« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité ». Jean Macé, Noël 1848

Noël 1848. Paris, salle Valentino. Lors du banquet des femmes socialistes, Mme Granet porte un toast à un autre Noël:

« Noël à Saint-Simon, à Fourier ! Noël à tous les peuples, qu’ils soient unis entre eux ! Noël à tous les exilés qui souffrent ! À la fraternité donc ! »

Puis Jean Macé prend la parole.

« Au triomphe qui s’approche de l’indestructible inégalité, de celle qui s’appelle égalité quand elle a, à sa gauche, la liberté veillant sur les facultés et, à sa droite, la fraternité veillant sur les besoins »

#ResistESR

 « Un dégoût profond pour cette République moribonde » , écrit un étudiant de sciences sociales      

Le message a circulé. Beaucoup.
Sur les listes de diffusion, sur les plateformes de messagerie. Le voici publié sur un site: Bas les masques. Il n’est pas inutile de le relire. Et de continuer à se demander que faire. De son côté, Academia continue : proposer des analyses, proposer des actions. #ResistESR.

Bonjour,

Je suis enseignant de sciences sociales en lycée en Bretagne et j’ai reçu le cri d’alarme d’un de mes ancien-ne-s élèves de première qui a participé à la manifestation parisienne contre la loi dite de sécurité globale le samedi 5 décembre dernier. Il a aujourd’hui 21 ans et il est étudiant.

Je me sens démuni pour répondre seul à ce cri d’alarme alors je le relaie en espérant qu’il sera diffusé et qu’il suscitera quelque chose. Une réaction collective à imaginer. Mais laquelle ?

Merci d’avance pour la diffusion et pour vos éventuelles réponses.

« Bonjour Monsieur,

Ce mail n’appelle pas nécessairement de réponse de votre part, je cherchais simplement à écrire mon désarroi. Ne sachant plus à qui faire part du profond mal-être qui m’habite c’est vous qui m’êtes venu à l’esprit. Même si cela remonte à longtemps, l’année que j’ai passée en cours avec vous a eu une influence déterminante sur les valeurs et les idéaux qui sont aujourd’hui miens et que je tente de défendre à tout prix, c’est pour cela que j’ai l’intime conviction que vous serez parmi les plus à même de comprendre ce que j’essaye d’exprimer.

Ces dernières semaines ont eu raison du peu d’espoir qu’il me restait. Comment pourrait-il en être autrement? Cette année était celle de mes 21 ans, c’est également celle qui a vu disparaître mon envie de me battre pour un monde meilleur. Chaque semaine je manifeste inlassablement avec mes amis et mes proches sans observer le moindre changement, je ne sais plus pourquoi je descends dans la rue, il est désormais devenu clair que rien ne changera. Je ne peux parler de mon mal-être à mes amis, je sais qu’il habite nombre d’entre eux également. Nos études n’ont désormais plus aucun sens, nous avons perdu de vue le sens de ce que nous apprenons et la raison pour laquelle nous l’apprenons car il nous est désormais impossible de nous projeter sans voir le triste futur qui nous attend. Chaque semaine une nouvelle décision du gouvernement vient assombrir le tableau de cette année. Les étudiants sont réduits au silence, privés de leurs traditionnels moyens d’expression. Bientôt un blocage d’université nous conduira à une amende de plusieurs milliers d’euros et à une peine de prison ferme. Bientôt les travaux universitaires seront soumis à des commissions d’enquêtes par un gouvernement qui se targue d’être le grand défenseur de la liberté d’expression. Qu’en est-il de ceux qui refuseront de rentrer dans le rang?

Je crois avoir ma réponse.

Continuer la lecture

Se réapproprier l’ESR et demander des comptes : une procédure engagée contre la CPU

La fabrique de la loi #67

← Article précédent

Article suivant­ →

C’est sans doute la principale vertu de la mobilisation actuelle, par-delà la seule contestation du projet de loi de programmation de la recherche : nous prenons collectivement conscience de l’ampleur de la désappropriation institutionnelle que la communauté de l’ESR a acceptée.

L’acte le plus fort de cette prise de conscience est certainement la prise de parole du Conseil national des universités (CNU), par l’entremise de sa commission permanente (CP-CNU), pour exiger la démission de la ministre. Par cette prise de parole, le 6 novembre 2020, cette instance a choisi d’assumer – enfin – ce qu’elle est : elle est la seule instance nationale qui assure une représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses ; elle est, donc, la plus légitime des instances pour parler au nom de ceux-ci et celles-ci, et ce statut contraste avec le mépris dans lequel la ministre tient cette institution, à laquelle elle refuse jusqu’à l’accès à son site Internet.

Le dépôt en masse de candidatures à la présidence du collègue du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), à l’initiative de RogueESR, est un autre exemple de ce processus de réappropriation en cours.

Julien Chatelain, « Jumelles », 2013

C’est dans ce même mouvement de réappropriation que nous avons choisi, du côté d’Academia, de demander quelques comptes à la Conférence des présidents d’université (CPU) quant à son son rôle dans la loi de programmation de la recherche, à propos de laquelle, si l’on en croit la déclaration de lobbying que la CPU a déposée cet été auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, elle prétend « défendre les revendications des universités ». Concrètement, nous confrontons la CPU, pour la première fois de son existence peut-être, à une procédure administrative de demande de communication de documents, afin de protester contre le fonctionnement largement opaque de cette institution, pourtant créée, dans la foulée de la loi Faure de 1968, pour permettre, précisément, une gouvernance plus collégiale de la politique de l’ESR.

Précisons qu’une telle demande répond aujourd’hui à un besoin urgent, depuis que le rôle de la ministre et d’« une partie de la CPU » dans la mise à l’écart du Conseil national des universités ne fait plus guère de doute et apparaît comme un scandale démocratique de très grande ampleur, que nous avons présenté ailleurs et que le député Hetzel a confirmé publiquement vendredi.

Comme nous l’avions annoncé, plusieurs membres de la rédaction d’Academia ont donc saisi le 3 novembre, par voie de lettre recommandée, l’équipe dirigeante de la CPU. Plus précisément, avec ce courrier, nous demandons formellement la communication et la publication en ligne de l’ensemble des suggestions d’amendement que, dans le cadre de la préparation du projet de loi de programmation de la recherche, la CPU a transmis au cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ainsi qu’aux député·es et aux sénateurs et sénatrices.

La communication de ces documents est de droit, conformément au code des relations entre le public et l’administration, auquel la CPU est soumise en tant qu’association de droit privé en charge d’une mission de service public. Sans communication de ces documents dans un délai de deux mois, nous saisirons alors la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), charge à elle de rendre un avis sur cette demande. Si cet avis est négatif, ce qui est improbable, ou si la CPU décide de ne pas respecter l’avis de la CADA, nous pourrons alors saisir le tribunal administratif de Paris, afin d’obtenir du juge qu’il ordonne la communication des documents en question.

Voici donc ce courrier, que nous choisissons de publier aujourd’hui, parce qu’il nous semble que, dans le grand travail de formation accélérée au droit public qu’Academia propose à ses lectrices et lecteurs depuis des mois, il est important que la communauté de l’ESR sache à quel point ces démarches sont d’une simplicité enfantine, en rien réservées aux professionnel·les du droit.

Continuer la lecture

Contre la suppression de la qualification par le CNU

Lien vers la pétition

Dans la nuit du 28 au 29 octobre, le Sénat, dans le cadre de l’examen du projet loi de programmation de la recherche a adopté un amendement soutenu par la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation supprimant la qualification par le Conseil National des Universités (CNU) pour les candidat·e·s aux fonctions de Professeur déjà Maître de conférences (MCF) et ouvrant aux établissements la possibilité de déroger à la qualification par le CNU pour les candidats aux fonctions de MCF ou Professeurs. Cette qualification est la première étape dans le recrutement des enseignants-chercheurs. Cette étape jusqu’à présent nationale est suivie par une seconde étape, qui consiste en un classement des candidat·e·s par un comité de sélection spécifique à chaque poste ouvert au recrutement dont la composition est arrêtée par l’établissement propose le poste.

La remise en cause du rôle d’une instance nationale dans le recrutement des enseignants-chercheurs ouvre la voie à la suppression de leur statut de fonctionnaire d’État. Le CNU a pourtant démontré sa capacité à assurer une régulation nationale efficace. En effet, étant donné la rareté des postes par rapport au nombre de candidat·e·s, chaque candidat·e postule en général dans un grand nombre d’établissements en même temps. Il est ainsi plus efficace en termes de temps de travail mobilisé, de demander à une instance nationale d’examiner une fois pour toute l’ensemble des dossiers plutôt que de demander à chaque établissement d’examiner le même dossier que d’autres établissements auront examiné. Le vivier des qualifié·e·s par le CNU reste suffisamment large pour que chaque établissement puisse avoir un réel choix dans la deuxième étape du recrutement.

À travers la qualification, nous défendons l’existence d’un statut national d’enseignant-chercheur, indispensable à la garantie d’un service public d’enseignement supérieur d’égale qualité sur l’ensemble du territoire. Les signataires appellent instamment la Commission mixte paritaire du Sénat et de l’Assemblée nationale à supprimer cet amendement et à revenir d’urgence sur une décision inconsidérée, prise sans concertation aucune avec les instances représentatives telles que le CNU et le CNESER, qui met gravement en péril le statut national et le caractère équitable de la gestion des carrières des enseignants-chercheurs.

Premiers signataires :

Sylvie Bauer, Professeure de Littérature des Etats-Unis, Présidente de la CP-CNU
Christine Chojnacki, Professeure de Langues et cultures indiennes PR de VP CP-CNU
Damien Sauze, Maître de Conférences, Economie, VP CP-CNU
Arnaud Martinon, Professeur de Droit privé, VP CP-CNU
Fabrice Planchon, Professeur de Mathématiques, VP CP-CNU
Thierry Divoux, Professeur en Génie informatique, VP CP-CNU

VIDÉO. Loi de programmation de la recherche : déni de démocratie

Academia organisait ce mercredi 14 octobre sa première conférence de presse : une conférence de presse en ligne autour du projet de loi de programmation de la recherche, en présence des députées Elsa Faucillon (PCF) et Muriel Ressiguier (LFI), des membres élues au CNESER Frédérique Bey (CGT), Maryam Pougetoux (Unef) et Jaspal de Oliveira Gill (L’Alternative), dans un dialogue avec une partie de la rédaction d’Academia (Julien Gossa, Christelle Rabier et Noé Wagener).

L’angle retenu pour cette conférence de presse était bien particulier. Il ne s’agissait pas de produire une nouvelle critique du contenu de la loi, mais de dénoncer les conditions mêmes dans lesquelles cette loi est en train d’être produite, qui s’apparentent à une succession de dénis de démocratie.

C’est une critique qui reste insuffisamment mise en mots à ce stade, en effet : le processus de préparation de la loi de programmation de la recherche est entaché d’un nombre impressionnant de dysfonctionnements, à chacune de ses étapes, depuis la consultation du CNESER jusqu’aux conditions actuelles du débat parlementaire.

Or, des dysfonctionnements qui reviennent à chaque fois, ce ne sont pas des accidents. Ce ne sont pas non plus les signes d’un grand complot d’une dictature en puissance, mais les témoignages de quelque chose d’assez inquiétant : à l’évidence, le niveau de conscience des exigences démocratiques est, chez certain·es au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et au Parlement, très faible, si faible qu’il se traduit presque mécaniquement sous la forme des pires pratiques de fabrique de la loi.

C’est sur la diversité de ces dysfonctionnements que nous sommes revenu·es durant cette conférence de presse, afin de documenter – grâce aux témoignages d’acteurs et d’actrices intervenu·es dans la préparation de la loi de programmation de la recherche – cette perte spectaculaire de lucidité démocratique, qui nous interpelle beaucoup.

Dans une réflexion en forme de conclusion de la conférence de presse, Julien Gossa s’est en outre interrogé sur les conditions de possibilité d’une réforme de l’ESR sur le long terme, lorsque la rupture entre les aspirations de la communauté scientifique et les projets gouvernementaux est aussi prononcée.

VidéoNous remercions une nouvelle fois vivement les députées Elsa Faucillon et Muriel Ressiguier, les membres élues au CNESER Frédérique Bey, Maryam Pougetoux et Jaspal de Oliveira Gill, ainsi que les différent·es journalistes qui ont participé à cette conférence de presse (Le Monde, La Marseillaise, NewsTank, TheMetaNews, etc.).