Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc

Communiqué CGT Lyon 2, 17 juillet 2023

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

Continuer la lecture

Communiqué de la CGT Lyon 2 sur le projet de fusion Lyon 1 / Lyon 2

Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc (communiqué du 13/07/23)

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

Surtout, pendant que les présidences lyonnaises et les autorités de tutelles à Paris jouent au mécano institutionnel avec nos vies professionnelles, des questions fondamentales restent sans réponse. Voici celles que la CGT Lyon 2 aurait aimé entendre à ces AG dites d’information :

1) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 a-t-il pour ambition d’améliorer les conditions de travail et d’études des personnels et étudiants, déjà très dégradées ?

2) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 comporte-t-il les garanties nécessaires à l’amélioration de la démocratie universitaire, déjà fort mise à mal ?

3) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraine-t-il une hausse de la subvention pour charges de service public par étudiants, c’est-à-dire une hausse des crédits ministériels récurrents ?

4) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’augmentation relative du nombre de personnels titulaires, et donc une hausse du taux d’encadrement des étudiants par les personnels enseignants et administratifs, ainsi qu’une diminution de la précarité ?

5) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 envisage-t-il des mesures pour sauvegarder l’équilibre entre les disciplines, notamment pour que les Lettres et les Sciences Humaines et Sociales ne soient pas dominées par les Sciences de la nature ?

6) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’« excellence » d’une petite minorité triée sur le volet ou bien a-t-il pour vocation de bénéficier à tout le monde de façon égalitaire ?

7) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 garantit-il le respect des acquis sociaux des personnels des deux établissements, et leur harmonisation par le haut ?

8) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraîne-t-il des coûts raisonnables, maîtrisés, et financés par le ministère ?

9) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 évite-t-il contrairement à la dernière fois de gaspiller l’argent public en cabinets de consultants ?

10) Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 prévoit-il de donner des moyens supplémentaires aux organisations syndicales afin que celles-ci puissent exercer efficacement leur mission dans un établissement qui serait extrêmement étendu et multisite ?

Ce sont là les vraies questions auxquelles une présidence réellement volontaire dans l’information des personnels et étudiants pourrait utilement répondre.

Pour la CGT Lyon 2, les expériences de fusion ces dernières années en France prouvent qu’il n’est pas possible de répondre par l’affirmative à ces questions. Au contraire, partout les conditions de travail, d’études et de recherche se sont dégradées.

Par conséquent, pour la défense de nos collègues et de nos étudiants, nous nous opposons résolument à ce projet technocratique conçu pour satisfaire les grands patrons de la bureaucratie universitaire et « performer » dans un classement de Shangaï dont tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître l’ineptie.

La CGT FERC Sup Lyon 2

Fusion à Lyon : des nouvelles de POURIEL 2024

Dans le contexte de la longue, mouvementée et incertaine fusion entre Lyon 1, Lyon 2 et de CPE Lyon, l’équipe de POURIEL 2024 (Projet d’Optimisation Universitaire de la Recherche pour l’Innovation et l’Excellence de Lyon) a concocté un condensé en un peu plus de 6 minutes de l’interminable visio-conférence des dirigeants de l’Université Lyon 1, tenue jeudi 27 avril dernier :

(À RT https://twitter.com/Pouriel2024/status/1653110470243409939?s=20)

Tout y est dans ce grand moment de pédagogie innovante : l’amour de la démocratie universitaire expérimentale, le culte de l’excellence, la haine de la bureaucratie, l’irrespect scrupuleux des acquis sociaux, et enfin, bien entendu, l’ode-à-l’autonomie-mais-pas-trop-si-la-ministre-n’est-pas-d’accord-car-sinon-pas-d’Idex.

Pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à ces processus de regroupement des établissements supérieurs dans le seul de but de grimper dans les classements internationaux et de faire des économies d’échelle sur les conditions de travail des personnels et d’étude des étudiants, cette vidéo mérite d’être vue.

Ens de Lyon : démission fracassante de l’administrateur provisoire

Yanick Ricard, administrateur provisoire démissionnaire de l’ENS de Lyon

Academia apprend avec surprise la démission officielle de l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon, peu de temps après la publication d’un communiqué de la CGT Ens de Lyon mettant en cause son comportement en instance. Dans le communiqué qu’il a fait parvenir à tous les membres de l’ENS de Lyon, Yannick Ricard fait part de son vif ressentiment à l’endroit des élu·es représentant·es du personnel, de la présidence de Lyon 1 et de la ministre. Cela marque-t-il la fin d’une époque ? 

Sujet : [tous.ens] Démission
Date : Mon, 20 Mar 2023 11:54:43 +0100
De : yanick ricard
Pour : tous.ens

Chères et chers collègues,

Après 9 ans d’investissement total au service de l’Ens de Lyon, du site Lyon-Saint-Etienne, et de sa recherche, j’ai décidé d’arrêter, ce jour, l’ensemble de mes responsabilités administratives pour des raisons que je souhaite partager avec vous.

D’abord le dialogue social dans l’établissement est exécrable depuis de nombreuses années. Une poignée d’élus dont l’agressivité pathologique est insondable ont transformé nos instances en une arène grotesque et anxiogène1. Les représentants extérieurs découragés ne viennent plus, des responsables de services sont terrorisés, certains ont invoqué leurs droits de retrait, les sorties en larmes sont fréquentes.

Ensuite le site Lyonnais. Depuis des années, la boussole de l’Etat n’indique qu’une direction : « la fusion »2  Que le site comporte 30 établissements supérieurs, cinq organismes, 150 000 étudiants ne semble aucunement pris en compte par un Etat ingénu, encore surpris de l’absence de métro entre Lyon et Saint-Etienne3  Un progrès minime dans un classement de Shanghai, dont même la Chine a reconnu l’absurdité, doit être notre horizon. Or aucune fusion ne sera réalisable sur le site avant que la plus grosse université du site, l’Université Claude Bernard, ne cesse de confondre coopération et annexion. Les mêmes raisons qui ont fait fuir l’INSA, l’Université Jean Monnet et abouti à l’échec de l’Idex me paraissent rendre improbable une fusion Lyon1-Lyon2. Un jury a semblé y croire : visiblement aucun de ses membres n’est jamais venu sur le site. La seule fusion assurée est celle de Lyon1 avec elle-même, ce qui ne mènera pas loin !

Enfin les relations de l’État avec l’Ens de Lyon. Si les présidences de l’Ens de Lyon, nommées par le président de la République, ont toujours cru servir l’État, celui-ci n’a eu aucune interaction politique avec l’École depuis la fin de l’Idex4. Certes Madame la Ministre nous avait confirmé, à la fin de l’été, combien l’Ens de Lyon et le site Lyonnais étaient sa priorité et combien mon administration provisoire serait courte. Pourtant après le départ de Jean-François Pinton, il a fallu quatre mois pour qu’un avis de vacance (rédigé par moi-même !) soit publié au Journal Officiel. Étonné de l’absence de décisions quant à la composition et la date de jury, je me suis permis de suggérer des membres potentiels en décembre puis en janvier.  Un choix a finalement eu lieu en mars annonçant des auditions fin avril soit presque 10 mois après la démission de Jean-François5  De mes suggestions, seuls trois noms ont été retenus qui me paraissent les plus légitimes de ce jury. Il n’y a aucune représentation des organismes qui financent pourtant les 2/3 de notre personnel de recherche, aucun biologiste alors que nous avons quatre UMRs et une UAR de biologie, personne n’ayant la moindre connaissance du site, et des membres appartenant aux établissements de candidats déclarés… On a vu des choix moins désinvoltes. Continuer la lecture

  1. NDRL. Academia renvoie au dernier communiqué des représentant·es du personnel, relatant des années de viols et de violences sexistes et sexuelles non gérées et un comportement odieux en instance : À l’ENS de Lyon, c’est la journée (des droits) des femmes (sic) tous les jours, 8 mars 2023. []
  2. Le projet raté de fusion lyonnaise a coûté plus d’un million d’euros de consulting, 24 décembre 2020. []
  3. L’Université Jean Monnet Saint-Étienne signe la fin de partie pour l’IDEX, 23 octobre 2020. []
  4. Sinon par le biais d’inspections diverses et d’articles de presse variés : “E.cole N.ormale S.existe” et “#PintonDémission”. Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021 []
  5. Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre, 14 décembre 2022. []

Et après on fait quoi ? Retour sur le colloque Et maintenant on fait quoi ?

Les 23-24 mars derniers – sur deux demi-journées (“de 13 heures à 13 heures !”) –  s’est tenu à Grenoble le colloque “Et maintenant on fait quoi?”.

Le point de départ de ce colloque – et des discussions qui l’ont précédé pendant plusieurs mois au sein du collectif “Et Maintenant On Fait Quoi ?” – peut se résumer par une question simple : comment sortir du cycle récurrent un peu désespérant dans lequel nous sommes piégé.e.s depuis trop longtemps à l’université, “subir – dénoncer – lutter – perdre” ? Ce cycle est bien entendu auto-entretenu pour notre plus grand malheur, puisque les défaites d’aujourd’hui préparent les démobilisations de demain et les défaites suivantes d’après-demain … Et le cycle concurrent, “réformiste”, alternant dialogues et compromis, ne nous satisfait pas plus, puisque nous considérons largement que ce cycle troque de très faibles progrès de contenus contre de très forts reculs de principes, qui, là encore, préparent les défaites de demain, tout aussi sûrement.

Pour sortir de ces cercles vicieux, l’enjeu nous a semblé alors de ré-ouvrir des espaces et du temps pour (1) discuter, réfléchir en commun, s’informer, (2) imaginer des solutions, construire des alternatives viables et des actions utiles pour faire progresser ces alternatives, (3) se donner des objectifs de succès acceptables sans renoncer à quelques grands principes de base, tout en veillant à (4) dialoguer, décider, gérer les conflits pour que si possible jamais – ou le moins possible – le processus ne s’enraye sur des divergences bloquantes.

Belledonne vu de l'IMAG

La chaîne de Belledonne vue depuis le campus de Grenoble

Le colloque a regroupé 80 personnes de Grenoble et d’ailleurs – et notamment deux collègues d’Université Ouverte qui ont intensément relayé ce colloque sur Twitter, merci à eux !  Ce colloque a permis, non seulement de commencer à réfléchir sur le fond de ces questions, mais aussi et surtout de les mettre en pratique, dans une ambiance ouverte, créative, plaisante et souvent passionnée, autour de conférences et d’ateliers de réflexion, sur des thèmes aussi divers que :

  • Quelles conditions de travail après 6 années de fusion ? La place des composantes et les laboratoires depuis les fusions qui ont eu lieu à l’UGA, et l’éloignement avec les services centraux ; la sur-hiérarchisation politique et organisationnelle ; la qualité de vie au travail des personnels ; la précarisation des personnels

Continuer la lecture

L’Université de Lille 2022 : technocratie autoritaire et “folie des grandeurs”

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de Lille

Signer la pétition

En ce début de mois de janvier 2021, l’Université de Lille souffle seulement ses trois premières bougies après la fusion des trois universités publiques de la métropole lilloise au premier janvier 2018. Une naissance au forceps, une « fusion dans l’urgence », « mal préparée » comme l’avait souligné la Cour des comptes dans son rapport très sévère de 2019 : « La fusion lilloise a été avant tout motivée, non par une ambition académique, mais par la recherche du label d’excellence, finalement obtenu à la quatrième tentative en 2017 »1. Et encore, ce lot de consolation (un financement I-Site), n’a pas vraiment « ruisselé » au-delà du « Peridex » initial2, ni « assaini » la situation financière globale. En effet, loin de s’accompagner des recrutements nécessaires, les difficultés financières de la nouvelle université et la contrainte budgétaire ont plutôt ouvert la voie à des années de vaches maigres, engendrant une augmentation significative de la précarité et une dégradation des conditions de travail.

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

Rien de très surprenant si l’on avait tendu l’oreille aux organisations syndicales informées des dégâts causés ailleurs par le « gigantisme », si l’on lisait la presse3ou prenait au sérieux le rapport d’audit CHSCT du cabinet SECAFI de 2017 qui prédisait une évidente augmentation des risques psycho-sociaux. Même le rapport de l’IGAENR de juillet 2018 — resté confidentiel4 — critique les lourdeurs administratives, la centralisation excessive, la perte de proximité de l’équipe de direction et… les surcoûts (de toute sorte) liés à la fusion…

Continuer la lecture

  1. http://snesup.univ-lille1.fr/site/IMG/pdf/2019-fevrier-rapport-cours_des_comptes_universite_de_lille_1_.pdf []
  2. Communiqué du SNESUP de l’Académie de Lille du 3 avril 2017 : « Les promoteurs de la candidature IDEX Lille se félicitent d’avoir obtenu un I-site ! Et pourtant… » []
  3. Voir notamment : Christelle Gérand, « Aix-Marseille, “laboratoire de la fusion des universités” », Le Monde diplomatique, septembre 2016. []
  4. Pour des extraits du rapport de l’IGAENR : https://cgt.fercsup.net/syndicats/nord-pas-de-calais-picardie/universite-lille/article/journal-de-la-cgt-universite-de-lille-no4 []

Saint-Étienne dit non à la fusion universitaire avec Lyon : et maintenant ?

Communiqué du collectif Idexit

Retrouvez également sur notre site notre analyse détaillée des votes de l’ENS et de l’UJM, ainsi que nos informations des jours ayant précédé ces votes (consultation et révélations à l’ENS, avertissement du CA de l’UJM).


Ces 22 et 23 octobre, l’École normale supérieure de Lyon (ENS) et l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne (UJM) devaient s’engager définitivement dans le projet de fusion en une « université-cible » lyonnaise et stéphanoise. Le projet, qui regroupe également les universités Lyon 1 et Lyon 3, a été approuvé d’une courte majorité par le conseil d’administration de l’ENS (14 voix sur 13 requises) mais il a été largement rejeté par celui de l’UJM (11 voix sur 18 requises).

  • Nous partageons la déception de la communauté de l’ENS de Lyon, qui s’était massivement prononcée contre le projet lors d’une consultation organisée par un comité indépendant. Une partie du conseil d’administration, composée de membres nommé⋅es et élu⋅es, n’a pas eu le courage de faire le choix de la construction collective d’une alternative au projet actuel, qui n’a pourtant plus le soutien des communautés. Ce renoncement est regrettable.
  • À l’inverse, nous saluons le choix responsable et lucide des adminis­trateur⋅ices de l’UJM, malgré les pressions considérables subies depuis de longs mois. Le conseil d’administration a porté la voix quasi-unanime de la communauté universitaire, des syndicats de l’université, des organisations étudiantes, syndicales et associatives, des nombreux⋅ses enseignant⋅es et chercheur⋅euses regroupé⋅es au sein du Collectif UJM et des responsables politiques ligérien⋅nes en faisant le choix de protéger un territoire plutôt que de céder à des injonctions politiques hors-sol.

Il faut aujourd’hui tirer les conséquences de ce résultat, et recommencer à travailler pour l’avenir du site universitaire.

  • En premier lieu, le désaveu que constitue ce vote prive la présidente de l’UJM, Michèle Cottier, de la reconnaissance et de la légitimité qui doivent être attachées à sa fonction. Dans l’intérêt de son établissement, la raison voudrait qu’elle laisse une majorité renouvelée porter une nouvelle dynamique, et nous l’appelons à la responsabilité. Nous appelons également les membres du conseil d’administration de l’université, dont près des deux tiers se sont opposé⋅es au projet de fusion, à considérer les dispositions de l’article L719-1 du Code de l’éducation qui leur permet de s’en remettre à leurs électeur⋅ices pour faire émerger un nouveau projet d’établissement.
  • Par ailleurs, ce résultat rend caduc le vote de l’ENS de Lyon, mais également ceux prononcés à titre consultatif par les conseils d’administration des universités Lyon 1 et Lyon 3. Cet énième coup d’arrêt doit sonner la fin de quatre années d’erreurs ! Alors que l’administrateur provisoire de l’université Lyon 1 fait mine de se lancer dans une fusion à trois, désormais privée des forces stéphanoises, de l’essentiel des lettres et sciences humaines du site et de toutes ses écoles d’ingénieur⋅es sauf une, il s’agit de prendre le temps de penser une nouvelle construction au service du rayonnement de tout le site. Un nouveau projet doit émerger d’un travail ouvert, apaisé, porté par des dirigeant⋅es renouvelé⋅es et associant réellement les communautés dans leur pluralité. Nous espérons pouvoir contribuer à un tel projet, convaincu⋅es que notre enseignement supérieur et notre recherche méritent mieux que les débris d’une fusion que plus personne ne porte.

Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles. Depuis 2020, il est constitué en association et porté par 4 syndicats étudiants.

Site internetFacebookTwitter

Saint-Étienne : démission de nombreux proches de la présidente, laissée seule avec la fusion

Lire l’article complet sur le site Idexit


La détonation risque de retentir pendant plusieurs semaines : huit vice-président⋅es de l’université Jean-Monnet de St-Étienne (UJM), dont les trois vice-présidents centraux, annoncent aujourd’hui leur démission. Avec un collectif de dirigeant⋅es de l’université (chargé⋅es de mission, responsables de composantes ou d’unités), ils considèrent « que le projet d’Université-Cible, que certains d’entre nous ont porté, met en danger, aujourd’hui, notre établissement et notre capacité à porter une ambition académique sur le site de Lyon-Saint-Étienne. » Alors que la sauvegarde de l’université stéphanoise était au centre de la campagne des municipales et que Khaled Bouabdallah, véritable « parrain » de l’ESR local, a récemment été exfiltré vers Montpellier, la présidente Michèle Cottier se retrouve seule à porter un projet de fusion dont tout le monde, à Saint-Étienne, perçoit désormais l’absurdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

Saint-Étienne ne veut pas perdre son université

Lire l’article complet sur le site Idexit


Alors que le projet de fusion avec trois établissements lyonnais, longtemps retardé, repart sur les chapeaux de roue, un concert de voix issues de la société civile comme du milieu politique local fait entendre des inquiétudes quant à la disparition de l’université Jean-Monnet (UJM), qui est depuis 1969 un atout majeur du développement de la ville.

De quoi parle-t-on ? — Depuis plusieurs années, un projet de gigantesque fusion universitaire entre Lyon et St-Étienne se met poussivement en place. Commencé à douze établissements, il doit se terminer à quatre : les universités Lyon 1, Lyon 3, Jean-Monnet et l’ENS de Lyon. Pour l’université stéphanoise, ce serait la fin de 50 années d’existence, depuis sa création sous l’impulsion de l’emblématique maire Michel Durafour jusqu’au pôle universitaire aux 250 diplômes, 5 campus et 20000 étudiant⋅es qu’elle est devenue. Un article issu du dernier numéro de Couac, un média d’investigation indépendant à St-Étienne, résume les enjeux et l’historique du projet.

Rien ne va plus à Saint-Étienne, où le projet de fusion essuie les attaques successives de nombreuses personnalités.

  • En décembre, le maire (LR) Gaël Perdriau, qui avait longtemps défendu le projet mais candidate désormais à sa réélection, demande le report du vote de la fusion. Pendant ce temps, ses opposants dénoncent un double discours (tout en s’opposant eux-mêmes au projet).
  • Depuis le début de l’année, le député (Génération⋅s) Régis Juanico intervient à plusieurs reprises au Palais-Bourbon pour dénoncer la disparition de l’UJM.
  • Fin février, c’est l’ancien président de l’université et ancien maire Maurice Vincent qui lance « un appel aux universitaires et aux Stéphanois à défendre l’UJM ».
  • En mars, trois candidat⋅es aux municipales signent une charte pour l’Université, qui contient des engagements contre la fusion.
  • Le 31 mai, Patrice Queneau, doyen de la faculté de médecine pendant 18 ans, rappelle l’importance d’un CHU à Saint-Étienne : « On ne touche pas à une faculté territoriale à l’heure du manque de médecins et des déserts médicaux ! »
  • À la parution d’une histoire de l’UJM début juin, son auteur Jean-Luc Foury (ancien dirigeant de l’université) déplore : « L’université Jean-Monnet va disparaître. Elle se suicide. »
  • Mi-juin, la campagne des municipales bat son plein. Pierrick Courbon (PS) demande toujours la conservation de l’autonomie de l’UJM, tandis que le sortant Gaël Perdriau (LR), décidément déterminé à faire oublier ses années de soutien à la fusion, s’engage dans un long communiqué : « Saint-Etienne Métropole ne pourra être favorable au projet de statuts que s’il est apporté une réponse positive aux deux points évoqués concernant la gouvernance et la dénomination du futur établissement envisagé. » Des engagements dont les Stéphanois⋅es sauront se souvenir en cas de réélection.

Une question se pose, à la lecture de toutes ces oppositions convergentes au sein du monde politique et de la société civile : et au sein de l’UJM, alors ? La situation tranche, en effet, entre l’ébullition dans la ville et le calme dans l’université. La présidente, M. Cottier, y a été réélue haut la main cet hiver grâce au jeu des primes majoritaires qui ont fait pencher en sa faveur une élection néanmoins contrastée.

L’opposition, néanmoins, s’est fait entendre plus que d’habitude ce printemps, dans le cadre d’un mouvement national dans l’enseignement supérieur qui a beaucoup mobilisé à l’UJM. Les étudiant⋅es et enseignant⋅es en lutte contre la précarité ont eu à cœur de rappeler l’importance d’une université proche de leur territoire. « Pour nous la fusion signifie non seulement une perte de démocratie, mais surtout elle remet en cause la présence d’une université locale et de proximité (et donc de fait de son accessibilité au plus grand monde) », rappelle Nicolas, du syndicat étudiant OSE-CGT.

Depuis une semaine, alors que la fermeture de l’université depuis le confinement entrave les mobilisations collectives, c’est une pétition qui a pris le relais. Rappelant que « [l’UJM] est le fruit du travail acharné de multiples décideurs qui ont tous œuvré, depuis 50 ans, à faire de Saint-Etienne une ville universitaire à part entière », le texte demande « une coopération renforcée avec Lyon et d’autres territoires mais dans les strictes conditions du maintien de l’autonomie morale et juridique de l’UJM ». Un souhait qui, décidément, semble faire l’unanimité dans la 13e ville de France.

L’université et sa présidente ont, à en croire les menaces ministérielles, jusqu’au 30 septembre pour sortir de leur surdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

« Expédier les affaires courantes » : fusion lyonnaise et mandat présidentiel en temps de confinement

Paris, le 22 avril 2020

Lors du CNESER tenu le 21 avril 2020 par visioconférence, les élu·es représentant les syndicats de la FSU pour l’ESR ont interpellé le ministère sur l’application de l’article 15 de la « loi d’urgence » du 23 mars 2020. Ce texte prolonge le mandat des président·es d’université et des conseils sortants et reporte les élections dans de nombreuses universités où le processus de renouvellement des instances dirigeantes n’était pas achevé à la date du 15 mars.

S’appuyant sur le cas de Lyon, nos élu·es se sont inquiété·es du risque de voir des présidents ou présidentes utiliser cette loi pour réaliser des fusions d’universités ou intégrer un établissement expérimental en évitant les élections. Cette attitude serait contraire aux intentions du législateur qui, d’après l’étude d’impact de la loi, a adopté cet article pour « garantir la continuité du fonctionnement des établissements » et non pour permettre de les supprimer.

Les élu·es de la FSU ont demandé au MESRI de prendre des engagements et de veiller à ce que la loi ne soit pas détournée, en précisant que les votes sur des fusions éventuelles devaient impérativement se tenir après les élections à intervenir et le renouvellement des équipes dirigeantes. Ils ont eu la confirmation par la DGESIP Anne-Sophie Barthez que les équipes en place expédieraient les affaires en cours et ne prendraient certainement pas des décisions dérogeant au code de l’éducation ou des décisions aussi importantes qu’une fusion.

Le SNESUP-FSU, le SNCS-FSU et le SNASUB-FSU prennent acte de cette réponse et ils veilleront à ce qu’aucun vote sur une fusion et sur la création ou l’intégration d’un établissement expérimental ne puisse se faire avant le rendez-vous démocratique des élections.

Liens