Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles. Continuer la lecture

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []

Sylvain est un chercheur qui cherche… les moyens de travailler

Update. Ce fil Twitter a depuis fait l’objet d’une publication sur le blog de son auteur.

 

Continuer la lecture

Misère des universités et universités de la misère (II)

Texte publié le 20 mai 2020 sur le blog de Olivier Le Cour Grandmaison

Première partie

23 janvier 2004. Le journal Le Monde titrait : « La grande misère des universités françaises » dans un contexte de mobilisations des étudiant·es, du personnel administratif et enseignant. S’y ajoutaient celles de nombreux conseils d’administration qui menaçaient de ne pas voter leur budget pour protester contre l’insuffisance des moyens alloués par l’État. Déjà, on apprenait que les universités étaient condamnées à « faire des économies de bout de chandelle » en réduisant les dépenses de chauffage (sic), les déplacements professionnels des enseignants-chercheurs et, faute de recrutement suffisant, en multipliant les heures complémentaires au risque de grever plus encore leurs finances. Perverse dynamique de la politique d’austérité imposée aux établissements d’enseignement supérieur. En lieu et place du « gagnant-gagnant », seriné par les défenseurs de la modernisation prétendue, triomphaient « le perdant-perdant » et la paupérisation de tous consciencieusement organisés par la majorité.

Dans l’entourage de l’oublié Luc Ferry, alors ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, seuls les spécialistes se souviennent qu’il a exercé pareilles responsabilités, on reconnaissait que la « France a favorisé le premier degré et les lycées. Les collèges et l’enseignement supérieur ont été sous-financés. »

Très juste. En effet, dans ce beau pays dont les dirigeants successifs, de droite comme de gauche, ont pour habitude d’enfiler les perles rhétoriques sur l’importance des universités et de la recherche en vantant l’ancienneté, l’excellence et le prestige de « nos établissements » dont témoigne la glorieuse Sorbonne, la dépense par étudiant·e était alors inférieure de 11% à la moyenne des pays de l’OCDE. Misère et inégalités remarquables aussi puisque l’État accordait 6840 euros par étudiant·e inscrit·e à l’université et 11450 euros aux élèves des classes préparatoires.« Élitisme républicain » ? Ce dernier adjectif, employé par celles et ceux qui justifient ces orientations en prétendant être fidèles aux principes de la République, est ici parfaitement superfétatoire. Après beaucoup d’autres possibles, ces chiffres mettent au jour une politique, qui a défaut d’être publiquement assumée, est cependant fort claire : donner plus à ceux qui sont déjà les mieux dotés sur le plan social, culturel et académique.

15 octobre 2015. Mitan du quinquennat de François Hollande, cet extraordinaire dirigeant qui a réussi deux exploits qui resteront dans les annales de la Cinquième République et dans celles de la formation socialiste qui l’a soutenu : être obligé de renoncer à se représenter à l’élection présidentielle et transformer un parti de gouvernement en un groupuscule marginal qui tente aujourd’hui de survivre. Admirable. Au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la docile Najat Vallaud-Belkacem qui a servi tous les gouvernements de cette période glorieuse en apportant ainsi sa contribution réitérée au désastre que l’on sait. Elle est alors flanquée d’un transparent et dispensable secrétaire d’Etat chargé du monde universitaire, Thierry Mandon. Par charité, on n’évoquera pas ici ses exploits ultérieurs en tant que directeur de publication de L’Ebdo ; cette formidable aventure intellectuelle et éditoriale qui devait révolutionner la presse. La longue et triomphale marche promise s’est transformée en une pitoyable déambulation qui, débutée en janvier 2018, s’est achevée trois mois plus tard. Quel talent !

Le 15 mars 2015, donc, Le Monde publie un article : « Les universités dans la rue pour crier misère. » Ce titre et les éléments d’information apportés prouvent ceci : la politique mise en œuvre s’inscrit dans la continuité de celle appliquée par la droite antérieurement. En attestent les faits suivants : 44% des établissements universitaires sont vétustes, 13% sont très dégradés, selon un rapport établi par la Cour des comptes, et les dépenses publiques et privées pour l’enseignement supérieur — 1,5% du PIB — sont toujours inférieures à la moyenne des pays de l’OCDE et plus encore à celle des pays d’Europe du Nord — 2 %. Quant aux inégalités précitées, elles demeurent. En 2015, le coût d’un·e élève en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) s’élève à 14850 euros soit 40% de plus que son “homologue” des premiers cycles universitaires (10850 euros). Les mieux dotés sont les élèves des écoles d’ingénieur (16 000 euros). Entre 2008 et 2018, la hausse des budgets des universités a été inférieure à 10%, le recrutement des enseignant·es-chercheur·ses a baissé de 40% alors que dans le même temps le nombre d’étudiant·es a augmenté de 20% à 26%.

https://www.flickr.com/photos/122837542@N02/47580807432/in/photolist-2e7ZW7K-2fuy5mQ-9D5WTn-oZazd-rFZ5jS-REEwNe-nwhFkY-2fkKkUL-2e3eHbg-5LK2L7-26UGCxi-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-HgWJPE-WULyog-25Bu16v-2iPqXzA-HgWKSG-X9kMTc-2e854Th-2iWgzuh-2iHMtJ2-VFnkXk-shHLSe-VSrpfC-X9kua6-UGgxMW-UeYyXa-HgWKuY-nuoMLs-9yi4nS-e6inkb-VYFu2D-nH7KGX-VtTCAt-H6Sckt-HdYysK-HgWKdA-WTAHYf-TU2dzj-X7rpA6-UZWw8E-2iXErhp-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-GpkGUA-2fmqnCC-RN84n6/

Refuge, by Andrew Morse, 2019. Ontario en débâcle

« Liberté, Égalité, Fraternité » ? « Destin, Inégalité et Lutte des places », telle est en réalité la devise de celles et ceux qui, depuis des années, s’obstinent à traiter l’enseignement supérieur en chien crevé au nom de ce qu’ils nomment « sérieux budgétaire » et « adaptation indispensable à la compétition internationale ». Crise des universités ? Assurément à condition d’ajouter qu’elle est structurelle et qu’elle est la conséquence directe des politiques publiques mises en œuvre par les majorités de droite comme de gauche qui se sont succédé au pouvoir. Nombreux sont les concepteurs et les agents d’exécution de ces orientations qui se gaussent des analyses de Pierre Bourdieu — voir Les Héritiers (avec J.-C. Passeron, 1964) et La Reproduction (avec J. C. Passeron, 1970) — alors qu’ils les valident pour l’essentiel en favorisant les pires mécanismes de sélection et de ségrégation sociales qui frappent les plus démunis. Quant aux mieux dotés, ils jouissent de conditions privilégiées — cf. les classes préparatoires, entre autres — et/ou parviennent à déjouer les pièges nombreux de la sélection universitaire en accédant aux formations et aux diplômes valorisés et valorisant de leur choix. Ceux-là mêmes qui leur permettront de maximiser leur chance de trouver un emploi bien rémunéré. Organisation, permanence et triomphe du darwinisme social cher au président-directeur général du CNRS, Antoine Petit (26 novembre 2019).

Continuer la lecture

Motion du laboratoire Jean Perrin concernant la prolongation des contrats doctoraux, CDD, postdoc

Étudiants, l’avenir à crédit

de Jean-Robert Viallet, documentaire 2015, 84 min

Replay sur Arte.frdisponible du 15/11/2019 au 15/05/2020

Sous l’effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Une enquête aussi éclairante qu’inquiétante sur un phénomène émergent en Europe.

Continuer la lecture

Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR

À l’occasion de la réflexion collective en préparation du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), l’équipe des Rédacteurs d’Academia est heureuse d’accueillir des femmes et des hommes ITA (personnels ingénieurs, administratifs, techniques) et BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) mobilisés pour leurs métiers. Dans ce blog consacré à l’emploi en sciences humaines et sociales, ces femmes et ces hommes représentent plus de la moitié des effectifs ; pour autant, ces personnels, injustement subalternes, sont peu audibles. Ces corps de l’enseignement supérieur et de la recherche ont pourtant connu d’inquiétantes mutations de leurs niveau et conditions d’emploi, qui pourraient préfigurer l’avenir de l’emploi de recherche et d’enseignement. ITA et BIATSS mobilisés pour leurs métiers inaugurent, avec ce billet, une réflexion pour que vraiment toutes et tous, ensemble, imaginions l’avenir de la recherche et le contenu de la LPPR.  

 

 

Le CDI de chantier : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017 le CDI de chantier ou contrat de chantier est une possibilité ouverte à  tous les corps de métier sous réserve d’accords de branche ou de convention collective (articles 30 et 31) ; il est donc possible de recruter des agentes et agents pour une durée indéterminée, pour une mission spécifique liée à une opération ou un projet à l’échéance non prévisible. Les agent·e·s seront ensuite licencié·e·s lorsque l’opération ou le projet seront considérés comme achevés, l’achèvement étant considéré alors comme une cause réelle et sérieuse de licenciement (article 31).

Continuer la lecture