La responsabilité des savants

Je voudrais revenir ici — peut-être assez naïvement — sur la question de la responsabilité des savants. Ce n’est pas que cette question n’ait jamais été posée, elle n’a cessé de l’être, mais il me semble qu’elle appelle aujourd’hui des réponses un peu plus fortes, en tout cas plus audibles, et peut-être  plus collectives.

Dans son autobiographie A mathematician’s apology, publié au début de la seconde guerre mondiale, le mathématicien Godfrey Hardy avait repris un texte dans lequel il se félicitait de faire des mathématiques pures (il emploie le terme “real mathematics”), car ce serait une activité totalement innocente :

Un mathématicien pur en tire une conclusion réconfortante : les mathématiques pures n’ont aucun effet sur la guerre. Personne n’a encore découvert d’objectif guerrier que rendrait la théorie des nombres ou la relativité, et il est fort peu vraisemblable que cela ne soit le cas avant des années. Il est vrai qu’il y a des branches en mathématiques appliquées, telles la balistique ou l’aérodynamique, qui ont été délibérément développées pour la guerre et qui exigent une technique assez élaborée. Il est difficile de les appeler « triviales », mais aucune d’elles n’a le titre de « pure ». Elles sont effet laides à repousser, et ennuyeuses à mourir ; même Littlewood n’est pas parvenu à rendre la balistique respectable, et si lui n’y est pas parvenu, qui pourrait le faire ? C’est pourquoi un mathématicien pur a la conscience claire ; il n’y a rien à redire à la valeur de son travail ; les mathématiques sont, comme je le disais à Oxford, une occupation « innocente et sans danger »1.

La clairvoyance ne faisait pas partie des talents indéniables de ce spécialiste de théorie des nombres. Au même moment, Shannon développait les prémices de la théorie de l’information et la notion d’entropie pour lutter contre le brouillage des télécommunications et améliorer les systèmes de défense anti-aérienne ; un peu plus tard, la cryptographie à clef publique (au cœur de la sécurité d’Internet) reposera sur des questions subtiles de théorie des nombres ; et quant à la relativité, il n’y aurait pas de GPS sans elle, et en attendant le déploiement du réseau Galileo ce sont essentiellement des satellites militaires américains ou russes qui nous permettent de nous orienter si facilement.

https://www.flickr.com/photos/samsanford/1214890824/in/photolist-2RmCHw-agzytn-4ZH3jN-uMnNw-52LTVM-4vKy4T-qJ1F6V-cKDJ9-7mqi1z-9X29t-5UihB-5K5FCK-7dakJo-bQBZYV-5CQ66P-4MihaL-95Kr9h-a7sby9-QLXcV-52caqE-dY7d2H-8yUkyb-xLMB2k-rbcakc-af7ige-75nj6f-6SodZE-2jd5QBo-5VFkBX-avybw5-CC3GPE-2acuS-8A46mm-ruoST7-CGvx3R-fmJhXG-NUaJs-2f1i3-yk12P-GJzo8-8bwPU6-9ixqhU-5kYuvF-uYp-6KvDDZ-6BvuzW-5WuTyZ-63Lt5R-5CUkJG-27bax

Miroir. Crédit: Sam Sanford, 2007

Au delà de la pollution du débat intellectuel

L’interminable pandémie de Covid-19, le réchauffement climatique, les OGM et pesticides… autant de sujets où le traitement journalistique interpelle les savants et met en scène leur parole. Beaucoup a été dit autour de la liberté académique, c’est-à-dire la liberté illimitée qu’ont ces savants d’exprimer les réponses que leur dictent leurs connaissances, notamment face à l’instrumentalisation par une frange réactionnaire du pouvoir politico-médiatique de certains concepts et à une érosion de la démocratie universitaire2

La façon dont des scientifiques, depuis des années, polluent le débat intellectuel en inondant le débat médiatique de biais, d’arguments trompeurs, sinon de mensonges est également assez bien documentée. Tel géophysicien, tel sociologue, telle géographe, tel médecin, tel mathématicien… Ils sont assez peu nombreux, pour que les professions vous indiquent de qui il s’agit, mais leur emprise sur le système médiatique est profonde3.

Mais la question qui m’intéresse plus spécifiquement est non pas celle de ces savants « en errance », ou « en déshérence », mais celle des savants qui « travaillent bien ». C’est la question que se sont posé Einstein, Oppenheimer ou von Neumann après la seconde guerre mondiale et leur effort fantastique pour la fabrication de la bombe atomique, et les doutes profonds qui les ont ensuite assaillis devant les conséquences de cette arme.

Continuer la lecture

  1. “There is one comforting conclusion which is easy for a real mathematician. Real mathematics has no effects on war. No one has yet discovered any warlike purpose to be served by the theory of numbers or relativity, and it seems very unlikely that anyone will do so for many years. It is true that there are branches of applied mathematics, such as ballistics and aerodynamics, which have been developed deliberately for war and demand a quite elaborate technique: it is perhaps hard to call them ‘trivial’, but none of them has any claim to rank as ‘real’. They are indeed repulsively ugly and intolerably dull; even Littlewood could not make ballistics respectable, and if he could not who can? So a real mathematician has his conscience clear; there is nothing to be set against any value his work may have; mathematics is, as I said at Oxford, a ‘harmless and innocent’ occupation.” []
  2. Lire La panique woke, d’Alex Mazoudeau, le blog de RogueESR ou ce carnet Academia, je ne peux pas dire mieux. []
  3. Lire Marchands de doutes, d’Erik Conway et Naomi Oreskes, ou bien La fabrique du doute, de Stéphane Foucart, Stéphane Horel et Sylvain Laurens, là encore je ne peux pas dire mieux. []

Un suicide dans les règles (5). Sur la sollicitude des philosophes et la sollicitude heideggerienne en particulier

Marie-Claude Lorne in memoriam (5)

    • par Yves Michaud, Traverses, 20 novembre 2008

Marie-Claude Lorne, Dessin par Litllemarquisart 2022

Il est beaucoup question en France depuis quelques années de l’éthique de la sollicitude. C’est ainsi que l’on traduit le terme anglais care qui veut dire “soin”, surtout dans l’expression “prendre soin de” (take care of).

Cette éthique du care est apparue au début des années 1980 à partir de la réflexion féministe. Elle s’oppose aux conceptions formalistes ou prescriptivistes de l’éthique.

Certaines philosophes féministes ont voulu à l’époque faire entendre une voix différente (Carol Gilligan, In a Different Voice, 1982, traduit en français sous le titre Une voix différente, pour une éthique du care), une voix qui ne serait pas celle des mâles et des maîtres, mais celle de l’attention aux êtres et aux choses à partir de la position féminine spécifique, celle du « soin ».

Ce que beaucoup de philosophes qui s’intéressent en France à l’éthique de la sollicitude ne savent pas ou ne veulent pas savoir, tout pressés qu’ils sont d’importer avec vingt ans de retard un produit américain chic et exotique, c’est qu’une approche casuistique, respectueuse des personnes et de leurs différences, très proche de l’éthique de la sollicitude, a été largement anticipée en France par le personnalisme, qu’il fût chrétien ou protestant, celui de Mounier, Lacroix ou Vialatoux, et plus tard Ricoeur. La grandeur de ces philosophes fut, cela vaut quand même la peine d’être signalé, d’être les premiers à dénoncer la torture en Algérie, avant-même le général de la Bollardière et les intellectuels de gauche (le livre La répression et la torture de Joseph Vialatoux date de 1957).

Je commence par cette mise au point sur l’éthique de la sollicitude pour deux raisons.

L’une de fond, l’autre polémique.

La raison de fond est qu’il me semble que, de manière exemplaire, dans l’affaire Lorne, comme dans beaucoup de cas de traitement administratif ou managérial des personnes, on n’a pas fait preuve de beaucoup de sollicitude.

Je reviens une dernière fois sur les faits qui sont à l’origine (je ne dis pas la cause) de ce drame et notamment le fonctionnement de la fameuse commission qui refusa la titularisation de madame Lorne.

Commençons par les absents de la commission.

Beaucoup d’entre eux aujourd’hui protestent, – mais ils auraient dû être là !

Continuer la lecture

Un suicide dans les règles (4). Sur la chance morale

Marie-Claude Lorne in memoriam (4)

  • par Yves Michaud, Traverses, 4 novembre 2008

On ne voit pas au nom de quoi les philosophes qui parlent d’éthique, enseignent l’éthique et même parfois font de la recherche dans ce domaine pourraient se soustraire au jugement éthique.

On est malheureusement obligé de dire que le comportement de ceux qui ont eu le sort de Madame Lorne entre leurs mains n’a pas été éthiquement bon1. Ils n’ont peut-être rien fait de mal, ils n’ont sûrement pas voulu ce qui est arrivé, ils avaient sûrement de bonnes raisons de faire ce qu’ils ont fait – il n’en reste pas moins qu’on ne parvient pas à juger leur conduite « bonne », « approuvable », « recommandable ». Rien n’est de leur faute, mais leur responsabilité morale est engagée. En 1991, la ministre Georgina Dufoix se défendait dans l’affaire du sang contaminé au journal de TF1 en disant qu’elle était « responsable mais pas coupable ». Ici c’est l’inverse, ils ne sont pas responsables mais coupables, oui — moralement…

En disant cela, j’introduis l’idée scandaleuse de chance morale, c’est-à-dire l’idée qu’un agent peut être jugé moralement responsable de faits qui ne sont pas en son contrôle.

Pour le coup, nos deux décideurs de la commission croupion en deviendraient presque des victimes: au fond, ce sont eux qui n’ont pas eu de chance avec ce suicide sur les bras, qui était évidemment en dehors de leur volonté. Pour un peu, on les plaindrait…

La doctrine traditionnellement bien établie (notamment chez les kantiens) est en effet que l’on ne peut être jugé moralement que sur ce dont on est pleinement responsable. C’est cette doctrine qui donne, je suppose, au président de l’université de Brest sa bonne conscience.

Sauf que même ce président, à supposer qu’il soit pour de bon kantien (je n’ai guère vu de présidents kantiens…), sait très bien, quand il sponsorise une association d’étudiants participant à des régates, que nous jugeons différemment le sauveteur en mer qui réussit, celui qui échoue et celui qui meurt dans sa tentative, même si c’est juste une affaire de chance ou de malchance.

Même lui sait très bien que dans le cas qui nous concerne, nous jugeons moins sévèrement les membres de la commission qui, en ne venant pas, laissaient le champ libre aux deux personnes présentes que ces deux personnes elles-mêmes.

Même lui sait très bien que nous ne jugerions pas aussi sévèrement ces deux personnes si madame Lorne était restée indifférente à leur décision (pardon ! celle de la commission), si elle avait « seulement » fait une dépression, ou encore si elle avait quitté l’université pour aller faire autre chose — au lieu de se donner la mort. Elles auraient pourtant agi de même : voté sa non-titularisation.

Cette notion de chance morale est bien gênante.

https://www.flickr.com/photos/thus0petrus/16745736901/in/photolist-rvLhaK-CGqq3y-5wxH1Q-D2fK5i-CA3x34-5wxGsb-5wxFUU-qwvuS-Cc2Y6q-5wtoYK-34Fci5-rvLQGj-nMtfD-TQG1h-3pK9tj-AHq68p-AGdKN7-Cca8sB-CYYKUu-34ADLc-25Hz42q-62XsmV-6hyfnm-4fe4RX-G8h5Vp-aXRGpM-aXRpwe-dK9pyT-aXR9Ux-b9wqJt-xqP3ZW-3LwCE1-nMtfd-6kagPP-7xmxNR-dK9jKt-4wQawD-dKeRQJ-7zCKh4-4wUj9s-sgSpm-nMtaR-aXRTWa-dhmb3e-dhm76H-7zCKrD-7zCK56-73S751-APgvNc-dhm2FS

Passerelle Simone de Beauvoir. Credit: Photowalk Club Photo Vanves, Pierre Nguyen, 2015.

Même si elle a toujours été présente à la réflexion, elle n’a été analysée et examinée en profondeur que depuis une vingtaine d’années. Les deux premiers auteurs à avoir abordé le sujet sont Bernard Williams dans son livre Moral Luck, traduit en français sous le titre un peu aplati de La fortune morale, et Thomas Nagel dans son livre Mortal Questions dont la traduction française n’est plus disponible.

Continuer la lecture

  1. Voir mes trois billets précédents: le premier, le deuxième, le troisième. []

La politique de la citation

  • Kecia Ali, professeure religion à Boston University.  Publié sur GenderAvengers, 31 mai 2019. Traduction Ch. Rabier

Ces deux dernières années, j’ai travaillé à la préparation d’un livre sur les politiques de genre des études islamiques à l’université. Les études islamiques représentent un champ de controverses et d’échanges, où se côtoient la philologie, les études aréales, les études religieuses et la théologie. C’est aussi un microcosme où se tiennent des débats plus généraux au sujet de la formation professionnelle, sur la discrimination et sur ce qui constitue la légitimité d’une recherche.

https://unsplash.com/photos/ZslFOaqzERU

Back to School, by Siora Photography, 2019

Les recherches, les unes après les autres, documentent les préjugés, de race ou de genre, dans le monde académique dans toutes les disciplines. Il y des préjugés dans les notations des examens, le recrutement, les invitations à donner des conférences, la présence sur Wikipedia, l’inclusion dans ouvrages collectifs, et, dans ce qui relève du statut professionnel, les citations1 . Je ne suis ni une sociologue, ni une statisticienne, mais personne n’a besoin d’entreprendre une analyse bibliométrique to démontrer ce qui, même avec une réflexion minimale mais honnête, relève de l’évidence  : les préjugés de genre opèrent dans notre champ au quotidien, jusque— et peut-être tout particulièrement — dans ce que Sara Ahmed appelle la politique of citation.

La citation est la monnaie d’échange du monde de la recherche. Les mesures actuelles, sont, au mieux, des indicateurs imprécis d’impact, notamment dans les sciences humaines. Les index de citations sont particulièrement mauvais à donner l’exacte mesure des livres, qui ont de l’importance dans la plupart des études islamiques. Pour autant, bien que je ne souhaite pas encourager la culture de la génuflexion à la métrique toute puissante, un peu de quantification élémentaire peut montrer l’étendue du problème.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Un échange sur Twitter nous incite à expliciter qu’il s’agit ici d’un “effet Matthieu Matilda” (Rossiter, 1993), qui étend à d’autres dimensions professionnelles l’invisibilisation des femmes. Un effet Matilda étendu, en quelque sorte. []

Un suicide dans les règles (3). De l’irresponsabilité réglementaire

Marie-Claude Lorne in memoriam (3)

  • par Yves Michaud, Traverses, 4 novembre 2008

Il faudrait être simpliste pour croire que madame Lorne s’est suicidée à cause de la décision de non-titularisation prise par deux de ses collègues, décision avalisée par le Président de son université. Lorsque la philosophe Sarah Kofman, se suicida en 1994, les persécutions dont elle avait été victime dans l’université de la part d’esprits médiocres qui aujourd’hui paradent en pérorant sur la discipline et les valeurs comptèrent, certes, mais aux côtés de bien d’autres choses et notamment des persécutions nazies dont elle avait réchappé mais pas sa famille, pour ne rien dire des relations ambiguës avec celle qui l’avait sauvée1.

Je ne poursuis donc pas sur le drame humain, insondable par nature. De toutes manières, sur les détails de «l’affaire» (modes de convocation de la commission, signification des décisions, formulation des décisions), nous ne connaîtrons probablement jamais la vérité des faits.

La victime n’est plus là pour agir en justice. Les parapluies administratifs ont été déployés. L’omerta universitaire joue à plein.

Le président de l’université de Brest, le président de la commission de spécialistes — celui qui décida en son âme et conscience avec un autre membre consciencieux… — suivent, j’en suis sûr, les conseils de leurs juristes: faire le gros dos le temps qu’un autre fait divers chasse celui qui les embarrasse.

Quant aux syndicats, comme l’a remarqué une lectrice, ils sont très réticents à aborder ces drames individuels. Ils ne sont là, c’est bien connu, que pour le «général». La portée institutionnelle de ce drame n’est en revanche pas anodine du tout.

Indiquons tout de suite que la procédure dont fut victime madame Lorne s’est déroulée dans les conditions en vigueur avant la mise en place de la loi de réforme de l’université (LRU)2.

Je cite sur ce point le président de l’université de Brest dans le message de menace qu’il m’a adressé:

«Par ailleurs, vous faites des amalgames sans intérêt en faisant référence à la LRU. En cette phase de transition, la procédure relative à la titularisation de Mme Lorne s’est déroulée selon les modalités de la loi de 1984, comme nous y étions autorisés. Et j’ai veillé, avec responsabilité, à ce que l’ensemble des procédures soient strictement respectées.»

Bien que ce soit «sans intérêt», parlons-en quand même un peu.

Continuer la lecture

  1. Voir son livre Rue Ordener, rue Labat, paru en 1993 aux éditions Galilée []
  2. NDLR: ((À la différence d’un comité de sélection (COS) constitué ad hoc pour un recrutement, la commission de spécialistes qui a décidé de la non-titularisation est permanente pour les postes d’une discipline donnée. []