Saint-Étienne : démission de nombreux proches de la présidente, laissée seule avec la fusion

Lire l’article complet sur le site Idexit


La détonation risque de retentir pendant plusieurs semaines : huit vice-président⋅es de l’université Jean-Monnet de St-Étienne (UJM), dont les trois vice-présidents centraux, annoncent aujourd’hui leur démission. Avec un collectif de dirigeant⋅es de l’université (chargé⋅es de mission, responsables de composantes ou d’unités), ils considèrent « que le projet d’Université-Cible, que certains d’entre nous ont porté, met en danger, aujourd’hui, notre établissement et notre capacité à porter une ambition académique sur le site de Lyon-Saint-Étienne. » Alors que la sauvegarde de l’université stéphanoise était au centre de la campagne des municipales et que Khaled Bouabdallah, véritable « parrain » de l’ESR local, a récemment été exfiltré vers Montpellier, la présidente Michèle Cottier se retrouve seule à porter un projet de fusion dont tout le monde, à Saint-Étienne, perçoit désormais l’absurdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

Saint-Étienne ne veut pas perdre son université

Lire l’article complet sur le site Idexit


Alors que le projet de fusion avec trois établissements lyonnais, longtemps retardé, repart sur les chapeaux de roue, un concert de voix issues de la société civile comme du milieu politique local fait entendre des inquiétudes quant à la disparition de l’université Jean-Monnet (UJM), qui est depuis 1969 un atout majeur du développement de la ville.

De quoi parle-t-on ? — Depuis plusieurs années, un projet de gigantesque fusion universitaire entre Lyon et St-Étienne se met poussivement en place. Commencé à douze établissements, il doit se terminer à quatre : les universités Lyon 1, Lyon 3, Jean-Monnet et l’ENS de Lyon. Pour l’université stéphanoise, ce serait la fin de 50 années d’existence, depuis sa création sous l’impulsion de l’emblématique maire Michel Durafour jusqu’au pôle universitaire aux 250 diplômes, 5 campus et 20000 étudiant⋅es qu’elle est devenue. Un article issu du dernier numéro de Couac, un média d’investigation indépendant à St-Étienne, résume les enjeux et l’historique du projet.

Rien ne va plus à Saint-Étienne, où le projet de fusion essuie les attaques successives de nombreuses personnalités.

  • En décembre, le maire (LR) Gaël Perdriau, qui avait longtemps défendu le projet mais candidate désormais à sa réélection, demande le report du vote de la fusion. Pendant ce temps, ses opposants dénoncent un double discours (tout en s’opposant eux-mêmes au projet).
  • Depuis le début de l’année, le député (Génération⋅s) Régis Juanico intervient à plusieurs reprises au Palais-Bourbon pour dénoncer la disparition de l’UJM.
  • Fin février, c’est l’ancien président de l’université et ancien maire Maurice Vincent qui lance « un appel aux universitaires et aux Stéphanois à défendre l’UJM ».
  • En mars, trois candidat⋅es aux municipales signent une charte pour l’Université, qui contient des engagements contre la fusion.
  • Le 31 mai, Patrice Queneau, doyen de la faculté de médecine pendant 18 ans, rappelle l’importance d’un CHU à Saint-Étienne : « On ne touche pas à une faculté territoriale à l’heure du manque de médecins et des déserts médicaux ! »
  • À la parution d’une histoire de l’UJM début juin, son auteur Jean-Luc Foury (ancien dirigeant de l’université) déplore : « L’université Jean-Monnet va disparaître. Elle se suicide. »
  • Mi-juin, la campagne des municipales bat son plein. Pierrick Courbon (PS) demande toujours la conservation de l’autonomie de l’UJM, tandis que le sortant Gaël Perdriau (LR), décidément déterminé à faire oublier ses années de soutien à la fusion, s’engage dans un long communiqué : « Saint-Etienne Métropole ne pourra être favorable au projet de statuts que s’il est apporté une réponse positive aux deux points évoqués concernant la gouvernance et la dénomination du futur établissement envisagé. » Des engagements dont les Stéphanois⋅es sauront se souvenir en cas de réélection.

Une question se pose, à la lecture de toutes ces oppositions convergentes au sein du monde politique et de la société civile : et au sein de l’UJM, alors ? La situation tranche, en effet, entre l’ébullition dans la ville et le calme dans l’université. La présidente, M. Cottier, y a été réélue haut la main cet hiver grâce au jeu des primes majoritaires qui ont fait pencher en sa faveur une élection néanmoins contrastée.

L’opposition, néanmoins, s’est fait entendre plus que d’habitude ce printemps, dans le cadre d’un mouvement national dans l’enseignement supérieur qui a beaucoup mobilisé à l’UJM. Les étudiant⋅es et enseignant⋅es en lutte contre la précarité ont eu à cœur de rappeler l’importance d’une université proche de leur territoire. « Pour nous la fusion signifie non seulement une perte de démocratie, mais surtout elle remet en cause la présence d’une université locale et de proximité (et donc de fait de son accessibilité au plus grand monde) », rappelle Nicolas, du syndicat étudiant OSE-CGT.

Depuis une semaine, alors que la fermeture de l’université depuis le confinement entrave les mobilisations collectives, c’est une pétition qui a pris le relais. Rappelant que « [l’UJM] est le fruit du travail acharné de multiples décideurs qui ont tous œuvré, depuis 50 ans, à faire de Saint-Etienne une ville universitaire à part entière », le texte demande « une coopération renforcée avec Lyon et d’autres territoires mais dans les strictes conditions du maintien de l’autonomie morale et juridique de l’UJM ». Un souhait qui, décidément, semble faire l’unanimité dans la 13e ville de France.

L’université et sa présidente ont, à en croire les menaces ministérielles, jusqu’au 30 septembre pour sortir de leur surdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

« Expédier les affaires courantes » : fusion lyonnaise et mandat présidentiel en temps de confinement

Paris, le 22 avril 2020

Lors du CNESER tenu le 21 avril 2020 par visioconférence, les élu·es représentant les syndicats de la FSU pour l’ESR ont interpellé le ministère sur l’application de l’article 15 de la « loi d’urgence » du 23 mars 2020. Ce texte prolonge le mandat des président·es d’université et des conseils sortants et reporte les élections dans de nombreuses universités où le processus de renouvellement des instances dirigeantes n’était pas achevé à la date du 15 mars.

S’appuyant sur le cas de Lyon, nos élu·es se sont inquiété·es du risque de voir des présidents ou présidentes utiliser cette loi pour réaliser des fusions d’universités ou intégrer un établissement expérimental en évitant les élections. Cette attitude serait contraire aux intentions du législateur qui, d’après l’étude d’impact de la loi, a adopté cet article pour « garantir la continuité du fonctionnement des établissements » et non pour permettre de les supprimer.

Les élu·es de la FSU ont demandé au MESRI de prendre des engagements et de veiller à ce que la loi ne soit pas détournée, en précisant que les votes sur des fusions éventuelles devaient impérativement se tenir après les élections à intervenir et le renouvellement des équipes dirigeantes. Ils ont eu la confirmation par la DGESIP Anne-Sophie Barthez que les équipes en place expédieraient les affaires en cours et ne prendraient certainement pas des décisions dérogeant au code de l’éducation ou des décisions aussi importantes qu’une fusion.

Le SNESUP-FSU, le SNCS-FSU et le SNASUB-FSU prennent acte de cette réponse et ils veilleront à ce qu’aucun vote sur une fusion et sur la création ou l’intégration d’un établissement expérimental ne puisse se faire avant le rendez-vous démocratique des élections.

Liens