Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Continuer la lecture

Violences ordinaires en milieu universitaire

Dans la continuité de la réflexion menée sur Academia sur les violences sexistes et sexuelles, les violences ordinaires de la communication ou les violences symboliques à l’endroit des enseignant·es PRAG/PRCE ou contractuel·es, qui n’ont pas accès à la justice disciplinaire de l’univeristé en France, voici deux nouvelles invitations à penser le travail académique et le milieu universitaire, avec un numéro thématique de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur les “violences et passions en milieu universitaire”, coordonné par Florence Giust-Desprairies et Emmanuelle Savignac, et un colloque les 9 et 10 juin prochains à Paris (présentiel) sur les “violences ordinaires dans les organisations académiques”.

Continuer la lecture

IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne

En passant

Islamophobie à l’IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne,

Extraits.

C’est un rebondissement varois dans l’affaire de l’IEP de Grenoble, avec l’interpellation de deux personnes ce mardi à Toulon et la Crau. En toile de fond de cette affaire, un conflit autour de la signification du terme islamophobie opposant un professeur notamment de l’IEP de Grenoble en début d’année dernière et cette enseignante du laboratoire de sciences sociales [dont il a jeté le nom en pâture].

Sciences-po Grenoble (Isère), le 9 mars. Des étudiants manifestent devant l’école contre l’islamophobie, quelques jours après les accusations contre deux professeurs. AFP/Philippe Desmazes

Continuer la lecture

Comment le harcèlement est devenu un instrument pour faire carrière

Academia poursuit sa série de publications et de traductions de texte importants touchant au harcèlement et au harcèlement sexuel et le plagiat qui touchent de nombreuses victimes dans le monde universitaire, et de la réponse qui est faite par les institutions. Cette série s’inscrit dans une série de prises de positions qu’on trouve à toutes les échelles, au sein de universités, comme dans la correspondance de revues scientifiques prestigieuses (Science, Nature, Human Geography) . Dans ce texte, paru dans Nature Human Behavior, les auteurices s’appuient sur des rapports et des recherches en ressources humaines pour décrire un comportement de pouvoir universitaire et appeler à un changement politique. Iels s’appuyent sur un collectif Academic Parity, que nous présentons à la fin du texte. Nous remercions les Susanne Tauber et Morteza Mahmoudi de nous avoir autorisé à traduire leur lettre.

À l’attention de l’éditeur — Parmi les récents scandales de harcèlement et de harcèlement sexuel dans le milieu universitaire qui ont fait l’objet d’une singulière médiatisation3 nombre d’entre eux ont impliqué des responsables considérés comme des « stars » universitaires dont les antécédents de harcèlement étaient connus et qui, pendant des années, avaient accumulé de multiples dépôts de plaintes4. Les gens pensent souvent que ces chercheurs sont des harceleurs en dépit du fait qu’ils soient des « stars » universitaires. On attribue leurs comportements inappropriés à un découplage malheureux entre le fait d’être un bon chercheur et celui d’être quelqu’un de correct. Pourtant, les personnes qui ont fait l’expérience du harcèlement décrivent souvent des régularités qui incitent à donner une explication bien différente : harceler représente un moyen pour les chercheurs médiocres de parvenir au sommet. Certaines « stars » universitaires ont atteint leur position parce qu’ils sont des harceleurs, et non pas en dépit du fait qu’ils le soient.

Il y a de multiples façons liées entre elles par lesquelles le harcèlement peut représenter un moyen de faire progresser sa propre carrière et ses intérêts dans le milieu universitaire. Les comportements harceleurs— abus de pouvoir, harcèlement moral et dévalorisation des succès d’autrui — sabotent la carrière de leurs cibles, éliminant de fait la concurrence dans le champ universitaire. Une fois qu’ils ont gagné le haut de l’échelle, les universitaires peuvent adopter les mêmes stratégies pour promouvoir leurs « protégés », et devenir ainsi intouchables.

https://www.flickr.com/photos/quinndombrowski/3976998738/in/photolist-74raaL-gywA4-fy8Ej-28x5ro-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-7SqjEF-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-FpVzJ1-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-6CEiZs-65spaU-86QCzA-bXE2Kf-7pJr7-ojHWeb-5ZfPvh-6fHrdi-o29mo2-4gxabf-bXE1m1-9TKcD3-7QKHhD-e2Mt31-4CufSy-4pzraL-4AopCp-74nwX2-4qm8YX-21Aki

Fleur du désert. Crédit: Quinn Dombrowski, 2008

Continuer la lecture

  1. Department of Human Resource, Organizational Behavior, University of Groningen, the Netherlands. email: s.tauber@rug.nl []
  2. Department of Radiology and Precision Health Program, Michigan State University, East Lansing, MI, USA. email: mahmou22@msu.edu []
  3. NdT: nous avons choisi de traduire bullying par harcèlement qui inclut des dimensions de violence physique ici, harassment par harcèlement sexuel, mobbing par harcèlement moral. []
  4. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373 (2021), p. 170-171. DOI: 10.1126/science.abj8196. []

De John Comaroff, d’Arjun Appadurai, des hiérarchies universitaires et du harcèlement

Je suis une chercheuse spécialisée dans les études interdisciplinaires sur les media : je me concentre actuellement, tant bien que mal, sur la rédaction d’un livre qui donne des éléments de contexte historique à l’histoire violente des interventions économiques et politiques étatsuniennes dans le Sud mondialisé, à ce qui est souvent considéré, aux États-Unis, comme des querelles de clocher au sujet des réseaux sociaux et de la fin des temps. La semaine passée1, mon travail d’écriture sur les histoires macroéconomiques et institutionnelles a été interrompu par le constant bombardement de mon propre micro-univers de réseaux sociaux par les conflagrations d’une controverse #MeToo qui a frappé ma « base ». Par « base », je veux dire l’université — mon lieu de travail depuis mes années doctorales au début des années 1990 à l’Université de Wisconsin Madison ; à partir de 1999, j’ai été professeure dans différentes « bases » universitaires, University of California San Diego (UCSD), University of Massachussets Amherst et New York University.

La controverse qui a mis le feu au milieu universitaire porte sur des allégations faites par des doctorantes au sujet d’un anthropologue mâle blanc, John Comaroff. Ce dernier est accusé de s’avoir eu un comportement de harcèlement sexuel au cours d’une longue et remarquable carrière à Harvard University, et avant cela, à l’Université de Chicago. Harvard a pris de sanctions légères envers Comaroff, ce qui a conduit à la publication de deux lettres dans le Harvard Crimson and le Chronicle of Higher Education, signées par un total de 90 célèbres membres du corps professoral d’Harvard et hors Harvard. Les deux lettres louent Comaroff, tout autant reconnu comme un « excellent collègue, encadrant et citoyen de l’université engagé » que comme un « universitaire dévoué et accompli ».

La majorité des signataires de Harvard, noms célèbres de l’establishment médiatique libéral, ont retiré leur signature de la lettre de soutien à Comaroff originale, en déclarant qu’iels « n’avaient pas pris la mesure de l’influence que cela aurait sur nos étudiant∙es ».

Beckwithia andersonii, White Mountains, California. Crédit: Jim Morefield, 2017

La violence physique et émotionnelle du harcèlement sexuel exige notoriété et réparation, mais il faut rappeler que si le harcèlement sexuel en question se produit dans l’espace élargi de l’université — que ce soit dans les bureaux, les salles de cours, les hôtels de colloques ou dans les bars et les cafés — le harcèlement sexuel est bien par définition un harcèlement professionnel2

Continuer la lecture

  1. NDLR : semaine du 7 au 13 février 2022. []
  2. NdT : J’ai choisi de traduire workplace harassment par « harcèlement professionnel » plutôt que « harcèlement au travail » par ce que la géographie est tout autant une géographie physique qu’un espace symbolique des interactions directes et indirectes, comme le précise Paula Chakravartty plus bas. Harcèlement sexiste a semblé trop réducteur à l’autrice. []

Pouvoir et intimidation dans la recherche, un éditorial dans The Lancet

Le 19 février 2022, Kevin Lamarque a signé un éditorial intitulé “Power and bullyng in research” dans la revue The Lancet dans lequel il dénonce la “protection des puissant·es contre les conséquences de leurs actes” dans les institutions de recherche.

Ci-dessous quelques extraits (en français plus bas) :

The traditional research workplace—where a rigid hierarchy and the guru–acolyte model of leadership has dominated—is now outdated. Power is concentrated in the hands of so few people, often men, protected and promoted by patronage. It can be wielded indiscriminately against early career researchers, destroying the open and collaborative culture that produces good science. The instability of the postdoctoral career, littered with temporary contracts, woeful hourly rates, and the pressure to publish or perish, results in workplace conditions that can cause mental stress and physical burnout.

(…)

Research doesn’t have to be structured like this. Wellcome’s report states that a positive research culture is diverse, collaborative, and transparent, where individuals and their contributions feel supported and valuable, and creativity is given space to flourish.

(…)

In the short term, reporting mechanisms must be standardised, whistleblowers fully protected, and the results of independent investigations into bullying include accountability mechanisms to ensure transparency and action.


Le lieu de travail de recherche traditionnel – où une hiérarchie rigide et le modèle de leadership gourou-acolyte ont dominé – est désormais dépassé. Le pouvoir est concentré entre les mains de très peu de personnes, souvent des hommes, protégés et promus par le favoritisme. Il peut être exercé sans discernement contre les chercheurs en début de carrière, détruisant ainsi une culture d’ouverture et de collaboration qui produit une bonne science. L’instabilité de la carrière postdoctorale, parsemée de contrats temporaires, de taux horaires dérisoires et de la pression de publier, entraîne des conditions de travail qui peuvent causer stress mental et burn out.

(…)

La recherche n’a pas à être structurée de la sorte. Le rapport de Wellcome indique qu’une culture de recherche positive est diversifiée, collaborative et transparente, où les individus et leurs contributions se sentent soutenus et valorisés, et où la créativité peut s’épanouir.

(…)

À court terme, les mécanismes de signalement doivent être normalisés, les dénonciateurs pleinement protégés et les résultats des enquêtes indépendantes sur le bullisme doivent inclure des mécanismes de responsabilisation afin de garantir la transparence et l’action.

Pour lire l’éditorial en anglais, cliquez ici.

Affaire Comaroff, Harvard. Notes d’une survivante à une formation doctorale


Note de la rédaction : Insurrect ! est une publication créée pour partie en raison de notre souci d’établir des réseaux de soutien plus académiques à destination des doctorantes et les doctorants, moins en appui qu’en complément du monde universitaire institutionnel. Comme de nombreux jeunes chercheurs et chercheuses, les rédacteurs et rédactrices d’Insurrect ! ont suivi passionnément la lutte menée par Margaret Czerwienski, Lilia Kilburn, Amulya Mandava et leurs soutiens contre le harcèlement sexuel subi à l’Université de Harvard, et assisté avec ébahissement à la réaction accablante des chercheureuses expérimenté∙es de cette institution.

En tant que magazine en ligne consacré à la critique des héritages coloniaux et aux travaux majeurs des études noires, des études indigènes et de la théorie féministe postcoloniale, nous ne pouvons ignorer la façon dont les institutions d’aujourd’hui maintiennent ces héritages à travers des abus et des mécanismes sexués du pouvoir, jusque dans les domaines censés les analyser. À cette fin, nous partageons le récit personnel de l’une des cofondateurices d’Insurrect ! qui parle spécifiquement de la manière dont one ne peut distinguer notre vie professionnelle, en tant que chercheuse et universitaire, du pouvoir institutionnel genré. Cette collaboratrice, que nous avons l’incroyable chance de connaître, est Kellen Heniford.


Les discussions à propos de la Lettre de Harvard – raccourci pour désigner sur les réseaux sociaux la lettre ouverte signée par 38 professeurs de Harvard en soutien à leur collègue John L. Comaroff — ont dominé mon fil d’actualité pendant plusieurs jours. Autant que je m’en souvienne, aucun événement n’a autant agité les eaux du Twitter universitaire, ni autant capté mon attention. La lettre a suscité de nombreuses critiques, ce qui a été réconfortant. Mais pour moi, comme pour bien d’autres personnes ayant subi des violences sexuelles pendant leurs études supérieures, cette séquence d’information, sur le plan émotionnel aussi, m’a dévastée.

Tribune en soutien à John Comaroff, à l’initiative de son épouse Jean, signée par 38 professeurs d’Harvard

La lettre a été envoyée après que Harvard a sanctionné Comaroff, membre éminent du corps enseignant du département d’Études africaines et afro-américaines et du département d’Anthropologie, pour avoir violé les codes de conduite professionnels, y compris les directives relatives au harcèlement sexuel. Les auteurices de la lettre s’y opposent : après tout, Comaroff est, à leur connaissance, « un excellent collègue, un encadrant et un citoyen universitaire engagé qui, depuis cinq décennies, a formé et dirigé des centaines de doctorant∙es de différentes origines ». Les signataires, qui affirment que la sanction de Comaroff pourrait avoir des effets préjudiciables « sur notre [leur] capacité à encadrer nos [leurs]  propres étudiant∙es », comptent plusieurs poids lourds du monde des études sur l’Amérique pré-moderne, notamment — mais sans exclusive malheureusement — Sven Beckert, Alejandro de la Fuente, Henry Louis Gates et Jill Lepore.

Les détails de l’affaire Comaroff dévoilés depuis que la publication de la lettre sont perturbants. Une étudiante, dont il était le directeur, soutient qu’il l’a embrassée sur la bouche sans son consentement, lui a touché et pressé les cuisses, et, à l’occasion d’une rencontre privée, lui a décrit avec moult détails comment elle, une femme queer, pourrait subir un « viol correcteur » à l’occasion d’une mission au Cameroun.

Amulya Mandava, Lilia Kilburn and Margaret Czerwienski, doctorantes à Harvard. Crédit Lena Warnke Photography/Reuters

Une plainte1 déposée par trois doctorantes accuse non seulement Harvard d’avoir ignoré des années de comportement inapproprié de la part de Comaroff, mais prétend aussi que l’université est allée jusqu’à acquérir les notes prises en consultation par la psychothérapeuthe privée de la plaignante et de les avoir partagées avec Comaroff. Cette dernière declaration, notamment, laisse deviner que les administrateurices d’Harvard ont non seulement fait preuve de négligence, mais aussi qu’iels se sont montré·es activement complices du comportement de Comaroff.

Je salue le courage des femmes qui ont dénoncé Comaroff, notamment au vu de l’opposition manifestée par ce qui apparaît comme un front uni de sommités travaillant dans toute une série de domaines. Nombre de ces sommités, parmi lesquelles on compte Beckert, de la Fuente, Gates, and Lepore, ont fini par retirer leurs signatures de la lettre pour Comaroff. Iels ont, semble-t-il, réévalué leur jugement au vu de l’ampleur des représailles sur les réseaux sociaux et suite à l’annonce de la tenue d’un procès contre leur collègue.

Des histoires comme celle qui se déroule actuellement à Harvard sont choquantes, c’est sûr, mais, pour nombre d’entre nous, elles ne sont guère surprenantes.

Lors de ma première année de doctorat à Columbia University, j’ai été droguée et agressée par un homme, doctorant comme moi dans le Département d’histoire. L’expérience a été aussi horrible à vivre qu’elle l’est à relater. Au cours des mois qui ont suivi, je me suis retrouvée à vomir dans les toilettes du département après avoir croisé mon agresseur dans le hall d’entrée, à sécher des cours où j’aurais pu le voir, et je me suis efforcée de contenir des attaques de panique dans le salon des doctorant∙es. Si je n’avais pu compter sur le soutien et sur la compréhension sans faille de ma directrice, Stephanie McCurry, j’aurais certainement renoncé.

À mesure que je me resaissais, lentement, en remettant les morceaux de ma vie en place, j’ai commencé à militer au sujet de la violence sexuelle sur le campus. J’ai discuté avec d’autres survivantes2, étudiantes undergraduate, professionnelles, et doctorantes incluses. Toutes les personnes qui avaient cherché à obtenir réparation par les procédures au titre du Titre IX de Columbia3 jugeaient que ces procédures avaient failli. Même avec une preuve accablante d’agression ou de viol, la sanction judiciaire prise par l’université consistait au mieux à une tape sur la main. Dans une affaire comme la mienne — « il-a-dit », « elle-a-dit » où « elle » avait été droguée et ne pouvait guère se souvenir de grand-chose — cela se résumait à encore moins.

Et puis, moins d’un an et demi après mon agression, l’histoire de William Harris a éclaté. D’abord, une doctorante a intenté un procès à Columbia pour avoir failli à ses obligations de prendre des mesures contre Harris, professeur au Département d’histoire, qui l’avait embrassée à plusieurs reprises, agressée sexuellement et tenté d’avoir une relation sexuelle avec elle. Puis le New York Times a publié une enquête révélant que Harris avait harcelé et agressé des doctorantes pendant plus de trente ans.

À cette période, j’occupais la fonction de co-coordinatrice « pour l’inclusivité de genre et le respect sexuel ». En théorie, j’étais la référente entre doctorants et doctorantes et enseignant∙es sur les questions d’harcèlement et de discrimination. En pratique, la tâche consistait à récolter des courriels de doctorantes, me demandant, par exemple, pourquoi, elles se retrouvaient seules dans l’ascenseur de notre bâtiment avec un homme que le New York Times avait révélé être un prédateur.

Quand j’ai fait part de ces préoccupations à notre directoire, on m’a opposé des réponses évasives, non sans une certaine condescendance. À l’âge de 25 ans, je me suis retrouvée seule — ou souvent avec une autre femme, la présidente de notre Association doctorale, elle aussi âgée de moins de trente ans — dans une pièce avec des professeurs hommes qui avaient deux fois mon âge, à tenter de leur expliquer pourquoi, par exemple, une personne qui n’avait pas été personnellement agressée par William Harris puisse trouver à redire à le voir rôder dans notre département. C’était un travail épuisant sur le plan émotionnel.

L’affaire Harris, malheureusement, n’était pas un cas isolé. Bien évidemment, j’avais été agressée par un doctorant dans le Département d’histoire de Columbia. Il y avait aussi Charles Armstrong, professeur d’histoire coréenne, qui a été accusé en 2021 d’avoir violé une de ses anciennes étudiantes undergraduate. Armstrong a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec son accusatrice — qui était, encore une fois, une étudiante undergraduate sous sa responsabilité — mais soutenait que la relation était consentie. Les réseaux de racontars de doctorantes avaient aussi bruissé de la nécessité de se méfier d’autres professeurs : l’un pouvait être un peu amical à une fête ; il fallait éviter de travailler avec un deuxième (il pensait que les femmes étaient belles mais inintelligentes) ; à un colloque, on avait forcé un troisième à arrêter d’agresser une jeune collègue.

J’ai obtenu mon doctorat dans le Département d’histoire de Columbia en 2021 et j’ai décroché ensuite un postdoc. Depuis huit mois environ, je me sens plus légère. J’ai d’abord attribué ce sentiment au fait d’avoir accompli une tâche énorme, d’avoir soutenu ma thèse et d’avoir terminé six ans de scolarité en école doctorale. Les événements de cette dernière semaine cependant m’ont ramenée dans les ténèbres. J’ai le sentiment, et peut-être ceci en fait l’écho, qu’il y a eu des moments dans ma vie que  j’avais juste à dépasser — avancer sans trop penser à la situation, parce que la compréhension réelle de ce que j’endurais pouvait de me détruire. C’est ce qui s’est passé avec mes années à Columbia.

Mais l’affaire Comaroff m’a forcée à me souvenir ce que signifiait travailler un département avec un homme qui m’avait droguée et attaquée, ce que voulait dire se battre bec et ongles contre le département pour que ce dernier accède à une requête simple — notre sécurité — et ne même pas y parvenir. Le procès contre Harvard m’a rappelé les années passées à traiter avec une administration ouvertement hostile aux survivantes, administration qui a dépensé des millions pour tenter de démanteler notre syndicat, en partie pour éviter des négociations au sujet de la protection que nous exigions contre les agressions, le harcèlement et les discriminations. La lettre m’a ramenée aux discussions avec les professeur∙es titulaires qui, même confronté∙es à des preuves éclatantes de comportement inapproprié, préféraient protéger un de leurs collègues plutôt que de prendre au sérieux les doctorantes qui exigeaient protection et respect sur notre lieu de travail.

La semaine a été difficile.

Traduction Christelle Rabier


John et Jean Comaroff at New School Public Lecture, 2018. Tous droits réservés

Pour aller plus loin

Réseaux sociaux d’anthropologie aux USA : la centralité de Harvard et de Chicago (Kawa et al. 2019)

Courriel reçu par Jade Guedes de Gary Urton, publié sur Twitter le 2 juin 2020, avec le commentaire suivant : “This is the email I received from Gary Urton. I was a second to last year graduate student and he was chair at the time. Harvard, this time please don’t say there “ was no evidence for violation of policy”.

  1. de 65 pages. []
  2. NdT : toutes les personnes victimes de ce texte sont des femmes, selon l’autrice interrogée à ce sujet. []
  3. NdT: Title IX réfère à l’amendement éponyme du Education Amendements de 1972, qui interdit tout discrimination fondée sur le sexe aux établissements éducatifs recevant des financements de l’État fédéral. Voir à cet égard les dispositions prises par Columbia University. []
  4. Les Sud-Africain·es Max Price, Dennis Davis, Deborah Posel, Hylton White, Jane Taylor, Robert Morrell, Mike Morris, Neil Roos, Mugsy Spiegel, Imraan Coovadia and Steven Robins ont signé la lettre de soutien à Comaroff. []

Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage

Lorsque l’on explique comment l’université broie les jeunes chercheurs, la levée de bouclier de l’institution est quasi immédiate : non, l’université ne broie personne. Les rares cas de maltraitance relèveraient d’évènements isolés. Pourtant les témoignages se multiplient pour illustrer de quelles façons, certaines universités laissent dépérir étudiants et (jeunes) chercheurs.

Négligence ou intérêt politique ? L’Université de Lille saura probablement nous éclairer. Alors que son site internet regorge de documents invitant à lutter contre le harcèlement et reconnaître les signes de violences psychologiques, l’une de ses doctorantes subit harcèlement et injustices sans que personne n’y trouve visiblement à redire. L’université de Lille serait-elle incapable d’appliquer à elle-même ce qu’elle recommande à ses étudiants ? Harcèlement de la part de sa directrice de thèse, abus de pouvoir, refus manifeste d’appliquer une décision de justice, une doctorante témoigne1.

Update. 11/02/2022 Réponse du président de l’Université de Lille, Régis Bourdet

La soutenance de thèse, un rituel
Pas pour moi, ce fut l’un des pires jours de ma vie. Ma soutenance en neuropsychologie le 27 septembre 2017 à Lille n’avait a priori rien de suspect : je suis Hollandaise et mon parcours universitaire avait été validé par des mentions bien ou très bien dans trois pays (Pays-Bas, Royaume-Uni, France). Le manuscrit fini, ma directrice de thèse était favorable à l’organisation de la soutenance. Les avis des deux rapporteurs étaient enthousiastes. La soutenance s’annonçait comme le couronnement de plusieurs années de travail : ma famille et mes amis avaient fait le déplacement depuis l’étranger. Ce serait festif, comme toutes les autres soutenances, d’autant plus que la grossesse de mon deuxième enfant venait de commencer, comme le savait ma directrice de thèse.
Cependant, dans les jours qui ont précédé la soutenance, ma directrice de thèse m’a subitement redemandé une nouvelle archive détaillée et expliquée de tout mon travail de thèse de quatre ans. Même bien organisée, ces quelques jours étaient trop courts pour tant de travail si soudain. Je proposais les semaines d’après, il fallait que ce soit avant. Le jour de la soutenance, la pression est montée au point que ma directrice de thèse a influencé le jury pour qu’il prononce un « ajournement temporaire » de la thèse.
Selon les textes qui définissent la procédure de soutenance de thèse — soit l’arrêté du 25 mai 2016 — le jury prononce soit une admission, soit un ajournement (définitif) du doctorat : l’ajournement « temporaire » n’est pas une possibilité.
Toujours selon la loi, la directrice de thèse n’a pas le droit de prendre part à la délibération.
Enfin, le jury doit écrire un rapport de soutenance justifiant sa décision. Dans mon cas, ce rapport n’a jamais été écrit, ce qu’a reconnu l’Université.

https://www.flickr.com/photos/infomastern/15904857534/in/photolist-qesy2C-dAs1jK-DAUTFH-wxYGtP-4PnoZ7-2mPtLQT-3Hm6m-4rXpuJ-2inNcx2-D75PXk-PS17xo-Rosd4Q-CCbSto-2mHznm4-4jiJMu-2i9avbB-2ksfFxV-AWYRiz-NoPLPt-4t1zfy-4qYYFV-2kv7XFd-2inNcqy-6MJa8A-2hP1CxJ-DUMwAW-qVTZQn-235HceQ-Cvo3Zf-2kb53jn-PzUzfF-PGSCmY-NbwPA7-2mQ7oq2-2mT1Gqe-7LsshM-7uV9gb-2dWa5qg-2mTpbsB-2ki8YCd-QSEQL7-2n1rT9r-2kdnCkX-EP2ajd-2mMVz9q-2mZSTni-5mJZ5k-4ycY7c-tphGx-bVG2X
Frosty, by Suzanne Nisson, 2015

Au-delà de l’humiliation publique de ne pas obtenir le diplôme, je suis entrée ce jour-là dans le cauchemar d’une « thèse après la soutenance ». La liste des tâches pour le bénéfice de ma directrice de thèse et de ses propres recherches s’allongeait : analyses supplémentaires, extra publications, formation d’étudiants, etc. Elle se comportait comme un employeur qui me paierait avec la promesse du diplôme que j’aurais dû avoir sans son intervention. L’École Doctorale, censée être un médiateur de la situation, me conseilla de ne rien contester, parce que ma directrice de thèse « avait le bras long ».

Continuer la lecture

  1. Interpellée à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, l’Université de Lille, EPE qui a intégré l’Université de Lille-3 depuis 2021 — Article 9, chap. III du décret 2012-1206 portant création de l’Université de Lille et approbation de ses statuts n’a pas encore répondu à nos questions. []

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

Au bout de ma thèse, par Goldmanipes – une production ParoD-Day

ParoD-Day vous souhaite une bonne année 2022 en chansons !

Pour suivre ce talentueux groupe, abonnez-vous : @DayParod
À la 200e abonnée, ParoD-Day lance le projetANR

#ResistESR

 

Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Continuer la lecture

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []