Game over. Newsletter du 19 au 25 octobre 2020

Nous y sommes.

La fin de la récré a sonné.

Voilà des mois que nous, étudiant∙es, universitaires, BIATSS, chercheurs,  encaissons des initiatives, des dispositions législatives, des circulaires, des discours : loi Ore, Parcoursup, 25 milliards, l’absurdité du temps de recherche passé à chercher de l’argent pour mener ses recherches jusqu’au scandaleux récent appel à projet dit  réhabilitation des bâtiments universitaires.

N’en jetez plus.

Voilà plus de dix mois qu’Academia s’est déclarée « en grève », assure une veille de l’actualité de plus en plus insupportable, propose des analyses, et s’échappe de l’enfer grâce à sa AcademiaStrikePlaylist et à l’humour de Fred Sochard, de Dr Animula, des collègues et de sa rédaction.

Il est vrai que, quelquefois il n’y a plus que l’humour devant la malignité et la bêtise.

La semaine qui vient de s’écouler a jeté une lumière parfaitement crue sur l’isolement du gouvernement et sur ses ultimes manœuvres tentées pour conserver le pouvoir. Décryptage

https://www.flickr.com/photos/92324836@N00/172116351/in/photolist-gd9ci-ftV1P5-ir3Rv-ajsW9W-irYJk8-9evn4A-eyKHca-yYucP4-ieAEuN-6t9Wbi-ukSm7-7dBTbr-9f3L2n-21NWh-85EF6a-2zyA-5tfkin-6WrXvt-9ekLU5-dXZ3S-4P8oGy-cCSWmh-e5b4xn-5kJjxx-9f3LcR-bDHqgJ-7DyMQk-dbiwTi-MLw1E-9z5euW-9uqDnN-iDqXwj-esywHY-6b4EuY-4rZ8MT-6UTB9n-wYNsNW-2gkhkEn-5X5GSf-6wGrcB-uU5FE-eKtQU-4sHr2v-6rYJYU-8SziVf-8LGCeS-CuRis-KunoUP-y9j3B-4k8CMB

Game over. An interior of the great bonnaroo classic video arcade
© Jumpy_Sicilian, 2006

Continuer la lecture

Fantasme de titulaire : indigénisme et liberté d’expression

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

Déclaration de Bonn : le grand silence de Frédérique Vidal

La fabrique de la loi #49

← Article précédent

Article suivant­ →

Les calendriers sont parfois cruels : dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, les ministres européens de la recherche ont adopté cette semaine la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique 1, au moment même où, en France, le ministre de l’éducation nationale accusait l’Université de « complicité intellectuelle avec le terrorisme » et soutenait que « l’islamo-gauchisme » y « fait des ravages ».

Sur le fond, la Déclaration de Bonn ne dit rien de bien original. Mais la situation française est devenue si malsaine qu’elle suffit aujourd’hui à faire passer ce texte pour un brûlot subversif. Le chemin parcouru ces derniers mois, et ces derniers jours en particulier, est proprement terrifiant.

Il n’est pourtant pas original de dire que la liberté de la recherche scientifique est une valeur essentielle de nos sociétés, qui comprend « le droit de définir librement les questions de recherche » et « de choisir et de développer des théories […] pour interroger les idées reçues ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même que les plus hautes autorités de l’État accusent l’université d’avoir « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon »  (E. Macron, Le Monde, 10 juin 2020) et osent affirmer, dans l’enceinte la plus officielle qui soit, le Sénat, qu’« il y a des courants islamo-gauchises très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits » (J.-M. Blanquer, Public Sénat, 22 octobre 2020).

Il n’est pourtant pas original de dire que les chercheurs ont la « liberté d’exprimer leurs opinions sans être désavantagés par le système dans lequel ils travaillent ou par des censures et discriminations gouvernementales ou institutionnelles ». Mais, dans la France d’aujourd’hui, cela résonne étrangement, alors même qu’une loi de programmation de la recherche est en passe d’être adoptée, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. On se souvient qu’en première lecture un amendement anodin de défense de libertés académiques proposés par Patrick Hetzel (Les Républicains) avait été rejeté. Et cela résonne très étrangement quand, dans ce même pays, le président choisit de nommer son propre conseiller à la tête de l’agence chargée d’évaluer la recherche et l’enseignement supérieur, dont dépendra une part substantielle des crédits qui seront attribués.

C’est parce que cette Déclaration de Bonn sonne si étrangement dans la France d’aujourd’hui que la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a choisi de ne rien en dire. C’est par un communiqué du ministère des affaires étrangères, via l’ambassade de France en Allemagne, qu’on en apprend l’existence, et c’est scandaleux : rien, pas un mot, pas une ligne, pas un communiqué, pas même une mention dans son agenda officiel du côté de Frédérique Vidal, comme elle n’aura rien dit, rien écrit, rien fait suite aux propos de Jean-Michel Blanquer.

À quoi Frédérique Vidal sert-elle, si ce n’est à faire passer une loi inique, sur le plan de la liberté de la recherché, et mensongère, sur le plan budgétaire ?

Dampler pedal (c) [Elaine], 2007

Continuer la lecture

  1. Nous la reproduisons ci-dessous, à défaut d’avoir pu en récupérer le seul texte pour sa traduction. []

Après des propos indignes, M. Blanquer doit partir, par Sauvons l’Université !

Version .pdf

https://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/styles/w_838/public/styles/paysage/public/images/2018/01/vidal-blanquer.jpg?itok=M4pb6Mwv

Jean-Michel Blanquer (à gauche), Frédérique Vidal…© Sipa Press

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

« L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat

La fabrique de la loi #28

← Article précédent

Article suivant­ →

Les interviews de Vidal sont quand même devenues totalement dystopiques.  Celle sur LCP là, il faut l’archiver et la mettre en boucle partout le soir de l’apocalypse.
Les vêtements, les clusters, l’été, les ordis, les betteraves, c’est une réelle merveille.
Son apogée. 

Flavien B., Twitter, 28/9/2020

Update. 29/9/2020

L’annonce était partout : Frédérique Vidal était interrogée sur Public Sénat ce soir, par Valérie Rabault, présidente du groupe Socialistes et apparentés, et par Stéphane Piednoir, rapporteur-adjoint préssenti pour la LPPR au Sénat.

https://twitter.com/StephPiednoir/status/1310571901924839425?s=20Fallait-il en attendre quelque chose, habitué·es que nous sommes aux mensonges quotidiens de notre ministre de tutelle ? Public Sénat a publié une séquence sur la crise sanitaire dans les universités ; Christelle Rabier a tenté un livetweet de l’émission qui voyait se succéder des journalistes ; et les deux parlementaires.

L’intégralité de l’émission se trouve ici.

https://twitter.com/FredericSawicki/status/1310674836285526016?s=20Sachez, braves gens, que les étudiant·es ne se contaminent qu’en soirée ; et qu’on repère mieux les infections à l’Université parce qu’on y teste plus qu’ailleurs. Que le masque, enfin, est la solution « efficace » au problème de surpopulation étudiante.

https://twitter.com/sluniversite/status/1310867416663162881?s=20

(c) Sauvons l’université

En prévision d’un reconfinement, le Ministère a fait acheter 5000 ordinateurs pour les 2,7 millions d’étudiants et la centaine de milliers d’enseignant·es. Le reste à l’avenant.

« On a fait acheter 5000 ordinateurs pour équiper les étudiants », Frédérique Vidal sur Public Sénat, 28/9/20 – infographie : Julien Gossa

Une mention spéciale pour Valérie Rabault,  offensive sur les deux principaux points de crispation collective : le budget n’est pas à la hauteur ; la Ministre se défausse de sa mission en n’assurant pas l’administration de la question sanitaire. Pour Valérie Rabault, il n’est pas normal que « l’État abdique de ses responsabilités ».

À défaut d’abdiquer de ses responsabilités, l’émission aura abandonné sa raison en agitant le chiffon rouge qu’on n’aurait attendu d’un journaliste de CNews, pas de Public Sénat, ni même du Figaro, encore moins d’un sénateur. Et donc on connaît désormais la prochaine manœuvre de diversion pour ne pas traiter des vraies problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche : après celle des lycéennes, ce sera donc le problème critique de la tenue des étudiant·es que sera en ligne de mire des sénateurices. Juste avant celui de « séparatisme à l’université » (?).

https://www.flickr.com/photos/jmenj/49636595441/in/photolist-oVsGUm-2izJ3Ur-2iCdwvF-Y8jxof-UqpqH5-Vsn9n1-UqpzPw-V7LZN7-7UinfD-2iCaPh9-2iCaPRa-2j9xBbW-2hywbAt-2hywby9-2hyz1qR-2hyAeTw-K4pZ9F-jocBSN-22HNzVa-22HNyMt-K4q2Ap-sUN1Xh-7uzzcJ-22HNFfi-246g6uR-22HNE1p-22VvqZW-22HNBGM-K4q2bM-9JoL4w-241hWpn-cNY1KC-RKGXVK-fKut7j-fKxCFg-fKQfkA-2hyz1u3-fKcVbc-fKQiBb-4tRoih-fKxFfn-fKutxm-fKuoYw-fJifrV

8 mars 2020 à Paris (c) Jeanne Menjoulet

Par bonheur, la journée avait commencé avec Adèle Haenel, sa voix et son engagement contagieux sur France inter. Que on pour se lever et se casser  quand on s’est levé et qu’on s’est cassé — et qu’on est déjà dehors ?  demandait Augustin Trapenard à la comédienne. « Déjà on reste debout et on continue de gueuler », a-t-elle répondu.

Pour l’université, on le sait : on reste debout, on continue de gueuler déjà. On ravitaille les valeureuses et valeureux restés faire le ménage.

Et on garde le temple, en attendant les hordes barbares.

Meurtre à la fac – une enquête du lieutenant Collenduo

L’inspecteur : Pardon, madame…
Elle : Qui êtes-vous ? Et qui vous a permis d’entrer chez moi de cette façon ?
L’inspecteur : Vous êtes bien madame Frédérique ?
Elle : Cela ne vous regarde pas… Et veuillez sortir immédiatement… Vous allez salir mes tapis en peaux d’ATER.
L’inspecteur : Oui, pardon, madame… Vous avez raison, madame… Il faut que je me présente… Lieutenant Collenduo de la police française… Ah mais je vous rassure… Pas de celle qui vous attaque au LBD… On n’a jamais voulu m’en donner un. Moi j’ai juste un 3,825.
Elle : Mais c’est quoi un 3,825 ?
L’inspecteur : Un 7,65 coupé par la moitié en raison des baisses de budget… Il parait qu’à la police criminelle, on n’a pas besoin d’armes pour attraper les criminels. Tandis que la police de rue en a besoin pour attraper les désarmés…
Elle : Mais enfin, inspecteur, que me voulez-vous ? J’allais justement sortir pour aller au gala caritatif au profit des startups éducatives désoeuvrées…
L’inspecteur : Je promets de ne pas vous déranger trop longtemps, madame…
Elle : Tant mieux…
L’inspecteur : Mais je me dis, madame, que si vous sortez ainsi pour un gala, c’est que vous ne connaissez pas la terrible nouvelle.
Elle : La nouvelle ?… Quelle nouvelle ?…
L’inspecteur : L’université française… Assassinée…
Elle : Assassinée ?…
L’inspecteur : Oui, madame… Je sais, ça fait un choc… Surtout quand ça arrive comme ça… Un dimanche alors que la France a la tête tournée vers l’arrivée du Tour de France… Comme une privatisation des routes nationales un 14 août. Dans l’indifférence quoi…

Diables, (c) Ajuntament Sant Sadurní d’Anoia, 2019

Continuer la lecture

Veillée d’armes. Newsletter du 14 au 20 septembre 2020

RAS. La rédaction d’Academia n’attendait pas grand-chose de la Commission des Affaires culturelles qui devait examiner les 577 amendements déposés la semaine précédente. Ce fut pire : en deux jours, c’était bouclé. Nous avons tout de même eu le déplaisir d’entendre la hargne de Frédérique Vidal à l’endroit des personnels de l’ESR et de leurs statuts que la LPPR attaque de front et d’être défendu∙es par une opposition large— et au final 182 amendements adoptés en commission, dont 96% par l’ensemble majorité + gouvernement (sic). Il restait alors trois jours aux député∙es pour déposer des amendements supplémentaires, et ce jusqu’à vendredi 18 septembre 17h.

*
*   *

Le véritable événement politique est venu du Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes.  Par sa note Vigilance égalité, il recadre un projet de loi qui n’a pas prévu d’étude d’impact — obligatoire — sur la parité et dont les dispositions font de la LPPR une « loi sans chercheuses ».

Parmi les dispositions du projet de loi consolidé, nous ne sommes pas au bout de nos surprises : alors qu’on se souvient de la défense et illustration par le déni de la séparation des pouvoirs de la qualité des diplômes par la Ministre, Vidal Schwarz nous a fait remarquer que le Ministère aurait désormais toute latitude pour accorder le grade de docteur à des personnes qui n’auraient pas fait de thèse. Nous allons découvrir dans les jours à venir bien d’autres dispositions, qui achèvent d’établir que la loi de programmation de la recherche n’est pas une loi de finances, mais bien une loi sur les statuts universitaires. Ajoutons, en suivant Julien Gossa, qu’il s’agit d’une loi réactionnaire, qui puise ses fondements idéologiques dans l’ère Raffarin, dont elle reprend le vocabulaire, les ambitions, le chiffrage. Un projet de loi, donc, qui n’a pas lieu d’être, sinon par le secret espoir d’obtenir aujourd’hui,  en adoptant une stratégie du choc, ce qui ne l’a pas été depuis plus de quinze ans et dont le modèle est désormais caduc.

Il est pour le moins honteux d’occuper le Ministère et la représentation nationale par un ramassis de dispositions délétères, quand la totalité des collègues de l’ESR est concentrée à assurer une rentrée « de la honte », hors normes, dont la Ministre se lave les mains, ou plus prosaïquement, à chercher un bureau pour conduire son projet de recherche ou à faire grève de la faim pour obtenir accès à un Master. Academia, avec Université ouverte, encourage agents et étudiant∙es à nous envoyer photos, témoignages, mesures de CO2 en amphi sous-ventilés, etc. en vue de les communiquer à la représentation nationale. Vous pouvez d’ores et déjà avoir un premier aperçu de la rentrée, en articles de presse et en images. La rentrée devrait être achevée dans toutes les universités à la fin du mois: signifiera-t-elle retour en confinement ?

Petites fourmis au service de la communauté universitaire, nous mettons en ligne deux articles dans notre collection ESR – Guides de survie : Une place à soi, par Chouyo, sur les dynamiques de classe dans la lutte contre le sexisme ; et un guide Primes d’activité, par Gwendal Ranou, à destination des personnels précaires de l’ESR. C’est aussi l’occasion de rappeler l’existence d’un recensement des Financements de Master, par Pierre Verschueren.

https://www.flickr.com/photos/moritzbarcelona/6322861420/in/photolist-aCJjq5

Número 15 blau. Toros a les Landes. © Bruno Lasnier, 2011

*
*   *

Nous entrons enfin dans le vif du sujet, alors que s’achève une longue séquence de novlangue, de demi-vérités, de mensonges crus, de scandales à répétition, d’absence d’administration de l’ESR digne de ce nom. Il y a plus de vingt mois le Premier Ministre, désormais administrateur d’Atos, demandait à Frédérique Vidal une loi ambitieuse pour la recherche. Après des mois et des centaines de billets Acadamia —soit 1,5 millions de pages consultées depuis janvier 2020 —à décrypter les ombres portées derrière les écrans de fumée, à entendre la souffrance et la colère des étudiant∙es et des collègues, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, et à en témoigner, nous sommes désormais certains que la communauté universitaire est prête pour la bataille qui va commencer. Des dizaines d’estocades ont été portées ce week-end contre le gouvernement.

Signalons deux d’entre elles :

  • Bruno Canard, virologue marseillais et auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » en mars que nous avions traduit en anglais et en néerlandais, fait une réponse au vitriol à Frédérique Vidal qui l’accusait publiquement d’avoir bénéficié de tous les crédits et des équipements nécessaires ;
  • À l’instar de dizaines de collègues, ayant saisi l’importance d’alerte la représentation nationale et de contrer les puissants lobbys qui s’y sont déployés, Antoine Chambert-Loir, mathématicien, professeur à l’Université deParis, a écrit sa députée.

Derrière leur flambeau, l’intersyndicale ESR, Facs et labos en lutte et Academia vous invitent demain, lundi 21 septembre, à une opération « À Paris et ailleurs, tous et toutes à l’Assemblée nationale ! ».

Nous comptons sur vous.

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture

Fin de séance

La fabrique de la loi #16

← Article précédent

Article suivant­ →

Il est 23h. Le projet de loi recherche modifié par la Commission des Affaires culturelles, est adopté.  Celles et ceux qui ont eu le courage d’assister en vidéo à la séance sont groggy : des heures de discussion stériles, déconnectées le plus souvent avec la réalité des agents contractuels ou permanents de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Seul·es quelques député·es — citons notamment Marie-George Buffet, Elsa Faucillon, Patrick Hetzel, Régis Juanico, Michel Larive, Josette Manin, Muriel Ressiguier et Sylvie Tolmont — ont courageusement défendu l’université publique, ses chercheur·ses  et enseignant·es, les dispositifs les plus honteux du texte comme le CDI de mission et le langage orwellien de la Ministre, très soucieuse de défendre les points  touchant au statuts et aux dispositifs de ressources humaines les plus malfaisants. 

Capture de la séance du 16 septembre 2020 de la Commission des Affaires culturelles

Amertume et colère.

Il reste quelques heures pour déposer les derniers amendements qui seront examinés en séance.

https://www.flickr.com/photos/enigmabadger/6241916659/in/photolist-avzsmK-avC7ju-fZdKfW-cwTfKj-hmkkjP-EGzsKe-RjKXLK-81JzLb-81JzpW-fVQmEp-TE23RU-T8n8tP-25N9oiy-ysdJLv-T4Q1AR-U4jzVs-2esco56-GsjJgx-7Uv7Xn-26G49L1-g582b-bq4ha-6r3AUk-4yiSXf-6xu7tR-MjkYbQ-U51HWX-TFX86m-UeVQWx-L6RWTK-29qfFTD-T69LL2-aAYuD1-2857oUg-81JAH3-UoyrJD-81EsMc-TJQBfd-bAiTDH-248UXHj-Uf3gkk-DmgcFC-248V2nU-2jzXAiS-U3t9tn-2jA8N5k-81JCL1-cFtfyJ-8367w1-oE9U3D

BrickArms Cimmerian PickAxe prototype on 6L Bar, by enigmabadger, 2011

Réalité et emprise à l’Université. Newsletter du 7 au 14 septembre 2020

L’actualité de la semaine s’annonçait hautement politique, avec l’avis de la Commission des finances et l’audition de la Ministre. Alors que s’ouvre de ce 14 septembre quatre jours de débat sur les amendements devant la Commission des affaires culturelles avant le passage en hémicycle la semaine prochaine et la préparation d’une journée de mobilisation nationale le 17 septembre, la semaine passée a rappelé la réalité et ses rapports de domination au cœur des discussions de la communauté universitaire.

*
*   *

Plusieurs interventions de syndicats ou de collectifs nous ont confié l’analyse faite en audition de la Commission aux affaires culturelles ou auprès de ses membres – Sud éducation et Sud Recherche EPST, Confédération des Jeunes Chercheurs, Facs et labos en lutte – avec une belle unanimité. Pierre-Alain Raphan, rapporteur-adjoint, a quant à lui choisi de rencontrer une jeune maîtresse de conférences qui lui a relaté son expérience et exposé les dangers de la #LPPR ; tandis que le groupe La France insoumise poursuivait et filmait ses auditions en marge des auditions en plénière. Nous espérons que ces prises de contact, sans le filtre orwellien de l’administration de la recherche, contribueront à nourrir la séance en hémicycle qui débutera le 21 septembre.

Nous sommes revenu·es sur l’audition de la présidente de la CP-CNU, le 27 août dernier. Sylvie Bauer nous a rappelé – à l’occasion de la parution au Journal officiel de dispositions touchant le Conseil national des universités qui n’en avait pas été informé – de la désinvolture du Ministère comme des attaques répétées vis-à-vis de l’instance nationale. À ses yeux, le CNU qui fonctionne avec peu de moyens, compte tenu de la charge de travail qui est la sienne, se trouve menacé, menaçant par la même occasion les libertés académiques. Elle a fait entendre, dans une tribune publiée en février, que « garantir le bon fonctionnement du CNU est une garantie d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité des décisions et des libertés universitaires ». Mieux connaître le CNU, lui donner les moyens d’accomplir sereinement ses missions, ne pas chercher à recruter hors CNU, comme le rapporteur-adjoint Berta avait proposé de le faire : telles sont les inquiétudes et les recommandations que Sylvie Bauer a portées devant la Commission des Affaires culturelles.

Le mercredi, la Commission des finances a examiné les amendements proposés, ne retenant que ceux portés par le parti majoritaire, voire par son rapporteur (sic). Pourtant l’opposition y a fait entendre le caractère très critiquable du projet de loi : étude d’impact ignominieuse, durée et trajectoire incompréhensibles. L’essentiel du pouvoir d’amendement revient, avant l’examen en séance, à la Commission des Affaires culturelles, la procédure exigeant que les amendements soient déposés la veille avant 17h.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/46842369682/in/photolist-2enioxu-rokWkr-24J1X5c-WyqEJL-q9rNSU-J9zpNL-R33TAp-HYtop3-XooYfK-JYZ4M4-J1LTjR-RCQbMv-SCUTCw-HFQjP9-K6Uyp6-K3Tkxq-Jat3qw-t12QAF-HchBiy-saFqhB-2echEGe-2d8nWpm-Cjsrsa-KkKY1x-JWpaRu-LsRctv-s7eTtg-TjbN3P-UR6eWo-ShJDhf-RA7WVN-Hcp9x4-xzmArm-25BADM3-PQDJYj-26P8h1n-BKV7iB-JE6jZu-G24wpP-K3VYfu-HYtcYU-XwDcZ9-Cjmgi4-Hcpcyp-PaHyGt-TL44F5-2b6dusK-XMzghc-Ch5FcG-BKU1Ke

The end of days, by Alex Berger, 2018

Jeudi, c’est devant la même Commission que Frédérique Vidal est venue soutenir son projet de loi. Fidèle à elle-même, dans un discours à la fois soporifique, approximatif, verbeux, la Ministre a achevé la rupture déjà bien engagée, connue des partis et des médias. Confronté∙es à une rentrée hors normes non préparée par le Ministère, subissant au quotidien les résultats de l’effondrement du taux d’encadrement étudiant, nous avons désormais décidé de ne plus chroniquer les discours de notre administration de tutelle pour qui les critiques de la LPPR – soit la communauté universitaire dans son ensemble – devraient « remettre la réalité au cœur de nos discussions ». C’est donc ce que nous continuerons à faire désormais : sans plus se soucier de la communication gouvernementale, ne parler que de la seule réalité.

La réalité, en cette fin de semaine, fut brutale, sordide, cruellement politique, immensément triste. Camille Zimmermann a en effet décidé de faire connaître publiquement qu’elle arrêtait sa thèse, après avoir appris la mort d’une de ses collègues doctorantes. Cette dernière, comme Camille, aurait souffert de l’emprise et du harcèlement moral de leur directeur de thèse. L’absence de communication publique de l’Université de Lorraine ne laissant pas de surprendre, Academia a mené l’enquête : par une lecture minutieuse de la lettre du président Pierre Mutzenhardt adressé le lendemain, Christelle Rabier éclaire les ressorts de l’omerta qui règne vis-à-vis de violences faites aux femmes et aux étudiant∙es des universitaires.

Quitte à ce que la Loi de programmation de la recherche remette de la réalité au cœur de nos discussions, nous espérons que le principe constitutionnel d’égalité et de la lutte contre les discriminations (genre, race, classe), avec le problème des libertés académiques et de l’intégrité scientifique, deviennent dans les jours à venir une préoccupation majeure du législateur.

Continuer la lecture

Vandaliser ? Le bureau de Pablo vidalisé

Tweet de MC Pablo, 11 septembre 2020, 2:29pm

Les faits:

Le gang des « Remettre la réalité au cœur de vos discussion » vient de frapper !

« Remettre la réalité au cœur de vos discussions » : Frédérique Vidal à la Commission des Affaires culturelles

La fabrique de la loi #11

← Article précédent

Article suivant­ →

Frédérique Vidal en personne est venue défendre son projet de loi devant la Commission des Affaires culturelles, chargée d’examiner au fond le texte.  Faisons court, avec Pénélope 2.0:

https://twitter.com/TiphaineAnna/status/1303700463028711428?s=20Ajoutons une chose : nous refusons de donner davantage d’audience à un discours émanant de celles et ceux qui ont la prétention de nous gouverner et qui constitue depuis des mois une insulte à l’intelligence et une injure à la communauté universitaire.

Continuer la lecture