Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

Faire grève dans l’ESR

Comment faire grève dans l’ESR ? Avec la multiplication des statuts, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Suite à un fil de JS Carbonell faisant le point, voici un certain nombre de ressources syndicales et non-syndicales1

https://twitter.com/AuroreKoechlin

Crédit: A. Koechlin, 2022

 

 

  1. Merci à JS Carbonell, N. Pinsard, M. Sonnette. []

Augmentation des salaires, défense du droit de grève : appel intersyndical à la grève du 18 octobre

#BnFgate. Mobilisation à Tolbiac pour le Conseil d’administration

16400 signatures de la pétition pour le retour aux communications directes et le respect des usager·es, une très grande couverture presse — émission “Grève à la BNF : symoble de la précarité de la recherche ?” à France culture, des artcles et interviews de L’Humainté à Le Figaro, en passant par Le Monde et Télérama  — des centaines de témoignages de lecteurices étrangères,  un tardif communiqué de la CFDT Culture contre la grève mais pour l’arbitrage de la ministre en faveur de lacréation de postes : la grève continue aujourd’hui en ce jeudi 30 juin 2022, après un vote consultatif incompréhensible de la part d’un Conseil scientifique qui n’aurait de scientifique que le nom1

Alors que le Conseil d’administration se réunion cet après-midi, rendez-vous à Tolbiac pour libérer le livres ! Et rendre les communications directes.

Préparation en Assemblée générale de la grève du 30 juin 2022

Merci aux agent·es qui seront en grève aujourd’hui pour soutenir le service public de la Bibliothèque nationale de France : n’hésitez pas à cotiser à la caisse de grève.

  1. Faute de chercheur-ses en activité en son sein? []

Dix jours de grève commencent aujourd’hui au Royaume-Uni

  • Semaine 1 (pour les retraites, USS pension only, 44 institutions): 5 jours; du lundi 14 au vendredi 18 février
  • Semaine 2 (grève pour les retraites, les salaires et les conditions de travail, 68 institutions): 2 jours; lundi 21 and mardi 22 février
  • Semaine 3 (salaires et conditions de travail: 63 institutions): 3 jours; ludni 28 février, mardi 1 and mercredi 2 mars

Pour en savoir plus →

Frais d’inscriptions : passons à l’action ! Grève du 3 février à Rennes

Près de 600 manifestants et manifestantes ont manifesté à Rennes ce jeudi 3 février contre la hausse annoncée des droits étudiants. Photos: Union pirate Continuer la lecture

Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

En Italie, les précaires occupent le Conseil national de la recherche jusqu’à nouvel ordre

English below

Depuis le 18 novembre [2021], le Conseil national scientifique italien (CNR), soit la plus grande institution de recherche1 en Italie est occupée de manière continue par les syndicats et par des représentant·es des “Precari Uniti” (Précaires unis). “Precari Uniti” est un mouvement spontané, né en 2016, qui rassemble plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses temporaires du CNR (chercheurs et chercheuses, technicien·nes et employé·es administratifves).

Pour quelles raisons ?

Le 18 novembre, le directeur général du CNR,  Dr G. Colpani a brièvement rapporté aux syndicats le projet du CNR : le CNR n’utilisera que 3,3 millions d’euros en vue de prolonger les contrats de seulement 50-60 travailleurs et travailleuses temporaires parmi les 400 personnes qui peuvent y prétendre. Ces dernières y ont le droit à la suite de concours réservés qui se sont tenus en 2018, dans les même domaines stratégiques de l’ERC, dans le cadre de la loi italienne Dlgs.75/17 de 2017, connue sous le nom de “loi Madia”. Les classements, obtenus lors de ces concours, expireront en décembre prochain. Sans poste permanent, ces travailleurs et travailleuses seront exclu·es du système de recherche italien. Leurs contrats de recherche ne peuvent être renouvelés au-delà de la sixième année, selon une autre loi italienne. Qui plus est, en réalité, la chance d’avoir un contrat à durée déterminée — similaire à un poste permanent au vu des protections de l’emploi — est presque impossible au CNR.

Les syndicats considèrent la décision du CNR “immorale, absurde, incompréhensible et inacceptable”. En prenant en compte qu’il y a près de 33 millions d’euros disponibles, financés par différentes lois ayant l’objectif d’élever le niveau de la recherche italienne. Pour parachever le tout, le même directeur avait rassuré les syndicats il y a un mois, à l’occasion d’une réunion, sur le fait que le processus de stabilisation serait bien mis en œuvre. Au cours de la même réunion, il avait même indiqué le calendrier de la procédure !

Dans ce moment historique, alors que le monde fait face à une pandémie et à la crise climatique, tout le monde a pu prendre conscience de l’importance des activités de recherche. Les hommes et femmes politiques eux-mêmes soutiennent notre cause et font pression pour que le processus de stabilisation s’achève à la fin de décembre 2021.

“Precari Uniti” maintiendra la mobilisation syndicale jusqu’à ce qe toutes celles et ceux qui peuvent prétendre à une stabilisation soient effectivement recruté·es.

Suivez nous !

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

English version

Continuer la lecture

  1. NDLR ie sans enseignement []

Campus Condorcet: appel intersyndical à la grève le 23 novembre 2021

Une assemblée générale réunissant le personnel travaillant pour l’EPCC s’est tenue jeudi 18 novembre, suite au dépôt du préavis de grève par les trois organisations syndicales représentatives des agents de l’EPCC (SNPTES, FO, SGEN-CFDT).

Les 54 agents présents on voté à l’unanimité la grève pour la journée du 23 novembre. 
Suite à cette assemblée générale, les représentants du personnel ont eu rendez-vous avec le Président de l’EPCC, qui a dit comprendre les revendications du personnel, mais n’a pu y répondre favorablement.
Rendez-vous sont donc donnés mardi 23 novembre :