De l’expertise à l’action politique : sur la désertification scientifique du territoire français

La fabrique de la loi #31

← Article précédent

Article suivant­ →

Il arrive souvent que les travaux de recherche soutiennent certaines initiatives législatives ; et que chercheurs et chercheuses spécialistes de la loi en préparation soient auditionnés. Avec la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, etc., à côté des syndicats, et des groupes d’intérêt habituels, n’ont été sollicitées que les spécialistes d’études de genre. C’est pourquoi l’initiative des géographes qui n’ont pas encore été sollicité·es par les institutions vient à point nommé, au moment où Laure Darcos a clôturé les auditions de la Commission des Affaires culturelles et rédige le rapport préalable à l’examen en commission.

De fait, la question de l’égalité des territoires et du rôle majeur de ces établissements scientifiques et universitaires sur ces territoires : emploi, réponse à une demande publique, animation scientifique et culturelle, etc.Donnons ici trois exemples. 

  • À Fos-sur-Mer, à la demande du maire, un programme de recherche associant anthropologues, sociologues et épidémiologues de Marseille a conduit à la mise en évidence d’un problème majeur de santé publique liée à la pollution atmosphérique et à l’action de l’ARS Paca.
  • Dans la région de Brest — et bien au-delà — l’IFREMER est régulièrement sollicitée pour assister les patrons-pêcheurs et les collectivités territoriales dans leurs problématiques halieutiques et environnementales.
  • Enfin, à l’Avignon, après une alerte sanitaire lancée par les médecins du service d’Oncologie-Hématologie du Centre hospitalier d’Avignon, un projet de recherche-action assuré par une équipe de médecins, et de chercheur·ses en sciences sociales et en santé publique (GISCOP84), a débuté pour explorer les expositions professionnelles des patient·es pouvant expliquer les cancers en forte augmentation.

Ces trois exemples attestent de l’originalité, de la créativité comme de l’utilité sociale des universités au plus près des territoires français. En concentrant davantage de moyens sur quelques établissements centraux, la LPR retire à l’ensemble des universités françaises les moyens d’agir et de répondre efficacement aux besoins des collectivités. C’est ce que démontre l’analyse ci-dessous. Un amendement (AC198) avait été proposé, pour pallier les graves insuffisance de la LPR en matière d’aménagement du territoire, il a malheureusement été rejeté.


Vers une désertification scientifique et universitaire du territoire français ?

En l’absence d’une concertation suffisante avec les représentants légitimes des territoires et de toute consultation des citoyens, la LPR Loi de Programmation de la Recherche tourne résolument le dos à plus d’un demi-siècle d’efforts de décentralisation et de politique d’aménagement du territoire en France. Une telle politique est non seulement injuste mais aussi inefficace car l’accumulation des financements et ressources en quelques lieux rares ne paie pas. Elle néglige l’importance cruciale des effets positifs de la proximité et de la mise en réseau. Ses promoteurs semblent avoir imité sans réfléchir des expériences internationales aujourd’hui remises en cause. Et ils ne semblent pas non plus avoir tiré les leçons des crises successives des Gilets Jaunes et de la Covid-19.

Cette analyse transmise à nos députés, sénateurs s’inscrit dans la droite ligne des critiques émises par différentes instances, dont le CESE et le Comité National de la Recherche Scientifique. Elle n’en reprend pas les principaux points auxquels elle adhère, mais ambitionne de souligner la manière dont la LPR ignore les effets bénéfiques d’une recherche en réseau, aux multiples entrées territoriales.

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de l’Université de Paris et du CNRS : Sophie Baudet-Michel, Sandrine Berroir, Claude Grasland, Marianne Guérois, Malika Madelin, Marion Maisonobe, Pierre Pistre, Josyane Ronchail, Christine Zanin

1. La remise en cause d’un demi-siècle d’aménagement du territoire

Des inégalités croissantes entre les régions et les départements

L’aménagement du territoire, cette « ardente obligation » selon le mot du général de Gaulle, semble bien mis à mal par la concentration croissante des moyens publics de recherche et de l’enseignement supérieur au profit d’un très petit nombre de campus et d’initiatives d’excellences. Si l’on s’en tient à ces dernières (IDEX), force est de constater qu’elles ne concernent que 5 des 18 régions françaises et aucune en dehors du territoire métropolitain. Les disparités ne sont pas moins considérables à l’intérieur des quelques régions favorisées où ce sont les départements les plus riches et surtout les nouvelles métropoles régionales issues de la fusion des régions antérieures qui concentrent les investissements d’avenir.

Continuer la lecture

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

Lu sur Geotamtam, 16 avril 2020

Ci-joint un positionnement du Conseil de laboratoire de l’UMR Passages (Bordeaux / Pau – Universités et Ecole d’architecture et de paysage) dans ce contexte de crise sanitaire, en lien notamment avec les différents appels à projets émis dans l’urgence et avec la confirmation que le gouvernement poursuit son projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).
Très cordialement en ces temps où, une fois de plus, on a recours à la géographie sans le savoir ou sans vouloir le dire en appelant « distance sociale » ce qui est de la « distance spatiale », et alors même que l’on met tout en oeuvre pour garder le social en dépit de la rupture spatiale. Intéressant non ?
Bonne journée

Béatrice Collignon, pour l’UMR Passages

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

L’UMR Passages a réuni (en visio-conférence) ce 7 avril 2020 son Conseil de laboratoire afin d’échanger sur les positionnements scientifiques – individuels et collectifs – en réponse aux récents appels à projets émis dans l’urgence par divers bailleurs en lien avec la pandémie de COVID-19. La discussion a une fois de plus montré toute la pertinence des sciences humaines et sociales dans l’analyse et la compréhension des faits qui transforment sociétés et environnements, quelle que soit la nature plus ou moins « vive » des questions travaillées.

L’actualité de la pandémie, des confinemens, et le besoin de recherche sur ces sujets rappellent d’une part, la nécessité de répondre à l’urgence sans renoncer pour autant à l’éthique du chercheur (« éthique de la responsabilité, de la rigueur, mais aussi de la prudence », message commun du Comité d’éthique et de la Mission à l’intégrité scientifique du CNRS, 7/04/20) et, d’autre part, l’importance du rôle de notre communauté dans la société d’aujourd’hui et la validité sur le long terme de nos objets, de nos méthodes et de nos démarches scientifiques.

Mais les circonstances actuelles donnent aussi à voir avec une acuité particulière les dégâts que peut produire, sous couvert d’une certaine performance, le démantèlement des services publics de la santé et de la recherche. Elles nous rappellent durement qu’il est irresponsable de ne pas s’intéresser aux « signaux faibles », de rester sourd aux cris d’alarme et d’attendre une crise majeure pour se poser la question des approvisionnements et du soutien durable aux filières de production et aux services fondamentaux, y compris s’agissant de la connaissance et de la recherche.

C’est pourquoi le Conseil de laboratoire de Passages réaffirme l’impérieuse nécessité de continuer à lutter contre le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont le Ministère confirme le scénario en dépit des vives critiques dont il a fait l’objet. L’UMR reste mobilisée contre l’implantation toujours plus profonde d’un modèle de la recherche où les financements vont aux appels d’offre plutôt qu’aux crédits récurrents, aux précaires et aux CDI « de projets » plutôt qu’aux postes de titulaires, et imposent la production de résultats selon des temporalités qui entrent trop souvent en contradiction avec l’exigence d’une recherche sérieuse.

Pau-Pessac-Talence, 7-10 avril 2020

 

 

 

Lien: positionnement de l’UMR Passages, 7-10 avril 2020

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride #8 — Renée Rochefort

Renée Rochefort(1924-2012) est une spécialiste de géographie sociale. Elle obtient l’agrégation en 1949 et soutient sa thèse Le Travail en Sicile en 1961. Nommée MCF en 1963, puis professeure à Lyon-II.
Ses recherches portent sur le travail et les travailleurs en Sicile, dans une perspective géographique, économique et sociologique qui lui permet d’envisager les rapports du travail avec la politique et la technique, la forme de la société rurale … et le régime agraire latifundiaire.
À l’Université de Lyon, Renée Rochefort inscrit leurs recherches dans une perspective de géographie sociale.Elle théorise le «renversement de l’ordre des facteurs»,
«penser d’abord la société, ensuite l’espace».

Référence : Renée Rochefort – Wikipedia

Toute honte bue: la thèse *subventionnée* à 700€/ mois

Il arrive quelque fois sur les réseaux sociaux des inquiétudes légitimes par rapport aux financements accessibles aux étudiant-e-s : tel « stage » payé 400€ par mois qui demande les compétences et le travail d’un-e Master.

Il existe désormais la thèse subventionnée, celle qui jette quelques miettes, sans contrat de travail, ni protections et charges sociales, pour un emploi qui suppose un bac +5 et exige trois ans de travail, le tout à 8400€/an, soit 1/3 du coût du contrat doctoral, qui inclut un salaire et des cotisations patronales.

 

L’Université doit-elle accepter cela?

Information disponible sur Fabula.org.

Proposition de thèse subventionnée : Cartographie du Web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes

 

PRESENTATION

L’équipe MARGE (E.A. 3712) de l’université Jean Moulin-Lyon 3 propose à un.e étudiant.e titulaire d’un Master 2 de Lettres, un doctorat sur le thème : « Cartographie dynamique du web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes  ».

Dans le cadre d’un programme de recherches destiné à identifier, dans l’ensemble des aires francophones, les productions littéraires nativement numériques (blogs, sites, réseaux sociaux), le doctorant/la doctorante sera chargé.e plus particulièrement d’explorer les réalisations de ce type dans les pays francophones.

Il s’agira d’identifier les acteurs du web littéraire, d’étudier la poétique de ces productions, ainsi que les dynamiques de réseaux, qui redessinent actuellement une francophonie décentrée.

Le doctorant/la doctorante aura une solide formation littéraire, et éventuellement en Humanités numériques. Il/elle sera également amené.e à maîtriser des outils de moissonnage et d’indexation des corpus, qui pourront si besoin faire l’objet d’une formation spécifique en cours de doctorat.

Continuer la lecture

Retour de campagne: les femmes et la géographie

À l’issue de la campagne de recrutement 2014 en aménagement (section 24) et en géographie (section 23), deux enseignements ont pu être tirés du wiki audition : il n’y a pas d’allongement significatif du temps entre la soutenance de la thèse et le recrutement à un poste de MCF et des inégalités hommes/femmes qui perdurent.

Continuer la lecture

Echos du wiki audition géo (sections 23 et 24)

Pour la seconde année consécutive, le wiki audition a mis à disposition de la communauté des géographes et des aménageurs les informations relatives à la campagne de recrutement universitaire en section 23 et 24. La mise en ligne plus précoce des postes ouverts au concours a permis de mieux informer les candidats et d’identifier un certain nombre de difficultés (chevauchement de dates d’audition…). Contrairement à l’an passé, les candidats ont, à de rares exceptions, peu mutualisé les informations dont ils disposaient. Néanmoins de nouveaux collègues sont venus renforcer l’équipe en charge de collecter l’information et de la mettre en ligne. Contrairement à l’an passé, certaines institutions se sont clairement positionnées contre la diffusion d’informations contrevenant par là même à l’« exigence de transparence des établissements sur leurs pratiques et critères de recrutement et d’évaluation » (rapport 2010 du comité de suivi de la loi LRU). Continuer la lecture