Le prohibited impact factor et le verrounet scientifique

L’Université de Bern abandonne l’évaluation par facteur d’impact

Abandon du facteur d’impact à l’Université de Bern en montrant la mauvaise qualité de cet indicateur

BernLa marée ‘Facteur d’impact’ devrait se retirer très lentement, et ce chemin est inéluctable.

Un manuscrit déposé début octobre 2020 sur F1000Research va dans ce sens, avec des données objectives. L’Université de Bern a signé DORA en 2016..  et voudrait mettre en oeuvre ce qu’elle a signé ! D’autres signataires de DORA ne font rien…

Ces auteurs ont analysé 1 525 articles soumis par 64 candidats à une promotion académique, et montré une mauvaise corrélation entre le facteur d’impact de Clarivate Analytics et les RCR des National Institutes of health, USA, créés en 2016. C’est une mesure de l’impact des citations au niveau de l’article, qui compare les citations de l’article avec les articles du réseau d’articles co-cités. Le RCR est comparé à la recherche financée par les National Institutes of Health (NIH) : un article avec un RCR égal à 1,0 est à la médiane des articles financés par les NIH cette année. Les NIH donnent accès au RCR et au percentile des articles indexés dans la base de données bibliométriques PubMed sur un site web. La description du RCR est dans PLOS Biology. Le site iCite est d’accès libre.

En pratique, des articles, quelle que soit la revue, peuvent avoir un impact important sur la recherche. Ce n’est pas la première recherche qui arrive à cette conclusion, et la discussion de cet article commence ainsi :

Alors que la majorité des articles soumis par les candidats à l’habilitation ou à une chaire de professeur associé étaient, selon la réglementation universitaire, publiés dans des revues dont le JIF se classait dans le tiers supérieur de son domaine, seuls 40 % environ de ces articles avaient un percentile RCR dans le tiers supérieur. En outre, 20 à 25 % des articles qui ne répondaient pas aux exigences du classement du JIF (inférieur à 0,66) avaient, en fait, plus d’impact que leurs pairs dans le réseau de co-citation. Notre étude confirme donc les conclusions de l’analyse de 80 000 articles effectuée par le développeur du RCR :
« Bien que les revues ayant les facteurs d’impact les plus élevés aient le RCR médian le plus élevé, on trouve des articles influents dans pratiquement toutes les revues ».
Sans surprise, la corrélation entre la mesure basée sur les revues, le JIF, et la mesure basée sur les articles, le RCR, était faible. (trad.
www.DeepL.com/Translator)

Pierre Ouzoulias conclut donc #ResistESR