Chez les étudiant∙es, la crise sanitaire se paie au prix fort

Academia avait recensé pendant le premier confinement les enquêtes sur les condtions d’études très dégradées, et avait publié les résultats pour Rennes-2, seule enquête menée à l’échelle de l’université par la présidence. Parmi les étudiant·es,les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise, comme le rappelle Modibo Massaké.

Avec le plaisir d’accueillir dans sa rédaction un nouveau rédacteur, Ugo Thomas, Academia se donne comme nouvelle mission de recenser les initiatives locales, enquêtes comme initiatives, à l’instar de Cop’1, association de soutien alimentaire. #ResistESR

  • par Ugo Thomas, Union Pirate, Université de Rennes-2

Depuis le reconfinement, la réalité de nombreux étudiant∙es a été, à nouveau, complètement bouleversée. Alors qu’écoles, collèges et lycées ont été maintenus ouverts, les établissements du supérieur n’ont pas connu le même sort puisque l’accueil des étudiant∙es, à de rares exceptions près, y a été suspendu. Pour mesurer les conséquences de cette situation, l’Union Pirate, le premier syndicat étudiant rennais a non seulement mené des initiatives de solidarités mais également lancé une grande consultation des étudiant∙es de l’Université Rennes 2. Entre le dimanche 8 novembre et aujourd’hui, cette consultation a reçu près de 4 000 réponses. Ce chiffre, qui représente plus de 18% des étudiant∙es inscrit∙es, nous permet d’observer un certain nombre de phénomènes et en particulier les nombreuses difficultés des étudiant∙es.

Plus de deux tiers des étudiant∙es ne se sentent pas bien, près de quatre cinquièmes rencontrent des difficultés

Sur le lieu de leur confinement, 57,1% des étudiant∙es se déclarent confinés chez leurs parents contre 42,9% dans leurs logements (25,2% en appartement individuel, 12,1% en colocation et 5,5% en cité universitaire). Quel que soit le lieu où ils sont confinés, une grande majorité des étudiant∙es rencontrent des difficultés. Ainsi, seuls 41% des étudiant∙es disent se sentir bien et seuls 20,9% ne rencontrent aucune difficulté. À l’inverse, 56,9% des étudiant∙es déclarent rencontrer des difficultés scolaires, 36,7% des difficultés psychologiques, 23,1% des difficultés financières et 6,8% des difficultés liées à la santé. Dans 92% des cas, ces difficultés ont pour origine ou ont été amplifiées par la crise actuelle (42,6% provoquées par la crise, 49,4% aggravées par la crise).

Continuer la lecture