La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture