Le vrai, le bien et le néant

Texte diffusé sur les listes INRIA, 22 septembre 2022

  • par Camille Noûs, pour un collectif de chercheurs et chercheuses
Quintessence du style spaghetti, le rapport1 rédigé par la mission sur « les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes »2 à l’Inria nous fait profiter d’une vision « englobante » et d’une réflexion épistémologique profonde, bien utile en ces temps de grande confusion.
Le rapport témoigne du travail remarquable de ses trois auteurs, mais le temps qui leur était imparti ne leur a malheureusement pas permis de traiter le sujet dans toutes ses dimensions. En particulier, la question délicate de la candidature à une promotion de membres de la Direction Générale, en position hiérarchique par rapport à l’ensemble des membres d’Inria et de son instance d’évaluation, n’a pas été abordée. Mais peut-être cette omission n’est-elle due qu’à un louable souci d’impartialité, dans la mesure où l’un des membres de la mission a été lui-même une des très rares personnes promues au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle alors qu’il était en fonction à la direction de l’institut, situation apparemment considérée comme non conflictuelle par le Président Directeur Général d’Inria lorsqu’il a nommé la mission.
https://www.flickr.com/photos/73211309@N05/6622987847/in/photolist-b6fxxD-2mU7JCW-2w9e7a-TWuKvw-27DSFR9-2nmRKbJ-26Bw7VQ-GtVXvE-qL5gp2-5QXMct-q6wm8C-G8kKk4-9mRa9C-aiQQne-21YByYA-XNpfjx-85hoK4-RfSPT5-LD6N2d-2fYre-dActEg-5MwaNf-KSSMS-TvQgeY-HpjbJk-aE5vNo-6cVVdf-qa7vtx-Ufc4gY-SRbVed-24gBcEZ-z9imen-p8V5As-2hzrLz9-2jsXpvW-Lepo9E-pb4Ffg-YqA1Nq-UbmDoM-9Xonv7-r6aVqX-g1QsA3-xKTD9v-Ri5g5o-d4pojU-2jqnRej-2ep2jqV-QY7EAP-5zGRMk-4W1jtp

Crédit: Void Blatherer, 2011

Heureusement, par delà cette lacune bénigne, le rapport formule quelques propositions audacieuses et créatives. Leur profondeur ne permet naturellement pas d’en faire l’exégèse en quelques lignes. Nous n’en analysons donc que quelques unes dans ce document, celles qui nous semblent les plus disruptives et ayant le plus fort potentiel d’impact, à l’avant-garde dans un institut plateforme.
Nous recommandons une procédure d’auto-appréciation par chaque évaluateur (rapporteur ou non) relative aux principes généraux d’impartialité, de neutralité, d’absence de biais de toutes sortes et de conflit avec chacun des candidats à évaluer. Cette auto-appréciation pourrait donner lieu à une déclaration sur l’honneur signée, affirmant l’absence de risque d’impartialité ou listant les risques potentiels existants pour tel ou tel dossier (signature numérique par exemple lors de l’accès aux dossiers). —Rapport pour le respect de l’impartialité dans les procédures d’évaluation, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette première recommandation, que les membres de la mission se sont probablement appliqués à eux-mêmes par souci d’exemplarité, est particulièrement novatrice. Comme chacun et chacune d’entre nous a des biais, souvent inconscients, déclarer être complètement neutre vis-à-vis des candidatures à évaluer devrait être impossible en toute honnêteté. Chaque membre de jury a par exemple des biais disciplinaires (positifs ou négatifs) résultant de son parcours scientifique personnel, et il est communément admis que c’est la dimension collective d’un jury qui permet de les atténuer. Exiger une déclaration sur l’honneur de l’absence de biais pourrait néanmoins permettre à Inria de privilégier les évaluateurs ayant moins d’honneur que de biais.

Continuer la lecture

  1. « Le rapport sur le respect de l’impartialité dans les processus d’évaluation est en ligne », 22 juillet 2022. []
  2. « Création d’une mission sur les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes », 26 janvier 2022. []

Au souhait de remise en cause de l’indépendance et du fonctionnement de la Commission d’évaluation (CE). Communiqué de l’intersyndicale INRIA, 20 septembre 2022

Les organisations syndicales de l’Inria (SNCS-FSU, le SNTRS-CGT et le SGEN-CFDT) ont pris connaissance du rapport de la mission portant sur les “conflits d’intérêt” mise en place par la direction de l’institut. 
Notre conclusion est que ce rapport ne porte pas tant sur les conflits d’intérêts, dont il est écrit que la Commission d’évaluation (CE) y est très vigilante, que sur un souhait de remise en cause de l’indépendance et du fonctionnement de cette même CE. 
Les organisations syndicales dénoncent la violence subie par des agent·es élu·es comme nommé·es à la CE, qui, depuis un an, ont vu leur travail de membre de la CE dénigré sans possibilité de se défendre. Les conséquences de cette violence doivent être reconnues et réparées à la hauteur du bruit qui a été fait autour de ces “alertes significatives”. 
Une direction soucieuse du bon fonctionnement de son institut est une direction capable de reconnaître ses torts. 
Enfin, les organisations syndicales dénoncent fortement l’instrumentalisation qui a été faite des conflits d’intérêts par la direction. 
Si la direction souhaite discuter du fonctionnement des instances, elle doit le faire de manière transparente, par la voie de la concertation : avec les organisations syndicales, avec les instances, avec les personnels ; non en se cachant derrière une “mission conflit d’intérêt”, dont les conclusions et recommandations portent sur un sujet pour lequel elle n’avait pas reçu de mandat
L’intersyndicale Inria

Sur Academia

HCERES : vague C, vague scélérate

Les marins connaissent bien les vagues scélérates. Longtemps confinées au folklore marin, ces vagues monstrueuses sont aujourd’hui une réalité parfaitement démontrée et documentée, à l’origine d’un certain nombre de catastrophes maritimes sur toutes les mers et océans du monde. Une vague scélérate est définie comme une vague dont la hauteur verticale, crête à creux, est supérieure à au moins deux fois la hauteur significative des vagues. Les vagues scélérates se forment sans raison évidente au milieu des autres vagues.

Pas besoin d’être un grand marin pour saisir le parallèle frappant qui existe entre une vague scélérate et la vague C d’évaluation du HCERES qui va s’abattre d’ici quelques mois sur un grand nombre de laboratoires français. Des unités de recherche comme autant de navires déjà secoués par la houle et les vents mauvais de la loi de programmation de la recherche (LPR) dont les effets d’usure et de destruction lente commencent à se faire ressentir, même sur les coques les plus solides.

S’accordant parfaitement avec la définition d’une vague scélérate, la vague C sera ainsi deux fois plus importante que toutes les vagues passées d’évaluation puisque l’on achemine, après plusieurs mois d’errements et de tergiversation, vers une évaluation totalement disjointe des bilans et des projets des laboratoires. Pour « faire simple », le HCERES ne s’intéressera qu’à l’évaluation ex post des labos (en gros, un bilan comptable passé au crible de 57 critères d’évaluation les plus invraisemblables) ; à charge aux établissements-tutelles d’évaluer leur projet via une procédure spécifique (à construire) pour fin 2022 – début 2023…

La Grande Vague de Kanagawa, de Hokusai, vers 1830. Metropolitan Museum of Art. 「冨嶽三十六景 神奈川沖浪裏」 [Fugaku Sanjūrokkei – Kanagawa oki nami ura, « Trente-six vues du mont Fuji – Sous la vague au large de Kanagawa »]. L’auteur a sans doute voulu représenter non un tsunami, mais une “vague scélérate”.

Continuer la lecture

Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales »

  • par Agnès Vandevelde

Un article/grand entretien vient de paraître dans la revue de l’Association internationale de sociologie Global Dialogue (n°12.1, avril 2022) sur l’évolution des universités australiennes depuis 30 ans : « Universités entrepreneuriales et injustices épistémiques. Entretien avec Jill Blackmore », par Johanna Grubner.

« Le monde universitaire et la science sont l’objet de profondes mutations liées à leur marchandisation ou quasi-marchandisation imposées par la gouvernance néolibérale »,

soulignent les rédacteurs en chef de la revue, Brigitte Aulenbacher et Klaus Dörre, ajoutant que

« Jill Blackmore décrit les profondes restructurations qu’ont connues les universités australiennes au cours des dernières décennies, ce qui les a motivées, et les effets qu’elles ont sur la production de connaissances et la justice épistémique. »

Un éclairage utile pour questionner ce qui se passe aussi ailleurs dans le monde…

https://www.flickr.com/photos/126483205@N08/45113448714/in/photolist-2bJwdzh-2ecuV6w-2CqGvN-XTJrJi-28uM2Mu-6fB1DY-dETx1W-2b1ZEgT-6fB3P7-o1bB6a-6fwTkH-6fB4GS-6fwS9t-6fwReg-6fB22J-atkGY2-2inPW6P-S52bU2-22xTr6H-2hud5ua-2miLTBP-6fwSuv-2d4Xgnk-6fB2Rq-6fwSjv-6fB2co-6fB3af-6fwSYV-4jzE5-6fB2wd-6fB4ky-4jAj7-4jzSn-6fB2Gu-oz6vYh-4jzST-6fwRPx-6fB3Z5-4jA9k-21gXehc-2iaEU1M-2hvjipe-2htHRko-2ikRFT6-2htMLfr-2huQF7N-2mDbq77-2htLRDt-4RnAGG-2htJgzB/

Graffiti Tunnel. University of Sydney,
Australia. Crédit: Martin Snicer, 2018

Continuer la lecture

Le Hcéres supprime la visite sur site des unités de recherche et modifie la nature de l’évaluation et sa qualité. Communiqué SNCS

Communiqué du 29 novembre 2021 du SNCS-FSU

 Le SNCS-FSU alerte la communauté scientifique : Le Hcéres supprime la visite sur site des unités de recherche et modifie la nature de l’évaluation et sa qualité

Le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) organise en cette fin d’année 2021, sur les différents sites concernés, une tournée de présentations des modalités d’évaluation de la vague C, rassemblant les unités de recherche qui seront examinées en 2022-2023. Des membres du Hcéres viennent principalement présenter les « nouvelles modalités » d’organisation de l’évaluation des unités de recherche à leurs directrices et directeurs. Sont exposés durant ces séances non seulement un « référentiel » censé servir de base à la rédaction des rapports, mais aussi une toute nouvelle procédure qui met en place des panels d’experts et supprime la visite sur site.  Alors que le président du Haut conseil Thierry Coulhon s’est contenté d’une présentation au collège du Hcéres des changements qu’il voulait initier, alors qu’aucune concertation n’a eu lieu avec les organismes de recherche et les universités sur ces nouvelles modalités, alors que jusqu’ici aucune publicité n’avait été faite par le Haut conseil de ces projets, alors que le collège du Hcéres n’a encore pris aucune décision, les nouvelles modalités sont décrites aux directrices et directeurs des unités de recherche comme étant d’ores et déjà entérinées. Il leur est demandé de travailler dès maintenant à la préparation de l’évaluation de leur unité en suivant ces nouvelles directives.

la page 20 du support de présentation des nouvelles modalités d’évaluation énonce « le remplacement de la visite sur site par des entretiens en visioconférence ».

Les changements que le Hcéres veut ainsi imposer sont pourtant violents et modifient profondément la nature de l’évaluation ainsi que sa qualité et son utilité potentielle.  20 panels d’experts, couvrant chacun un large domaine scientifique, seraient formés d’individus sélectionnés par un « comité scientifique » ad hoc, sans qu’on sache par qui et comment ce comité serait lui-même constitué. Ces panels examineraient tous les laboratoires du domaine. La visite sur site serait, sauf exception, supprimée et les panels et les experts se contenteraient d’auditionner à distance, en visio-conférence, les représentants des laboratoires avant de rendre leur rapport d’évaluation.

Continuer la lecture

HCERES : Vague C, la jouissance bureaucratique

Dans son enseignement de la psychanalyse, le psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan (1901-1981) a identifié sept versions de la jouissance1 : de la Chose, de l’Être, de l’Autre, de l’image du corps, de l’image phallique, la jouissance sexuelle et celle de la vie. Près de cinquante ans plus tard, une révision des fondamentaux lacaniens est en train de s’opérer sous nos yeux : les universitaires et cliniciens, spécialistes de la question, ont en effet découvert très récemment une huitième déclinaison de la jouissance : la jouissance bureaucratique.

Pas besoin d’aller bien loin pour la découvrir, elle s’étale sous nos yeux depuis quelques années dans le monde de l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et récemment, elle a pris tous les stigmates d’une névrose obsessionnelle dont le HCERES constitue la formidable boîte de pétri pour l’étudier in vitro. Son tableau clinique est maintenant bien établi : elle affecte des technocrates en fin de carrière dont la principale prédisposition est le désœuvrement intellectuel. C’est bien triste. Après avoir virevolté un trop grand nombre d’années dans les sphères célestes de tous les pouvoirs, les voilà prisonniers d’une sorte d’ivresse, un delirium administrativum, quête insatiable de jouissance que seule une bureaucratie poussée à son paroxysme peut assouvir.

Temporairement s’entend. Les crises ont malheureusement tendance à augmenter et en fréquence et en intensité.

Lacan ajoute que la jouissance est toujours de l’ordre de la tension, du forçage, de la dépense, voire de l’exploit. De la dépense et de l’exploit, voilà exactement les sujets qui nous préoccupent en ce qui concerne un opuscule visiblement rédigé dans une moment de rare démence bureaucratique : le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche, récemment publiée par le HCERES, et les procédures qui vont avec.

Continuer la lecture

  1. G. Dimitriadis. La jouissance comme concept psychanalytique et son potentiel destructeur sur l’organisme. 2017. hal-01468828 []

“Une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” : le Hcéres selon la Cour des comptes

Clap de fin d’année universitaire pour le HCERES qui termine cette désastreuse séquence inaugurale de l’ère Coulhon par une opération de communication soigneusement orchestrée : interview à tout va de son Président dans différents médias spécialisés1, sortie de son rapport annuel sur papier glacé réalisé par une agence de pub, communication web vibrionnante, etc… Objectif unique : montrer « quoi qu’il en coûte » que le HCERES est « utile » à l’ESR et qu’il “n’est pas une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” (sic), d’après les mots mêmes de celui qui le dirige depuis maintenant près de neuf mois.

Les bureaucrates de l’inutile

Il faut dire que la principale attaque ne vient pas, ces dernières semaines, des vilains enseignants-chercheurs islamo-gauchistes qui ravagent l’université française ou des hackers russes, trop occupés à saboter les grandes œuvres de Jean-Michel Blanquer. Non, l’ignoble estocade vient…des très sérieux juges de la Cour des Comptes. Le texte de leur référé qu’ils ont adressé en mars dernier à Matignon est un véritable démontage en règle des activités du haut conseil. Largement commenté lors de sa parution, le premier paragraphe du référé se doit être cité in extenso :

Les rapports d’évaluation du Haut conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements et plus encore, sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques ».

Étonnante diatribe qui dit tout ou presque, avec économie des mots chère à la rue Cambon : défiance de la communauté vis-à-vis du machin, bureaucratie chronophage et papivore, inutilité des évaluations, perte de temps pour tous les acteurs de l’ESR, etc… La Cour dresse ainsi le portrait d’un véritable monstre bureaucratique que plus personne ne semble contrôler et tire le signal d’alarme : « L’inflation du nombre des rapports […] s’avère aujourd’hui intenable : pas moins de 5 185 rapports ont été produits entre 2017 et 2019 soit entre quatre et cinq par jour ». On imagine avec amusement la tête du magistrat qui a sorti sa calculatrice et qui a tapé : 5185/3/365 = 4,7 ! Et encore, le réquisitoire de la Cour des comptes ne tient pas compte de l’inflation des recrutements de ces derniers mois initiée par la nouvelle gouvernance. C’est simple, on n’arrive plus à suivre le rythme effréné de publication des offres d’emplois destinés à gonfler cette technostructure de l’inutile : directeurs et chefs en tous genres, chargés de projets, coordinateurs, secrétaire général adjoint,…. Le HCERES, c’est dorénavant une véritable armée mexicaine, les ponchos et les sombréros en moins.

Continuer la lecture

  1. Nous n’en ferons pas ici la promotion. []

L’église de la scientométrie

En créant l’Église de Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard, dit L. Ron Hubbard, introduisit la pratique essentielle d’audition des adeptes à l’aide d’un E-Meter ou “électro-psychomètre”, instrument supposé pouvoir mesurer l’état ou les changements d’état spirituel de la personne auditée ou de l’être vivant.

L Ron Hubbard utilisant son Hubbard E-Meter pour déterminer si les tomates éprouvent de la douleur, en 1968

L’appareil n’est en réalité qu’un simple ohmmètre (ou pont de Wheatstone) permettant de mesurer des variations de résistance de quelques micro-ohms, évidemment en rien liées à l’état psychique de la personne qui tient les électrodes conductrices, tout au plus induites par une sudation ou une sécheresse des mains qui modifie la résistance des contacts main-électrode. Pour l’affaire qui nous concerne, l’intérêt de cette mise en scène ne vient pas du caractère grotesque de la mesure ou de son interprétation délirante. Cette pratique montre que L. Ron Hubbard, en fin connaisseur – manipulateur – de la psychologie humaine et de ses failles, avait parfaitement saisi l’importance d’un marketing de type Canada Dry (“Ça a la couleur de la science, le goût de la science… mais ce n’est pas de la science !”) pour ancrer les principes fondateurs de sa “religion” dans une soi-disant vérité scientifique et par là même promouvoir son entreprise sectaire.

Quoi de plus convaincant, en effet, que de confier l’évaluation des états d’âmes des adeptes à un “instrument de laboratoire” plutôt qu’à un oracle ? Dans le cas de l’audition scientologue, la démarche est théâtralisée, ritualisée même ; elle consiste à effectuer des “mesures” et à générer des données personnelles relatives à la personne ainsi “auditée” grâce à ce fameux électromètre. Cette dernière se soumet à l’examen et est généralement convaincue (sinon elle ne serait pas là) que l’audition va lui apporter des informations sur son état psychique et l’aider à progresser dans sa quête de spiritualité.

Alléluia.

La science de la technobureaucratie — ou sa religion

Quel lien entre l’Église de Scientologie, l’électromètre de Ron Hubbard et l’évaluation de la recherche en France ? Aucun, a priori, tant les deux mondes sont antinomiques à tous points de vue. Sauf que, à y regarder de plus près, certains éléments de cette pratique de la scientologie pourraient se retrouver dans la nouvelle religion qui enflamme la haute technobureaucratie de la recherche française depuis les années 2000 : la scientométrie.

Continuer la lecture

Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance

À l’évidence, Thierry Coulhon s’apprête à ériger le Hcéres à la hauteur des standards internationaux de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur… Au Hcéres, le copinage, on ne connaît pas, et les chefs de département sont des hommes de terrain, des vrais ! La preuve…

Après le scandale de la nomination à venir de Bernard Larrouturou, celui-là même qui a organisé la procédure de sélection de la candidature de Thierry Coulhon à la tête du collège du Hcéres, revenons aujourd’hui sur le renouvellement (du renouvellement…) de Pierre Glaudes, lundi prochain. Il n’y a pas à dire : le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est la grande classe.


Les notaires en fin de carrière choisissent leur successeur. C’est ce qu’on appelle « le droit de présentation », une pratique datant de… la Restauration. Ils « proposent » le nom de leur remplaçant au ministère de la justice, qui avalise ce choix dans l’immense majorité des cas.

Une pratique dont s’est certainement inspiré le HCERES pour le renouvellement de son directeur du département d’évaluation de la recherche. Sauf surprise de dernière minute, la prochaine séance du collège du HCERES du 1er mars 2021 doit en effet entériner la proposition de renouveler Pierre Glaudes au département d’évaluation de la recherche.

Pierre Glaudes, successeur de Pierre Glaudes, depuis maintenant 3 mandats ! Retour dans le passé pour un bref historique de cette véritable charge notariale donc.

Pierre Glaudes, 54 ans à l’époque, est nommé directeur de la section des unités de recherche de l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) en 2011. Ce n’est pas un nouvel entrant et l’intéressé a déjà un beau parcours dans la maison. Son CV officiel indique qu’il a été successivement délégué scientifique pour le secteur Lettres (2007-2009) puis délégué scientifique coordinateur des Sciences humaines et sociales (2009-2011). Mais à l’arrivée de Pierre Glaudes, l’agence est déjà dans la tourmente et sous le feu des critiques du monde universitaire et de la recherche. Il fut dire que les griefs ne manquent pas : censée à l’origine évaluer de façon constructive et être une agence de conseils, la boutique s’est rapidement transformée en vilain comptoir de notation, marquant au fer rouge chaque laboratoire d’une note allant de A+ pour les « meilleurs » à C pour les « pathologiques ». L’agence ne survivra pas à la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche promulguée en 2013. Fin 2014, l’AERES est morte, vive le HCERES !

Continuer la lecture

L’évaluation en temps de crise sanitaire

La fin du semestre approchant, les équipes pédagogiques dans les universités sont amenées à se reposer les questions épineuses sur l’évaluation en période de confinement. Bien sûr, les contrôles continus ont maintenu cette question dans les esprits, mais l’organisation des examens soulève des problèmes d’une toute autre ampleur. Si ces questions doivent être posées, certains messages envoyés par des équipes pédagogique soulignent l’urgence de rappeler quelques points légaux qui doivent encadrer nos décisions et peut-être de proposer quelques éléments de réflexion. #ResistESR

L’évaluation : une obligation ou une option ?

En premier lieu, puisque notre métier d’universitaires consiste à élaborer des savoirs et en assurer la diffusion, il faut rappeler que l’évaluation devrait se subordonner à cette mission : évaluer pour enseigner et non l’inverse. Ceci est vrai de l’évaluation formative, bien sûr, mais aussi de l’évaluation assertive – l’un des problèmes actuels étant que sont entrés dans une année de formation des étudiantes et étudiants qui n’ont, suite au premier confinement et à une évaluation rendue presque impossible, pas assimilé les prérequis leur permettant de continuer leurs études dans de bonnes conditions intellectuelles. Il me semble qu’il aurait souvent été préférable de se contenter d’évaluation formative et de laisser le choix aux étudiantes et étudiants de redoubler ou de passer à l’année suivante : au moins nous n’aurions pas donné la fausse impression que nous étions en mesure de leur assurer qu’ils avaient légitimement validé leur année. Dans ces conditions, la question se pose à nouveau d’évaluer, ou de neutraliser.

La question de la fraude

Dans un monde idéal, il suffirait de d’informer les étudiantes et étudiants des conditions dans lesquelles se placer pour les examens et les laisser composer assez librement. Il resterait encore à s’occuper de celles et ceux qui n’ont pas d’espace de travail ou pas d’outil de télécommunication adapté, ce qui ne serait certes pas une mince affaire. Mais notre monde n’est pas idéal, et il est impossible de ne pas prendre en compte que la fraude aux examens universitaires est courante et constitue un problème sérieux.

https://www.flickr.com/photos/galeoc/28282968063/in/photolist-K6gB3p-2FCoti-MEbZFd-qumNk1-58SrYM-Kscige-yypc2s-R5e1QZ-JKRzra-77GD9e-KxHPKt-MzTsvY-TCN29a-epPnwM-WkUVJr-2jmmoe-FJ95xs-Kkuw9B-zs2vpb-HKMTgf-HPK4Kx-7VXKA1-dPn7rJ-JLyV6v-xQte8T-4xMVze-3aSPsc-f8w8Z-ceATeh-6mffr7-FcCkD2-NxXvwd-C4k5Rc-EZAbXk-iExFdj-vGeCf-5igcd7-bJ9dD6-4d5QmE-Duun6r-Nr1tar-rxUtVK-NrJtwV-CPF4wp-JTgH2D-zcWsbz-qyRbzb-oPPdhd-qG81kU-iajywd

Young succulents, from Skolnik Co, 2016

Continuer la lecture

L’Université de Bern abandonne l’évaluation par facteur d’impact

Abandon du facteur d’impact à l’Université de Bern en montrant la mauvaise qualité de cet indicateur

BernLa marée ‘Facteur d’impact’ devrait se retirer très lentement, et ce chemin est inéluctable.

Un manuscrit déposé début octobre 2020 sur F1000Research va dans ce sens, avec des données objectives. L’Université de Bern a signé DORA en 2016..  et voudrait mettre en oeuvre ce qu’elle a signé ! D’autres signataires de DORA ne font rien…

Ces auteurs ont analysé 1 525 articles soumis par 64 candidats à une promotion académique, et montré une mauvaise corrélation entre le facteur d’impact de Clarivate Analytics et les RCR des National Institutes of health, USA, créés en 2016. C’est une mesure de l’impact des citations au niveau de l’article, qui compare les citations de l’article avec les articles du réseau d’articles co-cités. Le RCR est comparé à la recherche financée par les National Institutes of Health (NIH) : un article avec un RCR égal à 1,0 est à la médiane des articles financés par les NIH cette année. Les NIH donnent accès au RCR et au percentile des articles indexés dans la base de données bibliométriques PubMed sur un site web. La description du RCR est dans PLOS Biology. Le site iCite est d’accès libre.

En pratique, des articles, quelle que soit la revue, peuvent avoir un impact important sur la recherche. Ce n’est pas la première recherche qui arrive à cette conclusion, et la discussion de cet article commence ainsi :

Alors que la majorité des articles soumis par les candidats à l’habilitation ou à une chaire de professeur associé étaient, selon la réglementation universitaire, publiés dans des revues dont le JIF se classait dans le tiers supérieur de son domaine, seuls 40 % environ de ces articles avaient un percentile RCR dans le tiers supérieur. En outre, 20 à 25 % des articles qui ne répondaient pas aux exigences du classement du JIF (inférieur à 0,66) avaient, en fait, plus d’impact que leurs pairs dans le réseau de co-citation. Notre étude confirme donc les conclusions de l’analyse de 80 000 articles effectuée par le développeur du RCR :
“Bien que les revues ayant les facteurs d’impact les plus élevés aient le RCR médian le plus élevé, on trouve des articles influents dans pratiquement toutes les revues”.
Sans surprise, la corrélation entre la mesure basée sur les revues, le JIF, et la mesure basée sur les articles, le RCR, était faible. (trad.
www.DeepL.com/Translator)

Pierre Ouzoulias conclut donc #ResistESR