies nouvelles avec les divers acteurs universitaires » du site bordelais. J’objecterai que la réponse du président de l’établissement, insérée dans le rapport comme il en va traditionnellement dans les publications du Hcéres, est totalement libre et le président du Hcéres n’a pas à en commenter le contenu, ce qui est particulièrement irrespectueux à l’égard du président de l’Université de Bordeaux.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Les évaluations d’établissements se font sous la responsabilité du département dirigé par Pierre Glaude, éternel directeur, proche de l’Action française. []

L’évaluation du Hcéres ne répond plus aux critères minimaux de qualité, de rigueur et de pertinence scientifique. Motion du CNESER, 18 janvier 2022

Le Conseil national de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) s’est réuni aujourd’hui en commission permanente1. Thierry Coulhon y présentait un “point d’information sur le Hcéres qu’il préside, à la stupéfaction des membres qui n’y comprenaient rien.  Iels se sont toutefois mis d’accord à la majorité sur la nécessité de se débarasser de cette bureaucratie.

  1. Pour l’ordre du jour, voir l’information de L’Alternative. []

La bureaucratie nuit gravement à la recherche. Tribune d’ADL, 10 janvier 2022

Tribune parue dans Le Monde signée par 500 directeurs et directrices de laboratoire

Alors que les sciences et les savoirs sont plus que jamais nécessaires pour faire face aux crises de notre temps, la recherche française est malmenée et menacée par l’intensification du nouveau management public. Après le renforcement de la logique compétitive et du financement par projet, entériné par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, voici l’apparition de nouvelles procédures d’évaluation des activités de recherche, instaurées récemment par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), qui ne font qu’amplifier ce phénomène délétère.

En mars 2021, la Cour des comptes rendait public un rapport d’une grande sévérité sur les activités menées par le Hcéres entre 2014 et 2020 :

« Les rapports d’évaluation du Haut Conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements, et plus encore sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques. »

Que diraient les magistrats de la Rue Cambon un an après l’arrivée de Thierry Coulhon à la tête du Hcérès ? Ils constateraient certainement, à rebours de leurs recommandations, un alourdissement de la technostructure de cette autorité administrative indépendante, une complexification des procédures normatives et, en conséquence, l’accroissement mécanique de la charge de travail administratif, déjà phénoménale, demandée aux acteurs de la recherche.

Contre-pied

Lors de sa prise de fonctions, en novembre 2020, le nouveau président du Hcérès avait pourtant déclaré : « Il faut trouver un équilibre entre la simplicité, la légèreté de l’évaluation, et son efficacité. » En outre, le Hcérès vient de signer la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), laquelle défend une évaluation qualitative, portant sur les contenus de la recherche, au détriment d’une approche quantitative recourant à des critères « scientométriques ».

Dans la pratique, le Hcérès fait donc tout le contraire de ce qu’il défend publiquement. Sans aucune concertation avec le terrain et en toute opacité, il vient de mettre en place une usine à gaz aux antipodes des principes du texte de DORA. Le Haut Conseil a décidé qu’il n’avait plus à évaluer les contenus scientifiques et les projets des laboratoires : il entend désormais uniquement procéder à un bilan « ex post », c’est-à-dire à une évaluation comptable suivant d’innombrables indicateurs (on n’en recense pas moins de 57 pour les structures de recherche).

Continuer la lecture