Salaires mirobolants, entre-soi et simulacre de démocratie universitaire à PSL

  • par PSL Contre-attaque

Les huiles de Paris Sciences et Lettres s’en mettent plein les poches. Officiellement, les mastodontes bureaucratiques regroupant des écoles ou des universités, à l’instar de PSL, ont un objet — faire monter artificiellement des établissements du supérieur dans le classement de Shanghaï — et à concentrer toujours plus les financements dans les établissements qui sont déjà les plus favorisés. Mais on aurait tort de minimiser un autre objectif : ils servent aussi à contourner les règles s’appliquant aux universités : gouvernance plus autoritaire et plus opaque, communauté étudiante et personnels moins représenté·es dans les instances décisionnelles; salaires mirobolants pour les dirigeant·es. PSL est un exemple prototypique de ces dérives. Prenons le temps d’objectiver cette réalité.

Grâce à la liste d’élu·es au CA de PSL « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL », le salaire d’Alain Fuchs, le président de PSL, a été documenté.1

Il est — tenez-vous bien — de 160.000 € bruts par an, plus de 13.000 € par mois !, hors primes éventuelles2. Les vices-président·es, pour leur part, peuvent gagner jusqu’à 126.000 € par an (10.500 € par mois). Des salaires indécents, rares pour des postes équivalents dans la fonction publique classique.
Les élu·es de cette liste, avec d’autres, ont bien tenté de critiquer publiquement des salaires aussi hauts, mais il leur a été rétorqué qu’Alain Fuchs ayant été reconduit après un premier mandat, il ne serait pas gentil de lui baisser son salaire. Au passage, Alain Fuchs avait été très mal réélu3, et a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des présidents d’établissements du supérieur spécifique à des constructions comme PSL4

Déjà Thierry Coulhon, le prédécesseur d’Alain Fuchs à la tête de PSL, n’était pas en reste : 150.000 € nets annuels (12.500 € par mois)5.


Energy feed. Cables going though the old K-Fet, Ecole Normale Superieure, Paris, par Izys, 2003

Continuer la lecture

  1. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  2. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  3. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=158 []
  4. Alain Fuchs a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des président·es des EPSCP (établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) : fixé à 68 ans par le Code de l’Éducation, il est sans limite générale pour les EPE (établissements publics expérimentaux, dont fait partie PSL à ce jour) depuis une ordonnace du gouvernement en 2018 et a été fixé à 73 ans pour PSL (statuts de PSL, article 22), un nombre apparemment évoqué par la DGESIP mais qui semble tomber miraculeusement à point dans le cas d’Alain Fuchs. Ce régime de faveur personnalisé existe aussi pour Christine Clerici, à la tête de l’Université de Paris,. []
  5. Voir “Rémunération des présidents de Comue : « Un débat naturel et nécessaire » (Thierry Coulhon)“, News Tank, 25 novembre 2015 et “150 000 euros annuels“, Histoires d’université, 25 novembre 2015. []

Violences sexistes et sexuelles à SciencePo. Communiqué de la Faculté permanente, 20 janvier 2021

Position de la faculté permanente de Sciences Po-20jv2021 (version .pdf)