Comme un ouragan à Toulouse (4). La Ministre a un avis sur la chocolatine

Academia ne va pas trop se fatiguer à expliciter la novlangue expérimentale plus agile et mieux adaptée à des missions redéfinies pour soutenir l’ambition du projet consistant à rester une université.

À quelques semaines de son départ de la rue Descartes, la Ministre est limpide : pour contrer le fait que Toulouse School of Economics deviennent un grand établissement, le gouvernement aidera la COMUE Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées à devenir un Établissement public expérimental et ainsi, à sortir de la réglementation du Code de l’éducation, pour mettre en œuvre le véritable sens du service public  qui l’anime. CQFD

Il est donc urgent d’attendre et de prendre une petite chocolatine supplémentaire.

Continuer la lecture

Comme un ouragan sur Toulouse (3). Le président de l’UT1 a rencontré la Ministre

Continuer la lecture

La circulaire du 5 janvier 2022 ou la banalisation au forceps des chaires de professeur junior

La direction générale des Ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation accélère encore sur les « chaires de professeur junior », la voie dérégulée d’accès au corps des professeur·es des universités créée par l’article 4 de la loi de programmation de la recherche du 24 décembre 2020.

La première campagne, lancée par voie de circulaire au début de l’été 2021, avait déjà été menée tambour battant, avant même que le décret d’application ne paraisse. Elle a débouché sur l’arrêté du 17 décembre 2021 ouvrant 92 chaires, dont 74 dans les établissements publics d’enseignement supérieur. Comme Academia l’avait résumé dans un précédent billet, certains établissements ont été particulièrement zélés, et cela ne surprendra personne : dix chaires pour Paris-Saclay1 ; sept pour l’université-qui-a-essayé-d’usurper-une-histoire-collective-avant-de-se-faire-condamner-par-le-Conseil-d’Etat ; ou encore quatre pour Cy Cergy Paris Université.

La LPR permet néanmoins de monter jusqu’à 15 % des recrutements annuels autorisés de professeur·es des universités, soit presque 250 chaires. On était encore loin du compte avec ces 74 chaires, et c’est pourquoi la DGRH a envoyé le 5 janvier 2022 une nouvelle circulaire à tous les établissements, annonçant l’ouverture in extremis d’une campagne complémentaire de recrutements pour des entrées en poste en octobre 2022.

L’effet a été immédiat. Des universités réticentes, et pire même, des universités dont les conseils centraux avaient solennellement pris position contre les chaires de professeur junior, commencent à s’agiter. C’est le cas, par exemple, à l’université Paris 1, comme le dénonce le collectif des doctorant·es mobilisé·es de cette université. C’est le cas, aussi, à l’université Paris-Est Créteil, où l’équipe présidentielle a demandé ingénument, mi-janvier, à toutes les composantes de transmettre leurs « éventuels projets » de chaires pour cette seconde vague, oubliant opportunément qu’il y a quelques semaines à peine, la Commission Recherche avait voté à l’unanimité le vœu que l’établissement ne recoure pas à ce dispositif, peu après que le Conseil académique en formation restreinte avait solennellement demandé, à l’unanimité aussi, que l’université ne participe à aucune « procédure locale ne permettant aucune évaluation nationale ».

Maxime Raynal, Le phare rouge. Port-la-Nouvelle par temps gris, 15 février 2019

C’était malheureusement prévisible : tout est fait pour imposer les chaires de professeur junior dans le paysage.

D’ailleurs, à chaque nouvelle étape administrative depuis la LPR, les conditions légales qui encadraient le recours aux chaires de professeur junior, pourtant déjà bien légères, s’érodent un peu plus. Les chaires sont non seulement inacceptables dans leur principe ; mais à l’évidence, le ministère entend en imposer la version la plus dure possible. Retour sur ce durcissement. Continuer la lecture

  1. Six pour l’université Paris-Saclay stricto sensu, auxquelles s’ajoutent : une chaire pour Centrale Supélec, membre-composante de cette université, une pour l’UVSQ, membre-associée, et une pour Evry, membre-associée aussi []

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

Nos politiques ont du talent

En passant

Le titre de “personnalité fictive de l’année” est décerné par la dessinatrice MMTK à… Frédérique Vidal !

Dessin de MMTK, publié dans Le Club de Mediapart, 30.12.2021

Pour rappel, Madame Frédérique Vidal, comme nous l’annoncions ici, a également été nominée à trois reprises pour les MédiapartAwards, ce « concours Lépine du politicien qui a sorti la plus énorme des fakenews en 2021 ».

 

Political circus: Vidal décide de prendre le problème de la détresse étudiante à bras le corps

Continuer la lecture

Les mesures de la Ministre pour la vague Omicron

Interrogée à 7h40 sur France info, Frédérique Vidal nous a éclairé·es1 :

Blague à part, elle a précisé que

L’invitation des cas contacts aux examens en présentiels est à comparer avec les recommandations sanitaires en vigueur.

Source : Ameli.fr

L’incidence du Covid19 est acutellement la plus élevée (> 1000 cas pour 0,1M d’habitant·es) chez les 20-29 ans, malgré leur vaccination élevée.  Les grandes villes universitaires sont particulièrement touchées, l’incidence dépassant 4000 à Paris, pour cette classe d’âge par exemple. .Précisons enfin que Frédérique Vidal a indiqué que l’appréciation de son Ministère se fondait sur les données du 17 décembre, soit avant l’explosion de la vague Omicron. 

Continuer la lecture

  1. Academia remercie Les Belles tapisseries autogérées, Frédérique Bey, @EnConfinement et Valérie Robert. []

“La nécessité d’un financement public des universités à la hauteur des besoins”. Motions de Conseils d’administration universitaires

Décrochement budgetaire, non compensation du glissement vieillesse-technicité, recrutements insuffisant : plusieurs Conseils d’administration ont rejeté les dotations attribuées ou constesté certains choix budgétaires. C’est le cas à Lille, Nanterre et Poitiers.

Université de Lille

Première à initier la révolte, l’Université fait le constat amer d’un budget par étudiant en diminution de 13% en 12 ans. À l’unanimité le Conseil d’administration de la nouvelle Université de Lille (EPEX) vote à l’unanimité un texte virulent contre l’insuffisance budgétaire.

Phare de Gatteville, Cotentin. Crédit: Filip42, 2015

 

Université de Nanterre

Continuer la lecture

And the award goes to… Frédérique Vidal !

L’équipe d’Académia a le plaisir de vous partager une heureuse nouvelle en cette fin d’année 2021.

En effet, notre ministre de tutelle, Madame Frédérique Vidal, vient d’être nominée à trois reprises pour les MédiapartAwards, ce « concours Lépine du politicien qui a sorti la plus énorme des fakenews en 2021 ».

Il s’agit certes d’un concours qui ne fait que commencer, mais nous tenions à féliciter chaleureusement notre ministre avant même la proclamation des résultats : Madame Vidal ayant été nominée dans une catégorie qui porte son nom.

Elle est sûre de gagner !

Voici les fakenews retenues par les instances de Médiapart :

1. “L’islamogauchisme gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable”2. Sollicite le CNRS pour une enquête sur l’islamogauchisme. Le CNRS dénonce en retour un “slogan politique qui ne correspond à aucune réalité”.

Continuer la lecture

Bartleby et le COVID19 au Ministère

Nous faut-il commenter la dernière circulaire en date d’Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion  professionnelle ? Comme une réponse aux deux mille membres de la communauté universitaire qui demandaient le 21 juin dernier de mettre en œuvre immédiatement des travaux pour préserver la qualité de l’air, ce “bien commun“? Sa lecture est pourtant indispensable pour prendre la mesure du cynisme éhonté du MESRI après deux ans de pandémie.

Olmèque masqué, campus of University of Texas, Austin, by Susan Hung, 2020. Installation réalisée par Jennifer Mailloux

La compréhension du phénomène de contamination par aérolisation et sa limitation par une bonne ventilation assurée grâce à taux de CO2 inférieur à 600 ppm dans les lieux clos sont désormais parfaitement identifiés et les recommandations du Haut Conseil de la santé publique détaillées. Alors que les appels à projets se multiplient — désormais afin de répondre aux appels à projets — on peut noter qu’aucune mesure, aucun budget n’ont été prévus depuis deux ans pour protéger personnels et étudiant·es1. Ainsi, en dépit de dispositions édictées le 5 août et le 5 septembre 2021, préconisant  notamment de contrôler la concentration de CO2, la nouvelle circulaire ne fait que tirer les conséquences d’une politique de prévention inexistante, en dépit des demandes répétées du CHSCT MESR à une MInistre systématiquement absente des réunions qu’elle est censée présidée depuis le début de son mandat2.

Faute de pouvoir tirer les conséquences de l’insuffisante ventilation des locaux, trop exigus souvent avec l’accroissement du nombre d’étudiant·es, la Directrice générale indique qu‘il ne faut plus prendre des mesures du taux de CO2 dans TOUS les lieux clos (amphithéâtres et salles) ; qu’il ne faut pas davantage en tirer conséquence de ces mesures ; et enfin ne pas se prévaloir de ces mesures ou non-mesures pour signaler un “danger grave et imminent” permettant le droit de retrait des agents. Cette circulaire aurait donc pour finalité de dédouaner la Ministre et les présidences d’universités de leurs obligations en matière de santé et de sécurité au travail ?

Continuer la lecture

  1. Sinon par le travail et l’enseignement à distance qui, outre des effets délétères sur la santé mentale des étudiant·es, a surtout eu des “vertus” politiques au moment du passage de la Loi de programmation de la recherche. []
  2. Le CHSCT MESR n’a pas été informé de l’existence de cette circulaire, selon une de ses membres. []