Une place à soi

En cette période de rentrée où la question des violences sexistes et sexuelles se posent crûment, comme à l’Université de Lorraine où l’omerta règne, certains établissements, comme l’École normale supérieure de Lyon, organisent des formations de rentrée à desintation des étudiant·es et des enseignant·es  Academia publie un témoignage portant sur le contexte scolaire. Il s’applique parfaitement à l’enseignement supérieur.

http://www.chouyosworld.com/

Madame… on a besoin de votre aide.

Cela a commencé comme ça. Un petit groupe de six filles, à la fin d’un cours. J’ai mon sac prêt pour aller remplir ma bouteille d’eau et chercher un café, dans les dix minutes de récréation qu’il reste. Je leur dis avec un sourire que, s’il s’agit d’astuces pour leur devoir de physique-chimie, c’est pas gagné mais que je ferai mon maximum. Elles sourient. Trois autres filles, déjà parties dans le couloir, reviennent dans la salle.

L’une d’elle regarde ses camarades et commence à m’expliquer en choisissant bien ses mots. Depuis plusieurs semaines, certaines d’entre elles subissent des « remarques ». Des « moqueries ». Des « blagues ». J’écoute, hoche la tête. Vous avez vu comme cela va vite ? Elles ont 14 ans au mieux et elles ont déjà si bien intégré comment, dans le langage, édulcorer la réalité. Car ceux qui ont subi « blagues », « moqueries » et « remarques » savent de quelle réalité ces mots sont lourds.

Mais l’élève porte-parole tourne autour du pot : je lui dit que j’ai besoin d’exemples concrets pour comprendre ce dont il s’agit, ce qui se joue ici, et surtout clarifier ce qu’elles ne savent pas ou n’osent pas, plutôt, nommer. Elles dansent d’un pied sur l’autre, hésitent, l’une d’entre elles réajuste son sac sur l’épaule et se tournant vers la porte esquisse un « Nan mais c’est rien Madame, et puis vous n’avez pas le temps ».

Je pose mon sac et ma bouteille.

Je pose mes clefs de salle.

Je pose ma voix.

J’ai tout mon temps. Et vous aussi.

Continuer la lecture

Omerta mode d’emploi

Update. 14/9/2020

Hier, jeudi 10 septembre 2020, nous avons republié sur Academia du texte émouvant de Camille Zimmermann à la mémoire de sa consœur doctorante qui avait mis fin à ses jours. Est-ce son témoignage ou plutôt la pression syndicale qui a pesé ? Ce matin, la présidence s’est fendu d’une lettre au personnel de l’Université de Lorraine.

La lettre de Prof. Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU, a connu une large diffusion et n’était en rien confidentielle : nous la reproduisons en l’assortissant d’une petite explication de texte.

À: « all-ncy-ens » <all-ncy-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-ater-ens » <all-ncy-ater-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-lecteur-ens » <all-ncy-lecteur-ens@univ-lorraine.fr>, all-ncy-biatss@univ-lorraine.fr
Cc: « president » <president@univ-lorraine.fr>
Envoyé: Vendredi 11 Septembre 2020 09:04:13
Objet: [all-ncy] Evénement tragique

Mesdames, Messieurs,

Une doctorante de notre établissement a mis fin à ces jours au début du mois d’août. Il s’agit d’un événement plus que terrible et dramatique. Très rapidement, avec la directrice de l’école doctorale, nous avons été en contact avec la famille de la doctorante et avons, je l’espère, respecté au mieux ses volontés. Nous avons pu rencontrer ses parents à la fin du mois d’août.

Il apparaît que ce drame pourrait être lié en partie aux conditions de sa thèse et à son environnement professionnel. En conséquence, l’ouverture d’une enquête du CHSCT sera proposée le vendredi 11 septembre lors d’un CHSCT exceptionnel de l’établissement pour examiner ces conditions de travail et faire des recommandations.

Par ailleurs des témoignages récents, indépendants de ce que peuvent diffuser les réseaux sociaux, font état de faits qui pourraient être qualifiés de harcèlement. Ils m’ont amené à diligenter une enquête administrative rapide qui a pour but d’établir les faits de manière contradictoire et d’en tirer toutes les conséquences.

J’ai également suspendu de manière conservatoire le professeur et directeur de thèse de la doctorante le temps de l’investigation administrative pour protéger l’ensemble des personnes y compris lui-même.

Enfin, nous devons être attentifs également aux jugements hâtifs, à ne pas confondre ce qui relève de témoignages avec les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux. Si les réseaux sociaux peuvent être des révélateurs de situations, ils sont aussi devenus des armes qui blessent, harcèlent et propagent trop souvent la haine. Nous avons pu nous en rendre compte à d’autres occasions.

Très attaché aux valeurs de notre établissement, je m’engage à prendre toutes les mesures qui apparaîtront nécessaires à l’issue de cette enquête pour s’assurer qu’une telle situation ne puisse pas se reproduire. Le doctorat est, en effet, une période très importante dans le développement de la carrière d’un chercheur. Il appartient à l’établissement de garantir que cette période soit la plus fructueuse possible dans un contexte professionnel favorable pour les doctorants.

Bien cordialement,
Prof. Pierre Mutzenhardt
Président de l’Université de Lorraine
Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU

Il me semble que cette correspondance est parfaitement exemplaire du fonctionnement de l’omerta qui pèse sur les violences faites aux femmes à l’Université, dans le cadre d’un fonctionnement universitaire analogue à l’emprise mafieuse, comme l’ont récemment argumentés des collègues anthropologues1.

https://www.flickr.com/photos/leftymgp/27001049624/in/photolist-H8Zrmm-Fe63ZG-bmAz1-qLj55Z-5DC811-21FsLfY-siartr-cGHLy5-ET5KpR-5nwc5b-PLwCMj-TmjkZs-hUtP5d-v7KBR-8ayiD4-eYcLS9-okbWeV-howvfr-nm2hB3-26diz1-dTyCqj-oEwNhP-qkhW2s-no8FVw-f9oj2C-kafR1V-kyakq-D3fqGw-87fiQo-m9qs9-9ZgDjV-Hm2DqC-4FLXz1-9ierJ3-oZHbQr-RPEM3-tfTy8-5tB2Ei-qvh6cd-avUcvv-7pUnj2-qwXZNW-CTUGSm-4G8yY4-cekTiy-e712bc-4gdHi-9xwTPZ-cHWkaf-YnTM71

Arbres, Yosemite, par Matthew Peoples, 2016

Considérons le courriel.

Continuer la lecture

  1. Sur le silence qui entoure les pratiques criminelles de la mafia, voir les travaux de Deborah Puccio-Den et l’intervention de Vinicius Kaué Ferreira (Le regard et le non-dit : les formes du silence dans une enquête sur le milieu académique) au colloque Faire silence: expériences, matérialités, pouvoirs, 24 mai 2019). Voir également  []

Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine

Alors que le Haut Conseil à l’égalité auditionne plusieurs collègues au sujet de la Loi de programmation Recherche, Academia republie un texte poignant paru sur le site Medium ,sous le titre DE LA TOUTE PUISSANCE DES PRÉDATEURS HAUT PLACÉS, le 7 septembre 2020. Nous le republions avec l’accord de son autrice.

Alors que la rentrée a lieu avec les étudiant·es dans quelques jours, que leur dire ? Comment briser l’omerta qui, à l’Université de Lorraine ou ailleurs, continuent de maintenir au pouvoir des prédateurs comme le directeur de thèse de Camille Zimmerman, des harcèleurs sexuels ou moraux, des violeurs, hommes et femmes ? Je dis omerta car, Academia en atteste depuis 2013, le harcèlement sexuel et moral est systémique à l’université. À chaque nouvel article, chaque nouvelle affaire, les collègues, souvent masculins, découvrent l’eau chaude et se demandent comment cela est possible. En dépit de leurs ravages, qui concernent en priorité les femmes et leurs carrières,  les violences psychologiques et sexuelles envers les membres de la communauté universitaire font l’objet d’un déni tout aussi constant.

Collages féministes Tours, septembre 2020

Comment mettre en œuvre une éthique professionnelle de la protection et non de la compétition ? Telle est la question que pose le texte de Camille Zimmerman. Étrange conflagration, à l’occasion d’un abominable suicide, entre le vote d’une loi concernant l’université et ses fondements idéologiques. Fondements idéologiques qui, si on en doutait encore, tuent. 

La publication de ce texte a donné lieu à une suite le lendemain : Omerta mode d’emploi.

  • Par Camille Zimmermann, ancienne doctorante de l’Université de Lorraine

[TW : Violences psychologiques]

[TW : Mention de suicide]

Ce texte est long, mais il mérite d’être lu. Il vous raconte ce que c’est que l’emprise.

Vous êtes autorisé·es et même plus que bienvenu·es à le partager largement.

— — — — — — — — — — — — — — — — — — –

Novembre dernier, j’ai pris la décision de quitter ma thèse et la licence dans laquelle je donnais cours pour les mêmes raisons qui ont poussé mon amie, que nous allons appeler « Ewilan », à mettre fin à sa vie.

Continuer la lecture

Archéo-sexisme – ou l’été de tous les dangers pour les apprenties archéologues

En passant

En archéologie, des étudiantes et chercheuses dénoncent le sexisme de la « culture chantier »

Elles témoignent de brimades et d’agressions dans ce milieu, en particulier lors des chantiers de fouille. L’exposition « Archéo-Sexisme » a recueilli leur parole et fait le tour de France des campus.

 

Alors que s’ouvre la période des chantiers de fouilles, maintenus pendant cet été de déconfinement, les « histoires » commencent à circuler de nouveau. Des histoires qui se murmurent dans les couloirs, puis sont rangées dans un tiroir. « On en a toujours à se raconter, entre étudiantes. Sur tel terrain de stage, le chef d’opération met la main dans le pantalon des filles. Sur ce terrain-là, les blagues sexistes fusent… », détaille Béline Pasquini, doctorante en archéologie à l’université Paris-I. La jeune chercheuse passe en revue les témoignages rassemblés pour l’exposition « Archéo-Sexisme », qui, pendant plus d’un an, a fait un tour de France des campus pour alerter sur le sexisme qui règne dans le milieu universitaire de l’archéologie, et qui continuera de tourner dans les universités l’année prochaine.

Jets de gravier dans le décolleté

Dans l’un d’entre eux, une étudiante anonyme confie : « C’était mon premier chantier. Le responsable d’opération est passé derrière moi. Il m’a attrapée par les tresses et a mimé qu’il me prenait par-derrière. Ça l’a beaucoup fait rire. » Une autre évoque les « jets de gravier » dans le décolleté des fouilleuses. Une troisième raconte que son responsable lui a lancé : « Toi, tu passes le balai (…), comme ça, je peux te surveiller et mater tes fesses. »

Ces situations sont loin d’être nouvelles. Pour les trois membres de l’association Archéo-Ethique, qui portent cette exposition, « l’aspect physique et terrain des fouilles archéologiques, qui engage le corps dans des positions souvent inconfortables – les mains dans la terre, les fesses en l’air –, en fait un domaine à risque où, en tant qu’étudiantes, on peut être très exposées », estime Béline Pasquini, la coprésidente.

Séjours en vase clos

Des faits fréquents et même « banalisés » sur de nombreux terrains de stage, pointe une autre membre de l’association, Laura Mary, archéologue à Namur (Belgique) et jeune chercheuse qui étudie les discriminations dans sa discipline.

Lire la suite sur Le Monde

Lien: Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel, 8 mars 2017

Harcèlement et démocratie : à propos de la garde à vue d’un président d’université

Academia suit de près les questions de sanction des pratiques de harcèlement moral, sexiste et sexuel dans une rubrique « Vice de forme? » essentiellement consacré à la jurisprudence disciplinaire au CNESER. Pour autant, il est intéressant de saisir, au niveau local, comment la maltraitance s’opère mais aussi comment elle est sanctionnée. Le mardi 28 janvier 2020, la garde à vue d’un président d’université, Philippe Vendrix (Université de Tours) pour des faits de harcèlement sexuel et moral. La question se pose alors de l’expérience du pouvoir professionnel que connaissent les étudiant-es.

1. Un président d’université en garde à vue après des plaintes pour harcèlement moral et sexuel

Les président-es d’université n’échappent pas à des comportements relevant du harcèlement, avec des conséquences plus graves pour la communauté universitaire. Par « ruissellement », les cheffaillons aux échelons inférieurs seraient susceptibles d’adopter un comportement similaire vis-à-vis de leurs collègues ; l’autoritarisme s’exercerait plus aisément sur les étudiants et les étudiantes. Dans ce contexte — marqué, rappelons-le, par la création d’une sanction disciplinaire pour des faits portant « atteinte à la réputation de l’établissement » et une violence policière inégalée sur les campus universitaires — la garde à vue du président de Tours invite à réfléchir à la nécessité de ces dispositions à tous les échelons hiérarchiques des Universités.

Site des Tanneurs, Université François Rabelais de Tours

À deux mois des élections pour la présidence à l’Université de Tours, Europe 1 nous informe que Philippe Vendrix a été placé en garde à vue le mardi 28 janvier 2020. Le président qui brigue un nouveau mandat en a informé les étudiants par courriel.

Continuer la lecture