Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

En Italie, les précaires occupent le Conseil national de la recherche jusqu’à nouvel ordre

English below

Depuis le 18 novembre [2021], le Conseil national scientifique italien (CNR), soit la plus grande institution de recherche1 en Italie est occupée de manière continue par les syndicats et par des représentant·es des “Precari Uniti” (Précaires unis). “Precari Uniti” est un mouvement spontané, né en 2016, qui rassemble plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses temporaires du CNR (chercheurs et chercheuses, technicien·nes et employé·es administratifves).

Pour quelles raisons ?

Le 18 novembre, le directeur général du CNR,  Dr G. Colpani a brièvement rapporté aux syndicats le projet du CNR : le CNR n’utilisera que 3,3 millions d’euros en vue de prolonger les contrats de seulement 50-60 travailleurs et travailleuses temporaires parmi les 400 personnes qui peuvent y prétendre. Ces dernières y ont le droit à la suite de concours réservés qui se sont tenus en 2018, dans les même domaines stratégiques de l’ERC, dans le cadre de la loi italienne Dlgs.75/17 de 2017, connue sous le nom de “loi Madia”. Les classements, obtenus lors de ces concours, expireront en décembre prochain. Sans poste permanent, ces travailleurs et travailleuses seront exclu·es du système de recherche italien. Leurs contrats de recherche ne peuvent être renouvelés au-delà de la sixième année, selon une autre loi italienne. Qui plus est, en réalité, la chance d’avoir un contrat à durée déterminée — similaire à un poste permanent au vu des protections de l’emploi — est presque impossible au CNR.

Les syndicats considèrent la décision du CNR “immorale, absurde, incompréhensible et inacceptable”. En prenant en compte qu’il y a près de 33 millions d’euros disponibles, financés par différentes lois ayant l’objectif d’élever le niveau de la recherche italienne. Pour parachever le tout, le même directeur avait rassuré les syndicats il y a un mois, à l’occasion d’une réunion, sur le fait que le processus de stabilisation serait bien mis en œuvre. Au cours de la même réunion, il avait même indiqué le calendrier de la procédure !

Dans ce moment historique, alors que le monde fait face à une pandémie et à la crise climatique, tout le monde a pu prendre conscience de l’importance des activités de recherche. Les hommes et femmes politiques eux-mêmes soutiennent notre cause et font pression pour que le processus de stabilisation s’achève à la fin de décembre 2021.

“Precari Uniti” maintiendra la mobilisation syndicale jusqu’à ce qe toutes celles et ceux qui peuvent prétendre à une stabilisation soient effectivement recruté·es.

Suivez nous !

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

English version

Continuer la lecture

  1. NDLR ie sans enseignement []

Campus Condorcet: appel intersyndical à la grève le 23 novembre 2021

Une assemblée générale réunissant le personnel travaillant pour l’EPCC s’est tenue jeudi 18 novembre, suite au dépôt du préavis de grève par les trois organisations syndicales représentatives des agents de l’EPCC (SNPTES, FO, SGEN-CFDT).

Les 54 agents présents on voté à l’unanimité la grève pour la journée du 23 novembre. 
Suite à cette assemblée générale, les représentants du personnel ont eu rendez-vous avec le Président de l’EPCC, qui a dit comprendre les revendications du personnel, mais n’a pu y répondre favorablement.
Rendez-vous sont donc donnés mardi 23 novembre :

Sénégal. Grève illimitée à l’Université Alioune Diop de Bambey

Les étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey sont en grève depuis le 12 avril dernier pour revendiquer de meilleures conditions d’études. Face à l’inertie du Ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), les étudiants sont de plus en plus gagnés par l’incertitude.

Crédit: Abou Kane Dia, 2021

Pour lire l’article sur La Vie sénégalaise →

Grève féministe des chargé∙es de cours de Paris-3 : l’université à bout de bras

#ResistESR
Malgré notre combat depuis des années, nous ne sommes toujours pas tenu·es au courant des affaires qui nous concernent (sans parler d’y être pleinement associé·es), comme la mise en place de la mensualisation. Celle-ci nous aurait été enfin accordée à l’échelle d’un “test”, avec une sorte de contractualisation des doctorant·es non contractuel·les, jugées les “plus précaires” (qu’en est-il des docteur·es sans poste?). Nous ne sommes pas informé·es de sa mise en place. Et elle n’est PAS suffisante. Nous exigeons la mensualisation des chargé·es de cours, une revalorisation de l’heure équivalent TD, pour le moment inférieure au SMIC, suivant l’augmentation du SMIC horaire du 1er Janvier 2021 et prenant en compte 1h de travail supplémentaire de préparation. La mensualisation peut passer par une contractualisation des chargé·es de cours. En effet, nous rappelons qu’aujourd’hui, être vacataire requiert d’avoir un “emploi principal” à côté d’au moins vingt-cinq heures, ce qui entraine les chercheur·ses à prendre des “petits boulots” pour pouvoir assurer leurs charges de cours. Comment les chargé·es de cours vont trouver un emploi à 25h pour pouvoir donner leurs cours avec la crise sanitaire ? Le contexte vous incitera de toute façon à la contractualisation, quand vous serez en pénurie de vacataires, et nous demandons dès maintenant que ces contrats soient dignes et incluent directement nos droits les plus élémentaires, comme le remboursement des frais de transport, les congés payés, la sécurité sociale.
Nous rappelons que les chargé·es de cours assurent largement le socle de formation en Licence de nos étudiant·es et que les titularisations ne sont qu’un mirage pour une grande majorité de docteur·es formé·es, brillant·es et désireux·ses de travailler à l’Université. Rappelons aussi que les femmes et minorités de genre chargées de cours sont les principales pénalisées dans l’ESR, du fait de leur statut précaire et de leur position hiérarchique : en plus de nuire à leurs activités de recherche et de publications scientifiques, cela les expose de manière privilégié au harcèlement sexuel et sexiste. Certes, nous avons la passion de nos métiers, mais nous ne sommes pas des bénévoles, nous sommes des travailleur·ses et exigeons d’être considéré·es comme tel·les.
La vraie résolution de la crise consisterait à créer des postes et titulariser les chargé·es de cours pour augmenter les effectifs et ainsi soulager la charge de travail de chacun·e. C’est pour cela que nous demandons à la Présidence de rendre compte de notre grève auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de demander la création immédiate de postes. On ne peut nous demander, alors que nous sommes déjà à bout, de tenir l’université à bout de bras, en nous auto-formant en distanciel, sans moyens supplémentaires. Les étudiant·es sentent une proximité générationnelle avec nous et se confient plus aisément qu’à des titulaires (aussi car beaucoup d’entre nous s’impliquent dans des pédagogies bienveillantes) : nous sommes les premières oreilles pour leurs difficultés et, trop souvent, leur détresse. Nous craignons des décrochages supplémentaires, mais nous craignons surtout des suicides.
La décence consisterait a minima à nous recevoir, ce que nous avons demandé à plusieurs reprises sans réponse, et d’avoir un calendrier clair concernant une mensualisation et une contractualisation. 
Rappelons aussi que l’on n’a JAMAIS été consulté·es sur les modalités des cours à distance. On n’est TOUJOURS pas éligibles aux différents conseils. On n’est TOUJOURS pas remboursé·es des transports. Les doctorant·es n’ont TOUJOURS pas été exonéré·es des frais d’inscription (pour pouvoir travailler auprès de… leur propre employeur ?).On n’a eu le droit qu’à 2 salles ouvertes à la Maison de la Recherche pour les cours à distances, à 3 ordinateurs à l’UFR Arts et Médias, et moins de 10 tablettes pour pallier la fracture numérique des un·es et des autres. On n’a TOUJOURS aucune création de postes de MCF.
De plus, on a dû gérer tout un semestre en distanciel, refonder nos pratiques pédagogiques, essayer tant bien que mal de prendre soin des étudiant·es, écouter leurs plaintes des 4 PDF de cinquante pages laissés par des collègues titulaires en guise de cours, et à quoi s’ajoutent en plus, nos propres problèmes personnels : les morts Covid de nos proches, nos dépressions, nos burn-out, nos remises en question de vocation, notre fatigue de rédaction de thèse, pour celles et ceux dont les activités de recherches ne sont pas à l’arrêt, nos enfants, nos emplois principaux, et tant d’autres choses encore.
Qui soutient nos luttes pendant qu’on essaye de soutenir les étudiant·es et nos collègues démoralisé·es par un semestre complètement dégradé ?
Redisons-le : nous n’avons même pas été REÇU·ES par la Présidence.
Face à cette indifférence, et parce que nous refusons d’imposer un autre semestre de souffrance, à nous-mêmes, mais aussi visiblement aux étudiant·es, nous décidons d’entrer en grève pédagogique.
Auront lieu une rétention des notes du SM1 et/ou du SM2 et les cours ne reprendront pas normalement tant que nous n’aurons pas été reçu·es par la Présidence, qu’il n’y aura pas de réponses à nos revendications, c’est-à-dire un calendrier clair de contractualisation/ mensualisation, et qu’un message ne sera pas adressé au gouvernement pour la création de postes dont nous serons dûment informé·es.
Tou·tes les doctorant·es et docteur·es sans poste n’ont pas de charges de cours, et/ou n’ont pas les moyens de faire grève de par leur précarité matérielle ou psychologique, mais iels soutiennent aussi nos actions, et se lancent dans l’esprit de grève et réflexions pédagogiques féministes.
Nous ne pouvons pas continuer avec un tel bilan. Malgré nos efforts individuels, et pour beaucoup, la tentative de prendre soin des étudiant·es, le manque de postes et de matériel fait que nous pouvons seulement assurer un enseignement dégradé, aux dépens de notre santé et de celles des étudiant·es.
Nous demandons aussi à la Présidence de se positionner clairement auprès du gouvernement pour la réouverture de l’université dans des conditions sanitaires permettant d’assurer la sécurité de celles et ceux qui peuvent et veulent reprendre en présentiel. Et nous exigeons que ne soient pas appliquées les mesures précarisantes de la LPR telle que les tenure tracks, les chaires d’excellence ou CDI de chantier. Ces mesures vont précariser d’avantage les chargé·e·s de cours et par conséquent augmenter et accroitre très significativement les inégalités et les discriminations sexistes, racistes, clavistes et validistes qui existent déjà.
Nous incitons aussi toutes les directions de département à soutenir nos revendications, et à mettre en place des mesures concrètes pour que les chargé·es de cours, les personnels et étudiant·es puissent faire remonter, anonymement et distinctement, leurs revendications.
Enfin, nous appelons notre grève “féministe”, d’une part car la majorité des vacataires de l’université sont des femmes et minorités de genre, et que notre grève et nos réflexions pédagogiques prennent sens dans ce cadre.
Le Collectif des Non-titulaires de Paris 3 – Page Facebook
Pour soutenir la grève féministe, signez la tribune

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!

Grève à la Bibliothèque Sainte-Barbe. Demande de soutien

Communiqué de presse

Nous sommes les 22 salarié.e.s étudiant.e.s à la Bibliothèque Sainte Barbe
(BU sous la direction de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) et sommes
tou·tes en grève depuis le 5 décembre 2020. Nous avons déjà mené 4
journées de grève qui ont fait fermer la bibliothèque les samedis, en
tenant des piquets de grève sur la place du Panthéon. Le silence de la
direction de la bibliothèque et de l’université depuis le mois de décembre
nous encourage à maintenir la grève jusqu’à ce que nos revendications
soient entendues. Une cinquième journée de grève aura donc lieu le samedi
16 janvier.

Nous attendons une mobilisation assez importante ce samedi 16 janvier pour
notre piquet de grève (de 9h30 à 14h) sur la place du Panthéon et plusieurs
personnalités ont répondu présentes : Danielle Simonnet, Vincent Govelet,
Eric Coquerel… Nous sommes également en contact avec le cabinet de Manon
Aubry et d’Adrien Quatennens, en espérant qu’ils pourront venir.

#ResistESRPour aller plus loin, voir le Tract BSB 16 janvier