Prendre acte. Un hors-série de la revue Essais sur l’après-thèse en SHS

  • par Magali Nachtergael, professeure en études françaises contemporaines, Université Bordeaux Montaigne.

La revue Essais, revue en ligne « interdisciplinaire » de l’école doctorale Humanités de l’Université Bordeaux Montaigne publie un hors-série dédié aux parcours d’après-thèse en lettres et sciences humaines.

Dirigé par Isabelle Poulin, professeure en littérature comparée, et inquiète du devenir non pas seulement professionnel mais aussi personnel des doctorant·es, « Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? » rassemble des témoignages et des réflexions sur la vie de jeunes chercheur·ses dans une université publique qui connaît, comme la plupart des services publics en France, son grand démantèlement. Avec chiffres à l’appui, dont certains donnés par nos collègues engagés dans la veille professionnelle, scientifique et académique de l’Enseignement supérieur de la recherche pour Academia ou sur le web, les récits non pas d’outre-tombe mais d’après-doctorat dressent un panorama situé et documenté de l’asphyxie de la recherche en France, qui pèse d’abord sur les jeunes, comme tant d’autres, en mal d’avenir stable, dignement rémunéré et valorisé.

Avant de répondre à la question intergénérationnelle, que laissons-nous ? il convient d’écouter leur retour sur les discours de l’excellence, de l’attractivité et les conditions réelles de travail qui ont été ou sont les leurs, avec tout ce qu’il comporte de désillusions et en prenant acte de l’image cruelle qu’ils renvoient de ce que devient l’ESR en ce début de siècle en France.

Pour lire le numéro “Récits d’après-thèse” Essais 7 (2022) →

https://www.flickr.com/photos/pepe50/49720609522/in/photolist-2iKD7Yj-8HEFdo-9URiR8-8HBvqH-UVi7WT-o4gU7a-Cm3ptf-2dAZSR5-j4MZeR-QYtBKR-2iWAAwQ-2i4jCfz-2iEhTLc-2dPtBZU-z6UFfG-2kWvNLD-ay7rDc-yURcXY-ayaa5f-ayabdL-9MHvUE-2mdwVN4-XNdToV-2kVkgMb-2n1yEMc-2kD6dUH-2kZeSCK-2kfu5kQ-EEThNK-2kLoY9c-2konJNh-2ijRTAW-24cjUTf-oUobka-2kvrAbZ-zsGYu9-Vxjjpm-XrLjxh-29VUHc4-ay7shF-G6ujDi-ayabL3-ayacgq-UNs44J-rVqnhD-ay7sA6-2jfSXFE-2iVgEjE-ay7s7V-ay7u7v

Library, La Villa Del Dottore, par Paolo Lottini, 2020

Table des matières

Continuer la lecture

Crise dans le milieu universitaire

  • Par Samantha Rose Hill, publié originellement  sur Medium.com,  21 septembre 2018. Traduction française Anne Monier

« Le principe du “publish or perish” (publier ou périr) est une catastrophe. Les gens écrivent des choses qui n’auraient jamais dû être écrites et qui ne devraient jamais être publiées. Personne ne s’y intéresse. Mais pour pouvoir garder leur emploi et obtenir une bonne promotion, ils doivent le faire. Cela dégrade l’ensemble de la vie intellectuelle ».

— Hannah Arendt

L’épigraphe ci-dessus est tirée d’une discussion intitulée “Values in Contemporary Society” (Les valeurs dans la société contemporaine) dans Thinking without a Banister [ouvrage de Hannah Arendt – en français La révolution qui vient]. La discussion a eu lieu le 13 juillet 1972 entre Hannah Arendt, Paul Freund, Irving Kristol et Hans Morgenthau ; elle était organisée par Kenneth W. Thompson, vice-président de la Fondation Rockefeller.

Hannah Arendt (Oct. 14, 1906 – 1975). Credit: Ryohei Noda

À la fin de la conversation, Arendt développe une réflexion sur l’état actuel de l’enseignement supérieur. S’intéressant au problème de l’intégrité académique dans l’enseignement et l’écriture, elle affirme que le principe du “publish or perish” a eu des conséquences dévastatrices pour la pédagogie et le travail de recherche. Elle déclare :

Celui qui y perd vraiment est la personne qui s’intéresse passionnément aux questions de l’esprit, qui est un excellent professeur, qui crée un vrai lien avec ses étudiants et leur fait comprendre l’importance de son sujet, mais qui n’écrira pas. Ou, s’il est obligé d’écrire, n’écrira pas bien. Et, en faisant quelque chose qu’il est obligé de faire à cause de ce principe de “publier ou périr”, il y laissera un peu de soi.

À la fin de la discussion, Arendt demande ce qu’une organisation comme la Fondation Rockefeller pourrait faire pour rehausser le prestige des excellent∙es professeur∙es qui ne publient pas mais se consacrent à l’art d’enseigner. Les vrai∙es grand∙es enseignant∙es méritent d’être reconnu∙es au même titre que les grand∙es chercheur∙ses, mais aujourd’hui, les deux catégories sont ébranlées par les principes qui structurent le monde universitaire1.

Sa condamnation du principe de “publier ou périr” est aujourd’hui particulièrement parlante pour nous. Même avec de nombreuses publications, il est difficile pour la plupart des aspirant∙es professeur∙es de trouver un emploi qui ait du sens, avec la disparition des postes de titulaires et l’augmentation des postes précaires qui comportent de lourdes charges d’enseignement et peu de sécurité d’emploi. Il existe peu d’institutions qui encouragent ceux qui souhaitent avant tout être d’excellent∙es enseignant∙es.

Les problèmes qui accablent les universitaires sont nombreux, mais en m’appuyant sur la critique d’Arendt concernant l’impératif de publication, je voudrais en évoquer ici brièvement quelques-uns qui semblent de plus en plus pressants aujourd’hui, en partie parce qu’ils agissent comme une forme de censure universitaire.

Réinventer le lectorat universitaire

Premièrement, la pression à la publication conduit les jeunes chercheurs à écrire pour un public particulier, limité et disciplinaire. J’ai pu constater que les discussions relatives à l’embauche et à la titularisation dépendent largement du prestige des revues dans lesquelles les candidats publient. Conscients de cela, les universitaires lisent les revues auxquelles ils savent devoir soumettre pour être embauché∙es et structurent ensuite leurs écrits en fonction des revues dans lesquelles iels sont censé∙es publier. Une collègue m’a dit un jour qu’elle pensait avoir été engagée uniquement grâce à un essai qu’elle avait publié dans Political Theory, et que c’était la chose la plus pénible qu’elle ait jamais écrite, s’efforçant d’écrire d’une voix qui n’était pas la sienne, dans le seul objectif d’obtenir un emploi.

Continuer la lecture

  1. Il est probable que la déclaration d’Arendt en 1972 ait quelque rapport avec son second mari, Heinrich Blücher, décédé en 1970. Blücher n’a jamais obtenu de diplôme universitaire mais était un intellectuel de premier ordre. Il a enseigné au Bard College pendant de nombreuses années, a contribué à monter le cours commun de première année, et était un professeur et un mentor apprécié. Mais Blücher n’a jamais publié ses propres travaux. Peu de temps avant sa mort, Arendt a parlé de son intention de parcourir les notes de Blücher et les enregistrements de ses conférences pour éditer un volume de son œuvre, afin de la faire connaître. []

Démocratie ! Newsletter du 5 au 11 octobre 2020

Au moment où je mets la dernière main à cet éditorial, une journée de mobilisation s’achève : joyeuse, colorée, inventive, peu nombreuse, mais active sur tout le territoire, et mobilisée en ligne, grâce aux centaines de courriels qui continuent d’arriver dans les boîtes des sénatrices et des sénateurs. Une chose est sûre : en dépit de la stratégie du choc suivi par le gouvernement, le vote de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, quelle soit l’issue de la procédure d’amendement, n’entamera pas le rejet quasi unanime de sa loi, de son idéologie, de la conception des métiers et des missions qu’elle incarne. Quels seront les moyens de la résistance ? « Grève, rétention des notes ou blocage », sans doute ; autogestion sans doute ; internationalisation des luttes, certainement. L’imagination restera au pouvoir.

L’intuition s’est faite évidence lorsqu’Emmanuelle Charpentier a reçu son prix Nobel : capitalisant sans vergogne sur sa nationalité, le gouvernement a pourtant salué une femme qui a pris son indépendance à l’étranger, faute de pouvoir rester travailler en France. Elle a eu ainsi des mots aussi attristés que cruels sur les conditions de travail indignes et les chiches financements accordés à ses collègues, avec l’ANR — cet outil de découragement des chercheurs et aux chercheuses. La faiblesse des moyens, la concurrence du marché de l’emploi, conduit à des situations personnelles dégradées : à l’occasion d’une phrase lancée au vol à l’Université Paris-Saclay — « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant » — Pierre Nocerino revient sur son parcours et interroge, dans la recherche par analogie à la bande-dessinée, les modes de « responsabilisation de soi » qui empêchent de percevoir les dysfonctionnements qui ne sont pas de leurs responsabilités. Devant le massacre humain, ne devrait-on pas dire plutôt : dire « Un doctorant qui ne déprime pas, c’est peu probable vu la manière dont le travail est organisé» ? Aussi la prix Nobel a confirmé, par son parcours, ce que la Ministre a signifié au Sénat, lors de son audition le même jour : « La recherche française a décroché ».

https://www.flickr.com/photos/byzantiumbooks/38355236455/in/photolist-21rjBwg-38zrZ-4qGgt9-aSMaMV-dcW7Qh-ENGoz-bPjMXV-nmeGqm-7jczq7-8DjJ1-8QYzuz-dMx9P-2iaFzbj-2jbywmG-21hcv7m-vyd6X-gnfQ7G-ggbUsF-zz26s-ovyqHa-3dt8KM-v2yd-3ow3t-cavsrb-zLC39-9D7Cd-DFjbMJ-njWuNy-2gVXy87-yWUD82-cxhrYb-EwAG9-53UXz-6jKNTo-CqrhL-2jChMzo-jQyi1F-6yR4F-hz6H-zWg5C-5xyagj-7qKFLj-abXimk-5fNMZh-9o5fH4-x1pceE-9PGuSW-G3wVPP-59Q13A-mk6xx

Old camera (c) Bill Smith, 2017

Continuer la lecture

En marche vers le sup’ à deux vitesses ? Sur le blog de Yann Bisiou

En passant

En pleine mobilisation contre la LPPR, la République En Marche éprouverait-elle des difficultés à assumer ses coups tordus ? Après les candidats LaRem « sans étiquette » aux municipales (ou aux élections universitaires), le 49.3 passé en douce un samedi après-midi, le gouvernement nous prépare-t-il en catimini la recomposition du SUP ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser à la lecture d’un discret paragraphe en annexe du nouvel arrêté relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master. On remerciera SLU Orléans d’avoir levé le lièvre.
Ce texte est, une nouvelle fois, bien mal nommé puisque sa finalité principale est de permettre aux établissements qui ne sont pas des universités, en particulier les établissements privés, de délivrer les grades de Licence et de master pour leurs « Bachelors » ou leurs diplômes « Grande École ». Et oui, la pseudo « excellence » à la française n’est pas reconnue dans le monde entier où seuls les diplômes d’universités publiques, Licence, Maîtrise ou maintenant Master, et Doctorat, sont légitimes. Avec le «grade » qui se superpose au « diplôme » le lobby des Écoles sauve son fonds de commerce.
Suite sur le blog de Yann Bisiou.

Continuer la lecture

Tuer l’enseignement en massacrant la recherche ?

Lors de mon premier cours de L2 du semestre, j’ai expliqué aux étudiants les enjeux de la LPPR et les raisons de la colère que ce projet de loi provoque dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche », force est de constater que son nom même n’invite pas à se positionner sur ses enjeux en termes d’enseignement, et il me semble que cette question, sans être absente, reste seconde dans la plupart des prises de position qui courent depuis plusieurs semaines.

Les attaques sur la recherche, sur les carrières des jeunes chercheur∙se∙s, l’accroissement de la tension autour des appels à projets chronophages et déprimants, le mépris affiché, via la promotion de « l’excellence » et des « talents » qui nécessairement viendraient d’ailleurs, pour la recherche pratiquée actuellement dans les universités, sont autant de points d’ancrage d’une opposition multiforme (et je ne reviens pas ici sur la question de la grève « générale », « un peu faite », « pas faite », dont j’ai parlé ailleurs). Dans ce que j’ai dit aux étudiant∙e∙s, j’ai abordé tout ceci. J’ai cependant insisté également sur les conséquences lourdes de cette évolution que l’on tente de nous imposer – que l’on nous impose de fait depuis une bonne décennie – en termes d’enseignement, et notamment d’enseignement de premier cycle, ou de continuité de la formation, ou de maintien de chances sinon égales (il y a longtemps qu’elles ne le sont plus), du moins accessibles au plus grand nombre.

Plusieurs éléments me semblent devoir être pris en compte :

  • Le risque clair d’une distinction croissante (là encore, arrêtons de faire comme si elle n’existait pas : bien des dispositifs existent aujourd’hui pour que quelques-uns mettent en œuvre l’excellence de leur recherche en enseignant le moins possible) entre enseignant∙e∙s et chercheur∙se.
    Continuer la lecture

Deux rapports sur les équilibres hommes-femmes dans l’ESR

Vers l’égalité hommes-femmes, brochure ESR 2018, p. 26

Le ministère vient de publier une brochure “Vers l’égalité femmes-hommes.

Le rapport vise à “éclairer l’action ministérielle” en établissant la place défavorable de la France dans les classements européens. Il rappelle ainsi que 76% des professeur-e-s d’universités sont des hommes; et 63% des chargés de recherches, maître-e-s de conférences et assimilé-e-s; 94% des organismes de recherches et 88% des universités sont dirigées par des hommes. Trente mois après l’obtention de leur Master (hors Master enseignement), l’écart de salaire de 13% entre les hommes et les femmes. Cette opération de communication du 8 mars “Le ministère s’engage” n’est malheureusement pas accompagnée de mesures concrètes.

Continuer la lecture