Derrière « l’islamo-gauchisme » : les semaines à venir sont celles de tous les dangers

Don’t feed the troll. Depuis des mois, des collègues bien intentionné·es et un brin condescendant·es soutiennent qu’il ne faut pas faire de publicité aux attaques en « islamo-gauchisme », en « militantisme » et autres « dérives idéologiques » qui fleurissent de toutes parts. « Ne tombez pas dans le piège de députés en mal de notoriété », « ne venez pas perturber avec vos histoires la sérénité de l’examen par le Conseil constitutionnel de la loi de programmation de la recherche », « ne déposez pas de plainte en diffamation », « ne jouez pas à vous faire peur » : il faudrait que, du côté de la rédaction d’Academia, l’on recense tous les bons conseils qu’ont bien voulu prodiguer des collègues, des chef·fes d’établissement et des parlementaires.

Jusqu’il y a peu, certain·es semblaient même croire que cette stratégie de l’autruche pouvait être tenable. Ils et elles y croient peut-être encore, d’ailleurs, quand on voit à quel point, depuis quelques jours, la ministre Vidal sert de paratonnerre facile à la CPU et au CNRS, alors même que c’est le président de la République, ses principaux ministres, la quasi-intégralité de la droite parlementaire et une bonne partie des député·es de la majorité qui sont désormais convaincu·es que des militant·es grimé·es en scientifiques dévoient le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en « cassant la République en deux ». Nous sommes malheureusement déjà entré·es dans l’étape d’après, désormais, celle dont nous décrivions le processus il y a trois mois à partir de l’expérience de la dissolution du CCIF : ce qui est en jeu ces jours-ci, en effet, ce n’est plus le fait de savoir si des « dérives idéologiques » traversent l’ESR car cela, les principaux titulaires du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif en sont désormais convaincus. La seule chose sur laquelle on hésite encore au sommet de l’État, c’est sur la manière de mettre en forme, sur le plan juridique et administratif, les conséquences à tirer de cette nouvelle conviction partagée.

Formaliser la défense de « l’université républicaine »

Dans les couloirs du parlement et dans certains cabinets ministériels, en effet, d’âpres discussions sont en cours pour trouver les « bons » moyens de sauver « l’universalisme républicain » dans les universités. C’est à cet aune qu’il faut comprendre les dernières sorties de la ministre : ce qui est notable dans l’intervention de Frédérique Vidal sur CNews, ce n’est pas tant le fait qu’elle légitime de manière abjecte les attaques en « islamogauchisme » que le fait qu’elle ressente le besoin de défendre publiquement un traitement des « dérives idéologiques » dans l’ESR qui soit interne, c’est-à-dire qui se fasse par les instances de l’ESR elles-mêmes. Dans son passage sur CNews, autrement dit, Vidal ne s’adresse pas aux Français·es, ni à la communauté universitaire ; elle sait mieux que quiconque quelles sont les discussions en cours et cherche à peser sur les parlementaires et sur le gouvernement, pour imposer ce qui lui semble être le meilleur compromis entre la prétendue nécessité de sauver l’université des communautarismes et des militantismes qui l’assailliraient, d’une part, et l’obligation de respecter les libertés académiques, d’autre part.

C’est pour cette raison que nous sommes déjà « à l’étape d’après » : les débats en cours, au sein des pouvoirs exécutif et législatif, ne sont plus désormais que des débats d’ingénierie juridique et administrative. Des débats de forme, autrement dit, car sur le fond, il existe, d’ores et déjà, un accord général sur le fait qu’il faut agir. Il faut agir, pensent-ils ou pensent-elles, car il faut apporter une réponse à « la question urgente des nouvelles formes de censure et d’intolérance qui se sont manifestées ces dernières années, ainsi que, plus largement, des rapports entre valeurs morales, engagement politique et activité scientifique », pour reprendre la formule employée dans un récent communiqué de l’association Qualité de la science française (QSF) qui est particulièrement représentatif de ce qui est devenu, au sein des cercles du pouvoir en France, la représentation très majoritaire des deux plaies qui submergeraient l’ESR, à savoir la censure et, « plus largement », le militantisme.

https://www.flickr.com/photos/rod_waddington/28340793115/in/photolist-KbnYq4-5mbzMG-2kA1RDY-2jTVgcS-cPS16J-mtp4uF-2jhY2Q4-5Na13M-ZZyC7Z-Vy6DzN-CTrHau-N7ybN1-8y8X9y-K4tNNV-MTM2U3-mUDsGX-dRRq4-CTrJ9y-duhGvz-8M3pgt-Nyxvkx-4Kkude-b3WZFa-P71HX2-7oHps3-MLNdA-auhKDW-cb6PDu-4oWK2t-gL5Z4w-bAQbxK-9zrkyo-dRSmce-b3TfTx-4KpMzd-dbGRr1-9ZuMfm-7bPVF7-dKpQqx-dZnpn-4AaE8Q-dNL3aE-AQ1fgs-2vpLUD-cPS4Qw-xSKo7b-6tXHi3-5RFGBE-9NpiS-8F5xdt

Baobabs, Madagascar. Crédit: Rob Waddington, 2016

Continuer la lecture

Hcéres. Petits arrangements entre amis très chers

#CancelCulture. Après celles des jeunes collègues et des femmes sur les listes de diffusion, voici un nouvel élément à verser dans le panier des pratiques anti-démocratiques de l’ESR, au plus haut sommet de son gouvernement cette fois. Si le conflit d’intérêt était discipline olympique, nul doute que la France aurait des chances de médaille d’or aux prochaines Olympiades de Tokyo en 2021. Elle aurait pu aligner Thierry Coulhon, nouveau président (du collège) du Hcéres depuis novembre dernier, dans deux compétitions phares : le conflit d’intérêts en épreuve individuelle et celui en épreuve collective, également appelé conflit d’intérêts en bande organisée. Elle aurait même pu en faire le porte-drapeau de la délégation française, tant l’intéressé semble au mieux de sa forme ces derniers mois, malgré quelques nuages qui s’amoncellent au-dessus de la tête du champion.

Avant de revenir sur les derniers soubresauts de l’épreuve individuelle concernant la nomination très contestée de T. Coulhon à la tête du Hcéres et le recours devant le Conseil d’État, place à l’actualité et zoom sur l’épreuve du conflit d’intérêt en bande organisée.

Continuer la lecture

ALERTE. Un recours en annulation contre la nomination de T. Coulhon et du collège a été déposé auprès du Conseil d’État

En passant

Hcéres : recours en annulation au Conseil d’État contre la nomination de T. Coulhon et du collège

  • Dépêche Newstank, Paris, 5 janvier 2021 à 17 h 10 – Actualité n° 204184 – [EXTRAITS]

Onze enseignants-chercheurs titulaires déposent au Conseil d’État une requête en annulation de deux décrets concernant le Hcéres pour « excès de pouvoir », le 04/01/2021.

Les onze enseignants-chercheurs requérants se disent issus « tant des sciences exactes et expérimentales que des lettres, arts, sciences humaines et sociales, ou du droit » et avoir « répondu à l’un ou l’autre des appels à candidatures lancés par la ministre de l’Esri « en vue de pourvoir la fonction de membre du collège du Hcéres appelé à exercer la fonction de président” ».

Selon les requérants, de façon plus générale, cette requête « participe au combat contre une vision dépassée de l’évaluation, qui contredit les intérêts mêmes de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Par ailleurs, elle « témoigne, enfin, du gouffre qui sépare aujourd’hui les managers de l’enseignement supérieur et de la recherche et celles et ceux qui font vivre ce service public au quotidien. Faute de tout dialogue, le terrain contentieux s’impose désormais comme l’une des rares voies à disposition pour faire valoir des arguments auxquels le gouvernement reste sourd ».

Il est complémentaire des autres actions actuellement en cours, en particulier le « refus de toute participation aux procédures d’expertise demandées par le Hcéres ».

« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture

Préférer ne pas. Pourquoi et comment refuser d’être évalué∙e par le Hcéres

« Présidence du Hcére: le projet qu’avait présenté Thierry Coulhon au MESRI et au comité de sélection », Newstank, article n°198790, 10 novembre 2020

La résistance #ResistESR — résistance aux décisions de la Commission mixte paritaire fixant les formes de la loi désormais « scélérate » dite de programmation de la recherche 2021-2030, à la nomination entachée de conflits d’intérêts — se réorganise désormais rapidement. La suppression de la qualification et l’invention du délit « d’atteinte à la tranquilitié et au bon ordre des établissements », puni jusqu’à trois ans de prison et 45 000€ d’amendes ont achevé de raviver la flamme endormie avec le chaos de la rentrée. Academia invite les membres de la communauté universitaire à présenter dans ses pages toute initiative locale susceptible d’être reprise ailleurs. Commençons, avec Rennes-2, par ne plus répondre aux attentes collège du HCERES, dont son désormais président Thierry Coulhon juge que c’est du « travail de qualité, non contestable, mais menacé de vanité » (Newstank, 10 novembre 2020) et que même « les DG du Ministère ne lisent pas les rapports du Hcéres ».

Que rédiger un rapport Hcéres, pour Academia, Camille Noûs et Thierry Coulhon, relève bien, selon le concept popularisé par David Graeber, d’un « bullshit job ».

https://www.flickr.com/photos/mikecogh/14759733468/in/photolist-ouguxf-Gxr7ai-VVP3-PgGXXU-29DMS41-2bE4mym-sSCCR-edGaCF-J8t12P-wgSZLh-212xpze-2bdby2z-FUce2o-25RCbC1-24yi9Ee-28eD3kd-2dG5UHn-9caLD8-Kscige-JTfLe4-LMtNS5-2fA5FzV-M4f6n9-29ZFSf6-FXY9z9-J18ZNV-24qbsUE-2b1x836-23fMprB-2eBTroE-24uFhxr-XkyoSB-SFXiWW-2dUyD94-9nQLYm-yj83k-25zAia3-d2PFdG-2cq2hZA-27UzQyh-SSeJSv-azA5Ky-Hrvfbz-2F3NSm-bJ9dD6-QGcNCv-JLpKW4-iExFdj-3aSPsc-281AV6J/

Young trees (c) Michael Coghlan, 2014


  • par Camille Noûs, Université de Rennes-2

Le 1er novembre, Emmanuel Macron a nommé Thierry Coulhon à la tête de l’Hcéres, alors même que le conflit d’intérêt de la candidature du conseiller du président est évident et qu’une majorité de parlementaires s’est prononcée contre sa nomination. Cette décision achèvait de délégitimer une instance d’évaluation dont l’inutilité pour le bien commun est évidente puisque les évaluations de l’Hcéres ne sont pas là pour aider les composantes en difficulté à régler des problèmes qui trouvent généralement leur origine dans le manque de moyens pérennes.

La vague B des évaluations Hcéres en 2020-2021 concerne 70 établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, 484 entités de recherche, 1379 formations et 41 écoles doctorales.

Nous avons commencé à voir venir cette “vague” d’évaluation fin 2019, en même temps qu’une grande partie du pays s’opposait au projet de réforme du système de retraite et que la communauté universitaire commençait à s’inquiéter de la LPPR qui s’annonçait. Nous n’étions évidemment pas imperméables à la situation. La vague s’est rapprochée au premier trimestre 2018 alors qu’il fallait commencer à compléter les dossiers d’auto-évaluation, que la mobilisation contre la LPPR s’amplifiait et que le Covid-19 se rapprochait. Le tout alors que comme d’habitude beaucoup d’entre nous font de nombreuses heures complémentaires d’enseignement pour combler l’absence de recrutement pérennes. Bref, tout ça pour dire que nous n’avions pas que ça à faire et que cette vague charriant des tableaux excel à n’en plus finir achevait de nous mettre la tête sous l’eau.

Continuer la lecture

Pleine page dans Le Monde pour Thierry Coulhon et le Sénat

La fabrique de la loi #62

← Article précédent

Article suivant­ →

Une pleine page dans Le Monde daté du 3 novembre 2020 (page 12) : qui s’y serait attendu ?

Par une enquête de David Larousserie et un article de Hervé Morin, le quotidien le plus lu des président·es d’université et des parlementaires fait le choix de traiter simultanément de la nomination du conseiller de l’Élysée Thierry Coulhon à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, d’une part, et des trois nouveaux articles introduits par le Sénat dans la loi de programmation de la recherche à propos des restrictions aux libertés académiques, de la création du super-délit d’intention d’entrave aux débats et de la mise à l’écart du Conseil national des universités, d’autre part.

Ce choix éditorial est fort et courageux. Il fait surtout sens : ces deux évènements sont autant de signaux d’une seule et même érosion accélérée des libertés académiques en France, qu’il ne faut plus chercher à contrer isolément. C’est l’objectif même de l’appel collectif pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier, dont la signature est prolongée jusqu’au 8 novembre.

Après l’article au vitriol que lui avait consacré Libération le 20 octobre, il est sûr que pour sa première pleine page dans Le Monde, Thierry Coulhon aurait rêvé mieux. Comme il avait sans doute rêvé mieux de ses deux auditions au Parlement du 21 octobre, qui, comme toutes les prestigieuses auditions faites sur le fondement de l’article 13 de la Constitution, auraient dû représenter le sommet public de sa carrière.  Elles se sont transformées en cauchemar.

Chacun aura en tout cas noté l’extraordinaire silence officiel qui accompagne la nomination de Thierry Coulhon : pas un communiqué de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ; pas un mot du Premier ministre ou du Président de la République ; pas une ligne de la Conférence des présidents d’universités, en dépit des appels de phares de François Germinet. Et quelques très rares félicitations, sur Twitter, de personnalités de second plan, tout à fait noyées dans la grande colère exprimée par les collègues, sous le hachetague #CoulhonDemission. Voilà une nomination bien honteuse, pour un président que cette affaire va poursuivre durant tout son mandat.

Quoiqu’il en soit, si l’on ajoute à cette pleine page du Monde la parution hier coup sur coup, sur le site Internet de ce même journal, de deux tribunes importantes sur les libertés académiques – l’une provenant de chercheur·es et enseignant·es-chercheur·ses, l’autre de 157 revues -, alors on peut dire que la séquence terrible que l’on est en train de vivre aura eu une vertu insigne : la mobilisation qui dure depuis un an, dont les précaires de l’ESR auront été les fers de lance, a fait boule de neige. Academia, à leurs côtés depuis le début, les en remercie chaleureusement.

https://www.flickr.com/photos/krlosojeda/16990853193/in/photolist-rTqyGH-m6w7Tx-2gsboyu-2iXPX2h-NqPoeS-2jXrfc5-Lci2C5-2ibqKBj-2hYCVrn-2iWjx58-2jFMs54-shAFpa-2jGJAMr-27QJCSD-sNdh7y-J4ebet-LfQuSN-2iwidpo-2hQCUtN-2drXixs-2izouAD-ZaGS5S-7Fzprs-PXpFfn-56fVuY-nHTW9o-QsAUiz-xFzezo-frUEC5-G2Nfsm-CcSQ9k-2gsb5Wp-7TTfhu-71RcJE-2in7g2J-pevVQp-4WWtjJ-2447Fyd-4vxLTt-WfW1ep-rnbPq5-CD5wmz-JHH3pF-dJpXKz-a1YR5U-wdVaiT-Y4snYS-a5DyE1-daU7iR-4Bjwbm

Cimetière à bateaux, Lanester (c) Carlos Ojeda, 2014

Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget

Visuel officiel du mouvement Strajk Kobiet/Grève des femmes

Alors qu’en France, le Sénat vient d’ajouter des amendements jugés insupportables et dangereux par les universitaires — 147, intention de délit d’entrave ; 150, suppression de la qualification; 234, libertés académiques soumises aux valeurs de la République — le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a décidé d’utiliser le budget comme arme politique, privant d’une partie de leur budget les universités qui ont autorisé leurs étudiant·es à participer aux mobilisations en cours contre la restriction de l’accès à l’IVG. En effet, depuis plusieurs jours, des manifestations monstres ont lieu dans toute la Pologne depuis la décision d’interdire l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, ce qui représente à ce jour environ 98% des IVG réalisées légalement en Pologne, les trois raisons pour une IVG légale étant jusque là : une malformation grave du fœtus, un risque pour la vie de la mère, une grossesse résultant d’un viol.  En Pologne et France, les temps sont décidément durs pour les libertés académiques et la lutte contre les discriminations.

Update. 30/10/2020

Traduction, introduction et recherche iconographique: Andrea Goulet

Strajk kobiet/Grève des femmes. Le Ministre coupe des subventions 

  • par Marcin Łukasik, money.pl, 30 octobre 2020

L’année dernière, le ministère de la recherche a attribué 13 milliards de zlotys aux établissements supérieurs sous sa tutelle pour l’enseignement et la recherche, soit environ 40 millions de zlotys par établissement. Le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a annoncé que 15 établissements seraient privés de nouveaux financements. C’est la sanction pour avoir permis aux étudiants de participer aux manifestations contre la décision du Tribunal Constitutionnel restreignant le droit à l’avortement.

Ministre de l’éducation et des sciences Przemysław Czarnek (à droite). (Photo : PAP/Wojciech Olkuśnik, Wojciech Olkuśnik)

Continuer la lecture

Faire usage du droit : les suites de la nomination de Thierry Coulhon

La fabrique de la loi #60

← Article précédent

Article suivant­ →

Maintenant que la nomination du conseiller du président de la République Thierry Coulhon à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur est définitive, Academia s’engage donc, comme promis, dans diverses demandes de communication de documents administratifs afin de comprendre les conditions exactes dans lesquelles cette nomination s’est faite. Les documents demandés à la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dont la communication de la plupart d’entre eux dans un délai de deux mois ne devrait poser aucune difficulté puisqu’elle est de droit, sont listés ci-dessous. Des demandes du même ordre sont adressées au secrétaire général de l’Élysée, ainsi qu’au secrétariat général du Hcéres.

Ces démarches sont d’abord et avant tout destinées à documenter au mieux cette période qui nous semble charnière pour la protection des libertés académiques en France.

https://www.flickr.com/photos/thieulson/50339827528/in/photolist-2jGmLUQ-J2rs3C-841852-61Mdyz-61RpsY-c8eNp-LMZhRo-cqbJEA-TiZS9i-aad1A7-4K9wiY-bAViEx-Cym6gm-6pEL7Y-35k2a-q94Ys5-cvA3ad-DVY6UB-2jgxAUk-aeyWNk-2h5xMLp-SP5Qj5-RBvNQE-333LKm-bEfgy5-8snHRr-dbRGPy-2hmHuLj-Yuses4-dbRGAM-4uvfvM-veCmt-v7617-vAXz5-veDkX-veDkV-veDkT-v75ed-veCmu-vAXz6-vAXh2-xrkT2-2hW1fVw-avLQJZ-7RJubb-9hZ9AA-eSP6V1-2j71jPY-oJmPSy-2hXUGrM

Rabot (c) Thieuson, 2020

Ces démarches sont en particulier indépendantes de toute forme de recours pour excès de pouvoir que des collectifs jugeraient utiles d’engager devant le Conseil d’État — le délai est de deux mois à compter d’aujourd’hui — et qui nous semblent avoir une petite chance d’aboutir.

Rappelons d’ailleurs les principaux arguments qui pourraient être identifiés à ce stade1, dans un tel recours :

Continuer la lecture

  1. La liste peut être complétée. Academia vous y invite ! []

Blitzkrieg. Le conseiller du président de la République nommé à la tête de l’instance d’évaluation de la recherche

La fabrique de la loi #59

← Article précédent

Article suivant­ →

Blitzkrieg ? En cette veille des morts, le goût de cendres tient plutôt à l’acharnement d’un homme de pouvoir pendant de longs mois contre une conception de la recherche fondée sur l’intégrité et la collégialité, à moins qu’il ne s’agisse de la marque ultime de l’abnégation et du service rendu au suzerain.

Par un décret paru au Journal officiel de ce dimanche 1er novembre, le président de la République nomme son propre conseiller, Thierry Coulhon, à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). Dans un décret à part, les trente nouveaux membres du collège sont également désignés.

Alors que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, épuisée par des mois de contestation ignorée, est de nouveau vent debout depuis jeudi, tanguant comme rarement elle a tangué depuis l’affaire des amendements sur les libertés académiques, sur le Conseil national des universités et sur la sur-pénalisation des intentions d’entraver les débats, le président de la République a choisi de ne pas se cacher : en procédant, dans un contexte d’immense protestation dans les établissements, à la nomination directe de l’un de ses proches conseillers à la tête de l’instance chargée d’évaluer l’enseignement supérieur et la recherche et d’agir sur la répartition des crédits entre les structures, il affiche son mépris gigantesque pour l’élaboration libre des savoirs en France, et les conditions collégiales et indépendantes dans lesquelles celle-ci doit se faire.

https://www.flickr.com/photos/66246002@N00/8767348389/in/photolist-emJXe8-ohhoC3-o3893-p5H824-oGS4fn-oRzknu-opLoQr-p2g53D-owt8X2-5YPxsE-nRP4Nj-oGSdck-o2Mp8K-86BHvQ-nS6VVo-p6LFPo-9saN3P-p5H8rc-ofNkBs-oncwFX-oncxdt-pmothy-oLWgrQ-nDuR42-pndmFF-nXwLoM-ongGkS-nRTiw4-pnbLeo-nBDDhx-oGeAvr-5nByc-nZT7oS-os9uDS-ohKqkZ-ocFLek-ocFVJm-p5JhXT-pmW5UD-p5JiF6-6JdiT8-oH6WfU-p5H6D4-4itFh-oQ6THR-4B36bm-2hQxCKE-dQWFXM-dQWFXR-9wsGRX

Jackdrill (c) Jesus Figueroa, 2012

Cette nomination de Thierry Coulhon poursuit donc une séquence terrible pour les libertés académiques, après les attaques contre l’université de Jean-Michel Blanquer de la semaine dernière, puis l’adoption par le Sénat, vendredi, du projet de loi de programmation de la recherche dans une version nettement durcie. Face à cette multiplication épuisante des fronts, l’appel collectif pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier est plus que jamais d’actualité, et nous pouvons que renouveler les appels à sa diffusion la plus large.

Car ce sont rien moins que les commandes du réacteur de l’enseignement supérieur et de la recherche pour les années à venir, le pilier du modèle de « l’évaluation par la performance », qui sont désormais confiées à Thierry Coulhon, alors même que, de la LRU à la LPR en passant par ORE, celui-ci est incontestablement le principal idéologue coupable de la destruction du service public national de l’enseignement supérieur et de la recherche des quinze dernières années.

C’est très inquiétant. Cela l’est d’autant plus que cette nomination se fait dans des conditions scandaleuses, et à rebours de toutes les pratiques internationales en matière de nomination à la tête des instances d’évaluations académiques. Rappelons une fois encore les problèmes déontologiques graves qui entachent la nomination de Thierry Coulhon, les manoeuvres d’un an, l’avis très critique du collège de déontologie du ministère de l’enseignement supérieur, et les trois procédures successivement suivies. Rappelons aussi l’avis-négatif-à-plus-de-50%-mais-pas-aux3/5e rendu par le Parlement le 21 octobre. Mais de tout cela, le président de la République n’en a de toute évidence cure.

Quand cesseront-ils donc de mépriser la recherche et l’université ? Quand comprendront-ils que ce n’est pas ainsi que l’on élabore de la recherche de qualité capable d’aider à répondre aux problèmes sur le long terme ? Quand comprendront-ils que s’attaquer aux libertés académiques est, toujours et dans toutes les sociétés, l’une des premières marques de temps sombres qui s’annoncent ? Et que protéger ces libertés est l’un des premiers piliers de la démocratie ?

Et quand la communauté de l’ESR dans son ensemble cessera-t-elle d’être dans le déni et fera-t-elle vraiment front commun ?

Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

English version
Signataires (actualisés en temps réel)

Pour soutenir à titre collectif (mail, ou utiliser la fonction commentaire)  →
Pour soutenir à titre individuel

UPDATE  6/11/2020. La CP-CNU, au vu du comportement de la Ministre depuis de longs mois à l’endroit des universitaires et de leurs instances représentatives, interoge le Président de la République sur le bien-fondé du maintien en poste d’une Ministre qui « a provoqué une crise de confiance et un désordre sans précédent dans le monde de la recherche ».

UPDATE 1/10/2020. Thierry Coulhon, conseiller du président Macron, vient d’être nommé président du Hcéres au mépris de la légalité et de la déontologie. Rien n’arrête ce gouvernement.

UPDATE 31/10/2020. Les craintes formulées dans cet appel, rédigé le 27 octobre, ont malheureusement été confirmées en tout point lors de l’examen au Sénat du projet de loi de programmation pour la recherche, du 28 au 30 octobre.

Non seulement l’instance nationale élue et collégiale, le Conseil national des universités assurant la représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses, est mise à l’écart du recrutement de l’intégralité des professeur∙es des universités, et d’une partie des maîtres∙ses de conférences ; mais en outre, pour la première fois dans l’histoire de l’université française, les libertés académiques sont subordonnées à des valeurs politiques, formulées en termes très vagues. Il ne fait plus de doute : les libertés académiques sont gravement en danger en France aujourd’hui, n’en déplaisent à celles et ceux qui préfèrent agiter de vieux fantasmes venus d’un autre temps.

Cela confirme l’importance de l’appel initié par l’équipe de rédaction d’Academia, carnet de veille et d’analyse des conditions d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, désormais porté par plus de 74 revues de recherche, et un nombre important de sociétés savantes, de collectifs et de syndicats français et étrangers, dont les soutiens ont été réunis en moins de quarante-huit heures. Nous faisons donc le choix de le maintenir à la signature jusqu’au 8 novembre 2020, et appelons à sa diffusion la plus large.


Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

Nous, membres des universités et des établissements publics à caractère scientifique et technologique, syndicats, sociétés savantes, revues et collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), sonnons l’alerte contre la dégradation générale de l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France, dont le projet de loi de programmation de la recherche, qui sera examiné cette semaine au Sénat, n’est qu’une des facettes.

Ces derniers jours, cette dégradation s’est exprimée de manière patente.

Elle s’est explicitement manifestée dans les propos du ministre de l’Éducation nationale qui, dans la lignée des soi-disant « analyses » du président de la République du 10 juin 2020, a accusé les universitaires de « complicité intellectuelle du terrorisme », fruit d’un « islamo-gauchisme » qui « ravage » l’enseignement supérieur. Que voulait dire M. Blanquer lorsque, ce jeudi 22 octobre 2020 devant la commission des lois du Sénat, il envisageait de définir « une matrice initiale, parfaite, impeccablement réglée » pour les enseignements délivrés à l’université, considérant qu’« il s’agit de voir ce qui se passe, pour de vrai, dans les enseignements qui sont donnés » ?

Cette dégradation découle aussi du projet du président de la République de nommer l’un de ses plus proches conseillers à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, au terme d’une procédure entachée de graves conflits d’intérêts, et alors même que cette autorité est appelée à jouer, dans les années à venir, un rôle de premier plan, dans la mesure où une part toujours plus importante des ressources de l’ESR sera corrélée aux évaluations faites, précisément, par ce Haut Conseil.

Cette dégradation découle également, bien sûr, de la loi de programmation de la recherche en passe d’être adoptée par le Parlement, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, à la fois par l’affaiblissement des protections statutaires et la généralisation des primes et des financements orientés.

Cette dégradation découle, enfin, de la précarisation générale des conditions de travail dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, que la crise sanitaire et sa gestion chaotique par le ministère rendent tout particulièrement manifestes. Sans doute cette précarisation représente-t-elle même la plus directe de toutes les attaques contre nos libertés académiques, dans la mesure où celles-ci supposent, comme le rappelle l’article L. 123-9 du code de l’éducation, des « conditions de sérénité indispensables à la réflexion et à la création intellectuelle ».

Voilà quelques-uns des signaux convergents de l’érosion accélérée des libertés académiques en France.

Qu’on ne s’y trompe pas : ce ne sont pas seulement les agents de l’enseignement supérieur et de la recherche publics qui se trouvent ici attaqué·es, mais les modes mêmes d’élaboration des savoirs, dans leur nécessaire pluralité, et en particulier des savoirs critiques dont les élu·es, les associations et les citoyen·nes se saisissent parfois ― c’est vrai et la diffusion élargie des résultats de nos recherches fait partie de nos missions les plus gratifiantes ― pour contrer, par des discours argumentés, les fractures que font naître, dans le corps social, les simplifications en tous genres, racistes notamment, et, plus généralement, pour contribuer à la formulation des réponses ― y compris politiques ― aux problèmes contemporains.

Mais il est temps, maintenant, de contrer collectivement ces évolutions. Non pas contrer chacun de ces signaux pris isolément, mais contrer le faisceau qu’ils forment tous ensemble. Il est urgent, même, de le faire maintenant, car ces derniers jours d’octobre 2020 représentent un moment charnière.

Jeudi 29 et vendredi 30 octobre se tiendront les ultimes débats au Sénat sur le projet de loi de programmation de la recherche. C’est donc maintenant ou jamais que les libertés académiques doivent être remises au cœur du projet de loi.

C’est cette semaine aussi que le président de la République peut encore renoncer à son projet de nommer son propre conseiller à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

C’est cette semaine, enfin, que Madame Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, doit se résoudre à assumer pleinement la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique que les ministres européens de la recherche ont adoptée le 20 octobre 2020 et qui rappelle que la liberté de la recherche scientifique suppose « le droit de définir librement les questions de recherche » et le droit « de choisir et de développer toute théorie […] pour interroger les idées reçues ».

C’est maintenant que ces décisions doivent être prises, car la suite s’annonce pire encore. Nous sommes très inquiètes et inquiets des atteintes aux libertés académiques susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, dont l’examen en Conseil des ministres est programmé pour le 9 décembre prochain. Quelle signification accorder, en effet, aux dernières « sorties » de M.  Blanquer, encore confirmées dans le Journal du Dimanche du 25 octobre, sinon d’être des « ballons d’essai » pour ce projet de loi ? Nous savons d’ores et déjà aussi qu’à l’occasion de ces mêmes débats, le droit des hommes et des femmes à étudier – indépendamment de toute considération vestimentaire – dans les universités françaises risque d’être remis en question par des mesures discriminatoires.

http://jlggb.net/blog4/?tag=vincennes

6 juin 2015, Bois de Vincennes. Crédit : jlggbblog4

En dépit de la fatigue des collègues mobilisé·es depuis des mois pour la défense du service public de la recherche et de l’enseignement supérieur ; en dépit d’un semestre universitaire qu’il nous faut gérer dans des conditions dantesques ; en dépit des autres initiatives en cours, que nous appelons à rejoindre1, nous sonnons l’alerte générale sur l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France.

Nous avons encore espoir que cette alerte sera entendue.


Premiers signataires

Soit 6 laboratoires, réseaux et fédérations de recherche, 16 sociétés savantes, 11 fédérations ou organisations syndicales, 6 collectifs académiques, 93 revues savantes, en France et hors de France

En vert, les soutiens apportés à partir du 30 octobre 2020. En violet, à partir du 26 novembre 2020

Nous avons créé une plateforme de soutien ouverte à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui souhaiteraient soutenir notre appel à titre individuel.

Continuer la lecture

  1. Cf. la pétition collective « Suspendons la loi de programmation de la recherche : notre société exige beaucoup mieux ! » (https://rogueesr.fr/une_autre_lpr/) que nous appelons à signer de toute urgence. []

Game over. Newsletter du 19 au 25 octobre 2020

Nous y sommes.

La fin de la récré a sonné.

Voilà des mois que nous, étudiant∙es, universitaires, BIATSS, chercheurs,  encaissons des initiatives, des dispositions législatives, des circulaires, des discours : loi Ore, Parcoursup, 25 milliards, l’absurdité du temps de recherche passé à chercher de l’argent pour mener ses recherches jusqu’au scandaleux récent appel à projet dit  réhabilitation des bâtiments universitaires.

N’en jetez plus.

Voilà plus de dix mois qu’Academia s’est déclarée « en grève », assure une veille de l’actualité de plus en plus insupportable, propose des analyses, et s’échappe de l’enfer grâce à sa AcademiaStrikePlaylist et à l’humour de Fred Sochard, de Dr Animula, des collègues et de sa rédaction.

Il est vrai que, quelquefois il n’y a plus que l’humour devant la malignité et la bêtise.

La semaine qui vient de s’écouler a jeté une lumière parfaitement crue sur l’isolement du gouvernement et sur ses ultimes manœuvres tentées pour conserver le pouvoir. Décryptage

https://www.flickr.com/photos/92324836@N00/172116351/in/photolist-gd9ci-ftV1P5-ir3Rv-ajsW9W-irYJk8-9evn4A-eyKHca-yYucP4-ieAEuN-6t9Wbi-ukSm7-7dBTbr-9f3L2n-21NWh-85EF6a-2zyA-5tfkin-6WrXvt-9ekLU5-dXZ3S-4P8oGy-cCSWmh-e5b4xn-5kJjxx-9f3LcR-bDHqgJ-7DyMQk-dbiwTi-MLw1E-9z5euW-9uqDnN-iDqXwj-esywHY-6b4EuY-4rZ8MT-6UTB9n-wYNsNW-2gkhkEn-5X5GSf-6wGrcB-uU5FE-eKtQU-4sHr2v-6rYJYU-8SziVf-8LGCeS-CuRis-KunoUP-y9j3B-4k8CMB

Game over. An interior of the great bonnaroo classic video arcade
© Jumpy_Sicilian, 2006

Continuer la lecture