Pierre Glaudes, Principal Ministre du Hcéres en attendant le retour du Roy…

L’actualité du Hcéres s’emballe ces temps derniers. Est-ce qu’on arriverait à la conclusion  du recours contre la nomination des membres du collège et de son président en exercice, encore il y a quelques mois aux ordres dans le palais élyséen? Les derniers soubresauts concernent la démission du directeur du département d’évaluation des établissements et à son nécessaire remplacement.
Désormais, c’est à Pierre Glaudes, étonnant principal ministre du Hcéres, aux entrées à l’Action française, que revient le contrôle de deux départements majeurs du Hcéres. Academia revient également sur les conditions du renouvellement de son « deuxième mandat » de directeur du département d’évaluation de la recherche, suivant le décompte officiel, avec de nouveaux éléments et quelques surprises. Alors que les généraux de réserve se tiennent prêts à abattre la 5e République sur un appel de son monarque, cela ne manque pas de cohérence.

Démission du directeur du département d’évaluation des établissements

20 avril 2021, 17h. La dernière missive du Conseiller présidentiel, dit « président du collège », aux personnels du HCERES.

« Suite au départ d’Abdelaziz Mouline de ses fonctions de Directeur du département d’évaluation des établissements, j’ai proposé à Pierre Glaudes, après avoir consulté le Comité de direction, d’assurer l’intérim des fonctions de Directeur du DEE, en plus des fonctions qu’il exerce déjà en tant que Directeur du département d’évaluation de la recherche, ce qu’il a accepté. Cette décision prend effet immédiatement. […]
Le Président du HCERES. »

Abdelaziz Mouline, professeur des universités en économie de l’Université de Rennes-1, venait pourtant d’être nommé au 1er mars 2021. Selon les mots de Thierry Coulhon, Pierre Glaudes lui succède. Pierre Glaudes enfile donc les anneau et barrette cardinalices, comme d’autres les perles : le voici de fait intronisé Principal ministre d’une partie du royaume de l’évaluation. Rappelons que l’intéressé occupe depuis fort longtemps une position tout à fait singulière dans la Maison Hcéres, au sens propre comme au sens figuré.

Les « talents » du Hcéres changent, Pierre Glaudes reste

Au sens propre tout d’abord, puisque son grand bureau se situe, symboliquement, pile « au-dessus » du bureau du Président (du collège)1. En sociologie des espaces de travail, la position et la taille des bureaux en dit généralement long sur la personne qui l’occupe… Gageons que cette singularité ne déplaise pas à l’intéressé car les caractéristiques géographiques de ce cabinet de travail format XL, à savoir l’altitude, la localisation et la surface, le distinguent délicieusement de ses petits camarades des autres départements… et le placent en nombre de toises carrées à surface quasi équivalente de moquette par rapport au Conseiller Présidentiel Evaluator One.

Au sens figuré maintenant, si l’on se réfère à son ahurissante ancienneté dans la place, qui est contraire, soit-dit au passage, à tous les standards internationaux auxquels  pourtant le HCERES nous biberonne, qui veut que les personnes en charge du pilotage national des évaluations changent très régulièrement…. Pierre Glaudes n’est pas un perdreau de l’année dans le monde de l’évaluation, puisque rentré à l’AERES en 2007, il a déjà été directeur de la section des unités de recherche de l’AERES entre 2011 et 2014 et directeur du département d’évaluation de la recherche du HCERES, « officiellement » de mars 2016 à mars 2021, les mandats en cours ayant été prolongé d’un an durant l’interminable intérim de 2020-2021 qui a conduit à la nomination abracadabrantesque de Thierry Coulhon.

Autre détail singulier, l’intéressé dont les hauts faits scientifiques n’émeuvent personne2. Le chantre des fameux « indicateurs d’activités » et des « produits de la recherche », piliers des évaluations en tous genres que glorifient la LPR, est au coude-à-coude avec une autre championne de la catégorie, Frédérique Vidal en personne !)), n’a également jamais dirigé de laboratoire au sens d’une unité mixte de recherche (UMR), ce qui est pourtant la norme pour l’immense majorité des laboratoires labellisés en France… Sur son CV officiel, en ligne sur le site internet du HCERES, on peut y lire dans la rubrique « Direction d’unités de recherche et de réseaux de recherche » qu’il a été responsable de trois « équipes » à Grenoble et à Toulouse. Celui qui a en charge l’évaluation de l’ensemble des unités de recherche françaises depuis de (trop) longues années ne s’est donc jamais frotté à la direction d’une structure dépassant, soyons généreux, une quinzaine de permanents. Amusant ! C’est un peu comme si le responsable des manuels d’instructions de vol sur Boeing ou Airbus n’avait jamais piloté qu’un Piper Cherokee. Tant que l’on reste sur Flight Simulator, après tout…

Mais l’essentiel n’est pas là.

Pierre Glaudes exercerait contînûment la fonction de directeur de département du Hcéres depuis 2014

Dans l’un de nos précédents billets « Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance » sans nul doute transporté d’enthousiasme de voir ce grand spécialiste de la littérature maurassienne, co-auteur du Livre noir de la Révolution française ((gros succès à la librairie du Puy-du-Fou)), reconduit dans ses éminentes fonctions, nous avions, un peu trop vite conclu : »Le voilà en piste pour un 2e mandat, cette fois au sein du HCERES, avec remise du compteur à zéro ».  C’est désormais un point du CV de Pierre Glaudes qui intrigue la rédaction d’Academia. Le document stipule :

« Il est depuis novembre 2014 en délégation partielle au Hcéres, où il a été nommé en avril 2015 directeur du département d’évaluation de la recherche. »

Nous avons donc reconstitué précisément la chronologie des évènements, à partir d’une archéologie des documents officiels disponibles en ligne et détreré l’os.

L’urne contenant le cœur attribué à Louis XVII, fils de Louis XVI et conservée à la basilique de Saint-Denis (Seine Saint-Denis). Crédit: Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes, CC-BY

Continuer la lecture

  1. Au 6e niveau pour celles et ceux qui connaissent les lieux. []
  2. Pierre Glaudes peut s’enorgueillir d’un score bibliométrique littéralement stratosphérique ((h-index = 9 tout mouillé sur Google Scholar. []

L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. « Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial », a déclaré un membre du corps enseignant. « Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel », a écrit un∙e autre. « Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes »… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que « troisième pays le plus représenté dans le Top 200 », selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information « particulièrement digne d’être soulignée » : « L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166 ».

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

« Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir »

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le « président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur » est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du « président du collège » du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

« Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin! » @frederiquevidal, 15 mars 2021

Continuer la lecture

Derrière « l’islamo-gauchisme » : les semaines à venir sont celles de tous les dangers

Don’t feed the troll. Depuis des mois, des collègues bien intentionné·es et un brin condescendant·es soutiennent qu’il ne faut pas faire de publicité aux attaques en « islamo-gauchisme », en « militantisme » et autres « dérives idéologiques » qui fleurissent de toutes parts. « Ne tombez pas dans le piège de députés en mal de notoriété », « ne venez pas perturber avec vos histoires la sérénité de l’examen par le Conseil constitutionnel de la loi de programmation de la recherche », « ne déposez pas de plainte en diffamation », « ne jouez pas à vous faire peur » : il faudrait que, du côté de la rédaction d’Academia, l’on recense tous les bons conseils qu’ont bien voulu prodiguer des collègues, des chef·fes d’établissement et des parlementaires.

Jusqu’il y a peu, certain·es semblaient même croire que cette stratégie de l’autruche pouvait être tenable. Ils et elles y croient peut-être encore, d’ailleurs, quand on voit à quel point, depuis quelques jours, la ministre Vidal sert de paratonnerre facile à la CPU et au CNRS, alors même que c’est le président de la République, ses principaux ministres, la quasi-intégralité de la droite parlementaire et une bonne partie des député·es de la majorité qui sont désormais convaincu·es que des militant·es grimé·es en scientifiques dévoient le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en « cassant la République en deux ». Nous sommes malheureusement déjà entré·es dans l’étape d’après, désormais, celle dont nous décrivions le processus il y a trois mois à partir de l’expérience de la dissolution du CCIF : ce qui est en jeu ces jours-ci, en effet, ce n’est plus le fait de savoir si des « dérives idéologiques » traversent l’ESR car cela, les principaux titulaires du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif en sont désormais convaincus. La seule chose sur laquelle on hésite encore au sommet de l’État, c’est sur la manière de mettre en forme, sur le plan juridique et administratif, les conséquences à tirer de cette nouvelle conviction partagée.

Formaliser la défense de « l’université républicaine »

Dans les couloirs du parlement et dans certains cabinets ministériels, en effet, d’âpres discussions sont en cours pour trouver les « bons » moyens de sauver « l’universalisme républicain » dans les universités. C’est à cet aune qu’il faut comprendre les dernières sorties de la ministre : ce qui est notable dans l’intervention de Frédérique Vidal sur CNews, ce n’est pas tant le fait qu’elle légitime de manière abjecte les attaques en « islamogauchisme » que le fait qu’elle ressente le besoin de défendre publiquement un traitement des « dérives idéologiques » dans l’ESR qui soit interne, c’est-à-dire qui se fasse par les instances de l’ESR elles-mêmes. Dans son passage sur CNews, autrement dit, Vidal ne s’adresse pas aux Français·es, ni à la communauté universitaire ; elle sait mieux que quiconque quelles sont les discussions en cours et cherche à peser sur les parlementaires et sur le gouvernement, pour imposer ce qui lui semble être le meilleur compromis entre la prétendue nécessité de sauver l’université des communautarismes et des militantismes qui l’assailliraient, d’une part, et l’obligation de respecter les libertés académiques, d’autre part.

C’est pour cette raison que nous sommes déjà « à l’étape d’après » : les débats en cours, au sein des pouvoirs exécutif et législatif, ne sont plus désormais que des débats d’ingénierie juridique et administrative. Des débats de forme, autrement dit, car sur le fond, il existe, d’ores et déjà, un accord général sur le fait qu’il faut agir. Il faut agir, pensent-ils ou pensent-elles, car il faut apporter une réponse à « la question urgente des nouvelles formes de censure et d’intolérance qui se sont manifestées ces dernières années, ainsi que, plus largement, des rapports entre valeurs morales, engagement politique et activité scientifique », pour reprendre la formule employée dans un récent communiqué de l’association Qualité de la science française (QSF) qui est particulièrement représentatif de ce qui est devenu, au sein des cercles du pouvoir en France, la représentation très majoritaire des deux plaies qui submergeraient l’ESR, à savoir la censure et, « plus largement », le militantisme.

https://www.flickr.com/photos/rod_waddington/28340793115/in/photolist-KbnYq4-5mbzMG-2kA1RDY-2jTVgcS-cPS16J-mtp4uF-2jhY2Q4-5Na13M-ZZyC7Z-Vy6DzN-CTrHau-N7ybN1-8y8X9y-K4tNNV-MTM2U3-mUDsGX-dRRq4-CTrJ9y-duhGvz-8M3pgt-Nyxvkx-4Kkude-b3WZFa-P71HX2-7oHps3-MLNdA-auhKDW-cb6PDu-4oWK2t-gL5Z4w-bAQbxK-9zrkyo-dRSmce-b3TfTx-4KpMzd-dbGRr1-9ZuMfm-7bPVF7-dKpQqx-dZnpn-4AaE8Q-dNL3aE-AQ1fgs-2vpLUD-cPS4Qw-xSKo7b-6tXHi3-5RFGBE-9NpiS-8F5xdt

Baobabs, Madagascar. Crédit: Rob Waddington, 2016

Continuer la lecture

Hcéres. Petits arrangements entre amis très chers

#CancelCulture. Après celles des jeunes collègues et des femmes sur les listes de diffusion, voici un nouvel élément à verser dans le panier des pratiques anti-démocratiques de l’ESR, au plus haut sommet de son gouvernement cette fois. Si le conflit d’intérêt était discipline olympique, nul doute que la France aurait des chances de médaille d’or aux prochaines Olympiades de Tokyo en 2021. Elle aurait pu aligner Thierry Coulhon, nouveau président (du collège) du Hcéres depuis novembre dernier, dans deux compétitions phares : le conflit d’intérêts en épreuve individuelle et celui en épreuve collective, également appelé conflit d’intérêts en bande organisée. Elle aurait même pu en faire le porte-drapeau de la délégation française, tant l’intéressé semble au mieux de sa forme ces derniers mois, malgré quelques nuages qui s’amoncellent au-dessus de la tête du champion.

Avant de revenir sur les derniers soubresauts de l’épreuve individuelle concernant la nomination très contestée de T. Coulhon à la tête du Hcéres et le recours devant le Conseil d’État, place à l’actualité et zoom sur l’épreuve du conflit d’intérêt en bande organisée.

Continuer la lecture

ALERTE. Un recours en annulation contre la nomination de T. Coulhon et du collège a été déposé auprès du Conseil d’État

En passant

Hcéres : recours en annulation au Conseil d’État contre la nomination de T. Coulhon et du collège

  • Dépêche Newstank, Paris, 5 janvier 2021 à 17 h 10 – Actualité n° 204184 – [EXTRAITS]

Onze enseignants-chercheurs titulaires déposent au Conseil d’État une requête en annulation de deux décrets concernant le Hcéres pour « excès de pouvoir », le 04/01/2021.

Les onze enseignants-chercheurs requérants se disent issus « tant des sciences exactes et expérimentales que des lettres, arts, sciences humaines et sociales, ou du droit » et avoir « répondu à l’un ou l’autre des appels à candidatures lancés par la ministre de l’Esri « en vue de pourvoir la fonction de membre du collège du Hcéres appelé à exercer la fonction de président” ».

Selon les requérants, de façon plus générale, cette requête « participe au combat contre une vision dépassée de l’évaluation, qui contredit les intérêts mêmes de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Par ailleurs, elle « témoigne, enfin, du gouffre qui sépare aujourd’hui les managers de l’enseignement supérieur et de la recherche et celles et ceux qui font vivre ce service public au quotidien. Faute de tout dialogue, le terrain contentieux s’impose désormais comme l’une des rares voies à disposition pour faire valoir des arguments auxquels le gouvernement reste sourd ».

Il est complémentaire des autres actions actuellement en cours, en particulier le « refus de toute participation aux procédures d’expertise demandées par le Hcéres ».

« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture

Préférer ne pas. Pourquoi et comment refuser d’être évalué∙e par le Hcéres

« Présidence du Hcére: le projet qu’avait présenté Thierry Coulhon au MESRI et au comité de sélection », Newstank, article n°198790, 10 novembre 2020

La résistance #ResistESR — résistance aux décisions de la Commission mixte paritaire fixant les formes de la loi désormais « scélérate » dite de programmation de la recherche 2021-2030, à la nomination entachée de conflits d’intérêts — se réorganise désormais rapidement. La suppression de la qualification et l’invention du délit « d’atteinte à la tranquilitié et au bon ordre des établissements », puni jusqu’à trois ans de prison et 45 000€ d’amendes ont achevé de raviver la flamme endormie avec le chaos de la rentrée. Academia invite les membres de la communauté universitaire à présenter dans ses pages toute initiative locale susceptible d’être reprise ailleurs. Commençons, avec Rennes-2, par ne plus répondre aux attentes collège du HCERES, dont son désormais président Thierry Coulhon juge que c’est du « travail de qualité, non contestable, mais menacé de vanité » (Newstank, 10 novembre 2020) et que même « les DG du Ministère ne lisent pas les rapports du Hcéres ».

Que rédiger un rapport Hcéres, pour Academia, Camille Noûs et Thierry Coulhon, relève bien, selon le concept popularisé par David Graeber, d’un « bullshit job ».

https://www.flickr.com/photos/mikecogh/14759733468/in/photolist-ouguxf-Gxr7ai-VVP3-PgGXXU-29DMS41-2bE4mym-sSCCR-edGaCF-J8t12P-wgSZLh-212xpze-2bdby2z-FUce2o-25RCbC1-24yi9Ee-28eD3kd-2dG5UHn-9caLD8-Kscige-JTfLe4-LMtNS5-2fA5FzV-M4f6n9-29ZFSf6-FXY9z9-J18ZNV-24qbsUE-2b1x836-23fMprB-2eBTroE-24uFhxr-XkyoSB-SFXiWW-2dUyD94-9nQLYm-yj83k-25zAia3-d2PFdG-2cq2hZA-27UzQyh-SSeJSv-azA5Ky-Hrvfbz-2F3NSm-bJ9dD6-QGcNCv-JLpKW4-iExFdj-3aSPsc-281AV6J/

Young trees (c) Michael Coghlan, 2014


  • par Camille Noûs, Université de Rennes-2

Le 1er novembre, Emmanuel Macron a nommé Thierry Coulhon à la tête de l’Hcéres, alors même que le conflit d’intérêt de la candidature du conseiller du président est évident et qu’une majorité de parlementaires s’est prononcée contre sa nomination. Cette décision achèvait de délégitimer une instance d’évaluation dont l’inutilité pour le bien commun est évidente puisque les évaluations de l’Hcéres ne sont pas là pour aider les composantes en difficulté à régler des problèmes qui trouvent généralement leur origine dans le manque de moyens pérennes.

La vague B des évaluations Hcéres en 2020-2021 concerne 70 établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, 484 entités de recherche, 1379 formations et 41 écoles doctorales.

Nous avons commencé à voir venir cette “vague” d’évaluation fin 2019, en même temps qu’une grande partie du pays s’opposait au projet de réforme du système de retraite et que la communauté universitaire commençait à s’inquiéter de la LPPR qui s’annonçait. Nous n’étions évidemment pas imperméables à la situation. La vague s’est rapprochée au premier trimestre 2018 alors qu’il fallait commencer à compléter les dossiers d’auto-évaluation, que la mobilisation contre la LPPR s’amplifiait et que le Covid-19 se rapprochait. Le tout alors que comme d’habitude beaucoup d’entre nous font de nombreuses heures complémentaires d’enseignement pour combler l’absence de recrutement pérennes. Bref, tout ça pour dire que nous n’avions pas que ça à faire et que cette vague charriant des tableaux excel à n’en plus finir achevait de nous mettre la tête sous l’eau.

Continuer la lecture

Pleine page dans Le Monde pour Thierry Coulhon et le Sénat

La fabrique de la loi #62

← Article précédent

Article suivant­ →

Une pleine page dans Le Monde daté du 3 novembre 2020 (page 12) : qui s’y serait attendu ?

Par une enquête de David Larousserie et un article de Hervé Morin, le quotidien le plus lu des président·es d’université et des parlementaires fait le choix de traiter simultanément de la nomination du conseiller de l’Élysée Thierry Coulhon à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, d’une part, et des trois nouveaux articles introduits par le Sénat dans la loi de programmation de la recherche à propos des restrictions aux libertés académiques, de la création du super-délit d’intention d’entrave aux débats et de la mise à l’écart du Conseil national des universités, d’autre part.

Ce choix éditorial est fort et courageux. Il fait surtout sens : ces deux évènements sont autant de signaux d’une seule et même érosion accélérée des libertés académiques en France, qu’il ne faut plus chercher à contrer isolément. C’est l’objectif même de l’appel collectif pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier, dont la signature est prolongée jusqu’au 8 novembre.

Après l’article au vitriol que lui avait consacré Libération le 20 octobre, il est sûr que pour sa première pleine page dans Le Monde, Thierry Coulhon aurait rêvé mieux. Comme il avait sans doute rêvé mieux de ses deux auditions au Parlement du 21 octobre, qui, comme toutes les prestigieuses auditions faites sur le fondement de l’article 13 de la Constitution, auraient dû représenter le sommet public de sa carrière.  Elles se sont transformées en cauchemar.

Chacun aura en tout cas noté l’extraordinaire silence officiel qui accompagne la nomination de Thierry Coulhon : pas un communiqué de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ; pas un mot du Premier ministre ou du Président de la République ; pas une ligne de la Conférence des présidents d’universités, en dépit des appels de phares de François Germinet. Et quelques très rares félicitations, sur Twitter, de personnalités de second plan, tout à fait noyées dans la grande colère exprimée par les collègues, sous le hachetague #CoulhonDemission. Voilà une nomination bien honteuse, pour un président que cette affaire va poursuivre durant tout son mandat.

Quoiqu’il en soit, si l’on ajoute à cette pleine page du Monde la parution hier coup sur coup, sur le site Internet de ce même journal, de deux tribunes importantes sur les libertés académiques – l’une provenant de chercheur·es et enseignant·es-chercheur·ses, l’autre de 157 revues -, alors on peut dire que la séquence terrible que l’on est en train de vivre aura eu une vertu insigne : la mobilisation qui dure depuis un an, dont les précaires de l’ESR auront été les fers de lance, a fait boule de neige. Academia, à leurs côtés depuis le début, les en remercie chaleureusement.

https://www.flickr.com/photos/krlosojeda/16990853193/in/photolist-rTqyGH-m6w7Tx-2gsboyu-2iXPX2h-NqPoeS-2jXrfc5-Lci2C5-2ibqKBj-2hYCVrn-2iWjx58-2jFMs54-shAFpa-2jGJAMr-27QJCSD-sNdh7y-J4ebet-LfQuSN-2iwidpo-2hQCUtN-2drXixs-2izouAD-ZaGS5S-7Fzprs-PXpFfn-56fVuY-nHTW9o-QsAUiz-xFzezo-frUEC5-G2Nfsm-CcSQ9k-2gsb5Wp-7TTfhu-71RcJE-2in7g2J-pevVQp-4WWtjJ-2447Fyd-4vxLTt-WfW1ep-rnbPq5-CD5wmz-JHH3pF-dJpXKz-a1YR5U-wdVaiT-Y4snYS-a5DyE1-daU7iR-4Bjwbm

Cimetière à bateaux, Lanester (c) Carlos Ojeda, 2014

Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget

Visuel officiel du mouvement Strajk Kobiet/Grève des femmes

Alors qu’en France, le Sénat vient d’ajouter des amendements jugés insupportables et dangereux par les universitaires — 147, intention de délit d’entrave ; 150, suppression de la qualification; 234, libertés académiques soumises aux valeurs de la République — le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a décidé d’utiliser le budget comme arme politique, privant d’une partie de leur budget les universités qui ont autorisé leurs étudiant·es à participer aux mobilisations en cours contre la restriction de l’accès à l’IVG. En effet, depuis plusieurs jours, des manifestations monstres ont lieu dans toute la Pologne depuis la décision d’interdire l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, ce qui représente à ce jour environ 98% des IVG réalisées légalement en Pologne, les trois raisons pour une IVG légale étant jusque là : une malformation grave du fœtus, un risque pour la vie de la mère, une grossesse résultant d’un viol.  En Pologne et France, les temps sont décidément durs pour les libertés académiques et la lutte contre les discriminations.

Update. 30/10/2020

Traduction, introduction et recherche iconographique: Andrea Goulet

Strajk kobiet/Grève des femmes. Le Ministre coupe des subventions 

  • par Marcin Łukasik, money.pl, 30 octobre 2020

L’année dernière, le ministère de la recherche a attribué 13 milliards de zlotys aux établissements supérieurs sous sa tutelle pour l’enseignement et la recherche, soit environ 40 millions de zlotys par établissement. Le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a annoncé que 15 établissements seraient privés de nouveaux financements. C’est la sanction pour avoir permis aux étudiants de participer aux manifestations contre la décision du Tribunal Constitutionnel restreignant le droit à l’avortement.

Ministre de l’éducation et des sciences Przemysław Czarnek (à droite). (Photo : PAP/Wojciech Olkuśnik, Wojciech Olkuśnik)

Continuer la lecture

Faire usage du droit : les suites de la nomination de Thierry Coulhon

La fabrique de la loi #60

← Article précédent

Article suivant­ →

Maintenant que la nomination du conseiller du président de la République Thierry Coulhon à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur est définitive, Academia s’engage donc, comme promis, dans diverses demandes de communication de documents administratifs afin de comprendre les conditions exactes dans lesquelles cette nomination s’est faite. Les documents demandés à la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dont la communication de la plupart d’entre eux dans un délai de deux mois ne devrait poser aucune difficulté puisqu’elle est de droit, sont listés ci-dessous. Des demandes du même ordre sont adressées au secrétaire général de l’Élysée, ainsi qu’au secrétariat général du Hcéres.

Ces démarches sont d’abord et avant tout destinées à documenter au mieux cette période qui nous semble charnière pour la protection des libertés académiques en France.

https://www.flickr.com/photos/thieulson/50339827528/in/photolist-2jGmLUQ-J2rs3C-841852-61Mdyz-61RpsY-c8eNp-LMZhRo-cqbJEA-TiZS9i-aad1A7-4K9wiY-bAViEx-Cym6gm-6pEL7Y-35k2a-q94Ys5-cvA3ad-DVY6UB-2jgxAUk-aeyWNk-2h5xMLp-SP5Qj5-RBvNQE-333LKm-bEfgy5-8snHRr-dbRGPy-2hmHuLj-Yuses4-dbRGAM-4uvfvM-veCmt-v7617-vAXz5-veDkX-veDkV-veDkT-v75ed-veCmu-vAXz6-vAXh2-xrkT2-2hW1fVw-avLQJZ-7RJubb-9hZ9AA-eSP6V1-2j71jPY-oJmPSy-2hXUGrM

Rabot (c) Thieuson, 2020

Ces démarches sont en particulier indépendantes de toute forme de recours pour excès de pouvoir que des collectifs jugeraient utiles d’engager devant le Conseil d’État — le délai est de deux mois à compter d’aujourd’hui — et qui nous semblent avoir une petite chance d’aboutir.

Rappelons d’ailleurs les principaux arguments qui pourraient être identifiés à ce stade1, dans un tel recours :

Continuer la lecture

  1. La liste peut être complétée. Academia vous y invite ! []