Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ?

Au Sénat, 15 décembre 2021

Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’université est au coeur de notre société : la première n’est pas étanche aux courants qui traversent la seconde. Du reste, la controverse fait avancer la connaissance.
Néanmoins, depuis trop longtemps, des établissements sont perturbés sur des fondements partisans, idéologiques, voire extrémistes. Des enseignants-chercheurs et doctorants sont empêchés de mener leurs travaux.
Plusieurs voix à droite Et donc ?
Mme Frédérique Vidal, ministre. – Le Sénat ne s’y est pas trompé, puisque la mission d’information présidée par Étienne Blanc et dont le rapporteur était André Gattolin1 a enquêté sur les influences extra-européennes qui menacent les libertés académiques.
Nous avons refondu le cadre réglementaire de l’intégrité scientifique. Ma main n’a jamais tremblé quand il s’est agi d’envoyer une inspection ou de faire évacuer des perturbateurs. Et cela faisait trop longtemps que les mains tremblaient…
L’inspection générale a créé une mission d’appui aux établissements pour intervenir lorsque la liberté académique n’est pas respectée. (M. François Patriat applaudit.)

À l’occasion de la parution de L’islamogauchisme ne m’a pas tué, Academia revient sur la séquence des événements tels que les documente l’Inspection générale, missionnée par Frédérique Vidal, dans le rapport remis à la Ministre le 8 mai2.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34457303052/in/photolist-UuSFHW-ZLscAu-FUB4gV-YLs2Yu-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-9iHUJP-9iHRjM-2eBntvU-QVCh3K-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC

Grenoble. Paula Funnel, 2017

À l’origine de l’affaire Sciences Po Grenoble — qu’on appellera désormais « affaire Kinzler », il y a l’organisation annuelle d’une « semaine de l’égalité et contre les discriminations » à l’IEP de Grenoble, qui se tient chaque année. Dans le cadre de la préparation de cette semaine, un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » réunit des étudiant∙es et des enseignant∙es. Dans ce groupe qui comporte dix membres, on trouve 8 étudiant∙es et 2 enseignan∙tes : Claire M. (CM) et Klaus Kinzler (KK).

Allumer la mèche

Il se trouve que KK a publié sur son site internet, de sa propre initiative, les échanges de courriels qu’il a eu avec ce groupe de travail. Tous ces échanges de mails se font avec les membres du groupe en copie, y compris les étudiant∙es. Ainsi est-ce bien KK qui lance les hostilités

Continuer la lecture

  1. Mieux protéger notre patrimoine scientifique et nos libertés académiques. Rapport d’information de M. André GATTOLIN, fait au nom de la MI Influences étatiques extra-européennes n° 873 (2020-2021) – 29 septembre 2021. []
  2. Nous nous appuyons très lourdement sur l’analyse de Sartorius,que nous remercions de nous avoir autorisé·es à le faire. []

De John Comaroff, d’Arjun Appadurai, des hiérarchies universitaires et du harcèlement

Je suis une chercheuse spécialisée dans les études interdisciplinaires sur les media : je me concentre actuellement, tant bien que mal, sur la rédaction d’un livre qui donne des éléments de contexte historique à l’histoire violente des interventions économiques et politiques étatsuniennes dans le Sud mondialisé, à ce qui est souvent considéré, aux États-Unis, comme des querelles de clocher au sujet des réseaux sociaux et de la fin des temps. La semaine passée1, mon travail d’écriture sur les histoires macroéconomiques et institutionnelles a été interrompu par le constant bombardement de mon propre micro-univers de réseaux sociaux par les conflagrations d’une controverse #MeToo qui a frappé ma « base ». Par « base », je veux dire l’université — mon lieu de travail depuis mes années doctorales au début des années 1990 à l’Université de Wisconsin Madison ; à partir de 1999, j’ai été professeure dans différentes « bases » universitaires, University of California San Diego (UCSD), University of Massachussets Amherst et New York University.

La controverse qui a mis le feu au milieu universitaire porte sur des allégations faites par des doctorantes au sujet d’un anthropologue mâle blanc, John Comaroff. Ce dernier est accusé de s’avoir eu un comportement de harcèlement sexuel au cours d’une longue et remarquable carrière à Harvard University, et avant cela, à l’Université de Chicago. Harvard a pris de sanctions légères envers Comaroff, ce qui a conduit à la publication de deux lettres dans le Harvard Crimson and le Chronicle of Higher Education, signées par un total de 90 célèbres membres du corps professoral d’Harvard et hors Harvard. Les deux lettres louent Comaroff, tout autant reconnu comme un « excellent collègue, encadrant et citoyen de l’université engagé » que comme un « universitaire dévoué et accompli ».

La majorité des signataires de Harvard, noms célèbres de l’establishment médiatique libéral, ont retiré leur signature de la lettre de soutien à Comaroff originale, en déclarant qu’iels « n’avaient pas pris la mesure de l’influence que cela aurait sur nos étudiant∙es ».

Beckwithia andersonii, White Mountains, California. Crédit: Jim Morefield, 2017

La violence physique et émotionnelle du harcèlement sexuel exige notoriété et réparation, mais il faut rappeler que si le harcèlement sexuel en question se produit dans l’espace élargi de l’université — que ce soit dans les bureaux, les salles de cours, les hôtels de colloques ou dans les bars et les cafés — le harcèlement sexuel est bien par définition un harcèlement professionnel2

Continuer la lecture

  1. NDLR : semaine du 7 au 13 février 2022. []
  2. NdT : J’ai choisi de traduire workplace harassment par « harcèlement professionnel » plutôt que « harcèlement au travail » par ce que la géographie est tout autant une géographie physique qu’un espace symbolique des interactions directes et indirectes, comme le précise Paula Chakravartty plus bas. Harcèlement sexiste a semblé trop réducteur à l’autrice. []

Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé Racisme, islamophobie, antisémitisme” a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. “Un traitement médiatique biaisé” dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée “harcèlement” — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ “affaire” de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce “islamo-gauchiste” depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi “confortant le respect des principes de la République” par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son “avis” sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les “cadets Bourbons” de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente “liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France” par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, “la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation. Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

“Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner.”

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’”islamophobie”. Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un “traitement médiatique biaisé”. Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. “Islam ≠ Terrorisme”, peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le “racisme est un délit” et pour dire “stop à l’islamophobie”. (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette “cabale” serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme “islamophobie” lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, “la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po”. “Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue”, dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

“Une réécriture de l’histoire” qui ferai “honte” à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []