À l’Inria, les “conflits d’intérêts” peuvent cacher des conflits d’intérets. Une motion SGEN-SNCS-SNTRS

Update : 24/2/2022
À l’Inria, la Commission d’Évaluation (CE) est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifique de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

En janvier, le PDG de l’institut a décidé de nommer une mission en charge d’évaluer les conflits d’intérêt des processus de promotions (DR1, CRHC), des PEDR et de recrutements DR2. C’est à-dire couvrant exactement le périmètre des processus dont les jurys d’évaluation scientifique sont présidés par la CE. Et rien d’autre.

Cette mission est composée de trois personnes que Bruno Sportisse connaît bien, au moins pour deux d’entre elles. Éric Germain, titulaire d’une thèse en histoire de l’Afrique du Sud, travaille depuis une dizaine d’années pour le Ministère des armées ; Malik Ghallab, directeur de recherche émérite au CNRS a été délégué général de l’INRIA de 2007 à 2010 et ainsi supérieur hiérarchique de l’actuel Pdg ; Catherine Rivière est désormais à la direction générale de l’IFPEN1, au Conseil d’administration auquel siège Bruno Sportisse.

Cette mission est censée évaluer l’intégralité des processus de promotions: considérant que le PDG est seul décisionnaire pour les promotions et les primes, comment une mission qu’il a lui même nommée pourrait-elle juger les conflits d’intérêts que lui-même pourrait avoir dans ces processus? Comment ne pas y voir la définition même d’un conflit d’intérêt ?

Personne n’est dupe : avec ces sous-entendus de “conflits d’intérêt”, c’est bien le travail de la Commission d’Évaluation que le PDG essaye de saper
Car, s’il y avait réellement eu des conflits d’intérêt, il aurait fallu nommer une commission d’enquête et pas une mission sans pouvoir d’investigation. Et si le sujet est vraiment celui des conflits d’intérêt à l’Inria, il aurait fallu inclure dans la mission l’ensemble des processus d’évaluation, et pas uniquement ceux gérés par la CE.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le PDG de l’Institut tente de décrédibiliser le travail des instances statutaires.

Communiqué des organisations syndicales SGEN-SNCS-SNTRS
en soutien la Commission d’Évaluation

Continuer la lecture

  1. Institut Français du Pétrole Énergies nouvelles, où elle a conduit une partie de sa carrière comme ingénieure de recherche. []

Les objectifs et missions du CNRS

« Le CNRS n’est pas là pour permettre aux bons de devenir très bons, mais pour aider les très bons à devenir encore meilleurs au niveau international. Il est certes important d’aider les bons à devenir très bons, mais ce n’est pas le rôle du CNRS. » — Antoine Petit

À l’occasion de l’audition d’Antoine Petit, préalable à sa reconduite comme pdg du CNRS, Sylvestre Huet a isolé quelques éléments de la pensée profonde aux relents pseudo-darwiniens du petit-fils de Jean Maitron, thuriféraire de l’ « excellence»1.

C’est l’occasion, pour le journaliste, de reprendre un avis du comité éthique du CNRS (Comets) datant de 2014. Intitulé « La politique de l’excellence en recherche», l’avis

souligne à quel point la soi-disante politique « d’excellence » cache le rabougrissement des ambitions scientifiques sur une liste de « priorités« , en général consensuelles et convenues au point que tous les pays ont les mêmes.

Continuer la lecture

  1. Voir également l’entretien qu’Antoine Petit a accordé à David Larousserie, ce 14 février 2022. []

Google. Deuxième chercheuse licenciée dans l’équipe “Éthique et intelligence artificielle”

Deux mois après Timmit Gebru, c’est dont la responsable de l’équipe Éthique et intelligence artificielle que Google licencie. Elle avait dénoncé le licenciement de la chercheuse, mais plus généralement le déni des pratiques discriminatoires de l’entreprise.

dépêche AFP, enrichie, d’après France 24

Profil twitter de Margaret Mitchel,l AI Google

Les libertés académiques et la protection économique due aux chercheuses et aux chercheurs s’applique-t’elle dans les grandes firmes qui soutiennent des activités de recherche ? La question se pose avec le second licenciement opéré par Google dans son équipe Éthique et intelligence artificielle.

Margaret Mitchell, qui a fondé l’équipe de recherche en éthique et intelligence artificielle de Google, a été “virée” (“I am fired”), a-t-elle annoncée vendredi sur Twitter, un mois après sa suspension qui avait déjà valu des critiques au géant des technologies.

“Après avoir passé en revue le comportement de cette directrice, nous avons confirmé qu’il y a eu de multiples infractions à notre code de conduite, ainsi que de nos règlements sur la sécurité, y compris l’exfiltration de documents confidentiels sensibles et de données privées sur d’autres employés”,

a déclaré un porte-parole du groupe californien à l’AFP.

Continuer la lecture