Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat

Update 8 novembre 2023

Après l’introduction par Jean-Michel Blanquer de Après la déconstruction, conclu par Thierry Coulhon en Sorbonne, c’est au tour de Marion Maréchal Le Pen et d’Éric Zemmour de conclure le colloque des Parents vigilants au Sénat.

Sans qu’aucun parlementaire n’y trouve à redire, bien au contraire.

« Parents vigilants au sénat, c’est non ! »

CAALAP (Coordination Antifasciste pour l’Affirmation des Libertés Académiques et Pédagogiques) a alerté il y a dix jours de la tenue d’un événement d’extrême-droite au Sénat, au projet délateur, qui vise à mettre en danger les professeur·es qui ne sont pas sur leur ligne xénophobe et raciste, sous couleur de “laïcité” et de “valeurs de la République”. Ainsi, après les mots d’accueil du sénateur élu au Conseil municipal de Marseille Stéphane Ravier, la personne qui ouvre le colloque a dénoncé le projet pédagogique d’une professeure de philosophie en classe préparatoire mettant en danger l’enseignante. Un mois après l’effroyable meurtre de Dominique Bernard, trois ans après celui de Samuel Paty, comment le Sénat peut-il accueillir cet événement comme si de rien n’était et sans que personne, dans l’institution, n’y trouve visiblement à redire ?

Programme du colloque de l’organisation d’extrême-droite qui se tient le samedi 4 novembre 2023, au Sénat

Dans son communiqué du 25 octobre 2023, Caalap précise

Nous apprenons l’organisation par Stéphane Ravier, sénateur NI, d’une rencontre avec les « parents vigilants » au Sénat le 4 novembre. Nous sommes consternés.

Cette association, apparentée au mouvement d’Eric Zemmour Reconquête, s’est notamment fait connaître par ses raids numériques contre des enseignant.es dont certain.es d’entre nous avons été directement victimes.

Les « parents vigilants » font partie des groupes qui nous mettent directement en danger en nous exposant (noms, adresses, photographies) sur les réseaux sociaux, à la merci d’individus potentiellement dangereux, comme en témoignent les menaces de mort reçues par plusieurs d’entre nous, d’autant plus inquiétantes qu’elles interviennent dans le contexte des deux assassinats de nos collègues Samuel Paty et Dominique Bernard.

La CAALAP demande au ministre de l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités face à ce danger et de se saisir de cette occasion pour témoigner son soutien aux enseignant.es dépendant de son ministère en demandant l’annulation de cette rencontre avec un groupe dont les valeurs et les agissements s’opposent aux fondements de notre système démocratique et menacent ses représentant.es. La CAALAP s’adresse aussi aux parlementaires afin qu’ils se positionnent et affirment haut et fort leur opposition à cette rencontre.

Ce communiqué n’a reçu aucune réponse, y compris de la part de membres de la Commission Culture du Sénat, présidée par Laurent Lafon : l’éducation relève pourtant de sa compétence.

À la recherche de l’ennemi intérieur

Le colloque s’est donc tenu le 4 novembre, à l’initiative de Stéphane Ravier (Reconquête) et membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, aux compétences bien éloignées de l’éducation.

Continuer la lecture

L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence

Demain, jeudi 9 mars 2023, le militant d’extrême-droite Stanislas Rigault est convié par le syndicat étudiant UNI – dont le délégué national expliquait au Monde il y a quelques mois que « l’immense majorité » de ses membres milite chez Génération Z, l’organisation de jeunesse du parti d’Eric Zemmour — à prononcer une conférence à la faculté de droit de Nice.

Il est sûr que du côté de l’UNI et plus généralement de l’extrême-droite, on glousse du bon coup qui est fait aux « islamogauchistes », « traîtres à la nation » et autres « wokistes » dont les universités sont remplies. Ainsi, l’identitaire Philippe Vardon s’esclaffe dans l’un des canards locaux :

“Pendant que dans toute la France, c’est le député LFI, ancien dealer revendiqué, Louis Boyard qui fait la tournée des facs, à Nice c’est Stanislas Rigault qui est invité pour parler de l’engagement de la jeunesse ! Merci à l’UNI”.

Liberté académique pour l’extrême droite

Si le coup est apparemment bon, c’est parce que l’organisation de cette conférence se drape tout à la fois dans la liberté académique et dans la liberté d’expression :

  • Dans la liberté académique, d’abord, car c’est au titre du versant étudiant de la liberté académique, c’est-à-dire au titre de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels dont disposent les étudiant·es sur les campus conformément à l’article L. 811-1 du code de l’éducation, que la conférence est organisée par l’UNI.
  • Dans la liberté d’expression, ensuite, car c’est au titre de cette liberté que la présidence de l’université de Nice se refuse, par ailleurs, à intervenir de quelque façon que ce soit dans ce dossier, revendiquant au contraire fièrement que l’université soit « un lieu d’échange où l’on n’interdit pas la liberté d’expression ».

Aussi, les masques seraient tombés lorsque la CGT Campus, puis l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de l’université ont réclamé que cette conférence de Stanislas Rigault ne soit pas organisée dans les locaux de l’université, arguant, de manière très juste, que cela revient à :

« offrir une tribune à une organisation raciste, sexiste et homophobe, comme son leader, Éric Zemmour, condamné à plusieurs reprises pour injure à caractère raciste et appel à la haine raciale ; qui falsifie l’Histoire du régime de Vichy en minimisant le rôle du Maréchal Pétain dans la déportation et l’assassinat massif des juifs, des tziganes, des homosexuels et des opposants politiques ; qui se scandalise de la réhabilitation du jeune mathématicien Maurice Audin —dont un prix créé par la Société Mathématique de France porte le nom) en déclarant qu’il ‘méritait 12 balles dans la peau’ »,

En s’opposant à cette conférence, les « islamogauchistes », les « traîtres à la nation » et autres « wokistes » des universités auraient confirmé qu’ils et elles sont les vrais fascistes, ennemi·es des libertés car intolérant·es à tout discours qui ne correspondrait pas au leur. Il ne reste donc plus, désormais, qu’à attendre que les grands génies de l’Observatoire du décolonialisme ajoutent leur pierre à l’édifice et prennent solennellement la parole pour louer le président de l’université de Nice d’avoir ainsi héroïquement défendu Stanislas Rigault la Liberté universelle et l’Université éternelle face au déferlement des hordes syndicales barbares.

Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture