L’épuisement professionnel reconnu comme maladie par l’OMS: quid dans l’ESR?

L’épuisement professionnel touche de près les personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Charge de travail, perte du sens, désorganisation, manque de personnel : Academia a signalé certaines alertes concernant ce qui est devenu une réalité des conditions de travail dans l’ESR aujourd’ui. Il vient d’être reconnu comme maladie professionnelle

Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019L

Le syndrome qui décrit l’épuisement professionnel lié au stress a rejoint la classification internationale de l’organisation.
Que le travail puisse rendre malade n’est pas une idée nouvelle mais, pour la première fois, l’épuisement professionnel lié au stress, le burn-out, est reconnu comme maladie par la classification internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette liste sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires. Elle repose sur les conclusions d’experts de la santé dans le monde entier et a été adoptée par les Etats membres de l’OMS, réunis depuis le 20 mai, et jusqu’au 28 mai, à Genève dans le cadre de l’assemblée mondiale de l’organisation.
La classification des maladies de l’OMS fournit un langage commun grâce auquel les professionnels de la santé peuvent échanger des informations sanitaires partout dans le monde. Le burn-out fait son entrée dans la section consacrée aux « problèmes associés » à l’emploi ou au chômage.
Nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle
Il y est décrit comme « un syndrome (…) résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments : « un sentiment d’épuisement », « du cynisme ou des sentiments négatifs liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite ». Le registre de l’OMS précise que le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie ».
La nouvelle classification a été officiellement adoptée au cours de cette 72assemblée mondiale et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance. La nouvelle classification de l’OMS propose aussi un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle.
Les personnes transgenres sont cependant toujours considérées comme malades, l’« incongruence de genre » passant de la catégorie des troubles mentaux à un nouveau chapitre consacré à la santé sexuelle.


Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019

*
* *

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les burn-out sont identifiés souvent trop tardivement – entraînant des effets de très long terme sur la physiologie et la santé mentale des personnels –  occasionnent des congés longue maladie quand ils sont diagnostiqués.En attendant de proposer un billet sur la prévention et la dénonciation de conditions de travail entraînant des épuisements professionnels, signalons la liste des consultations “santé au travail”, si votre médecin généraliste n’est pas complètement au fait sur l’épuisement professionnel.

Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS

À l’occasion des 80 ans du CNRS, plusieurs messages sont passés sur le réseau Twitter, signalant l’absence de prises de position forte de personnalités scientifiques reconnues sur la politique de l’emploi de cette institution, ou encore le silence du président-directeur général sur ce point dans son discours de clôture[1]. Antoine Petit, en revanche, a déploré le problème du « bois mort ». Terme imagé, certes, qui a immédiatement entraîné des commentaires sur « l’élagage à venir ».

« Bois mort ». Je n’avais jamais entendu l’expression auparavant. Pour désigner des êtres humains, ou des collègues chercheurs ou chercheuses.

Arbre ironwood mort dans la forêt de Borneo

Je remercie MixlaMalice de nous avoir rappelé qu’il y avait un usage états-unien de cette expression et d’avoir pointé vers un billet paru il y a dix ans sur le blog d’une professeure de science femme, qui revenait le 21 janvier 2008 sur la notion, sa signification et son avenir supposé. Je traduis ce document avant de proposer une analyse sur son usage dans le contexte français actuel de la recherche.

Bois mort : la fin d’une époque ?

Continuer la lecture

Démocratie universitaire: “Un conseil d’administration ordinaire dans une université extraordinaire”, par Julien Gossa

Les étudiant·e·s et les jeunes (et moins jeunes) enseignant·e·s-chercheur·se·s se sentent souvent démunis devant le devoir, le droit et l’injonction à participer à la démocratie universitaire. Sommé·e·s de participer aux élections, de se présenter aux instances, d’y représenter leurs concitoyenn·e·s universitaires, el·ils peuvent se syndiquer mais ne le font pas toujours, ou encore s’affilient sans s’y investir. Quelquefois les collègues et les étudiant·e·s trouvent-ils au sein des syndicats les informations nécessaires à leur formation et à leur maîtrise des matières complexes et changeantes soumises à leur appréciation. Et ce d’autant que les instances se multiplient et qu’entre la fonction officielle des instances et leur pratique, les électeur·trice·s et les élu ·e·s jugent qu’il peut quelquefois y avoir un monde. C’est pourquoi les témoignages de l’expérience institutionnelle sont-ils si précieux.

Université de Strasbourg (Photo: Julien Gossa)

Parmi les instances universitaires, le Conseil d’administration (CA) tient une place prééminente, tant par sa taille que par sa fonction. Comme le précise le site de l’Université de Strasbourg, « élu pour une durée de 4 ans, le conseil d’administration est l’organe délibérant de l’établissement. À ce titre, il arrête la politique de l’université et vote le budget ». Le CA de Strasbourg comprend 36 membres, dont 28 élus sur liste à la proportionnelle par la communauté universitaire soit :

  • 16 représentants des enseignants-chercheurs et personnels assimilé
  • 6 représentants des étudiants
  • 6 représentants des personnels ingénieurs, administratifs, techniques et de bibliothèque, sociaux et de santé.
  • le président de l’université
  • 8 personnalités extérieures

Plus précisément, « le conseil d’administration détermine la politique de l’établissement.

  • Il approuve le contrat de l’établissement de l’université,
  • Il répartit les moyens en fonction de la stratégie de l’établissement qu’il arrête, vote le budget et approuve les comptes,
  • Il approuve les accords et les conventions signés par le président,
  • Il adopte le règlement intérieur de l’université,
  • Il fixe, sur proposition du président et dans le respect des priorités nationales,la répartition des emplois qui lui sont alloués par les ministres compétents,
  • Il autorise le président à engager toute action en justice,
  • Il approuve le rapport annuel d’activités,
  • Il délibère sur toutes les questions que lui soumet le président au vu notamment des avis et vœux du conseil académique,
  • Il définit la politique pluriannuelle d’investissements,
  • Il approuve le rattachement d’une composante de formation ou d’une unité de recherche à un ou plusieurs collèges ou départements de recherche.

Julien Gossa, enseignant-chercheur en informatique, est élu au Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg. Très actif sur les débats qui agitent l’université française (Parcoursup et son évaluation, droits universitaires des étudiant-e-s étrangers hors Union européenne, coût des formations étudiantes) sur Twitter, il y a fait connaître un témoignage sur l’expérience de la séance du Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg du 18 décembre 2018, paru le 22 décembre et communiqué à la communauté strasbourgeoise depuis cette date. Avec son autorisation, Academia le republie.

Texte publié le 22 décembre 2018 sur Alternative pour l’Université de Strasbourg et diffusé sur Twitter, en précisant “Petit récit personnel du dernier CA de 2018 de l’Université de Strasbourg. Une forme de témoignage sur ce que peut devenir la démocratie universitaire lorsqu’on y prête pas attention”.

 

Ce texte décrit la façon dont j’ai vécu le CA du 18/12/2018 de l’Université de Strasbourg. Il n’est pas co-signé. Les horaires sont indicatifs. Le reste est sincère.
Edit : Une formulation a été clarifiée suit à une observation des élus AFGES.

13:35

Nous nous retrouvons à la cafet’ entre “élus d’opposition”. On prend deux ou trois décisions sur le pouce en buvant un café. Pour le reste, nous avons préparé le CA la semaine précédente, dès la réception des documents préparatoires. On est pressés mais on prend le temps. On sait que ça va être compliqué.

13:55

Nous arrivons dans le hall de la fac de droit. Ascenseur en panne. Le Conseil d’administration se tient au cinquième étage. J’arriverai essoufflé.

Université de Strasbourg, faculté de droit (c) Julien Gossa

13:59

Dans la salle du conseil, les gens restent debout, papotent en souriant. On se salue aimablement. On signe la feuille de présence et on se trouve une place autour d’une table superbe qui en a juste assez. On sourit, mais on sait que le CA va être long et difficile, sans doute le plus dur de l’année.

14:05

Le président ouvre la séance. Plaisanteries d’usage. Il évoque les violences du centre ville. Les visages se ferment. Ses mots sont justes.

14:11

Le président nous annonce également le décès de notre ancienne DRH [NDLR: directrice des ressources humaines], emportée par la maladie. Le coup est dur pour moi. Je me rappelle de tous ces personnels que nous avons sauvés grâce à elle. Elle me manque. Elle nous manque à tous. Mais personne ne le sait. Et c’est pour ça qu’elle me manque.

14:14

Le président invite à une minute de silence. Nous nous levons. L’instant est très solennel.
La chargée de communication de l’université prend une photo et la poste sur les réseaux sociaux. Impossible de s’en étonner.

14:15

Quelques informations d’actualité. Personne ne prête vraiment attention. Ou alors fait semblant.

14:17

Le président évoque la motion du CAC [NDLR: Conseil académique] sur la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers [1]. . Cette motion salue la politique du gouvernement et en même temps s’oppose à cette augmentation. Il portera cette motion à la ministre qu’il voit jeudi.
Une collègue de l’opposition lui demande s’il va aussi porter les nombreuses autres motions votées un peu partout dans l’université. Il répond que ça ne serait pas “stratégique”, que seule cette motion est vraiment de l’université. Ce sera moins fort. Ce n’est pourtant pas le moment de l’être.


Université de Strasbourg, présidence (Photo: Julien Gossa)

14:21

Le président invite à faire remonter des points (dans un CA, les trois quarts des points à l’ordre du jour ne sont pas discutés, juste votés). Il y en a beaucoup. Ça va être long.

14:26

Nous avons reçu, le matin même, des modifications substantielles demandées par le rectorat («remplacement du terme « augmentation » par « diminution »» ou encore «-2002 M€ au lieu de -269 K€»). Un collègue propose de repousser le vote du budget le temps de pouvoir les étudier.

Continuer la lecture