Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne

Les collègues et administrations européennes s’organisent ailleurs en Europe. Compte tenu de la réaction névrotique qu’on observe en France, il n’est pas inutile de faire lire et traduire les instructions envoyées. Aujourd’hui, de Suisse, David Giauque, professeur associé et directeur de l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne. En Allemagne, le DFG prévoit des mesures comptables pour passer la période de quarantaine.

https://www.flickr.com/photos/mfdudu/91096416/in/photolist-93TMS-2i6mY6a-bDvgbb-25owTmd-8zihQw-7URtpH-7srGnh-2gtUtuf-8zihYC-8zfbqp-8ziinE-8zfv6i-8ziDeY-8zfrup-8zftJc-8zfajv-8ziBEd-8zijYE-8zfbP6-8zijxU-oeNnCA-8zfrSZ-6PSJZw-bE3MR7-2i8Zqd9-QtCGye-s7vEym-BgmU5q-6PSJHj-6MYS65-2bexmRk-6PSJRw-JRFet-BXsFoG-23kKB4N-5JmeyF-61Lq2S-8aWs5Y-nXfknc-nF4aPQ-nXqWr1-nXrFC3-nXqWwS-nXqWvu-nF3ZhP-nXqWtf-nXrFuN-nXqWzC-8ziEuE-VwMfqj

Davoz, par Marie-France Durieux, 2005

  • SUISSE
De : Direction.iep <direction.iep@unil.ch>
Envoyé : lundi 23 mars 2020 08:53
À : inst-iep-ssp@unil.ch
Objet : Rappel – à situation exceptionnelle, travail proportionné en évitant tout zèle!

Chères et chers collègues, chères enseignantes et chers enseignants suppléant.e.s,

De nombreux témoignages m’ont été rapportés la semaine passée et ces derniers sont de nature à m’inquiéter. Quelques constats relativement simples peuvent être dressés par rapport au vécu des enseignant.e.s/chercheurs.euses ainsi que des étudiant.e.s:

    • La plupart d’entre vous ont pris très à coeur le défi de l’enseignement à distance et avez investi avec ferveur et ardeur les différentes options offertes par le centre elearning de l’UNIL. Avec un regain de stress perceptible parmi les enseignant.e.s mais également parmi les assistant.e.s qui ont été fortement sollicité.e.s la semaine passée. Qui plus est, certains de ces outils d’enseignement à distance ont connu des couacs importants vous mettant parfois dans des situations d’énervement et de découragement.
  • Vous avez tendance à vouloir proposer un enseignement de qualité, ce qui vous honore bien sûr, voire à contre-balancer cette situation de crise en proposant un programme « complexe » et « conséquent » aux étudiant.e.s. Dans certains cas, dès lors, les exigences relativement aux cours, aux activités et aux apprentissages exigés des étudiant.e.s ont tendance à augmenter. Or, il est important de ne pas oublier, dans cette période particulièrement tendue et anxiogène, que nos étudiant.e.s sont confronté.e.s, au même titre que nous, à de nombreux défis parallèles: travailler, souvent plus, dans des entreprises de grande distribution, ou ailleurs, pour gagner les moyens de vivre; s’occuper des parents ou grands-parents vulnérables; parfois aussi s’occuper de petits enfants; etc. Autrement dit, ne partons pas de l’idée selon laquelle nos étudiant.e.s s’ennuient et ne savent plus quoi faire. Si certain.e.s d’entre eux.elles peuvent se trouver dans cette situation, la plupart clairement non.
Les résultats de cette situation sont évidents: des enseignant.e.s stressés et qui se mettent une pression formidable pour être à la « hauteur » de l’enseignement à distance, des pressions qui s’exercent sur les assistant.e.s/doctorant.e.s pour qu’ils.elles augmentent leur investissement (y compris en dehors des heures de travail normales). De même que des étudiant.e.s qui témoignent de leur situation très difficile et qui ne souhaitent pas devoir en faire plus qu’en temps normal pour leurs études, notamment parce qu’ils ou elles ne le peuvent tout simplement pas.
Dès lors, mon appel est simple: dans ce contexte, chères et chers collègues, merci de ne pas faire trop de zèle. Vous êtes des professionnels.elles accompli.e.s et personne ne le contestera au vu des efforts réalisés ces derniers temps. Mais il serait clairement contre-productif d’augmenter nos exigences pédagogiques dans la situation actuelle. Résistons à la tentation d’en faire trop, de se mettre trop de pression, mais également d’exiger trop de nos étudiant.e.s, de même que des collègues et doctorant.e.s/assistant.e.s. Ce d’autant plus que nous ne savons pas encore quelles formes prendront les examens de fin d’année et si ceux-ci pourront avoir lieu. Ne perdons pas de vue que les conditions de travail sont, précisément, exceptionnelles et que c’est tout le rythme de notre vie qui doit ralentir.
Profitez-en pour lire les articles et les ouvrages que vous vous êtes promis de lire depuis 5 ans et que vous n’avez pas encore eu le temps de faire. Prenez le temps de l’écriture. Soignez vos proches, vos voisins, vos amis (à distance bien sûr). Mais surtout ne devenons pas stakhanovistes dans ce contexte, la médaille du travail nous fera à toutes et tous une « belle jambe ». Dès lors, songez-y en ce début de semaine, ne vous fixez pas des objectifs intenables qui auront pour effet un stress sur toute la chaîne des acteurs, des enseignant.e.s aux doctorant.e.s/assistant.e.s, jusqu’aux étudiant.e.s. Un sur-investissement ne peut conduire qu’à des conséquences inattendues et bien souvent négatives. En un mot, prenons soin de nous toutes et tous!
Il me reste à vous transmettre mes meilleurs messages d’amitiés et de soutien. A très bientôt dans nos murs de Geopolis, courage et santé à toutes et tous.
David Giauque
_________
Professeur associé et directeur de l’IEP
UNIL | University of Lausanne
Institut d’études politiques
Geopolis – bureau 4350
CH-1015 Lausanne
Suisse/Switzerland

Continuer la lecture

Soutenir les forces françaises d’investigation dans le domaine du légume de saison : un appel à projet

À Aix-Marseille Université, pas de trève pour la LRU, ou la LPPR, en marche !

Reçu sur une liste d’Aix-Marseille Universté le 20 mars 2020

Mesdames et Messieurs les Doyennes et Doyens, Directrices et Directeurs de composantes d’Aix-Marseille Université et d’écoles du site d’Aix-Marseille,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’Unités de recherche d’Aix-Marseille,

Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

Nous souhaitons vous informer de l’ouverture effective de l’appel Chaires d’excellence 2020 ce jour. Nous avons rencontré un délai de quelques jours pour la publication des documents de l’appel et vous prions de nous en excuser, compte-tenu du contexte actuel.
Vous trouverez toutes les informations nécessaires au dépôt de dossier de candidature sur le lien suivant : https://www.XXX

Nous clôturerons les candidatures le 11 juin 2020, à midi.

Je vous souhaite bonne réception de cette information, et vous prie de ne pas hésiter à contacter Mme XXX, Chargée de projets Attractivité et International A*Midex, en copie de cet email, pour échanger au sujet de cet appel, A*Midex ayant mis en place le télétravail.

Salutations cordiales,

XYXY – Vice-Président délégué fondation A*MIDEX, Directeur filière Fast Spor’In
Aix-Marseille Université – Site du Pharo – 58 bd Charles Livon – 13284 Marseille Cedex 07

https://www.flickr.com/photos/61523467@N03/8615540162/in/photolist-e8jTVU-ek1eQD-291dtUL-8Bwutn-k1hD4t-71fYEj-h6FAN7-9wRjTP-9tsZXt-fKETse-4AUref-4n79tw-9mFKZD-a3FXFk-2dxQ1U7-4GSvoW-GX4nUE-XWr4tj-nMHMV7-5Rat7d-ZX4Cwk-oyZn8N-qxsNkS-29iutqL-2iwQwFA-38Ks9J-2hcDp7g-2d5nr6Q-RtveWB-nm5b5G-kwqrW3-cDyBCS-dSWAx6-dVxf5S-niE6og-bCCNZR-24SWQtw-KD21RH-fKFRed-nXA7Qz-2ifNTpQ-2iAC2YS-7MU9r8-5j7RHW-fKXvwy-24wdcrQ-4Amv8A-vPLC3w-4AhdEV-fKETWv

Useless, by Don Francisco, 2013

« Réponse, totalement inutile, mais ça fait du bien… »

Cher collègue,

Ne vous semble-t-il pas irresponsable, dans le contexte que nous traversons, de poursuivre ces opérations délétères, qui nuisent au progrès scientifique en concentrant les moyens sur des projets isolés et de court terme, alors que nous avons besoin au contraire de financements structurels des équipes, et d’égalité entre les personnels, seule garante d’une recherche libre et collaborative ? Le témoignage de notre collègue Bruno Canard — parmi tant d’autres — dont le laboratoire a été longtemps privé des postes et des moyens nécessaires pour poursuivre ses recherches sur la famille du coronavirus, ne suffit-il pas à convaincre ceux qui gouvernent notre université du caractère désastreux de ce mode de financement de la recherche, fondé sur la compétition ? Si notre université traverse la crise sans remettre en question son inepte politique de l’« excellence », alors même que dans toute la communauté universitaire — à Aix, en France, dans le monde — des voix s’élèvent pour en démontrer  l’inanité, alors notre établissement aura définitivement fait la preuve que malgré sa taille et l’extraordinaire qualité de ses chercheurs et de tous ses personnels, elle est institutionnellement frappée de cécité.

Je vous invite, à l’opposé de cette poursuite entêtée d’une compétition que la conjoncture rend indécente, à ouvrir le débat sur la manière d’organiser et de financer la recherche, dans le sens de l’efficacité collective. Nous avons tous un grand besoin de ce débat, afin de collectivement imposer, à la sortie de la crise sanitaire, une réforme de la recherche qui soit à la hauteur de ses enjeux.

Je vous prie, cher, collègue, de recevoir l’expression de mes sentiments cordiaux et de mon attachement au (vrai) service public de recherche et d’enseignement supérieur – un service public qui mérite que chacun lutte pour le défendre contre les entreprises destructrices du gouvernement non seulement le plus réactionnaire, mais aussi le plus incompétent que notre république ait connu depuis la Libération,

Sylvain Brocquet, professeur à l’Université d’Aix-Marseille