Ne pas pénaliser les étudiant∙es les plus impacté∙es par la pandémie et ses conséquences : position commune des organisations étudiantes de Paris-1 avant la CFVU du 30 avril

Épilogue ou rebondissement dans la guerre qui oppose la Présidence de l’Université de Paris-1 et ses directions d’une part et sa communauté étudiante et enseignante d’autre part, au sujet des examens et de la validation des semestres, la prochaine réunion de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, reconvoquée pour l’occasion, se tiendra le 30 avril. Les étudiant·es qui avaient fait motion une motion remarquée à la précédente CFVU, annoncent la couleur. 

Lien:

Sur Academia

Sur Newstank

  • Analyse n°181683 – Les enjeux et interrogations autour du conflit sur les examens à Paris 1 (André Legrand) – undi 27 avril 2020

Les pannes de réseau au secours des libertés individuelles ?

Les examens en ligne ont commencé, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a une réelle opacité sur les outils utilisés et leur conformité au réglement général de la protection des données (RGPD).

Retour vers le futur : le marché public de la télésurveillance des examens

À l’été 2019,France Université Numérique1 signe un accord de partenariat avec une entreprise européenne qui se réjouit de travailler avec 135 nouveaux partenaires. FUN, quant à lui, se satisfait que les données soient stockées sur le sol européen.

Brève Newstank – Accord entre France Université Numérique et ProctorExam

Paris – Publié le mercredi 12 juin 2019 à  8 h 28 – n° 149415 France Université Numérique et ProctorExam signent un accord de partenariat le 03/06/2019 pour déployer la solution de télésurveillance des examens en ligne néerlandaise sur la plateforme de diffusion de Mooc, qui compte 1,8 million d’apprenants. ProctorExam pourra également être utilisé sur FUN Campus et FUN Corporate.

« Notre objectif est de démultiplier les examens en ligne pour valider les connaissances et les compétences acquises par les Mooc. La réforme de la formation professionnelle ouvre de nouvelles opportunités pour démultiplier les certifications délivrées par les établissements à l’issue d’un suivi de cours en ligne. Cela répond à une envie croissante chez les apprenants », dit Catherine Mongenet, directrice de France Université Numérique, à News Tank, le 11/06/2019.

Pour ProctorExam, cet accord stratégique implique de travailler avec 130 institutions partenaires de FUN, tant dans l’ESR que dans le domaine de la formation professionnelle, un second secteur qui est ciblé par l’entreprise pour son déploiement.

« Ce partenariat nous permet de travailler avec un réseau d’établissements en France et dans toute la sphère francophone. Des établissements qui n’avaient jamais eu recours à la télésurveillance des examens en ligne découvrent les bénéfices de cette solution. Le public de la formation continue, ciblée par FUN Mooc, fait partie de nos segments de marché à la croissance la plus rapide », selon Daniel Haven, directeur de ProctorExam, interrogé par News Tank, le 11/06/2019.

France Université Numérique a choisi ProctorExam début 2019 pour surveiller les examens à distance qu’elle propose. Des tests ont été réalisés depuis le début de l’année et la mise en production est effective depuis avril 2019. Le choix de ce partenaire se fait aussi en lien avec le respect du RGPD : la législation concernant l’enregistrement des flux vidéo est particulièrement complexe. Pour FUN, travailler avec ProctorExam, qui stocke les données au sein de l’UE, est une marque supplémentaire du respect du RGPD.

https://www.flickr.com/photos/mykg/8415345500/in/photolist-dPCR2N-FMixRR-nB9QQt-txah5C-cwwgdQ-s5FMwo-nx4Srs-x3qnYa-hqT7f4-hqRWZ5-nLKuES-eTZwxC-cTeJ3U-dvfpEY-8WhBhb-jPjKmT-of5W2K-HLqbK2-qdRCHC-Gkj4uZ-jMfevj-oqgbrg-fSwjAr-8hCxHQ-zPsfjj-J79fa-bs8kJg-xkuyxi-cNUaEs-dp8RP9-x3iHf1-wGYrfc-A8b8Dy-aTrsjM-dcLmX1-bPQ1R2-fy6XcZ-9kStBN-cbobnd-of3W5v-fU1opG-MXdibT-izVpoM-onrSZ2-nuDQq5-DbW6YU-qAxRCM-dne1QP-dfAkU4-N33meD

Burnham Lighthouse shadows, by Myk, 2010

L’accord France Université Numérique concerne exclusivement les contrôles des connaissances acquises via les MOOC. Ce qui signifie que si télésurveillance il y a en ce moment, ce n’est pas par cet accord que cela passe, mais par des marchés spécifiques que chaque université passe à son niveau avec des prestataires, entre autres ProctorExam, mais aussi d’autres. Ce qu’ont fait déjà plusieurs universités avec ProctorExam (Sorbonne Université, Université de Bourgogne, Aix-Marseille Université)2. Ces pratiques avancent depuis quelques années, sans trop de débat apparemment. L’épidémie est vue par certain·es comme une opportunité d’accélérer ce mouvement.
Les questions du respect des libertés personnelles et de la conformité réelle au RGPD ne sont, à cette date, pas vraiment envisagées. Des universités comme Sorbonne Université déploie l’outil et son manuel d’utilisation3.

Continuer la lecture

  1. Groupement d’intérêt public, constitué du ministère et d’un assez grand nombre d’universités. L’État a 40% des voix, les COMUE et universités ont 60%. []
  2. Cf. 2e partie de la dépêche NewsTank susmentionnée. []
  3. NDLR. Même des adolescent·es dénonceraient le placement de produits dans les vidéos de présentations. []

Et maintenant la reconnaissance faciale pour les examens ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #19
← Article précédent

Mise à jour : 5 mai 2020

Il y a quelques apprenti·es-sorcier·es à la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (MESRI) qui, visiblement, n’arrivent pas à faire le deuil des examens « télésurveillés ». Academia a déjà évoqué ce sujet à plusieurs reprises1 : on se souvient en particulier qu’aux premières heures du confinement, le « plan de continuité pédagogique » de la DGESIP (état du 14 mars 2020) préconisait le recours généralisé à la télésurveillance pour les examens écrits, avant de faire marche arrière devant le très faible enthousiasme des universités (modifications du plan les 22 mars et 1er avril 2020).

Désormais, la télésurveillance n’est plus présentée que comme une « modalités d’examens » parmi d’autres (p. 17, 18 et 22). Elle n’a pas disparu pour autant, en dépit de tous les problèmes – techniques, juridiques, financiers et éthiques – qu’elle soulève. La fiche n° 6 du « plan de continuité pédagogique » continue, en particulier, de conseiller complaisamment une liste d’entreprises privés spécialisées en télésurveillance qui, évidemment, y voient une occasion inespérée de pénétrer le juteux marché des examens universitaires à distance.

À cet égard, on notera qu’une nouvelle entreprise a fait son apparition dans cette liste, à l’occasion de la dernière mise à jour du « plan de continuité pédagogique ». Il s’agit de l’entreprise Aptilink, et de son système Smowl (p. 25), qui est décrit de la manière suivante : « Smowl est un système d’authentification en ligne continu des apprenants qui utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects tout au long du processus d’évaluation ». La fiche de la DGESIP prend soin de préciser qu’il s’agit d’une « solution européenne », et qu’elle est « annoncée [SIC] compatible avec le RGPD ».

https://www.flickr.com/photos/vistna/16944461158/in/photolist-rPjMY3-9dTD1d-KtEQQz-rYfrr2-s3iuET-V5i8bT-28Ttxnb-R2E76A-RyJsjB-vqTpYq-yBCQD9-LJjGhs-T5r8s6-2dJ88EK-sm51gG-XhNQsz-uBu3iB-MpXtpn-25SukS3-zFwkRC-22y792Y-yb56XR-HehsaQ-VGiE2B-75YNR1-yb5EqX-yVXhcP-28N14KV-FGMYK5-WDuuqx-JZ5Rm7-XrEbvV-FGFoKv-A7Eu99-xRMb8S-yowwiN-Xrmcgd-rp5roU-rNGU5m-LrWDD4-Y3dcM4-r4by64-28UtiBw-fushvz-DEPDg7-Ttv9Fy-27oknC2-XExevs-vSiNWp-Xqgbty

Dungeness LIghthouse Lamp, by Eileen Wilkinson (Vistna), 2015

C’est donc un nouveau seuil qui est franchi par la DGESIP : elle n’hésite pas, ici, à préconiser le recours à un dispositif de reconnaissance faciale pour des examens. C’est très grave à tous les points de vue :

  1. ° C’est très grave sur le principe, d’abord, car il est inadmissible de faire pénétrer la reconnaissance faciale dans les universités à un moment où les conditions du débat – et plus encore, les conditions de la contestation – ne sont pas réunies, du fait de l’épidémie en cours. Faut-il donc rappeler que le recours aux technologies de reconnaissance biométrique soulève des problèmes gigantesques en termes de libertés fondamentales et que leur généralisation suscite ces dernières années, et plus encore ces derniers mois, des oppositions très fortes ?
  2. ° C’est très grave sur le plan juridique, ensuite, car il est loin d’être sûr, en outre, que la préconisation de la DGESIP soit même légale.

Continuer la lecture

  1. Voir notamment Recherche Diplômes, examens à distance, recrutements : point d’étape sur les fiches de la DGESIP, 3 avril 2020; « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités, 28 mars 2020. []

« Je sais pouvoir compter sur vous ». Lettre de la Ministre aux présidents et directeurs d’établissements et aux recteurs de régions académiques

Survival of the fittest (SW Ontario), by ardenstreet, 2008
Lately, I’ve discovered some pretty amazing and beautiful things out there, giving me inspiration in the sometimes the most uninspiring places… luckily for me, that includes home.

 

 

 

 

 

Ne pas neutraliser les semestres, mais bien s’occuper des concours : voilà comment résumer cette circulaire.

Continuer la lecture

« L’ampleur de la catastrophe pouvait l’expliquer ». Lettre ouverte aux étudiants, personnels et enseignants de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, par cinq directeurs et directrices d’UFR

Chers collègues,
Chers étudiants,

Les temps que nous traversons sont difficiles pour tous et dans toutes les sphères de nos vies. La pandémie qui sévit et les mesures nécessaires prises pour la combattre perturbent la vie d’un nombre considérable de personnes, partout dans le monde et, évidemment, en France.

Les Universités ont été évidemment impactées avec beaucoup de force dès que la décision de fermeture a été prise. On sait désormais qu’elles ne connaîtront pas un fonctionnement « normal » d’ici la fin de l’année académique.

Malgré les difficultés rencontrées l’administration et les enseignants, chacun à sa place, ont fait en sorte que la mission de service public de l’enseignement supérieur soit toujours assurée et les étudiants ont été au rendez-vous.

La quasi-totalité des cours a été dispensée sous des formes différentes de celles initialement prévues. Les Travaux Dirigés se sont déroulés avec le soutien des nouvelles technologies, la Direction du Système d’Information et des Usages Numériques est parvenue à améliorer les outils à notre disposition.

Dans ce contexte très particulier la continuité pédagogique a été la priorité absolue. Le souci de la formation et du devenir de nos étudiants a également été une préoccupation de chaque instant. Il aurait été possible de fermer purement et simplement l’Université et de se donner rendez-vous l’an prochain pour reprendre les enseignements après une année « blanche », chacun retrouvant son niveau.

L’ampleur de la catastrophe pouvait l’expliquer.

https://www.flickr.com/photos/46591623@N06/5486097905/in/photolist-9mMFLV-HpkN47-bptwF1-8Zhw4d-tb768F-9g7131-9RQaWz-b1BvPc-aWorPK-2i7Ye7w-9FwRjV-2haRhQY-QLtkcm-641RRg-4WRFAK-9GzXGf-7ZzZwt-6t5peQ-2i1yJXn-5WzvHX-9RM9DR-YFkSQP-n1zkh-7ZDb1S-czmpBs-czmpHu-eHuuPw-4F1Ri-czmpEm-9vpZz8-frYU5s-6suYvw-5UBPqr-2gf9ePW-MYheB2-5WDLR1-bhD4sx-9GoEgi-29fpau5-oC4jvD-2hLK9J4-N6J77n-YdUWeR-2ikgcoK-bqj2bB-2iaE7fc-21uKoEo-2h6qcje-YPKK6j-2aA1YW7

Order, by Gusty photo 1, 2011

Nous avons décidé collectivement d’avancer et de permettre au plus grand nombre d’avancer aussi. Notamment en octroyant des aides d’urgence pour faciliter l’équipement des étudiants qui n’avaient pas d’ordinateur à leur disposition.

Ceci passe nécessairement par le suivi des enseignements et l’évaluation des connaissances.

Suivant les directives du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la Vice-Présidente de la CFVU, Alice le Flanchec, a préparé une note destinée à accompagner les UFR dans cette phase de contrôle des connaissances qui doit débuter assez prochainement.

Présentée à l’ensemble des directeurs d’UFR et travaillée avec eux, cette note offre un ensemble d’orientations permettant d’accompagner avec bienveillance les étudiants dans une démarche de contrôle des connaissances à distance dont la mise en œuvre devait être laissée auxdites UFR pour tenir compte des circonstances et de leurs situations spécifiques. Dans le respect des exigences pédagogiques propres à chaque discipline.

Il s’agit d’organiser des aménagements variés pour permettre aux étudiants de composer dans les moins mauvaises conditions et in fine, d‘alléger la session sans renoncer à l’essentiel.

Il s’agit aussi d’encourager les jurys à faire preuve de bienveillance.

Une CFVU a été réunie le 16 avril 2020 par visioconférence pour évoquer notamment ces questions.

Certains élus, prenant prétexte des conditions d’études dégradées et invoquant leur conception de l’équité, ont privilégié une politique de rupture assumée.

Ils ont donc repoussé l’adoption de la note préparée par la vice-présidente de la CFVU en concertation avec les UFR et sont parvenus à faire adopter, à une majorité de deux voix, la motion suivante :

Considérant la situation exceptionnelle à laquelle l’Université Paris 1 fait face, face à la pandémie mondiale de Covid-19, les modalités d’examens et d’évaluation pour toutes les composantes de l’Université sont aménagés afin d’assurer un principe d’équité entre tous les étudiants de l’Université

Considérant qu’il n’y a eu que quatre semaine de cours au deuxième semestre, que l’accès aux ressources informatiques reste inégalitaires et que la crise du Covid-19 a empêché de très nombreux étudiants d’avoir accès aux ressources en lignes, la CFVU de l’Université Paris 1 qui s’est réunie ce jour décide de l’annulation des examens du second semestre, et la validation automatique de celui-ci, avec comme moyenne pour le second semestre la moyenne du premier semestre.

Considérant qu’il est impossible d’assurer les rattrapages dans des conditions sanitaires assurant la sécurité de chacun, et que les inégalités d’accès aux ressources informatiques tout comme les conditions inégales de confinement rompent le principe d’équité, les rattrapages des examens du premier semestre sont annulés. Tous les étudiants concernés valideront celui-ci avec la note de 10/20, et suivant le renvoi de la moyenne du premier semestre sur le second, le second sera validé également à 10/20. Pour les mêmes raisons, sur toute l’année, aucune défaillance ne pourra être constatée, et ce pour tous les étudiants de l’université.

Concernant tous les stages qui participent à la diplomation, ceux-ci seront neutralisés dans toutes les composantes.

Cette motion est non seulement injuste pour les étudiants qui ont travaillé et travaillent encore et doivent pouvoir être évalués, pour les collègues qui se sont investis dans la mise en place et la réalisation de la continuité pédagogique sans mesurer leurs efforts, mais en outre elle est évidemment dépourvue de toute force car elle est illégale.

Elle repose sur des bases erronées et notamment sur une remise en cause de la valeur des enseignements dispensés à distance alors même que l’article L. 611-8 du Code de l’éducation prévoit que « Les enseignements mis à disposition sous forme numérique par les établissements ont un statut équivalent aux enseignements dispensés en présence des étudiants ».

Elle occulte le fait que l’article L. 612-1 al.2 du Code de l’éducation prévoit que « Au cours de chaque cycle sont délivrés des diplômes nationaux ou des diplômes d’établissement sanctionnant les connaissances, les compétences ou les éléments de qualification professionnelle acquis » ce qui s’oppose évidemment à la délivrance de diplômes sans contrôle des connaissances compétences ou éléments de qualification professionnelle acquis.

Elle bafoue également l’article L. 711-1 du Code de l’éducation selon lequel les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel – catégorie à laquelle appartiennent les Universités – ont comme mission « d’assurer le progrès de la connaissance et une formation scientifique, culturelle et professionnelle préparant notamment à l’exercice d’une profession ».

Enfin, elle viole l’article L. 613-1 du Code de l’éducation selon lequel

Les diplômes nationaux délivrés par les établissements … ne peuvent être délivrés qu’au vu des résultats du contrôle des connaissances et des aptitudes, appréciés par les établissements accrédités à cet effet par le ministre chargé de l’enseignement supérieur après avis du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Un diplôme national confère les mêmes droits à tous ses titulaires, quel que soit l’établissement qui l’a délivré.

… Les aptitudes et l’acquisition des connaissances sont appréciées, soit par un contrôle continu et régulier, soit par un examen terminal, soit par ces deux modes de contrôle combinés.

…Seuls peuvent participer aux jurys et être présents aux délibérations des enseignants-chercheurs, des enseignants, des chercheurs ou, dans des conditions et selon des modalités prévues par voie réglementaire, des personnalités qualifiées ayant contribué aux enseignements, ou choisies, en raison de leurs compétences, sur proposition des personnels chargés de l’enseignement.

Dès lors que l’on parle de diplômes nationaux, la marge de manœuvre de l’établissement est très réduite pour déterminer les modalités de contrôle des connaissances. Tout cela se fait dans un cadre national, qui donne lieu à une accréditation du ministère.

Ce cadre national suppose que l’attribution des notes et la délivrance des diplômes ne peut relever que de la délibération d’un jury composé d’enseignants compétents et que les jurys sont souverains pour apprécier la qualité des prestations des candidats.

Ce principe de souveraineté du jury et l’absence d’obligation de motivation de ses délibérations est l’objet d’une jurisprudence constante. Aucune instance de quelque nature que ce soit ne peut s’arroger le droit de se substituer aux jurys.

La crise du covid-19 n’a modifié ces principes généraux qu’à la marge. En effet, l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 est précisément régie par un texte : l’ordonnance n° 2020-351 du 27 mars 2020 dont c’est l’objet et dont les dispositions (art. 1er« sont applicables du 12 mars au 31 décembre 2020 à toutes les modalités d’accès aux formations de l’enseignement supérieur et de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur ».

Ce texte prévoit qu’il n’est possible que d’apporter des adaptations aux modalités de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur.

Il précise, art.2, que « S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée. Les adaptations apportées en application du présent article sont portées à la connaissance des candidats par tout moyen dans un délai qui ne peut être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves. »

L’ordonnance rappelle par ailleurs le rôle irremplaçable des jurys en prévoyant (art.4) que les membres des jurys « peuvent participer aux réunions et délibérations par tout moyen de télécommunication permettant leur identification et garantissant leur participation effective ainsi que la confidentialité des débats ».

La CFVU n’est pas un jury d’examen. Elle ne peut évidemment pas déroger aux principes posés par le Code de l’éducation et, pas plus qu’aucune instance, ne peut pas davantage décider de la délivrance automatique de diplômes. Ne pouvant pas dépasser le cadre légal, la motion est entachée d’illégalité.

C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle est parvenue la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle qui a retenu dans son document « PLAN DE CONTINUITE PEDAGOGIQUE » que « la neutralisation pure et simple d’un semestre (tout comme l’attribution automatique d’une note) n’est pas admissible au vu de circonstances qui, pour être exceptionnelles et difficiles, n’empêchent pas tout mode d’enseignement et tout mode d’évaluation. Cette neutralisation constituerait au demeurant la négation pure et simple de tout ce que les équipes pédagogiques ont mis en place durant ces semaines et ce, de manière exemplaire ».

Ainsi qu’il ressort du Communiqué du Président de l’Université du 17 avril « la motion adoptée à la majorité par les membres de la CFVU ne pourra pas être présentée à la discussion ni au vote lors du Conseil d’administration du jeudi 23 avril prochain. Les membres du prochain CA seront invités à discuter, à débattre et à voter sur le texte présenté à la CFVU du 16 avril. C’est ce texte qui sera présenté et soumis au vote du CA du 23 avril ». Il appartiendra donc au Conseil d’Administration de tirer toutes les conséquences de ces éléments et d’arrêter la liste des aménagements possibles aux modalités de contrôle des connaissances dans le respect des règles rappelées ci-dessus et de la juste articulation des compétences des organes centraux et des UFR. En tout état de cause, les solutions proposées dans la motion étant illégales ne pourront pas être appliquées par les enseignants-chercheurs.

Le contrôle des connaissances sera effectué car il doit l’être sans quoi il n’y aura pas de validation possible d’aucun examen pour le second semestre et une seconde session ne pourra pas être organisée.

À défaut de validation possible de ce contrôle des connaissances, ce n’est pas seulement la valeur des diplômes qui serait atteinte mais leur délivrance qui sera impossible : Seul le redoublement serait alors une option ouverte, ce que personne ne souhaite a priori.

En aucun cas il n’est concevable de sacrifier à des considérations politiques et démagogiques ce qui fait l’essence même de la mission des Universités.

En l’oubliant, les promoteurs de la motion évoquée ci-dessus se sont engagés dans une voie d’autant plus dommageable pour les étudiants qu’elle sème le trouble à un moment où il est particulièrement important d’accompagner et de rassurer tous ceux qui sont naturellement fragilisés par les circonstances que nous traversons.

Ils prennent le risque d’être les responsables de la défaillance d’un certain nombre, de l’impossibilité pour des étudiants de se présenter à des concours ou examens, et devront en assumer les conséquences.

Fait à Paris, le 17 avril 2020

François Guy Trébulle – Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne
Philippe Raimbourg, Directeur de l’Ecole de Management de la Sorbonne
Carine Souveyet, Directrice de l’UFR de Mathématiques & informatique
Ariane Dupont – Directrice de l’Ecole d’Economie de la Sorbonne
Philippe Plagnieux, Directeur de l’UFR d’histoire de l’art et d’archéologie

L’Université Paul Valéry Montpellier 3 vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

En pleine pandémie mondiale, les directions des universités Françaises sont actuellement en train de mettre en place les modalités d’évaluation des étudiants. Bien souvent, la situation sanitaire et sociale engendrée par le Coronavirus ne semble pas prise en compte. A Montpellier, l’Université Paul Valéry ne semble pas déroger à règle, comme en témoigne ce communiqué du syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat universitaire de Montpellier).


L’Université Paul Valéry vote ses modalités d’examens : les « bonnes intentions » au détriment des étudiants

Mercredi 15 avril se tenait le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’université Paul Valéry Montpellier 3, chargé de définir les modalités d’examens du second semestre, dans un contexte de fermeture de l’établissement et confinement généralisé.

Pendant plus de 6h d’affilée, les élus étudiants du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM), soutenus par la voix de la CGT des universités, ainsi que l’ensemble des élus étudiants ont défendu, par de multiples propositions, qu’un cadre unique soit appliqué à toutes les évaluations.

Le Règlement des Etudes que nous avions dévoilé et analysé le 10 avril a été adopté. La validation et neutralisation du semestre furent refusés en bloc par les enseignants et la présidence. Même la proposition du vice-président étudiant, de maintenir les examens en ligne avec, en cas de note inférieure à 10, un report de la note du premier semestre fut rejetée.
A chaque fois, les 19 enseignants et personnels se sont coalisés pour refuser l’ensemble des propositions émises par les 16 voix étudiantes et du personnel CGT.
Trois voix de différence, c’est peu, mais cela change tout pour les près de 22000 étudiants de l’université.

L’échec du recensement des difficultés numériques : l’université sans nouvelles de 64,3 % des étudiants.

Pourtant, rien ne permet actuellement de garantir que l’ensemble des étudiants de l’université Paul Valéry Montpellier 3 pourra effectivement passer ses examens. L’université a envoyé des SMS et e-mails aux 21664 étudiants de l’université afin de recenser celles et ceux étant en situation de « rupture numérique ». Si cette initiative a été abondamment médiatisée par la présidence de l’université, les résultats réels de ce sondage n’ont été communiqués qu’après le dépôt d’une motion spécifique par les élus étudiants du SCUM. Ce peu d’empressement à communiquer les résultats s’explique par l’échec cuisant de cette campagne de recensement des difficultés numériques : sur les 21664 étudiants contactés, seuls 7725 ont répondu, soit uniquement 35,7%. Ainsi, l’université n’a aucune nouvelle de 64,3% de ses étudiants, et personne ne sait combien parmi ceux-ci ne pourront pas être en mesure de passer leurs examens.

Plébiscités par les étudiants, les Devoirs Maison « encouragés » mais pas généralisés.

Dans un sondage publié par un étudiant du SCUM sur le groupe Facebook des étudiants de l’université deux jours avant la séance du CEVU, plus de 800 étudiants ont répondu. Moins de 1% des étudiants se sont prononcés pour le report des examens, et seulement 11% en faveur des devoirs en ligne, pourtant privilégiés par la présidence de l’université. A contrario, 36% des étudiants ont demandé la neutralisation ou la validation automatique du semestre. Et ce fut plus de 52% des étudiants ayant répondu au sondage qui ont demandé des examens sous forme de Devoirs Maison à rendre sous 21 jours.
Cette dernière proposition, formulée par le SCUM et la Corpo Lettres Epsylone permettait de garantir les conditions d’examens les plus équitables et les plus accessibles pour l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’université. L’amendement au Règlement des Etudes que nous avons soumis au vote afin de généraliser cette solution fut rejeté par 19 voix contre 16.
Cependant, malgré la non-généralisation des Devoirs Maison, l’université a accepté lors des réunions et échanges précédant le CEVU d’« encourager » les enseignants à recourir à cette modalité d’évaluation. Ainsi, entre 60% et 70% des examens se feront effectivement sous forme de Devoirs Maison.

Une rupture d’égalité préjudiciable pour l’ensemble des étudiants.

Toutefois, nous ne pouvons-nous satisfaire de ce résultat. En effet, les modalités d’examens consacrent le principe de l’inégalité entre les étudiants. Tout dépendra des modalités choisies par chaque enseignant. Certaines évaluations se feront en ligne, de façon chronométrées sur la plateforme pédagogique Moodle, connue pour ses bugs, d’autres par le rendu de Devoirs Maison, et certaines se feront même par des oraux en visiophonie ! Ces examens ne prennent pas en compte les difficultés de confinement rencontrées par beaucoup d’étudiants (bruit, connexion fluctuante, crises d’angoisse)

Continuer la lecture

L’université au temps du COVID-19 et l’illusion de l’évaluation

.Le gouvernement, dans son ordonnance du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire préfère se défausser sur les universités qui sont incitées à « innover » afin de pouvoir délivrer leurs diplômes. Plaidoyer contre l’organisation d’examens en ligne dans les universités.

  • par Éric Berr, membre du collectif des Economistes atterrés, enseignant-chercheur à l’Université de Bordeaux
    Texte publié pour la première fois sur Mediapart, le 8 avril 2020.

Depuis la fermeture de l’ensemble des établissements scolaires le 16 mars dernier, le mot d’ordre est le « suivi pédagogique ». Au sein des universités, cela s’organise de manière assez désordonnée, mais peut-il en être autrement dans cette période totalement inédite ? Les collègues enseignants et enseignants-chercheurs montrent un réel dévouement, appuyés en cela par les personnels administratifs qui, depuis leur domicile, font face comme ils le peuvent.

Nous tentons donc de maintenir le lien avec nos étudiants afin de les soutenir dans ce moment où nombre d’entre eux subissent l’isolement (qui peut engendrer une fragilité psychologique accrue, des déprimes, etc.), rencontrent des difficultés matérielles et/ou financières (notamment les étudiants travaillant pour financer leurs études et qui voient leurs revenus fortement diminuer), que ce soit pour se nourrir1 ou tout simplement étudier car ils n’ont pas ou difficilement accès à un ordinateur, à une connexion internet, ou ne disposent tout simplement pas d’un lieu pour pouvoir étudier aussi sereinement que possible, autant de choses pourtant indispensables si l’on veut assurer une continuité pédagogique minimale. Certes, et fort heureusement, tous ne vivent pas de telles situations. Mais, précisément, cette période exceptionnelle renforce les inégalités et jette une lumière crue sur les situations les plus précaires. Il convient dès lors d’être très clair, le discours lénifiant sur la continuité pédagogique – qui sous-entend que nous pourrions assurer à peu près correctement nos missions d’enseignement et d’évaluation grâce aux outils numériques – masque une réalité bien différente : nous n’assurons pas une continuité pédagogique, nous tentons au contraire de limiter les effets de la rupture pédagogique que nous vivons.

Alors bien sûr, des cours en ligne se mettent en place, des vidéos de cours sont enregistrées et mises à disposition des étudiants, des travaux sont demandés, etc. Il n’est bien évidemment pas question de critiquer cela et chacun tente de faire comme il peut dans cette période tout à fait exceptionnelle, tandis que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est aux abonnés absents.

La période étant exceptionnelle, on aurait pu imaginer que notre ministre de tutelle prenne des décisions elles-mêmes exceptionnelles. Comme il semble tout à fait improbable que les universités puissent à nouveau accueillir leurs étudiants avant le mois de juillet et ne seront donc pas en mesure d’organiser les sessions d’examen en présentiel, il n’aurait pas été incongru de réfléchir à la possibilité de décaler le calendrier universitaire. Ainsi, afin de ne pas pénaliser les étudiants qui doivent travailler l’été, nous aurions pu décider d’organiser les examens en septembre, quitte à décaler la rentrée universitaire en octobre.

https://www.flickr.com/photos/rosa_maria_goncalves/2459507845/in/photolist-4KkBZF-5WKr4t-4KsHMy-4KCrTB-4Ksjm1-4Ko2SX-4PpphD-nc4yBd-h3FsJ-8ix2Eh-bUuBdY-5zn53M-76WuH7-gjNtM9-7w84He-7w84ck-7wbTq5-7wbU6N-4KCrW4-Dy4qCC-C3nxeK-KhjXm5-MzQd5L-2hPpPrS-8VNSPn-ziupWi-MUd4br-2fmpLuG-2hC3ZPd-28KSbZY-MUeypL-oQ7Ro3-vHEeJ4-2ez88CC-hGDC2w-8S3zss-6sbjbf-9SaNRa-gXmhEP-6JcFEA-mmyNpT-gXmmcE-gXnhsv-gXmiU2-iB6Gg8-2dYqZEB-Ktrkcw-JM2YPs-2izBQ7w-EC362z

Immaterial, by Rosa Maria Gonçalves
— Praia da Figueira, Ubatuba, Julho 2007

Le gouvernement, dans son ordonnance du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19, préfère se défausser sur les universités qui sont donc incitées à « innover » afin de pouvoir délivrer leurs diplômes avant la fin du mois de juillet. Pour ce faire, l’article 2 de cette ordonnance permet d’adapter les modalités d’évaluation et ouvre la voie à l’organisation d’examens à distance : « S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée ». Continuer la lecture

  1. « Étudiants confinés : «Certains confient ne pas avoir mangé depuis deux ou trois jours» », Libération, 7 avril 2020. []

Examens confinés à Rennes-2. Communiqué de l’Union Pirate

C’est confirmé ! À l’université Rennes 2, les examens1 auront lieu en devoirs maisons avec une durée de réalisation de 21 jours. La décision approuvée en CFVU [Conseil de la formation et de la vie universitaire] par 18 voix contre 15 s’impose légalement au CA [Conseil d’administration]. Il n’y aura pas d’examens en ligne en temps limité à heure/date fixe.
Ces épreuves pourront prendre la forme de dossiers légers, d’oraux à enregistrer, de QCM ou exercices à faire sur le site de la fac, d’une épreuve classique à faire numériquement quand vous pouvez… Les modalités peuvent donc varier selon le choix de l’enseignant·e.
Il a été rappelé qu’un Devoir Maison n’est pas forcement un dossier de 15 à 30 pages. Au contraire, c’est plutôt à éviter puisque le but de passer à 100% de DM c’est de permettre aux étudiant.e.s de tout faire dans le délai imparti et malgré les conditions actuelles.
De plus à été approuvé que : les étudiant·es dans l’impossibilité matérielle de passer l’examen sont invités à se signaler auprès de etudiant-covid19ATuniv-rennes2POINTfr. Des modalités adaptées pourront leur être proposées au cas par cas en fonction de leur situation.
Au vu des circonstances exceptionnelles dans lesquelles va se tenir cette session d’examen, il est demandé aux enseignants de tenir compte de la situation en choisissant prioritairement des sujets traités en présentiel et en appliquant des critères d’évaluation adaptés.
L’ensemble des unités d’enseignement ou enseignements qui ne pourraient faire l’objet d’une évaluation au regard des circonstances actuelles se verront neutralisées et feront l’objet d’une validation avec le reste du semestre.
  1. terminaux. Cf. https://academia.hypotheses.org/22215#comment-29431. []