Au bout de ma thèse, par Goldmanipes – une production ParoD-Day

ParoD-Day vous souhaite une bonne année 2022 en chansons !

Pour suivre ce talentueux groupe, abonnez-vous : @DayParod
À la 200e abonnée, ParoD-Day lance le projetANR

#ResistESR

 

Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Continuer la lecture

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []

#MeTooENS : après Lyon, les élèves de l’ENS Ulm dénoncent un agresseur

Update: 29/11/2021

En début de semaine, rue d’Ulm et rue Erasme, des tags féministes sont apparus, désignant comme un agresseur sexuelle directeur d’études Lettres de l’École normale supérieure. Alertée par un témoignage la direction de l’établissement a pris très rapidement des mesures.

NDLR: Capture d’écran du 16/11 d’un compte twitter fermé le 29/11.

Continuer la lecture

Dans la gueule du loup, nous toutes

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants. —N. Hebaz, L’ancêtre d’enfanthèse

Omerta mode d’emploi #15

Nadia Hebaz, membre de la rédaction d’Academia, publie aujourd’hui un témoignage poignant et engagé sur son blog. Elle revient sur un événement douloureux : l’abandon d’une thèse commencée en 1997. Devenue enseignante, de nouveau doctorante, elle déclare d’entrée de jeu son admiration pour les étudiantes normaliennes de Tunis qui ont courageusement dénoncé les pratiques sordides d’un homme  censé  leur assurer un enseignement et une formation académiques et compare son comportement à celui de l’enseignant harceleur, qui a fini par lui faire abandonner sa thèse. En leur rendant hommage, Nadia Hebaz reconnaît sa dette : celle d’avoir mis des mots sur un tourment enfoui. Par la démonstration de leur courage, elles ont aussi montré la voie.

Alors que, en France, le mouvement #MeToo peine à prendre à l’université — où l’omerta prévaut1 — Nadia Hebaz décrit les raisons des harceleurs et les effets dévastateurs du harcèlement, qui survient au début d’une carrière étudiante ou professionnelle. Elle souligne aussi que le geste harceleur — qui “écrabouille”, comme on le ferait pour une punaise, d’une manière un peu différente des incesteurs dont parle Dorothée Dussy  — prend place dans une institution qui les protège. L’université choisit de jeter ces toutes jeunes femmes, critiques, vivantes, créatives, “dans la gueule du loup” pour en aspirer le gai savoir et l’envie de transmettre, pour les anéantir. De ce constat glaçant, Nadia Hebaz restitue la flamme, légère, qu’elle a vue naître.

“Ici ou ailleurs”, conclut-elle, “dans un système qui prospère par notre appauvrissement collectif, les harceleurs ont de beaux jours devant eux. Mais nous aussi”.

#MetooESR

Départ à l’aube sur la Route 99, en direction du Mont Saint Helen. Par Murray Foubister, 2013


L’ancêtre d’enfanthèse : chronique d’un échec programmé

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants.

La raison de cette dédicace est simple : avant Enfanthèse, entre 1997 et 2002, j’ai été la doctorante d’un harceleur. Les témoignages des normaliennes m’ont brusquement replongée dans ces cinq années de cauchemar. Je me propose donc dans ce billet, à partir d’une comparaison des deux harceleurs, le mien et celui des normaliennes, de présenter quelques réflexions sur le harcèlement et son rôle dans l’université. Je commencerai par un portrait des protagonistes; je présenterai ensuite une brève réflexion sur le rôle de l’institution universitaire dans le harcèlement, et sur les fonctions du harcèlement dans cet espace.

L’opposant et le “poète”

C’est l’histoire de deux hommes tunisiens : Harceleur1 ou H1, né en 1952, qui était mon DR; et Harceleur2 ou H2, né en 1981, qui était enseignant à l’ENS Tunis. Au moment des faits, le premier avait 45 ans, le second 38 . Mariés, pères (3 filles pour H1, un garçon et une fille pour H2), ils se présentent comme des hommes modernes, ouverts, tolérants, “de gauche”, portant un regard critique sur les traditions et la religion, et assez portés sur la boisson : H1 donnait rendez-vous aux membres de son équipe et à ses doctorant·es au Shilling, un bar de la place Pasteur1 ; H2 proposait de même à ses étudiantes de l’accompagner pour des apéritifs, et les encourageait à boire.

Pour lire la suite →

  1. Academia propose depuis septembre 2020 une collection “Omerta mode d’emploi” sur les rapports de pouvoir et tout particulièrement le harcèlement sexel à l’université et sur la résistance de l’institution à sanctionner des pratiques pénalement répréhensibles. []

Étudiantes contre violences sexistes et sexuelles : une rentrée engagée

Des réalisations mettent à l’honneur le travail du collectif Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L’Enseignement Supérieur, qui commente durement l’action en demi-teinte du Ministère en la matière.

Le podcast Thésard-es, produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier, explore le travail des doctorantes et des doctorantes, et les difficultés qu’iels surmontent. Pour sa nouvelle saison (2), Thésard-es, produit par se propose d’y ajouter quelques émissions thématiques et commence avec une invitation des membres du Clasches.

 

Autre réalisation à partir du guide de Clasches (73 pages) pour Paris-1, le tract conçu et réalisé par le Collectif fémniste de Paris-1 (version .pdf)

Merci et bonne rentrée féministe !

 

Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

“Que faut-il de plus au CNESER?”. Communiqué des Clasches, 16 septembre 2021

Le 10 septembre 2020 a honteusement rappelé à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR) que les instances d’appel en matière disciplinaire avaient choisi leur camp – et que ce n’était clairement pas le camp des victimes.

Ce jour-là, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), statuant en matière disciplinaire, a décidé à la majorité absolue de relaxer en appel un enseignant chercheur de l’Université Lyon 2 qui avait été sanctionné deux ans plus tôt pour des faits de harcèlement sexuel perpétrés contre une doctorante qu’il encadrait. En avril 2018, l’Université Lyon 2 avait alors interdit à l’enseignant d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche pendant douze mois, le privant de la totalité de son traitement pour les motifs suivants :

  • « Avoir eu un comportement susceptible de constituer un harcèlement sexuel à l’encontre de sa doctorante au moyen de propos et de gestes déplacés durant le mois de mars 2017 » ;
  • « Avoir encouragé cette doctorante à signer une convention de stage en lieu et place d’une autre étudiante qui, seule, aurait réalisé le stage » ;
  • « Avoir jeté le discrédit sur les collègues composant le comité de suivi institué par l’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat » ;
  • « Avoir incité sa doctorante à tromper l’appréciation et la vigilance dudit comité ».

Dans un communiqué de presse du 12 juin 2018, le Clasches s’était d’ailleurs félicité de cette décision, exemplaire en comparaison des dysfonctionnements caractérisant généralement les procédures disciplinaires et de la faiblesse des sanctions prises.

L’exemplarité de la décision était à la hauteur de la robustesse du dossier. La section disciplinaire de Lyon 2 s’était en effet appuyée sur le témoignage de la victime et sur trois enregistrements, par elle-même réalisés, de conversations téléphoniques avec le directeur de thèse. Attentive au respect du droit et de la réglementation en vigueur, la décision disciplinaire concluait que « les faits rapportés concordent » et que « des preuves existent ». Dans un arrêt du 21 juin 2019, en réponse à la demande de suspension de la sanction formulée par l’enseignant chercheur mis en cause, le Conseil d’État avait réaffirmé la validité juridique et le caractère probant d’un enregistrement audio produit à l’insu de la personne dont les propos étaient enregistrés. Pour une fois, la rhétorique de « l’absence de preuves », trop souvent mobilisée pour décrédibiliser la parole des victimes, semblait hors de propos.

Et pourtant… La décision du 10 septembre 2020 du CNESER balaie tout cela d’un revers de la main. Elle ne contient aucune mention des conversations enregistrées. Aucune. Le déni de réalité ne s’arrête pas là : les juges d’appel, dans un retournement des rôles consternant, mettent en doute l’intégrité même de la doctorante, suggérant que la victime souffrait de « faiblesse psychologique ». Appuyant leur décision sur un témoignage mensonger mobilisé par l’enseignant-chercheur mis en cause, malgré la présence dans les pièces du dossier d’éléments contredisant formellement ce témoignage, ils prennent systématiquement le parti de ce dernier et reprennent ses éléments de défense. Y compris lorsque celui-ci incite la doctorante à mentir à son comité de suivi de thèse et à signer une fausse convention de stage. « Même si la démarche de Monsieur X interpelle, les explications du déféré ont convaincu les juges d’appel », indique à ce propos la décision. Une autre manière de dire que les directeurs de thèse, aux yeux du CNESER, ont toute latitude pour s’affranchir souverainement et impunément des règles déontologiques et des normes juridiques.

On peut ainsi voir dans cette relaxe un dernier coup porté aux victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur qui peuvent se résumer ainsi : « Quelles que soient les preuves que vous accumulez, quelles que soient les sanctions qui sont prises en première instance contre nos pairs, nous ferons tout pour les protéger et protéger notre pouvoir. »

La lutte réelle et effective contre les violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, d’abord portée par les victimes et leurs soutiens, concerne toutes ses actrices et acteurs – y compris les titulaires, y compris les professeurs des universités, y compris les membres du CNESER.

Télécharger ce communiqué de presse en PDF

Pour aller plus loin

  • Harcèlement à Lyon-2 : contre-enquête sur la relaxe d’un professeur“, par Eva Thiébaud, Mediacités Lyon – Suspendu en 2018 suite à des accusations de harcèlement formulées par une doctorante, un professeur de Lyon-2 a obtenu gain de cause en appel devant le conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Problème : selon les informations de Mediacités, la décision repose sur des éléments faux ou sujets à caution.

Les étudiant·es et artistes de cirque lancent un appel contre le harcèlement et les violences

Chères et chers artistes, compagnies, professionnel.le.s de la culture et tous leurs soutiens,

Le collectif Balance Ton Cirque est né le 2 juillet 2021 pour agir contre toutes formes de violences physiques et psychologiques (humiliation, injure, harcèlement moral, abus de pouvoir, discrimination, outrage sexiste…) exercées dans l’enceinte du centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne.

Nous voulions agir vite, et nous avons profité d’une des soirées des Échappées 2021 pour rendre publiques nos revendications et lancer un mouvement d’étudiant.e.s et d’artistes ayant subi des violences au CNAC.  En parallèle à cette action, la page Instagram @balancetoncirque a été créée pour regrouper des témoignages de victimes, élèves et ancien.ne.s élèves d’école de cirque à l’international. En trois semaines, nous avons reçu plus de 100 témoignages provenant de sept écoles différentes ce qui démontre bien que les violences sont un problème structurel ancré dans le fonctionnement des écoles de cirque. Elles sont systémiques et institutionnalisées et le cas du CNAC n’est pas isolé. Cet appel a vocation à susciter des réactions dans d’autres écoles professionnelles de cirque en France et en Europe.

Nous appelons à signer le texte (voir ci-dessous) pour manifester votre soutien au mouvement. Les signatures récoltées permettront d’appuyer nos revendications et de nous donner de la force lors des discussions à venir avec le ministère, la direction et les professeurs.

Cet appel servira d’appui pour engager un dialogue favorable à une école où chacune et chacun puisse se former dans le respect de son intégrité morale et physique.

Parce que nos blessures sont politiques, nos récits seront publics.

Le collectif Balance Ton Cirque, 16.08.2021


Lettre de soutien – Balance Ton Cirque

Nous dénonçons l’apprentissage sous pression et l’école de la course à la performance. La compétition entre élèves n’est pas une pédagogie. Nous dénonçons le fait que, dans une école supérieure d’art dont le cursus est “dédiée au développement de l’identité d’artiste [des élèves], ainsi qu’à l’expérimentation en piste”, il soit aussi difficile d’affirmer des pratiques, des corps ou des esthétiques qui sortent des canons de la tradition du cirque contemporain. Les discriminations et les outrances répétées de la direction et des professeur.e.s impactent les élèves dans leur parcours et entravent leur créativité, ainsi que leur capacité à développer un langage artistique qui leur soit propre. Nous refusons d’être des produits mis à disposition des metteur.e.s en scène d’un réseau prédéfini.

Continuer la lecture

Aux Beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur. Sur StreetPress

« C’est un système entier à repenser » Aux beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur

« C’est un petit milieu patriarcal où des professeurs se permettent tout », résume une pensionnaire des beaux-arts. Depuis un an, les étudiantes des 46 écoles d’art prennent la parole pour dénoncer sexisme et harcèlement. Témoignages.

« J’ai présenté une vidéo [à mon professeur], il m’a dit qu’elle serait mieux si j’étais nu », « Il a touché mon sexe au travers du tissu », « Il m’a mis une énorme main au cul », « Désolé mais je n’arrive pas à t’écouter, tes créoles, ça me fait fantasmer ». Sur Instagram, une trentaine de témoignages racontent les agressions sexuelles et la misogynie dans les écoles d’art. Lassées des agissements de leurs professeurs, trois étudiantes des beaux-arts de Rennes lancent en février dernier un questionnaire partagé dans tous les établissements de Fralnce.

Lire la suite sur StreetPress

#ResistESR

Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine

Instituer la domination : ce que l’on apprend (aussi) à l’École polytechnique

Le texte qui va suivre est parvenu à la rédaction d’Academia par un ancien élève de l’École polytechnique au cours de la première décennie du vingtième-et-unième siècle.

  • par un ancien élève de l’École polytechnique, entre 2000 et 2010
Ces jours-ci, Twitter a recueilli des témoignages d’anciens étudiants de classes préparatoires (@e03fx, @BrKloeckner, @Celine_at_Paris entre autres), tout particulièrement relativement au sexisme dans ces classes. Dans ce contexte, j’ai été amené à raconter pour la première fois à une observatrice extérieure quelques jours, qui me parurent à l’époque anodins, lors de mon intégration à l’École polytechnique. Ceux-là même qui sont immergés dans des rapports sociaux peuvent être les derniers à en percevoir la signification, et la violence le cas échéant. Ses remarques m’ont fait prendre conscience de ce qui se joue en quelques jours, quelques heures même, et de ce que l’on peut apprendre (aussi) à l’École polytechnique.
 
J’ai choisi de ne pas censurer ce texte. Il contient donc des propos vulgaires et sexistes.
Le vendredi après-midi de la première semaine de ma promotion à l’École polytechnique, celle-ci fut rassemblée par les élèves des promotions supérieures responsables de notre intégration sur la Cour dite d’Honneur du campus. Ils nous enseignèrent ce qui devait devenir notre slogan de promotion. Si quelqu’un criait à la cantonade “C’est la fin du monde”, nous devions répondre “Enculez-vous”. Il  y eut quelques répétitions et quelques exercices, afin que le message soit bien intégré. Ce soir-là, il y eut la première soirée de notre promotion au bar du campus. Pour la première fois de ma vie, mais pas pour la dernière, j’ai vu un groupe de jeunes hommes former un cercle autour d’une jeune femme, et littéralement faire la queue pour s’adresser à elle (rappelons ici que l’École polytechnique intègre entre 15 et 20 pour cent d’étudiantes dans ses promotions – 18% pour la mienne).
 
Le lendemain était la journée de bizutage. Quelques mois auparavant, une affaire tragique avait attiré l’attention sur les dangers de cette pratique, et il nous fut clairement expliqué qu’il n’y aurait aucune contrainte, aucun acte dégradant : cette journée ne devait être et ne serait que l’occasion de nous amuser et de faire connaissance. Divisée en sections de 30, notre promotion partit donc pour Paris avec des “missions” à remplir. La première que ma section accomplit fut de démonter un panneau de circulation, ce qui nous valut une interpellation par la police. Nos camarades des promotions supérieures organisant la journée rappliquèrent en quatrième vitesse et ils parlementèrent avec les policiers pendant que nous remontions (avec succès) le panneau. Les policiers nous adressèrent une dernière admonestation, reprise par nos camarades, puis s’en allèrent (l’usage de la comparution immédiate et du LBD fut très modéré pendant tout l’échange, je rassure les lecteurs). Dès que les policiers eurent le dos tournés, nos camarades nous félicitèrent pour cette action “géniale et parfaite” et nous assurèrent que la remontée du panneau (qui avait nécessité une pyramide humaine et qu’ils avaient filmée) serait diffusée dans le film de la journée, le soir-même. Profitant de la présence des caméras de l’École, une camarade de promotion suggéra que nous fassions un strip-tease dans une rue piétonne du 5ème arrondissement pour le bénéfice des clients d’un café en terrasse, et en échange de tasses à café : ramener des tasses à café pour le café de l’école était une des missions que nous avions reçues. Aussi dit, aussitôt fait. Cinq ou six d’entre nous — deux étudiantes et trois ou quatre étudiants — accomplirent ce strip-tease en pleine rue (je crois que je n’en faisais pas partie, il me semble que j’en aurais gardé un souvenir). Les cameramans qui nous suivaient depuis l’affaire du panneau filmèrent le strip-tease puis s’éclipsèrent : une autre section avait eu l’idée d’envahir le boulevard Saint-Michel et de le transformer en cours de tennis, il fallait au plus vite qu’ils aillent filmer la scène.

Fresques d’« Absolut Vodkès » et « World Wide Kès » sur le pavillon Foch. Crédit: Collections École Polytechnique / Jérémy Barande – CC-BY

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #5

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier2 : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []
  2. Update 29/1/2021. Précisons que cette information date d’octobre 2020. Certain·es témoins, selon nos informations, ont depuis pu réécrire le document et l’ont signé. []