À Uppsala, l’université ferme le département de neurologie suite à des sérieux problèmes de gestion financière et de harcèlement moral et sexuel

Informée des problèmes touchant à l’environnement de travail insolubles, l’université d’Uppsala a décidé de fermer le département des neurosciences. Plusieurs employés dénoncent une culture du silence et affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel, #MeTooESR

Le 29 octobre 2021, la région et la direction de l’université ont fait savoir qu’iels cherchaient une solution qui donne à la recherche et à l’enseignement les meilleures conditions pour continuer à se développer positivement et que la fermeture du département de neuroscience était envisagée.

“L’objectif est de trouver une solution qui renforce les activités dans un nouvel environnement fonctionnel offrant de bonnes conditions pour la poursuite du développement et où les gens se sentent à l’aise et veulent travailler”, *

explique le vice-recteur Mats Larhed, en charge du processus et est en dialogue permanent avec le vice-chancelier.

Le département des neurosciences, créé en 1998, résulte de la fusion de plusieurs petits départements cliniques et précliniques, ce qui était jugé intéressant et positif par les chercheurs de l’époque. Il compte aujourd’hui près de 150 personnes. Plusieurs défis administratifs, tels que les différents systèmes de suivi, ont été résolus au fil des ans, mais certaines difficultés subsistent. Cependant, lors de l’évaluation des environnements de recherche de l’Université, KOF17, réalisée en 2016-2017, il est apparu que le département était aux prises avec des problèmes insolubles d’environnement de travail. Des mesures ont été prises, mais les problèmes ont persisté, affectant, entre autres, la capacité du département à prendre et à mettre en œuvre des décisions. Conflits entre groupe à propos du budget, comportements toxiques qui ont affecté le bien-être et la performance au travai, même si elle n’ont pas concerné l’ensemble du personnel, elles ont eu collectivement un impact négatif sur l’institution qui entendait développer la formation, la recherche et la collaboration.

Biomedicinskt centrum, Upsala Universitët

Au printemps dernier [2021], il a été décidé d’introduire un responsable externe, faute d’accord sur une candidature interne. Lars Rönnblom, ancien chef de service expérimenté dans le domaine scientifique, s’est vu confier cette mission. Après avoir considéré plusieurs options, il a été jugé que la dissolution du département est considérée comme la meilleure solution, tant par la direction de l’Université et celle de la région, que par les employés du département, comme ayant les meilleures chances de résoudre la situation à long terme. En parallèle, les cas personnels ont été examinés ; les personnes concernées se sont vues offrir soutien et accompagnement. Toutefois cette décision n’est pas consensuelle, certains jugeant que cette extrémité n’était pas nécessaire. .

Pour le vice-chancelier adjoint Mats Larhed, interrogé par Anneli Waara,  l’objectif est clair : il faut donner à la recherche et à l’éducation les meilleures conditions possibles.

“Et je tiens à souligner que de grandes parties du département mènent des activités de recherche et d’enseignement de grande qualité, il ne s’agit pas d’une disparition des activités. Nous voulons vraiment trouver une solution pour le bien de tous,”, précise-t-il.

La dissolution du département ne devra pas affecter les groupes de recherche, pas davantage que les cours ou le planning des salles de cours.

Après cette date, une procédure visant la dissolution du département s’est tenue: consultations début novembre, évaluation des risques pour l’environnement de travail le 17 novembre. Le 15 décembre, le comité disciplinaire de la faculté répartit les équipes, afin que le vice-chancelier puisse prendre la décision de fermeture le 16 décembre 2021.

Capture d’écran du site web du Département de neurosciences, Université d’Upsala, 24 décembre 2021

L’université a fait ainsi savoir qu’elle prenait cette décision en raison de tensions “liées aux finances et à des problèmes d’environnement de travail insolubles”. Pourtant selon le journal Dagens ETC, qui a été en contact avec des employés du département, il y a également eu du harcèlement sexuel, des brimades et des abus de pouvoir. Entre autres choses, les doctorantes auraient été classées en fonction de leur sex-appeal et auraient subi des avances malvenues de la part de leurs collègues masculins.

Les personnes auxquelles Dagens ETC a parlé témoignent également d’une culture du silence ; elles ont ressenti la peur de voir leur carrière détruite si elles parlaient ouvertement de leur expérience au sein du Département. Les personnes interrogées parlent également de la façon dont les doctorant·es ont connu un traitement favorable ou défavorable, et ont été menacés de se taire.

Selon l’université, les équipes de recherche et la service de la formation seront incessamment transférées à d’autres départements. Selon le CTE de Dagens, certains chercheurs seront “réaffectés”1

  1. NDLR: doute sur le sens de ce dernier mot : “suspendus”, “licenciés”? []

#MeTooENS : après Lyon, les élèves de l’ENS Ulm dénoncent un agresseur

Update: 29/11/2021

En début de semaine, rue d’Ulm et rue Erasme, des tags féministes sont apparus, désignant comme un agresseur sexuelle directeur d’études Lettres de l’École normale supérieure. Alertée par un témoignage la direction de l’établissement a pris très rapidement des mesures.

NDLR: Capture d’écran du 16/11 d’un compte twitter fermé le 29/11.

Continuer la lecture

Étudiantes contre violences sexistes et sexuelles : une rentrée engagée

Des réalisations mettent à l’honneur le travail du collectif Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L’Enseignement Supérieur, qui commente durement l’action en demi-teinte du Ministère en la matière.

Le podcast Thésard-es, produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier, explore le travail des doctorantes et des doctorantes, et les difficultés qu’iels surmontent. Pour sa nouvelle saison (2), Thésard-es, produit par se propose d’y ajouter quelques émissions thématiques et commence avec une invitation des membres du Clasches.

 

Autre réalisation à partir du guide de Clasches (73 pages) pour Paris-1, le tract conçu et réalisé par le Collectif fémniste de Paris-1 (version .pdf)

Merci et bonne rentrée féministe !

 

Communiqué du Collectif féministe contre le viol concernant l’accompagnement des victimes de violences sexuelles dans l’enseignement supérieur

Communiqué du Collectif féministre contre le viol (27.07.2021):

Les revendications du CFCV concernant l’accompagnement des victimes de violences sexuelles dans l’enseignement supérieur

Nous constatons des lacunes en matière de lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

En effet, les procédures disciplinaires devant être mises en place en cas de situations de violences sexuelles ne placent pas la victime et l’agresseur sur un même pied. Ce qui peut décourager les victimes à entreprendre légitimement des démarches pour être protégées et faire valoir leurs droits.

De plus, il subsiste une distinction injustifiée entre les établissements publics et privés en matière de prévention et de traitement des violences sexuelles. En effet, les établissements  privés ne sont pas soumis aux mêmes contraintes et obligations que les établissements publics.

Tous ces manques développent chez les agresseurs un sentiment d’impunité. Nous souhaitons donc que les règlements qui prévoient des mesures en matière de lutte contre les violences sexuelles soient non seulement améliorés mais aussi applicables à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur, privés et publics confondus.

1. Améliorer les règles qui définissent les obligations des établissements publics en matière de lutte contre les violences sexuelles, en particulier la circulaire n°2015-193 sur « la prévention et le traitement du harcèlement sexuel dans les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche » et le code de l’éducation qui précise les procédures disciplinaires prévues

  • Prévenir et traiter les « violences sexuelles» dans leur globalité et pas uniquement le « harcèlement sexuel ». Le harcèlement sexuel constitue aux yeux de la loi une infraction à caractère sexuel et une violence sexuelle tout comme le viol, les agressions sexuelles, l’exhibition, etc. La circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015 ne mentionne que le harcèlement sexuel. Ce qui peut, par exemple, laisser penser à une victime d’agression sexuelle ou de viol qu’elle n’est pas concernée par cette circulaire.
  • S’assurer de la mise en place effective dans chaque établissement de cellules compétentes en matière de prévention et de sensibilisation aux violences sexuelles. Si la circulaire demande à tous les établissements de « mettre en place des dispositifs spécifiques de prévention et de traitement du harcèlement sexuel », dans les faits, ces structures tardent à être établies. Aujourd’hui, ces cellules n’existent que dans trop peu d’établissements. Nous souhaitons donc l’application réelle des mesures de prévention prévues par la circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015. Des actions de prévention peuvent être, par exemple, menées à travers la diffusion de supports de communication, des campagnes, des interventions auprès des étudiants, la formation du personnel. Ces cellules doivent aussi être en mesure de prendre en charge des victimes de violences sexuelles pour les écouter, les orienter et les soutenir.
  • Rendre obligatoire le déclenchement d’une enquête interne lorsque les établissements ont connaissance de faits de violences sexuelles commis dans le cadre de l’enseignement supérieur. La circulaire n° 2015-193 du 25 novembre 2015 se contente de recommander fortement aux établissements publics de déclencher une enquête interne lorsqu’ils ont connaissance de faits d’une telle gravité. L’enquête est la première étape pour que des mesures soient prises rapidement pour protéger la victime. Elle est donc indispensable.
  • Rendre obligatoire la mise en place par les établissements des mesures conservatoires immédiates prévues par la circulaire afin de protéger la victime et qu’elle ne soit pas pénalisée dans la poursuite de ses études. Par exemple, en modifiant l’emploi du temps de l’agresseur pour s’assurer que la victime et lui n’aient pas de cours en commun.
  • Veiller à ce que la victime ait les mêmes droits que l’agresseur dans la procédure disciplinaire prévue par le Code de l’éducation. N’ayant pas des droits similaires, la victime et l’agresseur ne sont pas placés sur un pied d’égalité.

– Permettre à la victime de saisir directement l’instance disciplinaire sans avoir recours, comme actuellement, à un intermédiaire à savoir le chef d’établissement ou le recteur.

– Permettre à la victime de contester directement l’impartialité de l’instance disciplinaire ou de l’un des membres de cette instance. Actuellement, dans la plupart des situations, l’agresseur a cette possibilité contrairement à la victime qui doit passer par un intermédiaire.

– Permettre à la victime d’avoir accès aux pièces du dossier. Aujourd’hui, seul l’agresseur a accès aux éléments du dossier.

– Notifier à la victime la décision de l’instance disciplinaire comme elle l’est pour l’agresseur et ce afin d’assurer la sécurité et la protection de la victime. Actuellement, la victime ne peut être tenue informée de la décision uniquement lors de son affichage public. La victime est ainsi susceptible de rencontrer, lors de cet affichage public, l’agresseur ou ses proches. Il peut également être difficile pour la victime de se rendre à nouveau dans l’établissement et de devoir prendre connaissance de la décision dans un lieu public.

– Permettre à la victime de faire appel de la décision de l’instance disciplinaire si l’agresseur dispose lui aussi de ce droit.

2. Faire en sorte que les mêmes règles, tenant compte de nos revendications, soient applicables à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur (établissements publics ET privés). Aujourd’hui, contrairement aux établissements publics, les établissements privés ne sont soumis à aucune obligation légale en matière de lutte contre les violences sexuelles. Il leur revient seulement de définir leurs propres mesures dans leur règlement intérieur.

Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles. Continuer la lecture

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []

Gilles juge indispensable d’interdire les relations entre profs et étudiantes (ou étudiants)

Continuer la lecture

À l’université d’Angers, un professeur condamné pour violences sexuelles invité à parler d’égalité femmes-hommes. Communiqué de Clasches

 

Pour témoigner: http://clasches.fr/agir/

Les garçons innocents et l’obsédé coupable

Omerta mode d’emploi #4

← Article précédent

Article suivant →

 

  • par un collectif d’enseignantes-chercheuses

Les propos orduriers et les comportements graves et inadmissibles à l’égard d’étudiantes de Thomas Branthôme, MCF en histoire du droit, ont été très récemment exposés par Sylvia Zappi dans Le Monde1. Ils ont suscité beaucoup de réactions. Ce qui nous inquiète, c’est à quel point les réactions se focalisent sur son vocabulaire et ses expressions grossières, plus que sur son comportement lui-même, et les conditions qui lui ont permis de se conduire ainsi dans la plus totale impunité durant des années, entre l’Université d’Évry, Science Po et désormais Université de Paris.

Nous craignons que ne se mette en branle un mécanisme analogue à celui que décrit si bien Valérie Rey-Robert dans son ouvrage sur la culture du viol2 , et qui relève de la mythologie du viol que des théoriciennes et chercheuses déconstruisent depuis les années 19703 : plus on décrit le violeur comme violent, grossier, brutal, plus les hommes « normaux » se sentent dédouanés dans leurs petites manœuvres et petites pressions, leurs chantages feutrés pour extorquer des rapports sexuels—le violeur, c’est toujours l’autre, celui qui menace d’un couteau dans une ruelle obscure !4 Plus on nous décrit « l’enseignant-chercheur queutard » comme agressant verbalement des étudiantes avec des propos crus, plus les enseignants-chercheurs « ordinaires », juste modérément sexistes, avec des propos policés, s’autorisent à penser qu’eux, c’est différent : eux draguent leurs étudiantes, mais dans le respect…

Nous comprenons pleinement la stratégie des étudiantes et de la journaliste qui rapporte leurs témoignages: ces mots crus, orduriers, sont ce qui fait réagir l’opinion, qui serait sinon prompte à normaliser le comportement de Branthôme, ou à insister sur le fait qu’après tout, les étudiantes sont majeures et en mesure de consentir à une relation entre adultes… Faisant fi de la déontologie professionnelle et du fait que non, jamais, la relation entre enseignant et étudiante, même à l’université, n’est une relation entre égaux. Elle se construit nécessairement dans une relation d’autorité et de domination car même si on n’est plus directement dans une relation où l’un note le travail de l’autre, on peut toujours se trouver dans une relation où l’un peut nuire à l’autre : en refusant une lettre de recommandation, en le critiquant auprès de collègues ou de partenaires professionnels, bref, en limitant par différents gestes ses opportunités académiques et professionnelles…

The Wake Of The Angel. Elend

Continuer la lecture

  1. Voir, aussi, sur Academia, Harcèlement dénoncé à l’Université de Paris, 9 décembre 2020. []
  2. Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française, éditions Libertalia, 2020 []
  3. Martha R. Burt, 1980, « Cultural Myths and Support for rape », Journal of Personality and Social Psychology, 38 (2), p. 217-230 []
  4. Noémie Renoir, « Mythes sur les viols », en 5 parties, en ligne. []

Harcèlement dénoncé à l’Université de Paris

En passant

« Thomas B. professeur harcèle et agresse vos élèves » : une figure de la gauche intellectuelle mise en cause à l’Université de Paris

Une dizaine d’élèves ont contacté « Le Monde » pour accuser Thomas Branthôme, maître de conférences en histoire du droit. Provisoirement suspendu, il dément toute forme de harcèlement ou d’abus.

  • par Sylvia Zappi, Le Monde, 9 décembre 2020.

Le collage en lettres majuscules à la peinture noire, typique des collectifs féministes, s’est étalé le 21 novembre sur les fenêtres de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (Ensae) à Malakoff (Hauts-de-Seine), en face du campus de droit de l’Université de Paris : « Thomas B. professeur harcèle et agresse vos élèves », suivi d’un « Harceler enseigner » (« harceler n’est pas enseigner »). Derrière ce prénom et cette initiale, Thomas Branthôme, maître de conférences en histoire du droit qui enseigne dans cette université depuis 2014.

Photo postée sur le compte Twitter de l’association L’Amazone montrant le collage accusant l’historien du droit Thomas Branthôme.

Une dizaine d’élèves du même campus ont également contacté Le Monde pour mettre en cause l’enseignant. D’autres nous ont été signalées par une association féministe du campus et le collectif de colleuses L’Amazone. Des jeunes femmes de Sciences Po Paris et de l’université d’Evry nous ont aussi confié leur récit. Toutes font état de pratiques qu’elles ont ressenties comme du harcèlement sexuel, voire, dans au moins un cas, comme une agression sexuelle. Plusieurs ont alerté les autorités universitaires, qui sont en train d’instruire le dossier en vue d’une procédure disciplinaire. Aucune n’a saisi la justice pour l’heure. L’enseignant, de son côté, dément toute forme de harcèlement ou d’abus.

Photo compte Twitter, L’Amazone, 23 novembre 2020

« De plus en plus vulgaire »

A 38 ans, Thomas Branthôme est un spécialiste de l’histoire de la République, un intellectuel reconnu, régulièrement invité lors des universités d’été de La France insoumise, de la Gauche républicaine et socialiste – le parti de l’ancien membre du Parti socialiste Emmanuel Maurel. On le retrouve également dans la mouvance du média en ligne Le vent se lève et au comité scientifique du think tank Institut Rousseau. Dans toutes les universités où il a donné des cours, M. Branthôme connaît un vrai engouement de la part des jeunes, qui se pressent à ses cours.

Lire la suite sur Le Monde

Tweet de l’Institut Rousseau (@InstitutRousseau), 9 décembre 2020, 12h01

Sur le harcèlement à l’Université, voir également

Continuer la lecture

Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine

Alors que le Haut Conseil à l’égalité auditionne plusieurs collègues au sujet de la Loi de programmation Recherche, Academia republie un texte poignant paru sur le site Medium ,sous le titre DE LA TOUTE PUISSANCE DES PRÉDATEURS HAUT PLACÉS, le 7 septembre 2020. Nous le republions avec l’accord de son autrice.

Alors que la rentrée a lieu avec les étudiant·es dans quelques jours, que leur dire ? Comment briser l’omerta qui, à l’Université de Lorraine ou ailleurs, continuent de maintenir au pouvoir des prédateurs comme le directeur de thèse de Camille Zimmerman, des harcèleurs sexuels ou moraux, des violeurs, hommes et femmes ? Je dis omerta car, Academia en atteste depuis 2013, le harcèlement sexuel et moral est systémique à l’université. À chaque nouvel article, chaque nouvelle affaire, les collègues, souvent masculins, découvrent l’eau chaude et se demandent comment cela est possible. En dépit de leurs ravages, qui concernent en priorité les femmes et leurs carrières,  les violences psychologiques et sexuelles envers les membres de la communauté universitaire font l’objet d’un déni tout aussi constant.

Collages féministes Tours, septembre 2020

Comment mettre en œuvre une éthique professionnelle de la protection et non de la compétition ? Telle est la question que pose le texte de Camille Zimmerman. Étrange conflagration, à l’occasion d’un abominable suicide, entre le vote d’une loi concernant l’université et ses fondements idéologiques. Fondements idéologiques qui, si on en doutait encore, tuent. 

La publication de ce texte a donné lieu à une suite le lendemain : Omerta mode d’emploi.

  • Par Camille Zimmermann, ancienne doctorante de l’Université de Lorraine

[TW : Violences psychologiques]

[TW : Mention de suicide]

Ce texte est long, mais il mérite d’être lu. Il vous raconte ce que c’est que l’emprise.

Vous êtes autorisé·es et même plus que bienvenu·es à le partager largement.

— — — — — — — — — — — — — — — — — — –

Novembre dernier, j’ai pris la décision de quitter ma thèse et la licence dans laquelle je donnais cours pour les mêmes raisons qui ont poussé mon amie, que nous allons appeler « Ewilan », à mettre fin à sa vie.

Continuer la lecture

UTBM. Quatre mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel

Academia rapporte les affaires de harcèlement sexuel et de viol quand nous en sommes informé·es, notamment en cas d’appel. L’affaire qui touche un professeur de l’Université de technologie de Belfort-Montbeliard est ici jugée en correctionnelle.

Compte à rebours #8mars J-9 — Femmes en feu

En passant

« Nous sommes venues pour présenter la vitalité de notre vision du monde : dire qu’elle est politique, mais aussi inventive… et aimante. Qu’elle laisse la place aux gens. Voilà ce que nous sommes venues dire ».
Adele Haenel, venue présenter avec l’équipe de Portrait d’une jeune fille en feu, réalisée par Céline Sciamma, à la cérémonie des César, 28 février 2020

Continuer la lecture

Vice de forme? (VIII) Cadeaux de Noël

Le CNESER a publié deux séries de décisions de justice, après renouvellement partiel de juges siégeant en Commission disciplinaire.

La première, parue au Bulletin officiel du 14 novembre 2019, place Frédérique Roux, juriste et professeure des Universités la présidence de la Commission disciplinaire. Elle touchait un homme né en 1955  de l’Université de Montpellier-3, condamné en première instance à une suspension d’exercice de 6 mois et de privation de moitié de son traitement, en raison de son

comportement incompatible avec l’exercice des fonctions d’enseignement ayant troublé l’ordre et le bon fonctionnement de l’établissement, notamment en tenant des propos offensants et à caractère sexuel ou handiphobe ; qu’il lui est également reproché d’avoir diffusé des vidéos à caractère pornographique en cours portant ainsi atteinte à l’image de l’université ; qu’il lui est enfin reproché de contacter régulièrement une étudiante sur son téléphone portable et de lui adresser des SMS ambigus, faits qualifiés de graves en raison de la position hiérarchique de l’intéressé ainsi que de la vulnérabilité psychologique, physique et financière de l’étudiante, connue de l’intéressé.

 

L’appelant demande un sursis à exécution, la Cour n’y donne pas droit.

    *  *
*

 

La seconde publication, parue au Bulletin officiel du 19 décembre 2019, où l’on retrouve Mustapha Zidi, professeur de biomécanique à la faculté de Médecine de l’UPEC à la présidence de la Commission, prend quatre décisions intéressantes.
Continuer la lecture

Harcèlement et viols à l’Université : quelles solutions ? 

Update – 23 décembre 2019

Le mois de mai dernier, Lenaïg Bredoux et Sophie Boutboul font paraître sur Médiapart trois articles importants : À l’Université, la parole se libère enfin ; L’université Paris-1 secouée par deux affaires de viol ; Les raisons de l’impunité à l’Université. Academia invite ses lecteurs à en prendre connaissance et à les faire connaître. Pour ma part, je souhaite en proposer une lecture particulière : celle d’une femme qui a pris conscience tardive – en post-doctorat – du sexisme universitaire, de ses mécanismes, du silence, passif et actif, dans lequel il est tenu, et ses conséquences sur la vie des femmes de sciences – et sur la science telle qu’elle se fait. Le harcèlement, qui plus est le harcèlement sexuel et le viol, représentent à mes yeux des outils pour faire taire les femmes, et ce tout au long de leur carrière. Il est donc heureux de voir un grand journal comme Mediapart s’y intéresser dans le sillage de l’affaire #Metoo, avec des partis-pris éditoriaux surprenants, mais intéressants. Les trois articles ouvrent ainsi la voie à une réflexion pratique : comment en finir avec les viols et le harcèlement à l’endroit des femmes?

Pourquoi publiciser des “affaires de mœurs” universitaires?

« Affaires de mœurs » : voilà comment sont souvent dévalorisées les cas de violences sexuelles faites aux femmes ou aux étudiant.e.s à l’Université. Les considérer non comme des chiens écrasés, mais comme la source de nombreux problèmes, voilà le choix que fait Mediapart, dans le sillage de l’affaire Baupin : « Cette enquête en trois volets a été menée durant plusieurs mois. Son sujet est d’intérêt public, posant une question majeure de société, celle des violences sexuelles au sein d’institutions structurées par des rapports hiérarchiques et des relations de pouvoir. C’est évidemment le cas du monde universitaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Continuer la lecture

Sur la toile : sanction pour harcèlement sexuel d’une doctorante

Citation

Communiqué de Clashes du 12 juin 2018

Lutte contre le harcèlement sexuel à l’Université: une sanction qui doit en appeler d’autres

Le CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur) se félicite d’une récente décision de la section disciplinaire de l’université Lumière Lyon 2. Dans sa décision du 9 avril 2018 (ci-jointe), celle-ci a en effet reconnu le harcèlement sexuel et l’emprise exercés par un professeur sur une doctorante sous sa direction et a prononcé à son encontre 12 mois d’interdiction d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche, avec privation de la totalité du salaire. Cette décision est exemplaire à plusieurs égards.

D’abord, sur la forme, l’enquête disciplinaire et la décision font preuve d’une rigueur, notamment juridique, encore trop rare.

Ensuite, la section disciplinaire s’est appuyée sur le témoignage de la victime et 3 enregistrements, par la victime, de conversations téléphoniques, pour constater que « les faits rapportés concordent ». Attentive au respect du droit et de la réglementation, la décision motive solidement la validité juridique de la prise en compte des enregistrements. Elle rappelle ainsi que, contrairement à ce que l’on objecte trop souvent aux victimes, « des preuves existent ».

En outre, la décision met en évidence que le harcèlement sexuel s’est produit dans une configuration d’abus de pouvoir plus large de la part du directeur de thèse.

Enfin, il faut saluer la sévérité de la sanction prise, inédite pour des sections disciplinaires très souvent enclines à se contenter de « sanctions » symboliques en matière de violences sexuelles.

Si cette décision est exemplaire, c’est donc surtout en comparaison des nombreux dysfonctionnements qui caractérisent généralement les procédures disciplinaires. Elle ne doit donc pas conduire à penser que « tout est réglé » en matière de lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur. Au contraire, elle doit être le début d’une prise de conscience collective : il n’est plus acceptable que des auteurs de violences sexuelles demeurent impunis dans l’enseignement supérieur et la recherche !

Nous tenons enfin à saluer le courage de la victime et le soutien de certain.e.s de ses collègues et à rappeler qu’étudiant.e.s, doctorant.e.s, personnels précaires et, a fortiori, titulaires, doivent se mobiliser pour faire cesser les violences sexuelles dans l’ESR.

clasches.fr // clasches@gmail.com