“Masculin / Féminin – terrain miné et parfois minable” ? Réponse du collectif PhilosophEs

La revue Philosophoire a fait paraître son dernier numéro 56 Masculin/ Féminin dont la couverture met en exergue Peggy Sastre et Rose-Paule Vinciguerra. Ce choix éditorial, de faire co-exister de spécialistes d’études de genre et une traductrice de Causeur, pris par le directeur de la publication, Vincent Citot,  et par l’éditeur Vrin interroge. Le collectif PhilosophEs leur répond. 


Le Collectif PhilosopheEs répond à l’éditorial « miné et minable » de Vincent Citot 

« [I]l est très fréquent que les intellectuels s’autorisent de la compétence (au sens quasi juridique du terme) qui leur est socialement reconnue pour parler avec autorité bien au-delà des limites de leur compétence technique, en particulier dans le domaine de la politique1 »

 

« Le problème que je pose en permanence est celui de savoir comment faire entrer dans le débat public cette communauté de savants qui a des choses à dire sur la question arabe, sur les banlieues, le foulard islamique… Car qui parle (dans les médias) ? Ce sont des sous-philosophes qui ont pour toute compétence de vagues lectures de vagues textes, des gens comme Alain Finkielkraut. J’appelle ça les pauvres Blancs de la culture. Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. […] Actuellement, un des grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité » ”2.

 

Cher Vincent Citot3,

Couverture du numéro 56 du Philosophoire : ou comment confondre objectivité scientifique et objectification sexiste

Tu as écrit un éditorial pour le dossier « Masculin/Féminin », dossier « accueilli » dans le n°56 de la revue Le Philosophoire, publiée chez Vrin. C’est un éditorial sans aucune source, sans aucune référence, avec seule ta Pure Pensée à l’œuvre – l’unique note de bas de page est une remarque précisant de façon euphémisée que le comité de rédaction se désolidarise4… de ton texte, une première dans l’histoire de la revue, puisque pour les autres éditos, le CR ne s’est jusqu’à lors jamais senti obligé de signaler que « Les éditoriaux du Philosophoire ne présentent pas l’avis général du Comité de rédaction ni la teneur du dossier qu’ils inaugurent. Ils n’engagent que leurs auteurs. ».

Nous avons été étonnées de cette désinvolture, car ta page Wikipédia, pourtant très élogieuse, ne mentionne aucune compétence en matière d’études de genre. Mais pour tout te dire, au vu du contenu de ton texte, nous sommes finalement encore plus surprises d’apprendre sur cette page que « [l]a recherche de VC porte principalement sur des questions relatives aux exigences de la pensée philosophique ».

Les critiques que nous t’adressons aujourd’hui ne portent pas seulement sur la confusion qui règne dans ton discours au niveau conceptuel et théorique, mais aussi sur celle que tu participes à entretenir politiquement. Tu publies ce papier à quelques jours d’un pseudo-colloque visant à dénoncer les prétendues dérives « identitaires » de la recherche française, quelques semaines après que la ministre de l’ESR a parlé de « wokisme » et d’« islamogauchisme » menaçants dans les universités, à un moment où Éric Zemmour trouve des allié·es parmi les membres de l’Observatoire du décolonialisme. Si le kairos est une intelligence de la situation, soit tu manques terriblement de prudence, soit tu as une visée qui n’est pas la nôtre.

Continuer la lecture

  1. Bourdieu, “Comment libérer les intellectuels libres?” in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 2002, p.72-73. []
  2. Pierre Bourdieu, Interventions 1961-2001, Marseille, Agone, 2002, p.233. []
  3. VC dans la suite du texte, par commodité et pour éviter les lourdeurs. []
  4. On aurait aimé qu’ils fassent un peu plus —le corriger, le refuser, démissionner, soyons folles ? Update. À la lecture du texte, Sophie Galabru nous a déclaré avoir démissionné suite à la parution de l’éditorial. Update 2. Isabelle Aubert, maîtresse de conférences à Paris 1, nous a indiqué avoir également quitté le comité et ce, avant même la lecture de l’éditorial de Vincent Citot. Suite à des échanges au sein du groupe, elle ne sentait plus en accord avec la ligne éditoriale empruntée par la revue dans ce numéro Masculin/féminin.. []

Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Continuer la lecture

Poste MCF Paris 8 : sur un recrutement sexiste en études de genre ?

Rien que cette semaine, l’INRAE en science politique s’illustre sur ce plan : 4 postes en science politique, 15 candidat·es dont 9 hommes, 4 hommes retenus en liste principale. Nous l’avions fait pour les concours du CNRS, qui ont très majoritairement déclassé des femmes ; à l’université, c’est plus diffus – et nettement moins publicisé. Nous appelons donc candidat·es et membres du jury à contribuer à l’information collective, en particulier du côté des concours de recrutements de professeur·es d’université, qui contribuent à l’élaboration de véritable « bastions masculinistes », tout particulièrement en SHS. 
Pour que les pratiques changent.