Exit la démocratie, bienvenue dans l’autoritarisme : contrôle de l’État, maintien de l’ordre et surveillance dans les universités grecques

Academia a pris l’habitude d’assurer une veille sur les libertés académiques dans le monde, cet ailleurs qui ne ressemble guère à notre expérience française. Du moins, qui ne rassemblait guère.

L’article d’Eleni Dimou qui explicite les enjeux sur la loi sur les universités votée en Grèce le 11 février 2021 résonne bien douloureusement avec notre actualité française dans l’enseignement supérieur et la recherche : mensonges proférés par les ministres, diffamation des universitaires, brutalité à l’encontre des étudiantes, définancement des universités — tout en déversant des fonds publics ailleurs, en Grèce sur la “police universitaire”, en France sur différents “plans” —, dévalorisation de la diplomation publique pour que l’enseignement privé tire une belle épingle financière du jeu, au détriment des citoyen·nes, succession ininterrompue de lois scélérates (loi de programmation de la recherche, loi sur la sécurité globale, loi sur les principes républicains, …) : n’en jetez plus. Les universités grecques ne sont pas situées “ailleurs dans le monde” : elles sont en Europe ; elles sont françaises.

Bonne lecture.

  • par Dr. Eleni Dimou, Lecturer in Criminology, Open University (Royaume-Uni). Originellement publié sur CrimeTalk, 15 mars 2021

Un projet de loi concernant la “sécurité” et le maintien de l’ordre dans les universités grecques, entre autres, a été voté le 11 février 2021, par 166 députés de Nouvelle Démocratie, le parti de droite au pouvoir, et de Solution grecque, parti d’extrême droite, malgré l’opposition unanime des partis de gauche (132 députés), de la communauté universitaire et étudiante grecque et des syndicats de police. Cette décision est intervenue dans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui a sans doute été une situation extrêmement difficile, douloureuse, insécurisante, traumatisante et éprouvante, qui a affecté la vie de chacun et de chacune, y compris les systèmes économiques, sanitaires et culturels du monde entier. Ce contexte s’accompagne d’un avenir extrêmement incertain, obscur et flou qui accentue l’insécurité au niveau mondial et local. Le système éducatif a été particulièrement touché : les universités sont fermées depuis plus d’un an, l’enseignement ne se tient qu’à distance —avec des effets néfastes sur la santé mentale du personnel enseignant et des étudiant·es — et, en raison des règles de distanciation sociale, il est extrêmement difficile pour la communauté éducative de se réunir, de discuter et d’échanger des points de vue sur des questions urgentes concernant l’avenir de l’enseignement supérieur.

Quel est le contenu de la loi ?

Le projet de loi “Admission dans l’enseignement supérieur, protection de la liberté académique, amélioration de l’environnement académique et autres dispositions”, qui est devenu une loi (4477/2021) le 17 février 2021, exige de tous les établissements d’enseignement supérieur la mise en œuvre de systèmes de sécurité tels que : la surveillance et l’enregistrement d’images et de sons (vidéosurveillance, microphones, etc.) dans les espaces ouverts et fermés de l’université ; la contrôle inquisitorial des mouvements et les systèmes d’alarme ; la restriction de l’accès aux espaces universitaires aux seuls personnels et aux étudiants de l’université, voire des contrôles biométriques aux entrées ; des systèmes de détection électronique de substances et d’objets illégaux ; et la mise en place de centres de contrôle des signaux et des images dans les locaux universitaires.

La loi prévoit également la création d’unités et de comités pour la “sécurité et la protection”, ainsi que de conseils de discipline pour les étudiant·es, avec une liste de diverses infractions disciplinaires. Les premiers sont désormais responsables de l’élaboration, de la mise en œuvre, de l’évaluation et de la gestion des programmes et des exigences en matière de sécurité pour chaque université, tandis que les seconds vont mener des “interrogatoires disciplinaires” et rempliront des fonctions telles que l’autopsie1, contre-interrogatoire des témoins, interrogatoire des “persécutés” et rédaction de rapports d’expertise. Le Conseil de discipline aura le pouvoir d’imposer des amendes et même d’expulser les étudiant·es qui ont commis des infractions disciplinaires. Les unités et les comités de sécurité et de protection, ainsi que les conseils de discipline, seront composés de membres du personnel d’enseignement et de recherche de l’université, passant ainsi d’enseignants et de chercheurs à des flics et des gestionnaires de sécurité.

Les universités fermées en raison de la pandémie de COVID-19 seront également placées sous haute surveillance et sous surveillance policière en vertu de la nouvelle loi.

Continuer la lecture

  1. NDLR. D’après l’autrice, il s’agit du terme exact de la législation, qui n’a pas davantage de sens en grec qu’en français dans ce contexte. Peut-être entendre “constats liminaires. []