Gisèle Halimi, là où est son véritable honneur

Gisèle Halimi à la Fête de l’Humanité, 2008. Crédit: toutoune25.

Gisèle Halimi – de son véritable nom Zeiza Taïeb – est née à quelques encablures de Tunis, en 1927, au sein d’une modeste famille juive. Si la mère est admirative de chacun de ses fils, leur témoignant au quotidien tendresse et affection, elle se montre, au contraire, bien plus distante avec sa fille. Disante, car sa fille est une fille. De cet amour inégal où la hiérarchie sociale des sexes, déjà, se donne à voir, la jeune Gisèle garde un profond sentiment d’injustice. Se forge alors en elle, au creux de cet écheveau familial, une disposition contestataire qui ira en s’affirmant. Un jour, Gisèle entamera une grève de la faim pour ne plus avoir à faire le lit de ses frères. Un autre jour, elle refusera d’épouser l’homme avec lequel ses parents espéraient l’unir. Mais l’écheveau qui enserre la jeune fille n’est pas que patriarcal. Il est aussi colonial. Dans la Tunisie dominée, les minorités juives affrontent la montée des fascismes et, là ­encore, la jeune Gisèle est saisie par l’ampleur de l’oppression ­politique à laquelle les plus forts destinent les plus faibles.

La disposition de Gisèle Halimi à la lutte, en quelques années, se transforme alors en un chemin militant et intellectuel marqué par deux combats fondamentaux : au mitan des années 50, l’accès de l’Algérie à l’indépendance à travers la défense du Mouvement national algérien (MNA), du Front de libération ­nationale (FLN) et de l’une de ses illustres membres, Djamila Boupacha, violée et torturée par des soldats de l’armée française ; au début des années 70, la criminalisation du viol ainsi que le droit des femmes à avorter.

Quand décède Gisèle Halimi, le 28 juillet 2020, c’est une voix de femme devenue la voix des opprimé·es, en France et bien au-delà, qui s’éteint. Et le président de la République, Emmanuel ­Macron, de saluer celle qui « s’éleva pour défendre les syndicalistes tunisiens, puis plaida d’une rive à l’autre de la Méditerranée pour l’indépendance de [la Tunisie] et celle de ses voisins, condamnant les exactions commises par la France durant la guerre d’Algérie ». Pétitions, après appels, après propositions, on réclame alors que les cendres de l’avocate soient transférées au Panthéon, aux côtés de cinq femmes – Simone Veil, Germaine Tillion, Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Sophie Berthelot – et de soixante-quinze hommes. Interpellé, Emmanuel Macron ­répond par la positive, annonçant ouvert ledit processus d’hommage par la ­ritualisation funéraire.

Or, il y a quelques jours, un ­article de France Inter révélait qu’Emmanuel Macron projetait d’abandonner la panthéonisation de ­Gisèle Halimi. Continuer la lecture

Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet

Femmes de l’ESR: le guide dont vous êtes l’héroine

https://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_science#/media/File:Woman_teaching_geometry.jpg

Enluminure au début d’une traduction médiévale des Elements d’Euclide (c. 1310 AD) (c) The British Library Burney 275


L’équipe des rédacteurs d’Academia a le plaisir de publier une nouvelle collection de billets Survivre dans l’ESR, inaugurée par Charlotte*.

*NDLR Tous les prénoms ont été modifés, à l’exception de certains d’entre eux.

Ce texte est dérivé d’une série de billets conçue pour Twitter, en réaction à un tweet concernant les stéréotypes pesant sur les femmes dans le monde académique. Une neurobiologiste américaine y racontait avoir reçu une lettre de recommandation, pour une jeune scientifique –  qui soulignait son talent de cuisinière – et s’en indignait, légitimement. En tant qu’universitaire dans un milieu majoritairement masculin – l’informatique – j’ai établi moi-même, avec le temps, toute une série de protections contre ces stéréotypes. Les voici, avec les contributions d’un certain nombre de twittos qui les ont complétées avec leurs propres habitudes.

Ne pas cuisiner

Je ne fais jamais la cuisine pour mes collègues.

Je raconte à tout le monde que je ne sais pas cuisiner, j’en fais des blagues, je brûle tout, je suis incapable d’émincer émietter blanchir cuire ou ciseler. Attention, je ne suis pas non plus une totale profiteuse : pour les occasions où « chacun apporte un truc », je fournis en général soit des boissons, soit un gâteau de boulangerie. Mais cuisiné par moi, jamais.

Continuer la lecture