Appel de Fariba Adelkhan : la chercheuse reste en prison

Communiqué du comité du 30 juin 2020

 
Nous ne pouvons qu’exprimer notre indignation la plus forte à la suite de la confirmation en appel de la condamnation de Fariba Adelkhah à cinq ans de prison.
Cette décision inique ne nous surprend cependant en rien puisque la justice dite révolutionnaire de la République islamique d’Iran a démontré depuis le début de cette affaire qu’elle est complètement inféodée à l’agenda opaque des Gardiens de la Révolution, ce « pouvoir à l’envers » que dénonce notre collègue depuis le fond de sa geôle. A nouveau, le jugement reprend à l’identique le réquisitoire sans tenir aucun compte de la plaidoirie, comme si cette dernière n’avait pas existé. Il s’agit du procès strictement politique d’une prisonnière scientifique dont le « dossier » judiciaire ne comprend que ses travaux de recherche, puisque Fariba Adelkhah n’a jamais eu d’activité politique en Iran ou à propos de l’Iran.
Face à cette parodie de justice, nous continuons à demander la libération inconditionnelle et immédiate de notre collègue, et ce d’autant plus fermement que la reprise de l’épidémie de Covid-19 en Iran met en danger sa santé, et même sa vie, compte tenu de son affaiblissement à la suite de la grève de la faim de 49 jours qu’elle a suivie de décembre 2019 à février 2020.
Nous appelons le président de la République et le ministère des Affaires étrangères à continuer à tout mettre en oeuvre pour obtenir la libération de Fariba.
En tant que scientifiques, nous sommes abasourdis par l’indifférence dont fait preuve Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, depuis l’arrestation de Fariba Adelkhah le 5 juin 2019. Quand elle a été interrogée par la presse ou des parlementaires, elle s’est jusqu’à présent bornée à quelques déclarations mécaniques renvoyant au ministère des Affaires étrangères. Son silence est choquant et méprisant à l’encontre de notre profession de chercheur et d’enseignant. Il est d’autant plus stupéfiant que la République islamique d’Iran, en incarcérant de manière arbitraire un nombre croissant de chercheurs et d’universitaires étrangers, lance un défi manifeste à la communauté scientifique internationale. Il serait du devoir de Mme Frédérique Vidal de contribuer à l’élaboration d’une réflexion collective sur la réponse à apporter aux régimes qui attentent de manière aussi systématique aux libertés scientifiques fondamentales et aux principes mêmes de la coopération scientifique internationale.
Nous sommes également étonnés du silence des pays européens, dont certains voient ou ont vu quelques-uns de leurs ressortissants également emprisonnés, et de l’absence de toute coopération en Europe sur ce sujet.
Depuis le début de cette affaire nous demandons la suspension de la coopération scientifique internationale avec l’Iran tant que nos collègues universitaires seront détenus de manière inique, et en quelque sorte pris en otages par les Gardiens de la Révolution, et nous réclamons qu’une initiative soit prise à l’échelle de l’Europe.
Nous mettons aujourd’hui en demeure Mme Vidal de prendre position et de définir une stratégie répondant aux intérêts et à la sécurité de notre profession dont nous lui rappelons qu’elle en a la responsabilité politique et administrative.

Béatrice Hibou
Directrice de recherche CNRS
pour le comité de soutien à Fariba Adelkhah



L’Iran torture nos chercheurs, et Mme Vidal continue de se taire

L’AFP, dont le sérieux est unanimement reconnu, diffuse ce matin une dépêche comportant une nouvelle des plus préoccupantes relative à notre collègue Fariba Adelkhah. Nous savions déjà qu’elle avait été soumise à des formes de torture psychologique, notamment dans le courant du mois de novembre, grâce aux témoignages de co-détenues.

Nous apprenons désormais qu’elle a été maltraitée physiquement, grâce au témoignage d’un détenu britannique :

Dans l’un des messages envoyés depuis sa prison, M. Ashoori raconte que l’un de ses co-détenus a vu Mme Adelkhah arriver en prison, « frappée et tirée au sol par les cheveux », agonie d’injures et de coups par la police secrète, relate la dépêche de l’AFP émise ce matin 22 juin à 6h45 par son bureau de Londres.

Article de la Libre Belgique
L’appel à l’aide d’un bi-national détenu en Iran à Boris Johnson

Nous exprimons notre indignation absolue face à ces agissements.Nous demandons à nouveau la libération immédiate et inconditionnelle de Fariba Adelkhah qui est innocente des prétendus crimes dont elle est accusée par une justice ne respectant aucun des droits élémentaires de la défense et naturellement pas la présomption d’innocence. Fariba Adelkhah est une prisonnière scientifique arrêtée, détenue arbitrairement depuis bientôt 400 jours et condamnée de manière inique à six ans de prison pour des raisons strictement politiques qui ne la concernent en rien, ni elle ni l’exercice légitime de son métier.

Nous demandons au gouvernement français d’intensifier ses efforts pour obtenir la libération de notre compatriote et de suspendre immédiatement toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran tant que celle-ci bafoue de manière aussi brutale les libertés académiques et met en danger les chercheurs.

Nous exprimons notre consternation et notre colère devant le silence de « notre » ministre, Mme Vidal, qui n’a jamais manifesté la moindre empathie à l’égard de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, lui aussi détenu arbitrairement du 5 juin 2019 au 20 mars 2020, et qui s’est toujours contenté de botter en touche lorsqu’elle était interrogée par les journalistes et les parlementaires sur cette affaire.

Nous vous demandons instamment de saisir vos institutions respectives pour qu’elles s’adressent au gouvernement et lui demandent de redoubler d’efforts pour obtenir la libération de notre collègue avant que l’irréparable ne survienne.

Nous vous en remercions par avance.

Jean-François Bayart, pour le Comité de soutien

LPPR : le flowchart selon Frédérique Vidal

Le rapport annexe comme l’étude d’impact étant particulièrement nébuleux, il est très difficile de comprendre les raisonnements qui supportent les mesures envisagées dans la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Heureusement, Frédérique Vidal donne plus de précisions sur la logique qui sous-tend cette loi dans un entretien. Une modélisation de cette logique sous forme de flowchart permet d’identifier certaines décisions critiques, conduisant à l’étonnante mise à l’écart des solutions les plus simples, et le développement de solutions complexes et imparfaites.

L’argumentaire de la Ministre dans cet entretien part de quatre constats : l’augmentation des rémunération, le besoin de réinvestissement massif, le temps long de la recherche, et la perte de compétences. A partir de là, plusieurs choix conduisent aux mesures de la LPPR : augmentation des primes, chaires de professeur junior, CDI de mission, augmentation de l’ANR et de son préciput, et développement du dialogue stratégique.

On observe d’abord que les mesures proposées sont des solutions partielles, globalement insatisfaisantes puisque chacune renforce au moins un des constats d’origine. Ensuite, on observe que des solutions beaucoup plus globales sont déjà disponibles sans besoin de légiférer : améliorer l’indiciaire, ouvrir des postes au concours, et augmenter les subventions pour charge de service public.

La Ministre développe un argumentaire étonnant quant à l’exclusion de ces trois mesures.

Exclusion des trois mesures les plus évidentes

Améliorer l’indiciaire

L’indiciaire est la manière traditionnelle de fixer les rémunérations des fonctionnaires. C’est la manière la plus simple, puisqu’il s’agit d’une simple multiplication d’un point par un indice se trouvant dans une grille. C’est aussi la manière la plus égalitaire puisqu’elle ne dépend que de l’ancienneté, et la plus collective puisque point et grilles sont communs aux fonctionnaires et aux corps/classe.

Pour lire la suite sur le blog de Julien Gossa→