Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet

Femmes de l’ESR: le guide dont vous êtes l’héroine

https://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_science#/media/File:Woman_teaching_geometry.jpg

Enluminure au début d’une traduction médiévale des Elements d’Euclide (c. 1310 AD) (c) The British Library Burney 275


L’équipe des rédacteurs d’Academia a le plaisir de publier une nouvelle collection de billets Survivre dans l’ESR, inaugurée par Charlotte*.

*NDLR Tous les prénoms ont été modifés, à l’exception de certains d’entre eux.

Ce texte est dérivé d’une série de billets conçue pour Twitter, en réaction à un tweet concernant les stéréotypes pesant sur les femmes dans le monde académique. Une neurobiologiste américaine y racontait avoir reçu une lettre de recommandation, pour une jeune scientifique –  qui soulignait son talent de cuisinière – et s’en indignait, légitimement. En tant qu’universitaire dans un milieu majoritairement masculin – l’informatique – j’ai établi moi-même, avec le temps, toute une série de protections contre ces stéréotypes. Les voici, avec les contributions d’un certain nombre de twittos qui les ont complétées avec leurs propres habitudes.

Ne pas cuisiner

Je ne fais jamais la cuisine pour mes collègues.

Je raconte à tout le monde que je ne sais pas cuisiner, j’en fais des blagues, je brûle tout, je suis incapable d’émincer émietter blanchir cuire ou ciseler. Attention, je ne suis pas non plus une totale profiteuse : pour les occasions où « chacun apporte un truc », je fournis en général soit des boissons, soit un gâteau de boulangerie. Mais cuisiné par moi, jamais.

Continuer la lecture