Grève féministe des chargé∙es de cours de Paris-3 : l’université à bout de bras

#ResistESR
Malgré notre combat depuis des années, nous ne sommes toujours pas tenu·es au courant des affaires qui nous concernent (sans parler d’y être pleinement associé·es), comme la mise en place de la mensualisation. Celle-ci nous aurait été enfin accordée à l’échelle d’un « test », avec une sorte de contractualisation des doctorant·es non contractuel·les, jugées les « plus précaires » (qu’en est-il des docteur·es sans poste?). Nous ne sommes pas informé·es de sa mise en place. Et elle n’est PAS suffisante. Nous exigeons la mensualisation des chargé·es de cours, une revalorisation de l’heure équivalent TD, pour le moment inférieure au SMIC, suivant l’augmentation du SMIC horaire du 1er Janvier 2021 et prenant en compte 1h de travail supplémentaire de préparation. La mensualisation peut passer par une contractualisation des chargé·es de cours. En effet, nous rappelons qu’aujourd’hui, être vacataire requiert d’avoir un « emploi principal » à côté d’au moins vingt-cinq heures, ce qui entraine les chercheur·ses à prendre des « petits boulots » pour pouvoir assurer leurs charges de cours. Comment les chargé·es de cours vont trouver un emploi à 25h pour pouvoir donner leurs cours avec la crise sanitaire ? Le contexte vous incitera de toute façon à la contractualisation, quand vous serez en pénurie de vacataires, et nous demandons dès maintenant que ces contrats soient dignes et incluent directement nos droits les plus élémentaires, comme le remboursement des frais de transport, les congés payés, la sécurité sociale.
Nous rappelons que les chargé·es de cours assurent largement le socle de formation en Licence de nos étudiant·es et que les titularisations ne sont qu’un mirage pour une grande majorité de docteur·es formé·es, brillant·es et désireux·ses de travailler à l’Université. Rappelons aussi que les femmes et minorités de genre chargées de cours sont les principales pénalisées dans l’ESR, du fait de leur statut précaire et de leur position hiérarchique : en plus de nuire à leurs activités de recherche et de publications scientifiques, cela les expose de manière privilégié au harcèlement sexuel et sexiste. Certes, nous avons la passion de nos métiers, mais nous ne sommes pas des bénévoles, nous sommes des travailleur·ses et exigeons d’être considéré·es comme tel·les.
La vraie résolution de la crise consisterait à créer des postes et titulariser les chargé·es de cours pour augmenter les effectifs et ainsi soulager la charge de travail de chacun·e. C’est pour cela que nous demandons à la Présidence de rendre compte de notre grève auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de demander la création immédiate de postes. On ne peut nous demander, alors que nous sommes déjà à bout, de tenir l’université à bout de bras, en nous auto-formant en distanciel, sans moyens supplémentaires. Les étudiant·es sentent une proximité générationnelle avec nous et se confient plus aisément qu’à des titulaires (aussi car beaucoup d’entre nous s’impliquent dans des pédagogies bienveillantes) : nous sommes les premières oreilles pour leurs difficultés et, trop souvent, leur détresse. Nous craignons des décrochages supplémentaires, mais nous craignons surtout des suicides.
La décence consisterait a minima à nous recevoir, ce que nous avons demandé à plusieurs reprises sans réponse, et d’avoir un calendrier clair concernant une mensualisation et une contractualisation. 
Rappelons aussi que l’on n’a JAMAIS été consulté·es sur les modalités des cours à distance. On n’est TOUJOURS pas éligibles aux différents conseils. On n’est TOUJOURS pas remboursé·es des transports. Les doctorant·es n’ont TOUJOURS pas été exonéré·es des frais d’inscription (pour pouvoir travailler auprès de… leur propre employeur ?).On n’a eu le droit qu’à 2 salles ouvertes à la Maison de la Recherche pour les cours à distances, à 3 ordinateurs à l’UFR Arts et Médias, et moins de 10 tablettes pour pallier la fracture numérique des un·es et des autres. On n’a TOUJOURS aucune création de postes de MCF.
De plus, on a dû gérer tout un semestre en distanciel, refonder nos pratiques pédagogiques, essayer tant bien que mal de prendre soin des étudiant·es, écouter leurs plaintes des 4 PDF de cinquante pages laissés par des collègues titulaires en guise de cours, et à quoi s’ajoutent en plus, nos propres problèmes personnels : les morts Covid de nos proches, nos dépressions, nos burn-out, nos remises en question de vocation, notre fatigue de rédaction de thèse, pour celles et ceux dont les activités de recherches ne sont pas à l’arrêt, nos enfants, nos emplois principaux, et tant d’autres choses encore.
Qui soutient nos luttes pendant qu’on essaye de soutenir les étudiant·es et nos collègues démoralisé·es par un semestre complètement dégradé ?
Redisons-le : nous n’avons même pas été REÇU·ES par la Présidence.
Face à cette indifférence, et parce que nous refusons d’imposer un autre semestre de souffrance, à nous-mêmes, mais aussi visiblement aux étudiant·es, nous décidons d’entrer en grève pédagogique.
Auront lieu une rétention des notes du SM1 et/ou du SM2 et les cours ne reprendront pas normalement tant que nous n’aurons pas été reçu·es par la Présidence, qu’il n’y aura pas de réponses à nos revendications, c’est-à-dire un calendrier clair de contractualisation/ mensualisation, et qu’un message ne sera pas adressé au gouvernement pour la création de postes dont nous serons dûment informé·es.
Tou·tes les doctorant·es et docteur·es sans poste n’ont pas de charges de cours, et/ou n’ont pas les moyens de faire grève de par leur précarité matérielle ou psychologique, mais iels soutiennent aussi nos actions, et se lancent dans l’esprit de grève et réflexions pédagogiques féministes.
Nous ne pouvons pas continuer avec un tel bilan. Malgré nos efforts individuels, et pour beaucoup, la tentative de prendre soin des étudiant·es, le manque de postes et de matériel fait que nous pouvons seulement assurer un enseignement dégradé, aux dépens de notre santé et de celles des étudiant·es.
Nous demandons aussi à la Présidence de se positionner clairement auprès du gouvernement pour la réouverture de l’université dans des conditions sanitaires permettant d’assurer la sécurité de celles et ceux qui peuvent et veulent reprendre en présentiel. Et nous exigeons que ne soient pas appliquées les mesures précarisantes de la LPR telle que les tenure tracks, les chaires d’excellence ou CDI de chantier. Ces mesures vont précariser d’avantage les chargé·e·s de cours et par conséquent augmenter et accroitre très significativement les inégalités et les discriminations sexistes, racistes, clavistes et validistes qui existent déjà.
Nous incitons aussi toutes les directions de département à soutenir nos revendications, et à mettre en place des mesures concrètes pour que les chargé·es de cours, les personnels et étudiant·es puissent faire remonter, anonymement et distinctement, leurs revendications.
Enfin, nous appelons notre grève « féministe », d’une part car la majorité des vacataires de l’université sont des femmes et minorités de genre, et que notre grève et nos réflexions pédagogiques prennent sens dans ce cadre.
Le Collectif des Non-titulaires de Paris 3 – Page Facebook
Pour soutenir la grève féministe, signez la tribune

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!

Grève à la Bibliothèque Sainte-Barbe. Demande de soutien

Communiqué de presse

Nous sommes les 22 salarié.e.s étudiant.e.s à la Bibliothèque Sainte Barbe
(BU sous la direction de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) et sommes
tou·tes en grève depuis le 5 décembre 2020. Nous avons déjà mené 4
journées de grève qui ont fait fermer la bibliothèque les samedis, en
tenant des piquets de grève sur la place du Panthéon. Le silence de la
direction de la bibliothèque et de l’université depuis le mois de décembre
nous encourage à maintenir la grève jusqu’à ce que nos revendications
soient entendues. Une cinquième journée de grève aura donc lieu le samedi
16 janvier.

Nous attendons une mobilisation assez importante ce samedi 16 janvier pour
notre piquet de grève (de 9h30 à 14h) sur la place du Panthéon et plusieurs
personnalités ont répondu présentes : Danielle Simonnet, Vincent Govelet,
Eric Coquerel… Nous sommes également en contact avec le cabinet de Manon
Aubry et d’Adrien Quatennens, en espérant qu’ils pourront venir.

#ResistESRPour aller plus loin, voir le Tract BSB 16 janvier

Des vacataires au bord de la rupture se mettent en grève

Depuis le 23 novembre 2020, les vacataires en sociologie de l’université de Bourgogne sont en grève illimitée. Ils et elles dénoncent les conditions de précarité dans lesquelles ils et elles travaillent, et demandent qu’un dialogue autour de ces problématiques soit enfin instaurer.

Suite à leur communiqué, les enseignant·e·s–chercheur·e·s du département de sociologie ont décidé de leur apporter tout leur soutien.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/krassycandoit/431229964/in/photolist-E7aDo-FygMU1-FSwYgr-5aFz32-FSxfMc-Fyh6cC-DDxSh-4XZkNf-FW6wuN-FW6As7-FQdxkJ-86bccT-F4937x-uAT4E-FSwTzx-zEVeUA-FW6Kyy-cuMfFJ-4A6PkX-UvM8n7-G1uxFv-eobWYk-2hnvq78-2hnvpRd-2hnsQJB-bcDyP6-2hiaKEL-2iuNHah-2jH33Um-2iuMuvR-4JHoJL-9PCzqB-Ug9s2R-aaNWfM-2ixRswE-4pc3fr-goTXv-5dyhgq-FYovca-F495Hz-FQdMtd-FYopuP-Vm5vaT-F3XpX9-dCW5NK-Fyhq2G-FSxeJk-F48JMn-8QARAC-Fyhrch

Credit: Krassy can do it, 2007

Communiqué des vacataires en sociologie à l’université de Bourgogne au bord de la rupture

Nous, docteur·es et doctorant·es, vacataires et contractuel.le.s au département de sociologie, prenons aujourd’hui la parole pour dire notre colère face aux dysfonctionnements structurels au sein de l’université de Bourgogne, qui nous mettent, nous et nos collègues titulaires, dans des situations ubuesques. Nous tirons la sonnette d’alarme !

L’université de Bourgogne, comme tant d’autres universités en France, recourt aux vacataires et aux contractuel·les pour réaliser des missions pourtant pérennes. Ainsi, en termes d’enseignement, nous vacataires, assurons en moyenne 20 % des enseignements des formations de l’université de Bourgogne. Et au département de sociologie cette proportion grimpe à près de 30%.

Le statut de vacataire est, à l’origine, pensé pour que des spécialistes, qui ne seraient pas enseignant·es-chercheur·ses à l’université, puissent venir effectuer quelques heures de cours dans leur domaine de spécialité. Cependant aujourd’hui ce statut est utilisé pour pallier le manque de postes, puisque sans nous, la continuité des formations ne peut être assurée : en comptant les vacations ainsi que les heures complémentaires imposées aux enseignants titularisés, ce sont en effet 46% des cours qui dépassent le cadre normal des services des enseignant-chercheurs. Nous sommes donc des rouages essentiel du fonctionnement de l’université.

Doctorant·es (bien souvent non financé·es, notamment en Sciences Humaines et Sociales) et docteur·es sans postes, nous sommes payé·es deux fois dans l’année, nous commençons nos cours bien souvent plusieurs semaines (à plusieurs mois !) avant que nos contrats de travail soient effectivement signés. Nous sommes par ailleurs rémunéré·es à l’heure de cours effectuée, ce qui, lorsqu’on prend en compte le temps de préparation des enseignements et le temps de corrections des copies, donne une rémunération en dessous du SMIC horaire1.

Au delà de nos situations personnelles, bien souvent complexes, nous constatons tous les jours les difficultés de nos collègues titulaires, qui tentent de « faire tourner » l’université avec des ressources toujours plus limitées, et en faisant face aux injonctions contradictoires de l’administration, la surcharge de travail qu’induit le nombre croissant d’étudiant·es et les tâches ingrates à laquelle oblige l’indigne sélection mise en place par Parcoursup ! Sans compter, aujourd’hui, les charges administratives qui s’alourdissent tout particulièrement avec la situation sanitaire actuelle. Nous sommes contraint·es d’adapter les modalités d’enseignement, sans matériel et sans moyens supplémentaires, et dans des situations d’incertitudes absolues sur l’évolution de la situation. Nous sommes toutes et tous au maximum de nos services et heures complémentaires et supplémentaires, à tel point que, quand l’un·e ou l’autre doit s’absenter pour quelques raisons que ce soit, nos équipes sont au bord de l’effondrement ! Et nous ne disons rien ici du sens perdu de notre travail : ce sentiment de participer à un vrai service public de l’enseignement supérieur gratuit et ouvert à toutes et tous, systématiquement saboté par les réformes en cours du lycée et de l’ESR !

C’est pour ces raisons, et face au manque de réponse de la part de l’administration, que nous avons pris la difficile décision d’entamer un mouvement de grève illimité à partir du lundi 23 novembre 2020 à 8 h. Ce mouvement prendra fin lorsqu’un dialogue nous sera proposé.

Nos revendications sont les suivantes :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires ;
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire ;
  • Exonération des frais d’inscription pour les doctorant.e.s vacataires;
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’université ;
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne.

Nous avons bien conscience des conséquences difficiles que cette décision va provoquer, autant pour nos étudiant.e.s, que pour le fonctionnement du département de sociologie. Nous ne l’avons pas pris à la légère : elle ne s’est imposée qu’à la suite d’abondantes discussions et de mûres réflexions. Nous en sommes arrivé.es à la conclusion suivante : la défense de nos conditions de travail, c’est aussi la défense de la qualité des formations de l’université de Bourgogne.

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur ce point, voir sur Academia Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?, 31 mai 2019, et Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire, 23 février 2020. []

« Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique » : la section 04 porte l’estocade

MOTION DE LA SECTION 04
Science Politique
13 Novembre 2020

Depuis plus d’un an et demi, la communauté universitaire est mobilisée contre la LPR. La ministre a ignoré l’ensemble de ces mobilisations. Elle a tenu à l’écart des débats les instances représentatives des enseignant·es chercheur·es, syndicats et CPCNU. Elle a cédé à ceux qui depuis des années souhaitent une libéralisation à tout crin de l’enseignement et de la recherche, ignorant les réalités de nos métiers, les besoins les plus élémentaires des universités et des étudiant.es les plus précarisé.es. La tribune qu’elle vient de publier dans le journal Le Monde du 12 novembre 2020 est d’une rare condescendance et ne fait qu’augmenter notre colère.

Fin octobre et début novembre, dans des conditions indignes d’une démocratie parlementaire, ont été introduites dans la loi des dispositions iniques qui fragilisent, plus encore que ne l’aurait fait le projet contesté, le service public de l’enseignement et de la recherche, attaquant l’indépendance des universitaires et la liberté d’expression sur les campus. La loi crée ainsi un délit de « trouble à la tranquillité et d’atteinte au bon ordre des établissements » pénalisant ainsi un des registres traditionnels des mouvements étudiants et singularise la France dans le monde démocratique.

Non seulement le texte continue dans la voie d’une programmation budgétaire indigente, d’une précarisation accrue des emplois (tenure track), mais il prévoit désormais de vider le CNU d’une partie de ses missions de qualification et compromet au profit du localisme, l’évaluation académique des candidat·es.

Nous, membres de la section 4 du CNU sommes solidaires de l’ensemble des initiatives visant à contester la loi avant son adoption définitive devant les deux chambres. Nous continuerons à assurer le mandat qui nous a été confié dans le respect des candidat·es et des collègues qui nous ont fait confiance. Nous restons mobilisé·es et déterminé·es.

Nous refuserons désormais de siéger dans les instances d’évaluation où notre présence est requise en tant que membres du CNU. Nous réaffirmons, comme nous l’avions fait en février 2020, notre désengagement de toutes les procédures impliquant le HCERES.

Nous refuserons aussi de siéger dans les jurys de  concours de la fonction publique, jurys de grandes écoles et jurys de baccalauréat et dans toutes les instances qui ne constituent pas le cœur de notre métier d’enseignant·es et de chercheur·es.

Nous appelons les candidat.es actuellement en campagne dans le cadre des élections aux conseils centraux des universités ainsi que tous·tes les élu·es actuel·les des conseils centraux à prendre clairement position contre la mise en œuvre de l’expérimentation impliquant le contournement de la procédure de qualification. Nous les appelons également à s’engager à limiter les conséquences néfastes de la loi par tous les moyens dont elles et ils disposeront en tant que président.e.s d’université, en refusant plus généralement d’utiliser les dispositifs législatifs visant à précariser davantage encore qu’ils et elles ne le sont, nos jeunes collègues, docteur·es  sans poste.

Affiche, Université de Tours, mars 2020

Nous demandons à nos collègues titulaires, membres des futurs comités de sélection de résister par tous les moyens à la mise en œuvre de la loi en exigeant dans les jurys de recrutement dans lesquels elles ou ils siégeront à l’avenir, que les candidat·es auditionné.es continuent à être celles et ceux qui ont été qualifié·es.

Nous réclamons que l’avis des instances scientifiques reposant sur la collégialité et l’élection par les pairs soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de la recherche.

Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique et qui lui permettent de remplir sa mission essentielle, trop souvent oubliée, celle d’un accès démocratique au savoir et à la connaissance pour toutes et tous.

Un appel à la grève venant des facultés de droit

Comme évoqué dans un précédent billet sur le refus de faire remonter les rapports au Hcéres, la contestation de la loi de programmation de la recherche se réorganise désormais très rapidement, et Academia dans sa nouvelle collection #ResistESR s’engage à relayer dans ses pages les différentes initiatives locales ou disciplinaires qui lui seront signalées et qui sont susceptibles d’être reprises ailleurs.
L’initiative qui suit est triplement intéressante. D’abord, parce qu’il s’agit d’un appel à la grève venant des facultés de droit – ce qui, c’est dit sans ironie aucune, n’est pas non plus très courant. Ensuite, parce qu’elle se présente sous une forme originale, en période de confinement général, celle d’un appel aux « écrans noirs », c’est-à-dire éteints, à partir de vendredi 13 novembre.
https://www.unsa-pole-emploi.fr/.a/6a00e54edb35dd8833013483829364970c-piEnfin, et peut-être surtout, parce qu’elle prend la forme d’un appel des titulaires – plus de 150 maître·sses de conférences et professeur·es des universités – à leurs quatre sections CNU, celles du groupe 1 (sections 01 à 04) à assumer pleinement leurs responsabilités d’instances de représentation propre et authentique, et à relayer en conséquence l’appel à la grève à l’ensemble des enseignant·es-chercheur·ses rattaché·es à ces sections.

Aux membres des sections 01 (droit privé), 02 (droit public), 03 (histoire du droit) et 04 (science politique) :

Chères et chers Collègues, 
Comme vous le savez, nous sommes nombreux à être indignés du contenu et des conditions d’adoption, en commission mixte paritaire, du projet de loi de programmation de la recherche.
Le court-circuitage du CNU comme la création d’un délit nouveau d’atteinte au bon ordre des établissements nous semblent, en particulier, devoir appeler une réaction collective forte de toutes nos instances, et notamment des instances qui assurent notre représentation propre et authentique, dans la lignée des prises de position de Sylvie Bauer, la présidente de la CP-CNU.
Nous nous permettons donc de suggérer que les bureaux des sections du groupe 1 du CNU appellent l’ensemble des collègues relevant de ces sections à éteindre leurs écrans et à entrer en grève de vendredi 13 novembre à mardi 17 novembre, date de l’adoption de la loi par l’Assemblée.
Nous sommes bien conscients que la période est déjà très dure pour nos étudiants, mais nous sommes aussi persuadés que trois jours d’écrans noirs ne changeront pas grand chose au semestre déjà très dégradé qui est en cours alors qu’ils peuvent encore contribuer à pousser le gouvernement à amender en ultime lecture la LPR.
Espérant compter sur votre soutien,
170 signataires relevant de ces sections au 11 novembre à 22h15

Continuer la lecture

Facs et labos en lutte – communiqué Coronavirus, 14 mars 2020

En passant

Communiqué du 14 mars 2020 du comité de mobilisation des facs et labos en lutte

Depuis le 5 décembre, travailleur·ses et étudiant·es de tous statuts luttent dans les facs et les labos – et auprès des travailleur·ses de tous les secteurs – contre la destruction du système de retraite par répartition. Depuis le 5 mars, nous avons appelé à la mise à l’arrêt des universités et de la recherche pour protester contre les conditions de travail et d’étude désastreuses, et la pénurie de postes statutaires et de moyens pérennes, que viendrait aggraver la future Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) : système universitaire à deux vitesses, compétition accrue pour les crédits de recherche, précarité de l’emploi intensifiée, conditions d’étude détériorées. Depuis des années, nous sommes nombreux·ses à alerter sur les conséquences dramatiques de la destruction des services publics et des politiques d’austérité.

Jeudi 12 mars, dans une allocution présidentielle suscitée par la crise sanitaire majeure à laquelle est confronté le pays, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture aux usagèr·es, jusqu’à nouvel ordre, des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et des universités. Cette décision est nécessaire mais tardive, car des cas étaient déjà comptabilisés notamment dans les universités et que la fermeture proactive des écoles dès l’arrivée des premiers cas sauve des vies en cas de pandémie. Et bien d’autres lieux de travail ne devraient-ils pas être fermés, si nos vies comptaient plus que le CAC 40 ?

Santé et recherche publiques au rabais

Macron a prétendu porter « la reconnaissance de la nation » aux « héros en blouse blanche ». Pour mieux ignorer ces mêmes héros, lorsqu’ils sonnent l’alerte sur les effets catastrophiques des années de politiques d’austérité dans la santé et la recherche publiques ? Face à la crise hospitalière, le gouvernement ne propose que des heures supplémentaires et une inquiétante réforme de la formation des internes. Comme le rappellent les soignant·es en lutte, les hôpitaux ne disposent pas aujourd’hui des moyens humains et matériels suffisants pour faire face à une crise sanitaire majeure. Protéger la santé de tou·tes autrement que dans l’urgence implique un vrai plan de financement public et de recrutement de fonctionnaires à l’hôpital, la suppression du jour de carence et de tout frein à l’accès aux soins, y compris pour tou·tes les étrangèr·es, ou encore l’attribution de postes pérennes et de moyens suffisants pour la propreté, l’hygiène et la sécurité de tous les lieux de travail.

De la même façon, Macron affirme sa confiance dans la recherche française pour trouver en urgence des issues à la crise sanitaire, quand notre recherche publique a pris du retard du fait d’un manque structurel de crédits à long terme pour les laboratoires, soumis à l’idéologie de la compétition sur projets : plus de dix années perdues pour la recherche fondamentale sur le coronavirus ! Des mesures immédiates doivent être prises pour inverser cette tendance. L’État doit par exemple cesser d’offrir aux grandes entreprises l’équivalent de deux fois le budget du CNRS (sous la forme du « Crédit Impôt Recherche »), et redistribuer cet argent aux laboratoires de recherche publics. Notre pays a plus que jamais besoin de rétablir une recherche diversifiée et fondamentale, une université et des services publics dotés de moyens humains et financiers à la hauteur des défis écologiques, sanitaires et sociaux que nous devons relever, à l’opposé de politiques « d’innovation » de court-terme, partielles et marchandes.

Qui paiera la crise sanitaire et sociale ?

Des « plans de continuité de l’activité » sont en cours d’élaboration précipitée dans les universités. Comme à l’hôpital, les circonstances exceptionnelles exacerbent les tensions dans des universités déjà au bord du burn-out collectif. Le gouvernement doit se rendre à l’évidence : la fermeture des facs aux étudiant·es et à une large part des travailleur·ses est incompatible avec la poursuite des cours et des évaluations. Prétendre le contraire est un nouveau signe de mépris des bonnes conditions de travail, d’études et de vie. Le service public de l’enseignement nécessite l’accès à de vrais cours, mais aussi à des bibliothèques et autres lieux et outils de travail, actuellement impossible. Les BIAT·O·SS ne sont pas des variables d’ajustement ni des pions à déplacer de force : face au risque sanitaire, il ne saurait être question de les obliger à être présent·es sur leur lieu de travail, ni à travailler à distance. Les enseignant·es doivent garder le contrôle de leur travail et de ses fruits, y compris sur le plan de la propriété intellectuelle. La protection des données personnelles doit être préservée. Quant aux considérables obstacles techniques à l’enseignement à distance, ils sont autant d’obstacles sociaux, qui aggraveraient les inégalités déjà en forte augmentation avec les politiques universitaires actuelles. Et quid des étudiant·es et membres du personnel qui devront s’occuper toute la journée de leurs enfants scolarisés en temps normal ? La généralisation des cours en ligne n’est une solution ni pour les enseignant·es, ni pour le personnel BIAT·O·SS, ni pour les étudiant·es.

Continuer la lecture

Motion de la deuxième Coordination nationale des facs et labos en lutte, Nanterre, 6-7 mars 2020

Jeudi 5 mars, l’université et la recherche se sont arrêtées.

Nanterre, le 7 mars 2020

– publié sur UNIVERSITÉ OUVERTE

Nous étions des dizaines de milliers partout en France, dont 25 000 à Paris, à manifester pour le retrait de la contre-réforme des retraites, contre la casse de nos services publics, contre la précarisation et la marchandisation de nos universités. Cette journée s’inscrit dans le mouvement de grève initié le 5 décembre et dans les luttes qui l’ont précédé. Malgré les répressions pédagogiques, hiérarchiques, administratives, policières et judiciaires que le mouvement endure depuis plusieurs mois, cette journée de mobilisation massive est une réussite incontestable.

Dès le lendemain, la deuxième coordination nationale des facs et labos en lutte a rassemblé à l’université de Nanterre plus de 500 travailleur·ses et étudiant·es mobilisé·es, mandaté·es par des assemblées générales de 63 établissements, réunies en 154 délégations. Plus que jamais, nous sommes déterminé·es à nous battre pour toutes nos revendications et à faire plier le gouvernement !

Après trois mois d’intense mobilisation, l’usage inacceptable du 49.3 pour faire passer en force la contre-réforme des retraites révèle plus que jamais les pratiques autoritaires de l’exécutif. Et c’est nous, étudiant·es et travailleur·ses mobilisé·es, que Frédérique Vidal ose accuser de prendre la fac « en otage » ! Ces méthodes et cette rhétorique sont un aveu de faiblesse de la part du gouvernement, de plus en plus isolé face à une population majoritairement hostile à ses projets.

Nous sommes les enseignant·es et/ou chercheur·ses, nous sommes les BIAT·O·SS-IT·A, nous sommes les étudiant·es, nous sommes les précaires et les titulaires. Nous exigeons le retrait immédiat de la contre-réforme des retraites. Nous exigeons le retrait immédiat de tous les instruments de la destruction de l’enseignement et de la recherche publiques que sont la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiant·es (ORE), « Bienvenue en France », Parcoursup, le passage du DUT au BUT, la loi de transformation de la fonction publique, le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), les contre-réformes de la formation des enseignant·es et de l’assurance-chômage. Nous exigeons l’abrogation immédiate de l’arrêté permettant aux établissements privés de délivrer des diplômes de licence et de master et du décret instaurant les contrats de projet dans l’enseignement et la recherche. Nous dénonçons cette logique néolibérale, la marchandisation des savoirs et la mise en concurrence systématique qui sous-tendent le fonctionnement actuel de l’université et de la recherche publique.

Face à la précarisation croissante des étudiant·es comme des travailleur·ses, nous exigeons que soit mis en œuvre dès 2020 un plan d’urgence pour l’université et la recherche. Nous exigeons des titularisations et des recrutements massifs, à la hauteur des besoins ; des financements pérennes pour assurer à tou·tes de bonnes conditions de travail, d’étude et de vie ; des garanties sur la sécurité juridique des étrangèr·es. Ainsi seulement nous pourrons créer une université démocratique, gratuite, antisexiste, antiraciste, émancipatrice et ouverte à toutes et tous.
L’université doit être un service public, qui ne doit ni sélectionner, ni accroître ou légitimer les inégalités. La recherche doit être un service public, en capacité de produire des savoirs d’intérêt général. Nous allons les refonder !

Nous appelons à construire, amplifier et élargir la grève dès le 9 mars, notamment en organisant partout des assemblées générales. La grève reconductible et de grandes journées nationales de mobilisation nous permettront de construire un rapport de force victorieux. Face à l’inflexibilité du gouvernement et à la répression, dans et hors de nos facs et labos, les solidarités intersectorielles et internationales sont nos meilleures armes. La convergence avec les Gilets Jaunes et les secteurs en lutte depuis le 5 décembre doit s’approfondir et continuer à être notre mot d’ordre.

Pour faire vivre notre mouvement et rebâtir sans attendre l’université et la recherche, multiplions les actions, des plus symboliques aux plus offensives, dans et hors des murs de nos établissements. Pour renforcer la mobilisation étudiante, la coordination nationale appelle l’ensemble des équipes pédagogiques à adapter, en concertation avec les étudiant·es, les modalités de contrôle de connaissance et de validation des unités d’enseignement. Pour assurer la poursuite de la mobilisation, nous ne nous laisserons pas abuser par l’instrumentalisation politique de la crise sanitaire du COVID-19 et par les menaces de fermeture de nos établissements. La coordination nationale a pleine confiance dans la créativité et l’inventivité des travailleur·ses et étudiant·es : approprions-nous la lutte à travers nos assemblées générales locales, et rythmons-la avec un calendrier commun !

Le 5 mars, l’université et la recherche se sont arrêtées.
Le 5 mars, c’est tous les jours : continuons jusqu’à la victoire !

Calendrier voté lors de la coordination nationale

Continuer la lecture

Les directions de laboratoire se dotent d’un organe représentatif

Création de l’Assemblée des Directions de laboratoire

Paris, le 5 mars 2020

Nous, directrices et directeurs de laboratoires, nous sommes réunis le 5 mars 2020. Auteurs d’une tribune parue dans Le Monde le 11 février, co-signée par 744 laboratoires, nous représentons l’ensemble des disciplines et des établissements d’enseignement et de recherche français1.

Nous déclarons que les conditions ne sont plus réunies pour permettre aux laboratoires de fonctionner correctement et qu’il faut mettre un terme à cette situation. Nous affirmons que les intentions qui figurent dans les rapports préparatoires de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, relayées par diverses prises de position publiques et déjà engagées par certaines dispositions légales, constitueraient, si elles devaient être appliquées, une étape cruciale dans la longue entreprise de démolition de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Nous refusons de nous soumettre en silence à ces transformations qui se font au détriment d’une université ouverte et d’une recherche intègre et responsable. C’est pourquoi, aux côtés de milliers de collègues et d’étudiant.e.s, nous sommes toujours mobilisés et, face à l’urgence, avons décidé ce jour de nous constituer en collectif afin de défendre plus efficacement les besoins réels de la communauté scientifique et, ce faisant, l’élaboration de savoirs diversifiés au bénéfice de l’ensemble de la société.
Au nom de l’Assemblée des Directions de Laboratoires, nous demandons notamment :

    •  un recrutement massif sur des postes pérennes (de chercheurs et d’enseignants-chercheurs comme d’ingénieurs et de techniciens) pour compenser les baisses dramatiques de ces deux dernières décennies et pour que cessent ainsi la précarisation et ses nombreux effets délétères ;
    • une augmentation des budgets au profit des crédits récurrents des laboratoires pour que puisse continuer à se développer une recherche de temps long, sereine et véritablement attractive ;
    • l’instauration d’une politique qui ne fasse pas de la recherche orientée son unique boussole.

Nous nous engageons donc collectivement pour que soit mis un terme au délitement continu de nos professions. Affectant celles et ceux qui, quels que soient leurs fonctions et leurs statuts, font la richesse de l’enseignement supérieur et de la recherche, la politique menée attaque la science dans ses fondements mêmes. Nous porterons collectivement ces exigences et défendrons, si celles-ci devaient continuer à ne pas être entendues, le recours à d’autres modes d’actions.

Pour rejoindre l’Assemblée des Directions de Laboratoires :
s’incrire en cliquant sur le lien framalistes

Liens:

  1. En ce qui concerne le CNRS, cette tribune a notamment été signée par 343 UMR
    (dont 29 % de celles ayant l’INSIS comme premier institut de rattachement, 31 % pour l’INSB, 35 % pour l’INSU et l’INC, 37 % pour l’INP, 40 % pour l’IN2P3, 43 % pour l’INSMI et l’INS2I, 64 % de l’INSHS et 74 % pour l’INEE. []

L’Université et la recherche en marche : manifestation historique du 5 mars 2020

Un jeudi de printemps

Nous étions 25000 au départ de Paris-Diderot

Départ, Paris-Diderot, 5 mars 2020 (crédit: Gérôme Truc)

Conclusion des prises de parole, starring Marie Sonnette

Déambulation printanière

Continuer la lecture

Les 13 mesures de l’ANCMSP

Récapitulatif des 13 mesures

Mesures d’urgence (“pansements sur jambe de bois”)

  • Supprimer le statut d’Attaché Temporaire Vacataire (ATV).

  • Recruter les Chargés d’enseignement vacataires (CEV) effectuant plus de 64 Heures Équivalents TD (HETD) par an en contrat LRU.

  • Faire appliquer la Décision du Conseil d’Etat n°420567 sur la prise en charge à 25% ou 50% des frais de transport des enseignants vacataires (Décision du 7 février 2020).

  • Réévaluer le tarif de la vacation pour la faire correspondre au SMIC, soit passer de 41,41 euros à 42,63 euros pour 1 HETD. Indexer la rémunération des vacations sur la revalorisation annuelle du SMIC.

  • Mettre fin au travail gratuit à l’université des doctorants et des docteurs (surveillance des examens et correction des copies non rémunérées).

  • Suppression des frais d’inscription en doctorat et de la Contribution de Vie Étudiante et de Campus (CVEC) pour les doctorants.

Mesures de fond (“pour en finir avec la précarité des doctorants/docteurs”)

  • Réévaluer la rémunération du contrat doctoral (alignement sur la rémunération CIFRE).

  • Augmenter la durée du contrat doctoral d’un an (pour un total de 4 ans).

  • Augmenter le nombre de financements doctoraux (contrats ministériels, éducation nationale, CIFRE, CNRS, ANR, etc.) afin que chaque doctorant soit financé pour ses recherches.

  • Augmenter le nombre de contrats d’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER).

  • Réduire le nombre d’heures enseignées dans le cadre d’un ATER.

  • Création d’un statut de post-doctorant.

  • Fin du gel des postes au concours et rattrapage des années passées (CNRS + MCF).

Le détail des mesures proposées est disponible dans le document ci-joint et sur le site de l’ANCMSP.

 

Paris, le 6 mars 2020

Dans le contexte d’une mobilisation forte contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et au lendemain du 5 mars, nous saluons toutes les initiatives visant à faire reculer le gouvernement et à diminuer la portée de la future loi.

Continuer la lecture