L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

L’expérimentation. Ou comment faire croire aux acteurs et aux actrices de l’ESR qu’iels ont le choix

    
Par dérogation aux articles L. 952-6 et L. 952-6-1 et à titre expérimental, pour les postes publiés au plus tard le 30 septembre 2024, les établissements publics d’enseignement supérieur peuvent demander, après approbation du conseil d’administration, à être autorisés à déroger pour un ou plusieurs postes à la nécessité d’une qualification des candidats reconnue par l’instance nationale afin d’élargir les viviers des candidats potentiels et de fluidifier l’accès aux corps […]. »
Cette manière d’opérer de la part de notre gouvernement, nous rappelle étrangement l’article 1 de l’Ordonnance n° 2018-1131 du 12 décembre 2018 :
    
« À titre expérimental, jusqu’au terme de la période définie au II de l’article 52 de la loi du 10 août 2018 susvisée, un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel peut regrouper ou fusionner des établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, concourant aux missions du service public de l’enseignement supérieur ou de la recherche. »
 

Pourquoi « expérimenter » ?

C’est une manière de la part de nos décideurs de rassurer les foules en faisant croire que la décision, celle d’expérimenter, est entre leurs mains. Également de nous faire croire que les acteurs-trices de terrain auront leur mot à dire sur la décision finale, celle de transformer l’essai de l’expérimentation.

À la lecture du rapport du comité d’examen à mi-parcours sur le Programme d’investissements d’avenir (PIA), on sent bien que cette manœuvre politique est pensée de longue date.

Voici ce qu’on peut lire dans ce rapport, qui date de 2016 (p62) : 
« Pour éviter les batailles législatives, les mobilisations dans les rues et les postures des uns et des autres, plusieurs choix structurants ont été faits : − le choix du volontariat : les universités, grandes écoles et laboratoires proposent librement des programmes de recherche, d’intégration et de gouvernance ; − le choix du bottom-up: l’initiative venant du bas et autour d’un projet, la motivation est d’autant plus forte ;−   l’endowment :  une  dotation  en  capital  sur  le  modèle  des  grandes  universités  de  recherche américaines  est  accordée  au  terme  d’une  période  probatoire  et  après  évaluation  du  respect  des  engagements  pris,  matérialisés  par  des  critères  de  performance prédéfinis. »
On ne peut guère être plus clair.
 

L’Université de Lille 2022 : technocratie autoritaire et « folie des grandeurs »

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de Lille

Signer la pétition

En ce début de mois de janvier 2021, l’Université de Lille souffle seulement ses trois premières bougies après la fusion des trois universités publiques de la métropole lilloise au premier janvier 2018. Une naissance au forceps, une « fusion dans l’urgence », « mal préparée » comme l’avait souligné la Cour des comptes dans son rapport très sévère de 2019 : « La fusion lilloise a été avant tout motivée, non par une ambition académique, mais par la recherche du label d’excellence, finalement obtenu à la quatrième tentative en 2017 »1. Et encore, ce lot de consolation (un financement I-Site), n’a pas vraiment « ruisselé » au-delà du « Peridex » initial2, ni « assaini » la situation financière globale. En effet, loin de s’accompagner des recrutements nécessaires, les difficultés financières de la nouvelle université et la contrainte budgétaire ont plutôt ouvert la voie à des années de vaches maigres, engendrant une augmentation significative de la précarité et une dégradation des conditions de travail.

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

Rien de très surprenant si l’on avait tendu l’oreille aux organisations syndicales informées des dégâts causés ailleurs par le « gigantisme », si l’on lisait la presse3ou prenait au sérieux le rapport d’audit CHSCT du cabinet SECAFI de 2017 qui prédisait une évidente augmentation des risques psycho-sociaux. Même le rapport de l’IGAENR de juillet 2018 — resté confidentiel4 — critique les lourdeurs administratives, la centralisation excessive, la perte de proximité de l’équipe de direction et… les surcoûts (de toute sorte) liés à la fusion…

Continuer la lecture

  1. http://snesup.univ-lille1.fr/site/IMG/pdf/2019-fevrier-rapport-cours_des_comptes_universite_de_lille_1_.pdf []
  2. Communiqué du SNESUP de l’Académie de Lille du 3 avril 2017 : « Les promoteurs de la candidature IDEX Lille se félicitent d’avoir obtenu un I-site ! Et pourtant… » []
  3. Voir notamment : Christelle Gérand, « Aix-Marseille, « laboratoire de la fusion des universités » », Le Monde diplomatique, septembre 2016. []
  4. Pour des extraits du rapport de l’IGAENR : https://cgt.fercsup.net/syndicats/nord-pas-de-calais-picardie/universite-lille/article/journal-de-la-cgt-universite-de-lille-no4 []