“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

#StrikeForGaza. Actions universitaires pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

et la solidarité avec la Palestine

#الإضراب_الشامل

Voici une première liste des soutiens universitaires pour un cessez-le-feu à Gaza et à la Palestine. Pour compléter la liste, c’est ici.

Pour télécharger le Manuel des gestes de soutien à la Palestine (Toolkit 3.0 en anglais)

Déclarations et lettres émanant d’associations

Continuer la lecture

Lettre de soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’European Association of Social Anthropologistssur la situation à Gaza

English below

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à signer cette lettre ouverte en soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza, qui a été critiquée par certains membres de l’EASA.

En plus de soutenir la déclaration, nous exprimons également nos inquiétudes quant aux restrictions faites aux libertés académiques en Europe et demandons la création d’un groupe de travail chargé

  1. d’examiner cette question,
  2. d’offrir un soutien aux collègues qui subissent des représailles pour avoir partagé publiquement leurs analyses de la situation en Israël/Palestine et
  3. de suggérer des moyens d’aborder la situation des universitaires et des étudiants palestiniens en Europe et au Moyen-Orient.

Certains d’entre nous, en particulier ceux qui occupent des emplois précaires, ne seront peut-être pas en mesure de signer cette lettre. Nous demandons donc à chacun de rejoindre l’Assemblée générale de l’EASA le 21 décembre (en ligne, de 14h à 16h CET) et de voter anonymement en faveur de la création du Groupe de travail sur les libertés académiques et les droits humains. Tous les membres de l’EASA recevront le lien vers la réunion deux jours avant l’AGA. Si vous n’êtes pas membre de l’EASA, vous pouvez envisager de le devenir pour ce vote important.

Dernier campus de Gaza, Al-Azhar University détruite par l’armée israelienne le 4 novembre 2023

Déclaration du comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza

Le comité exécutif de l’Association européenne des anthropologues sociaux exprime sa solidarité à celles et ceux qui pleurent la perte de leurs proches, tant en Palestine qu’en Israël.

Nous condamnons fermement la violence perpétrée par l’État israélien contre les civils de Gaza. Cela concerne toutes les formes de violence infligées aux Palestiniens : les frappes aériennes qui tuent sans distinction une population composée pour moitié d’enfants ; la destruction massive des moyens de subsistance et des infrastructures — y compris les hôpitaux, les écoles, les mosquées, les églises et l’Université islamique de Gaza ; l’affamement de la population en coupant son accès à l’eau, à l’électricité, au carburant, à la nourriture, aux fournitures médicales et à l’aide humanitaire.

En tant qu’anthropologues spécialistes de la violence d’État, des droits humains, de la paix, des conflits et de la sécurité, nous mettons en garde contre les récits décontextualisés de conflits et de « terrorisme ». La présentation génocidaire des Palestiniens comme des coupables, des « animaux humains » et comme méritant une punition collective a déjà incité à la haine meurtrière contre les musulman·es et les Arabes dans d’autres parties du monde, et risque de soumettre encore davantage les Palestinien·nes de Gaza et de Cisjordanie à la violence des colons, en ajoutant à la violence d’État dont iels sont déjà victimes.

En tant qu’anthropologues basés en Europe, nous condamnons également fermement le soutien de l’UE et des gouvernements européens à des actes assimilables à des crimes de guerre au regard du droit international. Nous demandons instamment aux gouvernements de respecter les dispositions du droit international qui protègent les civils et de comprendre que leurs actes et leurs paroles ont de lourdes conséquences susceptibles de se traduire par une violence généralisée à l’encontre des Arabes, des musulmans, des Palestinien·nes et de ceux qui soutiennent leur sort — y compris les nombreuses voix dissidentes en Israël et ailleurs.Nous sommes profondément préoccupé·es par les mesures répressives prises dans certaines universités, en Europe et ailleurs, à l’encontre de celles et de ceux qui ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens et qui ont été suspendu·es ou harcelé·es.Cette réduction au silence totalitaire de la dissidence face à la violence et à la guerre est inacceptable et en totale contradiction avec la mission de l’enseignement supérieur qui est de nourrir l’esprit critique des étudiants et du public. Nous condamnons également la répression violente des manifestations pacifiques en Europe et ailleurs.

Nous répondons à l’appel de nos collègues de l’Université de Birzeit à s’élever contre la violence génocidaire, l’occupation et la violation flagrante des droits de l’homme à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et nous demandons à la communauté universitaire de remplir sa mission de critique des structures oppressives, de mise en garde contre les effets de la violence et de l’occupation, et de dire la vérité au pouvoir.

Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et à une aide humanitaire immédiate pour la population de Gaza, ainsi qu’à un engagement d’Israël et de tous les gouvernements en faveur d’un processus de paix qui s’attaque aux inégalités historiques, à l’injustice et à la violence structurelle dans la région.

Ana Ivasiuc, présidente de l’EASA
Au nom du comité exécutif de l’EASA

Continuer la lecture

Menaces sur les libertés académiques à HEC

En passant

Ayant exprimé plusieurs fois son opinion sur les choix européens sur le conflit qui cible Gaza, Alberto Alemanno a fait l’objet d’une virulente campagne de la part d’étudiant·es déterminé·es, soit par des pressions sur la direction d’HEC, soit par une tribune des anciens d’HEC :

Alberto Alemanno

À HEC Paris, un professeur de droit, juriste, Alberto Alemanno, répand sur les réseaux sociaux un activisme virulent. Au dépens des valeurs même de l’établissement qui lui sert de carte de visite.

Depuis le 7 octobre, date du massacre de plus de 1200 civils, pogrom ayant conduit à une prise d’otages de 240 civils en Israël, ses prises de position publiques semblent chercher une posture provocatrice, empreinte de haine envers Israël. Il n’hésite pas à qualifier ce pays d’état “apartheid’ et coupable de “génocide” sans aucun fondement rigoureux, et invoque une “résistance” dont chacun sait qu’elle est l’alibi d’un projet d’élimination pure et simple des Juifs, et d’Israël.

Iels ajoutent :

D’innombrables mails ont été adressés à la direction, qui n’a toujours pas répondu. Ce silence vaudrait-il approbation ? Indifférence ? Mépris ? Ou tout simplement capitulation devant des professeurs militants en roue libre ?

Par son silence, HEC Paris cautionne la désinformation, la diffusion d’une idéologie exterminatrice, l’absence de nuances entre cause palestinienne légitime et prurit idéologique du Hamas ?

Continuer la lecture

Appel des universitaires italien·nes: cessez-le-feu immédiat et respect du droit humanitaire international à Gaza

Academia traduit l’appel en français des membres italien·nes de la communauté académique qui demandent le cessez-le feu immédiat et le respect du droit humanitaire international dans la bande de Gaza.

En tant que membres des communautés universitaires et des centres de recherche italiens, nous écrivons cette lettre au nom de la paix et de la justice, unis par la demande d’un arrêt immédiat de la guerre en cours contre Gaza. Nous pensons qu’il est de notre devoir individuel, communautaire et académique de nous dissocier des positions prises jusqu’à présent par le gouvernement de notre pays [l’Italie], et de prendre la responsabilité d’actions et de demandes pour contrer le niveau croissant de violence auquel nous assistons impuissant·es. Nous adressons cet appel à notre ministre des Affaires étrangères afin qu’il prenne des mesures pour exiger et soutenir un cessez-le-feu immédiat, la fourniture d’une aide humanitaire et la protection de l’ONU pour l’ensemble de la population palestinienne. Nous adressons cet appel au ministre des universités et de la recherche et à la Conférence des recteur·es des universités italiennes (CRUI), afin qu’iels amplifient nos voix et nos demandes, en se souvenant de la mission centrale de nos institutions universitaires, qui est de produire des connaissances et de respecter les droits humains.

En tant que membres de la communauté universitaire et de recherche italienne, nous sommes depuis de nombreuses années les témoin·es douloureux et les dénonciateur·rices de ce qui se passe en Palestine et en Israël, où, selon Amnesty International, un régime illégal d’oppression militaire et d’apartheid1 est en vigueur. Une fois de plus, nous sommes horrifié·es et bouleversé·es par le génocide qui se déroule à Gaza, défini à juste titre par l’écrivain Dominique Eddé comme “une abomination qui illustre bien la défaite sans nom de notre histoire moderne”2

Depuis trois semaines, suite aux actions brutales perpétrées par le Hamas le 7 octobre dernier, qui ont causé la mort de plus de 1400 personnes (pour la plupart des civils) et conduit à l’enlèvement de quelque 200 otages3,  nous assistons à des bombardements massifs et indiscriminés de l’armée israélienne contre la population de la bande de Gaza, ce qui équivaut à une punition collective contre une population sans défense emprisonnée dans un territoire d’un peu plus de 360 kilomètres carrés4. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le bilan à Gaza dépasse les 9000 morts, dont 3760 enfants, environ 22 900 blessés et 1 400 000 personnes déplacées5. Selon l’ONU, environ 2000 personnes sont actuellement portées disparues, probablement piégées ou tuées sous les décombres6. Des quartiers résidentiels entiers, des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises et des universités entières — l’université islamique et l’université Al-Azhar étant parmi les plus grandes et les plus renommées — ont été entièrement rasés7. Le gouvernement israélien a ordonné à plus d’un million d’habitant·es de la bande de Gaza de quitter leurs maisons en prévision d’une attaque terrestre, sachant qu’il n’y a pas d’échappatoire ni de moyen de sortir de la bande de Gaza. Nombre de ces personnes évacuées ont ensuite été bombardées dans les “zones de sécurité” du sud de la bande de Gaza, ce qui révèle une intention claire de nettoyage ethnique de la part du gouvernement israélien.

Source: Satellite image from Copernicus Sentinel-2, taken on Sept. 7, processed by Sentinel Hub. Damage analysis of Copernicus Sentinel-1 satellite data by Corey Scher of CUNY Graduate Center and Jamon Van Den Hoek of Oregon State University. Building footprints from Microsoft.
Credit: Daniel Wood/NPR, 9 novembre 2023

Continuer la lecture

  1. Amnesty International,  Apartheid israeliano contro i palestinesi. []
  2. Dominique Eddé, La cieca compiacenza del mondo prepara solo nuovo odio. Il Manifesto, 01.11.12. []
  3. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), https://www.ochaopt.org/data/casualties. []
  4. UN Chief Antonio Guterres, AlJazeera. https://www.aljazeera.com/tag/antonio-guterres/. []
  5. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 novembre 2023. []
  6. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023; United Nations.Israel-Palestine: Gaza death toll passes 5,000 with no ceasefire in sight, 23 octobre 2023. []
  7. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023 ; WAFA, 2023 []

Lettre de l’AURDIP à France Universités concernant la guerre à Gaza

Ivar Ekeland, président de l’Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine, a écrit à France Universités (ex Conférence des présidents d’université) pour leur demander de se prononcer sur le siège de Gaza comme ils se sont prononcés sur l’attaque du 7 octobre 2023 et sur l’invasion de l’Ukraine. Citant le secrétaire général des Nations Unies qui a déclaré que le siège de Gaza n’était pas une crise humanitaire, mais une crise de l’humanité, le président honoraire de l’Université Paris-Dauphine a demandé à ses confrères de sanctionner les universités israéliennes comme ils sanctionnent les universités russes. 
M. Guillaume Gellé, président de France Universités, Président de l’Université de Reims-Champagne Ardenne
Mme. Virginie Dupont, vice-présidente de France Universités, Présidente de l’Université Bretagne Sud
M. Dean Lewis, vice-président de France Universités, Président de l’Université de Bordeaux

Chèr·es collègues

Le 11 octobre dernier, vous avez à juste titre condamné « avec la plus grande fermeté les attaques terroristes perpétrées en fin de semaine dernière par le Hamas sur le territoire israélien contre des populations civiles, parmi lesquelles des étudiantes et étudiants », et réprouvé « avec la même vigueur la menace désormais brandie de procéder à l’exécution d’otages, au nombre desquels des enfants ». L’Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine s’associe sans réserve à cette condamnation.

Universités de Gaza sous les bombes

Les 11 établissements d’enseignement supérieur de Gaza ont été bombardés. Dernière en date : l’University in Al-Mughraqa in Gaza a été touchée le dimanche 5 octobre 2023, selon Birzeit University.

 

Du Québec. Déclaration sur la liberté académique dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Déclaration de la Fédération Québécois des professeurs et des professeures d’université sur la liberté académique
dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Oct 27, 2023

Le Conseil fédéral de la FQPPU rappelle l’importance fondamentale de la liberté académique en milieu universitaire. Cette liberté comprend le droit de mener des recherches et des réflexions critiques dans une quête honnête de la connaissance, à l’abri de la censure institutionnelle, y compris celle du gouvernement.

Le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît qu’échapper à la censure politique et institutionnelle est d’une importance cruciale en temps de guerre et de conflit, alors que les écrits et propos des chercheurs·euses peuvent contribuer à rectifier ce que véhiculent les campagnes de désinformation.

Le Conseil fédéral de la FQPPU soutient les initiatives antiracistes et décoloniales dans les établissements d’enseignement et s’oppose à l’antisémitisme, à l’islamophobie et au racisme anti-palestinien, ainsi qu’à toutes les autres formes de racisme et de haine.

Il s’oppose fermement à ce que le corps professoral soit exposé au sectarisme ou à la haine dans les salles de classe et sur les campus. Il exige que les administrations des universités garantissent la sécurité de toutes et de tous les universitaires pris·es pour cible en raison de leurs recherches, de leurs enseignements ou de leur engagement politique; et qu’elles mettent en œuvre les mesures nécessaires pour assurer leur protection.

Considérant l’actualité récente, le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît que les pressions exercées, notamment par des élu·es ou des administrateurs·trices, contre les universitaires qui soutiennent la cause palestinienne ont un effet dissuasif sur les libertés universitaires du corps professoral dans son ensemble, tant dans les salles de classe, les recherches que dans les politiques institutionnelles. Toutes les formes de répression à l’endroit des universitaires qui se positionnent sur la question palestinienne, quelle que soit leur position, doivent être activement combattues, et les chercheurs·euses et enseignant·es universitaires ne doivent en aucun cas subir du harcèlement, des menaces ou de l’intimidation en raison de la nature de leur travail.


Sur Academia

Être juifve en France aujourd’hui. Invitation à Volia Vizeltzer

Alertée par l’expression de la peur de collègues universitaires juifves après le pogrom du 7 octobre,  Academia accueille avec reconnaissance les planches du dessinateur Volia Vizeltzer qui explicitent avec justesse la force et l’intrication d’émotions qu’il vit depuis 3 semaines.

Continuer la lecture