Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat

Update 8 novembre 2023

Après l’introduction par Jean-Michel Blanquer de Après la déconstruction, conclu par Thierry Coulhon en Sorbonne, c’est au tour de Marion Maréchal Le Pen et d’Éric Zemmour de conclure le colloque des Parents vigilants au Sénat.

Sans qu’aucun parlementaire n’y trouve à redire, bien au contraire.

« Parents vigilants au sénat, c’est non ! »

CAALAP (Coordination Antifasciste pour l’Affirmation des Libertés Académiques et Pédagogiques) a alerté il y a dix jours de la tenue d’un événement d’extrême-droite au Sénat, au projet délateur, qui vise à mettre en danger les professeur·es qui ne sont pas sur leur ligne xénophobe et raciste, sous couleur de “laïcité” et de “valeurs de la République”. Ainsi, après les mots d’accueil du sénateur élu au Conseil municipal de Marseille Stéphane Ravier, la personne qui ouvre le colloque a dénoncé le projet pédagogique d’une professeure de philosophie en classe préparatoire mettant en danger l’enseignante. Un mois après l’effroyable meurtre de Dominique Bernard, trois ans après celui de Samuel Paty, comment le Sénat peut-il accueillir cet événement comme si de rien n’était et sans que personne, dans l’institution, n’y trouve visiblement à redire ?

Programme du colloque de l’organisation d’extrême-droite qui se tient le samedi 4 novembre 2023, au Sénat

Dans son communiqué du 25 octobre 2023, Caalap précise

Nous apprenons l’organisation par Stéphane Ravier, sénateur NI, d’une rencontre avec les « parents vigilants » au Sénat le 4 novembre. Nous sommes consternés.

Cette association, apparentée au mouvement d’Eric Zemmour Reconquête, s’est notamment fait connaître par ses raids numériques contre des enseignant.es dont certain.es d’entre nous avons été directement victimes.

Les « parents vigilants » font partie des groupes qui nous mettent directement en danger en nous exposant (noms, adresses, photographies) sur les réseaux sociaux, à la merci d’individus potentiellement dangereux, comme en témoignent les menaces de mort reçues par plusieurs d’entre nous, d’autant plus inquiétantes qu’elles interviennent dans le contexte des deux assassinats de nos collègues Samuel Paty et Dominique Bernard.

La CAALAP demande au ministre de l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités face à ce danger et de se saisir de cette occasion pour témoigner son soutien aux enseignant.es dépendant de son ministère en demandant l’annulation de cette rencontre avec un groupe dont les valeurs et les agissements s’opposent aux fondements de notre système démocratique et menacent ses représentant.es. La CAALAP s’adresse aussi aux parlementaires afin qu’ils se positionnent et affirment haut et fort leur opposition à cette rencontre.

Ce communiqué n’a reçu aucune réponse, y compris de la part de membres de la Commission Culture du Sénat, présidée par Laurent Lafon : l’éducation relève pourtant de sa compétence.

À la recherche de l’ennemi intérieur

Le colloque s’est donc tenu le 4 novembre, à l’initiative de Stéphane Ravier (Reconquête) et membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, aux compétences bien éloignées de l’éducation.

Continuer la lecture

La médisance à l’école [IV]. Petite histoire de la réaction pédagogique

Suite de La médisance à l’école [III]

WOID XXIII-10b2. 4/4

« La rason es pas qu’un buòu
que cal cargar sarrat
e menar fèrme. » — Ives Roqueta

« D’abord ils sont venus chercher ceux qui employaient l’expression Théorie critique d’une manière confuse et je n’ai rien dit, je ne m’en servais que dans le sens historique précis de l’École de Francfort. » — Benjamin Aldes Wurgaft

Couverture de Moby-Dick.  Édition 1930 par Random House (Collection of Bill Pettit)

Voilà de quoi il s’agit avec Moby Dick, la baleine du livre d’Herman Melville : c’est un Blanc. En plus, c’est un gland  (en Anglais : « dick »). Jacques Lacan s’était beaucoup penché sur le gland (ou plutôt « Le phallus »), qui pour lui représentait le signifiant à la recherche du signifié, le gland face-à-face à ce vide terrifiant que Kant appelle le Sublime.1

Moby-Dick, c’est le glandeur moyen qui remplit des fonctions dont il ne connaît pas lui-même la signification :

« Qu’elle soit mandataire, qu’elle soit responsable,  je déchaînerai ma haine sur la baleine blanche. »

“And be the white whale agent, or be the white whale principal, I will wreak that hate upon him.” [Chapitre 36]

Pas besoin de Lacan pour nous dire ça : Les professeurs de littérature américaine ont longtemps soutenu qu’avec Moby Dick, Melville tente de forger une manière de lire le monde, une épistémologie à contre-courant de Kant et de Cousin :

« On a passé un temps extraordinaire & on ne s’est séparé qu’après deux heures du matin. On a parlé métaphysique sans trêve, on a discuté Hegel, Schegel [hic], Kant &c. sous l’influence du whisky. »

“We had an extraordinary time & did not break up till after two in the morning. We talked metaphysics continually, & Hegel, Schegel [hic], Kant &c were discussed under the influence of the whiskey.” ((Melville, Journal, cité dans A Companion to Melville Studies, ed. John Bryant (New York : Greenwood Press, 1986), p. 174; voir aussi Shirley M. Detlaff, “Melville’s Aesthetics” dans A Companion to Melville Studies pp. 634-5.))

Kant définit la condition humaine comme le Royaume des fins ; Moby Dick (le livre) produit des significations sans fin et sans finalité2 Continuer la lecture

  1. Jacques Lacan, « La Signification du phallus », Conférence de Jacques Lacan le 9 mai 1958, Les Écrits (Paris: Seuil, 1999), pp. 685-695. []
  2. Immanuel Kant, Grundlegung zur Metaphysik der Sitten (Riga: Johann Friedrich Hartknoch, 1785). []

La médisance à l’école [III]. Petite histoire de la réaction pédagogique

Suite de La médisance à l’école [II]

WOID XXIII-10b2. 3/5.

« Cet appel à la morale et au droit ne nous fait pas avancer d’un pouce sur le plan de la connaissance. […] La colère qui anime le poète est tout à fait à sa place pour dépeindre ces abus ou pour affronter  les harmonisateurs qui nient ou enjolivent ces abus au service de la classe dirigeante. »

„Dieser Appell an die Moral und das Recht hilft uns wissenschaftlich keinen Fingerbreit weiter. […] Der Zorn, der den Poeten macht, ist bei der Schilderung dieser Mißstände ganz am Platz, oder auch beim Angriff gegen die, diese Mißstände leugnenden oder beschönigenden Harmoniker im Dienst der herrschenden Klasse.“—Friedrich Engels


Assurément, les Floridiens sont d’accord avec Kant :

« On voit ceci aussi dans les nations sauvages : même après avoir rendu des services prolongés aux Européens, elles ne s’habituent jamais à leur mode de vie. »
— Immanuel Kant,
Über Pädagogik (Königsberg: Friedrich Nicolovius, 1803), p. 9.

 

Inutile d’apprendre aux « nations sauvages » à raisonner puisque la raison n’est pas une pratique, c’est une faculté qui fait défaut aux sauvages. Être « sauvage » est une carence morale.

Être prolétaire aussi. Jan Goldstein explique comment les successeurs de Billaud-Varenne prirent eux aussipour mission de façonner une nouvelle conscience républicaine pour le Peuple — un peuple qui, contrairement à la génération précédente, ne poserait pas trop de questions. Le Directoire subventionna la traduction de Kant; Ses principaux idéologues invitèrent Wilhelm von Humboldt à un « colloque métaphysique »  où l’intellectuel allemand leur fit savoir que « toute la  philosophie repose sur l’intuition pure du moi, en dehors de toute expérience ».1 Kant ne serait pas allé si loin, mais la République Une et Divisible allait passer plus loin encore.

La palme est à Victor Cousin, pair de France, directeur à l’École normale supérieure, membre de l’Institut, ministre de L’Instruction publique en 1840 et, encore plus imposant, Président du jury de l’agrégation en philosophie.  En plus, membre honoraire de l’Académie américaine des arts et des sciences.

Continuer la lecture

  1. Jan Ellen Goldstein, The Post-revolutionary Self. Politics and Psyche in France, 1750-1850 (Cambridge, MA: Harvard University Press, 2005), p. 127. []

La médisance à l’école [II]. Petite histoire de la réaction pédagogique

Suite de La médisance à l’école [I]

WOID XXIII-10b2. 2/5.

« Ils vous posent des questions ! »
— Ma belle-sœur, indignée, après son premier cours.

Bien sûr, on pourrait objecter que McWhorter n’a pas trouvé ça1 en lisant Kant ou en puisant des idées banales dans la salle des enseignants,  il tient ça de son infaillible conscience morale intérieure, celle qu’on lui a inculqué à l’école quaker branchée qu’il a fréquenté étant jeune. Encore heureux, puisque ça le dispense de faire le travail de fond qu’on est en droit d’attendre d’un journaliste stagiaire :

« En janvier, le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a annoncé qu’il interdirait un projet de programme proposé par le College Board pour un nouveau cours d’études afro-américaines de niveau avancé, en critiquant la valeur pédagogique du cours. Ce mois-ci, le College Board a publié un programme officiel qui révise le cours en désignant certains des auteurs et des idées du projet de programme comme des sujets d’étude optionnels plutôt que des fondements.

Le College Board a fait ce qu’il fallait faire. »

“In January, Gov. Ron DeSantis of Florida announced he would ban a draft curriculum proposed by the College Board for a new Advanced Placement course in African American studies, criticizing the educational merit of the course. This month the College Board released an official curriculum that revised the course by designating some of the writers and ideas in the draft curriculum as optional topics of study rather than core lessons.

The board did the right thing…”

— John McWhorter, “DeSantis May Have Been Right”, New York Times (February 16, 2023).

Le College Board n’avait rien fait de tel. Cinq jours auparavant il avait dénoncé la « désinformation » colportée par DeSantis et le Conseil de l’éducation de Floride. Les affirmations de McWhorter, comme celles du gouverneur et du conseil de l’éducation, sont en tel désaccord avec les principes de la planification des cours en Amérique qu’elles n’auraient pu émaner que d’un politicien de la Floride, d’un éditorialiste du New York Times ou d’un prof à Columbia University.

C’est connu. D’habitude en Amérique les cours au niveau avancé sont conçus, comme presque tous les cours, avec un cadre de base, un plan ; ensuite on choisit les sujets qui doivent être traités — par exemple, « l’esclavage » . Ensuite, on choisit des ressources pour faciliter l’étude et pour encourager la discussion. Parmi ces ressources on trouve des textes primaires, par exemple une affiche offrant une récompense pour un esclave en fuite. Finalement, pour accompagner ces textes et stimuler l’étude, on propose un choix de sources secondaires : des écrits, pour la plupart spécialisés, qui présentent des opinions, des arguments et des interprétations concernant chaque sujet. À l’époque, le College Board était loin d’avoir achevé cette tâche. C’est une distinction que ni McWhorter ni le ministère de l’éducation de Floride ne sont en mesure d’établir : entre ce qu’on enseigne et la manière dont c’est enseigné. Pour faire la distinction il aurait fallu connaître l’histoire de l’enseignement en Amérique, et surtout la place de l’enseignement dans la vie des Noirs, qui devient aujourd’hui la place de l’enseignement dans la vie de tous.

Continuer la lecture

  1. Voir La médisance à l’école [I] sur Academia. []

La médisance à l’école [I]. Petite histoire de la reaction pédagogique

WOID XXIII-10a2. 1/5.

  • par Paul Werner, PhD, DSFS – site web

   « Les amis de la Vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir trouvée. »Marquis de Condorcet, victime de la Terreur

Dans Les Âmes du peuple noir, chef-d’œuvre de la pensée afro-américaine, W. E. B. Du Bois raconte qu’un Noir raffiné achète un billet pour le Parsifal de Wagner. (Il admire Wagner. Allez comprendre.) Dès l’ouverture un placeur vient lui faire comprendre que, bien qu’il ait tout à fait le droit d’être là, on lui demande seulement de considérer que les autres spectateurs ont, eux aussi leurs droits ; que parmi ces droits on trouve le droit de jouir d’un spectacle sans stress et sans Noir ; et qu’il est donc  prié de vider les lieux1

Aujourd’hui, en Floride et ailleurs, on exige de même de la part des enseignants, des professeurs, des conférenciers. Interdiction d’enseigner quoi que ce soit qui fasse éprouver « un sentiment de malaise, de culpabilité, d’angoisse ou toute autre forme de détresse psychologique en raison de la race, de la couleur, du genre ou de l’appartenance à un groupe ethnique ou culturel quelconque »2.La Liberté, c’est l’Histoire sans les Noirs, la musique sans les Noirs, la vie sans Noirs. Parce que toute cette noirceur, elle nous rend mal à l’aise.

Continuer la lecture

  1. W. E. B. Du Bois, The Souls of Black Folk [1903] Writings (New York: Library of America, 1986), p. 527. []
  2. Florida Statutes, Section 760.10: “Unlawful Employment Practices,” (8), 7, as revised. “Stop Woke Act”. []

L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence

Demain, jeudi 9 mars 2023, le militant d’extrême-droite Stanislas Rigault est convié par le syndicat étudiant UNI – dont le délégué national expliquait au Monde il y a quelques mois que « l’immense majorité » de ses membres milite chez Génération Z, l’organisation de jeunesse du parti d’Eric Zemmour — à prononcer une conférence à la faculté de droit de Nice.

Il est sûr que du côté de l’UNI et plus généralement de l’extrême-droite, on glousse du bon coup qui est fait aux « islamogauchistes », « traîtres à la nation » et autres « wokistes » dont les universités sont remplies. Ainsi, l’identitaire Philippe Vardon s’esclaffe dans l’un des canards locaux :

“Pendant que dans toute la France, c’est le député LFI, ancien dealer revendiqué, Louis Boyard qui fait la tournée des facs, à Nice c’est Stanislas Rigault qui est invité pour parler de l’engagement de la jeunesse ! Merci à l’UNI”.

Liberté académique pour l’extrême droite

Si le coup est apparemment bon, c’est parce que l’organisation de cette conférence se drape tout à la fois dans la liberté académique et dans la liberté d’expression :

  • Dans la liberté académique, d’abord, car c’est au titre du versant étudiant de la liberté académique, c’est-à-dire au titre de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels dont disposent les étudiant·es sur les campus conformément à l’article L. 811-1 du code de l’éducation, que la conférence est organisée par l’UNI.
  • Dans la liberté d’expression, ensuite, car c’est au titre de cette liberté que la présidence de l’université de Nice se refuse, par ailleurs, à intervenir de quelque façon que ce soit dans ce dossier, revendiquant au contraire fièrement que l’université soit « un lieu d’échange où l’on n’interdit pas la liberté d’expression ».

Aussi, les masques seraient tombés lorsque la CGT Campus, puis l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de l’université ont réclamé que cette conférence de Stanislas Rigault ne soit pas organisée dans les locaux de l’université, arguant, de manière très juste, que cela revient à :

« offrir une tribune à une organisation raciste, sexiste et homophobe, comme son leader, Éric Zemmour, condamné à plusieurs reprises pour injure à caractère raciste et appel à la haine raciale ; qui falsifie l’Histoire du régime de Vichy en minimisant le rôle du Maréchal Pétain dans la déportation et l’assassinat massif des juifs, des tziganes, des homosexuels et des opposants politiques ; qui se scandalise de la réhabilitation du jeune mathématicien Maurice Audin —dont un prix créé par la Société Mathématique de France porte le nom) en déclarant qu’il ‘méritait 12 balles dans la peau’ »,

En s’opposant à cette conférence, les « islamogauchistes », les « traîtres à la nation » et autres « wokistes » des universités auraient confirmé qu’ils et elles sont les vrais fascistes, ennemi·es des libertés car intolérant·es à tout discours qui ne correspondrait pas au leur. Il ne reste donc plus, désormais, qu’à attendre que les grands génies de l’Observatoire du décolonialisme ajoutent leur pierre à l’édifice et prennent solennellement la parole pour louer le président de l’université de Nice d’avoir ainsi héroïquement défendu Stanislas Rigault la Liberté universelle et l’Université éternelle face au déferlement des hordes syndicales barbares.

Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture