Éthique et intégrité scientifique : la recherche est-elle « vérolée » ?

  • par Omar El Hamoui, doctorant en physico-chimie

Parmi  les nombreux débats autour de la question de la qualité des recherches scientifiques, il y en a un qui a récemment animé les réseaux sociaux et nourrit la discorde entre certains médecins et scientifiques : celui de l’intégrité de la recherche. Selon certains (notamment parmi les premiers), la recherche serait « vérolée » : elle serait composée de fraudeurs d’un côté, et de complices silencieux de l’autre. Au diable la nuance et les données qui viendraient éventuellement étayer cette idée. Cette petite polémique est l’occasion de nous pencher plus rigoureusement sur cette question relevant de l’éthique et de l’intégrité scientifique. Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression, qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques.

Méconduites scientifiques : de quoi parle-t-on ?

Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression,  qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques. Les méconduites scientifiques regroupent un ensemble de pratiques transgressant les règles d’intégrité scientifique. On compte parmi celles-ci les fraudes. Une fraude est tout simplement une démarche intentionnelle de tromper le lectorat scientifique, outrepassant les règles d’intégrité à travers la falsification ou la fabrication de données, et le plagiat. Elle peut prendre plusieurs formes, par exemple le cherry-picking de données (pour améliorer artificiellement son coefficient de corrélation ou sa valeur p par exemple), la création de toutes pièces d’une table de valeurs, la fabrication de faux documents historiques, l’invention d’extraits d’entretiens, le traitement exagéré de certaines données tronquées pour y pouvoir en formuler une interprétation qu’on sait erronée… Les pratiques relevant de la fraude scientifique ont l’avantage d’être définies par des lois dans beaucoup de pays, ce qui doit pousser à une grande prudence lorsqu’on accuse des auteur.ices de fraude, sous peine de verser dans la diffamation.
Cependant les méconduites ne se résument pas aux fraudes. En effet, il existe toute une zone grise, plus ou moins reconnue par les institutions, couvrant un large spectre de pratiques qu’on sait douteuses, et qui inclut entre autres des erreurs sincèrement maladroites. L’OCDE fournit une classification de ces méconduites, dont cette zone grise, et des réflexions sont menées en permanence dans l’objectif de réformer nos définitions, notamment pour mieux reconnaître ce qui relève des mauvaises pratiques et in fine en réduire l’occurrence.

Quels domaines sont concernés ? De toutes évidences ce problème touche toutes les sciences. Des cas de méconduites ont été découverts dans quasiment toutes les disciplines, allant de la physique – par exemple la fameuse histoire de Jan Hendrick Schön qui aurait découvert en 2001 un prétendu  procédé de transformation de matériaux non-conducteurs en semi-conducteurs – à l’archéologie – par exemple Shinishi Fujimura qui a enfoui de faux objets archéologiques lors de fouilles entre 1981 et 2000. Il s’agit là de quelques cas qui ont été fortement médiatisés, mais comment peut-on quantifier l’ampleur des fraudes ?

Misconduct Tavern, Philadelphia, PA. Crédit: mtwong26

Continuer la lecture

« Danger, vigilance et action ». La Ministre demande à l’Alliance Athena d’actionner le tamis

Grâce à Martin Clavey, The Sound of Science, nous disposons du verbatim de l’ « interview » de Frédérique Vidal par Jean-Pierre Elkabach le 14 février 2021 sur CNews.

 Frédérique Vidal annonce qu’elle va demander « notamment au CNRS » de faire une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets à l’université, de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».Elle précise aujourd’hui à AEF qu’elle en fait la demande officielle à l’Alliance Athena.Dirigée actuellement par Jean-François Balaudé, président de la commission des moyens de la CPU et président du Campus Condorcet ainsi que par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, et vice-président de l’Alliance depuis le 1er novembre 2016, ce consortium va être chargé de distinguer parmi les « opinions ».

Le Soir, 29 novembre 1940 – Le Figaro, 11 février 2021. Montage par @achabus

Dans son interview, Frédérique Vidal annonce son intention de demander une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets à l’université, de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».

« Ce qu’on peut observer, c’est qu’il y a des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou militantes. En regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi ».

 

« Quand on s’en sert pour exprimer des opinions ou faire valoir des opinions, en niant le travail de recherche, c’est là qu’il faut le condamner.

 

« Il faut être extrêmement ferme, il faut systématiquement parler et que l’université se réveille »

 « Disons-le, quand les gens ne font pas de sciences mais du scientisme », poursuit la Ministre qui a couvert au moins une grave affaire de fraude scientifique.

*
*   *

Alors que certains entendent distinguer les « sciences critiques » et les « sciences militantes » et que la Ministre commande à des anciens universitaires de trier entre le bon grain et l’ivraie, Academia invite donc ses lecteurs et ses lectrices à relire Max Weber1 dans la traduction précise d’Isabelle Kalinowki  :

De nos jours, il est fréquent que l’on parle d’une « sciences sans présupposés, écrit Max Weber. Une telle science existe-t-elle ? Tout dépend ce que l’on entend par là. Tout travail scientifique présuppose la validité des règles de la logique et de la méthode, ces fondements universels de notre orientation dans le monde. Ces présupposés-là sont les moins problématiques du moins pour la question particulière qui nous occupe. Mais on présuppose aussi que le résultat du travail scientifique est important au sens où il mérite d’être connu. Et c’est de là que découlent, à l’évidence, tous nos problèmes. Car ce présupposé, à son tour, ne peut être démontré par les moyens de la science. On ne peut qu’en interpréter le sens ultime, et il faut le refuser ou l’accepter selon les positions ultimes que l’on adopte à l’égard de la vie
— Weber, 1917 [2005], p. 36

Academia, pour sa part, a choisi contre une nouvelle forme de police politique, la protection des libertés académiques.

Pour approfondir

 

 

  1. La Science, profession et vocation, Marseille, Agone, 2005. []

Duplication de bandes de gel organisées : sur quelques publications de Frédérique Vidal, ministre de l’ESR

Academia publie aujourd’hui avec l’accord de son auteur la traduction d’un article de Leonid Schneider, article rendu en français grâce aux efforts conjugués de Laura Sereni, Maël Pennegues et de Christelle Rabier. Paru au printemps 2018 puis mis à jour le 25 mai 2019, cet article porte sur les fraudes commises par Frédérique Vidal comme responsable de salle et première autrice, ainsi que par l’équipe de chercheurs qui a copublié avec elle. Ces articles sont parus dans les revues scientifiques les plus prestigieuses de la discipline : Journal of Cell Science ou Journal of Biological Chemistry. Seul le premier — Journal of Cell Science — informé de la suspicion de fraude a émis un avertissement, sans qu’il y ait rétraction.

https://www.flickr.com/photos/gotcredit/32913810274/in/photolist-S9tT6u-38SsiV-9CLH1-Hcn6Ep-77cmv-raXHLg-GG1Q7v-N4GyhF-Lorjg-GCGTa5-61tZf1-pFgSQD-pXGDdi-pFjeHW-pXwMTv-pXRi2f-pFmcoF-pFnTxQ-p1VSWJ-p1VSVS-pXHjkX-pXRhVo-pXxtag-p1VSV1-p1VSU9-SkW9ra-wgYpAp-DvbEtH-2gD2eTK-p9pa7T-pbHZ8-7JDRaV-7JHMhu-7JHLWQ-7JDQtz-7JHM8b-7JDQUc-5zVmk-Tm16ss-5wTQhM-pbHZ6-4xu8LF-sYakCi-kGj1uH-mEP55z-r8gAeF-r8qx8X-r68fSs-2j66rxg-7PgCWx

La fraude repose, selon l’article, sur des dispositifs élaborés. Pour étayer leurs résultats, les autrices et les auteurs ont réemployé des clichés, plus ou moins éclaircis par logiciel, comme preuves distinctes. Après avoir publié un premier article sur un cas de fraude dans un article publié 2001 dans le Journal of Cell Science, l’auteur a poursuivi son enquête à propos de deux nouveaux articles et établit la preuve du réemploi du même matériel pour illustrer des processus cellulaires différents, sans le préciser. On apprend par ailleurs, après investigation auprès de l’équipe, que les archives de laboratoire, sous la responsabilité de Frédérique Vidal, sont illisibles ou, dans le cas du carnet de laboratoire, ont carrément disparu !

« Lorsque les scientifiques commencent à faire passer d’anciennes données pour de nouvelles , écrit Schneider,et même à les mélanger subrepticement dans un collage pour générer de nouveaux résultats, la confiance est anéantie ».

À près de vingt ans d’écart, que peut-on dire de cette affaire ? Ces articles ont été publiés avant la mise en place de l’Agence nationale de la recherche, en 2004, soit bien avant que l’obtention de ces crédits aléatoires ne deviennent une nécessité pour conduire de la recherche empirique en biologie cellulaire. Sans doute la publication de ces articles dans des revues prestigieuses a contribué à soutenir la carrière de Frédérique Vidal promue professeure des universités deux ans plus tard, avant la belle carrière qu’on lui connaît — directrice d’UFR, présidente d’université, ministre.1 Il s’agit donc de continuer à capter des étudiant∙es, du prestige, de conserver le sentiment de rester dans la course de la compétition, avant même de gagner des trophées, sur la base desquels poursuivre son ascension. Les financements par « appels à projet » ne font que renforcer cette logique frauduleuse ; mais les enjeux d’une telle pratique sont d’abord des enjeux de valorisation sociale, d’acquisition de légitimité dans le domaine, et partant, dans leur gouvernance.

Au-delà des considérations pour le bénéfice individuel d’une chercheuse, les conséquences à la fraude ne sont pas mineures : publier de faux résultats engage non seulement leur auteur, mais l’ensemble de la communauté qui s’appuie sur ce travail. Qui plus est, il peut engager les confrères et consœurs sur de fausses pistes et leur faire ainsi perdre un temps (et des financements) précieux. Plus avant, la fraude contribue à l’idée que la seule voie efficace de recherche est la publication, et contribue donc à renforcer le système du Publish or Perish, notamment à limiter l’accès aux ressources des chercheur∙es doté∙es à l’éthique moins souple.2

Pouvons-nous conclure en rappelant à la Ministre que l’activité scientifique n’est pas uniquement de la production de connaissances, de plus ou moins bonne qualité, mais aussi un partage de valeurs ?

*
*    *

Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche et de la duplication de bandes de gel

La France est l’endroit où l’intégrité de la recherche trouve sa pleine manifestation, comme un clown dans un cirque. Dans d’autres pays, la fraude est une sale besogne manigancée dans les ruelles sombres du monde universitaire, mais en France, c’est un spectacle de première partie de soirée, qui requiert la participation de toutes les élites, pour jouer les victimes de la persécution, dénoncer les traîtres de la République, invoquer les nazis et le régime de Vichy et proférer des menaces de procès, le tout sur Internet et dans les journaux nationaux. Permettez-moi de résumer jusqu’à présent

  • Olivier Voinnet,, une star des sciences végétales, est passé du statut de faussaire paria à celui d’un Dreyfus, champion de l’intégrité de la recherche, qui a mis au jour, à lui seul, une énorme conspiration de fraude commise par son bras droit Patrice Dunoyer, dont les principaux résultats de la recherche, pourtant, n’ont pas changé.
  • Anne Peyroche, ancienne présidente du CNRS, a été reconnue coupable d’avoir publié des résultats de recherches frauduleux et risque d’être licenciée par le Commissariat à l’énergie atomique.
  • Catherine Jessus, jusqu’à récemment directrice de recherche en biologie au CNRS, a été défendue par toutes les élites françaises de l’Académie des sciences et du CNRS contre les calomnies malveillantes commises par des critiques anonymes, par Le Monde et par moi-même. In fne, il s’avère que le même type de manipulations de données peuvent être jugées frauduleuses dans les articles de Voinnet, mais parfaitement scientifiques dans les articles de Jessus.
  • Francis-Andre Wollmann, , qui a conduit les enquêtes contradictoires sur Voinnet et sur Jessus, membre de l’Académie des sciences et chevalier de la Légion d’honneur, a lui-même coécrit des articles avec des données manipulées.
  • Guido Kroemer, autre scientifique vedette français et artiste Photoshop, accueillait quant à lui dans son laboratoire parisien son collègue espagnol Carlos-Lopez-Otin, fugitif persécuté en raison de prix qui lui ont été retirés, du ridicule et de la mystérieuse disparition de souris. On ne sait pas si les amis de Opus Dei de Carlos sont venus lui rendre visite ou non, mais ils l’ont certainement aidé à revenir à Oviedo au début de mars 2019.

Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche dans le gouvernement Macron actuel, est apparemment intervenue dans les enquêtes pour fraude à la fois dans les affaires Peyroche et Jessus. On s’explique mieux pourquoi Frédérique Vidal a tendance à prendre le parti des scientifiques malhonnêtes : elle a elle-même publié des données manipulées en tant que professeur d’université. Dans cet article, je présente un peu plus de matériau sur ce sujet, notamment à propos de deux nouveaux articles rédigés par Vidal. La ministre de la recherche, Frédérique Vidal, est une spécialiste de la génétique moléculaire du développement des cellules germinales. Elle a obtenu son doctorat à l’université de Nice, où elle a été élue maîtresse de conférences en 1995, puis professeure des universités en 2004. En 2009, Mme Vidal a été nommée à la tête du département des sciences de la vie et, en 2012, élue présidente de l’université de Nice. Vidal est restée à ce poste jusqu’à sa nomination comme ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en 2017. Comme Wollman, elle est décorée du titre de chevalier de la Légion d’honneur.

J’ai déjà évoqué un gel dupliqué dans cet article de Vidal :

Continuer la lecture

  1. Dans le cas de Vidal, nous mettons de côté la fraude comme façon de contrer un syndrome de l’imposteur, puisqu’elle est déjà à la tête d’une équipe. []
  2. Au cours du confinement, nous avons pu découvrir l’industrie de publication organisée par l’Institut hospitalo-universitaire de Didier Raoult et l’usage des SIGAPS, idéal-typique de la fraude érigée en industrie. []