Politique universitaire. « De l’anticipation, de la cohérence et des moyens à la hauteur de l’enjeu »

  • par Gabriel Galvez-Behar, professeur des universités, doyen de la faculté de Humanités de l’Université de Lille, initialement paru dans Le Monde, 8 février 2021

Tribune. L’accueil des étudiants en présentiel, décidé par le président de la République le 21 janvier, permettra peut-être de limiter les effets nocifs d’un enseignement à distance imposé. La mise en place de cette mesure est cependant difficile du fait des contraintes – une limite à 20 % des capacités d’accueil, les problèmes de restauration des étudiants –, du retard mis à fixer le cadre réglementaire – le décret autorisant ce retour a été publié plus d’une semaine après l’annonce – et enfin de la versatilité des décisions – celle du chef de l’Etat annulant celles que le premier ministre avait prises une semaine plus tôt.

Ces incohérences ne contribuent pas à entretenir la mobilisation de la communauté universitaire ; elles nourrissent plutôt son sentiment de découragement. En effet, cet épisode est le dernier d’une longue série d’atermoiements qui caractérisent la gestion de la crise par le ministère de l’enseignement supérieur. Curieusement, au début de l’année universitaire, ce dernier a fait preuve d’une détermination autrement plus forte pour mener à son terme une loi de programmation de la recherche critiquée par la quasi-unanimité de la communauté, ou pour laisser entamer les prérogatives du Conseil national des universités. Il a ainsi choisi ses priorités, laissant les établissements et leurs personnels préparer une rentrée de septembre souvent avec les moyens du bord.

La suspension des enseignements en présentiel, à la fin du mois d’octobre, avait déjà été ressentie comme la négation de tous ces efforts. La décision était d’autant plus incompréhensible que l’enseignement secondaire, les classes préparatoires et les sections de technicien supérieur conservaient un enseignement présentiel, voire des cours à effectifs complets. Le passage au distanciel à l’université n’a jamais été justifié chiffres à l’appui, et la ministre Frédérique Vidal a reconnu, à l’Assemblée nationale, que nous ne savions pas quelles étaient les conditions de diffusion du virus sur les campus. Pourtant, c’est bien dès ce moment que, sur le terrain, on pouvait sentir les effets délétères que ne manquerait pas de causer une telle mesure. La Conférence des présidents d’université elle-même avait donné l’alerte.

Le ministère aura attendu les vacances de Noël pour publier une ordonnance permettant d’organiser des examens qui l’étaient déjà par la force des choses, ainsi qu’une circulaire dont les derniers revirements auront empêché la pleine application. Le jeudi 7 janvier, le premier ministre n’eut aucun mot pour les 2,7 millions d’étudiants dont les médias mettaient déjà en lumière le malaise, voire la détresse. Face à l’émotion suscitée par les actes désespérés de plusieurs étudiants, le gouvernement a renforcé sa communication et tente de prendre la mesure du problème.

Bien entendu, on peut comprendre les difficultés des autorités pour décider des mesures appropriées dans un tel contexte. Mais celles et ceux qui les mettent en œuvre sont en droit d’attendre que l’on tienne compte de leurs propres contraintes et qu’on leur donne un cadre de travail qui ne soit pas éphémère. Il est impossible de préparer une rentrée la veille pour le lendemain. Il est aussi impossible de croire que le basculement des enseignements en distanciel n’aura pas eu d’incidence forte sur la qualité des formations.

En dépit de la mobilisation des équipes pédagogiques et administratives, les conditions d’enseignement actuelles sont tellement dégradées que la présente génération d’étudiants paie un lourd tribut à cette crise, sans parler des effets psychologiques maintenant identifiés. Mme Vidal refuse de parler de génération sacrifiée mais, sans action forte et concrète, cette réaction s’apparentera simplement à un déni.

Continuer la lecture

(Dis)continuités pédagogiques. 20% en présence, une absurdité pour Valérie

(Dis)continuités pédagogiques. Catherine demande son avis à Mustélucie

#Lafacàdistance

#ResistESR

Reprise en présentiel partielle. Mustélucie va dire adieu à la validation de sa licence

#ResistESR

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

L’excellence en temps de pandémie : chronique du naufrage des Universités

Comment enseigner à distance ? Comment transmettre le désir d’apprendre ? — Paroles de mathématiciens

https://www.flickr.com/photos/melolou/25214310831/in/photolist-Eq6Wa6-bCz4Q7-Cj5Goe-LdLdFv-4QNu9F-2Z2eU-4q2tuy-7Z3txW-dGDpEz-dQnLt-2EKPBo-6nY1Rh-4ACMkQ-3cp5t2-GhCPFy-2TTvtL-9E1oVF-gpjUX-bRtLo6-HEUJHG-e6kcEx-bvHkdn-Tvk6gw-8TrnyZ-4By2Sc-7AbkpJ-byjtFX-Gzcsm-EP2ajd-3uS6n-dcdPN-D5MP-A3QyAz-5KmSsC-6nPQge-2wtemo-6DM8aN-rbSE8E-dMVJB-qAPMUy-8beFLb-bBdYK-oTEe29-ac8g8-wBEHm-dTf9Q-4DrMuy-qoYoom-bvGwYz-c7dhoq

Étincelant hiver. Crédit: Louise Leclerc, 2016

« Étudier à distance fonctionne mal, voilà tout »

  • Tribune par Serge Cantat, initilalement publiée dans Le Monde,

Tribune. En janvier 2019, la revue Science publie un article de Justin Reich et José A. Ruipérez-Valiente. Leur but : analyser le succès des cours en ligne dispensés par l’université Harvard et le Massachussets Institute of Technology, cela à partir des données couvrant la période 2012-2018 et regroupant plus de cinq millions d’inscrits. Cinq millions et six cent trente mille, pour être plus précis.
Continuer la lecture

Comprendre les décrochages massifs des étudiant·es

@AltoMediefuck, 9 janvier 2020. « J’ai fait une image pour mieux me faire comprendre sur la situation actuelle des étudiant·e·s et les décrochages massifs enregistrés »

Organiser des séances de travail respectueuses en visioconférence

Pour cette rentrée, qui ne se fera pas en présentiel, du moins dans des conditions respectueuses de la santé et de la sécurité sanitaire des étudiant·es et des agent·es, Academia republie en deux billets les suggestions d’Efigies Lyon : un guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses ; un« billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive ».Volet 1 : guide pratique

  • Par les membres d’Efigies Lyon
    Publié originellement sur le carnet d’Efigies, 15 décembre 2020

Notice pour l’organisation des séances

Avant la réunion

Fixer une date
Envoyer des documents ou des informations

  • Utiliser un outil de sondage compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framadate https://framadate.org/
  • Penser à renseigner malgré tout les propositions de dates et d’horaires dans le corps du mail, et de proposer aux personnes n’ayant pas la possibilité de remplir le sondage d’envoyer leurs disponibilités, et les intégrer au sondage

Exemple : Lundi 23 Novembre : 8h-10h

Créer un formulaire d’inscription

  • Utiliser un outil de formulaire compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framaforms
  • Proposer malgré tout aux personnes n’ayant pas accès au formulaire de s’inscrire par un autre biais https://framaforms.org/

Envoyer des documents ou des informations

  • Nommer les pièces jointes de la manière la plus explicite (par exemple : auteurice. Titre. Date)
  • Envoyer autant que faire se peut des documents au format doc, docx, rtf, txt. Eviter le format odt (édité par Libre office). Et proscrire les documents au format jpg (les photos, les scans de qualité basique, etc.). Pour le format pdf, veiller à ce qu’il s’agisse d’un pdf issu d’un texte (possible de faire un copié-collé), et pas d’un pdf issu d’une image (impossible de faire un copié-collé).

Réponse apportée au commentaire de B.  déposé sous ce billet.

  • Préciser le contenu et la direction d’un lien hypertexte (par exemple : voici un lien vers le site du REHF : http:// …)
  • Décrire les images éventuellement transmises
  • Limiter autant que faire se peut le recours à des tableaux, qui sont difficiles à lire par certains logiciels de synthèse vocale
  • Proscrire les powerpoint ! qui ne sont pas accessibles à la plupart des logiciels de synthèse vocale
  • Essayer dans les échanges et dans les documents de ne pas faire de long texte sans aération (espace, mise en gras de certains éléments importants, structurer les informations avec des chiffres et/ou tirets etc) avec une police de minimum 12 et interligne 1,2, car les longues lectures de pavés de texte sont très fatigantes pour les dyslexiques)
  • Ne pas utiliser le mode « commentaires » et limiter les notes de bas de page, qui sont difficilement lisibles pour les logiciels de synthèse vocale

Anticiper l’organisation

  • Bloquer une date de séance au minimum 15 jours avant, afin de rendre possibles les demandes d’interprétariat LSF, de retranscription en vélotypie, d’auxiliaire lecteurice/scripteurice, etc.
  • Solliciter systématiquement les pôles handicap universitaires pour obtenir la LSF, la vélotypie, etc., ne serait-ce que pour mettre en évidence la nécessité de ce service

Diffuser l’information

  • Envoyer la date, l’horaire et la thématique de la réunion sur différents canaux, et surtout sur la liste de diffusion (Framaliste) du réseau, pour que tout le monde reçoive l’info dans sa boîte de réception
  • Préciser les informations importantes dans l’objet du mail (date, horaire, thème)

Recourir à des modalités de réunion accessibles

  • Veiller à ce que la réunion puisse être suivie en présenciel et en distanciel à chaque fois. S’il y a présenciel, veiller à ce que le lieu change mais reste indiqué clairement, et que ce lieu soit accessible en transports en commun, et accessible aux fauteuils roulants, par ascenseur. S’il y a distanciel, utiliser une plateforme accessible aux logiciels de synthèse vocale : Zoom. Sachant que cette plateforme n’est pas non plus optimale pour les lecteurs d’écran, donc ne pas prévoir des fonctionnalités trop complexes.
  • Utiliser un compte Zoom pro, qui permet de faire des réunions de plus de 40 minutes.
https://www.flickr.com/photos/jurvetson/3782899510/in/photolist-6Lhmem-4CF7JS-pN98mS-4DhsMA-XjZPXz-8wNNP-8S4Xbk-uABwAh-2i88VEw-BbJjhR-Qe9MDa-c56LVL-qxkq8v-ifBSf4-5CbEKD-apGdEW-27Lg2bc-4KjgZC-bvRqGZ-amES4H-Lg5Cf-Pxw8yx-4QJ8cb-8EpGgY-2hEeNgp-4Dapwp-6mjY7h-9XJyeo-34aYky-c7NDZ7-p6Sve-9hy8bf-r6dXXQ-oMqCRZ-VH6kho-5KCj7w-bkxCyk-fvVPZV-roBK4A-n1PhQV-bpxw8e-eemgLr-G6whRL-9ANK4j-9JYZL-7YdYv9-zRbB2-jhtLmh-2ho8tBS-deeozg

Respect. Credit: Steve Jurvetson, 2009

Pendant la réunion

Continuer la lecture

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

La réouverture des universités en 100% présentiel dès janvier ne fait pas l’unanimité chez les étudiants. Deux syndicats étudiants, la CGT Salarié-e-s-Etudiant-e-s Doubs et le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM publient aujourd’hui un communiqué commun concernant les enjeux liés à une éventuelle réouverture des universités.

La réouverture des facs à tout prix, une fausse bonne solution

Le communiqué des syndicats étudiants

Nous observons, depuis plusieurs jours des interventions médiatiques des patrons d’universités, et même des manifestations de quelques enseignants ayant pour revendication la réouverture immédiate des établissements de l’enseignement supérieur.
Cette revendication est dangereuse et hors sol.
Ce que subissent les étudiants c’est le surmenage couplé à une grande précarité et à des modalités d’études inadaptées déjà d’ordinaire mais d’autant plus en cette période. La charge de travail des étudiants a été multipliée par 2, par 4, selon le bon vouloir des professeurs, nombreux sont ceux qui ont dû se maintenir concentrés pendant des visios de 2, 3h, ce qui n’est certainement pas une demande raisonnable et sans oublier de conjuguer tout cela aux pertes de revenus des étudiants travaillant en parallèle de leurs études (nous rappelons que c’est le cas de 3 étudiants sur 4).
Actuellement, des étudiants rentrés dans leur famille le temps du confinement ont dû trouver des moyens de revenir dans leur ville d’études car de nombreuses filières, y compris des filières à concours, font passer des examens en présentiel. En cette période, cela est dangereux. Cette volonté absolue de maintenir le calendrier universitaire comme si tout allait pour le mieux est un non sens et un multiplicateur de la détresse étudiante.
Vouloir la réouverture et en 100% présentiel, c’est continuer à absolument pousser à maintenir le calendrier universitaire inchangé, la charge de travail étudiante également. Pour de nombreux étudiants, c’est déjà trop tard.
La détresse face à la perte de revenus, face à une inadéquation totale de la charge de travail avec les moyens et modalités d’études les aura déjà fait décrocher, aura vu s’évaporer leurs chances aux concours et pour ceux qui persistent, la sélection ne les a pas oublié, elle non plus ne ferme jamais l’œil et se tient prête à sanctionner tous ceux qui auront été touchés de plein fouet par la gestion calamiteuse de cette crise, soit la quasi totalité des étudiants.
Que changera la réouverture des facultés à cela ?
Seuls les moins touchés par la crise pourront reprendre comme si cela n’avait été qu’une courte interruption. D’autant que ces problèmes étaient déjà antérieurs, croire que la fermeture des établissements les a créés est une illusion propre à émerger là où l’on ne constatait pas déjà avant la grande précarité dont est synonyme la condition étudiante. Et la condition sanitaire ? Déjà laisser se faire les examens en présentiel alors que les mesures tendent à se durcir est un non sens et une mise en danger des étudiants et personnels, mais tout rouvrir? Nous savons comment la fac réagit à la réouverture, nous l’avons constaté en septembre : Comme si de rien n’était. Des clusters ont émergés dans toutes les facultés de France.
Nous ne voulons pas, une fois de plus, être mis en danger.
Non, ce que nous revendiquons, ce sont :
– Une suspension de l’année universitaire, ses examens et concours.
– Des cours en ligne adaptés
– Une mise en ligne de tous les supports de cours
– Quand le présentiel sera à nouveau sanitairement envisageable, qu’il soit facultatif avec cours enregistrés et mis à disposition en ligne
– Que la liberté pédagogique concernant le travail imposé aux étudiants cesse.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) – CGT Salarié-e-s-étudiant-e-s Doubs

syndicat.scum@live.fr – cgt.salaries.etudiants@protonmail.com

Flaminia explique pourquoi les caméras des étudiant∙es peuvent rester éteintes

Continuer la lecture

Pourquoi l’Université des plateformes commerciales est-elle la fin de l’université ?

Un groupe d’enseignant·es de quelques universités italiennes a écrit une lettre ouverte sur les conséquences de l’utilisation de plateformes numériques dans l’enseignement à distance. Nous espérons qu’une discussion sur l’avenir de l’éducation s’ouvrira le plus rapidement possible et que les investissements discutés au cours de ces semaines seront utilisés pour la création d’une infrastructure numérique publique pour les écoles et les universités.

Autres langues disponibles ici : italien, allemand, anglais


Chèr·es collègues et chèr·es étudiant·es,

Comme vous le savez certainement, les écoles et les universités italiennes, depuis le début de l’urgence COVID, pour des raisons initialement compréhensibles, se sont appuyées sur des plateformes et des outils privés, appartenant pour la plupart à la galaxie dite « GAFAM » (Google, Apple, Facebook, Microsoft et Amazon), pour la gestion de l’enseignement à distance (y compris les examens). Il y a peu d’exceptions, comme le « Politecnico » de Turin, qui a adopté des solutions non commerciales et autoproduites. Cependant, le 16 juillet 2020, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt très important qui, en résumé, indique que les entreprises états-uniennes ne garantissent pas la vie privée des utilisateurs conformément au règlement européen sur la protection des données, connu sous le nom de GDPR (General Data Protection Regulation). Par conséquent, à l’heure actuelle, tous les transferts de données de l’UE vers les États-Unis doivent être considérés comme non conformes à la directive européenne et donc illégaux.

Un débat est en cours au niveau de l’UE sur cette question et le contrôleur européen de la protection des données a explicitement demandé « aux institutions, offices, agences et organes de l’UE d’éviter les transferts de données à caractère personnel vers les États-Unis pour de nouvelles opérations de traitement ou en cas de nouveaux contrats avec des prestataires de services ». Alors que le Garant irlandais a directement interdit les transferts de données des utilisateurs de Facebook vers les États-Unis. Enfin, certaines études soulignent que la majorité des plateformes commerciales utilisées pendant l' »éducation d’urgence » (principalement G-Suite) posent de sérieux problèmes juridiques et comportent une « violation systématique des principes de transparence ».

Continuer la lecture